Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants au Maroc

 | 
Nadia Khrouz
, 
Nazarena Lanza

De la prise en compte de la présence étrangère au Maroc

Migration au Maroc et faits du « printemps arabe » : cas des Syriens

Bouchra Sidi Hida

Texte intégral

1Les soulèvements populaires au Maghreb et au Machrek ont contraint un certain nombre de personnes à la mobilité hors de leurs frontières. Les uns, ont choisi de traverser vers Lampedusa pour atteindre l’Europe. Les autres, ont préféré rejoindre des proches ou amis vers les Amériques (USA, Canada) ou vers l’Australie. Parmi les Syriens, certains se sont exilés en Turquie, au Liban ou en Jordanie, fuyant l’insécurité et la violence. D’autres se sont dirigés vers le Maroc, devenu aussi un pays de destination pour des Libyens et des Égyptiens. Cette communication s’appuie sur une recherche qui se penche sur les profils et parcours des migrants syriens arrivés au Maroc dans ce contexte pour y demander l’asile. Elle s’intéresse également à la stratégie du Maroc face à la migration syrienne et à l’impact de celle-ci sur la société marocaine. L’étude, menée à Marrakech, Rabat et Oujda, concerne des Syriens en « situation administrative irrégulière » vis-à- vis des autorités marocaines.

2S’appuyant sur une approche sociologique de la migration, elle a été réalisée avec le concours de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et le Centre d’Études et de Recherches en Sciences Sociales (CERSS). Elle s’inscrit dans une démarche exploratoire et qualitative basée sur l’observation, une enquête de terrain et des informations issues d’articles de presse. Les entretiens semi-directifs ont visé une trentaine de Syriens, ainsi qu’une trentaine de Marocains afin de sonder leur opinion sur la présence des Syriens au Maroc. Les enquêtes ont eu lieu de mai à fin juillet 2014. Tous les Syriens rencontrés avaient déposé une demande d’asile auprès du Haut-commissariat aux réfugiés des Nations-Unies (UNHCR) à Rabat et attendaient une réponse. La majorité des personnes interrogées sont originaires de la région rurale de Hama, certains sont d’Alep ou de Damas. Au moment de l’enquête, les plus anciens de ces Syriens sont au Maroc depuis deux ans.

Itinéraires et profils migratoires

3S’inspirant des mouvements de protestation tunisien (révolution du Jasmin) et égyptien (révolution du 25 janvier), l’appel à manifestation en Syrie a été lancé en février 2011 par des opposants syriens de l’étranger. Certains étaient très actifs sur les réseaux sociaux pour dénoncer les répressions que subissent des Syriens par le régime en place. Ils ont réussi à avoir la sympathie des internautes qui demandaient le départ du Président et une intervention occidentale en Syrie. Les mobilisations effectives n’ont cependant commencé que le 15 mars 2011. Plusieurs familles syriennes, des régions d’Alep, de Damas, de Homs et de Hama, mais également de la région kurde, ruinées, craignant d’être torturées ou massacrées, ont alors quitté la Syrie. Le nombre de Syriens ayant fui le pays a atteint presque 4 millions en avril 2015, d’après l’UNHCR. Un grand nombre de ces exilés s’est réfugié dans les pays frontaliers, qui constituent pour certains la première étape d’un périple incertain. Plusieurs familles syriennes se sont dirigées vers le Liban, d’autres vers la Turquie, la Jordanie ou l’Irak. La migration forcée des Syriens s’est accrue avec l’intensification de la violence et le conflit en Syrie. En avril 2015, l’UNHCR a enregistré 2,2 millions de Syriens exilés au Liban, en Égypte, en Jordanie et en Irak alors qu’ils sont 1,7 millions en Turquie. Ils représentent plus de 24 055 exilés au Maghreb, d’après la même source. Le parcours migratoire est souvent guidé par des relations familiales, d’amitiés, professionnelles ou religieuses dont ces réfugiés peuvent profiter dans les pays de destination (ORSAM, 2015).

4Les migrants syriens portent en eux le sceau de l’étrangeté et l’incertitude du futur, laissant derrière eux toute une histoire, leur vie mais également des membres de leurs familles et leurs biens. Les deux tiers des personnes interrogées se posent des questions sur le devenir des membres de leur famille restés en Syrie. A., 50 ans, au Maroc depuis un an et demi, explique : « Je remercie Dieu de notre présence ici et je remercie les Marocains pour leur aide, mais je ne peux m’empêcher de penser aux autres membres de ma famille qui sont restés au pays. Que deviennent –ils ? De penser au pays ». Deux femmes et un homme ont même exprimé des remord vis-à-vis de ceux restés dans le pays et de leur devenir. La rupture avec leur passé crée chez ces exilés un morcellement de l’espace et du temps, une perte de repères.

5La crise nationale syrienne semble s’installer dans la durée. Les causes de son émergence paraissent multiples et complexes. Au régime politique totalitaire instauré par l’ex-président Hafez el-Assad, s’ajoute la paupérisation des campagnes et l’exode vers les villes, ce qui a contribué à créer des clivages et des inégalités sociales. Cependant, les déplacements des Syriens sont majoritairement motivés par leur fuite du conflit armé. « Nous étions assiégés plusieurs semaines à Alep, entourés de morts, sans nourriture, ni secours, ni même possibilité de sortir de la ville, de peur d’être attaqués ou bombardés », raconte R., 35 ans, rencontrée à Bab el Had à Rabat. « Nous avons fui parce que nous avons peur, ma sœur, des persécutions de ‘Saffah », explique M., jeune syrienne, 20 ans, originaire de Hama. Elle est installée au Maroc avec sa famille depuis deux ans en attendant d’avoir une réponse de l’UNHCR concernant leur demande d’asile. Elle et sa sœur demandent de l’aide aux passants devant un feu rouge à Marrakech. En juin 2014, près de 1000 Syriens avaient déposé une demande d’asile auprès de l’UNHCR, sans obtenir le statut de réfugié (Bentaleb, 2014).

6Une partie des Syriens en fuite ont choisi d’aller vers les pays de l’Afrique du Nord. Certains ont opté pour l’Algérie, du fait de la fréquence des liaisons aériennes assurées par la compagnie nationale et de la dispense de visa d’entrée dont bénéficient les Syriens en Algérie. D’autres ont choisi la Libye ou la Tunisie mais, depuis 2012, les relations diplomatiques entre Tunis et Damas se sont interrompues et les visas ne sont plus délivrés par les ambassades de Tunisie (Sphyar et al, 2014). D’autres encore ont préféré le Maroc, du fait de sa stabilité politique, de sa bonne réputation, des relations familiales et professionnelles existantes entre les deux pays et de l’annonce de la régularisation des migrants par les autorités marocaines. La possibilité de traverser le détroit de Gibraltar pour rejoindre l’Europe motive aussi la présence de certains Syriens au Maroc. Zineb explique : « On nous a assuré qu’à partir de Ceuta, il serait possible d’obtenir le statut de réfugié et d’entrer en Europe » (Jeune Afrique, 2014).

7Dès le début du conflit, le Royaume du Maroc a soutenu le peuple syrien, d’abord par la mise en place, en août 2012, d’un hôpital au camp Jâafari en Jordanie. De plus, au début du conflit, le Maroc offrait la possibilité d’entrer au Maroc en facilitant l’octroi du visa via les ambassades. Soulignons également que des Syriens résidaient déjà légalement au Maroc avant 2011, et ce depuis plusieurs années. Ceux- ci semblent bien intégrés sur le marché du travail (dans les secteurs du bâtiment, de la restauration, etc.) et certains ont créé leur propre entreprise (restauration, commerce, forage). Leurs enfants sont le plus souvent inscrits dans des établissements scolaires publics ou privés, mais tous ne parviennent pas cependant à s’inscrire à l’école, pénalisés par la situation administrative irrégulière de leurs parents. Le français, deuxième langue au Maroc, pénalise également les enfants syriens habitués davantage à la langue anglaise. Certains d’entre eux accompagnent alors leurs mères pour demander la charité près des mosquées, des feux rouges et des espaces commerciaux ou vendent des produits à la sauvette. C’est le cas de W., enfant de 7 ans, qui demande de l’argent aux passants à Bab el Had à Rabat.

8Le séjour irrégulier contraint ces migrants au travail temporaire (Soussi, 2015), ou à la mendicité. La grande majorité des personnes interrogées pratiquent la mendicité et sont représentées presque uniquement par des femmes avec enfants. Ces exilées sont en position de vulnérabilité, frustrées et déçues de la réalité qu’elles vivent, éloignées de ce qu’elles avaient imaginée. Elles vivent dans l’incertitude et l’attente, même si le retour dans leur pays est un espoir lointain. Un Syrien à Marrakech témoigne : « Tant que le conflit persiste, nous ne pouvons retourner chez nous ».

9Ces migrants ont tissé des liens avec la population locale, qui exprime un sentiment de solidarité mélangé de compassion. Une Marocaine s’exprime à ce sujet : « Que dieu les aide et nous préserve de leur situation ». La sympathie envers les Syriens permet à Mo, la trentaine, dentiste syrien en situation administrative irrégulière, de pratiquer son métier tout en s’appuyant sur la sympathie des gens d’un quartier périphérique à Marrakech. Ils font appel à lui et l’invitent chez eux. À Oujda, plusieurs femmes syriennes aident à faire le ménage chez des familles marocaines.

10Ceux qui s’intègrent sur le marché du travail et acquièrent ainsi une position, peuvent toutefois susciter un ressentiment négatif de la part de Marocains qui les indexent de leur confisquer une place que eux n’ont pu avoir. Un ouvrier du bâtiment s’exprime au sujet d’un Syrien qui travaille dans la même entreprise que lui : « Il n’avait rien quand il est arrivé et déjà, il a pu avoir un poste, une voiture et paye les frais de scolarité de ses enfants qui sont inscrits dans une école privé ». Par contre, on peut remarquer une bonne solidarité entre Syriens anciennement installés et nouveaux arrivants, dans le cadre des procédures de demande d’asile, de recherche de logement, d’emploi, etc.

11Les Syriens en séjour irrégulier sont éparpillés sur le territoire, en lien avec leurs réseaux sociaux mais aussi du fait des autorités locales qui empêchent toute constitution d’un camp de réfugiés. La question du logement est donc primordiale chez les Syriens. A., 40 ans, assise devant une mosquée à Marrakech m’interpelle : « Aide-moi ma sœur, je dois payer mon logement et faire vivre mes enfants ». Les personnes interrogées affirment payer un loyer variant entre 1 500 et 3 000 dirhams.

12Les anciens Syriens constituent aussi une importante source d’information. C’est le cas notamment de S., 30 ans, et de sa femme, 22 ans, installés depuis deux mois à Marrakech. Originaire de Hama, ce couple et leur enfant de 6 mois est parti du Liban vers l’Algérie par voie aérienne. Ils sont ensuite passés par Maghnia pour traverser clandestinement la frontière maroco-algérienne vers Oujda. Soulignons que les réfugiés syriens, une fois en Algérie, mobilisent des pratiques et adoptent des stratégies déjà explorées par d’autres migrations, notamment celle des migrants de l’Afrique subsaharienne. Les uns tentent de s’installer au Maroc comme ultime étape de leur parcours, alors que d’autres continuent vers l’Europe. Plusieurs Syriens attendent à Nador l’opportunité de passer la frontière vers l’Europe, en recourant aux services de passeurs.

13Les déplacements nécessitent l’appui des réseaux familiaux, d’amitiés ou professionnels. C’est le cas de Z. de Homs, 35 ans, rencontré à Oujda. Il attend le moment de traverser la frontière vers l’Espagne puis vers une autre destination européenne qu’il refuse de divulguer et où un membre de sa famille est supposé l’accueillir.

Politique migratoire : évolution et blocage

14La visibilité des migrants syriens dans l’espace public marocain (mosquées, grandes surfaces, feux tricolores…), essentiellement par les jeunes femmes et leurs enfants, interroge aujourd’hui les pouvoirs publics sur les politiques migratoires, les stratégies et les moyens pour les mettre en œuvre.

15Pays d’émigration, le Maroc devient une destination pour les migrants et réfugiés venant d’Afrique subsaharienne, des pays arabes et d’Europe. Par sa position géographique, il constitue aussi une porte d’entrée vers l’espace Schengen. Cependant, les dispositions sécuritaires prises par l’Union Européenne (UE) pour restreindre l’accès à l’espace Schengen contraignent un certain nombre de migrants à s’installer au Maroc.

16L’arrivée de demandeurs d’asile syriens au Maroc est récente, comparée à d’autres communautés étrangères. Plusieurs d’entre eux ont déposés des demandes d’asile auprès de l’UNHCR.

17La migration aujourd’hui est encadrée par des traités et des conventions internationales que le Maroc a ratifiés, ainsi que par des dispositions juridiques nationales en la matière. Suite à la publication en septembre 2013 du résumé exécutif et des recommandations du Conseil national des droits de l’homme (CNDH) pour une « politique d’asile et d’immigration radicalement nouvelle » (CNDH, 2013), le Souverain marocain a réagi en annonçant une nouvelle politique migratoire, mobilisant différents ministères et prévoyant la mise à niveau du cadre juridique et l’élaboration d’une nouvelle politique migratoire. À la suite de cette annonce, 853 demandes de reconnaissance du statut de réfugié de l’UNHCR ont été examinées par une commission interministérielle. Depuis janvier 2015, la commission est en train de traiter 1100 demandes d’asile de syriens, dont 383 ont été déjà auditionnés.

18Pour ce qui est de l’opération dite exceptionnelle de régularisation, jusqu’au 31 décembre 2014, 27 332 demandes de régularisation ont été déposées, dont 17 916 ont été acceptées. Cette régularisation a touché 116 nationalités, avec 6600 Sénégalais, 5250 Syriens, 2380 Nigériens et 2281 Ivoiriens. En parallèle, une commission nationale de recours a été instituée sous la présidence du CNDH pour traiter des personnes n’ayant pas reçu d’avis favorable dans cette opération de régularisation qui s’est terminée officiellement le 31 décembre 2014. De nombreuses demandes sont en attente des décisions définitives de cette commission de recours. L’augmentation des demandes d’asile, la lenteur de la procédure de traitement des dossiers et les contraintes pour y répondre accroissent le désarroi des demandeurs qui sont en situation administrative irrégulière. Tout en ayant ratifié la Convention de Genève de 1951 relative au statut de réfugié et adopté un décret fixant les modalités de son application (1957) qui prévoit la mise en place d’un Bureau marocain des réfugiés et apatrides, le Maroc ne dispose pas, dans les faits, de procédure effective d’asile nationale. C’est donc l’UNHCR qui se charge de la détermination et de l’assistance aux réfugiés au Maroc. Concernant les Syriens, le blocage par les autorités marocaines des dossiers de demande d’asile est justifié par les difficultés d’identification des demandeurs. Les autorités publiques déclarent les considérer comme des réfugiés même s’ils n’ont pas encore de statut de réfugiés, par égard à la situation de leur pays. Un certificat de dépôt de demande d’asile leur est octroyé par l’UNHCR pour une durée de 6 mois renouvelable.

19En juin 2014, les Syriens demandeurs d’asile ont organisé un sit-in devant le bâtiment de l’UNHCR à Rabat. Ils dénoncent la lenteur dans les traitements des dossiers et demandent des subventions pour survivre. Ces questions font actuellement l’objet d’échanges, notamment entre l’UNHCR et les autorités marocaines, dans le cadre de la nouvelle politique migratoire. L’adoption d’une nouvelle loi sur l’asile est ainsi prévue mais n’a pas encore été présentée au parlement. La nouvelle politique migratoire nationale a été traduite par une stratégie adoptée par le Conseil gouvernemental en décembre 2014 qui renvoie aux dispositifs du « Processus de Rabat ». Elle concerne onze domaines essentiels, dont l’éducation et la culture, la jeunesse et le sport, la santé, le développement social, la formation et l’accès à l’emploi.

20Le Maroc représente une étape cruciale dans les parcours migratoires des migrants en situation irrégulière, notamment Syriens. Malgré les efforts déployés par le pays pour mettre en place une nouvelle politique migratoire et d’asile, les retombées effectives restent faibles. En mars 2014, quinze Syriens clandestins ont été expulsés vers la Turquie. L’UNHCR, déplorant cette décision, a exhorté le Royaume à l’instauration d’une protection temporaire pour cette population. L’État marocain semble ainsi osciller entre le contrôle sécuritaire, le laisser- faire et la volonté affichée de rendre ses politiques plus cohérentes et respectueuses des droits des étrangers.

Bibliographie

Conseil national des droits de l’homme (CNDH), Étrangers et droits de l’homme au Maroc, pour une politique d’asile et d’immigration radicalement nouvelle, résumé exécutif, septembre 2013.

H. Bentaleb, « Le parcours du combattant des réfugiés au Maroc », Libération, 21 juin 2014.

ORSAM, The situation of Syrian refugees in the neighbouring countries : Findings, conclusions and recommendations, Ankara, Report n° 189, April 2014.

Processus de Rabat, vers une nouvelle politique marocaine d’immigration, 2015 (consulté sur processusderabat.net le 20 mars 2015).

S. A. Soussi, « Le travail migrant temporaire : une figure hors normes de la division internationale du travail », dans M. D’Amours, S. A. Soussi, D.-G. Tremblay (dir.), Repenser le travail : des concepts nouveaux pour les réalités transformées, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2015, p. 165-194.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable