Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants au Maroc

 | 
Nadia Khrouz
, 
Nazarena Lanza

Circulations et modalités d'installation : le Maroc à l'épreuve des migrations internationales

Rencontre et mise en scène de soi : de la construction de réseaux chez les migrants guinéens de Rabat

Anna Dessertine

Texte intégral

Le temps n’est réel que dans la mesure où il a un contenu, c’est-à-dire où il offre une matière d’événements à la pensée. (Maurice Halbwachs)

1Le 15 mars 2014 à Rabat, dans le quartier de Takadoum. Trois migrants guinéens sont assis en silence. Ils attendent la sollicitation d’un « patron », qui leur permettrait de travailler en tant que manœuvre pour quelques heures, voire quelques jours. La matinée passe, l’un d’entre eux fait maintenant les cent pas et tourne lentement autour de la grande dalle qui leur sert de siège. Un homme passe et attire l’attention d’un des trois migrants. Il dit le connaître et l’interpelle. Après avoir échangé quelques phrases, ils se souviennent s’être rencontrés chez une connaissance commune, près de Hay Nada, un autre quartier de Rabat. Le jeune homme se joint à eux et commence à raconter son histoire : lui aussi est guinéen et est en « aventure » depuis presque deux ans. Il a d’abord passé quelque mois en Mauritanie où il a appris le métier de boulanger. Il cherche désormais un contrat, mais il a « trop souffert », dit-il. Les dangers de la route, l’argent perdu ou volé, les problèmes de logement et les accros avec la police, structurent son discours. Cependant, son ton est loin d’être plaintif. Il se raconte au contraire sur un mode épique où il apparaît comme le héros de sa propre histoire : « J’ai beaucoup connu et la souffrance maintenant, je l’ai domptée » conclut-il. Les trois autres le regardent, et l’un d’entre eux déclare alors : « Non vraiment, toi tu es notre grand ! ».

2Ces scènes de vie font partie intégrante du quotidien des migrants que j’ai pu rencontrer depuis février 2014. Ces moments de rencontre ponctuent les heures creuses et les journées vides, au cours desquelles les migrants se sentent parfois piégés. Pourtant, il ne faut pas s’y tromper : ces périodes d’attente et d’inactivité sont en fait créatrices de sens, de relations sociales dont les mécanismes doivent être mis au jour. Trop souvent en effet, la description anthropologique s’attache à dépeindre des individus dans l’action, préférant l’extraordinaire de l’événement à la banalité du quotidien. Les migrants se qualifient certes d’« aventuriers », mais cette notion regroupe des expériences vécues fort diverses, où la perception du temps prend une place primordiale. Par ailleurs, les études qui se sont concentrées sur les conditions de vie des migrants mettent généralement au jour une certaine « misère sociale », ou à l’inverse, les érigent comme des « héros des temps modernes », prompts à l’adaptation et à la vie urbaine. Mais ces deux perspectives ont tendance à écarter le quotidien des migrants, le réifiant à une lutte perpétuelle pour la survie. Or, pendant de longs moments, ces migrants « passent le temps » ensemble et/ou attendent un changement : un apport d’argent, une régularisation, le signe d’un passeur ou tout simplement un ami avec qui ils doivent partir, etc. L’objectif est donc ici de s’intéresser à ces périodes de temps long, de « relâchement », pour reprendre les termes d’Albert Piette, en contexte migratoire chez les migrants guinéens à Rabat.

3« Les temps de l’aventure migratoire – écrit S. Bredeloup – ne se résument pas aux seules périodes d’action ritualisées où les protagonistes peuvent tester leur courage et leur détermination ; ils peuvent intégrer également les moments d’attente et de confinement qui sont habituellement occultés dans les récits alors qu’ils peuvent déboucher sur des états d’extrême tension » (2014, p. 73).

4Au Maroc, ces temps d’attente prennent d’autant plus d’importance que la situation est vécue comme une situation de « blocage » par les personnes interrogées. Sans rentrer dans les débats sur la notion de « transit » (cf. par exemple Timera, 2009 ; Bredeloup, 2014), les migrants interrogés font l’expérience d’une temporalité marquée par un présent qui ne dépend pas toujours d’eux, et par un avenir incertain. Pour autant, il ne s’agit pas de considérer les migrants comme pris dans le « flux » de l’aléatoire et du hasard.

5Leurs mobilités participent en effet à la création de formes sociales particulières, comme l’explique Mehdi Alioua, s’inspirant de G. Simmel : « Une forme sociale est (...) une forme de socialisation ou d’association au sens ‘d’entrer en relation sociale’ (sociation), c’est un type d’organisation d’échange et d’interdépendance, une structure mobile conservant une certaine autonomie par rapport au contenu » (2011, p. 30). Les rencontres et les interactions (au sens Goffmanien) sont donc ici essentielles. Or, il semblerait que les moments d’attente, grâce aux rencontres qu’ils permettent, soient des moments d’interaction privilégiés, donnant l’occasion aux aventuriers de mettre en avant leurs compétences et de (re)conquérir la maîtrise de leur temps.

6Comment se manifestent ces interactions et que se joue-t-il véritablement dans une rencontre ? Les moments d’attente ne participeraient-ils pas à un processus plus large de construction de réseaux ? Pour répondre à ces questions, je m’intéresserai d’abord brièvement à la notion d’« aventure », puis je montrerai que les moments d’attente privilégient un mode d’interaction fondé sur la mise en scène de soi, permettant aux migrants de donner une temporalité à leur aventure et de se situer dans des réseaux collectifs.

Des aventuriers en quête de « connexions »

7La notion d’ « aventure » porte en elle une diversité de destins, du chevalier errant au héros antique, du simple explorateur au migrant actuel. Comme le souligne justement Mehdi Alioua, l’aventure de ces migrants débute très souvent de manière « hétéroclite », mais ensuite, « ils utilisent collectivement, en cours de migration, lors de leurs rencontres et de leurs traversées, la circulation comme une ressource, en parcourant l’Afrique, du sud au nord, en se réorganisant et en s’installant durant un certain temps dans des étapes » (2011, p. 163). L’aventure des uns est ainsi balisée par le passage des autres, créant un véritable « territoire circulatoire » pour reprendre les termes d’Alain Tarrius (2010), dans lequel il s’agit avant tout, selon les propos des interrogés, de se « débrouiller », de « créer un réseau » et des « connexions » indispensables à leur parcours. Mais au départ, les aventuriers n’avaient pas forcément envisagé leur mobilité de cette façon. Pour beaucoup, l’aventure était pensée comme une entreprise de « distinction », où il s’agissait de témoigner du refus « de rester à la place que leurs parents leur avaient assignée » (Bredeloup, 2014, p. 17). Certains y voyaient la possibilité de « devenir quelqu’un » grâce à des opportunités qu’ils n’auraient pas pu avoir dans leur pays d’origine (études, rencontres, création de réseaux relationnels, professionnels, etc.).

8Seulement, la « souffrance » (toroya en malinké) de l’attente semble souvent sous-estimée par les migrants, qui perçoivent parfois leur quotidien comme monotone et répétitif : « C’est toujours la même chose. Tu peux faire plus d’un mois sans même que quelqu’un vienne te chercher. Alors tu attends et tu bouffes l’argent. On reste avec les potes jusqu’au soir, on blague...on a rien à faire ! Le soir, on va faire parfois le bordel en ville, s’ambiancer quoi. Mais c’est tout » (Malick). Ils doivent alors le conjuguer avec un imaginaire de l’aventure, rythmée par des épreuves successives, soumise au hasard des rencontres parfois les plus improbables et où la réussite résonne comme une promesse. V. Jankélevitch avait déjà mentionné cet aspect : « Si l’aventure se place surtout du point de vue de l’instant, l’ennui et le sérieux considèrent le devenir surtout comme intervalle : c’est le commencement qui est aventureux, mais c’est la continuation qui est, selon les cas, sérieuse ou ennuyeuse. » (1963, p. 7). L’aventure est pensée dans l’effervescence quand le quotidien se vit dans l’attente permanente. Mais ne serait-ce pas justement ces moments d’attente qui permettraient l’orchestration de ces deux rythmes opposés ? N’est-ce pas dans ces moments particuliers que le migrant écrit la partition de son aventure ? Il me semble en effet qu’il existe un mode d’interaction spécifique à ces périodes de « relâchement », qui permettrait l’établissement de ces « connexions » si chères aux migrants. Comment ce mode d’interaction se manifeste-t-il ?

Se positionner socialement et temporellement par la mise en scène de soi

9Après avoir arpenté pendant une dizaine de minutes les rues de Takadoum, Sory s’arrête devant une petite maison et ouvre péniblement la porte rouillée qui lui sert d’entrée. Le rez-de-chaussé se décompose en plusieurs petites pièces, dans lesquelles logent des migrants, mais aussi quelques Marocains. La décoration de son « appartement » est sommaire : deux matelas posés l’un sur l’autre, des habits, une petite bouteille de gaz, un peu de vaisselle, quelques légumes et du lait en poudre. Il s’étale sur son lit de tout son long, s’assoupissant peu à peu, jusqu’à ce que quelqu’un frappe à la porte. Un très jeune homme rentre et face à l’air interrogateur de Sory, lui explique qu’ils s’étaient rencontrés il y a quelques jours au café et qu’il lui avait dit de passer chez lui s’il avait besoin de travail. Sory possède en effet un petit réseau de « patrons » qui embauchent des migrants à la journée pour du travail de manœuvre. Il commence alors à sourire et m’explique avec une pointe de fierté à peine dissimulée :

« Chez moi, tu as vu c’est le défilé. J’ai plein de " petits " comme ça qui viennent me voir. C’est parce que j’ai duré ici, et que moi, je connais. Je sais comment ça marche. D’autres viennent me rendre visite naturellement, d’autres ne viennent jamais les mains vides. Tu connais B. non ? Lui ne vient jamais les mains vides. Lui n’a jamais oublié la case de départ. Je n’avais pas où le loger. Mais j’avais des contacts. Il n’a jamais oublié. C’est mon petit. Il viendra même aujourd’hui. Parfois sous la pluie, il vient quand même me saluer. Et je lui dis ah bon ? Même avec la fraîcheur, la pluie ? ».

10Son « nouveau petit » hoche ensuite vigoureusement la tête, comme pour asseoir la supériorité du statut de Sory, et après quelques minutes lui raconte son parcours :

« J’ai beaucoup vu, même si je suis encore jeune. Je suis sorti très tôt de la Guinée pour aller chez mon oncle au Mali. Je voulais devenir tailleur mais j’ai trop souffert là-bas. Alors je suis parti en aventure. Moi je veux aller en Europe. C’est là-bas qu’il y a tout. Et puis je me débrouille bien. Comme je suis bon, les gens m’aident. Après le Mali, j’ai décidé d’aller en Côte d’Ivoire. Et là j’ai gagné de l’argent, beaucoup d’argent même ! Je faisais passer des armes et vraiment, j’étais doué ! Jamais les autorités ne m’ont prises. Le monsieur qui était au-dessus, il était tellement content de moi... Mais il y a eu la guerre là, et j’ai pris mon argent, et je suis parti vers le Maroc par la route. Non c’était difficile ! Il faut voir ! Il y a des femmes toutes seules avec leurs enfants même. Je les ai bien aidées. Il faut être bon, toi même tu sais, tu es déjà un grand au Maroc ! [en regardant Sory]. C’est parce que tu es gentil que tu ne souffres pas ! Moi aussi je vais devenir grand, ça c’est sûr, parce que je ne connais pas la case " débutant " ! »

11D’emblée, cette interaction, cette rencontre, positionne les deux protagonistes dans un rapport de « petit » à « grand », reprenant les principes hiérarchiques entre aîné et cadet que l’on trouve en Guinée : c’est le plus jeune qui se déplace pour saluer son « grand », il se met « à sa disposition » et se présente comme étant sur ses traces (« Moi aussi je vais devenir grand »). Il le reconnaît d’ailleurs explicitement comme son « grand » dans son discours. De même, Sory l’interpelle directement par « mon petit » et le plaçant dans un ensemble plus vaste d’autres « petits » sur lesquels il a autorité de par dit-il, son expérience (« je connais »). Cette situation est très fréquente, et dès le départ, les interactions situent les uns par rapport aux autres, suivant le principe de l’aînesse. De plus, ce positionnement hiérarchique se manifeste par un mode de la mise en scène de soi, visible d’une part pour Sory, par une démonstration d’autorité fondée sur l’expérience, et d’autre part pour le jeune homme, par la valorisation de ses compétences et de son aptitude à se « débrouiller », légitimées par son expérience de la « souffrance ». C’est le moment où chacun se raconte, se met en scène par des récits de vie épiques, mais aussi par des postures, des échanges, relevant très souvent des relations à plaisanterie bien connues des travaux portant sur l’Afrique de l’Ouest. Ainsi, on raconte mais on joue également son aventure dans l’attente de la migration.

12Cette mise en scène de soi, cette quasi-théâtralité dans la rencontre, n’est donc pas seulement un « passer le temps », mais participerait selon moi à l’élaboration des « connexions » recherchées par les migrants. La véracité des histoires importe peu et il serait réducteur de ne les interpréter qu’en terme de « revalorisation de soi » en situation dite « difficile ». Ce type de discours permettrait également de (re) donner une temporalité à l’attente quotidienne que vivent ces migrants, puisque par la mise en scène, ils ordonneraient temporellement leur aventure. Les moments d’attente seraient ceux qui permettraient son déploiement, grâce à ces histoires, répétées à chaque nouvelle arrivée d’un individu, et qui, en devenant de plus en plus épiques et précises, donneraient la saveur extraordinaire qui manque à l’ordinaire du quotidien des aventuriers. Le paradoxe entre la banalité du quotidien et l’aventure comme horizon des possibles paraît être alors résolu dans l’instant de la mise en scène de soi.

13Les moments de « relâchement » permettent ainsi aux aventuriers de réconcilier, en (se) racontant, deux rythmes a priori inverses : celui de l’aventure fondé sur l’instant et l’occasion, et celui du quotidien, marqué par l’attente et parfois l’ennui. La mise en scène de soi cristalliserait ce moment où ils pourraient composer la partition de leur aventure, en rehaussant d’une temporalité épique la banalité des jours et des heures. Mais plus encore, privilégier l’épique semble aussi être un moyen de mettre en avant un certain apprentissage de la « souffrance » et de légitimer publiquement son statut d’aventurier.

14Dans l’attente se construit donc un mode particulier de mise en scène de soi, grâce auquel les migrants se situent dans des réseaux collectifs plus larges, créant les connexions nécessaires à la transmigration.

Bibliographie

M. Alioua, L’étape marocaine des transmigrants subsahariens en route pour l’Europe : l’épreuve de la construction des réseaux et de leurs territoires, thèse de doctorat soutenue le 29 juin 2011 à l’université de Toulouse le Mirail, http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00639285/fr/

Bredeloup, Migrations d’aventures. Terrains africains, Paris, CTHS- Géographie, 2014.

V. Jankélévitch, L’aventure, l’ennui et le sérieux, Paris, Aubier-Editions Montaigne, 1963.

A. Piette, L’acte d’exister : une phénoménographie de la présence, Marchienne-au-Pont, Socrate éditions Promarex, 2009.

A. Tarrius, « Territoires circulatoires et étapes urbaines des transmigrant(e)s », Regards croisés sur l’économie, n° 8, 2010/2.

M. Timera, « Aventuriers ou orphelins de la migration internationale », Politique africaine, n° 115, 2009/3.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable