Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrants au Maroc

 | 
Nadia Khrouz
, 
Nazarena Lanza

Circulations et modalités d'installation : le Maroc à l'épreuve des migrations internationales

Un monde en mouvement, du transit à la transmigration

Mehdi Alioua

Texte intégral

1L’instauration du système Schengen a eu un impact considérable sur les routes et les formes migratoires en Afrique méditerranéenne. Depuis la généralisation du régime des visas et les restrictions auxquelles sont confrontés la plupart des Africains qui désirent migrer dans l’Union Européenne (UE), les migrants ont dû s’adapter en prospectant de nouvelles destinations, renforçant ainsi les migrations Sud-Sud, autant qu’en cherchant de nouvelles portes d’entrée et en produisant de nouvelles stratégies de contournement. Ainsi, des pays d’émigration, comme ceux du Maghreb, deviennent aussi des pays d’installations, longues ou temporaires. Les catégories de migrants elles-mêmes se brouillent, complexifiant le phénomène. Par exemple, le regroupement familial est devenu le principal critère d’entrée régulière en Europe. Ou encore, depuis Schengen, les migrants économiques, réfugiés, commerçants, étudiants venues d’Afrique subsaharienne sont systématiquement renvoyés à un même système de tri et beaucoup passent par les mêmes routes sahélo-sahariennes (Bredeloup et Pliez, 2005) pour tenter leur chance dans un pays méditerranéen en attendant de rejoindre les rives européennes.

2Pour ces migrants subsahariens vivant en Afrique méditerranéenne, passer sans visa la frontière européenne prend des années, ce qui vide de son sens la notion de transit. Mais celle d’immigration reste insatisfaisante pour rendre compte de ce qui se passe dans cette région. Pour ces populations, la migration se déroule durant plusieurs années et dans plusieurs pays qui n’avaient pas prévu leur venue ni leur installation. La dimension spatio-temporelle (Tarrius, 2015) doit donc être impérativement replacée dans ce contexte où les trajectoires migratoires sont rythmées par des étapes au cours desquelles les migrants se réorganisent, le temps de passer la frontière qui s’érige devant eux. Ils doivent à chaque étape de leur parcours se loger, travailler, commercer, se soigner, parfois même défendre leurs droits, avant d’essayer de passer à une nouvelle étape.

3Vue de l’intérieur, l’UE semble travaillée par deux logiques apparemment contraires : une force d’intégration posant la question des limites de l’UE, de la gestion de ses frontières extérieures et de ses politiques de voisinage, pendant que des forces nationales se réveillent pour résister à cette intégration. Mais vues de l’extérieur, notamment d’Afrique méditerranéenne, ces deux logiques n’apparaissent pas en contradiction radicale : peu à peu une seule frontière a été imposée aux pays limitrophes, là où il y en avait auparavant autant que des nations. On peut alors interpréter les politiques migratoires restrictives mises en œuvre dans l’Union, au niveau national comme communautaire, et celles qu’elle tente d’imposer aux pays voisins, comme un moyen de se définir sur les plans politique, identitaire et territorial, notamment par une délimitation stricte du « dedans » et du « dehors ». Non seulement la migration joue-t-elle un rôle dans la construction d’un « nous » collectif européen, mais avec la coopération imposée en matière de contrôle et de répression des flux migratoires aux pays limitrophes, participant à externaliser la frontière européenne, elle recompose à la fois le cosmopolitisme au sein de toutes ces sociétés et leurs liens avec la migration en général.

4C’est dans ce contexte ambivalent où s’articulent circulations migratoires, mobilités transnationales, crispations territoriales et durcissement des contrôles aux frontières, que le Maghreb est traversé par différentes dynamiques migratoires dont les points communs, malgré qu’elles soient produites par des populations aux origines différentes ou avec des projets migratoires différents, sont la mise en place de réseaux migratoires transnationaux qui s’étalent dans le temps et l’espace, leur permettant, tant bien que mal, de contourner les frontières de l’Europe ou alors de trouver un projet alternatif. Ces populations espèrent subvenir à leurs besoins en utilisant la circulation et la dispersion dans l’espace, et tentent leur chance dans les pays d’Afrique méditerranéenne qui offrent parfois quelques opportunité économiques ou, comme le Maroc, permet aux réfugiés d’avoir un statut. Mais la majorité de ces migrants espèrent pourvoir passer et circuler en Europe à partir de l’Afrique.

5Ainsi, aux portes de l’Europe, les formes, les temps et les territoires de la migration se reconfigurent sous l’action de populations mobiles cherchant de nouvelles destinations mais aussi de nouvelles manières de contourner les contraintes territoriales, les frontières et les injonctions des États-nations.

De l’errance organisée à la transmigration

6C’est dans ce contexte que des dizaines de milliers d’Africains subsahariens tentent de réaliser leur projet migratoire : ils utilisent la dispersion dans l’espace comme une ressource, ou, pour le dire avec leurs mots, « ils vont chercher leur vie ». Des dizaines de milliers de migrants parcourent l’Afrique par étapes, se dirigeant ainsi vers l’Europe, traversant le Sahara et passant par les pays du Maghreb où ils s’installent, généralement pour un temps plus long que lors de leurs précédentes étapes. Fuyant la misère, la guerre et le chômage, ou se sentant tout simplement à l’étroit dans une société où ils ne trouvent pas leur place, ils effectuent des parcours de milliers de kilomètres et cherchent des solutions pour leur projet personnel en contournant les législations des pays traversés et en ré-agençant leur itinéraire migratoire, devenant ainsi en cours des routes, au moins le temps de leur périple, transmigrants. Les transmigrants réalisent la figure de l’étranger dont parlait Simmel au XIXe siècle finissant : celui dont les populations sédentaires ne savent pas s’ils prendront place parmi elles ou s’ils poursuivront plus avant leurs déplacements. Au départ, ils font groupe avec des parents et des voisins, ce qui justifie pour certains la désignation de « migration ethnique », voire de diaspora, puis durant le temps long de la transmigration, des étapes urbaines, des recrutements, ils partagent leur destinée, affective, sociale, politique ou commerciale, avec toutes sortes « d’étrangers » qui deviennent leurs nouveaux compagnons : l’altérité se substitue progressivement à l’identité pour qualifier le lien dans leur nouveau monde social et la désignation initiale d’ethnique ne se justifie plus.

7En effet, le phénomène migratoire dont nous parlons ici ressemble à la transmigration (Tarrius, Missaoui, Qacha, 2013) car une de ses formes essentielles réside dans l’enchaînement des nombreuses étapes nationales et urbaines où ils se rencontrent. Pourtant, ce n’était pas la volonté première de ces migrants, même si certains, très minoritaires, avaient déjà ce projet en tête. En voulant « aller chercher leur vie » ailleurs malgré les politiques migratoires restrictives édictées par les pays de l’UE, puis par certains pays Africains, ils ont dû s’adapter à un mode de vie quasi semi-nomade pour échapper aux contrôles, voire aux répressions d’État. C’est par imitation et nécessité qu’ils se sont mués peu à peu, dans la mobilité et dans l’urgence, en transmigrants : ils ont suivi des routes migratoires déjà « dessinées » et balisées d’étapes déjà établies par des migrants antérieurs, puis ils ont imité leur savoir-circuler, voire leur mode de vie. Cependant, à l’image de cette migration dite « clandestine » et « de transit », il ne s’agit pas là d’une catégorie stable, mais bien « fragile » et transitoire. Cette « aventure », telle qu’il la nomme eux-mêmes, est une étape dans la vie de ces migrants subsahariens qui, à l’origine, se destinaient aux marchés du travail des pays d’Europe et pour certains des pays du Maghreb, principalement la Libye. Mais elle est suffisamment longue pour avoir des effets sur eux et sur certaines populations qui les voient passer et s’installer. C’est bien plus qu’un « entre-deux » : la dimension spatio-temporelle est primordiale pour appréhender cette « aventure », plus ou moins transitoire pour les personnes qui la produisent et la vivent (la subissent aussi), mais bien plus longue en tant que forme sociale (Simmel, 1999).

8En effet, la majorité de ces migrants subsahariens finissent par passer en Europe, ils s’y installent ou poursuivent leur périple ; d’autres s’établissent dans les étapes africaines où ils sont (notamment au Maghreb) et abandonnent leur « aventure » (du moins, pour un temps) ; d’autres encore rentrent chez eux, ou bien, plus dramatiquement, sont expulsés ou meurent. Mais, tous les jours, de nouvelles personnes les remplacent, avec les mêmes stratégies, prolongeant le phénomène de transmigration. Ces migrants construisent ainsi une sorte de continuité territoriale grâce aux réseaux qu’ils élaborent. Ils partagent leurs expériences et leur carnet d’adresses (« les connexions » comme ils le disent). Mais cela suppose que les signes balisant ces routes soient reconnaissables par tous, c’est-à-dire qu’une conscience collective rapproche socialement tous ces individus et leur permettent d’interpréter les codes qu’ils élaborent. Tous ces signes sont en effet le résultat d’une multitude de relations sociales qui, liées les unes aux autres, forment des réseaux sociaux transversalement aux nations, mais se solidifiant lors des étapes, et leur confèrent une conscience collective : ces migrants deviennent en cours de route, dans la mobilité choisie ou contrainte, des transmigrants. Ainsi distribuées, de telles informations sur la route à suivre et la manière de vivre en mobilité migratoire contribuent à l’acquisition d’une des dimensions du savoir- faire nomade des transmigrants : instituer des circulations en repérant des routes déjà existantes ou en en dessinant de nouvelles pour pouvoir y circuler, y repasser ou faire passer ceux qui suivent.

Un monde en mouvement : du cosmopolitisme aux droits cosmopolitiques ?

9Cette transmigration, nous renseigne sur les désirs d’émancipation individuelle de ces transmigrants subsahariens dont nous essaierons ici de dévoiler certaines logiques qui les sous-tendent ainsi que les stratégies mises en œuvre pour y parvenir. Elles soulignent également combien ces dynamiques migratoires définies par de nouveaux seuils d’individualisation de la vie sociale et par la construction de nouvelles formes d’agrégation de la vie collective, dans lesquels les logiques collectives et individuelles se croisent en des lieux toujours plus complexes, bousculent les ordres sociaux et politiques institués par le système démocratique dont l’État-nation est l’agencement historique. Ce n’est effectivement plus simplement la localité, le territoire ou la nation, ni seulement les cadres légaux et les institutions des États qui délimitent les prérogatives de l’intégration sociale et politique, que le sociologue doit prendre en compte pour comprendre comment les individus construisent collectivement des actions sociales qui les lient les uns aux autres dans des formes particulières d’interdépendances, parfois à cheval sur plusieurs territoires, sur plusieurs pays. Car, avec la globalisation et la contraction du monde, de nouveaux espaces de circulations et de confrontations, qui sont connectés par un ensemble de liens sociaux denses et complexes, émergent et débordent quasi- systématiquement les cadres locaux et nationaux institutionnalisés de socialisation et de production identitaire.

10Dans un monde où la contrainte territoriale n’est alors plus aussi prégnante qu’avant et où les initiatives individuelles et collectives sont importantes, même chez des populations a priori pauvres ou marginales, l’action sociale devient possible partout sur la terre, directement ou à distance, matériellement ou virtuellement. Cela a un effet extrêmement important sur le plan politique puisque la distance a cessé d’être cette ressource d’État qu’elle a été pendant des siècles : l’autorité de l’État- nation reposait en partie sur la distance, car elle donnait un sens au territoire national et une fonction médiatrice à l’État, dès que les individus cherchaient à communiquer entre eux (Badie, 1999). Même si l’État-nation reste l’institution principale de mise en œuvre de politique de gestion des populations, des territoires et des richesses, ses frontières sont de plus en plus poreuses. Non pas que celles instituées historiquement ne soient plus effectives, mais elles n’ont plus le même monopole sociologique dans la réalité que nous observons, et peut-être, demain n’auront-elles plus le même monopole politique.

11Il faut alors un effort de « déterritorialisation » de la pensée et surtout de « dénationalisation » des cadres d’analyse pour comprendre les nouvelles formes de socialisation et d’action collective à l’œuvre dans les phénomènes de mobilité transnationale. Surtout que les États nationaux, face à cette prolifération d’acteurs transnationaux et à la porosité de leurs frontières, tentent de se réorganiser transnationalement. La reconfiguration territoriale et la réorganisation transnationale de la gouvernance (pour l’instant plus bureaucratique que politique) à l’œuvre avec la construction européenne est un bon exemple de la volonté des États de continuer à être les acteurs principaux sur la scène locale comme sur la scène globale ; et cela est très parlant en ce qui concerne la gestion des frontières extérieures de l’UE. Mais si on assiste à une accélération sans précédent de la transnationalisation de la gouvernance à l’échelle mondiale, est-ce que pour autant il peut émerger une transnationalisation de la contestation et de la lutte politique, sans lesquelles il n’y a pas de démocratie, s’émancipant du cadre politique national et étatique, et créant un espace public de même dimension que celui de cette nouvelle forme de gouvernance ? Nous n’avons pas la prétention de répondre, surtout ici, de manière définitive à cette question, mais, les résistances transnationales face à la politique européenne d’externalisation des contrôles des flux migratoires aux pays limitrophes, dans lesquels les transmigrants subsahariens jouent un rôle important, nous semble être un terrain d’investigation prometteur.

12En effet, la vie en transmigration est souvent très dure, dénuée de protection, vie instable où règne l’exclusion, voire la répression étatique. Mais elle est aussi, et parfois en même temps, mutation permanente, innovation, coopération, voire solidarité : elle est une transformation sociale. Car les transmigrants s’approprient leurs espaces migratoires qu’ils balisent d’étapes en créant du lien : la marge devient refuge, « l’errance organisée » devient vivable, l’étape aménagée devient « habitable ». Dès lors, les articulations entre ces étapes engendrent une économie de la circulation, voire, créent une forme de consistance cosmopolitique (Beck, 2006) reliant l’Afrique subsaharienne, le Maghreb et l’Europe, et ceci, depuis les mobilisations politiques et depuis que les transmigrants entretiennent des liens avec des organisations militantes nationales et internationales les soutenant et leur servant de relais.

Bibliographie

B. Badie, Un monde sans souveraineté, Paris, Fayard, 1999.

U. Beck, Qu’est-ce que le cosmopolitisme ?, Paris, Aubier, 2006.

S. Bredeloup et O. Pliez (éd.), « Migrations entre les deux rives du Sahara », Autrepart, vol. 4, n° 36, Paris, Armand Colin et IRD-éditions, 2005.

G. Simmel, Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, coll. « Sociologies », Paris, PUF, 1999.

A. Tarrius, Étrangers de passage : la mondialisation entre pauvres, la Tour d’Aigues, L’Aube, 2015.

A. Tarrius, L. Missaoui et F. Qacha, Transmigrants et nouveaux étrangers : hospitalités croisées entre jeunes des quartiers enclavés et nouveaux migrants internationaux, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2013.

Auteur

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable