Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esprit du terrain

 | 
Hassan Rachik

Quatrième partie. Connaissance anthropologique et situation ethnographique

Chapitre 30. Le fantôme de la tribu : politique et tradition1

Résumé

Pour un chercheur analysant la vie politique au Maroc, il semble qu’un détour par le système politique traditionnel soit inévitable. C’est ce que fait Waterbury, selon qui les comportements de l’élite trouvent leur origine dans le système tribal segmentaire. Nous montrons que le système segmentaire auquel réfère Waterbury s’oppose à celui défini par Gellner. Mais le plus important, dans notre analyse de l’approche de Waterbury, a été de montrer comment la tradition d’un groupe n’est pas seulement un ensemble de faits et d’idées arrachés au passé, elle est souvent une construction intellectuelle au service d’une argumentation théorique. Le modèle segmentaire de Waterbury est taillé selon les besoins de son analyse. Le recours à l’anthropologie jouerait un mauvais tour aux politologues qui cherchent une tradition dont découlent des faits actuels et présents.

Texte intégral

  • 1 Paru dans Prologues, n° 29-30, 2004, p. 59-65.

1La tradition occupe une place essentielle dans les études du système politique marocain contemporain. Les acteurs politiques s’y réfèrent afin de légitimer de nouveaux comportements ou l’utilisent pour mobiliser une population sensée ne comprendre que les symboles anciens. L’étude de la place de la tradition dans les stratégies de légitimation et de mobilisation politiques devait être accompagnée par une réflexion sur l’usage qu’en font les chercheurs eux-mêmes dans leurs systèmes explicatifs. La tradition est souvent présentée comme incontournable et sa connaissance indispensable pour qui cherche à expliquer les comportements et les systèmes politiques des « pays en développement ».

2Nous nous limitons à l’étude de John Waterbury, qui a tenté d’expliquer les comportements de l’élite politique marocaine en les rapportant à un double héritage : celui de la tribu – que nous proposons d’analyser – et celui du makhzen (pouvoir central). Selon lui, les représentants de l’élite agissent conformément aux normes traditionnelles. Ils ne le font pas par nostalgie du passé, « mais adoptent naturellement et spontanément les modes de réaction – que ceux-ci conviennent ou non aux tâches de l’heure – d’une société et d’une époque auxquelles ils sont encore reliés » (Waterbury, 1975, p. 26-27). Ainsi, l’attachement aux normes et aux valeurs traditionnelles survit à leur raison d’être fonctionnelle, il est même involontaire et échappe à la conscience des acteurs politiques.

3Il serait superflu de rappeler que la tribu, en tant qu’organisation politique, a disparu. Cependant, alors même que des études confirment la détribalisation de la campagne marocaine, d’autres retrouvent les traces de la tribu en pleine ville et au sommet du système politique doté d’institutions modernes (parlement, partis politiques, syndicat, etc.). Waterbury affirme que les « schèmes appliqués par des chercheurs occidentaux à l’étude des tribus du Moyen-Orient peuvent nous aider à comprendre les réactions sociales et politiques de la société en elle-même. Il apparaît une ressemblance frappante entre l’immobilisme interne que l’on constate dans plusieurs tribus du Moyen-Orient et celui qui apparaît dans la vie politique marocaine. » Les comportements politiques sont expliqués en les ramenant à la culture et à l’organisation politique traditionnelles. En analysant les attitudes des Marocains envers le pouvoir et les types de comportement politique qui en découlent, il soutient qu’en général « les normes et les modes du comportement social et politique ont leur origine dans la tribu », que les aspects essentiels de l’interaction des groupes fondamentaux dans le système tribal segmentaire renseigne sur le système politique marocain. Bref, les attitudes et les comportements politiques des Marocains sont examinés en les liant aux traditions héritées du makhzen et de la vie tribale. Waterbury affirme à maintes reprises les effets de la politique traditionnelle ou tribale sur la vie politique moderne (Waterbury, 1975, p. 83-85, 92, 97, 98, 110, 112, 113, 115).

4Pour tout chercheur analysant la vie politique au Maroc, il semble qu’un détour par le système politique traditionnel soit inévitable. C’est ce que fait Waterbury qui commence sa deuxième partie (Essai d’interprétation) par un chapitre consacré au contexte social qu’il réduit au système tribal segmentaire. Il expose sans ambages les « caractéristiques communes aux tribus et aux élites politiques » du Maroc (Waterbury, 1975, p. 20-21, 83-102).

Identité tribale, conflit de loyauté et incertitude des alliances

5Le point de départ est fourni par les études des tribus du Moyen-Orient (notamment celles d’Evans-Pritchard sur les Nuer et les Senoussi). La tribu ne se définit et n’existe que par opposition à une force extérieure. Sa cohésion ne tient ni à un ancêtre commun, ni à un chef mais aux tensions et à l’hostilité existante entre les groupes qui la composent. Les critères qui fondent la segmentation de la tribu sont variés (classe d’âge, territoire, sexe, etc.), mais la forme la plus commune de la segmentarité demeure la division en lignages agnatiques. Waterbury parle d’identité situationnelle définie comme multiple et changeante en ce sens qu’un individu peut appartenir simultanément à plusieurs groupes. Aussi l’identité qu’il brandira dans un conflit dépendra de la situation : « Un individu peut se trouver pris dans le réseau de plusieurs alliances entrecroisées et opposées qui exercent sur lui des influences tellement contradictoires qu’elles le paralysent. Prenons l’exemple d’un individu dans une tribu marocaine : il appartient à un groupe lignager en rivalité avec d’autres lignages. Lui et son clan peuvent faire partie d’un leff qui tend à polariser les conflits au niveau du territoire. Les clans alliés dans le leff peuvent être adversaires au niveau des lignages. Le même individu peut encore faire partie d’une alliance locale plus restreinte portant sur les droits de pâturage, la répartition de l’eau, etc., qui interfère avec les liens agnatiques et l’appartenance au leff.  » (Waterbury, 1975, p. 88-89.) Ce sont ces réseaux d’alliances imbriquées qui tendent à éviter le conflit ou à le contenir dans des proportions supportables.

6L’identité situationnelle des individus a des conséquences sur la vie politique. Comme ces individus sont partagés entre plusieurs groupes (conflit de loyautés), il est peu probable de connaître d’avance sur qui il faut compter. Par conséquent, les alliances sont souvent instables. On ne peut compter sur les alliés d’aujourd’hui qui peuvent devenir les ennemis de demain. Devant une telle situation où « les ennemis jurés sont aussi rares que les amis pour la vie », la neutralité, qui n’est jamais totale, est valorisée. C’est en tenant compte de ces traits du système segmentaire que Waterbury examine la vie politique marocaine. Il remarque que lors des scissions des partis de l’Istiqlal et du Mouvement populaire, le nombre des hommes politiques qui se sont retirés du conflit tout en gardant de bons contacts avec les parties adverses est impressionnant. Comprendre la neutralité de ces hommes politiques c’est d’abord la lier au système segmentaire tribal et notamment à l’une de ses caractéristiques, le conflit de loyautés.

7Prenant en compte l’instabilité et l’incertitude des alliances, « tabler sur un seul individu, une seule faction, une seule cause risquerait d’être désastreux. Il est bien plus sûr de multiplier les alliances. » Dans ce cas, le pouvoir n’est pas utilisé pour créer, mais pour se défendre. « L’utilisation défensive du pouvoir et de l’autorité – qu’elle soit instinctive ou délibérée – est la caractéristique essentielle du comportement politique des Marocains. » Cela explique des particularités des comportements et du système politiques au Maroc, notamment son immobilisme paradoxal. Pour assurer sa défense, le Marocain est contraint de s’intégrer dans un réseau complexe d’alliances et de miser sur tous les tableaux. Même lorsqu’il opte ouvertement pour un groupe, il tentera de garder de bons rapports avec ses adversaires. Il évite les situations tranchées, grâce à un « sens aigu de la relativité de la victoire et de l’ambivalence de l’amitié comme de l’inimitié » (Waterbury, 1975, p. 21, 25-26, 98-101).

8Pour résumer, ce sont les caractéristiques d’un système segmentaire tribal qui rendent compte des comportements de l’élite responsable de l’immobilisme politique. L’identité situationnelle, en tant que caractéristique structurelle, semble être à l’origine des autres aspects structuraux du système politique : elle explique le conflit de loyauté et l’incertitude des alliances politiques. Devant une situation où les alliances sont incertaines, les acteurs politiques multiplient les contacts pour des raisons défensives. Aucune initiative politique ne peut, sans courir de grands risques, être alors prise. La gestion des alliances et le manque d’initiative expliquent l’immobilisme politique.

Tradition bricolée

9Il faudra analyser comment un chercheur peut aussi prendre part à la réinvention, voire la confection pure et simple d’une prétendue tradition. Précisons la manière dont Waterbury a bricolé la tradition politique du Maroc. Par bricolage, nous entendons, ici, le fait de recourir à plusieurs sources consacrées à la tradition politique tribale pour y puiser des éléments souvent contradictoires, voire exclusifs. L’assemblage de ces éléments étant dicté, non pas par une documentation et un examen systématiques des différents éléments de ladite tradition, mais par un choix éclectique servant à illustrer, en forçant l’interprétation, l’hypothèse relative aux faits étudiés.

10Waterbury méconnaît les caractéristiques du système segmentaire des tribus du Haut-Atlas marocain étudiées par Ernest Gellner. Son détour par le Moyen-Orient peut être aisément compris si l’on sait que Gellner insiste sur une définition univoque des segments de la tribu, alors que lui a besoin d’un système segmentaire où la division est fondée sur plusieurs critères. La multiplicité des critères est centrale dans son explication puisqu’elle fonde sa notion d’identité situationnelle qui rend compte du conflit de loyauté, de l’incertitude des alliances, etc.

11Waterbury et Gellner défendent des conceptions opposées du système politique tribal marocain. Selon Gellner, le système segmentaire définit de façon claire l’appartenance des individus aux groupes, le principe de l’emboîtement des groupes étant un trait essentiel de la structure sociale. Une personne qui appartient à plusieurs groupes peut avoir plusieurs identités collectives (celle de son lignage, de son village, de sa tribu, etc.) qui ne sont pas conflictuelles mais complémentaires. La société segmentaire ne connaît pas (ou faiblement) l’interférence d’autres groupes sociaux dont la constitution est fondée sur d’autres critères que la filiation patrilinéaire (sectes, associations, groupes d’âge, etc.). La définition des groupes exclut tout chevauchement des groupes sociaux et leurs conséquences éventuelles notamment le conflit de loyauté (Gellner, 1969). Le système segmentaire tel qu’analysé par Gellner est incompatible avec les notions d’identité situationnelle, de conflit de loyauté et d’incertitude des alliances. Les alliances étant pré-arrangées, un segment de la tribu A défendra vraisemblablement un autre segment de la même tribu contre des groupes appartenant à la tribu voisine B. Ici, la culture politique traditionnelle ne fait aucune place à la neutralité. La mécanique de fusion et de fission, garante principale de l’équilibre politique, ne jouerait pas si l’un des groupes en conflit ou ses membres importants se tenaient à l’écart ou se liaient de façon imprévisible avec un groupe ennemi.

12Alors quelle tradition tribale choisir ? Celle qui valorise la neutralité ou celle qui l’exclut, celle compatible avec le conflit de loyauté et l’incertitude des alliances ou celle qui met à l’œuvre des alliances pré-arrangées (et non prédéterminés)... Waterbury semble tailler la tradition politique à la mesure des faits qu’il étudie. Au lieu de comprendre l’imbrication des alliances, le conflit de loyauté et la neutralité, qui souvent en découlent, en partant des structures politiques actuelles et des motivations des acteurs politiques, il les transpose dans une tradition dont il semble être le seul compositeur. La tribu invoquée n’est qu’un ensemble de faits empruntés à des auteurs s’inscrivant dans des paradigmes souvent opposés (Evans-Pritchard, Gellner et David Hart pour les aspects qui ne dérangent pas ses hypothèses mais aussi Rosen, Berque, Pascon et Bourdieu). C’est une notion construite à la lumière d’une situation politique contemporaine. En effet, la démarche est l’inverse de ce que Waterbury prétend faire. Ce n’est pas sa connaissance de la tradition politique qui l’aide à comprendre le système politique postcolonial, c’est son analyse pertinente (il faut le reconnaître) du jeu politique contemporain qui l’aide à fabriquer une tradition politique à la mesure des faits examinés. La multiplication des alliances, l’évitement des situations tranchées, la valorisation de la neutralité, etc. qu’il a observés en étudiant le système politique ne sont que des échos du « passé ». Connaissant les faits actuels, il lui était facile de calquer sur eux une prétendue tradition politique. Démarche à reculons où la tribu n’est qu’un fantôme sans consistance concrète dont les principes politiques s’imposeraient à tous les acteurs politiques, aux vieux turbans comme aux jeunes turcs, aux traditionalistes comme aux modernistes.

13Waterbury indique que sa conception des alliances défensives doit beaucoup à Rosen. En multipliant les alliances, le Marocain cherche avant tout à se défendre. Le but de ces alliances n’a pas besoin d’être précis, il les contracte au cas où il aura besoin de ses obligés... Les moyens les plus sûrs pour s’assurer la loyauté de ses alliés sont les dettes morales et financières. Pour illustrer cela, il se contente de décrire les rapports existant entre un patron (un riche commerçant casablancais) et ses clients et protégés (Waterbury, 1975, p. 98, 100-102).

14Si Rosen suggère à Waterbury les alliances défensives, c’est parce que son approche ne prend pas uniquement comme objet les groupes sociaux auxquels les gens appartiennent, les catégories et les principes à travers lesquels les familles et les tribus sont agencées. Elle dépasse ces unités car, selon lui, les actions sociales ne sont pas contenues dans les limites des appartenances familiales ou tribales. Sa méthode consiste à lier la forme et le processus, le concept et l’action, l’effort individuel et l’appartenance collective. Il soutient que les notions (telles que celle de lignage, de village) sont ouvertes et malléables et ne prennent leur forme qu’une fois attachées à la vie des individus. Il soutient que les relations sont plus personnalisées qu’institutionnalisées (dans le sens de liens structuraux durables) et que les termes les qualifiant sont flexibles et ouverts à toute négociation et conclut qu’il n’existe pas de principe unique – parenté, résidence, secte, classe – qui constitue une explication de la vie en société (Rosen, 1984). Waterbury est devant deux types d’alliance, les unes sont pré-arrangées et font très peu de place à l’incertitude, à la neutralité et à l’imprévision (Gellner, Hart), les autres sont négociables et changeantes (Rosen, Berque). Que choisir ? Il opte successivement pour les deux sans se soucier du fait que l’analyse de Rosen récuse le modèle segmentaire. On ne peut être plus sélectif. D’ailleurs, il reconnaît, que son approche qui se réfère à « une situation historique complètement dépassée » « n’est pas sans danger ni difficulté, car elle repose sur une interprétation sélective et subjective des matériaux de recherche ». Toutefois son analyse ne tient aucunement compte de ces limites.

15Les Marocains, écrit-il, « conçoivent difficilement qu’ils puissent agir de façon autonome, et ils ne se sentent à l’aise que s’ils sont intégrés dans une collectivité ». « Dans une société où l’individu compte moins que le groupe, le comportement d’imitation joue un rôle important [...] dans le domaine politique.  » Si, par exemple, un chef (caïd ou amghar) adhère à un parti, toute la tribu suivra. Il s’agit ici d’une tribu où tous les individus sont interchangeables et dont les actions politiques sont prévisibles. Notons rapidement que le fait qu’une autorité (chef, amghar, caïd...) impose son choix à la tribu ne constitue pas en soi un comportement segmentaire.

16Waterbury oublie vite ce qu’il venait de souligner à propos des sociétés segmentaires : « Paradoxalement, la cohésion de la tribu ne tient pas à des buts partagés, ni à la ferveur soulevée par un chef [...], mais aux tensions et à l’hostilité entre les unités qui la composent. » (Waterbury, 1975, p. 99, 102.)

17Guidé encore par les faits étudiés, il soutient aussi que si une « communauté a une importance capitale, les individus sont remarquablement libres d’y agir en suivant leurs intérêts. Les chassés-croisés d’un bord à l’autre sont fréquents et ne sont pas jugés sévèrement (l’approche sélective continue, il cite Berque à cet égard). Il affirme qu’après l’indépendance du Maroc (1956) les « tribus sont devenues des coalitions d’intérêt et les « barons » ruraux des manipulateurs politiques, le type pur de la tribu – groupe fondé sur les sentiments primordiaux – a été inévitablement altéré. Même dans le Maroc indépendant les tribus se comportent en factions politiques, aux ordres de politiciens ambitieux, mais leurs « patrons » jouant de leur influence pour que l’intervention de l’autorité centrale soit accrue et non diminuée. Les tribus ont choisi d’entrer dans le jeu et non de s’y opposer.  » (Waterbury, 1975, p. 84, 100.)

18Là aussi la tradition bricolée comprend paradoxalement la primauté du groupe et la liberté de l’individu, le système segmentaire et le patronage. Ce n’est pas tout. La soumission de l’individu au groupe contredit la notion d’identité situationnelle et ce qui en découle (conflit de loyauté...), car elle n’est concevable que dans des groupes emboîtés où la position de l’individu est définie de façon univoque. Dans le cas d’une appartenance multiple à des groupes enchevêtrés, la primauté du groupe est un contresens. Lorsqu’une personne a la possibilité de choisir entre plusieurs chefs ou plusieurs groupes imbriqués auxquels elle appartient, c’est de la liberté de l’individu qu’il faudrait parler. On ne peut pour une même situation politique invoquer à la fois le primat du groupe sur l’individu (trait par lequel on a souvent défini la politique tribale) et le conflit de loyauté, car les deux principes sont exclusifs. Mais le bricolage des chercheurs, comme tout bricolage, semble s’accommoder des apories.

  • 2 Il semble que Gellner fasse allusion à Waterbury lorsqu’il écrit : «  Originally the property of so (...)

19La morale de l’histoire, c’est que la tradition en général et la tribu en particulier ne sont pas seulement un ensemble de faits et d’idées qu’un chercheur arrache au passé, elles sont souvent une construction intellectuelle au service d’une argumentation théorique. Ce qui paraît curieux, c’est que les analyses pertinentes de Waterbury peuvent se passer de l’invocation d’un fantôme de la tribu. Le recours à l’anthropologie jouerait un mauvais tour aux politologues qui cherchent constamment une tradition dans laquelle doivent baigner des faits actuels et présents2. Le retour presque rituel de la tribu (et à la tradition en général) n’est pas toujours inévitable pour comprendre la vie politique actuelle au niveau central et local.

Notes

1 Paru dans Prologues, n° 29-30, 2004, p. 59-65.

2 Il semble que Gellner fasse allusion à Waterbury lorsqu’il écrit : «  Originally the property of social anthropologists, its [the segmentary model] recent success have tended to be outside anthropology, where it has been extensively borrowed, but used in a looser manner, by political scientists and others.  » Ernest Gellner  : «  Introduction  : Approches to Nomadism  », in Nelson, Cynthia (éd.), The Desert and the Sown, Berkley, University of California, 1973, p. 3.

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable