Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esprit du terrain

 | 
Hassan Rachik

Quatrième partie. Connaissance anthropologique et situation ethnographique

Introduction

Texte intégral

1Mon rapport aux anthropologues que j’invoque dans mes écrits est fort variable. Le plus simple a été de les citer de façon ponctuelle pour tel ou tel détail ethnographique. J’ai aussi essayé de mettre en rapport un aspect de leurs ethnographies avec leurs cadres théoriques. Le troisième rapport est plus complexe et plus systématique. Il s’agit de rapprocher les travaux d’un auteur de sa situation ethnographique. Si je prends l’exemple de mon rapport à Westermarck, j’y ai d’abord référé de façon furtive pour ses descriptions de la baraka et de la grotte de Sidi Chamharouch (Rachik 1990, 1992). Puis, je lui ai consacré un texte où j’ai décrit et critiqué sa conception du ‘ar (Rachik, 1993, p. 167-183 ; voir supra, chapitre 4). Enfin, j’ai approché son œuvre en la mettant en rapport avec sa situation ethnographique, concept que j’ai utilisé pour la première fois dans mon livre Le Proche et le lointain (2012). Ceci est valable pour d’autres auteurs comme Doutté, Montagne, Berque, Geertz et Gellner. Je considère l’approche en termes de situation ethnographique comme un couronnement de mes lectures critiques de ces auteurs et d’autres. Dans mes textes précédents, j’avais étudié, mais de façon sporadique, des composantes de la situation ethnographique telles que les orientations théoriques et la rencontre ethnographique.

2Rappelons que le concept de situation ethnographique d’un chercheur comprend plusieurs dimensions : l’orientation théorique, la position sociale, les déterminants du travail de terrain comme la durée du séjour, le rapport aux observés et la maîtrise de leur langue. Le concept de situation ethnographique est plus large que celui de rencontre ethnographique qui est lié à l’expérience interactive du terrain. Je dirai un mot sur le concept de situation ethnographique par rapport auquel je situerai brièvement mes lectures critiques des auteurs traités dans cette partie.

Orientation théorique

3Nous pensons que toute connaissance anthropologique ne peut être le fait d’un auteur désincarné capable de contempler directement la réalité comme le positivisme l’avait souhaité et exigé. Quels que soient ses intérêts, sa position sociale, son idéologie, un anthropologue est amené, de par son rôle de chercheur, à se placer dans le cadre d’une tradition théorique qui fait autorité à ses yeux, à lui emprunter son lexique, ses postulats, ses hypothèses, etc. (Boudon, 1986, p. 128-133). Un anthropologue colonial, par exemple, doit respecter la science normale de son temps, référer à des autorités scientifiques qui constituent sa source d’inspiration et de légitimité, des collègues et des pairs dont les travaux sont utiles et nécessaires à ses recherches. Il doit être reconnu par ses pairs, publier des livres et des articles dans des revues académiques spécialisées. Doutté, qui contribua à l’expansion coloniale de la France, était en contact avec Marcel Mauss et la revue fondée par Durkheim, L’Année sociologique ; Berque, fonctionnaire colonial pendant une vingtaine d’années, était en rapport avec son cercle prestigieux de Paris, Marcel Mauss, Louis Gernet et Marc Bloch.

4Toute connaissance anthropologique part d’a priori théoriques qui peuvent être plus ou moins systématiques, plus ou moins explicites. La connaissance d’un auteur serait mieux comprise en analysant ses a priori et ses cadres théoriques qui inspirent et orientent les questions à poser, les concepts à utiliser, les faits à observer, la manière de les observer et de les interpréter.

5Partant de leurs ethnographies, nous avons considéré les différences entre Doutté, qui s’inspire largement de James Frazer, et Westermarck, qui puise ses idées dans la philosophie empirique britannique (chapitre 31). J’ai aussi comparé Geertz avec Gellner. Geertz approche la culture comme un système de sens. Cette approche interprétative fonde sa pratique de l’ethnographie qui vise les structures de sens à travers lesquelles l’acteur produit, perçoit et interprète ses actions. A l’opposé, Gellner souligne l’importance des structures sociales, accorde peu de place aux actions sociales et aux significations que les gens attribuent à leurs actions. Concernant la sainteté, par exemple, Geertz l’approche comme un ensemble de notions telles que le miraculeux et le généalogique, alors que Gellner le fait en termes de rôles sociaux tels que l’arbitrage et la supervision des élections tribales (chapitre 29). Approcher la religion comme un système de survivances et de débris antiques ou comme un système de sens ou encore comme un système de rôles sociaux conduit à des descriptions fort différentes des phénomènes religieux.

6Toutefois, nous avons conçu le cadre théorique d’un chercheur comme un guide qui lui laisse une marge de liberté. Même dogmatique et têtu, il faut faire l’hypothèse que ses interprétations ne sont pas toutes nécessairement adéquates avec le cadre théorique dont il se réclame. Les théories ne prévoient pas tout, et le chercheur n’est pas constamment vigilant pour appliquer systématiquement la théorie adoptée. Cela veut dire qu’il faut être attentif au décalage et aux contradictions qui pourraient exister entre les traditions théoriques invoquées par un auteur et son approche effective. Il arrive à Geertz d’omettre son approche sémiotique et compréhensive au profit d’une approche culturaliste et holiste. A cet égard, j’ai analysé sa manière de généraliser et de construire une catégorie aussi large que l’islam marocain. J’ai examiné ses postulats (homogénéisation culturelle du pays), puis le statut du cas particulier (vie d’un saint, vie d’un roi) sur lequel il fonde sa généralisation. Ma critique principale est l’absence de continuité empirique entre le cas choisi, qui est en fait un cas exemplaire et non particulier, et la religiosité ordinaire des Marocains (chapitre 33).

7Waterbury a tenté d’expliquer les comportements de l’élite et l’immobilisme politique au Maroc par l’attachement inconscient aux normes tribales. Il s’appuie ainsi sur un modèle segmentaire qui est en fait l’opposé de celui défendu par Gellner. Il ne s’agit pas seulement de constater l’erreur théorique de Waterbury en comparant sa conception de la segmentarité avec celles de Gellner et d’Evans-Pritchard, mais de comprendre l’usage qu’il en a fait (chapitre 30).

Position sociale

8La connaissance, qu’elle soit commune ou scientifique, est affectée par la position sociale de l’acteur. Elle n’est pas un processus immédiat qui conduit un sujet vers une réalité objective, mais plutôt un processus médiatisé par un sujet socialement situé. L’homme d’Eglise développerait une connaissance sur l’argent et sur le prêt à intérêt qui serait différente de celle du capitaliste et du négociant. Karl Mannheim nuance la relativité de la connaissance en affirmant que « la situation hors classe des intellectuels constitue une garantie de la validité de leur pensée sociale » (Mannheim, 1929, p. 102 ; Merton, 1965, p. 335, 351-354). Il y aurait donc un type de position sociale qui n’affecterait pas la neutralité et l’objectivité des recherches scientifiques. C’est le cas du sociologue de la connaissance qui se situe souvent en marge des systèmes sociaux. Cette marginalité lui permet de percevoir les perspectives intellectuelles des différents groupes et d’éviter d’être, par conséquent, prisonnier d’une seule perspective intellectuelle. Il y a donc pour Mannheim la possibilité d’être objectif, et cette objectivité est sociologiquement fondée. La marginalité et son corollaire, la capacité de percevoir les perspectives des différents groupes sociaux ainsi que leurs limites, permettent de prétendre à l’objectivité du chercheur.

9La notion de Mannheim d’une intelligentsia flottante, définie par rapport aux classes sociales, n’épuise pas la question de la position sociale. Un chercheur, comme n’importe quel acteur social, a une position qui est associée aux rôles sociaux qu’il assume en société. Il peut être militaire, fonctionnaire, universitaire, militant. Nous distinguons la position générale ou commune et la position particulière des chercheurs. La première les définit en tant que corps homogène en les distinguant d’autres positions sociales, celles de banquier, de négociant ou de politicien. La seconde réfère aux différences que connaît le corps des chercheurs lui-même. Robert Merton distingue, par exemple, le chercheur intégré dans une bureaucratie et celui qui ne l’est pas. Le chercheur bureaucrate a pour client le politicien, et le chercheur indépendant, le public. C’est pourquoi, pour rester fidèles à leurs intérêts intellectuels et sauvegarder leur autonomie, des chercheurs choisissent l’Université. Merton examine ensuite les effets de ces différentes positions sur le choix et la définition des problèmes. La position professionnelle du chercheur bureaucrate fait de lui un technicien. Il subit la pression de l’action qui influence sa manière d’aborder les problèmes. Il pense par rapport à une situation déterminée et en des termes techniques. Par contre, le chercheur indépendant, affranchi de tout contrôle bureaucratique, se sent libre d’envisager toutes les conséquences politiques de son travail. Il n’est pas obligé de donner un but pratique à son action. Le choix du sujet dépend de considérations théoriques et non politiques. Il peut s’intéresser à toute question qu’il trouve théoriquement significative (Merton, 1965, p. 357-368).

10Il faut noter que des chercheurs peuvent partager une même position sociale et pas forcément les mêmes dispositions théoriques, et inversement. Un banquier percevra autrement les phénomènes monétaires qu’un professeur de latin (position sociale), et il les interprétera différemment selon qu’il est ou non influencé par John Keynes (cadre théorique) (Boudon, 1986, p. 106-118). La position sociale d’un chercheur, ses intérêts matériels et intellectuels peuvent orienter ses travaux, mais pas au point d’indiquer dans le détail un contenu et une méthode. Un universitaire comme Westermarck, dont les recherches sont financées par l’Université de Helsinki, sera, à certains égards, différent de Doutté qui conduit ses missions dans le cadre de l’expansion coloniale française. Toutefois, lorsque les deux s’inspirent des théories universelles et évolutionnistes des croyances, leurs interprétations se rapprochent.

11En parcourant la littérature anthropologique consacrée au Maroc, j’ai constaté la quasi-absence d’études relatives aux pratiques dites orthodoxes telles que la prière. L’essentiel de l’ethnographie portait sur des pratiques et des croyances religieuses dites populaires. Pour comprendre ce déséquilibre, je l’ai ramené davantage aux cadres théoriques anthropologiques favorisant l’exotique et l’insolite qu’à la position religieuse du chercheur, souvent non musulman, qui lui interdit l’accès aux lieux sacrés (chapitre 35).

12L’anthropologie a traditionnellement été fondée sur la notion de l’éloignement entre l’observateur occidental et les indigènes. Avec l’avènement d’anthropologues marocains se pose la question du rapport de ces derniers à « leur culture » et à ce qui se produit à son sujet. J’ai furtivement réfléchi sur ma position de lecteur, anthropologue et marocain, par rapport aux écrits de Geertz sur des cultures qui me sont complètement étrangères et ses écrits sur la culture marocaine qui devrait m’être familière. J’ai certes un « avantage culturel » en tant que Marocain, mais comment l’interpréter (chapitre 28) ?

Rencontre ethnographique

13L’anthropologie est essentiellement définie comme une discipline fondée sur l’enquête prolongée de terrain auprès de sociétés étrangères. A cet égard, il est aussi pertinent d’examiner les effets du cadre théorique et de la position sociale du chercheur sur son expérience de terrain et, par conséquent, sur le contenu final de sa recherche. De ce point de vue, la situation ethnographique est une articulation entre la position sociale de l’anthropologue, son cadre théorique et son expérience quotidienne de terrain.

Durée du séjour et taille du groupe

14La durée du séjour sur le terrain n’est pas une question simplement pratique. Elle est influencée par l’orientation théorique du chercheur et éventuellement par sa position sociale. Doutté ne réalise que de courtes missions, il parle de « courses marocaines ». Westermarck mène son terrain durant sept ans, dont deux de façon continue, et Berque réside au Maroc durant une vingtaine d’années dont presque le tiers chez les tribus Seksawa. De façon générale, nous avons l’explorateur, le fonctionnaire colonial résident et l’universitaire (l’anthropologue standard) avec des séjours fréquents et plus ou moins longs.

15La question est de savoir quel type de terrain et d’ethnographie telle ou telle position sociale permet ou ne permet pas. Un voyageur, comme Douté, n’aurait pas le même type d’accès aux gens et à leurs idées qu’un fonctionnaire résident tels que Louis Brunot ou Jacques Berque. Pour le fonctionnaire résident, l’espace où il circule est d’abord un espace d’autorité lié à une fonction administrative avant d’être un terrain au sens anthropologique du terme. Le chercheur colonial et son produit, la connaissance coloniale, restent des catégories vagues qu’il faut nuancer suivant les positions particulières des auteurs et leurs cadres théoriques.

16La durée du séjour est en rapport avec la taille du groupe étudié. Voyager, avoir pour terrain plusieurs groupes, étudier de façon intensive une seule communauté constituent des options ethnographiques inscrites dans des traditions théoriques différentes. L’anthropologie commença par spéculer sur l’humanité avant de limiter son champ d’observation à des aires culturelles ou à des communautés restreintes. Les travaux de Westermarck illustrent ce changement d’échelle. Il choisit quatorze tribus et deux villes qui représentaient, à ses yeux, la population marocaine. C’est l’enquête multi-site (multi-locale fieldwork) avant terme. Montagne produit des monographies tribales, mais son terrain reste large et couvre principalement le sud du Maroc. Berque observe les communautés qu’il commande et qui sont souvent restreintes. Gellner opte, suivant en cela la tradition anthropologique britannique, pour une confédération tribale. Plusieurs anthropologues américains, à la suite de Geertz, optent pour des villes moyennes, des communautés plus complexes mais délimitées sur le plan géographique.

Ressource linguistique

17Parler la langue des groupes étudiés est devenu une exigence anthropologique. C’est un élément crucial dans l’appréciation d’un travail anthropologique. Mais le plus important, c’est l’inscription de cette ressource dans le processus ethnographique. On peut apprendre la langue des groupes étudiés pour les dominer, les administrer ou dialoguer avec eux. L’usage de la langue dépend de la disposition de l’anthropologue à parler ou non aux indigènes ou à ses interlocuteurs, à prendre au sérieux ou non leurs paroles et leurs points de vue. Cette disposition est théorique et éthique. Prendre au sérieux la parole des sujets étudiés n’allait pas de soi. C’est une disposition qui, en général, faisait défaut aux anthropologues précurseurs. Elle ne constitue pas une attitude isolée et ne prend sens que dans le cadre des traditions théoriques utilisées. En tout cas, elle s’accommode difficilement des paradigmes d’inspiration positiviste qui voient des pré-notions partout, qui considèrent la religion des indigènes comme une superstition, la magie comme une pseudo-science et les mythes comme des délires. Prendre en compte le sens que donne l’acteur à son action (Westermarck, Berque, Geertz,) ou le rejeter (Doutté, Montagne, Gellner) sont deux principes contradictoires qui orientent les chercheurs vers des descriptions différentes, voire opposées (chapitres 28, 29 et 32).

Le rapport aux observés

18La relation aux sujets observés dépend aussi de la manière dont le chercheur pense et perçoit
sa différence : civilisé/sauvage, chrétien/musulman, colonisateur/colonisé, dominant/dominé, citadin/rural, étranger/Marocain. C’est à ce niveau que les préjugés risquent d’alimenter l’interprétation anthropologique. Nous distinguons à cet égard le rapport théorique aux observés et le rapport effectif. Le premier consiste dans ce que l’observateur nous dit explicitement la manière dont il conçoit ses rapports aux observés. Ce niveau est plus simple à identifier et à décrire. Par contre, le rapport effectif aux observés est souvent omis ou occulté dans les textes anthropologiques. Nous avons essayé, quand cela a été possible, de l’examiner à partir de textes relatant l’expérience de terrain (journal de voyage, mémoire, interview, préface).

19La condition primordiale à un travail de terrain consiste dans l’acceptation du chercheur par les groupes étudiés. L’expérience de Doutté offre un exemple clair de comment son rapport aux Marocains affecta son travail ethnographique. Doutté, qui voyagea au Maroc entre 1900 et 1909, se sentait impur dans un pays qu’il trouvait inhospitalier pour les chrétiens. Quel type d’information pouvait-il obtenir dans ce contexte défavorable ? Se faire écouter, se faire accepter par une communauté qui ne partage pas la même religion n’était pas une mince affaire pour les chercheurs du début du siècle passé. Il est courant d’insister sur l’empathie et sur les longs séjours comme conditions favorables au travail ethnographique ; il serait aussi intéressant de savoir quel type d’ethnographie est produit dans le cadre d’interactions éphémères caractérisées par l’antipathie. Dans l’histoire de l’anthropologie, le recours à ce qu’on appelle la technique de l’entretien n’était pas évident. Parler aux indigènes n’allait pas de soi. Ceci dépendait des dispositions théoriques et éthiques de l’anthropologue. A cet égard, j’ai comparé Doutté, qui était arrogant et parlait peu aux Marocains, avec Westermarck, qui était conscient de l’importance du sens que les gens donnaient à leurs rites et croyances. Nous sommes devant deux types d’ethnographie, fondés respectivement sur l’antipathie et la sympathie (chapitres 31 et 32).

20Le problème de la relation aux observés se pose autrement pour l’anthropologue occidental contemporain. Dans ce sens, j’ai considéré les contraintes des rencontres ethnographiques, notamment celles en rapport avec des questions éthiques et plus particulièrement la question de la conduite idéale à adopter à l’égard des informateurs et des groupes étudiés (chapitre 34).

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable