Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esprit du terrain

 | 
Hassan Rachik

Deuxième partie. Structures, action collective et changement

Chapitre 13. Les nomades et l’argent1

Résumé

Chez les nomades Beni Guil, l’argent qui provenait de la vente du bétail servait à la satisfaction des besoins domestiques. L’idée de l’investir dans l’accroissement du cheptel était, vu les conditions de l’économie nomade, impensable. Depuis les années 70, l’argent est devenu au centre de la production pastorale. Nous examinons ce processus ainsi que ses effets sur les relations sociales, et plus précisément sur la coopération entre les éleveurs et les relations contractuelles avec le berger. Le calcul s’est substitué à l’entraide et à la charité, le berger salarié célibataire est préféré au berger traditionnel père de famille.

Texte intégral

  • 1 Paru dans Développement rural : environnement et enjeux territoriaux, P. Bonte, M. Elloumi, H. Guil (...)

1De riches nomades me révélaient qu’ils ne savaient pas compter l’argent qu’ils confiaient aux commerçants de l’oasis de Figuig venus s’installer à Tendrara. Cette pratique était la règle, au moins, jusqu’aux années 50. L’argent ne circulait pas dans les steppes, il n’était pas nécessaire pour une économie pastorale reposant presque totalement sur les ressources naturelles. Depuis les années 70, le rapport à l’argent a considérablement changé. Nous allons brièvement examiner ces changements et leurs effets sur les relations sociales. Les processus sociaux dont il est ici question ont été décrits sous un autre angle dans un live consacré aux changements sociaux chez les Beni Guil, Maroc oriental (Rachik, 2000). Les données réunies entre 1989 et 1991 ont été actualisées par une courte visite en 2002 et une série d’entretiens conduits en 2006, sous notre direction, par Mohamed Kadiri et Saïd Sbaï, à Tendrara et dans ses environs.

1

  • 2 Lettre du gouverneur général d’Algérie au ministre de la Guerre au sujet d’une « agression sur notr (...)
  • 3 L’Afrique française, 1903, n°12, p. 380.
  • 4 Lettre du général Lyautey, commandant de la division d’Oran, 18 janvier 1905, Archives de Vincennes (...)
  • 5 L’Afrique française, 1904, n° 4, p. 119.

2Les nomades avaient deux modes principaux pour se procurer l’argent. De nombreuses razzias ont été rapportées par les autorités militaires françaises. En mai 1896, sept cavaliers Beni Guil attaquèrent, loin de leur territoire, une caravane d’une tribu algérienne composée de trois cavaliers et huit fantassins. Ils s’emparèrent de l’argent provenant de la vente des moutons et 44 chameaux chargés de grains, d’épices et d’étoffes2. Par ailleurs, plusieurs faits indiquent l’importance du commerce caravanier chez les Beni Guil. Leurs caravanes faisaient le lien entre Figuig, le Tafilalet et le Touat (actuellement en Algérie). Les marchandises étaient variées : soie, lin, burnous, couvertures en laine, etc. Des contrats conclus avec des commerçants de Figuig montrent aussi que des nomades Beni Guil participaient au commerce caravanier. En 1903, une caravane des Beni Guil, qui retournait dans le pays avec 250 chameaux chargés d’orge achetée au marché de Maghnia en Algérie, fut razziée près d’Oujda3. Les troupes militaires mobiles françaises contrôlaient le commerce caravanier. Au cours de la reconnaissance venue de Berguent [décembre 1904], deux petites caravanes, l’une de 11 chameaux, l’autre de 13 chameaux, ont été reconnues appartenir, l’une à des Oulad Hajji (Beni Guil) revenant de la Gara de Debdou et portant des grains [...] sur le point de fuir dans l’ouest, l’autre des Oulad Mbarek venant de Figuig et rapportant un approvisionnement de dattes à leurs fractions qui s’étaient enfuies au mois de novembre du côté de Debdou pour se rapprocher du prétendant [Bouhmara]4. En 1904, des députations représentant des tribus Beni Guil ont rencontré le commandant supérieur de Colomb, afin d’obtenir des garanties pour la sécurité de leurs caravanes5.

  • 6 L’Afrique française, 1904, n° 5, p. 151 ; 1905, n°5, p. 221 et n°3, p. 117.

3Les Beni Guil étaient dépendants du commerce lointain. La sanction la plus insupportable pour leur économie était l’interdiction des marchés par l’autorité française. La fermeture des marchés rendait leur situation très précaire. L’accord de janvier 1904 avec les autorités françaises était essentiellement motivé par l’accès aux marchés algériens. Jusqu’aux années 30, aucune agglomération n’existait chez les Beni Guil. Bouarfa qui comptait 8 770 habitants en 1960, est né après la découverte (1919) et l’exploitation (1925) d’un gisement de manganèse. Tendrara, qui comprenait 1 600 habitants en 1970, n’était qu’un point d’eau (agla). Seul le commerce caravanier leur permettait d’échanger leurs produits contre les marchandises et denrées nécessaires. Les marchés les plus proches étaient ceux de Figuig et Debdou et, à partir des années 1900, ceux de Aïn Beni Mathar et de Beni Ounif. Ce dernier a connu, à partir de 1904, une activité commerciale considérable grâce aux fréquentations régulières des Beni Guil et les autres tribus nomades voisines. Pendant le mois de mars 1905, chaque jour des caravanes des Beni Guil arrivaient sur le marché amenant pour la vente des moutons et des chameaux et rentrant dans leurs campements avec des chargements de blé, d’orge, de semoule, de sucre, de café, de thé, etc. Cette situation n’était pas exceptionnelle. Une année plus tard, il est rapporté « que les indigènes de l’Ouest continuaient à fréquenter régulièrement Beni Ounif. Les Beni Guil surtout, dont les campements sont, en ce moment, situés aux environs du centre, viennent très nombreux vendre des moutons, du beurre, du poil de chèvre, etc. et acheter tout ce qui leur est nécessaire6. » « Pendant l’été de 1906, les Beni Guil ayant appris la baisse du prix des céréales dans le Tell algérien y envoyèrent de nombreuses caravanes. Pendant les mois de juillet et août, le seul poste de Forthassa délivra des permis pour un total de 1 500 chameaux.  » (Lt. Bauger, 1907, p. 38.)

4Dès les années 40, les moyens de transport modernes, les chemins de fer et notamment le camion ont réduit le chameau à une fonction pastorale. Des témoignages de l’époque soulignaient ce changement. Blachier nota en 1949 que les chemins de fer et les poids lourds automobiles ont relégué le chameau transporteur au second plan. La caravane de chameaux ne tardera plus à n’être qu’un souvenir (Blachier, 1949, p. 10). Gallié constata aussi en 1953 que les caravanes de chameaux escortés d’hommes armés cherchant les produits nécessaires avaient été supplantées par les camions (Gallié, 1953). Les nouveaux marchés de Bouarfa et de Tendrara ont rendu inutile le commerce caravanier. Le nomade peut désormais vendre ses produits et s’approvisionner sans effectuer de grands déplacements. Le camion est là pour tout transporter. Croissance urbaine, marchés, réseau routier et transport motorisé ont profondément changé l’environnement des nomades.

2

5Jusqu’aux années 70, on peut dire que l’argent qui provenait de la vente du bétail servait à la satisfaction des besoins domestiques (nourriture essentiellement, ustensiles, vêtements...). L’idée d’investir de l’argent dans le cheptel était, vu les conditions de l’économie nomade, impensable. Tant que l’argent était en marge de la production pastorale, son usage n’avait pas d’effets sur les structures sociales. Ceci nous amène à examiner comment l’argent est devenu central dans le processus productif – et pas seulement à son terme, la vente du bétail – et comment ce changement a affecté les relations sociales entre nomades.

  • 7 On trouve des expressions similaires dans d’autres sociétés : les nomades du sud de l’Algérie résum (...)

6Quel que soit l’effort quotidien fourni pour l’entretien du cheptel, il apparaît qu’un nomade ne concevait pas de lien direct entre la production pastorale et le travail humain ; pour lui, le troupeau croissait naturellement. L’alimentation du cheptel provenait quasi exclusivement des parcours. S’il y a une innovation lancinante pour eux, c’est la complémentation (l‘alf) : avant, le cheptel broutait avec sa gueule, aujourd’hui on dépense pour le nourrir (kanet zwayel takoul bfoumha, lyoum nçeyyrou). Pour signifier que l’alimentation du bétail provenait exclusivement des parcours, nos interlocuteurs mettaient l’accent sur la même idée : littéralement la brebis pâturait avec sa gueule, nous élevions le bétail en comptant sur sa gueule, le bétail vivait grâce à sa gueule, etc. (chat sarha b-foumha, nkesbou zwayel ‘la foumha, t’ich laksiba b- foumha). La complémentation est très récente, comme l’attestent les datations locales : ‘am chmandar (l’année des pulpes séchées de betterave en 1978) et ‘am coudissa (l’année de coudissa, un aliment composé introduit en 1989). Le recours à la complémentation s’est rapidement propagé après la sécheresse de 1970. Les nomades ont commencé par complémenter une partie du troupeau, les brebis suitées ou blessées. Ce n’est qu’à partir des années 80 que s’est généralisée la « véritable complémentation » (l‘alf tâmme), c’est-à-dire celle qui concerne l’ensemble du troupeau et durant toute l’année. Par ailleurs, le nomade a été contraint d’acheter au marché de nouveaux produits devenus indispensables pour l’entretien du troupeau et de sa famille (mangeoires, enclos, fûts, citernes...). Avant 1970, l’argent n’intervenait guère dans la croissance et la survie du troupeau. Le nomadisme fondé sur la recherche perpétuelle de « l’herbe de Dieu » est devenu en une décennie un lointain souvenir. « Avant, on ne complémentait pas, et c’était bien, les brebis broutaient les plantes de Dieu ; depuis quelles « mangent avec l’argent », elles ont commencé « à se manger l’une l’autre  » (bekri, mat’ellefch, kant dima m‘aha rbah, Imakla dyal Llah, melli bdat takoul b leflous bdat takoul ba’diyatha). Pour exprimer le fait que le nomade est contraint de vendre une brebis pour en nourrir une autre, on dit « la brebis mange sa sœur » (châtt takoul khetha)7. Cette expression traduit un processus auquel le nomade n’était guère habitué. Seules les dépenses domestiques justifiaient le recours à l’argent et, par conséquent, la vente du cheptel. Le nomade ne dépend plus du marché uniquement pour l’entretien de sa famille mais aussi pour l’entretien de son troupeau. « Avant, le troupeau faisait vivre le nomade, maintenant c’est le nomade qui fait vivre le troupeau (bekri kanet chiah tejri ‘lina, daba hna lli ka njerriw ‘liha). »

7Les nomades sont conscients des conséquences des innovations pastorales. Naguère, ils allaient au marché vendre une partie du troupeau et acheter les produits de base. Tout était bénéfice ou presque. Actuellement et à mesure que les dépenses de l’élevage s’accroissent, ils adoptent de nouvelles pratiques dictées par le marché. Ils savent que la qualité de leur race tend à diminuer avec la complémentation et que la viande perd la saveur d’antan attribuée aux plantes aromatiques. Mais ils savent aussi que le prix dépend davantage du poids de l’animal que du goût de sa viande. Toute pratique pastorale qui contribue à l’augmentation du poids du mouton sera la bienvenue. L’une des pratiques qui s’est récemment répandue consiste à « choyer l’agneau » (khennet lakhrouf), c’est-à-dire à ne pas traire les brebis ayant mis bas un mâle. Le lait de la mère revient exclusivement à l’agneau. Avant, « au temps de l’abondance », on trayait toutes les brebis sans distinction. Actuellement, la traite sélective est valorisée parce que rentable. L’agneau est choyé car, contrairement à l’agnelle gardée pour augmenter la taille du troupeau, il est destiné au marché. Cette pratique s’est développée avec la complémentation. Les nomades parlent souvent de commerce (tijara), de vente (lbi‘), de prix (tamane) pour la justifier. « Avant on trayait toutes les brebis, maintenant on choie l’agneau. Avant on ne prêtait pas attention à l’agneau. Aujourd’hui, il est devenu un commerce. Il faut le choyer quatre mois avant de le vendre.  (Bekri kounna nhelbou koulchi. Daba nkhentou lakhrouf. Kane idour l‘am gama teddihafih. Lyoum lakhrouf wella tijara. Khass ikhentou rba‘ chhour ouyeddih lsouq.) »

8Certains nomades ont adopté l’élevage des bovins, qui n’était pas adapté à l’ancienne vie nomade. Les bovins marchent lentement, exigent beaucoup d’eau et des pâturages appropriés (ils ne sont pas conduits dans des parcours salés, par exemple). Grâce aux nouveaux atouts dont peut disposer le nomade, ces contraintes sont actuellement surmontables. L’adoption des bovins révèle clairement les changements profonds de la société nomade. Grâce au transport motorisé, la lenteur des bovins, leur exigence en eau, la distance séparant les pâturages appropriés aux ovins et aux bovins ne constituent plus des obstacles invincibles. Le camion assure le transport des vaches et de l’eau et permet ainsi un gardiennage séparé des deux espèces. Certains nomades assument un gardiennage complexe qui exige souvent la division du foyer en plusieurs tentes et d’incessants va-et-vient entre des parcours souvent distants. Cela en vaut la peine, le prix du veau est de plus en plus attrayant.

9En plus de l’alimentation, la préoccupation quotidienne du nomade consiste dans l’abreuvement du cheptel. La rareté de l’eau rend difficile cette tâche. Les parcours sont très vastes, et la distance qui sépare les points d’eau des lieux de pâturage est souvent considérable. Traditionnellement, le nomade déplaçait le troupeau vers les points d’eau (ncherbouhoum ‘la rejlihoum). Le mouton des Beni Guil est réputé pour son adaptation aux conditions rudes des steppes. Bon marcheur, il mange peu, supporte la soif, la chaleur et le froid. Malgré ces qualités, les nomades sont de plus en plus contraints d’en prendre soin. Ils perdent progressivement l’habitude de conduire le troupeau vers les points d’eau. Celui-ci est de plus en plus abreuvé par de l’eau transportée. Pour ce faire, il faut disposer d’un véhicule (camion ou charrette), deux réservoirs en fer, l’un, dit citerna (citerne) sert à transporter l’eau et l’autre, dit khezna, à la conserver.

10Le transport motorisé favorise de nouvelles formes de relations sociales. Comparons avec le douar traditionnel pour apprécier les changements récents. Le douar est composé de khyam (sing. khayma), mot qui désigne à la fois l’habitation principale du nomade et l’unité domestique, le foyer. Il constitue la communauté pastorale de base, les foyers qui le composent ont l’habitude de se déplacer et de camper ensemble. Il y a deux types de douar. Le premier est fondé sur le contrat. Il groupe des chefs de foyer qui ont un intérêt commun à réunir leurs chameaux afin de former un troupeau assez grand pour être confié à un seul gardien. Un petit troupeau était insuffisant pour couvrir le salaire de ce dernier. Plus le troupeau est grand, plus les contributions individuelles aux frais du gardiennage diminuent. Le recrutement d’un gardien commun constitue, dans ce cas, la motivation principale, immédiate et explicite du groupement des foyers. Le second type de douar est constitué par un grand nomade qui a tout intérêt, vu la taille de ses troupeaux, à éviter toute association. Il recrute ses propres bergers et son propre gardien de chameaux. Il accueille en plus des nomades indigents qui vivotent grâce à sa charité (mniha, brebis laitières) et se déplacent grâce à ses chameaux. Être démuni chez les nomades, c’est ne pas disposer des moyens pour se déplacer. On estime que trois à cinq chameaux sont nécessaires pour transporter la tente et le mobilier d’un foyer. La notion de douar réfère donc à des structures sociales opposées, l’une fondée sur la coopération pastorale, l’autre sur l’autonomie du grand et la dépendance des infortunés. Mais le point commun, du point de vue de notre problématique, est que toutes ces relations sociales, qu’elles soient basées sur le contrat ou sur la charité, sur l’échange de services ou sur la rémunération, ignoraient l’argent.

11Actuellement, de grands nomades (labkâre) forment, autour du camion, des unités pastorales avec d’autres chefs de foyer. Compte tenu des déplacements devenus de moins en moins fréquents, c’est moins la mobilité de la tente et du troupeau que le transport quotidien de l’eau qui rend nécessaires les services d’un propriétaire de camion. Le propriétaire du camion occupe une position centrale, tous les membres du campement en dépendent. Mais le statut de ces derniers et la nature des relations qui les lient au grand ont changé. Il ne s’agit plus de pauvres nomades, et les relations sociales sont fondées moins sur la charité que sur le service rémunéré. Les compagnons du grand sont tous des propriétaires moyens (120 à 300 ovins et caprins). Rien n’est plus gratuit. Voici les prix approximatifs pratiqués au début des années 90 : 350 à 400 dirhams (40 à 45 dollars) pour un déplacement d’une cinquantaine de kilomètres. En outre, il faut compter plusieurs « voyages » (transport de la tente, du troupeau – une cinquantaine de têtes par « voyage »). Les nomades modestes, qui se déplacent individuellement, se contentent de transporter par camion la tente et les accessoires. Le troupeau est confié au berger qui le conduit, souvent pendant quelques jours, au parcours choisi. Le coût de la mobilité ne cesse d’augmenter, ce qui explique aussi la diminution de la fréquence des déplacements. Quand le grand possédait une cinquantaine de chameaux, il pouvait se permettre, en se référant à la charité, d’avoir des clients à qui prêter au besoin deux ou trois chameaux. Le maintien de ce type de relations, caractéristique de l’ancien douar, n’est ni possible ni rentable après l’adoption du transport motorisé. Contrairement au chameau, le camion coûte cher au grand.

12Cependant, c’est le transport d’eau, presque quotidien, qui constitue la fonction pastorale principale du camion. Au début des années 90, pour une distance d’une quarantaine de kilomètres, le transport d’une citerne d’eau coûtait 150 à 200 dirhams (18 à 23 dollars). En hiver, pour un troupeau d’une centaine de brebis une citerne suffit pendant trois ou quatre jours. En été par contre, le transport de l'eau doit s’effectuer quotidiennement.

13Il faut savoir qu’une seule génération de nomades a vécu toutes ces mutations sociales. Ils doivent payer de plus en plus pour des choses qui étaient naguère « gratuites », c’est-à-dire qui n’exigeaient d’eux que leurs efforts et ceux de leurs animaux. Il faut cependant noter que sur le plan sociologique, l’argent circule aussi entre les parents et les proches ; il n’est plus limité au marché. Le grand nomade ne peut plus faire la charité, il est contraint, dans les meilleurs des cas, à se faire rembourser. On parle de contrepartie (mouqabil) et de paiement (khlas). Mais il ne peut pas non plus agir comme s’il était dans un marché. Ce sont souvent des parents et des voisins auxquels il a affaire. Ainsi le prix fixe est (encore) exclu. Parfois, le grand ne demande que le prix du fioul (ikhelleç lmazoute). Même si l’argent intervient dans les relations sociales, celles-ci sont encore personnelles et non pas, ou pas encore, anonymes. Les compagnons du grand (rfaga) doivent payer et trouvent cela moralement juste car le propriétaire du camion engage des dépenses. Même en recevant de l’argent, le grand continue à faire du bien.

3

14Passons à un autre type de relations sociales plus formalisées que les précédentes. Le contrat – non écrit – passé avec le berger (sareh) demeure à l’image de l’économie pastorale traditionnelle. Jusqu’à présent, il ne stipulait aucune rémunération en argent. Selon le contrat (chart), le berger a droit annuellement à un nombre d’agneaux (à peine sevrés) déterminé à l'avance. En 1990, le nombre variait entre 12 et 16 agneaux. Une fois par an, il a droit à des vêtements (keswa : djellaba et burnous..., des bottes en hiver et des sandales en été). Comme les bergers sont en règle générale mariés et vivent séparément dans leurs petites tentes, le contrat prévoit également ce qui est communément appelé ‘awla ou la‘wine, c’est-à-dire la quantité de nourriture mensuelle due au berger. Celle-ci consiste généralement en farine, sucre et thé. De plus, il peut avoir droit à une quantité de laine (jejja) pour remplacer les parties usées (flij) de sa tente, à une mniha, c’est-à-dire une dizaine de brebis qu’il trait pour sa propre consommation. Lorsque le berger est célibataire, ce qui était fort rare, il est nourri par son employeur. Un berger marié est préféré au célibataire. L’idéal pour les propriétaires étant un pater familias (Berque, 1936, p. 33). La présence d’un célibataire, dit-on, est suspecte, car le risque qu’il approche les femmes et les filles du propriétaire est plus grand. Le fait que le berger possède son propre troupeau est également considéré comme un avantage pour l’employeur, car il sera motivé pour chercher la nourriture de l’ensemble du troupeau.

Rémunérations conventionnelles du berger

Rémunérations

1990/1992

2006

Agneaux (parfois un tiers de chevreaux)

12 à 16

15 à 20

Vêtements

Djellaba et burnous, bottes (hiver), sandales (été)

Djellaba et burnous (ou deux djellabas), deux pairs de chaussures

Sucre

2 à 5 pains de sucre (4 à 10 kg)

10/12 kg

Thé

500 g (qabsa atay)

5/6 paquets thé

Farine

50 kg (10 qourdiyya zra’)

50 kg

Mniha

10 à 20 brebis laitières

Très rare

Laine

12 jajja (toisons)

Non mentionné

15La condition du berger était fort insupportable, du point de vue des intéressés eux-mêmes ainsi que de leurs employeurs (sareh bekri yetmermed...). Citons un seul exemple : les nomades ne connaissaient pas l’enclos (zriba), aussi le berger était-il obligé de dormir au milieu du troupeau. Il devait ainsi endurer le froid et la pluie. La nuit, il attachait par une sorte de laisse (lmers) sa main à une brebis déterminée – celle qui entraînait le troupeau – qui le réveillait chaque fois qu’elle tentait de s’éloigner. Se présenter chez un employeur avec un lmers à la main était pour le berger une manière de manifester sa volonté et sa disposition d’être un homme de peine.

16Comme le berger devient de plus en plus rare, les conditions du métier sont continuellement révisées et améliorées. Le troupeau du berger, qui ne devait pas dépasser 40 têtes, peut aller actuellement jusqu’à 80. L’enjeu est très clair. Il faut savoir que le troupeau du berger est pris en charge par l’employeur. La règle dans le passé voulait que si son propre troupeau dépassait 40 têtes, le berger devait se retirer pour s’en occuper. Les notions de peine et de repos changent aussi. Pour se reposer la nuit, le berger exige une zriba (enclos sous forme de clôture grillagée). Il faut noter que l’adoption de l’enclos est récente. Seuls quelques grands nomades en disposaient avant 1970. La raison principale était la protection du troupeau contre le loup. Mais il a d’autres fonctions secondaires : certains l’utilisent pour faciliter la complémentation ou pour séparer les antenais de leurs mères. Plusieurs pratiques dures ont presque disparu. Suite à la complémentation, la conduite du troupeau la nuit est peu pratiquée. De plus, grâce au camion, le berger ne conduit guère le troupeau aux points d’eau.

17Ces changements au niveau du contrat et des conditions du travail du berger sont des changements d’équilibre et non de structure. En dépit de l'augmentation des rémunérations et de l’amélioration relative des conditions du travail, plusieurs nomades interrogés en 2006 prédisent la disparition des bergers. Ceux-ci sont devenus tellement rares que le contrat commence à être conclu entre les pères et les fils. Le contrat est le même. Un père interrogé déclare donner respectivement à ses deux fils 11 agneaux et 5 chevreaux, une djellaba, un burnous (selham) et deux paires de chaussures par an, et chaque mois, 50 kilos de farine, 5 kilos de sucre et 5 petits paquets de thé. Devant l’impossibilité de trouver des bergers (partis selon lui en Espagne) et le refus des fils de garder sans contre-partie le troupeau, il a été contraint de faire appel à un moukari, qu’il a rapidement congédié, trouvant son salaire très élevé (750 dirhams par mois, 85 dollars).

4

18L’éventail des métiers était non seulement réduit comme c’est le cas actuellement, mais quasi nul. Un démuni avait le choix entre devenir berger, s’il avait les qualités requises, ou vivre de la charité des gens aisés. Même si le contexte de l’emploi est encore limité et peu diversifié, il permet aux gens de voir dans le contrat avec le berger un résidu du passé, le seul qui ignore encore l’argent. Depuis les années 80 se diffuse un nouveau contrat de gardiennage qui bouleverse les relations sociales traditionnelles. Le nom donné au « berger moderne », moukari, évoque l’idée de location, de louage de service déterminé dans le temps. Il faut noter que souvent le changement d’une institution se fait tout en gardant son ancienne appellation. Cependant, il semblerait que lorsque le changement et le contraste entre le nouveau et l’ancien sont trop évidents, les gens recourent à un nouveau vocabulaire pour désigner le nouveau phénomène. On oppose donc le sareh (berger traditionnel, sareh laqdim be l’âme ou l’awla) au moukari (berger moderne). La nouveauté consiste dans la nature de la rémunération et la durée du contrat. Le moukari reçoit un salaire mensuel en argent. Celui-ci varie en 2006 entre 700 et 1000 dirhams (80 et 115 dollars). Il faut ajouter que le moukari est nourri par l’employeur et qu’il revient nettement plus cher que le berger traditionnel.

19Dans les années 30, Berque remarquait déjà que l’ouvrier agricole et le journalier apparaissaient comme une dégradation du type khammès (métayer) et que le type de berger salarié apparaissait lui aussi comme une dégradation du type archaïque (Berque, 1938, p. 126). Dans son étude des contrats pastoraux, Berque avait attiré l’attention sur l’ambivalence et l’ambiguïté du rapport entre le berger et son maître. Au Maroc, comme en Algérie, il existe un prêt accordé au berger qui est intentionnellement irrécouvrable (dit salaf au Maroc et çarmia en Algérie). Comme le berger est insolvable, il est contraint de rester avec son maître (Berque, 1936, p. 10). Et comme il est lié à son maître, il serait réducteur de ne parler que des aspects contractuels de la relation. Dans certaines régions au Maroc, on parle de çohba. Le berger est çaheb de son maître. Ce mot qui signifie dans d’autres contextes « compagnon » ou « ami » doit être entendu ici comme une sorte d’euphémisme cachant l’idée de « client ». Berque parle de lien juridique statutaire qui trouve son origine dans un contrat. Le statut et le contrat ne sont donc pas des notions antithétiques, puisque le contrat peut mener au statut (Berque, ibid.).

20Le changement sociologique le plus significatif dans le nouveau contrat moukari consiste dans la disparition des aspects statutaires dans la relation berger/maître. Les relations entre le berger et l’employeur changent de nature. Le contrat traditionnel était au minium annuel. Avec le nouveau contrat, le moukari est plus libre en ce sens que si une opportunité meilleure se présente, il peut facilement rompre le contrat. Cela fait également le bonheur des employeurs qui ont besoin des services d’un berger pour une période déterminée de l’année. Seuls les grands nomades préfèrent encore le berger traditionnel qu’ils trouvent plus sûr. Le moukari peut s’en aller à n’importe quel moment, ce qui est un grand souci pour le propriétaire d’un grand troupeau (yeg’oud chhar oulla jouje we rawweh ; il travaille un mois ou deux puis il s’en va). Les attitudes varient donc à l’égard du moukari. Certains le trouvent pratique et d’autres incompatibles avec le gardiennage du troupeau qui nécessite un entretien et des relations affectives continues. Par ailleurs, le moukari passe pour ne pas avoir la baraka (bénédiction), ce qui est plus l’apanage des métiers traditionnels (du pain fait maison, des denrées traditionnelles, des maisons traditionnelles, etc.). Argent et sacré ne vont pas de pair.

21L’argent simplifie les relations sociales. Il permet de ne plus attendre la croissance du troupeau pour en récolter les bénéfices. Il réduit le temps. On peut même être journalier, ce qui est absurde dans une économie pastorale traditionnelle. Le jour ne pouvait être une unité de travail. Même la durée d’un mois était inconcevable. Comment payer en nature un berger qui travaille durant un mois ? Donnons un exemple qui montre les difficultés du paiement en nature et les solutions que l’argent apporte pour les dépasser. Le contrat passé avec un gardien commun des chameaux (boumhawech) était complexe dans la mesure où la rémunération se faisait, d’un commun accord entre les membres du douar, au prorata des chameaux qui lui étaient confiés. Le principe, dégagé des clauses de plusieurs contrats, consistait à déterminer les unités de rémunération (souvent une agnelle et une chevrette) et le nombre de chameaux gardés correspondant. Par exemple, pour un chameau, il fallait donner une chevrette, pour 5 un agneau et pour 10 deux agneaux. Le calcul devient compliqué lorsque les gens ont 3, 7 ou 8 chameaux par exemple. Le principe est qu’un agneau équivaut à 2 chevreaux. Une personne qui a 2 ou 3 chameaux donne un chevreau, celui qui en a 7 ou 8 donne un agneau et un chevreau. Les contractants peuvent aussi, pour plus d’équité, fixer d’un commun accord un complément en argent. C’est le recours à l’argent qui finalement résolvait le problème. On peut également payer pour un chameau la moitié d’un agneau. On estime alors le prix du moment d’un agneau, et l’éleveur donne en argent l’équivalent de la moitié du prix estimé. Toutes ces négociations, qui exigeaient des experts locaux, ont disparu avec la disparition des chameaux.

Conclusion

22On voit que même dans les contrats traditionnels, le recours à l’argent n’était pas exclu. La rencontre des communautés nomades traditionnelles avec l’agent est très ancienne, le marché a été indispensable à leur survie. Cependant, la nature de l’échange était simple. Exceptée la vente, le reste du processus productif restait, jusqu’aux années 70, à l’abri de la circulation de l’argent. Depuis, le nomade vend ses bêtes non plus seulement pour entretenir sa famille mais aussi et surtout pour entretenir son troupeau : transport de l’eau, complémentation, déplacements, accessoires (citernes, enclos, fûts, mangeoires...). Les attitudes changent : le calcul passe avant la coopération et la charité, le berger salarié célibataire est préféré au berger traditionnel père de famille. L’argent facilite les relations anonymes et éphémères et contribue à la dislocation des relations communautaires basées sur une coopération permanente. Le nombre de services quotidiennement rendus par un propriétaire de camion excède les relations traditionnelles restreintes basées sur le clientélisme, l’échange de services, le don et le contre-don. Les relations sont devenues tellement nombreuses, tellement complexes, tellement ponctuelles (non répétitives) que le recours à l’argent, même au fond des steppes, reste l’ultime solution. Comparé aux contrats agricoles similaires (khammasat, khobza, etc.), qui ont disparu depuis déjà quelques décennies, le contrat du berger a longtemps survécu. Sa lente agonie s’explique probablement par le fait que le métier de berger, qui est très dévalorisé (sareh est une insulte) était l’ultime refuge des marginaux. Depuis quelques années, trouver des jeunes ruraux qui acceptent ce genre de métier devient de plus en plus une mission quasi impossible. Ce n’est pas seulement l’argent qui avance, ce sont aussi des statuts marginaux qui reculent.

Notes

1 Paru dans Développement rural : environnement et enjeux territoriaux, P. Bonte, M. Elloumi, H. Guillaume, M. Mahdi (éd.), Tunis, Cérès éditions, 2009, p. 97-89.

2 Lettre du gouverneur général d’Algérie au ministre de la Guerre au sujet d’une « agression sur notre territoire des indigènes des Beni Guil contre des indigènes des Hmyane », Alger, 24 mai 1896, Archives de Vincennes ; rapport du général Lyautey, Aïn Sefra, 16 juillet 1904, Archives de Vincennes, Paris, 3H20.

3 L’Afrique française, 1903, n°12, p. 380.

4 Lettre du général Lyautey, commandant de la division d’Oran, 18 janvier 1905, Archives de Vincennes, 1H1053.

5 L’Afrique française, 1904, n° 4, p. 119.

6 L’Afrique française, 1904, n° 5, p. 151 ; 1905, n°5, p. 221 et n°3, p. 117.

7 On trouve des expressions similaires dans d’autres sociétés : les nomades du sud de l’Algérie résument leur situation tragique par cette formule : « l’orge mange le troupeau » (Bisson et Callot, 1986, p. 372). D’autres nomades (Lokai Uzbek) expriment autrement la même idée : « The food of stock is on the ground, if stock feed from human hands they will never be sated. » (Khazanov, 1983).

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable