Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esprit du terrain

 | 
Hassan Rachik

Deuxième partie. Structures, action collective et changement

Chapitre 12. Comment disparaît une norme 1

Résumé

La liste des institutions traditionnelles disparues est longue. Chez les nomades elle le semble encore plus. L’enjeu est d’abord théorique : comment rendre compte de la disparition d’une norme ? Nous avons essayé de répondre à cette question en analysant la disparition de normes traditionnelles essentielles au nomadisme en montrant l’inadéquation entre ces normes (chart et mniha) et les nouvelles motivations des nomades engagés dans de nouveaux processus sociaux.

Texte intégral

  • 1 Paru dans Mutations sociales et réorganisation des espaces steppiques, Mohamed Mahdi (éd.), Casabla (...)

1Comme le capitaliste de Mannheim qui continuait à traiter ses ouvriers suivant des catégories patriarcales et comme ces prêtres qui continuaient à interdire le prêt à intérêt dans un nouveau contexte fondé non sur le voisinage et les relations de face à face mais sur des relations impersonnelles, les nomades dont il est question ici continueraient eux aussi à valoriser et à pratiquer des normes qui paraissent inadaptées (amour du cheval, polygamie, etc.). Mais lorsqu’il s’agit d’élevage, la tendance générale consiste dans une adaptation perpétuelle aux nouvelles conditions en adoptant de nouvelles normes et en abandonnant les anciennes.

2Comment rendre compte de l’abandon des normes qui étaient essentielles au nomadisme et de l’adoption de nouvelles normes qui permettent sa survie ? Pour répondre à cette question, je considère deux notions, deux normes structurelles, le chart et la mniha, qui étaient au centre de l’organisation de la mobilité nomade. Ces normes seront d’abord analysées dans leur rapport aux structures sociales qui fondaient leur existence et aux acteurs qui avaient un intérêt à les appliquer. Puis nous considérons des processus sociaux qui expliquent la disparition des normes en question. Dans un contexte de changement social, nous insisterons sur l’inadéquation des anciennes normes avec les nouvelles motivations des nomades.

Normes et structures sociales

3Les nomades étudiés ici appartiennent à la confédération Beni Guil (Maroc oriental, pour plus de détail, voir Rachik, 2000).La communauté pastorale dans le cadre de laquelle est régulièrement organisée la production pastorale s’appelle douar. Ce mot réfère à l’idée d’un campement circulaire de tentes. Le douar est souvent expliqué par des raisons de sécurité. Les nomades l’adoptaient lorsqu’ils se trouvaient loin de leur territoire, dans des régions où ils redoutaient les razzias. Cette explication est partielle, car les nomades Beni Guil ont continué à se déplacer en douar jusqu’aux années 70, c’est-à-dire une soixantaine d’années après la « pacification » de l’Oriental par l’armée française.

4La notion de douar ne réfère pas seulement à une morphologie temporaire des tentes, elle désigne aussi un groupe social qui existe indépendamment des formes que les tentes prennent au cours de l’année. Pour un nomade, le douar est un campement circulaire de tentes et un groupe de personnes avec qui il a l’habitude de se déplacer. Ce n’est pas un établissement précaire, un groupement éphémère de tentes fondé sur des faits provisoires comme l’insécurité et l’émigration pastorale. C’est un groupe de foyers qui a l’habitude de se déplacer et de camper ensemble. C’est la communauté pastorale de base. Il faut donc examiner non seulement la double morphologie du douar, tantôt groupé tantôt dispersé, mais surtout les raisons qui poussent des nomades à nouer des relations plus ou moins durables et les processus sociaux qui expliquent le maintien de ces relations.

5La majorité des nomades possédait en moyenne 3 à 5 chameaux utilisés comme animaux de bât. Le gardiennage des chameaux, réputé être une tâche délicate, nécessite un gardien professionnel. On sait que les chameaux exigent une attention constante à cause de leur tendance à l’errance (lbel tahmel). Leur gardiennage était l’objet d’un chart (contrat non écrit). Le gardien avait droit annuellement à une douzaine d’agnelles. Le contrat déterminait également ce qui est communément appelé ‘awla, c’est-à-dire la quantité d’aliments mensuelle due au gardien (farine, blé, sucre). En plus, il avait droit à une mniha, c’est-à-dire une dizaine de brebis ou une chamelle qu’il gardait provisoirement pour les traire à son compte. Une fois par an, il avait droit à un vêtement (une djellaba et un burnous), des bottes en hiver et des sandales en été. Le contrat était complexe dans la mesure où la rémunération se faisait au prorata des chameaux possédés. Par exemple, pour un chameau le propriétaire donnait une chevrette, pour quatre une agnelle et pour dix deux agnelles.

6Le douar correspondait à un groupe de chefs de foyer qui avaient un intérêt commun à réunir leurs chameaux afin de former un troupeau assez grand (une soixantaine) pour être confié à un gardien. Le recrutement d’un gardien commun constituait la motivation principale, immédiate et explicite du douar. Troupeau et gardien communs étaient le fondement principal du douar dont la taille était déterminée par le nombre de foyers capables de réunir un troupeau de chameaux suffisamment grand pour justifier le recrutement d’un gardien. La taille moyenne du douar était de six foyers.

7Le groupement des tentes présentait d’autres avantages. Plusieurs tâches étaient alternativement exécutées par les membres du douar. La recherche de nouveaux parcours était accomplie par un ou deux éclaireurs (hawwas). Il n’était pas non plus nécessaire que les membres du douar aillent au souk (marché hebdomadaire) pour l’achat des denrées indispensables et pour la vente du cheptel (jliba). Le douar permettait ainsi une économie de temps, d’efforts et d’argent.

8Le douar correspondait rarement à un lignage. Ce n’était pas un groupe d’appartenance, mais un cadre de coopération, un groupe constitué en vue d’une action collective déterminée. Des nomades issus de lignages différents formaient souvent un douar. Il faut également noter que contrairement aux groupes d’appartenance (lignage, fraction, tribu), le douar n’avait pas de nom collectif. Il est un groupe sans emblème, sans identité collective, ce qui souligne davantage son caractère d’association économique volontaire.

9En établissant la liste des gens qui avaient l’habitude de camper ensemble, mes interlocuteurs ne citaient, pour certains douars, que le nom d’une seule personne. Il s’agissait de grands nomades, dits localement kbir (pl. kbar). Les grands ont tout intérêt, vu le nombre de leurs chameaux (plus de 50) et la taille de leurs troupeaux (plus de 500 têtes), à ne pas s’associer à d’autres nomades mais à constituer leurs propres douars.

10Deux types de douar sont donc à distinguer : le douar du grand et celui composé de petits et moyens éleveurs. Au niveau terminologique, le mot douar s’applique aux deux types de communauté. Le vocabulaire est par contre précis lorsqu’il s’agit de nommer leurs gardiens respectifs. Les nomades distinguent entre boumhawech et moul lbel. Le gardien est dit moul lbel, c’est-à-dire le « maître des chameaux » lorsqu’il garde le troupeau du grand. Par contre, lorsqu’il « ramasse » les chameaux appartenant à plusieurs nomades, il est appelé boumhawech (le ramasseur).

11Le grand employait des bergers et un gardien de chameaux. Il admettait dans son douar des indigents qui n’avaient pas de chameaux et qui comptaient ainsi sur lui pour se déplacer. Le douar du grand pouvait atteindre, et des fois dépasser, une dizaine de foyers. Les liens entre les grands et les indigents sont définis en termes de charité. Ceux-ci pouvaient se déplacer grâce aux grands qui leur prêtaient des chameaux et leur donnaient le nécessaire pour survivre. Voici comment un grand décrit ces liens :

12« Celui qui ne possédait pas de quoi se déplacer, on l’aidait à le faire [en lui donnant des chameaux]. Celui qui n’avait pas de bétail, on lui donnait quelques brebis laitières [mniha]. Celui qui n’avait pas de laine, on lui donnait de quoi confectionner sa tente. »

13Le douar est principalement une association pastorale entre plusieurs nomades, le gardiennage collectif étant généralement son pivot principal. Cependant, chaque fois que la coopération est superflue, voire désavantageuse, le douar correspond au foyer d’un grand autour duquel vivotent les familles des bergers, du gardien et des indigents. Le douar réfère à la fois à la coopération pastorale, à l’autonomie des grands et à la dépendance des infortunés. Il peut être approché comme une forme culturelle et l’associer à des notions référant à la charité (mniha) et au droit (chart, contrat). Cependant, ces notions ne sont pas homogènes. J’ai évité ce postulat, souvent implicite, qu’un groupe tribal, parce que de dimension restreinte, ne peut être que socialement et culturellement homogène. Les fondements culturels du douar ne sont pas seulement hétérogènes mais également exclusifs. Nous avons distingué deux types de douar : l’un fondé sur des notions d’égalité et de contrat, l’autre sur des notions de dépendance et de charité. Le choix du douar dépend de la richesse du nomade, du nombre de moutons et de chameaux dont il dispose : un grand n’a pas intérêt à s’associer à d’autres nomades et fonder son douar sur le contrat ; un propriétaire moyen ne peut à lui seul recruter le gardien des chameaux et former son propre douar, ni intégrer des indigents au nom de la charité ; un indigent est contraint d'intégrer le douar du grand. A ce niveau, les contraintes et les ressources liées à la richesse du nomade doivent être prises en considération pour comprendre pourquoi certains nomades – petits et propriétaires moyens – réfèrent au contrat, à l’égalité, à l’entraide, au sevrage mutuel, au gardiennage des moutons à tour de rôle, etc. et d’autres, les grands et leurs clients, à la charité, à l’aide, à l’inégalité.

Disparition du chart

14La réduction de l’aire de nomadisation et la dégradation des parcours, que la sécheresse des années 70 n’a fait qu’aggraver, désavantagent le déplacement en groupe. Cadre social de mobilité et de coopération pastorale, le douar est devenu un souvenir de plus en plus lointain. Les nomades lient clairement et directement la disparition du douar à l’abandon du chameau, consécutif à la sécheresse des années 70 et 80. A la fin des années 80, presque tous les nomades ont vendu leurs chameaux.

15Pour un nomade, contraint de fixer sa tente ou de se déplacer seul, le douar est devenu anachronique. Il n’a d’autre issue que de retirer ses chameaux et ainsi rompre le contrat pastoral. Ses compagnons restent ensemble tant que d’autres retraits ne viennent pas diminuer considérablement le troupeau commun. Le salaire du gardien étant fixe, toute diminution du troupeau conduit à une augmentation du coût des contributions individuelles.

16Le chart lié au gardiennage des chameaux a rapidement et complètement disparu. Le chart passé avec le berger tend aussi à disparaître : la majorité des bergers et des employeurs lui préfèrent de nouveaux contrats basés sur un salaire mensuel. Le paiement annuel et en nature paraît de plus en plus désuet. Un lien durable n’arrange plus aucune partie : la majorité des bergers veut être payée au mois et quitter son employeur chaque fois qu’une opportunité meilleure se présente ; la majorité des employeurs a intérêt à recruter des bergers à des périodes déterminées de l’année où le besoin d’une aide est le plus pressant. A noter ici que la norme qui dépend exclusivement des structures collectives disparaît plus rapidement (parfois brusquement) que les normes qui ont comme cadre social des relations sociales privées.

Disparition de la mniha

17La majorité des grands n’a pas attendu la sécheresse pour rompre avec la pratique ancestrale qui consiste à rechercher des parcours plantureux dans l’attente d’années pluvieuses favorables à la reconstitution du troupeau. Leur réaction est inédite et touche au fondement même du nomadisme traditionnel. La lente mobilité spatiale, associée au chameau, est devenue inadéquate puis immédiatement désuète, dans un contexte qui offre un moyen rapide de déplacement. Grâce au camion, les grands comptaient tirer le maximum des parcours dégradés, en se déplaçant rapidement entre des parcours éloignés.

18Mais le camion n’est pas un simple substitut commode et rapide du chameau. Il n’est pas seulement un moyen de transport. Comme le chameau, il est au centre d’un réseau de relations sociales. Pour mieux gérer son troupeau et exploiter au maximum les potentialités de son environnement, le nomade a tout intérêt à adapter son réseau social aux nouvelles conditions de l’élevage. Le transport motorisé favorise de nouvelles formes de coopération.

19Le camion permet surtout de nouer de nouvelles relations sociales durables. Certains grands forment des groupements pastoraux comprenant une dizaine de nomades. Comme les déplacements sont de moins en moins fréquents, c’est moins la mobilité de la tente et du troupeau que le transport quotidien de l’eau qui rend nécessaire le campement près d’un propriétaire de camion.

20Cette nouvelle unité pastorale rappelle l’ancien douar du grand. Le propriétaire du camion occupe une position centrale, tous les membres du campement en dépendent. Mais le statut de ces derniers et la nature des relations qui les lient au grand ont changé. Il ne s’agit plus de pauvres nomades, et les relations sociales sont fondées moins sur la charité que sur le service rémunéré. Les compagnons du grand sont tous des propriétaires moyens (plus de 100 moutons). Prenant en compte ces nouvelles conditions de l’élevage, il faut rappeler que l’accompagnement d’un grand est plus dicté par le besoin régulier du transport de l’eau que par le déplacement de la tente et du troupeau qui devient de moins en moins fréquent. C’est moins le transport de la tente que l’approvisionnement en eau qui constitue la raison principale du nouveau campement. En été, le transport de l’eau doit s’effectuer quotidiennement. Rien n’est plus gratuit. Pour un déplacement d’une cinquantaine de kilomètres, il faut prévoir 350 à 400 dirhams (35 à 40 $). Au douar fondé sur la charité se sont substituées des unités pastorales fondées sur la rétribution des services.

21Un grand pouvait se permettre, au nom de la charité, de prendre en charge quelques indigents. Mais dès qu’il achète le camion, il se débarrasse des indigents qu’il ne peut plus transporter. Il a le choix entre se déplacer seul ou former une unité pastorale, sur de nouvelles bases, avec d’autres nomades ayant besoin de ses services (transport d’eau principalement). Quand le grand possédait une cinquantaine de chameaux, il pouvait adopter des clients à qui il prêtait au besoin deux ou trois chameaux. Le maintien de ce type de relation n’est ni possible, ni rentable après l’adoption du transport motorisé. Contrairement au chameau, le camion coûte cher au grand.

22Les notions liées à la charité (mniha, sadaqa) disparaissent au profit de notions qui impliquent la réciprocité et la rémunération (mouqabil, lakhlas). Ce n’était pas seulement le sens que les grands accordaient à la charité (leurs attitudes ou dispositions) qui les poussait à accepter des indigents dans leurs campements, c’était également le fait d’avoir un excédent de chameaux et que ceux-ci étaient encore le seul moyen de déplacement des tentes. La notion de charité peut guider l’action altruiste (ou justifier des relations de dépendance) tant que se maintiennent les conditions sociologiques qui rendent possible une action charitable. Un grand qui achète un camion ne devient pas, en tant que tel, mauvais et moins charitable. Seulement, la notion ancienne de charité ne peut plus « donner forme à son action » sans endommager sa richesse.

23Contrairement au chart qui dépendait d’une collectivité, la mniha était le fait d’un seul individu. Une norme ne disparaît pas suite à la disparition de l’acteur et des structures qui la prennent en charge, elle peut également disparaître si l’acteur (ici le grand, mais aussi le berger) n’a plus intérêt, vu les nouvelles conditions de l’élevage, à la perpétuer.

24Ce sont les informations sur les contraintes et les ressources, les motivations et les objectifs des nomades qui nous ont permis de comprendre comment des normes ont été abandonnées et d’autres adoptées. Nous avons essayé de comprendre l’abandon de la charité au profit de la rémunération en réunissant des informations à la fois sur l’ancien douar du grand et sur sa nouvelle unité pastorale. On ne peut se contenter de dire que les notions de charité et de réciprocité ont successivement guidé l’action des nomades. Il faut préciser de quels nomades il s’agit, préciser leurs positions sociales et tenir compte de la dimension sociologique de ces notions, c’est-à-dire restituer la situation sociale et les relations sociales qu’elles impliquent. La mniha est liée au douar, au chameau et aux relations de dépendance entre grands et indigents. La notion de réciprocité est liée aux nouveaux groupements pastoraux et aux contraintes du transport motorisé.

25Il faut enfin noter que la défection du grand ainsi que la rupture du contrat pastoral collectif ont été aussi favorisées par le caractère lâche des structures sociales pastorales. La liberté de quitter et d’abandonner le douar, un groupe social qui n’a même pas de nom, est très grande. Aucune contrainte (sociale, morale) ne vient limiter les stratégies de retrait et de défection des nomades.

Notes

1 Paru dans Mutations sociales et réorganisation des espaces steppiques, Mohamed Mahdi (éd.), Casablanca, Annajah al Jadida, 2004, p. 57-65.

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable