Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esprit du terrain

 | 
Hassan Rachik

Deuxième partie. Structures, action collective et changement

Chapitre 10. Bien collectif, intérêt et mobilisation collective en milieu rural1

Résumé

Comme pour les deux textes précédents, le présent chapitre porte sur l’action collective en milieu rural et plus exactement sur la mobilisation collective en rapport avec l’organisation sociale de l’irrigation. Sont décrites les règles traditionnelles organisant la mobilisation mais aussi et surtout la négociation autour de ces règles, négociations menées par des individus, des irrigants, dans le cadre de la jma’a du village, pour défendre ou s’opposer à telle ou telle règle. La mobilisation décrite était en rapport avec le bétonnage des canaux d’irrigation réalisé en 1989. Notre analyse montre que, même dans un milieu supposé traditionnel, la mobilisation est le fait d’un groupe composé d’acteurs ayant des stratégies individuelles et collectives qui ne sont pas nécessairement convergentes.

Texte intégral

  • 1 Paru dans Abhat, 1994, p. 25-40.

1L’organisation sociale de l’entretien et de l’aménagement des équipements collectifs hydrauliques s’accompagne souvent d’une mobilisation collective. Concernant l’irrigation de dérivation, les travaux collectifs concernent le curage de la targa (canal creusé pour conduire l’eau du fleuve jusqu’aux parcelles) et la construction ou la reconsolidation de l’ouggoug (barrage de prise ou de dérivation, simple levée de pierres et de branchages qui permet de couper le torrent et alimenter la targa). Deux types de mobilisation peuvent être distingués. Dans certains cas, l’obligation de participer aux travaux collectifs incombe uniquement aux usagers, c’est-à-dire les chefs de foyer qui exploitent la targa. Ce type de mobilisation connaît plusieurs variantes quant à la mesure de la participation de chaque membre à l’action collective. Par exemple :

— le travail peut être fait en un seul chantier sans déterminer la contribution des participants ;

— le groupe décide le nombre de travailleurs pour chaque foyer concerné ou pour des sous-groupes d’irrigants (lignages, quartiers...) ;

— la participation peut se faire suivant les parts d’eau possédées par les usagers (un travailleur par part d’eau de huit heures) (Chiche, 1984, p. 242 ; Hammoudi, 1982, p. 114).

2Lorsque l’entretien d’une section de la targa n’exige pas une main-d’œuvre considérable, des volontaires s’en occupent. Mais ils ne seront appelés de nouveau que si d’autres usagers accomplissent des tâches similaires (Ouhajjou, 1982, p. 94). Il faut noter que l’ensemble des usagers n’est mobilisé que pour les branches de la targa exploitées en commun. Leur nombre se réduit au fur et à mesure que les ramifications de la targa s’approchent des parcelles privées. Pour les canaux d’irrigation secondaires, seuls les usagers qui les exploitent sont concernés par les travaux d’entretien. Les rigoles d’accès aux champs, par exemple, ne regardent que les propriétaires de ces champs.

  • 2 Chez les Seksawa, l’assder est une « prise » qui rattache le canal aux quartiers du terroir (Berque (...)

3Le second type de mobilisation ne concerne pas uniquement le groupe d’irrigants mais d’autres membres de la collectivité qui n’exploitent pas la targa. La mobilisation dite hadd ssaym implique tous les membres mâles d’un groupe ayant atteint ou dépassé l’âge de pratiquer le jeûne (environ 16 ans). Cette organisation peut être rapprochée de la tiwizi, car il s’agit d’un travail collectif auquel doivent participer tous ceux qui peuvent manier la houe (Ouhajjou, 1982, p. 95). Un même groupe peut, selon les contextes, recourir aux deux types de mobilisation. Par exemple, les usagers s’occupent des travaux de routine, mais en cas d’inondations et à la suite de graves dégâts la mobilisation générale est imposée2.

4L’irrigation, l’entretien de la mosquée du village, la construction d’un pont, les conflits ayant pour enjeu des biens collectifs (parcours collectifs, sanctuaire...) sont associés, chez les groupes étudiés, à des actions collectives. Partant de la description de l’organisation de certains aménagements hydro-agricoles que connaissent deux tribus du Haut-Atlas, nous proposons d’entamer quelques questions relatives à l’action collective en milieu rural.

Propriété privée d’eau et organisation tripartite

5Lors du partage de la viande, ultime phase du moussem de Sidi Chamharouch (9 septembre 1989), le conseiller communal du village d’Imlil annonça à la jma‘t (une trentaine de chefs de foyer) que les travaux d’aménagement de la targa dit Tsilay commenceraient la semaine suivante. Il précisa que la jma‘t ne devait fournir que la main-d’œuvre ; le matériel, les matériaux de construction et les maîtres de chantier (quatre) étaient pris en charge par la commune rurale. Il proposa aux “tiers” (latlat) du village de mobiliser alternativement vingt travailleurs jusqu’à la fin des travaux.

6Après ces informations et propositions, des assistants émirent des remarques. Le premier intervenant proposa de déterminer le “tiers” qui devait commencer les travaux. Un autre demanda si tous les foyers devaient indistinctement contribuer à l’aménagement sans tenir compte de la propriété de terres. L’eau et la terre étant localement interdépendantes, il serait inéquitable, devait-on comprendre, de mettre sur le même pied les différentes catégories d’usagers. Si la première question fut vite résolue par le conseiller communal en décidant de commencer par le tiers du bas (le hameau de Fimlil), la seconde question est restée suspendue. Certains assistants défendaient l’idée d’une contribution proportionnelle, d’autres considéraient que soulever de telles questions allait compliquer les choses. Le conseiller communal essaya de calmer les assistants en proposant : « Si je viens chez untel et je lui dis tu donnes trois travailleurs et à d’autres je demande deux ou un travailleur... personne ne refusera. » La détermination des quotes-parts des foyers semble être laissée à la discrétion du représentant du village.

7Quelques semaines après (26 octobre 1989), j’appris que plusieurs chefs de famille n’avaient pas contribué aux travaux d’aménagement. Parmi ceux-ci, un jeune chef de famille relativement aisé qui ne cessait de coopérer, pour ne pas dire aider la jma‘t, aux différents travaux d’intérêt commun (récemment la construction d’un pont reliant deux hameaux d’Imlil). Il expliqua son exonération par le fait qu’il ne possédait pas de terre. Son père était encore vivant, précisa-t-il, c’est lui qui détenait les parcelles et c’est lui qui devait contribuer aux travaux d’aménagement. La première distinction était faite entre les ayants droit et les non ayants droit. Ceux-ci n’étaient pas appelés à participer à l’action collective en question. Une autre distinction concernait les usagers eux-mêmes, le critère étant l’importance des parcelles irriguées par la targa en question. Plus précisément, la quote-part est déterminé suivant le nombre d’assder possédés (rigole reliant les branches de la targa aux parcelles à irriguer). Comme chaque assder n’irrigue qu’une parcelle, certains informateurs utilisaient également le mot arabe boq’a (lot, parcelle) pour désigner la même unité de mesure de participation à l’action collective. Pour chaque assder exploité, un usager devait fournir un travailleur ou vingt-cinq dirhams, correspondant alors au salaire d’une journée de travail. Pour ce qui est de l’aménagement de la targa d’Alouz (Aremd), les quotes-parts sont également établies selon les assder exploités. La seule différence avec Imlil est que les usagers devaient, en plus de leurs contributions financières (nombre d’assder x 25 dirhams), fournir la main-d’œuvre nécessaire pour l’aménagement. Dans ce cas, le principe de la proportionnalité n’était pas appliqué. Chaque usager devait fournir le nombre de journées nécessaires sans tenir compte du nombre de ses parcelles.

8Prendre l’assder comme critère de définition des quotes-parts ne semble pas résoudre la question de l’égalité des usagers devant les obligations collectives. Deux usagers peuvent avoir le même nombre d’assder sans posséder la même superficie : un assder irrigue de grandes parcelles (taghant) comme il irrigue des parcelles moyennes ou petites (asekter). Ceci montre que ce qui importe ce n’est pas la superficie possédée mais le nombre de fois qu’un usager détourne l’eau de la targa pour irriguer ses parcelles.

9Considérons maintenant l’échec de la mobilisation des usagers suivant l’organisation tripartite du village. Pour le comprendre, il est indispensable de décrire cette organisation ainsi que son rapport avec le tour d’eau. Commençons par les principes de constitution des tiers. A Imlil (comme à Aremd), leur formation repose sur des considérations spatiales, elle est fondée sur le voisinage. Pour déterminer leur taille, tous les foyers (au sens de takat) sont recensés. L’effectif obtenu est divisé par trois. Ensuite, on commence par la maison qui se trouve au bout du village et on cite les noms des chefs de foyer dans un ordre qui tienne compte de la proximité des habitations. La liste est arrêtée lorsqu’on atteint le nombre correspondant à l’effectif du tiers. Par conséquent, à Imlil, la division en tiers ne devait pas recouper les hameaux qui le composent :

Tiers

Lignages

1

Targa Imoula, Taourirt

2

Fimlil, Imi n’Talawoul et 2 foyers d’Achayn

3

Achayn, Tagadirt

10A Mzik, la constitution des tiers se superpose à l’organisation lignagère qui est inscrite dans l’espace. Mzik du haut et Mzik du bas réfèrent à la place qu’occupent les lignages des deux sous-groupes dans le village. Le troisième tiers, Arghen, constitue une agglomération séparée avec sa propre mosquée et son propre cimetière.

Tiers

Lignages

Mzik du haut

Aït Meskouk, Aït Hmad

Mzik du bas

Aït Bouredda, Aït Ouzeddour, Id Boussalem

Arghen

Achayn, Tagadirt

11Pour résumer, deux principes exclusifs président à la constitution des tiers. Le premier est fondé sur le voisinage, le second sur la division en lignages. Suivant le premier principe, tous les tiers sont égaux compte tenu des foyers qui le composent. Mais des foyers qui appartiennent au même lignage peuvent faire partie de tiers différents, et inversement. Dans le second cas, les tiers n’ont pas nécessairement la même taille. Mais la confusion entre les lignages est évitée.

12Chaque année, les trois villages composant la tribu Aït Mizane assurent alternativement l’organisation d’un moussem célébré au mois d’août. Le village organisateur a droit aux sacrifices dédiés, pendant quatre mois, au saint en l’honneur duquel le moussem est organisé. Le mois de juillet, par exemple, est divisé en trois, et les tiers du village organisateur s’approprient, suivant un ordre déterminé par tirage au sort, les sacrifices durant les jours qu’ils contrôlent. Depuis 1982, chaque tiers organise des enchères où le contrôle des sacrifices est cédé à l’un de ses membres. Les recettes financent totalement ou partiellement des actions d’intérêt commun.

13Quelle est l’importance des tiers relativement aux parts d’eau possédées par leurs membres ? Les droits d’eau des usagers sont compris dans un tour d’eau (tawala) de sept jours. Un jour d’irrigation commence vers 17 heures et prend fin le lendemain à la même heure. La répartition de l’eau est faite par lignage. Neuf lignages sont concernés, auxquels il faut ajouter les parts de la mosquée.

Tableau 1. Tour d’eau, targa, Tisilay, Imlil

Jours

Codes lignages

Vendredi

Id Hmad, Aït Idarn Azeyyam

Samedi

Aït Bahamd, Aït Ifraden, Isouktane

Dimanche

Imerda, mosquée du village

Lundi

Aït Idar, Azeyyam

Mardi

Aït Bahamd, Aït Ifraden, Isouktane

Mercredi

Imerda, mosquée du village, Id Rami

Jeudi

Id Rami, Imzilen

14Il faut remarquer que les foyers des lignages irriguant le même jour suivent l’ordre topographique des parcelles. Des informateurs disent taghant s taghant (champ par champ) lorsqu’ils parlent de ce procédé d’irrigation continu dans l’espace mais discontinu au niveau des lignages. Dans ce système, il n’existe pas de parts d’eau définies dans le temps dont les usagers seraient propriétaires. L’eau, même si le tour est décrit en termes lignagers, est attribuée à des parcelles. [....] L’achat de la terre est, dans ce cas, inséparable du droit d’eau. [....] La question serait compliquée si des chefs de foyer disposaient des terres sans droit d’eau ou inversement.

15Pour mesurer l’importance des tiers par rapport â la possession des parts d’eau, nous avons, à l’aide d’informateurs, établi une liste qui comprend le nom des usagers, leur lignage, leur hameau et le nombre d’assder possédé (voir tableau 2).

16Si nous comparons les tiers simplement sous l’angle du rapport entre l’effectif des usagers et les assders possédés, nous remarquons que le tiers Achayn-Tagadirt est le plus défavorisé : 19 usagers se partagent 68 assder, soit une moyenne de 3,5 assder par usager. La moyenne pour les tiers confondus étant de 5,3. Fimlil se trouve dans une position intermédiaire, avec 69 parcelles détenues par 12 usagers soit une moyenne de 5,7. C’est le tiers de Targa Imoula qui est le plus avantagé avec 102 parcelles pour 14 usagers, soit une moyenne de 7,2.

Tableau 2. Usagers et assders par lignage et par tiers

Lignages

Fimlil

Achayn

Targa imoula

Usagers

Assder

Usagers

Assder

Usagers

Assder

Id Hmad

Aït Idar

Azeyyam

Aït Bahamd

Aït Ifraden

Isouktane

Imerda

Id Rami

Imzilen

Id Ma’chou

Etrangers

1

0

1

0

3

2

0

0

5

0

0

12

0

9

0

14

16

0

0

18

0

0

2

9

2

0

0

1

2

1

0

1

1

10

26

11

0

0

3

3

4

0

4

7

1

2

0

4

2

3

0

1

0

0

1

6

13

0

36

18

18

0

6

0

0

5

Total

12

69

19

68

14

102

17Il faudra imaginer comment auraient été définies les contributions des usagers si l’organisation tripartite avait été retenue. Le budget serait divisé par trois et chaque tiers s’acquitterait de ses obligations indépendamment des autres. Les charges seraient ensuite répercutées sur les usagers. Quelle que soit la mesure de participation, des usagers ayant le même nombre de parcelles s’acquitteraient, du fait de leur appartenance à des tiers différents, de quotes-parts inégales. Un usager de Fimlil remarqua que « des tiers supporteraient les mêmes dépenses alors qu’à Fimlil plusieurs n’ont pas de parcelle ».

18Ce calcul est aussi présent dans l’organisation du culte précitée. L’organisation tripartite est suspendue pour le mois d’août car, selon des informateurs, ce mois ne connaît pas le même flux de pèlerins. En d’autres termes, partager le mois créerait des inégalités considérables entres les tiers que le tirage au sort situerait loin de la date du moussem où le nombre des pèlerins et des touristes atteint son maximum. Même si l’ordre des tiers ne peut être connu d’avance, la décision est prise, dans les trois villages, de ne pas diviser le mois qui revient en entier au village, tous les tiers confondus.

19Partant du fait que les bénéfices tirés d’une action collective ne sont jamais ou presque répartis de manière égale entre les membres d’un groupe, les intéressés s’ingénient à trouver des critères, aussi divers que les contextes en question, pour mesurer le rapport entre les bénéfices et les contributions. Deux exemples suffisent pour compléter l’illustration de ce principe d’organisation collective.

20Le contrat passé entre un fqih et un groupe est indispensable pour la marche d’une mosquée, bien collectif par excellence. Tous les foyers doivent, à tour de rôle (tawala), assurer la nourriture quotidienne du fqih. Ce principe égalitaire s’estompe lorsqu’il s’agit des contributions financières. La quote-part de chaque foyer est fonction de sa taille et de sa composition. A Targa Imoula par exemple, pour chaque homme adulte et pour chaque garçon, un chef de foyer paie respectivement 40 et 10 dirhams. Les hommes sont censés faire la prière à la mosquée, et les garçons y apprennent le Coran. Et chose importante parce que souvent répétée, comme raison d’être du fqih au village : « Qui nous lavera si nous décédons ? » Les femmes ne sont pas prises en compte dans la mesure des contributions parce qu’elles ne sont concernées ni par la mosquée, ni par les services publics du fqih.

21Le second exemple concerne le gardiennage à tour de rôle des troupeaux, appelé aussi tawala. Des éleveurs, généralement au nombre de 2 à 5, se mettent d’accord pour réunir leurs efforts et former un seul troupeau dont la garde sera assurée, à tour de rôle, par eux- mêmes, leurs parents ou leurs bergers. Là aussi, le principe est de s’acquitter de son obligation au prorata des têtes d’ovins ou caprins possédés : « un jour (de garde) pour dix têtes ».

22Revenons à l’aménagement des canaux d’irrigation et restons imprégnés de cet esprit de calcul pour noter que le conseiller communal qui proposa l’organisation tripartie appartient au tiers le plus avantagé du point de vue de la propriété des parcelles (irriguées par la targa à aménager). S’agit-il d’un calcul visant à ce que son tiers dépense moins que les autres ? Sachant que le choix de l’une ou de l’autre solution n’aura pas d’effets remarquables sur sa quote-part, il possède six parcelles.

23L’échec de l’organisation tripartie, dans le cas étudié, peut être approché autrement. La solution qui consiste à déterminer d’abord la quote-part d’un sous-groupe et ensuite celle des usagers ne pourrait réussir que si le sous-groupe est un groupe d’irrigants. Or le tiers ne l’est pas. Chez les Aït Souka, cette organisation qui combine les contributions des sous-groupes et des usagers avait été adoptée, il y a quatre ans, pour aménager leur targa.

24Le tour d’eau est de sept jours. Des groupements de foyers se partagent les nuits d’irrigation. Le budget fut d’abord divisé par sept. Tous les usagers qui irriguent la même nuit devaient supporter la quote-part collective. Ensuite, chaque nuit d’irrigation est divisée par trois (moutalita) ou deux (mnass). Les usagers qui figurent dans un même tiers ou une même moitié se sont arrangés entre eux pour s’acquitter de leurs parts tout en tenant compte de l’importance des terres possédées. Prenons, pour illustrer cette organisation, la nuit du jeudi :

- Tiers 1  : 3 usagers (4 heures).

- Tiers 2  : 1 usager (4 heures).

- Tiers 3  : 4 usagers (4 heures).

25Ce groupe d’irrigants, composé de huit ayants droit, doit payer X/7 = Y. Et chaque tiers Y/3 = N. La quote-part de l’usager du deuxième tiers sera de N dirhams, puisqu’il exploite la targa à lui seul pendant quatre heures. Les deux autres tiers partagent au prorata des parcelles irriguées.

Mobilisation et rapports intergroupes

26Il existe des targa qui sont communes à plusieurs villages. La targa n wagane concerne deux villages de la même tribu, lmlil et Mzik. Le barrage de dérivation est situé dans l’oued Aït Mizane au niveau du village d’Aremd. La targa doit traverser, avant d’atteindre les terres de Mzik, le territoire du village voisin, Imlil.

27Comme les rapports de force sont souvent en faveur des villages de l’amont, ceux de l’aval sont astreints à irriguer la nuit (voir tableau 3). Cette règle s’applique aussi aux Aït Souka qui n’ont droit sur leur targa qu’à douze heures nocturnes.

28Toutefois, si l’exploitation de la targa est commune, l’entretien et l’aménagement se font uniquement par les villages de l’aval.

29Les usagers d’Imlil ne participent pas à l’entretien des canaux d’irrigation inter-villageois. Aït Souka comme Mzik travaillent seuls leur targa et celle située dans le territoire d’Imlil. En plus, les Aït Souka qui ont maçonné leur targa n’ont reçu aucune aide de la part des usagers d’Imlil (qui exploitent la même targa). Une grande partie de l’équipement hydraulique de Mzik et Aït Souka est située en dehors de leurs territoires. Ils sont obligés de donner, en guise de droit de passage, des parts d’eau à Imlil qui ne participe jamais à l’entretien de la targa en question (voir sur le droit de passage, Chiche, 1984, p. 209-210 ; Hammoudi, 1982, 107-110 ; Mahdi, 1986, 181-188).

Tableau 3. Tour d’eau de Targa Wagane

Jours et heures

Mzik

Imlil

Mzik

Arghen

Achayn

Imzilen

A. Ifraden

Sa 17h – Di 14h

Di 14h – 17h

+

+

Di 17h – Lu 14h

Lu 14h – 17h

+

+

Lu 17h – Ma 14h

Ma 14h – 17h

+

+

Ma 17h – Me 14h

Me 14h – 17h

+

+

Me 17h – Je 14h

Je 14h – 17h

+

+

Je 17h – Ve 14h

Ve 14h – 19h

+

+

Ve 19h – Sa 6h

Sa 6h – 17h

+

+

+

30Les motifs des usagers de ce village à qui j’ai demandé d’expliquer leur « défection » étaient exposés sans ambages : « Puisse-t-elle (la targa Aït Souka) rester sans curage... C’est lorsqu’elle est mal entretenue qu’elle nous est utile... Nous souhaitons même qu’elle soit en mauvais état... Si l’eau est peu abondante (par défaut d’entretien), ce sont les Aït Souka qui perdent ; pour nous l’eau est suffisante... » Un informateur d’Imlil affirme être le seul dans son groupe à aider les Aït Souka. Cependant, il a été aussitôt interrompu par un membre de ce dernier village : « Tu nous aides parce que tu as peur pour la parcelle située tout près de la targa. C’est toi qui nous demandes de ne pas travailler de son côté. Mais (s’adressant à moi) il ne touche que la partie de la targa proche de sa parcelle. »

31Les propriétaires des parcelles riveraines ont intérêt à ce que la targa ne conduise pas toute l’eau à destination, à ce qu’elle laisse échapper une quantité nécessaire à l’irrigation des noyers et des agdals (petite parcelle où pousse l’herbe destinée au pâturage). Entretenir la targa dans ce cas, c’est agir contre son intérêt. L’infiltration, considérée par certains comme un gaspillage d’eau, constitue un grand enjeu ; elle est une perte pour certains mais un gain pour d’autres. Dans la partie bétonnée de la targa Aït Souka, située dans le territoire d’Imlil, plusieurs ouvertures sont aménagées pour laisser passer l’eau vers les noyers. Les mêmes motifs expliquent aussi pourquoi seule la partie de la targa Tisilay située loin du terroir agricole a été bétonnée. Nous avons deux intérêts divergents et deux actions opposées : les usagers des villages de l’aval (Mzik et Aït Souka) cherchent à conduire le maximum d’eau vers leurs exploitations, pour cela ils entretiennent la targa. Par contre, ceux de l’amont (Imlil) ont intérêt à ce que l’eau se “perde” (ad jelloune amane), ce qui explique leur indifférence aux travaux d’entretien. On pourrait s’attendre, suivant l’idée dominante de communautés rurales valorisant l’entraide et la solidarité sociale, à une coopération entre des villages appartenant à la même tribu. Or, ce que révèlent les situations étudiées, c’est que l’action des usagers de l’amont est plutôt fonction d’intérêts individuels et communs que la position de leur groupe dans la structure tribale.

32Examinons, à titre comparatif, une action collective qui a pour enjeu des parcours collectifs. Cette action s’inscrit dans un conflit qui oppose Aremd à une tribu voisine (Tifnout). La fusion des trois villages (Aremd, Mzik et lmlil) au niveau supérieur, celui de la tribu, devait se produire puisque le conflit est dirigé contre une tribu étrangère. En d’autres termes, parce qu’ils appartiennent à la même tribu Aït Mizane, Mzik et lmlil devaient soutenir Aremd dans son action contre la tribu adverse. Or, les faits se sont passés autrement. C’est au niveau d’Aremd que l’action collective s’est organisée, et c’est sa jma’a qui a supporté sur le plan humain et financier les conséquences du conflit. [...] Quant aux dépenses (démarches administratives, déplacements des représentants...), seul Imlil soutenait Aremd, mais sa participation, affirment des informateurs du même village, était fort insuffisante.

33Peut-on affirmer, pour tous les contextes, qu’une fusion des groupes est automatiquement inscrite dans la structure segmentaire, sans prendre en compte l’appréciation par les acteurs des coûts et profits attendus d’une action collective ? Le conflit a pour objet les azibs (pâturages d’été) que fréquente Aremd. Les éleveurs, même ceux appartenant à ce village, déclarent que tous les parcours appartiennent à la tribu. En pratique, chaque village a l’habitude d’exploiter des parcours déterminés. Les éleveurs d’Imlil et Mzik interrogés manifestent leur indifférence quant au conflit en disant que leurs azibs sont distincts. Autrement dit, que le conflit soit tranché au profit d’Aremd ou à son détriment, les effets sur leurs parcours d’été seront nuls. Comment alors s’attendre à ce que des éleveurs participent à une action dont les fruits seront récoltés par d’autres, fussent-ils de la même tribu ?

34Cette question peut être posée même au niveau des lignages. La nuit du 24 mars 1990, un glissement de terrain a détruit une section de la targa (20 mètres). Le lendemain, huit hommes et deux garçons se sont rendus sur place pour réparer les dégâts. Il ne s’agissait pas d’un curage de routine, le travail consistait à creuser une nouvelle targa. La position et la nature des lieux rendaient la tâche difficile. Une telle réparation nécessitait la mobilisation d’une grande partie du village.

35Pour comprendre la coopération en question et ses limites, nous avons identifié les participants ainsi que leurs propriétés situées dans le terroir irrigué par le canal détruit :

Usagers

Participation

Parcelles

Agdals

Noyers

1

2

3

4

5 et 6

7 et 8

+

+

+

+

+ -

- -

5

5

7

0

0

0

3

3

0

3

1

1

35

35

0

0

10

10

– L’usager n° 3 a envoyé ses deux fils.

– L’usager suivant est venu avec son frère.

– Deux foyers (n° 5 et 6), qui ont une propriété indivise, sont représentés par un seul travailleur.

– Deux frères défaillants (n° 7 et 8), qui ont aussi une propriété indivise, ont quand même préparé l’un des trois repas consommés par les travailleurs.

36Sept usagers appartiennent à un même lignage d’Aremd. Nous aurions pu hâtivement conclure à une solidarité lignagère automatique ou motivée par une communauté d’intérêts. Or, notre lignage comprend 12 foyers dont 7 seulement ont été mobilisés. Pour le reste, nous ne pouvons même pas parler de défection, ils ne sont pas censés coopérer car] ils ne possèdent aucune propriété dans le terroir en question.

37Avant de terminer, soulignons un paradoxe auquel nous avons pensé tout au long de cette recherche. Après que des auteurs aient critiqué les théories qui réduisaient l’explication de l’action collective à l’existence d’intérêts communs, nous nous trouvons acculés, par une littérature qui ne met en scène que les groupes et leurs structures, à insister sur cette notion d’intérêt. S’il est admis que même la présence d’intérêts communs ne peut déclencher une action collective, que dire alors des études où cette condition est simplement passée sous silence ? Et si jamais on rencontre des cas de mobilisation qui impliquent des personnes qui n’ont aucun intérêt dans l’action ou qui ont des intérêts divergents, il faudrait expliquer comment leur action est possible et compréhensible (existence de mécanismes de contrainte...).

38Il faut noter que la jma’a peut sanctionner les usagers qui sont défaillants en dépit de l’intérêt manifeste qu’ils ont dans la réalisation ou l’entretien d’un bien.

39Deux sanctions peuvent être prises : le paiement d’une amende (azzayn) ou l’exclusion de la jma’a (et non du village) (concernant la logique de l’action collective, voir Olson, 1978 ; Boudon et Bourricaud, p. 1-15).

40Hormis cette réserve, la prise en compte des intérêts en jeu dans une action collective nous a permis au moins deux choses  :

– définir pour chaque action entreprise le contenu social du groupe : au niveau du même village ou de la même tribu, le groupe des irrigants réunis pour aménager leur targa ne coïncide pas nécessairement avec celui des éleveurs engagés dans un conflit ayant pour enjeu les parcours collectifs ;

– approcher la tribu, le village et le lignage non pas comme des groupes agissants (comme le ferait une personne) mais comme composés d’acteurs ayant des stratégies individuelles et communes qui ne sont pas nécessairement convergentes.

41Avril 1990

Notes

1 Paru dans Abhat, 1994, p. 25-40.

2 Chez les Seksawa, l’assder est une « prise » qui rattache le canal aux quartiers du terroir (Berque, 1978, p. 149, voir aussi, 153-155).

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable