Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esprit du terrain

 | 
Hassan Rachik

Deuxième partie. Structures, action collective et changement

Chapitre 9. Espace pastoral et conflit social dans une vallée du Haut-Atlas occidental1

Résumé

Dans les communautés tribales, comme celles étudiées ici, l’explication des actions collectives réifie souvent les groupes en conflit. La tribu, par exemple, est présentée comme un acteur irréductible, une boîte noire insondable. Nous avons essayé dans différents textes de dépasser cette approche en analysant les actions individuelles qui composent une action collective. Dans le texte qui suit, nous avons tenté d’expliquer l’échec d’une action collective, un pacte pastoral tribal, en le ramenant aux stratégies des éleveurs contestataires.

Texte intégral

  • 1 Paru dans Montagnes et Hauts Pays de l’Afrique : utilisation et conservation des ressources, Abdell (...)

1La tribu Aït Mizane se compose de trois villages : Aremd, Mzik et Imlil qui comprenaient respectivement 590, 458, et 480 habitants (recensement national de 1982). Elle faisait partie de la confédération tribale Ghighaya, nom porté par plusieurs tribus berbérophones (langue tachelhit) qui habitent le versant nord du Haut-Atlas occidental, à une trentaine de kilomètres au sud de Marrakech. L’économie agro-pastorale des Aït Mizane est dominée par la culture des céréales (orge et maïs), l’arboriculture (traditionnellement le noyer et récemment le pommier et le cerisier) et l’élevage (voir Hammoudi, 1988 ; Miller, 1984).

  • 2 Dans plusieurs régions du Maroc, le mot agdal désigne à la fois l’acte d’interdire provisoirement u (...)

2En 1984, les trois villages en question conclurent un pacte qui préconisait la mise en défens des parcours d’hiver. Celle-ci devait commencer au mois de juin et prendre fin au début d’octobre. L’objectif déclaré du pacte était d’obliger tous les éleveurs à conduire les troupeaux vers les hauts pâturages afin de conserver les parcours les plus proches des villages pour les saisons où le froid et la neige réduisent l’espace pastoral aux environs des habitations2. Pour assurer le respect de la mise en défens, le pacte condamnait le contrevenant à une amende (azzayn) de 100 dirhams ( = 13 US$). En cas de refus, celui-ci devait être convoqué au bureau du caïd (l’autorité locale) où il devait verser le double de l’amende. L’application du pacte reposait donc sur une double contrainte ; la jma’t (assemblée du groupe) et les autorités locales garantissaient la réussite de l’action collective. D’ailleurs, il faut noter que le pacte n’était entré en vigueur qu’après l’approbation des autorités locales.

3L’assemblée de la tribu désigna un mouqabil (« celui qui s’occupe de ») chargé d’identifier et de sanctionner les contrevenants. Celui-ci appartenait au village d’Aremd où il était moqaddem de la mosquée, c’est-à-dire chargé de son administration. En cas d’insoumission des contrevenants, il devait les convoquer au bureau du caïd. C’est lui qui gardait l’argent provenant des amendes. Considéré comme bien commun, cet argent devait contribuer au financement d’un bien collectif.

4La première année (été 1984), les éleveurs respectèrent le pacte. L’année suivante, le consensus fut rompu. Des éleveurs violèrent la mise en défens, d’autres contestèrent le pacte lui-même. Après maintes brouilles individuelles et contestations collectives, les représentants des villages, en présence du caïd et des contestataires, annulèrent l’accord tribal (infasakh). Ainsi, après une réglementation éphémère, les éleveurs retrouvèrent la liberté de mouvement de leurs troupeaux.

5La présente étude est une tentative d’expliquer l’échec du pacte pastoral. Chez les groupes étudiés, la mise en défens ne se réduisait pas à une action traditionnelle reconduisant une coutume ancestrale. Elle était l’aboutissement d’une action collective instituant une nouvelle règle juridique. Les Aït Mizane ne connaissaient pas la mise en défens mais étaient au courant de cette pratique pastorale que les tribus voisines appliquaient depuis des temps immémoriaux. Quelques éleveurs fréquentaient même l’Agdal d’Oukaymden, parcours mis en défens du 15 mars au 10 août et exploité en été par deux confédérations tribales, Ghighaya et Ourika. Sept campements appartenant aux Aït Mizane y furent identifiés en 1983 (Giles et al., 1986, p. 291).

6Aussi expliquer l’échec du pacte revient-il en même temps à expliquer le rejet d’une innovation et la faillite d’une entreprise collective. Pour l’heure, nous proposons de décrire brièvement l’organisation pastorale qui nous permettra de déterminer par la suite les situations et les stratégies des éleveurs et des groupes.

Figure 1. Localisation de la tribu Ghighaya dans son cadre local et national

Figure 1. Localisation de la tribu Ghighaya dans son cadre local et national

Organisation pastorale

  • 3 Les éleveurs expliquent ainsi la non-transhumance des caprins vers la plaine : « Si les caprins pas (...)

7D’une manière générale, la vie du troupeau est caractérisée par un double déplacement d’hiver et d’été (la transhumance ne concerne pas les bovins). Les mouvements les plus importants, du point de vue du nombre des animaux, se font vers les alpages (figure 2). Ceux-ci sont situés entre les villages (dont l’altitude varie entre 1 750 mètres pour Imlil et 1 900 mètres pour Aremd) et les crêtes de l’Atlas (variant entre 2 200 mètres à 3 050 mètres). La transhumance d’été commence en juin. Elle est de faible amplitude, les parcours les plus éloignés sont à quatre heures de marche du village. La durée de la transhumance varie selon les éleveurs, mais tous sont obligés de descendre, à cause du froid, au mois d’octobre. Pendant l’hiver, les moutons sont conduits, à partir de novembre, vers l’azaghar (piémont et plaine). Les déplacements se font en dehors de la tribu et dépassent facilement 30 kilomètres. Par contre, les caprins restent dans les maisons. Lorsque le climat devient doux, ils sont conduits aux alentours des exploitations agricoles ou vers des pâturages proches du village (assammer, pl. issoummar : versant ensoleillé)3.

8Le mot ’azib est fréquemment employé pour désigner les alpages. En fait, un ’azib comprend aussi des campements de bergers et des enclos (asgoun) de pierres sèches. La propriété des ’azib est collective. Nous entendons par « bien commun, collectif ou public, tout bien qui, consommé par une personne xi dans un groupe (x1, ..., xn), ne peut absolument pas être refusé aux autres personnes du groupe (Olson, 1978, p. 36). A condition qu’il soit de la tribu Aït Mizane, tout éleveur a le droit de mener son troupeau dans tous les parcours situés dans les limites du territoire tribal. Les enclos, destinés à abriter plusieurs troupeaux, sont utilisés par les premiers bergers qui les occupent (afin d’identifier les troupeaux, les éleveurs marquent leurs bêtes, généralement à l’oreille, d’un signe particulier dit afray). En fait, les parcours d’été sont exploités séparément par les trois villages. Par contre, concernant les parcours d’hiver, il arrive souvent que des éleveurs appartenant à des villages différents exploitent les mêmes parcours. Cette situation est due essentiellement à la réduction de l’espace pastoral pendant l’hiver.

Figure 2. Parcours d’été des Aït Mizane

Figure 2. Parcours d’été des Aït Mizane

Source  : Hassan Rachik, Weide-Aushandlungen kollektiver Zugangsrechter, in Jörg Gertel, Ingo Breuer (dir.), Alltagsmobilitäten Aufbruch marokkanischer Lebenswelten, Transcript Verlag Bilelefeld, 2011, p. 57.

9Au niveau des villages, aucune organisation des parcours n’est préconisée. La montée vers les alpages n’est précédée par aucun ban d’ouverture. Après l’échec du pacte, seul le climat détermine le début et la fin de la transhumance. C’est au niveau des éleveurs que l’on observe une organisation du gardiennage du troupeau dit tawala (alternance). Il s’agit d’un contrat en vertu duquel les parties contractantes (2 à 5 éleveurs) décident de grouper leurs animaux et s’engagent à garder alternativement le troupeau commun. En principe, le nombre de jours de travail imparti à chaque partie est fixé au prorata des têtes de bétail apportées. L’unité de compte étant de 5 ou de 10 têtes (on dit « un jour pour dix têtes »). Pour 40 caprins, par exemple, un éleveur doit assurer la garde du troupeau, suivant la règle convenue, pendant 4 ou 8 jours. Des contrats effectifs montrent que la norme n’est pas impérative et que des arrangements ont lieu entre les parties contractantes. Ceux-ci s’expliquent par la nature des relations liant ces parties. Par exemple, dans le troisième cas (tableau 1), nous constatons qu’à des tailles de troupeau manifestement inégales correspond le même nombre de jours de garde. C’est un contrat où un gendre rend service à son beau-père.

Tableau 1. Contrat de gardiennage, taille du troupeau et nombre de jours de garde

Éleveurs

Caprins

Ovins

Total

Nb jours

Contrat 1

A

25

0

25

3

B

50

20

70

8

C

35

18

53

5

Contrat 2

D

0

14

14

5

E

0

20

20

5

Contrat 3

F

50

0

50

2

G

25

0

25

2

10Remarquons que les contrats analysés montrent que les parties contractantes appartiennent toujours à un même village et éventuellement à un même hameau (petite agglomération au sein du village). Ceci s’expliquerait par le fait que l’exploitation des parcours s’opère au niveau des villages. D’autre part, les contrats entre éleveurs appartenant au même lignage sont fréquents. Néanmoins, le lignage ne constitue pas une unité de production, car les contrats ne concernent pas toujours l’ensemble des éleveurs appartenant au même lignage. En plus, plusieurs éleveurs originaires de lignages différents concluent des contrats pastoraux (tableau 2).

Tableau 2. Origine des éleveurs liés par le contrat de gardiennage alternatif (tawala)

Contrats

Nb éleveurs

Lignages

Hameaux

Villages

A

1

2

Aït Ifraden

Aït Idar

Tawrirt

Achayne

Imlil

B

2

1

2

1

1

Imerda

Aït Hmad

Aït Azeyyame

Id Rami

Id M’achou

Tagadirt

C

2

2

Aït Hmad

Aït Azeyyame

D

4

1

Aït Idar

Aït Ifraden

Achayne

Tawrirt

E

3

Aït Idar

Achayne

F

5

Azeddour

Mzik

Mzik

G

2

Aït Meskouk

Mzik

H

2

Aït Bouredda

Mzik

I

1

1

Aït Lmoudden

Aït Lqadi

Aremd

  • 4 Simple remue : le bétail est déplacé dans des parcours proches et ramené au village le soir. La sta (...)

11Le contrat de gardiennage est considéré comme une solution appropriée aux difficultés inhérentes à la transhumance (manque de bergers, navette entre le village et les alpages, etc.) Il permet aux éleveurs de décharger provisoirement les membres du foyer pour les employer dans d’autres travaux. Un éleveur peut être confronté, en même temps, à trois situations : la transhumance, la simple remue et la « stabulation »4. Même lorsqu’une famille dispose de trois bergers, elle ne peut les mobiliser constamment. Si on ajoute à cela les exigences liées à l’exploitation agricole (récolte de l’orge, des pommes de terre, irrigation du maïs, gaulage des noix, etc.) qui ont lieu pendant la période de la transhumance d’été, on comprend pourquoi les agriculteurs s’ingénient à créer ou à adopter de nouveaux cadres sociaux de coopération. Il arrive qu’un chef de foyer recoure simultanément au berger salarié et au contrat de gardiennage. En attendant son tour, le berger travaille dans les champs et s’occupe des brebis et des chèvres suitées.

  • 5 En 1936, des géographes ont identifié 4 parcours d’été appartenant à la tribu étudiée (parcours n°  (...)

Tableau 3. Parcours d’été de la tribu Aït Mizane 5

Noms parcours

Villages

Distance/heures

Nb enclos

1. Tiberguent

2. Adad Izgarne

3. Zawt

4. Dou Adj

5. Berdoune

6. Tamdout n Chikh

7. Bougdrour

8. Tissendar

9. Ouggoug n Ougdal

10. Tawount

11. Isgane n Wagouns

12. Tizi n Tighalline

13. Izerrougza

Imlil

Imlil

Mzik

Mzik

Mzik

Aremd

Aremd

Aremd

Aremd

Aremd

Aremd

Aremd

Aremd

2.30

2.30

2.00

2.00

0.45

1.30

1.30

1.30

0.30

1.30

2.00

0.45

0.45

6

3

1

5

6

3

1

2

3

3

0

1

2

Tableau 4. Parcours d’hiver de la tribu Aït Mizane

Noms des parcours

Villages

1. Tiberguent

2. Tagountaft

3. Tasghimout

4. Tighalline

5. Iguer Ougni

6. Berdoune

7. Imoulayne

8. Dou Adj

9. Assouggelgh

Imlil et Aremd

Imlil et Aremd

Imlil et Mzik

Imlil

Imlil

Mzik

Mzik

Mzik

Aremd

12La transhumance d’hiver ne concerne pas les villages. Chaque transhumant cherche un correspondant en plaine qui recevra son troupeau. Plusieurs types de relation sont noués avec les gens de la plaine. Après l’accord du groupe accueillant, un éleveur confie ses moutons à son correspondant. Dans ce cas, c’est le berger transhumant qui s’occupe du troupeau. Au correspondant l’éleveur offre des cadeaux, et au groupe accueillant un « sacrifice ›› appelé «  le mouton de l’herbe  » (ahrouy n’touga). D’autre part, il peut s’agir d’un contrat débattu à l’avance. Les deux parties déterminent la période de la transhumance et fixent le prix. En 1989, les moutons étaient pris pendant trois mois à raison de 30 dirhams la tête. Selon ce type de contrat, le gardiennage incombe au correspondant.

Contestation du pacte pastoral

13Notre enquête relative à la contestation tribale fut réalisée en 1990, s’appuyant sur des informations éparses recueillies en 1985 et une pré-enquête effectuées en 1989. Concernant les rapports entre les groupes, il était question de savoir pourquoi les villages d’Imlil et de Mzik avaient, dans une large mesure, contesté le pacte alors que tous les éleveurs d’Aremd l’avaient sans cesse défendu. Nous supposions que les rapports entre les trois villages, de même que leurs emplacements par rapport aux alpages, expliqueraient cette divergence.

14Tous les éleveurs d’Aremd interrogés sont unanimes pour maintenir la mise en défens et à attribuer l’échec du pacte aux groupes voisins : « Ils ne veulent pas monter aux alpages comme nous, ils préfèrent rester aux environs des villages. » Certains villageois accusent uniquement les éleveurs d’Imlil : « Nous conduisons nos troupeaux aux alpages et eux se contentent de venir au-dessus de notre village. Lorsque nous retournerons (des alpages), nous trouverons nos parcours secs. » L’année de la contestation du pacte (été 1985), le plus grand éleveur d’Aremd (et de la tribu) ne se contenta pas de simples paroles et conduisit son troupeau (300 têtes) dans les parcours d’hiver d’Imlil. Cinq années plus tard, il explique que son action visait à manifester son mécontentement contre les éleveurs d’Imlil qui ne quittaient pas les parcours d’hiver.

15Les contestataires d’Imlil eurent l’occasion de s’exprimer publiquement. Au cours d’un groupement spontané (5/7/1985) sur la petite place du village (souiqa), ils exposèrent clairement les intérêts divergents des villages. De ce débat houleux, animé par des éleveurs qui venaient d’être convoqués pour payer le double de l’amende, on comprenait que le pacte ne profitait qu’à Aremd. Celui-ci, explique l’un des contestataires, « dispose de parcours étendus ; nous refusons de nous cantonner dans les alpages où il n’y a que de la pierre  ; nous ne voulons pas aller en haute montagne et renoncer à nos parcours les plus proches ». A la question de savoir pourquoi les éleveurs d’Imlil ne conduisaient pas leurs troupeaux vers les alpages exploités par Aremd, mais communs à toute la tribu, on invoqua la crainte d’une surcharge ou le refus des bergers.

16Ce conflit aurait été attisé par des incidents révélés par des habitants d’Imlil et niés par tous les informateurs d’Aremd. En 1984, le premier jour de l’ouverture des parcours mis en défens, les habitants d’Aremd conduisirent à l’aube leur bétail dans un parcours exploité en commun avec Imlil. Ce que le bétail épargna fut fauché par les hommes et les femmes. L’un des éleveurs d’Imlil se demande : « A quoi sert le pacte si, de toute façon, nos parcours d’hiver seront secs ? Autant les exploiter pendant l’été alors que les éleveurs d’Aremd sont dans les alpages.  »

17On comprend la divergence entre les villages en la ramenant à leurs emplacements dans le territoire tribal. Aremd se trouve en amont et de ce fait accède facilement aux parcours situés au-delà du sanctuaire de Sidi Chamharouch. Parce qu’éloignés les uns des autres, les parcours d’hiver et d’été ne peuvent être exploités en même temps par Aremd. En revanche, les éleveurs d’Imlil (et de Mzik aussi) ont la possibilité d’exploiter en même temps, durant l’été, les parcours d’été et d’hiver. En fait, il s’agit de parcours continus où les éleveurs, à cause de l’altitude, distinguent entre la partie exploitée l’été (« le haut ») et celle exploitée l’hiver. Aussi passent-ils la nuit dans les enclos d’été après avoir déplacé leurs troupeaux dans la partie du parcours la plus proche du village (voir tableaux 3 et 4 où des parcours importants sont cités comme étant exploités l’hiver et l’été). Du fait donc de la distance qui sépare ses parcours, seul Aremd avait intérêt à exploiter successivement les alpages et les parcours d’hiver. De ce point de vue, le pacte lui permettait de gagner des parcours d’hiver. La divergence d’intérêt que renfermait le pacte se résumait donc dans l’extension des parcours d’hiver pour Aremd et la réduction des parcours d’été pour Imlil et Mzik. Compte tenu de sa richesse en bétail, Aremd avait intérêt à gagner de nouveaux parcours. Concernant le petit bétail, il dispose de 2 400 têtes, nombre que les deux autres villages réunis n’atteignent pas.

  • 6 On raconte que les ancêtres du groupe voisin supplièrent le saint Brahim ou Nacer (enterré à Azzade (...)

18On comprendrait mieux l’opposition des intérêts entre les villages en montrant comment l’initiative de décider la mise en défens fut prise par Aremd. Plusieurs informateurs expliquent la création du pacte par un conflit qui opposait la tribu étudiée à un groupe voisin (Anmiter de la tribu Tifnout). L’enjeu du conflit concerne l’organisation d’un parcours de haute montagne dit Isgane n wagouns. Ce parcours est situé sur le territoire des Aït Mizane mais exploité périodiquement par le groupe voisin. Personne des Aït Mizane n’a contesté l’ancienneté de ce droit d’usage6. Avant chaque transhumance d’été, des informateurs s’en souviennent encore, les représentants du groupe voisin venaient avec leurs cadeaux à Aremd (village le plus proche du parcours en litige) afin de renouveler l’autorisation. Autrefois, dit-on, les éleveurs n’osaient pas dépasser les délais fixés par le saint. Pendant la colonisation, ils commencèrent à prolonger leur séjour. Ils se servaient de l’autorité du fameux caïd Glawi, qui avait plusieurs troupeaux chez eux, pour menacer les propriétaires du parcours.

19Apres l’indépendance du pays, les Aït Mizane réclamèrent le retour au traditionnel séjour de quinze jours. Des brouilles et des bagarres eurent lieu entre des bergers et des éleveurs des groupes en conflit. En 1962, sous l’égide des deux caïds concernés, les conseillers communaux et les notables des groupes en conflit signèrent un accord limitant le séjour au mois de juillet. Ces efforts n’ont pas mis fin au conflit, les hostilités entre les deux groupes n’ont pas cessé. En mai 1989, une nouvelle tentative eut lieu à Tahennaout. Les caïds et les représentants des groupes en conflit révisèrent la date de l’ouverture. Comme c’est un parcours de haute altitude, les usagers exigèrent de reculer la date de la transhumance de quinze jours. L’été suivant, la convention fut de nouveau violée : le 9 septembre, des éleveurs étaient encore dans le parcours. Ce prolongement était justifié par le fait qu’ils ne pouvaient pas, à cause de la neige qui obstruait les chemins, monter à la date convenue. Le 8 septembre 1989, une autre convention intertribale retarda la montée vers les alpages ; la transhumance aura lieu au mois d’août.

20Considérés par les Aït Mizane comme propriété tribale, les parcours devaient être défendus par les trois villages. En principe, toute action collective menée à l’échelle de la tribu doit impliquer les trois groupes au niveau des délégations et du partage des dépenses. Lors d’un conflit opposant la tribu aux desservants de Sidi Chamharouch, une délégation tribale de douze personnes rencontra les autorités locales. Chaque village était représenté par quatre notables. Les dépenses engagées pour la résolution du conflit étaient supportées par les trois villages. Or, concernant le conflit intertribal, la jma’t qui était censée représenter toute la tribu ne comprenait souvent que les représentants d’Aremd. Mieux encore, les dépenses (démarches administratives, déplacements des représentants, etc.) étaient supportées en grande partie par Aremd. Seuls les éleveurs de ce village contribuaient régulièrement au prorata des têtes ovines et caprines possédées. Pendant l’hiver 1989, l’assemblée du village fixa les contributions individuelles à 5 dirhams par tête.

21Des notables d’Aremd reprochent aux groupes voisins de ne pas les soutenir suffisamment dans le conflit. A leur tour, des leaders d’Imlil et de Mzik reprochent à leurs homologues d’agir seuls et de prendre trop d’initiatives : « Ils vont chez le caïd sans nous consulter. Un représentant d’Aremd est allé seul retirer une copie de la convention intertribale. Celle-ci, explique un ex-conseiller communal de Mzik, appartient à toute la tribu. Il aurait fallu au moins trois représentants (un par village). » D’autres reprochent à Aremd d’avoir décidé seul de l’argent provenant des amendes versées par les contrevenants au pacte. Cet argent couvrait, en effet, une partie des frais engagés dans la résolution du conflit intertribal.

22Les notables et les habitants d’Imlil et de Mzik sont indifférents au conflit car, disent-ils, leurs parcours d’été sont séparés. En effet, on s’en souvient, si la propriété des parcours d’été est déclarée tribale, l’exploitation se fait au niveau villageois. Selon des habitants des deux villages, le parcours en litige est exploité par les éleveurs d’Aremd. Que le conflit soit tranché au profit d’Aremd ou à son détriment, les effets sur leurs parcours seront nuls.

23Des notables d’Aremd proposèrent de mettre en défens les pâturages les plus proches et ainsi inciter tous les éleveurs de la tribu à monter aux alpages afin de mieux concurrencer leur adversaire. Il s’agit de motifs que des notables, ayant pris part à la création du pacte, ainsi que des informateurs de différents villages, mentionnèrent explicitement. L’un des notables emploie même le mot « cause » (sabab) pour lier le pacte au conflit : « La cause du pacte était de pousser les éleveurs à monter massivement aux alpages afin de mettre à l’étroit (anzaham, ansnoukmou) les Aït Tifnout. Ceux-ci amènent plus de 3 000 têtes. » Un autre éleveur exprime la même idée : le pacte fut conclu « afin que les animaux montent en masse et commencent d’abord par les pâturages fréquentés par les Aït Tifnout, pour descendre ensuite progressivement vers les parcours les plus proches ».

24Les gains escomptés, après la fin du conflit, n’allaient pas être les mêmes pour tous les villages. Devait-on alors s’attendre à ce que des éleveurs participassent à une entreprise dont les fruits allaient être recueillis par d’autres, fussent-ils de la même tribu ?

25Les stratégies collectives liées à la morphologie et à la structure des groupes sont suffisantes dans le cas d’Aremd où tous les éleveurs ont effectivement adopté le pacte. Concernant Imlil et Mzik, les réactions des éleveurs étaient divergentes. Ce fait impose d’analyser l’échec du pacte, non pas uniquement à l’échelle du groupe, mais aussi au niveau des éleveurs.

26Nous avons commencé par identifier les contrevenants et les contestataires. Une liste, établie à l’aide d’informateurs, nous a permis de distinguer la contestation du pacte de sa violation. Certains éleveurs qui ne remettaient pas en cause la mise en défens furent responsables des contraventions de leurs bergers. Quatre éleveurs, qui étaient obligés de payer l’amende, faisaient même partie de l’assemblée des notables qui conclurent le pacte. Parmi ceux-ci le moqaddem (représentant des autorités locales à l’échelle de la tribu), qui a reconnu que les bêtes échappèrent à son fils et dépassèrent les limites d’un parcours interdit. Ce cas est difficile à distinguer des situations où, selon les éleveurs, le transhumant « vole », c’est-à-dire conduit subrepticement son troupeau au-delà des limites consacrées par le pacte. D’autre part, des éleveurs furent sanctionnés parce que leurs bergers quittèrent tôt les alpages, une dizaine de jours avant le délai fixé par le pacte, pour se rendre sur les parcours d’hiver.

27D’autres éleveurs contestèrent le pacte parce qu’ils refusaient de transhumer. Parmi ceux-ci, certains violèrent la mise en défens. Quatre réactions négatives à l’égard du pacte sont distinguées : le non-respect de la durée de la transhumance, la violation des limites des parcours interdits, la violation avec contestation, la contestation sans violation.

28Dans le premier cas, plusieurs éleveurs trouvent le pacte rigide. La durée de la transhumance fixée à quatre mois est incompatible avec la souplesse que requièrent les déplacements du troupeau. Par exemple, la durée de la transhumance dépend de la composition du troupeau. Les bergers qui ne conduisent que les caprins ont tendance à descendre les premiers. Car, expliquent-ils, les caprins ne supportent pas le froid. Celui qui détient des troupeaux mixtes (caprins et ovins) doit, s’il veut prolonger son séjour, trouver un abri (grotte) où passer la nuit.

29Dans le second cas, des éleveurs qui voulaient continuer à transhumer estiment que le pacte réduit sensiblement leurs parcours d’été. Ces éleveurs avaient l’habitude d’exploiter dans leur intégralité des parcours qui sont, en vertu du pacte, divisés de façon artificielle. Du point de vue de plusieurs transhumants, les règles du pacte sont rigides sur les plans temporel et spatial.

30Cependant, l’opposition la plus intransigeante vient des éleveurs qui rejettent la pratique même de la transhumance. Ce choix est fonction de la taille du troupeau. Ceux qui ont de modestes troupeaux (moins de 20 têtes) n’ont pas intérêt à transhumer pour quelques bêtes. Les contestataires sont de petits éleveurs. Cette hypothèse est vite écartée. Le contrat de gardiennage, que nous venons de décrire, apporte une solution appropriée à cette catégorie d’éleveurs. Cependant, l’éleveur se heurte à une autre difficulté. Même dans le cadre du gardiennage alternatif, la transhumance exige un berger expérimenté. En revanche, la conduite des animaux aux environs du village peut être confiée à un enfant. La taille de certaines familles et les conditions rudes de la transhumance que fuient les jeunes ruraux (attirés par les métiers du tourisme qui se développe dans la région) influencent les stratégies des éleveurs. Cette contrainte concerne aussi bien les petits que les grands éleveurs. L’un des contestataires endurcis d’Imlil (éleveur n° 5, tableau 5) déclare avoir perdu plusieurs chèvres lors de la transhumance imposée par le pacte. Son berger (fils marié) ne disposait pas de toutes ses capacités mentales. Un autre contestataire de Mzik conduisait l’été son troupeau dans un parcours (berdoun) proche du village où il a construit son ’azib (celui-ci fait partie des ’azibs intermédiaires entre le village et les alpages). C’est son fils (12 ans) qui gardait le troupeau. Notre contestataire était contraint de faire la navette : il allait au ’azib le soir pour aider son fils, puis retournait le matin au village.

31Pour plusieurs éleveurs, cette situation est d’autant plus insurmontable que le recrutement d’un berger salarié est devenu difficile. Selon eux, ce métier tend à disparaître à cause de la modicité du salaire. Partant des cas observés, celui-ci varie selon l’âge entre 1 000 dirhams par an (berger de 15 ans) et 1 800 dirhams (berger de 25 ans). En plus, le contrat est souvent conclu par le père du berger qui reçoit le pécule. Certains bergers déclarent ne percevoir que la moitié du salaire. Le contrat comporte d’autres obligations incombant au propriétaire, mais le salaire en argent reste son élément principal. En plus des obligations contractuelles (lwajib) de nourrir et de vêtir (djellaba, akhidous, chaussures, bottes et deux couvertures), le propriétaire donne un « cadeau » (tasekfedt ou lfabour, généralement une chevrette) au berger.

32La taille modeste de certaines familles et le manque de berger ne favorisent pas le recours au contrat de gardiennage alternatif. Mais la taille modeste du troupeau ne constitue pas une contrainte majeure à la transhumance. D’ailleurs, ce ne sont pas les petits éleveurs qui contestèrent le pacte. La liste des contrevenants et des contestataires, que nous avons établie, ne comprend que des éleveurs détenant des troupeaux moyens (de 20 à 50 têtes) ou grands. De grands éleveurs ne transhument pas afin de conserver le fumier qui est souvent abandonné, en partie ou en totalité, dans les enclos. Il faut noter qu’en haute montagne cet engrais est indispensable à l’agriculture intensive. Cette question nous a amené à examiner les gains et les pertes des éleveurs selon qu’ils transhument ou pas. Le transhumant perd la totalité du fumier lorsque le ’azib est loin ou inaccessible aux mulets (’azib de Zawt et Adad Izgarne). Concernant les parcours proches, l’éleveur ne peut transporter, à dos de mulet, qu’une partie du fumier. Dans tous les cas, les transhumants savent que sur ce point ils sont perdants. D’autre part, des éleveurs ajoutent la perte du lait pris par le berger et les chiens. En revanche, les transhumants citent plusieurs avantages relatifs à l’alimentation du bétail. Dans les hauts parcours, le bétail se repaît, et son prix devient plus intéressant que celui du bétail resté au village. En outre, les chèvres sont pleines quelques jours seulement après la montée aux alpages.

  • 7 Concernant les contestataires ayant un troupeau mixte, la non-transhumance ne concerne que les capr (...)

33Après l’expérience d’une année, certains éleveurs s’aperçurent de l’exiguïté de l’espace pastoral et de la rigidité du calendrier des mouvements pastoraux imposés par le pacte. Mais l’opposition la plus ferme émana de ceux qui refusaient de continuer le traditionnel déplacement vers les alpages. Ce sont les éleveurs qui, pour différents motifs, refusèrent de transhumer qui menèrent la contestation et réclamèrent auprès des autorités locales l’annulation du pacte7.

Tableau 5. Contrevenants et contestataires du pacte pastoral

Villages

Éleveurs

Caprins

Ovins

Observations

Imlil

1

56

20

Contrevenant, violation des limites

2

3

4

5

6

7

35

60

50

60

50

30

1

50

20

20

20

20

Contestataires, refus de transhumer

Mzik

8

9

10

60

50

19

20

12

20

Contrevenants, violation des délais

11

12

13

14

15

15

150

70

 ?

 ?

10

20

30

 ?

 ?

Contestataires, refus de transhumer

Aremd

250

50

Contrevenant, violation des limites

Conclusion

34A partir des faits précédents, nous pouvons déterminer les conditions de la réussite ou de l’échec d’une action collective. La participation volontaire à une action collective ne dépend pas uniquement de l’existence d’intérêts communs : « Que des membres d’un groupe aient avantage à atteindre leur objectif commun ne veut pas dire qu’ils agiront de manière à y parvenir, en admettant même qu’ils soient raisonnables et intéressés. En réalité, le cas des très petits groupes mis à part, à moins de mesures coercitives ou de quelque autre disposition particulière les incitant à agir dans leur intérêt commun, des individus raisonnables et intéressés ne s’emploient pas volontairement à défendre les intérêts du groupe. » (Olson, 1978, p. 22.) Ainsi, les grands groupes ne peuvent pas compter sur la participation volontaire, des mécanismes de coercition sont mis en œuvre pour réaliser une adhésion obligatoire à l’action collective. Toutefois, un grand groupe a plus de chance d’être efficace s’il est fragmenté en groupes de petite dimension. Dans le cas des groupes fédérés, « l’action collective a donc toutes les chances de se produire au niveau de chaque unité et, par conséquent, d’impliquer l’ensemble du groupe latent, bien que celui-ci soit de grande dimension » (Boudon et Bourricaud, 1982, p. 12).

35A ces conditions relatives à la morphologie et à la structure sociale du groupe s’ajoutent d’autres, conjoncturelles, relatives à l’entreprise collective elle-même. Celle-ci dépend des coûts d’obtention directe du bien collectif et plus précisément du rapport entre le coût de la participation individuelle et le bénéfice escompté de l’action collective. A cet égard, les obstacles s’estompent à mesure que les coûts des contributions individuelles tendent à être nuls (Olson, 1978, p. 69-70).

36Concernant l’action collective étudiée, le pacte est présenté comme profitant aux éleveurs qui ont tous intérêt à mettre en défens les parcours d’hiver. Cependant, pour prévenir toute stratégie de défection, le pacte prévoyait une sanction garantie par le recours éventuel aux autorités locales. La structure fédérative facilite la prise de décision et la mobilisation des éleveurs. Celle-ci fut d’abord organisée au niveau du village, puis au niveau de la tribu. Enfin, notons que le coût financier de la création du pacte est presque nul (déplacements des notables au bureau du caïd). Ceci est dû au fait que les groupes sociaux, en milieu rural, ne connaissent pas le coût d’organisation qui précède et accompagne la création d’un groupe. Les villages étudiés sont déjà organisés autour de biens collectifs vitaux (canaux d’irrigation, mosquée, etc.).

37Partant de l’analyse des conditions de l’action collective, on peut mettre en rapport l’échec du pacte avec l’existence, au niveau des villages et des éleveurs, d’intérêts divergents, voire contradictoires. L’explication de la contestation du pacte tient compte de la divergence d’intérêts dégagée par l’analyse, des situations et des conditions d’élevage des contestataires. La situation étant définie comme un système de ressources et de contraintes qui, respectivement, favorisent et limitent l’action des éleveurs, en l’occurrence la transhumance. Le rejet du pacte est rapproché des différentes situations des contestataires. Cependant, de même que l’existence d’intérêts communs est insuffisante pour expliquer la mobilisation collective, de même l’existence d’intérêts divergents ne peut expliquer, à elle seule, la résistance à une entreprise collective.

38La situation des éleveurs est différemment affectée par des conditions déterminées au niveau du groupe. A Aremd, aucun éleveur n’a contesté le pacte : vu le nombre des parcours exploités par ce village, vu le conflit qui les oppose à la tribu voisine, vu la concurrence inter-villageoise dont les parcours d’hiver font l’objet, tous avaient intérêt à transhumer et à respecter le pacte.

39D’autre part, en analysant la situation des éleveurs, on peut comprendre pourquoi certains d’entre eux ne transhument pas. Mais ce manque d’intérêt ne suffit pas à expliquer la contestation du pacte. D’autres conditions sont invoquées.

40La première concerne le contenu du bien contesté lui-même et ses effets sur la situation des intéressés. La contestation a plus de chance de se produire lorsque le bien collectif non seulement ne présente aucun avantage pour un segment du groupe, mais, en plus, va à l’encontre de ses intérêts (il faut transhumer de telle à telle date même si vous perdez des animaux, même si vous n’avez pas de berger, même si les parcours d’été sont étroits, etc.). Le rejet du pacte était la seule réaction concevable, car il ne laissait aucune alternative aux éleveurs qui ne l’adoptaient pas.

41Mais encore faut-il avoir la capacité d’agir contre un accord collectif. Le statut des contestataires, qui sont pour la plupart de grands éleveurs, favorisa le rejet du pacte. Tous les grands éleveurs n’ont pas contesté le pacte ; ils ne partagent pas la même situation. Néanmoins, être un grand éleveur est un atout dans une contestation collective.

42Enfin, signalons brièvement l’importance de l’environnement politique qui détermina la fin de la contestation. Dans notre cas, l’annulation du pacte pastoral échappa complètement à la tribu. Cette décision revint en dernier ressort aux représentants des autorités locales. D’ailleurs, dans le contexte rural auquel appartient le cas étudié, ceux-ci ont pour principe d’écarter toute initiative qui renfermerait un risque de violence. Le caïd ne pouvait, sans compromettre sa situation, maintenir un pacte pastoral qui risquait de perturber le statu quo. II était donc dans son intérêt et dans celui des contestataires, même si les mobiles n’étaient pas les mêmes, de mettre officiellement fin au pacte pastoral.

Notes

1 Paru dans Montagnes et Hauts Pays de l’Afrique : utilisation et conservation des ressources, Abdellatif Bencherifa (éd.), publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines, Rabat, 1993, p. 181-197.

2 Dans plusieurs régions du Maroc, le mot agdal désigne à la fois l’acte d’interdire provisoirement un parcours à l’élevage et le parcours interdit lui-même. Selon Laoust, le mot agdal « désigne un «  pâturage  », un fond de vallon où s’étalent des «  prairies  » gorgées d’eau, terrain de pacage «  interdit  » (qqen) à certaines époques, «  ouvert  » (erzem ) à certaines autres, à la fin du printemps et en été » (Laoust, 1939, p. 245). Chez les Seksawa (Haut-Atlas), la mise en défens est appelée agmi. Berque la rapproche de la “devese”, « lieu soustrait à la jouissance commune » (Berque, 1978, p. 111). Hart définit l’agdal de façon succincte : « Collective pasture with rigidly fixed opening and closing dates » (Hart. 1984, p. xv). Chez les Aït Mizane l’agdal désigne un petit pâturage irrigué privé, alors que l’idée de mise en défens est exprimée par des expressions telles que « fermer les parcours de montagne » (qqen adrar) ou « appliquer l’amende » (nesker azzayn).

3 Les éleveurs expliquent ainsi la non-transhumance des caprins vers la plaine : « Si les caprins passent l’hiver en plaine, prennent du poids, retournent en montagne et boivent de l’eau froide, ils s’étouffent (khsint) et meurent. » « Les caprins mangent de l’herbe sèche en plaine (touga iqqourne), juste après ils broutent l’herbe « verte » (tzegzaw), boivent de l’eau froide, tombent malades et meurent. » Parfois, la transhumance concerne les chevreaux qui, précisent certains éleveurs, doivent être vendus en plaine. D’autres éleveurs pensent aussi que les parcours plats (isetwa) de la plaine ne sont pas appropriés aux caprins. Ceux-ci s’accommodent des parcours de montagne où ils trouvent leur alimentation préférée.

4 Simple remue : le bétail est déplacé dans des parcours proches et ramené au village le soir. La stabulation ou l’embouche ne correspondent que partiellement à ce que les éleveurs désignent par le mot « gli » qui signifie « borner, limiter, distinguer, séparer » (Jordan, 1934). Lorsqu’on dit « nous les séparons » (ar ten guelli), on veut dire que les petits, les femelles gestantes ou suitées restent à la maison ou dans l’exploitation.

5 En 1936, des géographes ont identifié 4 parcours d’été appartenant à la tribu étudiée (parcours n° 7, 8, 10 et 11). Il faut ajouter un autre parcours indiqué sans nom qui est, d’après son emplacement, le ’azib n Tighalline (carte du massif de Toubkal, 1936, carte (feuille n 1). Travaux exécutés par Cap. Greuling, Cap. Delay, Adjt. Sudori ; toponymie mise au point avec la collaboration de Dresch). Miller a repéré neuf parcours dont nous n’avons pu en vérifier que six (n 2, 5, 7, 8, 10, 11). Concernant le parcours de Tamsoult qui se trouve dans le territoire d’une tribu voisine (Azzaden), plusieurs éleveurs affirment ne plus l’avoir fréquenté depuis une quinzaine d’années (Miller, 1984, p. xxvii, 105-115). Nous avons allongé la liste de trois parcours dont deux sont essentiels dédiés à la transhumance (n° 1, 4, 14). Il faut noter que le parcours Isgane n’wagouns (n° 11) appartient à Aremd, mais il est aussi exploité par un groupe de la tribu Aït Tifnout. Les enclos bâtis dans ce parcours appartiennent à ce dernier. Les éleveurs d’Aremd y conduisent leurs troupeaux, en dehors de la période attribuée à la tribu voisine, et le ramènent le soir au parcours de Tawount (n° 10).

6 On raconte que les ancêtres du groupe voisin supplièrent le saint Brahim ou Nacer (enterré à Azzaden) de leur accorder de nouveaux parcours. Le saint intercéda pour eux auprès des Aït Mizane, qui les autorisèrent à utiliser l’un de leurs parcours pendant quinze jours.

7 Concernant les contestataires ayant un troupeau mixte, la non-transhumance ne concerne que les caprins. A cause de la chaleur qu’ils ne peuvent supporter, les moutons sont envoyés dans les alpages.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation de la tribu Ghighaya dans son cadre local et national
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/814/img-1.png
Fichier image/png, 235k
Titre Figure 2. Parcours d’été des Aït Mizane
Crédits Source  : Hassan Rachik, Weide-Aushandlungen kollektiver Zugangsrechter, in Jörg Gertel, Ingo Breuer (dir.), Alltagsmobilitäten Aufbruch marokkanischer Lebenswelten, Transcript Verlag Bilelefeld, 2011, p. 57.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/814/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable