Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esprit du terrain

 | 
Hassan Rachik

Première partie. Sacrifice et sainteté

Chapitre 7. Légitimation et sacralité royale1

Résumé

Dans le présent chapitre, j’ai repris le texte d’une conférence donnée en dehors de l’espace universitaire (Fondation Abderrahim Bouabid, septembre 2011) sur la sacralité, dans un contexte où le Mouvement du 20 février remettait en question, dans un contexte plus global (le Printemps arabe), la sacralité du roi. Celle-ci est étudiée en la situant par rapport à des processus politiques concrets au cours desquels elle est utilisée. Couper la sacralité de ses usages politiques aboutirait au mieux à une exégèse du lexique sacro-politique. Dans cet aperçu sur les changements les plus significatifs qu’a connus la sacralité royale durant un peu plus d’un siècle, nous avons analysé la genèse du désenchantement du pouvoir du sultan avec Mohamed V, sa sacralisation avec Hassan II et avec Mohamed VI, les tensions entre la sacralisation, d’une part, et la sécularisation et la démocratisation, d’autre part, entre l’idée d’un roi citoyen et celle d’un roi distant.

Texte intégral

  • 1 Paru Les Cahiers bleus, n° 18, Cercle d’analyse politique, Salé, 2012, p. 7-40.

1Deux types de relation entre le sacré et le politique peuvent être grossièrement distingués. Le premier consacre la séparation entre les deux domaines. Le christianisme primitif fut fondé sur la séparation entre ce qui appartient à César et ce qui appartient à Dieu. La séparation a été également justifiée, dans différentes religions, par des croyances présentant le politique comme un domaine impur que les saints et les pieux ne devaient pas approcher. Les temps modernes ont connu des idéologies qui fondent politiquement et rationnellement la séparation de l’Eglise et de l’Etat (laïcité), de la sphère publique et de la sphère privée (sécularisation). Cette rationalisation politique, inscrite dans une vision du monde plus large valorisant le désenchantement du monde, domine depuis des siècles en Occident. Le sacré et le politique y constituent deux domaines séparés, et les rares interférences observées (le caractère sacro-saint ou le statut religieux de certaines monarchies) n’ont guère d’incidences sur la politique.

  • 2 L’exemple le plus ancien et le plus étudié est celui de la Grèce antique démocratique où des catégo (...)

2Le second type est souvent étudié sous l’expression de la confusion du sacré et du politique. Le cas le plus fréquent serait celui où la logique politique oriente, voire domine le sacré. Le sacré est dans ce cas encastré dans un système d’intérêts, d’enjeux et d’idées politiques2. Ce type de relation entre le sacré et le politique n’est pas forcément érigé en système. Il peut se manifester de façon partielle. C’est le cas du mouvement nationaliste marocain qui utilisa la prière, le jeûne et la fête du sacrifice à des fins politiques. Le fait de jeûner, de ne pas sacrifier le mouton en signe de contestation de l’exil de Mohamed V sont des actes qui transforment des rites religieux en répertoire de contestation politique. Les fonctions de l’usage politique du sacré sont variées. Il peut s’agir, comme dans les exemples précédents, de rallier le maximum de Marocains à la cause nationaliste (fonction de mobilisation), traçant la frontière entre les patriotes et les traîtres (fonction d’identification). On peut invoquer Dieu et la tradition religieuse pour justifier son pouvoir (fonction de légitimation), comme on peut recourir au serment pour sceller un pacte politique (fonction de consécration).

3Le champ de l’étude du sacré et du politique au Maroc est très vaste. Nous nous limitons, ici, à une esquisse du rapport entre la légitimation politique et la sacralité royale. Dans l’histoire politique d’un pays, il y a des moments et des contextes où la référence au sacré devient une question discutable, voire un enjeu du débat public. Hassan II était souvent critiqué en termes politiques, en attaquant ses prérogatives politiques et en utilisant un vocabulaire politique (monarchie absolue, régime réactionnaire...). La critique de sa légitimité religieuse restait marginale, même avec l’avènement de l’islamisme dit radical (cf. Tozy, 1999, p. 167-247). Juste après l’intronisation du roi Mohamed VI, des aspects de la sacralité royale ont été publiquement critiqués. Mais c’était des initiatives individuelles. Récemment, dans le cadre de l’ambiance baptisée le Printemps arabe et plus particulièrement les débats qui ont accompagné le projet de la Constitution de 2011, la question de la sacralité a été fréquemment soulevée et, pour la première fois, de façon collective. Parmi les slogans du Mouvement du 20 février : « Assez de sacralité, plus de liberté (baraka men lmouqaddassate, zidouna f- lhurriyate) », «  Ni sujétion, ni sacralité (la ra’aya la qadassa)  ». C’est dans ce contexte que j’ai repris l’étude de la question entre le politique et le sacré en essayant, cette fois-ci, de l’inscrire dans un cadre temporel et spatial plus large (voir Rachik, 1992, pour une approche du rapport entre le politique et le sacré au niveau local, voir introduction, partie I, chapitre 8).

4Le caractère sacré de la monarchie s’appuie, traditionnellement, sur différents registres : la chérifibilité, la baraka, la bay’a, le califat, l’imamat ou la commanderie des croyants. Depuis le début du siècle passé, le dispositif de légitimation s’est complexifié, notamment suite à l’introduction et à l’adoption de notions modernes par les intellectuels du Mouvement national (le roi symbole de la nation, la monarchie constitutionnelle.)

5Je propose d’analyser les conceptions de la sacralité royale en les plaçant dans des configurations culturelles plus larges. Cependant, une telle approche serait abstraite si elle n’était mise en rapport avec les actions, les structures et les processus politiques dans le cadre desquels les notions de la sacralité royale sont utilisées. La sacralité en politique n’aurait de sens que liée à l’arène politique avec ses interactions, ses tensions et ses conflits entre des acteurs politiquement situés. Couper la sacralité de ses usages politiques aboutirait, au mieux, à une exégèse du lexique sacro-politique. J’ai toujours essayé de privilégier un accès empirique aux notions étudiées. Dans le présent papier, j’ai évité d’approcher les conceptions de la sacralité comme un système d’idées clos et coupé des processus politiques concrets. Au contraire, j’ai essayé, chaque fois que la documentation le permettait, de les saisir dans les situations concrètes où elles sont utilisées. C’est dans ce rapprochement entre des conceptions du sacré et des processus politiques que nous avons un peu de chance de saisir, à la fois, les dimensions idéologiques et pratiques du rapport entre le politique et la sacralité.

6L’approche combinée en termes de configuration culturelle et de situation politique permet de déterminer la place de la sacralité dans le dispositif de légitimation du pouvoir monarchique et de saisir les effets politiques de l’usage de tel ou tel type de légitimité sur la pratique politique et les rapports de pouvoir. Par exemple, une grande différence existe entre se réclamer descendant du Prophète Mohamed, comme le fait la majorité des chérifs, et réclamer et légitimer, au nom de cette même ascendance, une discrimination politique entre les chérifs et l’âmma (gens du commun). C’est bien de montrer les fondements culturels d’une légitimité (c’est quoi la baraka, c’est quoi être chérif, c’est quoi la différence entre chérif, mrabet et agourram, etc.), c’est encore mieux d’en saisir, en plus, les effets politiques.

  • 3 Mon intention de départ était de me limiter au règne de Hassan II et de Mohamed VI. Mais de compara (...)

7Il n’est pas possible dans le présent travail d’aller dans le détail de l’analyse des différentes notions liées au rapport entre la légitimation politique et la sacralité royale. Nous proposons plutôt un aperçu sur les changements les plus significatifs qu’a connus ce rapport durant un peu plus d’un siècle3. Pour plus de clarté, la méthode d’exposition sera davantage chronologique que thématique. Commençons par l’époque précoloniale.

Profusion du sacré

8Il est trivial de dire que la théorie du sacré adoptée par un chercheur oriente l’analyse qu’il fait du rapport entre le politique et le sacré. Les théories inspirées des travaux d’Emile Durkheim, de Marcel Mauss ou de Mircea Eliade exagèrent la séparation entre le sacré et le profane. Les êtres et les choses sacrés sont mis à l’écart et protégés par des interdits religieux. Communiquer avec le sacré exige le recours à des rites. Les rois-dieux, qui ont fait le bonheur de pas mal d’anthropologues, fournirent des illustrations à cette conception du sacré.

  • 4 Walter Harris, qui fréquentait la cour du sultan Abdelaziz, était témoin oculaire du protocole roya (...)

9Au début du siècle passé, c’est Doutté qui se chargea d’appliquer l’approche durkheimienne à la monarchie marocaine et aux phénomènes religieux en général. Il parla même du « caractère magique de la royauté, survivance de vieilles croyances aux hommes-dieux ». Dans cette perspective, décrire la sacralité du sultan revient à décrire la façon dont il est séparé de ses sujets et du monde ordinaire en général. Mais comme il existe rarement de séparation absolue, comme il est nécessaire de communiquer avec le sultan, il faut aussi décrire les rites observés à son égard. La séparation et la communication sont réglées par des rites négatifs (tabous) et positifs. Autrefois, le sultan vivait seul, il ne devait pas être vu. Il ne voyait que le hajib (chambellan, littéralement celui qui voile) qui servait d’intermédiaire. Il devait éviter le soleil, ce qui explique l’usage du parasol. Doutté mentionna aussi quelques aspects du protocole royal en rapport avec la sacralité du sultan : Ba Hmad (premier vizir) se prosternait et se présentait pieds-nus devant le sultan Abdelaziz (Doutté, 1909, p. 187-188)4.

10La sacralité ne se réduit pas à l’accomplissement de rites. Pour les gens qui y croient, elle se manifeste, dans la vie quotidienne, de façon bénéfique ou maléfique. Il y a la baraka du sultan mais aussi sa malédiction (da’wa, sakhth). Le roi est une source de baraka pour tout le pays. Selon Doutté, ce que le peuple cherchait, ce n’était pas un bon gouvernement, mais la baraka du sultan. Cette notion de baraka explique le fait que le sultan ne devait ni voyager par mer, ni sortir du pays (Westermarck, 1968, vol. 1, p. 92). Le sultan Abdelaziz voulait aller à Paris, mais il ne pouvait pas (Doutté, 1909, p. 188). Depuis les Almohades, aucun sultan ne traversa la mer (Bidwell, 1973, p. 67). C’est même cette représentation magique du pouvoir, qui associe la conduite du sultan à la bénédiction du pays, qui explique largement, selon Doutté, la chute du sultan Abdelaziz. En s’ouvrant sur l’Europe et ses objets (bicyclettes, automobiles, billard...), il s’attira le mépris et le mécontentement de ses sujets (Doutté, 1909, p. 167-168). Westermarck souligne aussi la baraka du sultan. Il parle de « royal holiness » (sainteté royale) :

« Cette baraka lui est conférée par quarante saints qui passent chaque matin au-dessus de sa tête... Je me suis laissé dire que Mouley Abd-el-Aziz avait perdu son trône parce que l’aide sainte lui avait été retirée. C’est de la baraka du sultan que dépend le bonheur du pays tout entier. Quand elle est forte et sans souillure, les récoltes sont abondantes, les femmes mettent au monde des enfants bien conformés, le pays prospère à tous égards. Pendant l’été de l’année 1908, où la pêche des sardines fut exceptionnellement bonne, les indigènes de Tanger attribuèrent cette circonstance à l’avènement de Mouley Hafid ; en revanche sous le règne de son prédécesseur, c’est à la détérioration ou la perte de la baraka du sultan que furent imputés les troubles et les soulèvements, la sécheresse et la famine. Le fait est que tous les fruits tombaient des arbres avant d’être parvenus à maturité. Bien mieux : même dans les parties du pays qui n’avaient jamais été soumises au régime politique du sultan, les habitants croyaient que leur bien-être, et spécialement leurs moissons, dépendaient de sa baraka.  » (Westermarck, 1935, p. 113 ; 1926, vol. i, p. 38-39.)

11Mentionnons, en passant, que les croyances de l’époque furent prises en considération par les rédacteurs du projet de la Constitution de 1908 qui déclare dans son article 7 : « Tout sujet du Royaume doit obéissance à l’Imam chérifien et respect à sa personne parce qu’il est l’héritier de la baraka.  »

12Nous reprochons aux anthropologues de l’époque d’exagérer la sacralité et la baraka du sultan. Ceci s’expliquerait par le postulat selon lequel les causes des phénomènes politiques, dans les sociétés traditionnelles, doivent être recherchées dans la religion supposée dominer tous les aspects de la vie sociale. Dans ce paradigme et pour ce type de société, rechercher une explication politique à des faits politiques était hors question. On sait que le roi ne gouverne pas seulement avec sa baraka, mais aussi avec une armée, une administration, le soutien des élites, des tribus, etc. Le sultan ne peut être réduit à un saint. Car contrairement à celui-ci, il est contraint d’user, le cas échéant, de la violence. Mieux, la croyance dans la baraka du sultan peut être aussi une conséquence de sa réussite militaire (cf. Jamous, 1981, p. 221-230).

13Traditionnellement, deux conceptions majeures résument l’accès des gens à la sainteté et à la sacralité. La plus ancienne souligne les qualités personnelles acquises par des pratiques extraordinaires manifestant la sainteté : l’ascèse, la science, la charité, le jihad, etc. La seconde est fondée sur la généalogie (descendance du Prophète, d’un compagnon du Prophète, d’un saint). Dans ce cas, la sainteté est liée à un statut prescrit (hérité des ancêtres). La notion de baraka, qui dépasse le monde des humains, s’applique à plusieurs statuts (chérifs, agourram, wali, çalih, salik, majdoub). Mais le domaine de la baraka du saint est délimité. En principe, le saint ne fait de la politique que s’il y est invité par les gens du commun. Ceux-ci peuvent faire appel à lui pour résoudre leurs conflits et sceller leurs décisions politiques. Il existerait une division du travail entre le saint et le politique ponctuée par une compétition plus ou moins déclarée. Cette division du travail ne s’applique pas au sultan qui ne se contente pas d’être fort, mais fonde sa force et sa violence sur des notions similaires à celles définissant le mode prescrit de la sainteté : la baraka liée à l’ascendance chérifienne. Nous sommes devant une combinaison de deux aspects du pouvoir, l’un fondé sur la force et la violence et l’autre fondé sur la sacralité. Mais le discours traditionnel de légitimation insiste sur la baraka.

14Selon l’historien Naciri (1834-1897), le sultan Abderrahmane Ibn Hicham conféra, suite à sa bay’a, la baraka au pays qui connut la paix et la prospérité. La pluie tomba et les prix aussi (Naciri, 1956, vol. 9, p. 4, 143, 128). La pratique rituelle populaire manifeste aussi la sainteté du sultan : « La population implore sa clémence ou son pardon par les moyens coutumiers de la dabiha (sacrifice) et du ‘âr  ; on se réfugie sous le canon devant la tente du souverain comme devant n’importe quel sanctuaire.  » (Laroui, 1977, p. 112 ; voir Bourqia, 1999, p. 246-248.)

15Nous sommes en présence d’une conception cumulative de la sacralité. Sous la dynastie alaouite, les prétendants au pouvoir doivent être des chérifs alaouites. Mais c’est le plus fort qui sera présenté comme étant choisi par Dieu. La bay‘a, modèle institué par le Prophète Mohamed et consacré par le Coran, référant aux notions de serment et de contrat, est la consécration d’une victoire politique. Le sultan n’est pas seulement un chérif, il est aussi et surtout un chef d’armée. Cependant, la justification essentielle du sultanat, présenté par les juristes comme un imamat et califat, est essentiellement religieuse. Le sultan devait assurer le maintien du culte en assurant la sécurité, la paix et en luttant contre le désordre (fitna) (cf. Laroui, 1977, p. 71-73).

16En tant que chérif, le sultan possède déjà la baraka. Mais l’intensité de celle-ci augmente, croit-on, une fois le chérif devenu sultan. La baraka s’appuie sur la bay’a. Elles sont complémentaires, mais n’ont pas la même portée. La baraka, à la différence de la bay’a, concerne tout le pays, soumis et insoumis. On cite souvent le cas du sultan Soulayman vaincu par les Berbères du Moyen-Atlas en tant que sultan mais respectueusement reçu en tant que chérif. Ce cas illustre le caractère double de la personne du sultan : la part associée à la violence et la part associé à la sacralité. Le sultan régnait partout, mais ne gouvernait qu’en certains endroits (cf. Geertz, p. 91-93).

17Laroui conclut comme suit son analyse de la structure politique du Maroc au XIXe siècle : « Certes l’Etat en tant qu’ordre, rationalité, forme, n’est pas isolé au sein du makhzen. Le sacré, le religieux, le civil, le militaire y sont encore juxtaposés, sinon confusément mêlés.  » (Laroui, 1977, p. 124.) Ceci peut être vrai au niveau structurel et institutionnel, mais non au niveau idéologique. Sur le plan de la légitimation, il n’existe pas de juxtaposition, ni de confusion de plusieurs registres, la référence à la religion et au sacré est abondante et dominante. Mais cela ne veut pas dire que toute explication et toute compréhension de la politique traditionnelle doivent passer par le religieux et le sacré. Il arrive souvent que la logique de l’action politique dépasse le cadre religieux. Les révoltes urbaines et tribales, les intrigues entre les prétendants, la gestion quotidienne de l’administration, la conduite de l’armée, etc. ne sont pas nécessairement dominées par des représentations religieuses.

Genèse du désenchantement du pouvoir du sultan

18Le modèle traditionnel du pouvoir royal, succinctement décrit plus haut, a été bouleversé pendant la période du protectorat. Le changement le plus significatif consiste dans la dépossession du sultan, pour la première fois de l’histoire du Maroc, de l’exercice de la force et de la violence. Que devient un sultan dont la sacralité ne repose plus sur la force et la violence ?

19Le Protectorat s’engagea à sauvegarder le respect et le prestige traditionnel du sultan. Lyautey voulait à la fois conserver et réformer le sultanat. Il écrit dans une lettre de 1912 : « Me suis-je attelé, bien que sans beaucoup d’espoir, à lui rendre son allure traditionnelle et son intégrité. J’ai écarté soigneusement de lui toutes les promiscuités européennes, les automobiles et les dîners au champagne. Je l’ai entouré de vieux Marocains rituels. Son tempérament de bon musulman et d’honnête homme a fait le reste.  » (Cité dans Bidwell, 1973, p. 65.) Toutefois, Lyautey voulait moderniser le sultanat. Il poussa le sultan à sortir de son palais, à voir et à être vu par son peuple. Il organisa de grandes cérémonies pour le montrer en public, des visites dans le sud du pays et dans les régions récemment « pacifiées ». Il ordonna aux officiers français de veiller à la présence de la foule acclamant le sultan lors de ses déplacements. En très peu d’années, la harka et la mhalla (expédition militaire et campement du sultan) disparurent à jamais, laissant la place au cortège royal dans sa version moderne. Lyautey fit découvrir au sultan d’autres modes d’apparition que celles belliqueuses. Il lui organisa des visites à des expositions, l’inauguration d’écoles, d’hôpitaux et d’autres réalisations du Protectorat. C’est dans le cadre de ses nouveaux rôles que le sultan Moulay Youssef transgressa l’un des tabous les plus anciens. En juillet 1926, il traversa la mer à l’occasion de sa visite à Paris où il inaugura une mosquée (Bidwell, 1973, p. 65-67). Son fils Mohamed V, qui lui succéda en 1927, partira en France chaque année (Dubois-Roquebert, 2003, p. 67).

20Ce processus de « réforme » du sultanat sera presque abandonné après le départ de Lyautey en 1925. Lors des premières années de son règne, Mohamed ben Youssef, un jeune de 17 ans, était souvent reclus dans son palais. Quelques années plus tard, il se trouvera porté et supporté par les jeunes militants et intellectuels nationalistes. Depuis la fin des années 20, ceux-ci ont élaboré un discours de légitimation politique inédit. Ils ont entamé, à leur manière, un processus de désenchantement de la royauté en insistant plus sur sa dimension politique que religieuse.

21L’une des innovations majeures consistait dans l’institution de la fête du trône comme un contexte politique inédit permettant l’usage d’un vocabulaire politique et la performance de rites séculiers. Elle fut célébrée pour la première fois le 18 novembre 1933 dans quelques villes (Salé, Fès, Marrakech). Elle fut proposée quelques mois auparavant (juillet 1933) dans la revue Majallat al-Maghrib :

« Nous demandons aussi à ce propos que le gouvernement prenne une décision qui fait du jour de l’intronisation de Sa Majesté une fête nationale (îd watani).  »

22Dans la même revue (novembre 1933), Ibn Abbas recommandait aux notables et aux intellectuels de mettre en place un programme de festivités. Tout d’abord, il fallait composer un hymne sultanien (nachid sultani). Les associations littéraires devaient organiser des meetings (mahrajanate) où seraient donnés des conférences et des discours et où seraient lus des poèmes rappelant la vie du roi et son époque glorieuse. Il précisait aussi qu’on devait également montrer aux gens que « le jour de la fête est le symbole d’une nation qui a une civilisation séculaire ». La célébration de la fête de 1933 à Fès se termina par la récitation en chœur d’un poème de Mohamed al-Qorri intitulé « le Sultan des jeunes », à la suite duquel les assistants scandèrent des vivats au roi et des prières pour la gloire du Maroc (Majallat al-Maghrib, décembre 1933). Par ailleurs, la fête du trône était devenue une occasion où les nationalistes adressaient des télégrammes de félicitation au Roi (cf. Rachik, 2003, p. 95-112).

23Le 8 mai 1934, la visite royale à Fès constitua une date notable dans le renforcement de l’image du roi par les nationalistes. L’hebdomadaire L’Action du peuple (4 mai 1934) invitait les habitants de Fès à pavoiser et à venir acclamer le sultan. Ce sont des militants nationalistes qui organisèrent un accueil populaire au sultan. C’était la première occasion publique saisie par les nationalistes pour manifester leur soutien au roi. On scandait des slogans nationaux (houtafat wataniya)  : «  vive le Roi  » («  yahya al Malik  »), « vive le sultan  », «  vive le Maroc  », «  vive l’islam  », «  à bas la France  ».

24Durant la période allant de 1937 à 1943, les relations entre le roi et les nationalistes se relâchèrent. Le roi s’écartait progressivement de l’élite nationaliste à laquelle il aurait reproché son intransigeance, son caractère secret et son appel à l’action directe. C’est à partir de 1944 que les liens entre le roi et les nationalistes se renouèrent et se renforcèrent autour de l’idée de l’indépendance du pays. Plusieurs occasions furent saisies par les nationalistes pour manifester leur soutien au roi (préparation du Manifeste de l’indépendance en 1944, visites royales à Marrakech et au Sud du Maroc en 1945, à Tanger en 1947 et surtout durant son exil).

25La contribution du Mouvement national et de Mohamed ben Youssef lui- même au désenchantement du sultanat mérite une étude plus détaillée et plus approfondie. Mais nous pouvons dire que l’idée soutenue par Geertz du triomphe du roi marabout, de l’autorité religieuse sur l’autorité politique, ne correspond pas à la conception que se faisaient les acteurs politiques de Mohamed V (Geertz, 1992, p. 96 ; Munson, 1993, p. 125-126). Le stock des idées et actions légitimant le roi s’enrichit d’un lexique séculier nouveau définissant une dimension inédite de la royauté. Au « symbole (ramz) de la nation  », s’ajoute l’idée «  du héros (batal) de la libération du pays  ».

  • 5 Le médecin de Mohamed V rapporte : « Souvent, alors qu’il conduisait sa voiture, il lui arrivait de (...)

26Le discours nationaliste référait moins aux registres traditionnels de légitimité du roi, notamment celui référant à sa sacralité. Par ailleurs, mise à part la croyance dans la parution du roi dans la lune lors de son exil, ce qui est une manière de le rendre aussi bien sacré que présent, il est difficile, pour l’heure, de documenter de façon détaillée les représentations populaires au sujet du statut du roi. Mais nous pouvons retenir l’idée, très répandue à l’époque, de la simplicité du sultan Mohamed V5. L’idée d’un roi simple et populaire constitue une grande rupture avec le passé politique traditionnel. Rappelons que, avant 1934, le sultan Mohamed ben Youssef se trouvait complètement isolé dans son palais et que les usages traditionnels limitaient les circonstances de son apparition en public. L’idée d’une sacralité fondée exclusivement sur la séparation d’avec les gens du commun (‘amma) et même d’avec l’élite était ébranlée. Elle était contraire à l’adoption d’une légitimité populaire progressivement construite par les nationalistes et par Mohamed V. Dans ses discours du trône, le sultan s’adressait à son peuple. Les relations entre le roi et ses sujets ne se réduisaient plus, au moins symboliquement, à des relations avec des notables et des savants (allégeance, cadeaux à l’occasion des fêtes religieuses), à une visite ponctuelle d’une localité, d’un sanctuaire. Pour la première fois, un roi s’adressait au peuple marocain et non pas seulement à l’un de ses segments (notables, marchands de telle ville, tribus de telle région, confréries de telle tariqa, etc.). Cette quête d’une légitimité populaire a changé significativement le dispositif des registres traditionnels de la légitimité royale. Car si la sacralité peut être le monopole du pouvoir royal, il n’en sera pas de même pour la légitimité populaire qui sera disputée par différents acteurs politiques.

27D’autres aspects du désenchantement de la royauté concernent la sphère privée du roi. A propos de l’opération chirurgicale subie par Mohamed V le 13 octobre 1937, Docteur Dubois-Roquebert (qui supervisa l’opération) écrit :

« Ce qui surprenait ses sujets c’était que le sultan, ce descendant du Prophète, chef non seulement temporel mais spirituel, confiât un corps pour eux sacré à des mains profanes. En acceptant de se faire opérer comme il l’a fait, Sidi Mohammed Ben Youssef donnait, pour la première fois, l’exemple nécessaire à son peuple pour que sa mentalité évolue rapidement vers l’acceptation de l’acte chirurgical. » (Dubois-Roquebert, 2003, p. 77.)

28Le sultan faisait aussi pratiquer la circoncision pour ses deux fils, le prince Hassan et le prince Abdallah, selon les méthodes chirurgicales modernes. Déjà en 1929, il demanda, dans une lettre, qu’une sage-femme française soit présente lors de la naissance du prince (Dubois-Roquebert, 2003, p. 79, 106).

29Qu’il s’agisse du domaine politique ou du domaine privé, très peu documenté, nous pouvons conclure à un relatif désenchantement de la fonction royale (disparition de plusieurs aspects liés à la sacralité royale et adoption d’autres aspects plus séculiers). Les intellectuels nationalistes ont contribué, selon les moyens et les opportunités qui leurs étaient offertes, à la sécularisation du pouvoir royal et de la politique en général. La référence à la tradition religieuse reste dominante, mais elle n’est plus la seule. Il faut noter que si la légitimation religieuse continue à être assumée en tant que telle et de façon explicite, celle relative à la sécularisation se fait de façon implicite et latente. L’idée et le mot de sécularisation seraient même rejetés par ceux qui les ont mis en pratique.

30Un mot sur le court règne de Mohamed V après l’indépendance du pays (1955-1961). Plusieurs changements consacrèrent la tendance de la sécularisation déjà entamée. On peut citer l’abandon officiel du titre de « sultan » au profit de celui de «  roi  », de l’appellation « Royaume chérifien (Iyyala charifa) » au profit de « Royaume du Maroc ». Dar al-makhzen est devenu palais royal, rue Dar al makhzen à Rabat est devenue avenue Mohamed V, etc. (Hughes, 2003, p. 105, 153). Toutefois, il ne s’agit pas d’une révolution systématique traquant tous les aspects politiques traditionnels. Ce n’est pas le style du régime. Le type de changement adopté, et ceci est une constante y compris sous les règnes ultérieurs, est largement éclectique. Le mot chérifien, par exemple, est encore employé pour qualifier le seau du roi apposé aux dahirs (décret royal).

31Le contexte n’est plus celui de libération et de fédération des efforts contre le colonisateur. Dorénavant, Mohamed V règne et gouverne. Ce changement structurel a eu des implications sur le plan idéologique. Prenons l’exemple de la question de la qualification du régime juridique des actes royaux. Dans l’affaire Rounda, un ancien cadi suspendu de ses fonctions par dahir (1960), la question était de savoir si le dahir en question peut être annulé pour excès de pouvoir. La Cour suprême s’est déclarée incompétente car l’acte émane du souverain. Sous le protectorat, la cour d’appel de Rabat opéra une distinction entre le dahir-loi et dahir-décret, ce qui permettait aux administrés d’attaquer ce dernier (Essaïd, 1992, p. 149). La même année, la Cour de justice affirma qu’une déclaration ou un ordre du roi ont force de loi. En l’absence de texte juridique, la cour d’appel de Rabat (10 février 1960) s’est appuyée sur le discours du Trône de 1959, qui condamne toute idéologie matérialiste comme contraire à l’islam, pour dissoudre le Parti communiste marocain. L’arrêt rappelle aussi les statuts du roi en tant que gardien spirituel.

32Ces exemples montrent l’émergence de nouvelles institutions publiques qui allaient prendre en charge la production de nouvelles normes consolidant la légitimité de la monarchie. Commence alors la marginalisation idéologique du discours nationaliste en tant que source principale de légitimation de la monarchie. L’enjeu a complètement changé, et les premiers pas dans la justification de la suprématie de la monarchie sont à peine esquissés. La phase suivante, correspondant au règne de Hassan II, connaîtra une consolidation et une resacralisation du pouvoir royal.

Resacralisation du pouvoir royal

  • 6 « Le Roi, Amir al Mouminine (commandeur des croyants), symbole de l’unité de la nation, garant de l (...)

33Sous le règne de Hassan II, les contextes de légitimation étaient marqués, sur le plan politique, par des tensions et des conflits quasi permanents avec ses opposants, et sur le plan idéologique, par une volonté de modernisation de l’Etat et de restauration de la tradition dans sa double dimension, locale et musulmane. Partons d’une analyse simple classant les registres traditionnels de légitimité selon qu’ils sont retenus ou non par la Constitution de 1962. Aucune mention n’est faite, ni de la baraka du roi, ni du chérifisme, ni de la bay’a, ni du califat. La Commanderie des croyants reste l’unique institution traditionnelle retenue. Les charges qui lui sont inhérentes sont à la fois religieuses et séculières6. Nous pouvons parler dans ce cas d’un désenchantement normatif dont l’importance ne peut être minimisée. S’agissant du volet pratique, nous allons voir comment Hassan II fera de la Commanderie des croyants une sorte de cheval de Troie où se cachent, mais prêts à sortir, divers registres traditionnels de la légitimité. Le désenchantement normatif est vite rattrapé par un réenchantement effectif du pouvoir royal, notamment à partir des années 80.

34Vers la fin de son règne, Hassan II parla de la Commanderie des croyants en ces termes :

« En France, le roi, une fois sacré, devenait roi de droit divin. Chez nous, l’émir des croyants est de mission divine, car il n’existe pas de droit divin. Il est considéré par tous ses sujets comme le représentant de Dieu sur terre. Là encore, le hadith déclare que l’émir est « le parasol et la lance de Dieu ». Le parasol sous lequel viennent s’abriter tous ceux qui sont victimes d’injustices, la lance pour défendre les acquis et combattre l’hérésie. Cette mission divine vous fait obligation d’être musulman sunnite, de veiller à l’application de la religion et de régler les affaires civiles.  » Dans le même entretien, Hassan II rappelle : «  On ne doit pas oublier que le Maroc est un empire et qu’il faut le tenir par son seul dénominateur commun qui est la monarchie à caractère religieux.  » (Hassan II, 1993, p. 94, 172.)

35En comparant le sens donné, ici, à la Commanderie des croyants avec celui de l’article 19 des différentes Constitutions, nous avons l’impression qu’il ne s’agit pas de la même institution. L’article 19 n’emploie pas de vocabulaire religieux comme « mission divine », « représentant de Dieu sur terre », « parasol et lance de Dieu » ou « combat de l’hérésie ». Le même décalage avec la terminologie constitutionnelle peut être observé concernant la qualification du pays (empire vs royaume) et de la monarchie (à caractère religieux vs constitutionnelle).

36Comme pour tout autre institution ou notion, il serait erroné de définir la Commanderie des croyants de façon univoque, définitive et claire. Nous évitons ce genre de définition qui domine les sciences sociales et optons pour une définition où l’approche du chercheur ne fait pas violence aux usages vagues, divers et contradictoires des notions suivant les acteurs et les contextes, en leur imposant des contours clairs et fixes. C’est pourquoi nous ne trouvons aucun intérêt à définir de façon figée la Commanderie des croyants comme étant une institution religieuse ou une institution politique ou un mélange des deux. Nous la définissons en partant de l’usage (ou du non-usage) dynamique qu’en font les acteurs. Cependant, nous serons contraints, dans les limites de ce texte, de mettre l’accent sur la pratique du roi. L’usage qu’en font les exégètes (notamment le ministère des Affaires islamiques) et d’autres acteurs politiques, alliés ou concurrents, ne peut être traité ici en détail.

37Comme toute notion inscrite dans la pratique sociale, la Commanderie des croyants est une notion malléable en ce sens qu’elle peut recevoir des sens différents, voire contradictoires, suivant le contexte, les enjeux, la nature du partenaire, etc. Nous proposons d’esquisser une interprétation de ces différents sens.

Sens politique/champ politique

  • 7 Voici un autre exemple de cet usage politique de la Commanderie des croyants (type premier). Le 9 j (...)
  • 8 La Constitution de 1962 remplaça le mot dahir par celui de décret royal. Le retour en 1970 à l’appe (...)

38Durant les années 60, l’usage fait de la Commanderie des croyants est un usage politique inscrit dans un champ et dans un contexte politiques. C’est en tant que Commandeur des croyants qu’Hassan II décréta, conformément à la Constitution, l’état d’exception (décret royal, 7 juin 1965). Aucune idée ni justification religieuse ne sont invoquées. Le Commandeur des croyants agit en tant que garant de la continuité du fonctionnement institutionnel, un rôle politique dont l’exercice se contente d’une légitimité constitutionnelle7. Plusieurs décrets royaux seront pris au même titre entre juin 1965 et février 19698. D’après l’objet des décrets et leurs domaines d’intervention, il est facile de déduire le caractère politique de l’usage de la Commanderie des croyants : décrets royaux relatifs à l’attribution de terres agricoles, aux sociétés d’investissement, à l’Office de commercialisation et d’exportation, etc. Nous schématisons ce type d’usage par le couple « sens politique/contexte politique ».

Sens religieux /champ politique

39Nous avons distingué un deuxième type d’usage où le sens donné à la Commanderie des croyants est religieux mais instrumentalisé dans un champ politique (« sens religieux/champ politique »). Dans un discours royal adressé aux députés (octobre 1978), la suprématie du roi est ainsi légitimée :

« [...] Dans son livre sacré, Dieu a dit : «  Dis-leur d’agir car votre action sera apprécié par Dieu, par son Prophète et par l’ensemble des croyants.  » Je considère que ce verset a été inspiré à notre Prophète comme s’il avait pour but de nous indiquer la voie à suivre. [...] Vous les élus, vous avez une mission de contrôle, mais qui a la charge de contrôler les contrôleurs, c’est Dieu, son Prophète et les croyants. Le contrôle de Dieu, c’est celui de votre conscience. Votre action sera appréciée par Dieu et par son Prophète, c’est- à-dire le représentant de son Prophète sur terre qui est le responsable suprême dans le pays.  »

40La voie à suivre n’est pas indiquée par la Constitution, mais par un verset coranique qui, de surcroît, est interprété sur mesure. La démonstration est simple : comme le roi est le représentant du Prophète sur terre (notion non juridique), il dispose de la responsabilité suprême. Comme le remarque Tozy, la Constitution ne chapeaute pas l’édifice normatif. Le roi Commandeur des croyants, mobilisant la tradition, se place entre elle et Dieu (Tozy, 1999, p. 99).

41L’usage politique de la Commanderie des croyants a pris une expression différente, plus explicite et plus étoffée lors du différend qui opposa Hassan II aux députés de l’USFP suite à leur décision de ne pas siéger au-delà de leur mandat (juin 1981). Ils ont respecté la décision de leur parti qui ne reconnut pas l’allongement du mandat parlementaire proposé par Hassan II et approuvé par référendum en mai 1980. Ils ont finalement réintégré le parlement, à titre personnel, suite à une attaque militaire dans le Sahara jugée menaçante pour l’intégrité territoriale du pays. Ce différend a fait l’objet d’un long commentaire lors du discours de Hassan II à l’ouverture de la session parlementaire du 9 octobre 1981. Il estime que l’attitude des députés en question est « contraire à la Constitution et constitue un geste d’hostilité à l’endroit de l’ensemble de la communauté musulmane ». Les résultats du référendum doivent s’imposer à tous. Hassan II soulève un problème qui renseigne de façon significative sur la manière dont il utilise le droit positif et la tradition religieuse. Le problème pour lui réside dans le silence de la Constitution quant aux sanctions à prendre dans de telles situations. Mais, explique-t-il, si le souverain constitutionnel ne peut pas se prononcer, le Commandeur des croyants a la possibilité de le faire en vertu du Coran et de la tradition du Prophète.

42La dualité est explicitement et clairement exprimée entre le roi souverain constitutionnel souhaitant s’appuyer sur le droit positif et le roi Commandeur des croyants transcendant la Constitution et le droit positif en général. Nous savons qu’un rôle politique est un ensemble de devoirs et de droits. Le devoir de référer à la tradition n’incombe pas au souverain constitutionnel mais au Commandeur des croyants. Ce devoir est constitutif de son rôle religieux. Nous avons, ici, une délimitation claire entre le rôle politique et le rôle religieux mais qui ne recoupe pas une distinction entre la sphère religieuse et la sphère politique. Au contraire, la Commanderie des croyants, prise ici dans une acception religieuse, permet de passer d’une sphère à l’autre, de parer à un vide juridique et de sanctionner des acteurs politiques au nom d’une tradition religieuse. Comparée à la légitimation de type légalo-rationnel, la légitimation de type traditionnel donne une immense liberté d’agir qui n’est pas exempte d’arbitraire.

43La position du problème par Hassan II est claire, mais l’argumentation de la solution l’est moins. Il invoque un verset du Coran qui incite à la concertation. Ce qui justifie le recours au référendum. En ne respectant pas la concertation recommandée par le Coran, les députés se sont exclus de la communauté des musulmans. Le vocabulaire employé par le roi pour décrire les députés et leurs actions est très dur et témoigne de la gravité de l’enjeu  : désinvoltes, mystificateurs, égarés, puérils... Mais à aucun moment il n’était directement question de sa personne, il ne se considérait pas, par exemple, l’objet d’une lèse-majesté. Les députés ne sont pas présentés comme désobéissant à sa personne, mais au peuple et à sa volonté exprimée par référendum.

44Pour résumer, la Commanderie des croyants permet au roi de référer, en marge du droit, au sacré, dans le but de baliser l’arène politique. Elle est ainsi utilisée comme un tremplin permettant d’aller vers d’autres notions relevant du sacré (l’ombre divine sur terre, le représentant du Prophète sur terre...) censées partager avec elle le même paradigme religieux. La suprématie du roi n’implique pas seulement la référence à la notion de sacré, ce que des Constitutions monarchiques occidentales font, mais le pouvoir de référence au sacré, la liberté d’invoquer à n’importe quel moment la tradition (le non-droit) et de l’interpréter à des fins politiques. La Commanderie des croyants permet à Hassan II de forcer au respect de l’ordre politique et de s’instituer comme une source normative suprême et comme une instance de contrainte.

Sens religieux/champ religieux

45La Commanderie des croyants peut être un rôle politique en vertu duquel le roi prend des décisions politiques, elle peut être aussi un rôle religieux invoqué à des fins politiques, et elle peut être encore un rôle religieux mobilisé dans un champ religieux. A partir du début des années 80, ce troisième type d’usage va se renforcer suite aux dangers que représentaient les courants religieux qualifiés officiellement d’extrémistes, de déviationnistes, de subversifs, etc. Il faut noter qu’Hassan II commença par intervenir dans le champ religieux sans invoquer la Commanderie des croyants. C’est le cas du dahir portant création du Haut-Conseil des oulémas du Maroc (1er février 1980) qui est pris en la qualité de « Notre Majesté Chérifienne ». Sur le plan du contenu, il est fortement similaire aux dahirs ultérieurs pris en tant que Commandeur des croyants. Il invoque la grande mission que Dieu lui « a confiée en vue de la conservation des valeurs sacrées de la Nation ». Il mentionne les menaces que représentent les courants subversifs et déviationnistes et le rôle dévolu au Conseil des oulémas pour préserver l’unité religieuse des Marocains.

46Depuis 1981, nous assistons au recours, de plus en plus fréquent, à la Commanderie des croyants en tant que rôle religieux mobilisé dans un champ religieux, face à des spécialistes du savoir religieux et contre des concurrents agissant au nom de la religion. C’est ce rôle religieux qui prendra progressivement le dessus sur le rôle politique mobilisant la religion à l’encontre de protagonistes politiques. Dans un dahir portant création du Conseil supérieur et des conseils régionaux des oulémas (8 avril 1981), Hassan II rappelle le thème de l’unicité du rite malékite qui fonde l’unité, la cohésion et la stabilité de la nation marocaine. Puis, après avoir constaté « les dangers que les idéologies étrangères font courir à l’identité de la nation marocaine et à ses valeurs authentiques », il décida de créer, en sa qualité de Commandeur des croyants, un cadre institutionnel, le Conseil supérieur des oulémas, qui permet, sous son égide, à ces derniers de coordonner leurs efforts et de parer aux idéologies étrangères.

47Hassan II éprouvait la nécessité d’une orientation politique du religieux, mais elle devait se faire dans un champ religieux clos où seuls les oulémas sont admis. Dans ce nouveau contexte, où la religion est présentée comme menacée, la Commanderie des croyants a le devoir de la protéger. Il s’agit là d’une mission millénaire. Et lorsque la Commanderie des croyants tend à être fréquemment utilisée dans le cadre de cette mission, sa connotation religieuse devient la seule visible.

48Dans un discours prononcé lors de la séance inaugurale du Conseil supérieur des oulémas, le roi esquisse une feuille de route déterminant le rôle des oulémas, ce qu’ils doivent faire et ce qu’ils doivent s’interdire. Il veut que le savoir dispensé dans les mosquées soit attirant, que la politique au sens vulgaire (parler de l’augmentation des prix) soit bannie des mosquées. Celles-ci, qu’il ne faut pas transformer en tribunes, doivent être le lieu de propagation de la science. Hassan II précise enfin son rôle et son devoir : « Dans le cas contraire, notre devoir de défenseur de la religion nous fait obligation de la préserver contre tout danger et même, le cas échéant, contre le comportement de certains oulémas... » Il rappelle que « la mise en garde est un devoir du père, du roi et d’Amir Al Mouminine... » (discours royal, 16 juillet 1982). Il détient aussi le pouvoir d’interpréter et d’adapter la religion aux temps actuels. Ce rôle d’interprète est ainsi justifié : «  ... Le Coran et les hadiths du Prophète n’ont pas tout prévu. C’est donc à l’émir des croyants, en compagnie des oulémas, les théologiens, de trouver l’interprétation voulue face aux découvertes et aux évolutions nouvelles de la société... » (Hassan II, 1993, p. 96.)

49L’usage politique de la Commanderie des croyants s’expliquerait par la nature de la structure politique mettant en compétition des acteurs politiques, autour d’enjeux politiques et utilisant un vocabulaire principalement séculier. Cette situation commença à changer à partir des années 70 avec l’avènement d’acteurs « islamistes » sur la scène politique. L’enjeu politique a pris des colorations religieuses. Hassan II n’est pas maître absolu du choix des registres de légitimité et des références idéologiques à invoquer. Il est amené à élaborer sa stratégie idéologique en fonction de la nature des acteurs et des griefs à l’encontre de la légitimité de son pouvoir. Plus simplement, sa réaction face à une gauche s’inspirant du socialisme et du marxisme ne peut être simplement reconduite à l’encontre des courants islamistes mobilisant une tradition religieuse sur laquelle il s’appuie lui-même. Pour une monarchie qui fonde son caractère sacré sur la tradition religieuse, la compétition sur un plan religieux est plus ardue que la compétition sur un plan politique séculier. L’insistance sur la mission divine (et autres notions similaires) n’est pas seulement le résultat d’un penchant autoritaire solitaire, elle est davantage une réponse et une réaction à un changement politique structurel. Ce qui était un usage intermittent dans un champ politique majoritairement séculier deviendra plus systématique dans le but de contrôler le champ religieux. C’est l’une des raisons pour lesquelles, nous renonçons à donner une définition figée et a-historique à des notions et des institutions qui se nourrissent de l’action.

  • 9 L’adjectif « ambigu » n’a pour nous aucune connotation péjorative. Une idée ambiguë est une idée «  (...)

50Le problème qui se pose aux régimes politiques qui s’appuient sur un passé lointain est que l’âge des institutions traditionnelles est de loin plus important que celui des instituions constitutionnelles et modernes. La Commanderie des croyants est une institution millénaire qui permet d’inscrire la légitimité politique de la suprématie royale dans une continuité dynastique (les Alaouites) et historique, allant jusqu’au Prophète Mohamed. Il s’agit d’une légitimité qui dépasse la durée courte d’une Constitution et qui ouvre par ce fait-même la voie à une infinité d’interprétations, politiques et religieuses, qui sont largement fonction du contexte politique. C’est la mobilisation de cette profondeur historique qui fait de la Commanderie des croyants une institution ambiguë9 en ce sens qu’elle repose sur diverses notions politiques et religieuses, traditionnelles et modernes. Et c’est cette ambiguïté, faisant d’elle une institution passe-partout, pour ainsi dire, qui permet au roi de l’utiliser dans divers domaines, politique et religieux, civil et militaire (cf. Tozy, 1999, p. 77-81, 98  ; Darif, 2000, p. 79-85). Son ambiguïté la rend malléable et adaptable à des structures et à des contextes politiques différents, y compris le contexte de l’alternance politique souhaitée par le roi. Dans un discours appelant à cette alternance, Hassan II associe la Commanderie des croyants à la «  amana  » (dépôt sacré, selon la traduction officielle). Il assure que ses propos ne relèvent pas d’une volonté de manœuvre. Le contexte étant marqué par l’ouverture du régime politique qui exige de la confiance. La même institution, naguère utilisée pour forcer au respect et à la soumission, est présentée plus tard comme un garant de la bonne foi du roi qui doit rassurer les anciens opposants vis-à-vis de son régime (discours royal lors de séance d’ouverture de la Chambre des représentants, octobre 1994).

51L’ambiguïté ne consiste pas, ici, dans une incapacité intellectuelle à donner un sens clair, elle est un moyen au service d’une action politique, elle est compatible avec un style politique autoritaire où les partenaires et les concurrents politiques ne doivent pas saisir le bout du fil. Dans un Etat de droit, un récalcitrant politique, par exemple, peut prévoir la palette des sanctions qu’il encourt. A l’inverse, il aurait été impossible aux députés de l’USFP, dont il était question plus haut, de prévoir ce que leur préparait le Commandeur des croyants.

52Le recours à une légitimité religieuse et transcendantale a limité le caractère désenchanté de la politique et du droit qui la régit. Mohammed V et les nationalistes qui la soutenaient ont vécu dans un contexte qui impliquait d’autres usages de la religion, notamment à des fins de mobilisation populaire. Avec Hassan II, nous avons assisté à une élaboration progressive d’une légitimité traditionnelle du pouvoir royal où le sacré était omniprésent.

Une sécularisation sans voix

  • 10 « Dieu a voulu que nous accédions au Trône de nos Glorieux Ancêtres, conformément à la volonté de N (...)

53Mohamed VI a hérité des mêmes registres de légitimité qu’il a rappelés dans ses premiers discours : la volonté de Dieu, la volonté de son père, la Constitution, la bey’a et la Commanderie des croyants10. Lors de la réforme du Code du statut personnel, il utilise la Commanderie des croyants en tant que rôle religieux dans le but de réguler un conflit politique au sujet du religieux. La mise en agenda de la réforme est manifestement politique, l’enjeu l’est aussi, mais avec des implications religieuses soulevées et mises sur la scène politique par les courants » islamistes ». Le Roi Mohamed VI résume ainsi son action :

« [...] J’ai pris sur moi, en ma qualité d’Amir Al Mouminine, de donner suite à un mémorandum qui m’avait été adressé par l’ensemble des organisations féminines marocaines, tous courants politiques, culturels et régionaux. Et puisque l’objectif de rendre justice à la femme est d’une telle noblesse, qu’il doit être placé au-dessus de toute exploitation électoraliste et politicienne étroite, j’ai constitué une commission consultative, pluridisciplinaire, pour l’examen d’un projet de réforme fondamentale et globale du code du statut personnel. » (Roi Mohammed VI, interview, revues libanaises Al Hawadith et al., 22 mars 2002.)

54Nous sommes devant un cas d’arbitrage royal où le roi en qualité de Commandeur des croyants est censé trouver une issue au conflit et en marge des groupes en conflit. A la différence du règne précédent, la Commanderie des croyants est sollicitée et surtout acceptée par la majorité des acteurs politiques. Son usage se démarque sensiblement du style autoritaire de Hassan II. Cependant, le type d’usage le plus fréquent demeure le recours au rôle religieux intervenant dans le champ religieux. Dans ce cas, le roi doit déterminer la version officielle de l’islam indépendamment des situations conflictuelles. Il rappelle que les « ouléma sont les représentants de Amir Al Mouminine dans la diffusion des préceptes de la Chariaâ » (discours royal lors de la cérémonie d’installation du Conseil supérieur des ouléma et des conseils régionaux des ouléma, vendredi 15 décembre, 2000).

  • 11 « En ma qualité d’Amir Al Mouminine, je suis convaincu que la charia et la tradition du Prophète, m (...)

55Les deux rôles, interprète et régulateur de conflit à dimension religieuse, ne sont pas séparés. Lors de la réforme du Code personnel, Mohamed VI a dû trouver les mécanismes institutionnels pour sortir de l’impasse dans laquelle se trouvait le gouvernement et les partis politiques, et en même temps défendre une conception de l’islam jugée plus ouverte sur le monde moderne, plus tolérante, plus modérée, etc.11 Ce rôle d’interprète légitime et exclusif de l’islam trouve son illustration la plus manifeste dans le discours du Trône de 2003, qui vient deux mois après l’attentat terroriste de Casablanca (16 mai 2003). D’ailleurs, à cause de cet événement tragique, le roi déroge explicitement à la tradition de dresser, à cette occasion, le bilan des réalisations de l’Etat et d’esquisser les orientations pour l’avenir. Vu les circonstances, il a tenu « à faire de ce discours un moment fort de réflexion nationale collective et d’analyse qui transcende le souvenir cruel des actes terroristes de Casablanca, pour en tirer les enseignements nécessaires... ». Le discours consiste en une série de principes devant orienter l’interprétation de l’islam au Maroc. Il affirme que les éléments fondateurs de la monarchie constitutionnelle marocaine sont l’islam et la démocratie. Il rappelle l’ancienneté de l’islam au Maroc, l’indépendance de l’Etat marocain à l’égard du califat de l’Orient, l’attachement à la Commanderie des croyants, l’ouverture en matière de culte, l’exclusivité du rite malékite caractérisé par sa souplesse et par son ouverture sur la réalité. Il ajoute que le peuple marocain n’a pas besoin d’importer des rites et des doctrines étrangers à ses traditions et incompatibles avec son identité spécifique. Le roi déclare qu’il va s’opposer à tous les promoteurs d’un rite étranger à son peuple. Il rappelle : «  Le Commandeur des croyants étant l’unique référence religieuse pour la nation marocaine, aucun parti ou groupe ne peut s’ériger en porte-parole ou en tuteur de l’islam. La fonction religieuse, en effet, relève de l’imamat suprême d’Amir Al Mouminine, qui Nous est dévolu, assisté du Conseil supérieur et des conseils régionaux des oulémas... »

  • 12 « S’il est dans l’ordre des choses que la gestion des affaires ici-bas donne lieu à des avis diverg (...)

56La conséquence majeure du monopole de l’interprétation de la religion au nom de la Commanderie des croyants basée sur l’unanimité religieuse (unicité de la doctrine et du rite) consiste dans la séparation entre le domaine politique, où la diversité et les divergences peuvent s’exprimer, et le domaine religieux, qui doit être officiellement fermé à toute diversité et divergences doctrinales12. Cette protection, ou clôture du champ religieux, qui avait commencé avec Hassan II, se consolide à mesure que le danger de la diversité au nom de la religion se manifeste publiquement. Dans cette perspective, tout débat religieux doctrinal risque de se transformer en désordre, en sédition (fitna). La fatwa est l’un des domaines où se manifeste le désaccord, la compétition et le conflit entre les diverses sensibilités religieuses. Au Maroc, elle relève de la compétence de la Commanderie des croyants. En 2005, Mohamed VI créa au sein du Conseil supérieur des oulémas une instance académique, la seule habilitée à lui proposer des fatwas. Le motif est clair sur ce point : « Par cette démarche, Nous entendons parer aux velléités de dissension et d’anarchie en matière religieuse. » (Discours royal à l’occasion de l’ouverture des travaux de la première session du Conseil supérieur des oulémas, 8 juillet 2005.)

  • 13 Le ministère des Habous et des Affaires islamiques publia, en 2009, un « beau livre » en arabe sous (...)

57Mohamed VI n’a pas eu l’occasion d’utiliser la Commanderie des croyants pour contrôler le champ politique comme l’avait fait son père. L’enjeu consiste de plus en plus dans le monopole du champ religieux que le ministère des Affaires islamiques s’est efforcé de structurer autour justement de la Commanderie des croyants. Mohamed VI a hérité les ingrédients traditionnels de légitimation, mais il aurait changé de recette. On peut utiliser les mêmes ingrédients (idée, symbole, institution) pour réaliser d’autres objectifs. La majorité des partis politiques de l’opposition que Hassan II voulait contrôler par tous les moyens, y compris religieux, est au gouvernement depuis une douzaine d’années. La structure politique a changé. Les nouveaux compétiteurs de la monarchie ont basé leurs idéologies sur la religion, et c’est au niveau de l’idéologie religieuse que le combat a été mené. La Commanderie des croyants est devenue le pivot de l’idéologie religieuse officielle et tend à n’être invoquée que dans des contextes religieux (prière du vendredi, ouverture des travaux du Conseil supérieur des oulémas, message annuel adressé aux pèlerins, etc.). Plus les interprétations religieuses concurrentes, pacifiques ou non, se font jour, plus l’idéologie officielle, orientée notamment par le ministère des Affaires islamiques, devient, comparé à un passé récent, prolixe au sujet de la Commanderie des croyants13. Sa sacralité peut se renforcer dans un contexte où l’unanimité religieuse est valorisé et exigée.

58Le projet de Constitution de 2011 a été discuté dans le cadre d’une dynamique politique inédite où les jeunes du Mouvement 20 février et quelques acteurs politiques ont critiqué de façon directe plusieurs aspects du système politique, y compris l’article 19 et la sacralité du roi. La nouvelle Constitution propose une nouvelle délimitation de la Commanderie des croyants qui consolide et clarifie une tendance déjà entamée. Elle a scindé l’article 19 en deux articles faisant la distinction entre le contexte religieux (associé au roi en tant que Commandeur des croyants) et le contexte politique (associé au roi en tant que chef d’Etat). Excepté la protection de l’islam, repris par l’article 41, le reste des dispositions et prérogatives prévues par l’article 19 (représentant suprême, symbole de l’unité de la nation, garant de la pérennité et de la continuité de l’Etat et du respect de la Constitution, garant de l’indépendance du Royaume et de son intégrité territoriale...) et d’autres nouvelles (arbitre suprême entre ses institutions, protection du choix démocratique..) sont actuellement attribuées au roi en sa qualité de chef d’Etat.

59La Constitution fait explicitement la distinction entre deux rôles du roi et surtout entre les domaines d’intervention de ces rôles. Comment interpréter ce changement normatif ? La restriction du domaine d’intervention de la Commanderie des croyants implique la reconnaissance de l’existence de deux sphères, une sphère politique et une autre religieuse, chacune avec ses acteurs et ses règles (présence ou absence de diversité, de débat, de compétition, de monopole). Ce changement normatif peut être interprété en lui-même comme une nouvelle phase dans la sécularisation du pouvoir monarchique. La sécularisation ne signifie pas forcément la disparition ou le recul du religieux, mais une délimitation claire de la sphère politique et de la sphère religieuse.

60Concernant notre sujet, la Constitution de 2011 apporte donc deux innovations importantes : en plus de la séparation des rôles religieux et politiques du roi, il faut insister sur la disparition normative de la sacralité royale (voir plus loin). Ceci constitue, sur le plan normatif, un renforcement de la sécularisation du pouvoir royal. Le contenu de ce processus de sécularisation ne peut être clairement déterminé qu’à travers l’usage idéologique et politique qui sera fait de l’article 41. Dans tous les cas, il semble peu probable que la Commanderie des croyants soit un prétexte pour invoquer des notions para-constitutionnelles (mission divine, ombre divine, descendance chérifienne...) afin de contrôler le champ politique.

61Les sciences sociales partent souvent d’expériences historiques occidentales pour définir les notions de sécularisation et de laïcité. Et on mesure le reste des expériences du monde à l’aune de ces expériences. Au Maroc, la séparation entre le roi chef d’Etat et le roi Commandeur des croyants ne relève ni de la sécularisation, ni de la laïcité telles que définies en Occident. Mais comme l’Occident ne doit pas être l’unique fournisseur d’empirie, nous pouvons dire que l’expérience marocaine peut représenter un type de sécularisation à adjoindre aux types déjà connus. Dans ce cas, la sécularisation peut aussi signifier la séparation, au sein de l’Etat lui-même et au niveau de son chef, entre le domaine politique et le domaine religieux. Prise dans un sens général, elle serait alors assimilée à la non-confusion du religieux et du politique, abstraction faite des éléments séparés (Eglise, sphère publique). Dans un pays comme le Maroc, où la majorité des acteurs politiques tiennent à la Commanderie des croyants, ce type de sécularisation intra-étatique constituerait l’ultime horizon. Ceci montre que le désenchantement du politique ne se réduit pas à une vue de l’esprit de quelques idéologues éclairés, il est surtout le résultat d’une dynamique socio-politique et intellectuelle, avec ses ressources et ses contraintes.

62Il faut noter la tension que peut connaître tout processus de sécularisation, en l’occurrence la dualité des rôles du roi. L’une des particularités de la monarchie est qu’elle est défendue par plusieurs groupes sociaux qui ne la conçoivent pas tous de la même façon. Aussi n’existe-t-il pas forcément une idéologie officielle homogène du statut du roi. A la dualité qui est clairement consacrée par la Constitution, aussi bien sur le plan du contenu (roi chef d’Etat et roi Commandeur des croyants) que sur le plan de la forme (à chaque grappe de rôles correspond un article). Ahmed Toufiq, ministre des Habous et des affaires islamiques oppose une conception plutôt moniste. Selon lui, la personne du roi, qui associe la compétence en matière religieuse, au sens restreint (al-’ibadate wa al-mou’âmalte, culte et interactions sociales), et l’orientation de la gestion de la religion, au sens général (tous les aspects de la vie), est un sujet unique (date wahida). L’unicité s’applique aussi au domaine d’intervention du roi qui n’est que religieux avec une acception de la religion la plus totalitaire qui soit, en ce sens qu’elle est partout. Cette vision totalitaire s’applique aussi au statut du roi : «  La position (maqame) du roi en tant que chef d’Etat n’est en vérité que le prolongement de sa position en tant que Commandeur des croyants (traduction de l’auteur, Toufiq, 2009, p. 54). » Suivant ce point de vue, nous n’aurons enfin de compte que deux éléments : au niveau du sujet, le Commandeur des croyants englobant le chef d’Etat et, au niveau de l’objet, la religion phagocytant le politique et tous les aspects de la vie.

63On peut considérer le roi comme un acteur politique qui ne joue que des rôles politiques, même lorsqu’il intervient dans le domaine religieux. Inversement, on peut le considérer, suivant la perspective du ministre des Affaires islamiques, comme un acteur religieux qui ne joue que des rôles religieux, même lorsqu’il intervient dans le domaine politique. Cependant, nous pouvons aussi admettre, et je penche plutôt pour cette approche, qu’un acteur puisse jouer des rôles différents de son rôle central qui peut être religieux ou politique. Dans ce cas, il est intéressant de ne pas perdre de vue le rôle qui donne le ton à l’ensemble des rôles et définit ainsi le statut de l’acteur en question. L’actuelle Constitution a séparé les deux rôles majeurs du roi. Lequel des deux prime sur l’autre est une affaire de justification. A cet égard, il faut noter que la sécularisation, en tant que justification, est officiellement sans voix. On la fait sans la dire. A l’opposé, la justification religieuse est plus explicite. Mais elle se développe souvent en marge des processus politiques en cours et propose des modèles qui renvoient peu à la pratique politique effective.

De la sacralité de la personne du roi

64Hassan II rappelle comment le pouvoir charismatique de l’un de ses ancêtres fut à l’origine de la dynastie alaouite :

« Nous ne sommes pas venu ici pour prendre le pouvoir, mais parce qu’on nous l’a demandé. En effet, comme un champignon détruisait chaque année les palmeraies, les gens ont pensé que la présence d’un descendant du Prophète stopperait la catastrophe. Le miracle de l’histoire a voulu que l’année même où mon ancêtre, Al Hassan, est entré au Maroc, cette calamité a cessé.  » (Hassan II, 1993, p. 66.)

  • 14 Le charisme est défini par Weber comme « la qualité extraordinaire [...] d’un personnage qui est, p (...)

65Dans cette histoire, c’est l’ancêtre qui est le détenteur véritable du charisme14. Au Maroc, l’équivalent le plus poche du concept de charisme est la notion de baraka. Il s’agit dans la légende précédente d’un pouvoir d’agir sur la nature. Le charisme est en principe une qualité personnelle, mais il peut se transmettre aux descendants. On croit que chaque roi alaouite est héritier du charisme de l’ancêtre porteur, à la fois, d’un charisme personnel et d’un charisme hérité du Prophète Mohamed. L’ancêtre est présenté comme un saint et un chérif, mais on insiste souvent sur le seul héritage chérifien. La bay’a vient rehausser le caractère sacré du roi en le promouvant Commandeur des croyants. Chaque roi alaouite jouit alors d’une sacralité partagée avec tous les chérifs, et d’une sacralité qui lui est propre en tant que Commandeur des croyants. Nous avons parlé plus haut des manifestations traditionnelles de cette sacralité, considérons pour l’heure l’époque la plus récente.

66Hassan II voulait à tout prix être préservé des contingences et des aléas de la vie politique. Les différentes Constitutions (1962-1996) déclarent de façon laconique et sans ambages que « la personne du roi est sacrée et inviolable ». La Constitution de 1958, qui baignait vraisemblablement dans une ambiance pleine de baraka, ne parlait que du respect dû au roi. En 1958, une loi stipule que le roi ne peut être critiqué ni représenté de façon comique/caricaturale.

Interdits

67L’une des conséquences majeures de la sacralité d’une personne consiste dans le bannissement de toute critique à son égard. Une personne sacrée ne doit pas être critiquée. Au contraire, elle doit être l’exemple et le modèle à suivre. Même lorsqu’elle semble s’écarter d’un comportement saint, les gens et les exégètes lui trouveront des justifications. La sacralité est alors synonyme d’impeccabilité ou d’infaillibilité (même si Hassan II reconnaît à plusieurs reprises s’être trompé). Elle s’étend aux actes et aux édits royaux (dahirs, messages). Nous avons vu comment, au lendemain de l’Indépendance, la Cour suprême s’est déclarée incompétente, dans l’affaire Rounda, à juger un acte émanant du souverain. En 1970, la même Cour (arrêt du 20 mars) eut recours, pour la première fois, à la notion de Commanderie des croyants : « Attendu que S.M. le Roi, qui exerce ses pouvoirs constitutionnels en sa qualité d’Amir Al-Mouminine, ne peut être considéré comme une simple autorité administrative… » L’argumentation va plus loin : il serait paradoxal que le roi qui, en tant que Commandeur des croyants, détient le pouvoir judiciaire soit contrôlé par les juges à qui il le délègue (cf. Essaïd, 1999, p. 186-187). La Commanderie des croyants est prise dans le sens traditionnel d’une suprématie du roi sur le pouvoir judiciaire et législatif. Selon une exégèse peu développée, le dahir est un acte sacré (mouqaddas) (Achergui, 1983). Nous avons une nouvelle illustration des tensions et des contradictions entre des éléments puisant dans des registres hétérogènes, voire contradictoires. Ces tensions résultent de la multiplication des registres de légitimité. Dire que le dahir est un acte sacré n’a pas de sens dans un dispositif juridique positif.

68Toute sacralité s’exprime à travers des interdits. Le dernier né de ces interdits est relatif à un sondage d’opinion portant sur le roi. Le premier août 2009, le ministre de l’Intérieur fit saisir les numéros de Telquel et de Nichane à l’imprimerie et les fit détruire. Telquel s’apprêtait à publier les résultats d’un sondage auprès d’un échantillon de la population marocaine autour de Mohamed VI (protocole royal, le roi en tant qu’homme d’affaires, en tant que personne sacrée, etc.).

  • 15 Le même argument fut utilisé quelques années auparavant : « Le Maroc est une monarchie constitution (...)
  • 16 On a aussi invoqué le code de la presse reprochant à Telquel de « manquer au respect dû au roi » (a (...)

69L’argumentation officielle justifiant l’interdiction est laconique. Khalid Naciri, porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication, déclara que « la monarchie ne peut être mise en équation, même par la voie d’un sondage », « la monarchie au Maroc n’est pas en équation et ne peut faire l’objet d’un débat même par voie de sondage15 ». On invoque aussi le fait que « le roi n’exerce pas un mandat électif historiquement daté ». Dans un entretien télévisé (France 24, 4 août 2009), il invoqua la Constitution qui «  oblige à s’en tenir au respect dû à la monarchie et au caractère sacré de la monarchie. Cela fait partie de notre patrimoine. Il faut l’accepter. Que cela plaise ou ne plaise pas ». Il ajouta que « le fait même d’effectuer un sondage dans lequel le pivot central est de demander aux citoyens ce qu’ils pensent de leur roi est déjà en soi une atteinte au principe et au fondement du système monarchique ». Nous trouvons ici une illustration du modèle d’une sacralité légitimée par l’histoire (tout ce qui est patrimoine est sacré) et fondée sur la séparation entre le sacré (le roi) et le profane (les citoyens). Là où les choses sont moins cohérentes, c’est lorsque K. Naciri déclara ne voir aucun inconvénient à ce que Telquel publiât des articles et des dossiers critiques sur le roi. Cela il l’acceptait et le considérait même comme une preuve de liberté16. L’argumentation officielle réfère ici à la sacralité de la monarchie mais n’en fait pas un argument unique. Toutefois, on ne peut en déduire de façon non équivoque si le roi est critiquable ou non. On comprend, sans en être sûr, que le roi peut à la limite être critiqué et évalué par quelques journalistes (ici la sacralité royale n’est pas invoquée), mais il ne devra jamais l’être par son peuple (dans ce cas, la sacralité royale est mise en cause). En d’autres mots, la critique du roi par des individus est appréciée au nom de la liberté, alors que l’appréciation méthodique de ce que le peuple pense de son roi est interdite au nom de la sacralité (mais pas seulement). Nous retrouvons ici une idée qui revenait souvent chez Hassan II, celle d’avoir un lien direct et sans intermédiaire (allusion à la gauche) avec le peuple. Personne, dans cette logique, n’a le droit de faire parler le peuple au sujet du roi.

  • 17 La Constitution de 2011 stipule l’inviolabilité de la personne du roi et le respect qui lui est dû (...)

70Il est notoire que les croyances informent et orientent des actions sociales. Aussi la croyance dans la sacralité du roi peut-elle orienter des actions politiques. Mais en politique, il faut souvent faire l’hypothèse inverse. On décide une action et on la rationalise (justifie, légitime, argumente, explique) a posteriori. L’enjeu est souvent politique avant d’être idéologique (on décide d’abord de noyer son chien, puis on l’accuse de la rage). L’article sur la sacralité a disparu de la nouvelle Constitution, mais si on veut interdire un nouveau sondage sur le roi, on trouvera une justification susceptible de convaincre le public17. Sur le plan idéologique, le changement est significatif, on passerait d’une interdiction au nom de la sacralité à une interdiction au nom de notions telles que l’inviolabilité de la personne du roi, l’atteinte à l’ordre public ou le fait que le roi n’exerce pas un mandat électif. Sur le plan politique, l’effet serait le même, l’interdiction. Les justifications changeront, mais la personne du roi et ses décisions risquent de continuer de rester à part, un euphémisme pour la sacralité.

71L’aporie à résoudre continuellement, sur le plan idéologique et pratique, est relative à la tension entre l’idée d’un roi citoyen et d’un roi à part, d’un roi proche et d’un roi distant. Il est aussi fort possible d’accepter cette tension comme constitutive de toute royauté qui exerce le pouvoir, de toute royauté qui abandonne son caractère sacré et se veut citoyenne.

Proximité et distance

72Le sacré n’est pas fait seulement de tabous. Il y a aussi le besoin ou l’obligation de communiquer avec les objets et les êtres sacrés. Cette communication est réglée par des rites (cérémonial, étiquette, protocole). En s’approchant du roi, il y a des rites à observer, les plus fréquents étant le baisemain et la prosternation (bendeq). Dans certains contextes rituels, embrasser un objet indique souvent sa qualité sacrée. On le fait pour le Coran, le catafalque d’un saint, le pain trouvé sur la chaussée, etc. Mais ce même geste peut être aussi un signe de respect ou de crainte, comme lorsqu’on embrasse la main d’un père ou celle d’un fqih. Embrasser la main du roi, ou un dahir de nomination, serait associé au respect, à la crainte et à la vénération. C’est un geste polysémique. Considérons ce témoignage de Hassan II indiquant l’idée que se faisait son père du baisemain. Cette idée est plus proche du respect (exigeant le retrait de la main du roi) que de la sacralité.

« Au lendemain de l’Aïd el Adha [fête du sacrifice] de 1936, je traversais le Méchouar devant le palais où, dans la salle du trône, j’allais me tenir à côté du Souverain au moment où il recevait les délégations venues lui offrir leurs vœux. La foule était des plus denses, et un certain nombre de notables accoururent et m’embrassèrent la main. Lorsque je rejoignis mon père, il me prit à part :

Mon fils, me dit-il, je t’ai observé tout à l’heure lorsque tu traversais la place et que tu tendais ta main à baiser. Tu ne semblais pas ressentir la moindre gêne et au contraire prendre du plaisir. A l’avenir n’oublie jamais de retirer ta main que l’on veut embrasser. Sache que l’attachement témoigné à notre famille est d’ordre spirituel et moral, il ne saurait être exprimé par un baisemain. » (Hassan II, 1976, p. 24.)

73Durant le règne de Hassan II, le baisemain est devenu une règle contraignante. Ne pas s’y conformer était interprété comme un signe de rébellion, d’insolence, d’inconvenance à l’égard du roi et des rites du makhzen.

  • 18 Mohamed Sassi, « Du besoin d’une monarchie parlementaire moderne » (entretien avec Abderrahim Ariri (...)
  • 19 Yousef Zerqaoui, un journaliste, écrit : « Messieurs, aujourd’hui, le baisemain n’est plus un signe (...)
  • 20 Abdelaziz Rebbah, alors Secrétaire général de la jeunesse du Parti de la Justice et du Développemen (...)

74La critique du baisemain fut amorcée juste après l’intronisation de Mohamed VI. Dans un entretien, Mohamed Sassi, un militant de gauche, discute les conditions de la modernisation de la monarchie. Parmi ces conditions, l’adoption de nouvelles relations entre gouvernants et gouvernés basées sur la citoyenneté et non pas sur la servitude et l’abandon de rites inutiles comme le baisemain qui met les gens dans l’embarras18. Depuis, des journalistes19 et acteurs politiques20 ont commencé à critiquer le protocole royal et à insister sur l’anachronisme et l’inadéquation du baisemain aux valeurs démocratiques, de dignité et de citoyenneté. Certains appellent à son abolition par le roi. Approché comme une dimension de la sacralité royale, l’abolir ramènera le roi à une dimension humaine (Benchemsi, Telquel, n° 138, 2005). D’autres pensent qu’il s’agit d’une relation où le roi n’est pas le seul responsable et « que le baisemain traduit largement une volonté de celui qui l’accomplit » (Mohamed Ennaji, « Le scoop du baisemain », La Gazette du Maroc, 24 juillet, 2009).

75Le protocole royal est un contexte politique où la position des acteurs doit être définie de façon non équivoque. Le rituel politique a pour caractéristique de mettre en scène de façon claire et spectaculaire les stratifications sociales et les liens de loyauté qu’elles impliquent. Comme il s’agit d’un spectacle (au sens de donner à regarder), la liberté des acteurs, dans des régimes autoritaires, est annihilée. On peut facilement repérer une personne qui ne lève pas le bras en signe de loyauté à un dictateur. Dans un régime autoritaire, le rituel politique est largement utilisé car il est une mise en scène simple de la loyauté et de la soumission. Comparé au règne de Hassan II, le protocole du baisemain est devenu relativement plus souple et plus ouvert. Nous avons deux situations limites. Celle où on baise la main du roi à l’envers et à l’endroit, elle traduit une soumission très forte et un témoignage fort de loyauté. A l’opposé, celle où l’on se contente de serrer la main du roi. Entre les deux, diverses variante sont possibles  : se courber et simuler le baisemain, embrasser l’épaule droite, etc.

76Cette variante s’applique aussi à l’autorité du roi. Des aspects de cette autorité se rapprochent du concept citoyen de l’autorité. D’autres s’inscrivent encore dans une culture de sujétion. Il est compréhensible que ce soit l’ultime petit cercle proche du pouvoir royal qui résiste le plus à une conception citoyenne (civique, démocratique, désenchantée) de l’autorité royale. Le protocole royal restera une bonne entrée, un bon paramètre, entre les mains de l’observateur, pour apprécier la portée du passage d’une culture de sujétion à une culture démocratique.

77Il faut noter que, dans la majorité des cas, la question du protocole royal est souvent résolue dans la pratique et non pas au niveau des discours. Et c’est là où réside la force du rituel, celle de transmette des idées sans être obligé de les prononcer. Ceux qui ont renoncé au baisemain ne l’ont pas crié sur les toits. Ils l’ont fait. Une illustration supplémentaire, peut-être, de cette attitude que nous avons déjà mentionnée, et qui consiste à plutôt faire les choses que de les dire publiquement. Plusieurs personnalités (anciens militants de gauche, militants amazighs...), tout en manifestant du respect au roi, ne se sont pas conformés au rite du baisemain. Ce non-conformisme n’est plus inscrit dans une symbolique de l’insoumission, mais plutôt dans l’instauration d’un nouveau rapport entre le roi et une nouvelle élite défendant des valeurs modernes (citoyenneté, égalité, dignité…). Cette nouvelle élite veut montrer qu’elle peut servir le pays sans pour autant être asservie.

78La sécularisation et la démocratisation du protocole royal ne sont pas un processus linéaire à contenu cohérent. On peut être très novateur sur le plan de l’action politique et très conservateur sur le plan rituel et cérémoniel. La cérémonie d’allégeance (ou de loyauté, al-wala’) en dépit des changements qu’elle a connus, constitue une mise en scène traditionnelle du pouvoir royal. Elle était traditionnellement célébrée le jour qui suit les fêtes religieuses les plus importantes, puis le lendemain de la célébration de la fête du trône. C’est le cérémoniel royal le plus spectaculaire, au sens propre du terme. Il y a les téléspectateurs mais aussi des invités qui suivent, du haut de gradins construits à cet effet, le déroulement du cérémonial.

  • 21 Les prières récitées par l’un des serviteurs du palais : Puisse Dieu vous venir en aide, vous a dit (...)

79Au début de chaque cérémonie, c’est le ministre de l’Intérieur, les walis et les gouverneurs qui présentent les premiers l’allégeance au roi. Ensuite, les différentes délégations représentant les régions du Maroc avancent en rangées et présentent successivement, devant le roi, leur allégeance. Au centre du cérémonial, le rapport entre le roi et les différents participants. Le protocole met en scène de façon évidente une grande distance entre le roi et les participants. D’abord le roi est à cheval, ensuite il est entouré des serviteurs du palais avec leurs habits traditionnels (et ses gardes du corps en costume moderne). L’un des serviteurs tient le parasol. Chaque délégation qui se présente en rang est prise entre le roi entouré des serviteurs et une autre rangée de serviteurs qui se tiennent juste derrière elle. Ce sont les serviteurs du roi qui ponctuent le cérémonial. L’un d’eux nomme la région de la délégation qui se présente puis transmet à ses membres, à haute voix, les prières et les vœux du roi dit Sidi (Monseigneur). Trois ou quatre prières sont récitées à haute voix21. A la fin de chaque prière, les membres des délégations se prosternent, et les serviteurs juste derrière eux scandent « Que Dieu bénisse la vie de Sidi » (llah ybark f ‘mar Sidi). La même séquence se répète pour les seize régions.

80La cérémonie met en scène clairement cette distinction entre les serviteurs personnels du palais et les serviteurs impersonnels (élus, haut fonctionnaire). Mais ce sont les premiers, qui n’ont aucune position officielle, qui deviennent les intermédiaires entre le roi et une bonne partie de l’élite politique et administrative. Le titre de Sidi, que nous retrouvons dans d’autres contextes dans la bouche de hauts fonctionnaires ou dignitaires (na’am sayyidi a’zzaka Llah), est abondamment utilisé dans la cérémonie d’allégeance. Ce titre disparaît dans les dépêches officielles et les commentaires des journalistes rendant compte de la cérémonie, au profit de celui du roi, Commandeur de croyants. La cérémonie d’allégeance met ainsi l’accent sur des aspects que le discours « moderniste » n’arrive pas à relayer, notamment les formes culturelles d’obéissance et de soumission qui sont manifestement en décalage avec la dynamique démocratique que le roi et la majorité de la classe politique revendiquent dans d’autres contextes. Elle manifeste notamment le décalage entre les principes modernes clamés par la monarchie (le roi est citoyen) et des rites fondés sur la sujétion. Le roi reste silencieux pendant toute la cérémonie. Il se contente de répondre aux acclamations par des gestes. Ceci rappelle une coutume très ancienne, où le sultan chuchotait au chambellan qui transmettait à l’auditoire. C’était une époque où la sacralité du sultan était fortement exprimée et totalement assumée. Là, nous avons l’image d’un roi distant qui contraste fortement avec d’autres images exprimant sa proximité avec le peuple : le roi des pauvres, le roi citoyen, le roi qui tend sa joue à un autiste, qui embrasse des handicapés, etc. La tension entre ces deux images du roi refléterait, non pas l’hésitation du roi entre le passé et le présent, mais celle de toute une classe politique, à peine audible sur cette dimension idéologique de la monarchie.

81Le baisemain met en rapport une personne avec le roi. La décision revient en partie à la personne en question. De ce fait, la manière de saluer le roi peut varier. Ce qui ne peut être le cas pour la cérémonie d’allégeance qui est une mise en scène collective. La variation pourrait être assimilée au désordre (certains se prosterneraient, d’autres se courberaient, d’autres encore resteraient debout).

Notes

1 Paru Les Cahiers bleus, n° 18, Cercle d’analyse politique, Salé, 2012, p. 7-40.

2 L’exemple le plus ancien et le plus étudié est celui de la Grèce antique démocratique où des catégories politiques comme celles de citoyen, de métèque et d’étranger ont été appliquées au sacrifice et au rapport au sacré en général. Cette logique démocratique, au sens grec, s’est substituée à celle aristocratique fondée sur la séparation entre les prêtres et les gens du commun (voir introduction, partie I).

3 Mon intention de départ était de me limiter au règne de Hassan II et de Mohamed VI. Mais de comparaison en comparaison (Hassan II et Mohamed V...), j’ai été conduit à élargir le cadre temporel de l’étude.

4 Walter Harris, qui fréquentait la cour du sultan Abdelaziz, était témoin oculaire du protocole royal. Il nous a laissé quelques brèves descriptions. Par exemple : « Sometimes His Majesty gives an audience to an official, a local governor of a tribe, who, barefoot, approaches the Sultan, falls upon his knees, and tree times touches the ground with his head... » (Harris, p. [1921], 1983, p. 55.)

5 Le médecin de Mohamed V rapporte : « Souvent, alors qu’il conduisait sa voiture, il lui arrivait de répondre à l’appel d’un auto-stoppeur, de discuter avec lui sans lui révéler son identité. » « Il lui arrivait d’entrer incognito chez un modeste épicier berbère. » (Dubois-Roquebert, 2003, p. 94.) Après l’Indépendance, plusieurs cas illustrant sa simplicité sont rapportés. En mai 1957, au stade de Casablanca, il abandonna la tribune officielle pour les gradins populaires d’où il assista à un match de football (J. et S. Lacoture, 1958, p. 100). Moi-même, petit, j’ai entendu dire qu’il mangeait le couscous avec les gens devant les mosquées.

6 « Le Roi, Amir al Mouminine (commandeur des croyants), symbole de l’unité de la nation, garant de la pérennité et de la continuité de l’Etat, veille au respect de l’islam et de la Constitution. Il est le protecteur des droits et libertés des citoyens, groupes sociaux et collectivités. Il garantit l’indépendance de la nation et l’intégrité territoriale du royaume dans ses frontières authentiques (article 19, Constitution de 1962). » La Constitution de 1970 introduit une nouvelle qualité du roi, celle de « représentant suprême de la nation », qualité reprise par les Constitutions ultérieures, y compris celle de 2011.

7 Voici un autre exemple de cet usage politique de la Commanderie des croyants (type premier). Le 9 juillet 1983, Hassan II annonce le report des élections législatives prévues pour septembre (en prévision de la tenue du référendum au Sahara). C’est en vertu d’un dahir (publié le 14 octobre) que le roi a pu combôt dularisatioSahas années fi s quinénéès cosvests destoyen)8archiEtat etde la Cm>, n1rt des élections léi (tradus et lkpec La > gislativem>,4 roi) quepris celle de 2011.

8ef="#bstitution de 1962).62198">7açoyalemot). C’onn et le p perrontencularisaronoinsi l. lui arrivaitu’il légitimitéen question. Dmar/a> on les gon. nns ontes la personneonnel d’uégoriesuu besoin d ( qui il le délègue60oir introduction, partie I).

9ef="#bodyadjexers asraisgule discourons lre du es pres choteraite ljolite polUnt). Nousraisguëtimitéen. Nousas le ticipantsAprès ls compo,onner">67llah r introduction, partie I).

10ef="#bo ère e miracle dere du cagitiique. Tébras conds Glmoces Amatique ,ect au roimoyennete en n traduit Nhie. Ca>. A er lee du pa quaPt leeue chaque ,ais il’a pasauche, disitution de 19r">81

6 « Le Roi, , et de lté du roi, celle de « repNbole dele(commandeur sciairernes lee l’unité de la nation, garant de la pérennité et de laoché con dits taoché ation de lité deistocultureldes croyantsu5" gritm> et de2009, le mderritoriale du royaume dans se, largement continuité de l’Etlairement consac lui, lurd’eux fique den. Il est le protecteur des droitsulturoneut le covient e « la personne du roi exprimDt sur de de Moh20sé (

6 « Le Roi, , jelleisstificatiuraies, lrismea pr Casaalais at d’un char,u que ïeulmprend, se cetest co’uLu« Attsion uneée. e seraFeme, 195med V ron »,duits roi entruis trsacralit renoment u du gouven éqm> et d"ftnijtihhes the au respece sesprude de rr">81 iquement exprim" iftn5">ne de ,ligieux, woh229antse.2d="ftnop.es d.s thetan;sque K. ement ddt sur de de Msonne du cca pour septederisinuit" if dC> On a ausement tParmile braies cr).emjouit alrrer la mù le rriesuu besoin d (3 vive dee.4), p. [1921], 1983, p. 55.)

) enirs et sussi desraien resta de l’Etla générale, garant dn du rt noter qvles et desus aoitsuleus< lurdr et de2009,n 19t au rapp,>81

81< le ro enbo binlivquexpri81

14 Le charisme est défini par Weber comme « la qualité extraordinaire [...] dpeut onie dl roydoure critess aussi uyauté qus et n pouvls auset a le rs aus reslir àinant qudehaque ndent «, p.idelle une rangéblIl se s prêeur demmédl gauexprim char bais1lègu320 p. [1921], 1983, p. 55.)

15 Le même argument fut utilisé quelques années auparavant : « Le Maroc est e miseearactère s rr">cicti-cd’une relatiation>a pdoute royaut misere spirituel et ms asp monarchie ne pe « Lqcteur 1">21servitut variusemoi,séearanuncollintatioeau desépondres et les commitantlmderrinarisatuexpri[A et sans init saisir les numérde Telquel1bo pltachemrvite(Mohe">14< «,ut le me àncide unhanesétaelle. Cacolme par latn1" iéea pRoi, , 6sé (F7 p. [1921], 1983, p. 55.)

16 On a aussi invoqué le code de la presse reprochant à Telquel de « manquer aurontiè41archie ant médr e la personne du roi, l’atquer aurontiè37h r introduction, partie I).

17 La Constitution de 2011 stipule l’inviolabilité de la personne du roi et l qu’homme r id="ftn6">6 « Le Roi, rr">chefnité et de r introduction, partie I).

18 Mohamed Sassi, « Du besoin d’une monarchie parlementaire moderne » (entred="ftnIttihhe IchtirakiRoi, , 7sé (1710sé (

19 Yousef Zerqaoui, un journaliste, écrit : « Messieurs, aujourd’hui, le baisemdde la perssme esau,duits conds ïeuxbut de chde l’ile baisemddelun so Consibotx accLad"ftnhi», ut de che deretachcrétssi, e dercouro. A lr II, le plitautp gauche) e>Le sacontraicultate zci uneconds e roi n’e polae sles courbecs et lestes. viodtéemodestem> (Benm>TeLes29.) Ps laineuelques anncommandeur. Ceux qui ocratist de ch LmLe mêmeonn ligé de leple mder de l pour cara partie àIn s’ap, p>uelquy his knrm>ut de chhis knron officielle ré.de me limiteairea sacaà l’enrteme ant scela p a auss traost relativenuyane lendemain critroyant( duon entregenrela le r (re du eque )rce ne de ,le py ligance. Ce y liuexprimBilahamed VIne de uelqucinq la librt éta litAon oZ (Benche i, Te p. [1921], 1983, p. 55.)

20 Abdelaziz Rebbah, alors Secrétaire général de la jeunesse du Parti de la Jtnistre de uelques aJhodique (publié las init la sacrcs et souvent [Messieurs, a]partieue soumuits es gcettait à l baisemdde la pert lecrit : « jhodique (publiux édiujourd’hui, lan clas.eu béniss/em>(Benm1yant1< le8s-Rot lme (rex-pcours. ntureldes AMDH (Air den échantillon dden. Il estreldes oyal,,s="paranumbsme n’de re pour iffusa perII, cellese pas(le roi rd duclara ela puelques aJréfestionetit,970

21 Les prières récitées par l’un des serviteurs du palais : Puisse Dieu vous s et ltn1" la i3awnk«ede lacoik« (llah y serviteurs non. Onculaft sa vo Diese Dieu vous s et ltn1"I la veçlehk«s. y (ahiSidioik«de lacoik« (llah y serviez-ve. Le nctte nou, saMoham Dieu vous s et ltn1"/emgaw lkhl roy lacoik«e (llah ncore resteraient debout

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable