Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esprit du terrain

 | 
Hassan Rachik

Première partie. Sacrifice et sainteté

Chapitre 6. Imitation ou admiration ?1

Essai sur la sainteté anti-exemplaire du majdoub2

Résumé

Dans les chapitres précédents, nous avons montré en quoi la définition du sacrifice par les idées du sacré et de consécration n’englobe pas d’autres modèles du sacrifice, le sacrifice politique ou civique et le sacrifice humiliant. Nous avons appliqué la même démarche à la sainteté et avons montré que la définition de la sainteté par la perfection spirituelle et la pureté ne s’applique qu’à un mode de sainteté. La sainteté des saints fous, des majdoub-s est fondée sur des idées différentes, voire opposées : l’’extravagance, l’impureté, la saleté… Pour eux, la sainteté n’implique pas le respect de la séparation entre le sacré et le profane, le respect excessif des tabous. Elle est au contraire associée à la confusion et à la transgression. A la pureté des saints exemplaires, le majdoub oppose l’impureté et la saleté, aux prières et aux litanies, les malédictions et les paroles obscènes, à la vie contemplative, le bavardage, à la retraite, une vie intense en société. Ils y a des saints à imiter, d’autres, comme le majdoub, à admirer.

Texte intégral

  • 1 Paru dans L’Autorité des saints en Méditerranée, Mohammed Kerrou (éd.), ERC, Paris, 1998, p. 107-11 (...)
  • 2 Le présent article s’inscrit dans un projet d’étude des modes de sainteté qu’a connus le Maghreb da (...)
  • 3 Je remercie Aline Rousselle pour ses indications bibliographiques concernant le saint Syméon.
  • 4 «  Majdoub ou majdhûb, du verbe jadhaba  : tirer à soi, attirer (inconnu du Coran)  ; jadhb : tract (...)
  • 5 Le même saint peut être qualifié de bahloul (idiot, simple d’esprit) ou de malamati, adepte de la m (...)

1Syméon d’Émèse (Syrie, VIe siècle) renonce à sa solitude érémitique pour faire l’idiot en ville. Il n’hésite pas à ôter devant tout le monde son habit monastique, à entrer tout nu dans un bain de femmes, à danser avec les prostituées... Bref, « il s’efforce de passer pour un mauvais chrétien autant que pour un être sans mœurs » (Grosdidier de Matons, cité par de Certeau, 1982, p. 593). L’hagiographie maghrébine aurait rangé le saint Syméon parmi les majdoub-s4, personnes pittoresques et fameuses par leurs comportements extravagants5. En dépit de (ou grâce à) cette extravagance, plusieurs majdoub-s sont considérés comme des saints (wali-s) et font l’objet d’un culte public.

  • 6 Nous avons appliqué une démarche similaire à la définition du sacrifice en étudiant un rituel – le (...)

2A ces saints « insolites » les définitions de la sainteté fondées sur des notions telles que la perfection spirituelle, l’ascèse et l’exemplarité ne font aucune place. Une définition générale de la sainteté devrait inclure ce que Peter Brown appelle, en parlant du saint Syméon, le paradoxe de la sainteté (Brown, 1982, p. 184 ; 1985, p. 131). Il faudrait alors déterminer le statut du « rebut » (une sainteté fondée sur l’extravagance, l’impureté, la saleté, etc.) dans la définition de l’ensemble (la Sainteté)6.

  • 7 Traduction empruntée à Houdas, Daouhat An-nachir de Ibn ‘Askar, traduction française de Houdas, Arc (...)
  • 8 The majdhûb « (attracted) denotes in the terminology of the sûfis a person who is drawn by the divi (...)

3Le majdoub, chez les mystiques musulmans, est « celui que le Dieu de vérité Très Haut a attiré à lui, qu’il a choisi pour compagnon et qu’il a purifié avec l’eau de sa gloire. Le majdoub reçoit, dans les divers rangs, toutes sortes de bienfaits et de grâces, et cela sans aucun effort ni fatigue de sa part » (al-Kashani mort en 730 H/1329, p. 43)7. Le majdoub est opposé au sâlik (« cheminant » [vers Dieu]), qui fournit un effort pour atteindre l’union avec Dieu. D’un autre côté, le majdoub est présenté comme un « fou mystique saisi par la jadhba (attraction), perdu dans son extase et devenu irresponsable » (Dermenghem, 1978, p. 346, 29). C’est un « homme caractérisé par des états de transe extatiques (ahwâl) » (de Prémare, 1986, p. 53)8.

  • 9 Fernando Mediano avait adopté également une démarche inductive. Les caractéristiques analysées du m (...)

4Au lieu de comparer et d’abstraire les éléments communs aux différentes acceptions du majdoub, nous proposons, tout en prenant celles-ci en considération, d’esquisser une définition fondée sur la description de majdoub-s particuliers9. Il ne s’agit pas seulement de dégager les caractéristiques du majdoub mais d’interpréter celles-ci par rapport à d’autres modes de sainteté.

  • 10 Al-Kattani termina la Salwat en 1313. Le livre, qui comprend trois volumes, est consacré aux savant (...)

5Nous empruntons les données de description à Muhammad Ibn Ja‘far Ibn Idris al-Kattani (1274-1345 H/1857-1927) et plus précisément au premier volume de son livre Salwat al-anfâs10. Nous avons retenu une trentaine de saints qui ont vécu entre 997 et 1308 H/1588 et 1890. Seize d’entre eux au moins font l’objet d’un culte public (voir liste des majdoub-s ; celle-ci permettra de nous référer à la Salwat en indiquant uniquement les noms des saints).

Sans maître

6Al-Maqrizi rapporte au sujet de Yûnus Ibn Yûnus al-Chaybani, le fondateur de la confrérie Younousiya : « il n'a pas de cheikh mais était majdoub, attiré au chemin du bien » (I, II, 435, 18, cité par Goldziher, 1958, p. 264). Deux agences influentes sont généralement mentionnées lorsqu’il est question des intermédiaires et des voies de la sainteté : une personne spécifique (un cheikh ou maître spirituel) et une institution spécifique (zaouïa, confrérie...) (voir Sorokin, 1950, p. 138-145).

  • 11 « Sache que l’extatique [al- majdoub] n’a pas de directives à suivre. En effet, d’après eux, l’exta (...)
  • 12 Sur 33 majdoub-s, seuls 12 avaient un cheikh. En outre, parmi ces derniers, certains sont qualifiés (...)

7Sur la nécessité du cheikh pour le mourid (celui qui a la volonté de s’engager dans la voie mystique), les mystiques divergent. Indispensable, selon certains, en raison des difficultés imprévisibles du voyage initiatique ; superflue, selon d’autres, grâce à la possibilité de se guider soi-même en se fondant sur les livres des maîtres (voir Perez, 1991, p. 14 et suiv.). Concernant le majdoub, cette controverse serait, selon Ibn Khaldoun, sans objet. Car celui qui a atteint le plus élevé des états n’a besoin de recourir à aucun moyen, celui qui aperçoit les lumières (divines) et perd la raison ne connaît ni le Livre, ni la foi, ni le savoir transmis (al-naql) (voir Ibn Khaldoun, Chifa, p. 10711). La majorité des majdoub-s n’a pas de maître12. Pour un majdoub, l’acquisition de la sainteté n’est fondée ni sur l’initiation ni sur la généalogie (voir Dermenghem, 1978, p. 26 ; Geertz, 1971, p. 45-55). Imprévisible, son itinéraire échappe à toute contrainte institutionnelle. Du point de vue de la mystique musulmane, le majdoub est celui que Dieu a attiré à lui. Cependant, être ravi par Dieu devrait être compris, sur le plan sociologique, comme ne devant la sainteté à personne. Un majdoub peut devenir saint en dehors des lieux du pouvoir spirituel et notamment sans se mettre sous l’autorité d’un cheikh ou d’un ordre. Il s’institue en tant que pouvoir parmi d’autres pouvoirs (les mystiques, le sultan, les cadis, les câlim-s ou savants). Sa légitimité est, pour ainsi dire, intrinsèque.

Environnement

  • 13 Huit majdoub-s sont explicitement signalés comme errant dans les rues et/ou dans les marchés (al-Aq (...)
  • 14 Il faut noter que deux majdoub-s (al-Soussi, al-Waryagli) seulement choisirent de vivre à l’écart d (...)
  • 15 Voir Sorokin au sujet des types d’adaptation des saints à leur environnement (ermetic retirement fr (...)

8Le majdoub va de pair avec la foule. Sa scène préférée, c’est la place publique. Il erre dans les rues et les marchés (yasîh fîl-aziqqa wal-aswâq)13. Fuir la société, vivre à l’écart du monde, se cloîtrer dans un lieu de culte (mosquée, zaouïa, mausolée, etc.) ne conviennent pas à sa vocation grégaire14. Il se distingue ainsi à la fois de l’ermite qui renonce à la vie en groupe, du saint errant, et du saint qui, demeurant en société, intègre une institution particulière (zaouïa, confrérie)15.

  • 16 Il faudra excepter Yazrûr qui était en même temps bûcheron et majdoub. Pour quelques saints, al-Kat (...)
  • 17 Voir, au sujet de la mendicité chez les Haddawa, Brunel, 1955, p. 184-195. La mendicité chez les my (...)

9Les majdoub-s étaient en quelque sorte « pris en charge par la communauté ». Ils n’avaient pas de métier16. Vivaient-ils, pour autant, d’aumônes comme l’affirment certains auteurs ? (Dermenghem, 1978, p. 29 ; Denny, 1988, p. 87)17. Le mot sadaqa (souvent traduit par aumône) n’est utilisé qu’une fois par al-Kattani. Et, même dans le contexte décrit par lui, ce mot désignerait plutôt l’offrande ou le don : au nom d’al-Waryagli, reclus chez lui, un préposé (mubashir) recevait les sadaqate (offrandes, dons) offertes par les gens. Ailleurs, Al-Kattani emploie le mot ziyara (littéralement, visite, pèlerinage) qui est le plus utilisé (au Maroc et au Maghreb) pour désigner l’offrande ou le sacrifice dédiés à un saint : « Bushta al-Khammâr n’aimait pas que les gens le croisent sans [lui donner une) ziyara.  » Celui qui osait le faire rencontrait fatalement des signes (âyâte) comme « l'impossibilité de marcher » (ta’adhdhur al-masîr). Ceci survint au cheikh Sidi Ahmad al-Andaolusi qui fut obligé de retourner au village du majdoub et de lui dédier une offrande. Depuis, le cheikh ne passait jamais sans « visiter » le majdoub.

10Al-Sqali s’imposait aux gens qui étaient obligés de lui offrir le gîte et le couvert. Al-Raggal prenait ce qu’il voulait sans permission mais refusait de prendre ce qu’on lui donnait. Ne pas perdre l’initiative est une manière de manifester sa liberté et son indépendance. Avant sa réclusion, al-Waryagli « ne demandait rien aux gens. Si on lui donnait quelque chose, parfois il acceptait et parfois il refusait ». Abou Kammoussa demandait aux notables (khousous al-nâs) de l’argent qu’il distribuait aux pauvres. Concernant al-Sousi, c’était les gens qui venaient le visiter et lui apporter quotidiennement la nourriture. Comment alors qualifier de mendiants des majdoub-s qui recevaient des offrandes, les exigeaient, les refusaient ou les distribuaient aux pauvres ? Ces comportements excluent toute confusion entre l’humilité du majdoub et l’humiliation du mendiant.

Extravagance

  • 18 Dans un quatrain, Sidi Abd al-Rahman al-Majdoub dit : Si sur la tête vous interrogez : la tête est (...)

11Vivant avec et grâce à la foule, les majdoub-s essayaient par plusieurs moyens de s’en distinguer. Certains comme al-Sqalli, al-’Aqra et al-’Ajjâli se promenaient la tête découverte (‘àriya al-ra’s). Comportement jugé hérétique dans une société où le port du turban (‘amama) est considéré par al-Kattani, qui consacra un livre à cette question, comme un signe distinctif du musulman. Se découvrir la tête pour un majdoub est un rite qui manifeste son statut particulier. Lorsque Omar ibn al-Khattab consacra Abd al-Rahmane al-Majdoub, il déclara : « Désormais il n’y aura plus de majdoub que al-Majdoub » et ordonna aux autres de se recouvrir la tête (Muhammad al-Mahdi al-Fâsi, Mumti’ al-Asma’, cité par de Prémare, 1986, p. 145, voir aussi p. 63, 56 et la couverture du livre)18. D’autres majdoub-s se couvraient la tête, mais à leur manière. Ils respectaient la tradition, tout en la bafouant. Al-’Alami portait un énorme turban. Msa al-Khir enroulait autour de sa tête, en guise de coiffe, un grand hayek (pièce d’étoffe légère et mince).

  • 19 Hammadi marchait souvent nu dans les rues de Fès (voir aussi Westermarck, 1968, i. 49). Al-Mandhar (...)

12Des majdoub-s (al-’Aqra‘, al-‘Ajjâli et al-Zanbour) marchaient pieds nus. Ce comportement peut exprimer le respect d’un lieu sacré, l’humilité et la pauvreté (religieuse) volontaire. Cependant, rapproché de l'aspect vestimentaire du majdoub, être un va-nu-pieds est aussi un signe d’extravagance. Al-Zanbour marchait pieds nus et portait dans ses mains et sur ses épaules les os et les mâchoires des charognes. Al-Raggal ne portait qu’un tillis (sac à céréales en étoffe de laine) pour se couvrir les parties honteuses (al-‘awra). Pour d’autres saints, c’est la nudité et donc le rejet absolu de tout vêtement19.

  • 20 Abd al-Rahman Sers (contemporain du sultan Moulay al-Hassan) se déshabillait incontinent et se mett (...)
  • 21 D’autres majdoub-s (al-Waryagli, al-‘Alami et al-Raggal) fumaient ou se droguaient. Le nom al-Ragga (...)

13Le majdoub est prodigue d’extravagance. Ses paroles sont souvent malveillantes, voire obscènes. « Jalloul était absent de façon permanente (dâ’im al-ghayba), un grand idiot (bahloul), irresponsable (sâqit al-taklif).  » Tantôt il poussait des cris. Tantôt il disait « un, un » (wahid, wahid) et s’évanouissait, puis disait « wah, wah » (première syllabe de wahid, un). Ou encore, il répétait en criant « glorifiez Jalloul », puis « glorifiez Moulay Jalloul », enfin il criait « puisse Dieu glorifier le sultan Jalloul...  ». Mannana insultait brutalement les gens (Salwat, p. 308). Al-Aqra' appelait des malheurs (la cécité) sur les personnes qui le croisaient et leur crachait au visage. Al-‘Ajjali proférait des paroles obscènes (yaqoul al-khabâi’ith). Bou Kammoussa faisait de même chaque fois qu’il rencontrait le sultan (« youwâjih al-Sultâne bi al-fouhsh haythou mâ ra’âh, wa lâ yaknî bal yusarrih bi alfâz bashî‘a jiddane »)20. ‘Abd-Allah Yazrour fréquentait les mosquées au moment des prières. Pendant que les gens priaient, il faisait mine de se disputer et exprimait à haute voix des vœux malveillants. « Al-Waryagli subit le grand attrait (al-jadhb al-‘azîme). Il ne faisait plus de différence entre le froid et la chaleur, ni entre donner et prendre. Il était irresponsable (sâqit al-taklif). Il accomplissait des actes dont l’apparence est contraire aux préceptes religieux tels que fumer21. Il déféquait dans ses vêtements, sur ses pieds et entrait ainsi dans les mosquées et au mausolée du saint Moulay Idris. Il frappait avec ses pieds les nattes des mosquées sur lesquelles tombaient ses fèces [...]. Il tenait son pénis avec sa main gauche et se masturbait dans les rues et dans les mosquées. [...]  »

  • 22 Concernant dix-neuf majdoub-s, al-Kattani affirme qu’ils avaient accompli des miracles (karâmâte, k (...)

14De la tête nue au corps nu, de l’insulte à la profanation des lieux sacrés, il existe une grande variation dans l’extravagance des majdoub-s. Le comportement vestimentaire manifeste la défaillance de l’autorité du maître. Le majdoub ne s’écarte pas seulement du commun des mortels mais aussi des saints et des mystiques adeptes des confréries. Il ne porte ni khirqa (vêtement que reçoit le disciple du cheikh), ni dirbala, ni muraqqa’a (froc rapiécé), ni tout autre habit ou insigne distinguant les mystiques ou les saints selon leurs cheikhs et leurs ordres. Il en est de même pour les paroles et les actions. Les majdoub-s sont rebelles à tout ce qui est uniforme et répétitif. Pas de comportements standardisés, pas de rites communs (prières, dhikr, litanies). C’est le jadhb (état extatique), métaphore mystique de la liberté du majdoub, qui lui dicte les mots à dire et les gestes à accomplir. On dirait qu’un majdoub ne peut être perçu comme tel que s’il s’évertue à être ou à apparaître singulier22.

Prodiges

15Cependant, être majdoub ne se réduit pas à des qualités négatives et au renversement des vertus établies ; ne serait pas perçue comme majdoub toute personne qui, sans turban, erre dans la rue, prend aux marchands sa nourriture, insulte les gens, etc. Aux propos insensés, impudiques ou hostiles, il faudrait ajouter les paroles et les signes à travers lesquels le majdoub dévoilait les choses cachées (al-moughayyabâte), le futur (voir Mediano, 1992, p. 238-240). Des paroles insensées, partiellement ou totalement incompréhensibles, s’avèrent, remarque al-Kattani, pleines d’allusions (ichârâte, kinâyâte) qui devenaient intelligibles aussitôt réalisés les événements prédits (al-Kattani, p. 215, 240, 247, 285).

16Parfois, la prédiction est explicite. Le khalifa du sultan (fils de Moulay Ismael) emprisonna puis convoqua le majdoub Msa al-Khir qui se présenta avec son fameux hayek en guise de turban. Il lui demanda s’il était réellement un saint (murâbit) :

« Si Dieu le veut.

— Et connais-tu Dieu ?

— Oui.

— Comment ? (Par quelle chose le connais-tu ?)

— Je le connais parce que c’est Lui qui ordonnera ton meurtre sans diya (prix du sang). »

17Le lendemain, le khalifa fut assassiné par un inconnu.

18Afin d’appuyer leur requête, les gens de Fès demandèrent à Jalloul et Mas‘oud al-Charrate d’intercéder auprès du sultan Moulay Muhammad al-Chikh (al-Wattassi) qui leur reprocha : « Vous n’avez trouvé personne que ces “merdeux” (kharrâ’ine).  » Furieux, Jalloul fit le serment que Fès vivrait dans l’anarchie pendant quarante ans. Sa malédiction frappa le sultan qui, l’estomac renversé, rendait ses excréments par la bouche (voir aussi Doutté, 1900, p. 78 ; sur l’incident historique, voir Mezzine, 1986, p. 222).

19En plus de la prescience, d’autres prodiges sont attribués aux majdoub-s. On vola à Bou Kammoussa de l’argent offert par le sultan. Le malfaiteur voulut rendre la bourse (kammoussa, d’où le nom du saint) au majdoub qui, pour le châtier, rejeta sa rétraction. Il mourut le même jour. On rapporte aussi que lors d’un pèlerinage, le sultan, voulant se recueillir loin de la foule, ordonna la fermeture du sanctuaire. Bou Kammoussa resta, comme tout le monde, dehors. Mais pas pour longtemps. Le sultan fut surpris et étonné de le découvrir à ses côtés. Il lui dit : « Je sais que tu fais partie des saints mais tu es l’impudent parmi eux (‘alimtou annak min al-mourâbitne ay al-awliyâ wa lakin anta al-safalî mtâ‘houm).  »

20Al-Waryagli (qui entrait dans la mosquée dans un état d’impureté) fut emprisonné dans un asile (maristane) par le cadi de Fès. Le lendemain, le cadi le rencontra devant sa maison tapant, comme à l’accoutumée, ses pieds contre le sol. Ni lui, ni les gardiens ne surent comment il s’était évadé, la chaîne n'avait pas été brisée. Par la suite, le cadi abandonna ses poursuites contre le majdoub (d’autres récits montrent comment le majdoub l’emportait sur le cadi ou le savant (Salwat, p. 213, 352).

21Il semble hasardeux, pour le moment, d’affirmer une régularité entre un type de saint et une catégorie de miracle. Cependant, nous supposons que certains prodiges ne sauraient être attribués au majdoub. Par exemple, il ne vole pas, ne marche pas sur l’eau, ne dompte pas les animaux sauvages. Ces prodiges seraient cohérents avec un saint ermite ou un saint errant (sayeh) d’une région à une autre (voir Sebti, 1992, p. 167-178). Comment attribuer ce type de prodige à des majdoub-s qui ont rarement quitté la ville de Fès et qui sont, dans la plupart des cas, en contact permanent avec les gens ? Les miracles des majdoub-s n’ont pour contexte ni l’air, ni la mer, ni la forêt, ni le désert. Au contraire, ils reflètent une présence intense et démesurée des majdoub-s dans la société. Ils ont comme cadre social des relations ordinaires avec un voleur, un sultan ou les gens de Fès. L’extraordinaire, présenté dans un cadre banal, n’exprime que le triomphe des majdoub-s sur leur entourage : les gens du commun mais aussi et surtout l’élite intellectuelle et politique.

Sainteté

22Al-Kattani emploie souvent l’expression « sâqit al-taklîf » pour rendre compte des comportements de certains majdoub-s (Salwat, p. 108, 145, 150, 198, 207, 271, 308). Cela veut dire que le majdoub, comme l’imbécile et l’idiot, n’est pas considéré comme « capable » et « responsable » (moukallaf) sur le plan juridique et religieux. Fait défaut au majdoub la raison (‘aql) qui est le fondement de la capacité légale (taklîf) en Islam. En distinguant les majdoub-s des wali-s, Al-Kattani ne fait pas de la raison une condition de la sainteté.

23Ibn Khaldoun écrit à ce sujet :

« Parmi les adeptes du mysticisme, il y a des imbéciles et des idiots qui sont plus près des fous que des êtres raisonnables. Ils ont pourtant atteint les degrés de la sainteté et les états (mystiques) des Véridiques. Ceux qui ont connu la « gustation » (dawq) (de l’expérience mystique) savent qu’il en est ainsi, encore que des imbéciles ne soient pas juridiquement « capables » (compos mentis : moukallaf). Ils peuvent parler des choses cachées d’une manière étonnante. Rien ne les arrête. Ils en parlent librement et disent des choses extraordinaires. Les juristes, qui voient bien leur incapacité légale, nient fréquemment qu’ils puissent avoir un état mystique quelconque, sous prétexte que la sainteté ne peut s’obtenir que par l’adoration de Dieu. Mais ils se trompent, « Dieu accorde sa grâce à qui Lui plaît » (V, 54). La sainteté (wilâya) ne dépend pas de l’adoration, ou tout autre chose. Quand une âme humaine est bien ferme, Dieu peut la choisir pour la combler de dons. Les âmes rationnelles des idiots ne sont ni inexistantes ni mauvaises, comme chez les fous : il leur manque seulement la raison (‘aql), qui est le fondement de la capacité légale (taklîf).  » (Ibn Khaldoun, al-Muqaddima, t. I, p. 221-222 ; voir aussi Chifâ, p. 107-108 ; Perez, 1991, p. 1991, 248-249.)

24Les rationalisations du savant et les justifications du mystique légitiment un type de sainteté qui les précède. Le savant ne manquait pas de prétextes ou de raisons (hérésie...) pour interdire au majdoub le jardin des saints. Le savant mystique aurait limité la sainteté à ceux qui fournissent un effort dans la voie de l’union avec Dieu. Mais le majdoub n’a besoin ni du savant ni du mystique cheminant pour accéder à la sainteté (wilâya). Que signifie donc la sainteté lorsqu’il s’agit du majdoub ?

25Pour le mystique salik, le monde ici-bas est séparé de Dieu. L’union avec Dieu se fait au terme d’un long chemin jalonné par différentes étapes. Au cours de ce voyage, il doit être guidé par un maître spirituel, ou cheikh, qui lui indique les rites à accomplir (dhikr, prières, retraite...). Le saint ascète accentue les règles et les interdictions respectées par le commun des croyants. Il sépare brutalement la vie religieuse et la vie courante, la vie solitaire et la vie en société. Pour un novice (mourid), les rites de passage d’un monde à l’autre sont à la fois longs et complexes. En revanche, le majdoub passe immédiatement du monde profane au monde de la sainteté. Fernando Mediano montre à partir de plusieurs cas comment des personnes deviennent brusquement majdoub-s (Mediano, 1992, p. 240-243). La sainteté du majdoub est présentée comme un passage inattendu, véhément, brutal, voire foudroyant (comme tout contact immédiat avec le sacré). Le majdoub ignore toute barrière humaine ou institutionnelle. Pour lui, il n’existe ni maître, ni litanie, ni retraite, etc. A cet égard, il est un saint libre. Il échappe à toute autorité. Ceci expliquerait pourquoi, dans des cas extrêmes, des majdoub-s transgressent les règles religieuses et sociales. Car plus grande est la liberté, plus grand est l’attrait (jadhb ‘azime) et plus fortes sont les transgressions. Al-Waryagli en fournit l’exemple extrême.

  • 23 À cet égard, plusieurs majdoub-s rappellent des personnages carnavalesques.
  • 24 D’autres mystiques ont fondé leurs pratiques sur la transgression et la licence. Les hermétiques gn (...)

26De multiples études anthropologiques nous montrent le lien entre l’absence de l’autorité et la licence ou la grossièreté, notamment au cours des « rituels d’inversion », des carnavals, des mascarades23. Ces manifestations ne sont que le revers négatif du tabou. Tout se passe, pour le majdoub, comme si le rejet ou le non-respect de l’autorité des saints établis ne peut se faire qu’en accomplissant l’inverse ou le contraire de ce que ces derniers enseignent. Il n’est rien, semble-t-il, à quoi il n’est pas prêt24.

27La sainteté implique le respect de la séparation entre les différentes classes d’objets, «  ... la sainteté, c’est l’ordre, et non la confusion » (Douglas, 1981, p. 73). Mais il ne s’agit ici que d’un type de sainteté (souvent donné comme étant la Sainteté) fondé sur le respect excessif des tabous. Or, la sainteté peut aussi reposer sur la confusion. Elle n’est pas interdite à ceux qui ne distinguent point entre le sacré et le profane, le féminin et le masculin 24, le froid et la chaleur, etc.

28D’aucuns diront que le majdoub est fou et que la folie est synonyme de confusion. On ne peut attendre d’un fou qu’il respecte l’ordre des choses. Seulement, il se trouve que les gens qui lui attribuent la sainteté, qui viennent le consulter, lui offrir des dons, ne sont pas tous fous. Pourquoi alors considèrent-ils comme saints des majdoub-s qui cultivent le désordre ?

29La sainteté n’est pas uniquement fondée sur le tabou. Elle peut aussi avoir comme mode d’expression la transgression des règles et l’obscénité. Lorsque des saints rejettent toute obédience (personnelle et institutionnelle) et cherchent à se distinguer des saints établis, il y a de fortes chances qu’ils adoptent une stratégie opposée, c’est-à-dire basée sur la violation et l’inversion du modèle dominant de la sainteté. À la pureté (tahara) des ascètes, des majdoub-s opposent l’impureté et la saleté (sperme, fèces, crachat, morve) ; aux prières et aux litanies, les malédictions et les paroles obscènes  ; à la vie contemplative, le bavardage  ; à la retraite, une vie intense et excessive en société, etc.

  • 25 Abderrahman al-Majdoub porta des vêtements féminins, but du vin et vola un bœuf (de Premare, p. 168 (...)

30En décrivant les comportements obscènes et scandaleux (dans le double sens religieux et courant) des majdoub-s, Al-Kattani estime qu’il s’agit d’actions dont seulement l’apparence (al-zâhir) par opposition à l’essence (al-bâtin) est contraire à la religion (af‘âl younkirou al-shar‘ zâhiraha, Salwat, p. 150, 175, 212)25. Trouver un sens caché (bâtin) conforme à la religion, à des comportements en apparence (zâhir) répréhensibles, est un compromis qui évite le bannissement du majdoub. Un ‘âlim orthodoxe comme Al-Kattani ne peut pas accepter en tant que tels les comportements du majdoub. Des comportements similaires avaient été jugés par des savants comme hérétiques (zandaqa). En laissant de côté cette distinction entre le zâhir et le bâtin, il est aisé de constater, avec Al-Kattani lui-même, combien les actions sociales des majdoub-s sont contraires au modèle dominant de la sainteté. Le sultan qui a parlé à Bou Kammoussa a bien résumé la position du majdoub : la population des saints accepte parmi elle des saints impudents.

  • 26 « Excentrique, débraillé, jovial et brutal  ; ce provocateur veut «  renverser l’édification  », d’ (...)

31Au Moyen âge, les auteurs chrétiens distinguaient entre imitanda (choses qui devraient être imitées) et admiranda (choses qui devraient émerveiller). Les éléments de la vie des saints classés dans la catégorie de l’admirable servaient davantage à démontrer le pouvoir de Dieu, alors que les éléments appartenant à l’autre catégorie étaient perçus comme des leçons morales en acte (Kleinberg, 1992, p. 134). De Certeau emploie la notion d’admiration à propos du saint Syméon26.

32Vu ses comportements (réels ou apparents), un saint majdoub n’est pas présenté et ne se présente pas comme un modèle, un exemple à imiter. Abd al-Rahman al-Majdoub « accomplissait souvent des actes qui écartaient de lui les gens ; ceux-ci le fuyaient et le désavouaient pour cette raison, alors que ses actes, en réalité, étaient justes et provenaient de la « vision totalisante ». Il recommandait à ses compagnons de ne pas l’imiter (‘adam al-iqtidâ’ bihi) dans ce qui, venant de lui, s’écartait de ce qu’ils connaissaient du sens manifeste de la loi religieuse, choses auxquelles le contraignait l’irruption de la Vérité (al-haqiqa) » (Muhammad al-Mahdi al-Fassi, mort en 1109/1698, Mumti’ al-Asmâ’, cité par de Prémare, 1986, p. 149, 211).

33Le majdoub n’est pas considéré comme un exemple de vertus qui résument l’idéal d’une religion. Transgressant les valeurs centrales d’une société, il serait plutôt perçu comme un anti-exemple, un saint à admirer et non à imiter.

Liste des majdoub-s étudiés, Salwat, vol. I

Nom

Page

Année du décès

1. Abu al-Chita al-Khammar

145

997/1588

2. ‘Azzouz

290

1031/1621

3. Jalloul al-Hajj

207

1037/1627

4. Musa ‘Ali al-Soussi

108

1042/1632

5. Muhammad Aguimgam

284

1050/1640

6. Ahmad Omar al-Charif

198

1066/1655

7. Hamdoun al-Malahifi

256

1072/1661

8. Al-‘Ajjali

213

1092/1681

9. Al-Hasan al-Soufyani

240

1098/1686

10. Ahmad Yahya al-Badissi

271

1100/1688

11. Al-Houssayn al-Qawwas

334

1111/1699

12. Khayyati (al-) al-Raf‘i

230

1115/1703

13. Msa al-Khir

129

1117/1705

14. Al-Hajj Abdellah Yazrour

214

1119/1707

15. Hammû al-Ramous

336

1123/1711

16. Ali Hamdouch

352

1135/1722

17. ‘Azzûz Mas‘oud

246

1136/1723

18. Boû’ayyad al-Waryagli

150

1162/1748

19. Mannnana al-Bastouniyya

308

1167/1753

20. Abd al-Salam al-Raggal

234

1172/1758

21. Abd al-Wahid al-Zanobur

285

1175/1761

22. Mouhammad al-Mandhar

223

1213/1798

23. Qaddour al-Battouti

180

1250/1834

24. Housayn al-Aqra’

131

1262/1845

25. Mouhammad Ahmad al-Baqqali

212

1289/1872

26. Mouhammad ‘Abd al-Salam al-‘Alami

175

1291/1874

27. Ahmad al-Sqalli

206

1304/1886

28. Al-Radi al-Wazzani

257

1304/1886

29. Hammadi

287

1308/1890

30. Ahmad al-Tazi

216

Début XIIIe/fin XVIIIe

31. Mannana al-Mejdoubiya

212

Début XIIIe/fin XVIIIe

32. Ahmad Laghsawi

352

s.d.

33. Larbi al-Baqqal

267

s.d.

Notes

1 Paru dans L’Autorité des saints en Méditerranée, Mohammed Kerrou (éd.), ERC, Paris, 1998, p. 107-119.

2 Le présent article s’inscrit dans un projet d’étude des modes de sainteté qu’a connus le Maghreb dans son histoire, projet que j’ai pu approfondir lors d’un séjour effectué en 1993 à l’université de Princeton. Je suis redevable d’une subvention personnelle au Fulbright Program et reconnaissant à tous ceux qui ont facilité mon séjour, la Moroccan-American Commission for Educational and Cultural Exchange à Rabat, le département d’Anthropologie de l’université de Princeton et plus particulièrement Laurence Rosen et Abdellah Hammoudi.

3 Je remercie Aline Rousselle pour ses indications bibliographiques concernant le saint Syméon.

4 «  Majdoub ou majdhûb, du verbe jadhaba  : tirer à soi, attirer (inconnu du Coran)  ; jadhb : traction, tirée, tirage à soi  ; akhadhathu al-jadhba  : il tombe en extase  ; majdhûb, adj., attiré, séduit par quelqu’un ou quelque chose, adj. subst. pl. majâdhib, mystique, ravi en extase, possédé, aliéné.  » (Blachère et al., 1970, p. 1379.)

5 Le même saint peut être qualifié de bahloul (idiot, simple d’esprit) ou de malamati, adepte de la malamatiya, courant mystique fondé sur l’exposition volontaire au blâme (malâma). Contrairement au simple d’esprit, le malâmâti adopte sciemment des comportements non conformistes, voire provocateurs Toutefois, la terminologie n’est pas toujours claire. Dans l’hagiographie marocaine, un majdoub est souvent qualifié de bahloul ou de malamati (voir pour la malamatiya au Maroc, de Prémare, p. 91-113).

6 Nous avons appliqué une démarche similaire à la définition du sacrifice en étudiant un rituel – le câr – fondé sur l’humiliation, l’impureté et la saleté (Rachik, 1993 [voir supra chapitre 4]).

7 Traduction empruntée à Houdas, Daouhat An-nachir de Ibn ‘Askar, traduction française de Houdas, Archives marocaines, 1913, p. 219.

8 The majdhûb « (attracted) denotes in the terminology of the sûfis a person who is drawn by the divine attraction (djadhba), so that without trouble or effort on his part he attains to union with God. The majdhûb [...] is thereby distinguished from salik (traveler), who makes the journey to God, stage by stage, with conscious endeavour and purpose » (Nicholson, 1986).

« The majdhûb, ‘charmed’ or ‘captivated’ individuals whom God has selected for the ranks of saintliness without their having had to exert the usual forms of effort by means of spiritual discipline. This phenomenon of being enraptured is sometimes associated with a certain kind of madness, which comes and goes » (Denny, 1988, p. 86).

9 Fernando Mediano avait adopté également une démarche inductive. Les caractéristiques analysées du majdoub se rapportent aux dons divinatoires, à la manière brusque dont il accède à la sainteté et à ses comportements extravagants. Quant à la baraka, bienveillante et malveillante (baraka fertile et baraka terrible), nous supposons qu’elle ne définit pas particulièrement le majdoub. (Je remercie Layla Ajana pour avoir traduit le texte de Fernando Mediano, et Abdelahad Sebti pour me l’avoir indiqué.)

10 Al-Kattani termina la Salwat en 1313. Le livre, qui comprend trois volumes, est consacré aux savants et saints enterrés à Fès. Il passa quinze années à l’écrire. Sur l’auteur et son œuvre, voir Lévi-Provençal, 1922, p. 379-385.

11 « Sache que l’extatique [al- majdoub] n’a pas de directives à suivre. En effet, d’après eux, l’extatique est celui qui a été ravi à lui-même (al-mukhtataf) lors du regard plongeant sur le monde invisible, comme Buhlûl et tant d’autres, qui furent les fous (majânin) qui comptèrent parmi eux ceux qui s’engagèrent dans le cheminement de la voie mystique  ; c’est celui qui a perdu la raison [condition] de la responsabilité religieuse, et définitivement, et à qui il ne reste plus de directives à suivre, puisque l’aboutissement (al-wusûl) a déjà été réalisé [pour lui] et que les directives ne sont que des moyens pour parvenir à l’aboutissement. Or cet extatique, qui a déjà atteint le terme, qui a contemplé les lumières surnaturelles, qui a été ravi à son âme et à sa raison, ne sait plus ce que c’est que le Livre saint, ni que la foi, ni que la transmission du savoir : il nage tout simplement, et continuellement, dans la mer de la connaissance et de la confession de l’Unicité divine, transporté hors du sens et du sensible.  » (Perez, trad., Ibn Khaldoun, Shifâ’, 247-481, concernant la position d’Ibn Khaldoun sur la nécessité du cheikh, voir Shifâ, 1957, p. 70-108.)

12 Sur 33 majdoub-s, seuls 12 avaient un cheikh. En outre, parmi ces derniers, certains sont qualifiés de majdoub-salik. Car la frontière entre le jadb (attrait) et le soulouk (cheminement spirituel) n’est pas toujours tranchée : il arrive qu’un saint soit à la fois majdoub et salik avec une prédominance du premier aspect (al-jâmi’bayn al-sulük wal-jadhb wal-jadhb aghlabwalayh, Salwat, p. 285 ; c’est le cas notamment d’al-Sufyani et d’al-Zanbour). Pour le reste des majdoub-s, al-Kattani ne mentionne aucun cheikh. Parfois, il précise que le majdoub n’a pas de cheikh. Par exemple : « la yurafu lahu shaykh... kâna min ahl al-hâl al-qawiyy ghayr ma‘rrouf bi al-taslik wa al-tarbiya » (Salwat, p. 109, voir aussi, p. 198, 247).

13 Huit majdoub-s sont explicitement signalés comme errant dans les rues et/ou dans les marchés (al-Aqra‘, al-Tazi, al-Wazzani, al-Ramous, al-Raggal, al-Mandhar, al-‘Ajjali, al-Sharif). Pour d’autres (Jalloul, Msa al-Khir, al-‘Alami, al-Sqalli, Yazrour), on peut déduire des faits rapportés qu’ils étaient constamment en public. Leurs actions se passaient devant les mosquées, les sanctuaires, voire dans les bains maures. D’autres n’avaient même pas de domicile fixe (la qarâra lahu).

14 Il faut noter que deux majdoub-s (al-Soussi, al-Waryagli) seulement choisirent de vivre à l’écart des gens à la fin de leur vie et que deux autres (al-AjjaIi et al-Raggal) alternaient retraite et vie en société.

15 Voir Sorokin au sujet des types d’adaptation des saints à leur environnement (ermetic retirement from the world ; the creation of a special environment by a monastery, convent... ; the method of wanderer or pilgrim ; remaining in society) (Sorokin, 1950, p. 169-176).

16 Il faudra excepter Yazrûr qui était en même temps bûcheron et majdoub. Pour quelques saints, al-Kattani mentionne leurs professions antérieures. Quatre avaient été artisans (Yazrour, al-Qawwas, al-Malahifi, al-‘Alami). un commerçant (al-Waryagli), un étudiant, « tàlib ’ilm » (al-Sqalli). Seul al-Raggal avait appartenu aux « gens de l’opulence ».

17 Voir, au sujet de la mendicité chez les Haddawa, Brunel, 1955, p. 184-195. La mendicité chez les mystiques est un moyen pour dompter l’âme. Elle peut constituer une étape dans l’initiation mystique. Junayd ordonne à Chibli de mendier. C’est un exercice d’humilité. L’argent rapporté par Chibli est redistribué par Junayd aux pauvres (Attar, 1990, p. 279).

18 Dans un quatrain, Sidi Abd al-Rahman al-Majdoub dit : Si sur la tête vous interrogez : la tête est nue, toujours (de Prémare, p. 151, texte arabe, p. 213).

19 Hammadi marchait souvent nu dans les rues de Fès (voir aussi Westermarck, 1968, i. 49). Al-Mandhar se promenait nu dans les souks.

20 Abd al-Rahman Sers (contemporain du sultan Moulay al-Hassan) se déshabillait incontinent et se mettait à danser devant les dignitaires de l’Empire. Al-Malik al-Nattaf découvrait irrévérencieusement son postérieur devant le sultan Moulay Hafid (Brunel, 1955, p. 276).

21 D’autres majdoub-s (al-Waryagli, al-‘Alami et al-Raggal) fumaient ou se droguaient. Le nom al-Raggal signifie « fumeur de rgila (narguileh) », voir Brunel, 1955, p. 287.

22 Concernant dix-neuf majdoub-s, al-Kattani affirme qu’ils avaient accompli des miracles (karâmâte, khawâriq). Cependant, seuls huit récits décrivant ces miracles sont rapportés.

23 À cet égard, plusieurs majdoub-s rappellent des personnages carnavalesques.

24 D’autres mystiques ont fondé leurs pratiques sur la transgression et la licence. Les hermétiques gnostiques de l’Antiquité montrent « dans leurs rapports avec la loi deux sortes de conception : les uns préconisent une vie indifférente et libre en face de la loi, les autres exagèrent l’abstinence et prêchent une vie de renoncement. La diversité des systèmes soufis offre quelque chose d’analogue » (Goldziher, 1958, p. 139 ; voir, concernant cette tendance antinomiste chez les malamatiya et d’autres, p. 139-147).

25 Abderrahman al-Majdoub porta des vêtements féminins, but du vin et vola un bœuf (de Premare, p. 168-167).

26 « Excentrique, débraillé, jovial et brutal  ; ce provocateur veut «  renverser l’édification  », d’après le narrateur. Il porte hardiment la transgression dans le camp des bien-pensants. Il irrite, il amuse, il s’attire l’admiration ou les coups (de Certeau, p. 59).

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable