Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esprit du terrain

 | 
Hassan Rachik

Première partie. Sacrifice et sainteté

Chapitre 5. « Epicerie du sacré »

Sacré et politique dans les travaux de Berque1

Résumé

Berque observe chez les Seksawa que les normes qui régissent le sacré ne s’appliquent pas à toutes les phases du rituel du ma‘rouf, certaines sont dominées par des préoccupations comptables profanes. Il explique cette « épicerie » du sacré en la ramenant à l’étagement du sacré que connaissent les communautés étudiées. Nous pensons de notre part que l’application de règles politiques/profanes au sacrifice est possible chaque fois qu’une communauté politique prend en charge ses sacrifices.

Texte intégral

  • 1 Paru dans Études maghrébines, n° 8, 1998, p. 22-25.

1C’est en décrivant une frairie rituelle (ma’rouf), chez les Seksawa (Haut-Atlas), que Berque parle d’épicerie du sacré. Ayant étudié, chez d’autres tribus du Haut-Atlas, des rituels similaires et le rapport de ces rituels à l’organisation socio-politique et ayant revu à l’occasion de ce colloque [1995, en hommage posthume à Jacques Berque] les réflexions de Berque sur l’organisation des rituels communautaires, j’ai trouvé dans la notion d’« épicerie du sacré », un autre point de départ pour considérer les rapports entre le sacré et le profane, en l’occurrence l’organisation communautaire et la politique locale.

« Épicerie du sacré » et étagement du sacré

2Le rituel étudié par Berque comprend plusieurs phases. Les plus importantes sont le sacrifice, la consommation d’un repas en commun et les enchères. Les animaux sacrifiés ne sont pas tous consommés sur place, une bonne partie est vendue aux enchères. Celles-ci déclenchent une émulation, les membres du village convoitent ce que leur communauté vient de sacrifier. L’émulation est d’autant plus vive que les créances ne sont exigibles que l’année suivante. Berque parle d’un embryon de crédit qui comporte des inscriptions sur des rôles écrits. Bref, il note la conjugaison des pratiques propitiatoires ou purificatoires, donc relevant du sacré, et des préoccupations comptables. C’est pour rendre compte de ces préoccupations séculières, profanes, qui ont lieu pendant un rituel sacrificiel, qu’il parle d’« épicerie du sacré » (Berque, 1978, p. 279). Autrement dit, les gens (Seksawa) gèrent le sacrifice (les restes des victimes à vendre) comme ils gèrent une épicerie. Les normes qui régissent le sacré ne s’appliquent pas à toutes les phases du rituel. Pourquoi ?

3Afin de situer la notion d’épicerie du sacré dans un cadre plus général, rappelons deux opinions, présentées brièvement par Berque, qui concernent l’étude des rapports entre le religieux et le politique chez les communautés berbères.

4Certains conçoivent que les structures magico-religieuses du monde berbère « dominent son droit, son économie, son folklore et jusqu’à sa langue ». Selon d’autres, les structures religieuses et juridiques berbères se caractérisent par leur orientation profane. Même si Berque ne prend pas de position tranchée dans ce débat, il considère que le rituel étudié (ma’rouf) est caractérisé par une orientation profane. Ce qui domine dans les frairies rituelles des cantons « ce n’est pas l’aspect communiel, c’est l’aspect contractuel. Enchères, vente à terme, enregistrement notarié : le profane déborde de toutes parts l’antique rite sacrificiel. Un débat individualiste, une gestion communale, des opérations purement juridiques se font déjà jour... Le droit et la religion vont désormais faire route à part. » (Berque, 1978, p. 310-312.)

5Pour expliquer ce débordement du profane à l’occasion même d’activités religieuses, Berque recourt à la notion de « l’étagement du sacré ». Cette notion lui permet de ne pas apporter une réponse catégorique à la nature du rapport entre le sacré et le rituel, d’une part, et le politique et le communautaire, d’autre part. Il distingue les différents niveaux étagés de la vie religieuse et apporte une réponse nuancée selon le palier considéré. « En bas, le sacré naturiste anonyme..., lieu de profonde vibration collective » ; de l’autre, « la sainteté des grands individus et des espaces ». L’étagement du sacré recoupe deux catégories de sacré : celui « qui se précise en noms, légendes, personnes, et celui qui demeure sans contour ni appellation. Le second, on le pressent déjà, est de beaucoup le mieux fourni. Il touche, à vrai dire, toute une part de la vie de ces ruraux, la part la plus profonde. » Berque distingue deux niveaux extrêmes, d’une part, le sacré figuratif, le saint individualisé, d’autre part, le sacré non figuratif et le lieu rituel anonyme (Berque, 1978, p. 251, 256).

6C’est au niveau inférieur dominé par le sacré anonyme que la gestion communautaire, le politique et le profane débordent le religieux et le sacré. On ne trouve chez Berque une notion du sacrifice et du sacré équivalente à celle développée par Durkheim, Hubert et Mauss que lorsqu’il s’agit de l’étage supérieur du sacré, comme celui qui se rapporte aux grands saints (Benaceur, Hmad ou Moussa).

7Berque met l’accent sur la variation du rapport du sacré et du profane en fonction du pallier religieux de la société considérée. Cela lui évite de donner une définition rigide et essentialiste du sacré. S’il y a « épicerie du sacré », c’est parce que le sacrifice à laquelle elle est associée est situé au rez-de-chaussée du sacré : « Le social presque pur [qui] s’observe au rez-de-chaussée de cette vie religieuse... »

Sacré et structures politiques

8Je suppose que la morphologie sociale et l’étagement du sacré n’expliquent pas le caractère profane de la gestion du rituel sacrificiel. Tout d’abord parce que même l’organisation du rituel et la gestion des sanctuaires des grands saints n’échappent pas à des préoccupations comptables (répartition des sacrifices entre les descendants et/ou les desservants, conflit concernant l’appropriation de ces sacrifices...). Ensuite, il a été observé au niveau des communautés locales (dans le Haut-Atlas) et au niveau du rez-de-chaussée de la vie religieuse ce que Berque décrit comme étant spécifique au pallier supérieur du sacré.

9Je pense que les rapports entre le sacré et le profane devraient être décrits dans leurs rapports avec les acteurs qui « portent », rendent manifestes (par les paroles ou les gestes), les idées relatives au sacré et au profane, qui organisent ou participent au rituel, en tirent profit, etc.

10Nous avons déjà montré que le sacrifice peut être organisé suivant des règles et des normes qui ne relèvent pas uniquement du sacré lorsque ce sacrifice est pris en charge par une communauté politique [voir supra introduction de la première partie]. Nous avons également montré que ces règles et normes ne se limitent pas seulement à la phase des enchères mais aussi à d’autres phases. Ce sont davantage les structures politiques qui déterminent le statut du sacrificateur et les règles du partage des victimes. Dans la même tribu où j’ai étudié le sacrifice, les normes du sacrifice varient selon qu’il est traditionnellement organisé par le lignage desservant un saint local (acteur religieux) ou la jma’a (assemblée, acteur politique). Ceci peut être illustré par une brève présentation comparative du statut du sacrificateur et des règles du partage des victimes (Rachik, 1992).

11Dans le premier cas, le rôle du sacrificateur est hérité, les victimes dédiés au sanctuaire par les pèlerins et qu’ils contrôlent sont partagées entre tous les assistants quels que soient leur âge, leur sexe ou leur origine. J’ai toujours eu droit [au même titre que le reste des assistants], à la même part de viande. Les desservants se contentent de la peau et de la tête des victimes.

12Dans le cas du ma’rouf organisé par la jma’a du village, personne ne monopolise le rôle de sacrificateur. La règle ici est l’interchangeabilité des rôles. Mieux encore, lors des rituels, j’ai observé comment les membres du village se dérobent à cette tâche, perçue non pas comme un privilège rituel mais comme une corvée, en avançant chacun une raison que les autres regardent comme un prétexte insoutenable. C’est dans ce type de rituel que les enchères sont organisées. Cependant, il ne faudrait pas réduire cette phase aux préoccupations comptables. Le plus important à retenir, pour une étude du sacrifice, est que le ma’rouf réfère au sacré lorsqu’il s’agit de sacrifices consommés en commun et à la politique pendant la vente aux enchères des restes des sacrifices. Ici, la viande n’est pas partagée en parts égales en se référant à leur caractère sacré (comme c’est le cas dans les sacrifices contrôlés par le lignage desservant), la part qui revient à un membre dépend de son statut social, de sa richesse et de ses rapports avec le reste des villageois. Certains ne surenchérissent que lorsque la part est convoitée par des émules. L’issue du sacrifice lors des enchères est politique. Cet aspect politique est plus explicite lors du partage de la victime (une vache) d’une fête locale où les parts sont distribuées selon les statuts politiques : une « grande part » revient au citoyen chef de foyer et une « petite part » aux chefs de famille dont le père est encore vivant. Lors de ce rituel, j’ai toujours eu droit à la petite part. Les étrangers vivant dans le village ne reçoivent rien. L’adoption d’un étranger se manifeste sur le plan rituel par l’octroi de la « grande part » de viande [voir supra chapitre 4].

13Le sacrifice peut être dominé par des considérations profanes lorsque c’est une communauté politique qui le prend en charge. La familiarité avec le sacré comme principe de la spécialisation rituelle ne peut être appliquée par une communauté politique faiblement stratifiée, par une communauté où les actions collectives sont souvent l’objet de négociations publiques. Au rituel on applique les mêmes règles de gestion qu’à d’autres biens collectifs (canaux d’irrigation, parcours collectifs), c’est-à-dire que tout bien, profane ou sacré, doit être soumis au débat politique public. C’est pourquoi l’étranger qui n’a aucun droit politique n’a pas non plus accès à la viande sacrifiée. Celle-ci étant plus perçue comme une chose collective et politique que comme une partie d’une victime consacrée. Ceux qui ne perçoivent que la « petite part » de viande, n’assistent pas aux réunions publiques du groupe et ne s’acquittent pas des obligations collectives.

14Pour revenir à Berque, nous pouvons rapidement dire que l’épicerie du sacré n’est pas possible parce qu’elle est située au rez-de-chaussée de la vie religieuse mais parce que le sacré est pris en charge par une communauté politique.

Notes

1 Paru dans Études maghrébines, n° 8, 1998, p. 22-25.

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable