Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esprit du terrain

 | 
Hassan Rachik

Hommage à Bruno Etienne

Texte intégral

  • 1 Un hommage posthume à Bruno Etienne (1937-2009) eut lieu le jeudi 8 mai 2009 à Rabat. J’étais à ce (...)

1Tout d’abord, je regrette de ne pas pouvoir être physiquement parmi vous1. Rendre hommage à Bruno Etienne, l’un des rares professeurs qui a tenu une place exceptionnelle dans ma vie de chercheur n’est pas chose aisée. Bruno Etienne ne supportait ni les idées reçues, ni la pensée toute faite et prête à porter. Pour ne pas décevoir sa mémoire, j’éviterai la rhétorique et les idées interchangeables souvent associées à ce type d’occasion. Je me contenterai d’évoquer quelques moments forts de son passage à Casablanca tels que je les ai vécus.

2J’ai connu Bruno Etienne en tant qu’étudiant en 1979-1980. Je pense avoir assisté à tous ses séminaires en science politique et en méthodes des sciences sociales. Pour apprécier son passage à Casablanca, je dois dire un mot sur l’ambiance universitaire de l’époque. Dans la majorité des cas, l’enseignement, en général, et celui du droit public, en particulier, faisaient appel à la mémoire. Pour les rares qui sortaient des sentiers battus, être étudiant intelligent à l’époque, c’était être marxiste ou essayer de le devenir. A ce titre, nous avions une double série de lectures : d’une part, les livres en rapport avec les cours de droit et, d’autre part, la littérature marxiste, notamment celle relative à l’économie et au sous-développement. Ces lectures militantes pour ainsi dire étaient aussi mobilisées dans le ciné-club Al-Azaim, une expérience que j’ai partagée avec d’autres amis dont certains continuent leurs recherches en sciences sociales, je veux parler de Mohamed Tozy et de Mohamed Mahdi. Ce rappel de l’ambiance de l’époque, je le redis, est important pour mesurer l’impact positif de Bruno Etienne.

3Pour dire les choses promptement, il nous a aidés à remettre en question à la fois le juridisme et le marxisme. De plus, il a fortement contribué à nous sensibiliser à des questions théoriques et méthodologiques nécessaires à la formation d’un chercheur. Devenir chercheur était une chose qu’on n’envisageait même pas, une ou deux années avant son arrivée. Avec d’autres professeurs, notamment Paul Pascon, il nous a orientés vers un nouveau style de pensée, vers un nouveau domaine de lecture et surtout vers la découverte du métier du chercheur. Nos facultés de droit préparaient certes pour d’autres métiers, mais pas pour celui de chercheur. Pour la première fois dans l’histoire de notre faculté à Casablanca, des étudiants ont opté pour des thèmes relativement originaux : le champ religieux, le cinéma, le changement social, l’histoire politique. Quant à moi, la problématique de mon mémoire de DES, qui portait sur la modernisation de trois tribus zemmours, était directement inspirée de son séminaire en science politique : tradition et modernité. L’émergence du statut de chercheur dans notre faculté constitue un changement significatif auquel Bruno Etienne a fortement contribué.

4Il faut dire aussi, par respect pour sa mémoire, que tout cela était fait sans aucune méthode apparente. Ses séminaires ne suivaient aucune logique didactique explicite. De l’extérieur, on pouvait dire que ses séminaires étaient une sorte d’éloge pour la désorganisation. Il lui arrivait par exemple de venir commenter un éditorial de Ahmed al-Alaoui sur le khilafat ou imarat al-muminine. Et il pouvait sans nous prévenir faire un saut dans un autre pays et un autre siècle, la révolte des paysans d’Engels, par exemple.

5J’étais souvent déboussolé. Et j’ai l’impression qu’il l’était également à cette étape de sa vie de chercheur. Lui aussi, me semblait-il, sortait d’un paradigme, d’un champ de questions et d’intérêts qui ne lui convenaient plus. Je pense que je suis rarement intervenu pendant ses séminaires, moi qui étais assez bavard et prenais fréquemment part aux débats à la faculté et au ciné-club où je jouais alors le rôle d’animateur. Le résultat de tout cela à mon niveau, c’était une option pour le silence et une forte volonté de rattraper mon immense retard en sciences sociales. Avec Bruno Etienne, nous avons compris ce que la modestie du chercheur voulait dire, modestie qui rompait brutalement avec l’arrogance du militant qui savait tout. Il y avait, bien entendu, des velléités de résistance de la part de certains étudiants pour qui Bruno Etienne ne faisait que diffuser la sociologie américaine entendue, cela allait de soi à l’époque, dans un sens péjoratif.

6Pour découvrir une ville, il faut s’y perdre. Il faut imaginer notre perte et notre désarroi à l’époque. Demandez à Mohamed Tozy ce qu’il endura pour comprendre un des textes de Pierre Bourdieu sur la religion. Ce qui compliquait notre trouble, c’est que les suggestions de Bruno Etienne étaient très nombreuses. Je n’exagère pas en disant que chaque séminaire était pour moi une sorte d’avalanche de concepts, d’auteurs, de livres, de questions. Par quoi commencer et quoi choisir  ? C’était des questions à résoudre soit seul soit en petit groupe. Avec Mohamed Tozy, Mohamed Mahdi et Abderrahim Abdelilah, nous avions formé un petit groupe de travail où nous lisions ensemble quelques textes suggérés par Bruno Etienne. Le coup était très dur, et c’était bien de se mettre à quatre pour le supporter. En disant cela, je mesure ce qu’on aurait perdu si à l’époque, comme c’est le cas à présent, l’université était fermée à des compétences « étrangères ». Comme l’endogamie limite la circulation des femmes, l’«  endologie  » (endo + logos) limite la circulation des idées.

7Le mot avalanche ne doit pas être pris ici dans un sens négatif. Je veux dire par ce mot qu’en peu de temps nous avions reçu des séries d’idées qui dépassaient notre capacité d’assimilation. Gemeinschaft, Gesellschaft, ethos, paradigme et d’autres mots que l’on écoutait pour la première fois. Mais le problème aurait été simple si on n’avait eu affaire qu’à des mots nouveaux. Le questionnement concernait aussi les mots qu’on croyait savoir : théorie, hypothèse, concept, notion, dialectique, classes sociales, féodalité, politique, avec ces nuances en anglais entre policy, politics et polity. Avec le recul, je pense que l’avalanche était pour moi une bonne chose. Vous savez… quand on est évanoui, on n’a pas besoin de câlins, ni de caresses, mais d’un bon coup qui vous secoue. Bruno Etienne savait secouer, et j’étais fort bien secoué. Grâce à lui, à Paul Pascon et à mes pairs. Grâce à lui donc, je continue à m’accrocher, et ce depuis une trentaine d’années, au métier de chercheur, sans oublier ma dose de vertige, de doute et de modestie, que j’ai appris avec lui.

8Enfin, je prie les proches de Bruno Etienne, ses amis et collègues de bien vouloir trouver en ces mots notre sincère reconnaissance pour tout ce qu’il a fait pour nous, en si peu de temps.

914 avril 2009

Notes

1 Un hommage posthume à Bruno Etienne (1937-2009) eut lieu le jeudi 8 mai 2009 à Rabat. J’étais à ce moment-là à Berlin pour améliorer mon allemand, ce qui m’a permis de moins écarquiller les yeux en lisant Verstehen, Weltanschauung, Geistzeit, etc.

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable