Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiquer les sciences sociales au Maghreb

 | 
Mohamed Almoubaker
, 
François Pouillon

Elargissements

De Geertz à Rabinow : questions de méthode1

Corinne Cauvin Verner

Texte intégral

  • 1 Ce texte est issu d’une communication au colloque organisé par le Centre Jacques Berque (Rabat) sur (...)
  • 2 Geertz (C.), Geertz (H.), Rosen (L.), Meaning and Order in Moroccan Society: Three Essays in Cultur (...)
  • 3 « Thick Description : Toward an Interpretive Theory of Culture », in The Interpretation of Cultures(...)
  • 4 Geertz (C.), « From the Native’s Point of View: On the Nature of Anthropological Understanding », B (...)
  • 5 Sartre (J.-P.), « Questions de méthode », in Critique de la raison dialectique, Gallimard, 1960.

1Maintes fois commentée par Clifford Geertz en d’autres circonstances, curieusement la question de sa méthode d’enquête est totalement absente de sa monographie sur le souk de Sefrou, produite dans le cadre d’un travail d’équipe conduit, au Maroc, de 1965 à 1971, par Hildred Geertz, Lawrence Rosen, Paul Rabinow, Thomas Dichter et Dale Eickelman.2 Autour de Geertz, ces chercheurs défendent l’exercice d’une anthropologie interprétative fondée sur les nécessités d’une « description dense »,3 d’un ancrage dans le point de vue indigène4 et d’une stratégie inductive plutôt que déductive, impliquant le recours à des informateurs. La méthode a ses fondements philosophiques, empruntés à Jean-Paul Sartre qui, en 1957, invite à comprendre les individus et leurs projets grâce à un double mouvement : régressif, qui replace l’individu dans son milieu, puis progressif, qui saisit le projet vers le but qui lui donne sens.5 Le succès de sa mise en œuvre, supposée restaurer la multiplicité des significations propres à l’expérience vécue, loin des concepts abstraits, reste pourtant aléatoire. L’examen serré de la monographie de Geertz, qui éclipse les conditions de l’enquête et, en miroir, de celle de Rabinow à Sidi Lahcen qui, au contraire, en fait l’objet d’une publication, fait apparaître des contradictions profondes dans le modèle geertzien.

La compréhension du point de vue indigène

  • 6 Relevons cependant que les Marocains recourent au néologisme de bazaristes pour désigner les commer (...)

2Alors que Geertz, dès 1974, fait de la « compréhension du point de vue indigène » l’une des chevilles de son anthropologie interprétative, la question est occultée, cinq ans plus tard, dans sa monographie sur le souk de Sefrou où il se contente d’énoncer qu’il est nécessaire de décrire la situation telle qu’elle est envisagée par les Marocains eux-mêmes. Cette recommandation laisse aujourd’hui un peu perplexe, à plusieurs égards. Existe-t-il, au Maroc ou ailleurs, un point de vue indigène (au singulier) qui puisse rendre compte de la diversité des groupes qui composent une société locale ? À la lumière des enquêtes venues depuis les années 1970 enrichir la compréhension de la société marocaine, on constate que Geertz cède là à un essentialisme masquant la multiplicité et la complexité des stratégies des acteurs. Il croque à grands traits la société marocaine, en simplifiant la morphologie sociale morcelée en Sefriouis, Marocains, Juifs, Arabes et Berbères, et en recourant exagérément aux questions d’ethos faisant des Marocains des fortes têtes, ratiocineurs et entêtés, opportunistes et calculateurs, si assujettis à des relations de clientèle que le souk pourrait bien apparaître comme une métaphore de la société marocaine. Son comparatisme est large, qui assimile le souk de Sefrou à tous les autres souks du Maroc et tous les souks du Maroc à ceux de Bali ou d’Égypte pour fonder un modèle d’économie de « bazar », mot persan inusité au Maroc mais qu’emploient couramment les Anglais et la colonie française pour désigner le marché oriental.6 C’est grâce à cet emploi extensif et uniformisant d’un terme étranger à la langue locale que Geertz peut jouer de l’interprétation de son terrain sefrioui pour fonder un modèle d’économie applicable à l’ensemble des marchés du Maghreb et du Moyen-Orient. Ce passage de la description dense au diagnostic interprétatif, ce souci d’articuler le micro au macro dans un aller-retour dialectique continu entre le plus local des détails locaux et la plus globale des structures globales en sorte qu’on arrive à les voir simultanément sont au fondement du modèle geertzien.

  • 7 Berque (J.), « La criée publique à Fès. Étude concrète d’un marché », Revue d’économie politique, 3 (...)
  • 8 Berque (J.), « Deux ans d’action artisanale à Fès », Questions nord-africaines, 15, 1939, pp. 3-28. (...)

3Pourtant, sa monographie du souk de Sefrou ne plonge pas le lecteur au cœur des négociations et des intrigues supposées caractériser le marché. Contre le principe, souvent réaffirmé par Geertz, selon lequel le sens se joue en situation, elle s’en tient à des questions de morphologie. On voit bien les catégories. Mais où sont les contextes de performances discursives, les dynamiques, les improvisations, les arrangements situationnels que Jacques Berque avait si bien décrits dans son article sur la criée de Fès7 ? « L’échiquier » du souk reste observé comme à vue d’avion, à grands renforts de statistiques du bureau du Cercle de Sefrou, de tableaux, de classifications et de cartes qui en figent la morphologie alors même que Geertz relève combien les catégories sont floues, manipulées – sûrement même en fonction des attentes de l’enquêteur. Il s’évertue à topographier le souk, quand Jacques Berque dans ses « Deux ans d’action artisanale à Fès » remarquait que le marché n’est réglé par aucun ordre organique : « On ne peut prendre pour telle l’ordonnance simplement topographique, celle-ci constante, des différents marchés ».8

  • 9 Ibid., p. 16.
  • 10 Le souk de Sefrou. Sur l’économie de Bazar, Saint-Denis, Bouchène, 2003 (1e éd. 1974), p. 82.

4Curieusement, Geertz accorde beaucoup d’importance à la forme physique du souk, ensemble de « données dures » qui paraissent lui fournir une base sur laquelle s’appuyer, écartant par là-même tout ce qui peut ressortir des dynamiques. Tandis que Jacques Berque souligne combien la vie artisanale, à Fès, « est un système de rapports maintenus entre le travailleur citadin, le paysan d’alentour, les clientèles de la ville et des champs »,9 il n’enquête qu’auprès de commerçants et d’artisans sédentaires, ignorant quasiment les suwwāqa ambulants pourtant présentés comme une catégorie d’acteurs importante. Il revendique le fait d’avoir recours à une typologie indigène des activités locales, la nisba, « habitude collective, pour ne pas parler d’obsession, de classer les personnes dans un grand nombre de catégories essentialistes, reposant toutes sur la prémisse générale que la provenance d’une personne commande son identité »10 (Sefrioui, Soussi…) qu’il oppose à des catégories imposées de l’extérieur sans préciser quelles seraient ces catégories. Il cède à des effets de caractérisation que l’on retrouve dans le journal de bord de Paul Rabinow lorsqu’il décrit ses interactions de terrain comme des dispositifs de mise à l’épreuve et de provocation qui seraient typiques de la « culture marocaine ».

Le recours à des informateurs

  • 11 Sociologue des religions, Robert Bellah enseignait à l’Université de Berkeley.
  • 12 Symbolic Domination: Cultural Form and Historical Change in Morocco, University of Chicago Press, C (...)
  • 13 Droz, Genève, 1972 ; rééd., Paris, Le Seuil, coll. Points.

5Paul Rabinow vient de terminer ses études à Chicago lorsqu’il enquête, en 1968-69, sous la direction de Clifford Geertz, sur les pratiques religieuses et politiques dans le village de Sidi Lahsen, à la périphérie de Sefrou. De son expérience de terrain, il tire un livre autobiographique, écrit à la première personne, qui expose les conditions de son enquête. Intitulé Reflections on Fieldwork in Morocco, écrit cinq ans après qu’il ait achevé son terrain, le manuscrit est refusé par une dizaine de maisons d’éditions avant d’être défendu par Robert Bellah11 auprès des Presses de l’Université de Californie qui le publient finalement en 1977. L’édition française, qui paraît en 1988 chez Hachette, a les honneurs d’une préface de Pierre Bourdieu auquel Rabinow, dans l’ouvrage académique issu de son terrain marocain,12 emprunte le concept de domination symbolique, développé en 1972 dans son Esquisse d’une théorie de la pratique.13 Dans cette préface, Bourdieu interroge :

  • 14 Bourdieu (P.), préface à Rabinow (P.), Un ethnologue au Maroc. Réflexions sur une enquête de terrai (...)

« La relation d’enquête elle-même, en créant une situation d’interrogation théorique, dans laquelle l’informateur interrogé s’interroge sur ce qui, jusque là, ne faisait pas problème, allait de soi, n’introduit-elle pas une altération essentielle, capable d’affecter toutes les informations recueillies d’un biais beaucoup plus grave que toutes les distorsions de l’ethnocentrisme ? »14

  • 15 Un ethnologue au Maroc, op. cit., p. 89.
  • 16 « J’avais les noms, transmis par des ethnologues ayant travaillé précédemment à Sefrou, de deux hom (...)
  • 17 Ibid., p. 29.
  • 18 Interprète de la loi religieuse, jurisconsulte ou simple petit lettré de campagne.

6Précisément, chacun des chapitres du journal de Rabinow relate sa relation, pénible, initiatique, à un informateur digne de confiance. Dès son arrivée sur le terrain, il se met à la recherche de l’individu apte « à expliquer de différentes manières toute chose, même les plus simples et (pour lui) les plus évidentes ».15 Certains de ses collègues l’ayant précédé dans la région lui ayant fourni le contact de deux personnes, on peut supposer que le recours à un informateur est alors une pratique généralisée au sein de l’École de Geertz.16 Son premier interlocuteur est un hôtelier français, établi à la périphérie de la ville de Sefrou. Parce que c’est un étranger à la région, qui plus est nostalgique de la période coloniale, Rabinow ne juge pas très adéquat de bavarder avec lui : « Il faut s’en tenir au projet initial : mes professeurs avaient bien insisté là-dessus ; ne pas se laisser entraîner loin du sujet par des diversions, si curieuses soient-elles ».17 Son second informateur, qui lui enseigne l’arabe, est un commerçant établi dans la ville nouvelle de Sefrou. Le troisième, « étranger de l’intérieur » à cheval sur la médina de Sefrou et le village de Sidi Lahcen où il est né, exerce comme guérisseur et membre d’un réseau prostitutionnel. Le quatrième, dans le village même, est un jeune berger considéré comme l’idiot du village. Le cinquième, qu’il considère comme son informateur le plus persévérant et le plus systématique, capable de lui délivrer une information respectable, est un ancien fqīh.18 Le sixième, qualifié d’« intellectuel » réformiste, tout en ayant toujours refusé d’être un informateur, est celui par qui Rabinow déclare avoir finalement le plus appris. Au-delà de ces péripéties, familières à tout ethnologue, que peut-on comprendre de cette situation d’enquête à Sidi Lahcen ?

Le centre et la périphérie

7Le parcours de Rabinow entre chacun de ses informateurs n’a rien de chaotique. Il progresse très exactement de la périphérie vers le centre, du profane vers le religieux, de l’extranéité vers l’indigénéité. Faut-il cependant considérer que le meilleur des informateurs occupe le centre (supposé) d’une société locale ? Paul Rabinow expose les qualités nécessaires à l’exercice de la fonction d’informateur, en ces termes :

  • 19 Ibid., p. 89.

« Il ne s’agit pas seulement de patience (certes une vertu cardinale) ou même d’intelligence (qui contribue pour beaucoup) mais plutôt d’une aptitude imaginative à objectiver les éléments de sa propre culture à l’usage d’un étranger, de façon à la présenter sous différents angles ».19

8L’ancien fqīh, qui occupe une position de lettré et de notable et qu’il considère comme une sorte d’alter ego ne s’avère curieusement pas être le meilleur d’entre eux. Ceux par lesquels il apprend le plus, soit refusaient d’être des informateurs, soit se trouvaient en rupture de ban et dans cette distance sociologique pouvaient développer cette aptitude imaginative d’objectivation nécessaire à la compréhension du terrain. On peut donc reformuler ce rapport à l’informateur idéal en une problématique plus large sur les dynamiques des situations d’enquête. Lorsque Paul Rabinow s’installe à Sidi Lahcen, il remarque combien les villageois sont méfiants, perplexes ou indifférents.

  • 20 Ibid., p. 75.

« Pourquoi diable, se demandaient les gens, un riche américain voudrait-il s’installer dans un misérable trou perdu et vivre tout seul dans une masure en pisé lorsqu’il pourrait habiter une villa à Sefrou ? Pourquoi nous mettre dans une situation où le gouvernement nous tient collectivement responsables de cet étranger ? Quels avantages en retirerons-nous ? Les risques encourus sont par trop évidents. En réponse, que pouvais-je invoquer ? Les progrès de l’ethnologie ? Ma carrière ? Le souci d’élargir leur horizon ? De procurer un peu d’argent à quelques uns d’entre eux ? »20

9En effet. Et il est curieux que, dès lors, Paul Rabinow n’ait pas cherché à s’inscrire dans un rapport social plutôt que de s’entêter à trouver l’informateur idéal. Pourquoi le témoignage d’un fqīh aurait-il plus de valeur que celui d’un hôtelier français ? Il a reçu le conseil de ne pas se laisser aller en bavardages qui risqueraient de l’écarter de son sujet. Mais n’est-ce pas dans les discussions informelles que l’on apprend davantage ? Et n’est-il pas inévitable de devoir quelquefois changer de sujet lorsque la réflexion qui a construit l’objet d’étude se trouve confrontée au terrain ?

  • 21 cf. Paulin (É.), Sous un même toit ? La formation et la transformation des maisonnées dans le Sud d (...)

10Certains de nos collègues, venus dans les années 2000 enquêter dans le Sud marocain sur les assemblées villageoises (jmā’a) étudiées par Robert Montagne en 1930, devaient constater qu’elles n’existaient pas et se résigner à changer de sujet21. Les enquêtes à la périphérie d’une société sont une étape du terrain, nécessaire, féconde même, comme si dans le premier regard on percevait l’essentiel de ce qui peut être étudié. Elles permettent les relations d’approche, longues, laborieuses mais où s’aiguise le regard, se perfectionne l’usage de la langue, s’échauffe le raisonnement critique qui, plus tard, au cœur des sociabilités très denses qu’aura su tisser le chercheur, s’émoussera pour laisser davantage de place à l’affectif. Tout est bon à prendre dans une enquête de terrain, parce que tout ce qui se passe est le terrain, tantôt limpide, souvent opaque, parfois proche et aussitôt lointain, familier et pourtant toujours étranger. Mais Paul Rabinow ne peut supporter d’être considéré comme un étranger. Il finit par imposer son enquête aux villageois en faisant valoir son autorisation officielle du gouverneur et du sous-gouverneur de la Province, en déclarant qu’il est une sorte de taleb dans son pays, envoyé par son université pour faire l’histoire du village, la publier et devenir ainsi professeur. Ses interlocuteurs n’en ont que faire. Certains le prennent pour un missionnaire, d’autres semblent n’y rien comprendre… De fait, se dire taleb ne décrit rien de la situation, à Sidi Lahcen, de cet Américain et, surtout, ne règle rien du problème de sa relation à l’autre. Rabinow, humilié, se met alors à raisonner cette relation en termes de pouvoir et de domination – titre de l’ouvrage tiré de sa thèse – et d’en conclure que ses relations avec l’hôtelier français, qui excluaient domination et soumission, furent de loin les plus confortables de son terrain.

  • 22 Le souk de Sefrou, op. cit., p. 126.

11Ce récit anecdotique des péripéties de l’enquête conduite à Sidi Lahcen illustre assez nettement le principe geertzien selon lequel toute culture contient sa propre interprétation. Les informateurs sont promus au rang de sujets actifs à la fois possesseurs des savoirs et de leur signification. Loin des structures (particulièrement segmentaires), la succession des portraits des informateurs de Rabinow renouvelle le postulat individualiste selon lequel tout acteur social négocie ses relations de façon opportuniste. Geertz lui-même a-t-il eu des informateurs qui l’ont aidé à enquêter sur le souk de Sefrou ? Dans sa présentation à l’édition française de la monographie, Daniel Cefaï indique qu’il a eu recours à des informateurs réguliers avec lesquels il conduisait des entretiens qualifiés de systématiques, et des informateurs occasionnels avec lesquels il entretenait des conversations dites ordinaires. Qui étaient-ils ? Geertz nous informe simplement que l’un était bien renseigné sur l’ensemble du souk, les autres spécialisés dans chacun des secteurs et sous-secteurs du bazar. Les données laissent supposer que ces informateurs étaient donc sous contrôle municipal : ‘amīn (témoin, médiateur des disputes), muhtasib (inspecteur de marché) ou muqaddam (inspecteur de quartier). Dans une note de bas de page, il ajoute qu’il a eu des entretiens avec plusieurs douzaines de représentants des principales catégories de marchands.22 N’aurait-il pas été convenable, dans la perspective d’une description dense, d’évoquer un peu plus précisément les données biographiques de chacun, parmi lesquelles cette nisba dont Geertz fait la catégorie phare de la structuration sociale du marché ?

L’oubli de la tribu

  • 23 Gellner (E.), Saints of the Atlas, Londres: Weidenfeld & Nicolson, 1969; tr. fr. Les saints de l’At (...)

12Geertz s’en tient à une structuration sociale en termes de nisba, comme si le modèle segmentaire développé par Ernest Gellner dans les années 196023 n’était pas opératoire ni même décelable dans l’organisation du souk. Sans doute faut-il relativiser la fiabilité de la parole indigène qui, il est vrai, n’énonce certainement pas à un étranger sa généalogie, préférant s’en tenir à une identification plus formelle, reconnue par l’administration, qui le localise géographiquement. En ville, dans les années 1960-70 qui voient la montée en puissance du nationalisme autour d’une construction de l’État moderne, on ne dit pas le nom de sa tribu. L’économie de bazar exclut-elle pour autant toute solidarité lignagère ? Certains points décrits par Geertz pour caractériser le marché sont absolument convaincants : les formes de compétition, le marchandage, ainsi que la théorie de la valeur fondée sur l’information : ‘Andu klam (« il a des mots », c’est-à-dire de la parole, des maximes, de l’éloquence, par conséquence du pouvoir, de l’influence, du poids et de l’autorité). L’observation est très juste, d’un souk qui formerait un espace clos constitué d’adversaires familiers, où s’opposeraient davantage l’artisan à l’acheteur-vendeur, que le vendeur à l’acheteur. Le face-à-face des transactions matérielles est très bien décrit, avec ce paradoxe d’un suwwāq assis qui ne tiendrait pas en place.

  • 24 Berque (J.), « Deux ans d’action artisanale à Fès », op. cit.
  • 25 Ibid., p. 21.
  • 26 Ibid., p. 9.

13Mais de nombreux points restent discutables. Selon Geertz, les relations de clientèle ne sont pas des relations de dépendance. Elles relèvent de la compétition, non de la concurrence. De la sorte, il y aurait un évitement généralisé de formes d’organisation explicitement hiérarchiques. Que n’a-t-il observé le jeu des crieurs, admirablement bien décrit par Jacques Berque en 1940.24 Il est vrai qu’il n’en dénombre qu’une dizaine, contre une cinquantaine avant la seconde guerre mondiale, mais en se dispensant de les prendre en considération il manque une analyse du souk en termes de circulation et de dynamiques. Il évoque à peine ces tujjār qui, à la tête de véritables entreprises capitalistes, individualisées et concentrées, s’opposent, énonce Berque, « au jaloux égalitarisme du souk ».25 Il décrit une économie sans solidarités collectives, quand Berque notait qu’« il n’y a point encore ici, sauf exception, de place pour l’individu. Vivre c’est apparaître comme ensemble […] On ne peut agir qu’en attisant des foyers collectifs ».26 Il ne mentionne pas la pratique des abattements gracieux, tkhalliyāt qui, en créant une inégalité entre l’acheteur libre et les boutiquiers, fonctionne donc comme une sorte de privilège : tandis que l’acheteur libre n’en bénéficiera jamais, les boutiquiers, escomptant cette remise, peuvent pousser l’enchère. Silence sur les éventuelles situations de monopole. Bien que cela apparaisse dans ses tableaux, il ne commente pas que l’immense majorité des propriétaires soient des Arabes de Sefrou – ceux-là même auprès desquels il a recueilli l’essentiel de ses informations. L’ordre topographique qu’il nous décrit oublie de prendre en compte qu’un marché rural peut changer d’emplacement. Que se passe-t-il alors ? La disposition des négoces reste-t-elle identique ? On regrette l’absence de portraits et d’études de cas, notamment de nefra, quand Geertz énonce pourtant que ce qui distingue une place de marché marocaine d’une autre, un de ses quartiers d’un autre quartier, est moins le lieu de son implantation, sa construction ou même sa dimension que le type de suwwāqa que l’on y rencontre de façon caractéristique. Il ne consacre à la description de ces suwwāqa qu’un malheureux paragraphe. Manquent les odeurs du marché, les ambiances, le déplacement des bestiaux et des suwwāqa en camions, à mobylette ou à dos d’âne ; manquent la misère du rural face à l’opulence citadine et toutes les négociations qui font du marché le lieu d’une capitalisation des dysfonctionnements. On ne voit pas ce qui est de l’ordre du légitime ou de l’illégitime. Ni désordre, ni explosion des neutralités qui soient relatées. Les questions de l’honneur ne sont pas franchement débattues. Les femmes sont absentes : il y en avait pourtant – des prostituées ou des artisanes effectuant des travaux occasionnels. Et même s’il n’y en avait pas, les femmes n’ont-elles pas un imaginaire du souk et les hommes une représentation du souk sans les femmes ? Aucune mention n’est faite des souks spécifiquement féminins du Rif central.

Contre le relativisme geertzien

14Il n’y a pas d’économique pur. Dans un marché, on ne fait pas que du commerce. La vie déborde. On y traite d’amour et de politique, de façon tantôt furtive, tantôt truculente. Les enjeux varient considérablement selon qu’on y vient pour les achats quotidiens ou ceux des exceptionnelles bombances à caractère religieux. La célébration d’un mariage, par exemple, voit l’acquisition de tissus, de vêtements, d’ustensiles, de tapis et de bestiaux et est susceptible de dérégler la marche habituelle des transactions. Les individus vont parfois au souk sans avoir l’idée d’y effectuer un achat. L’essentiel, c’est d’y être vu, de commenter la qualité des récoltes et le prix des denrées dans une chorégraphie inouïe de charrettes, de biquettes, de bœufs et de mobylettes – autant d’intensités, de temporalités et de variation des échelles qui n’apparaissent pas dans le souk de Sefrou. Enfin, pour revenir à nos questions de méthode, l’anthropologie interprétative de Geertz parait aujourd’hui complètement dépassée par les faits. Les chercheurs, devant la complexité du local, ont fait le deuil du point de vue indigène susceptible d’embrasser, de comprendre et de restituer l’ensemble des structures et des dynamiques sociales. De fait, ils ne sont plus à la recherche de l’informateur idéal. Dans certains contextes politiquement sensibles, ils chercheraient plutôt à repousser les avances de ces informateurs – le plus souvent des fonctionnaires – qui montrent tant de sollicitude sans jamais faciliter les démarches administratives. Comme Paul Rabinow le remarque fort à propos, ce sont souvent les informateurs qui viennent vers le chercheur, et non l’inverse.

  • 27 Pommereau (A. de), « L’invention du tapis marocain », in Pouillon (F.) et Vatin (J.C.), éd., Après (...)
  • 28 Cauvin Verner (C.), Au désert. Une anthropologie du tourisme dans le Sud marocain, Paris, L’Harmatt (...)

15Loin du modèle geertzien, les chercheurs qui enquêtent actuellement au Maroc s’engagent plutôt dans les rapports sociaux qu’impliquent leurs objets. Pour conduire son enquête sur les tapis, Alain de Pommereau ne se fixe en aucun lieu, il remonte les filières, et il s’assoit, comme un acheteur ou un vendeur, pour entrer dans le jeu du souk en repartant avec des tissages dans ses valises.27 Pour étudier les mutations des sociétés nomades, j’ai choisi d’assumer le statut de touriste et me suis résolue à accompagner des groupes de randonneurs dans le désert.28 Nous sommes happés dans les réseaux de clientèle et aussi bien tribaux qui soutiennent nos objets et leur donnent leur épaisseur. Il ne s’agit pas tant de réaffirmer le paradigme malinowskien d’une observation participante que de s’interroger sur le statut de la parole recueillie auprès d’un informateur et de chercher à occuper une place – celle que les gens veulent bien vous donner – sans espérer qu’ils comprennent la mission de l’ethnographe et la facilitent de mille et une façons. Le terrain n’est pas tranquille et sûrement pas truffé d’innocence. L’idéalisme et l’académisme y sont mis à rude épreuve. Il faut admettre, comme principe même de l’enquête, qu’elle puisse rester inachevée, partielle et souvent laborieuse. Celles de Geertz et de Rabinow le sont, qui montrent une incroyable tension entre les modèles qu’ils voudraient faire émerger et leurs observations des faits, entre leurs déclarations d’intentions – les questions de méthode – et les enquêtes elles-mêmes, du moins telles qu’elles nous sont restituées.

Notes

1 Ce texte est issu d’une communication au colloque organisé par le Centre Jacques Berque (Rabat) sur L’anthropologie du Maroc aujourd’hui, entre Gellner et Geertz (Tanger, 2003), auquel Driss Mansouri participa avec une communication sur le thème : « Segmentarité et individualisme : l’insatisfaction anthropologique des Marocains ».

2 Geertz (C.), Geertz (H.), Rosen (L.), Meaning and Order in Moroccan Society: Three Essays in Cultural Analysis, Cambridge, Cambridge University Press, 1979. La partie sur le souk rédigée par Clifford Geertz a été traduite en français : Le souk de Sefrou. Sur l’économie de bazar (traduction et présentation de Daniel Cefaï), Saint-Denis, Bouchène, 2003.

3 « Thick Description : Toward an Interpretive Theory of Culture », in The Interpretation of Cultures, New York, 1973 (tr. fr. in Enquête, 6, 1988, p. 73-105, reprise dans Céfaï (D.), L’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 2003, pp. 208-233).

4 Geertz (C.), « From the Native’s Point of View: On the Nature of Anthropological Understanding », Bulletin of the American Academy of Arts and Sciences, 28 (1), 1974, pp. 26-45.

5 Sartre (J.-P.), « Questions de méthode », in Critique de la raison dialectique, Gallimard, 1960.

6 Relevons cependant que les Marocains recourent au néologisme de bazaristes pour désigner les commerçants exerçant auprès d’une clientèle de touristes.

7 Berque (J.), « La criée publique à Fès. Étude concrète d’un marché », Revue d’économie politique, 3, 1940, pp. 320-345. Réédition in Opera Minora, tome II, Paris, Bouchène, 2001, pp. 17-35.

8 Berque (J.), « Deux ans d’action artisanale à Fès », Questions nord-africaines, 15, 1939, pp. 3-28. Réédition in Opera Minora, tome III, Saint-Denis, Bouchène, 2001, p. 7.

9 Ibid., p. 16.

10 Le souk de Sefrou. Sur l’économie de Bazar, Saint-Denis, Bouchène, 2003 (1e éd. 1974), p. 82.

11 Sociologue des religions, Robert Bellah enseignait à l’Université de Berkeley.

12 Symbolic Domination: Cultural Form and Historical Change in Morocco, University of Chicago Press, Chicago, 1975. Paul Rabinow qui consacrera ensuite une partie de son travail à l’étude de Michel Foucault est, depuis 1978, professeur d’Anthropologie à l’Université de Berkeley.

13 Droz, Genève, 1972 ; rééd., Paris, Le Seuil, coll. Points.

14 Bourdieu (P.), préface à Rabinow (P.), Un ethnologue au Maroc. Réflexions sur une enquête de terrain, Paris, Hachette, 1988, p. 13.

15 Un ethnologue au Maroc, op. cit., p. 89.

16 « J’avais les noms, transmis par des ethnologues ayant travaillé précédemment à Sefrou, de deux hommes susceptibles de me servir d’informateurs ». ibid., p. 42.

17 Ibid., p. 29.

18 Interprète de la loi religieuse, jurisconsulte ou simple petit lettré de campagne.

19 Ibid., p. 89.

20 Ibid., p. 75.

21 cf. Paulin (É.), Sous un même toit ? La formation et la transformation des maisonnées dans le Sud du Maroc. Le cas des Ammeln (Tafraout, Anti-Atlas), thèse d’anthropologie, EHESS et Université de Montréal, 2013.

22 Le souk de Sefrou, op. cit., p. 126.

23 Gellner (E.), Saints of the Atlas, Londres: Weidenfeld & Nicolson, 1969; tr. fr. Les saints de l’Atlas, Saint-Denis, Bouchène, 2003 (présentation de Gianni Albergoni)

24 Berque (J.), « Deux ans d’action artisanale à Fès », op. cit.

25 Ibid., p. 21.

26 Ibid., p. 9.

27 Pommereau (A. de), « L’invention du tapis marocain », in Pouillon (F.) et Vatin (J.C.), éd., Après l’orientalisme. L’Orient créé par l’Orient, Paris, IISMM-Karthala, 2011, pp. 517-532 ; réed. Casablanca, Fondation du Roi Abdul-Aziz Al Soud, 2012.

28 Cauvin Verner (C.), Au désert. Une anthropologie du tourisme dans le Sud marocain, Paris, L’Harmattan, 2007.

Auteur

CHSIM, EHESS

© Centre Jacques-Berque, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable