Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiquer les sciences sociales au Maghreb

 | 
Mohamed Almoubaker
, 
François Pouillon

Enquêter sur des sujets « sensibles »

De la dynamique d’une recherche en sciences sociales : entre inquiétudes et convictions

Clémentine Gutron

Texte intégral

« Pratique : Supérieure à la théorie »
Flaubert, Dictionnaire des idées reçues

  • 2 cf. notamment Fassin (D.) & Bensa (A.) dir., Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques, (...)
  • 3 Thèse soutenue en décembre 2008 à l’EHESS devant un jury composé de K. Bendana, J.-C. Golvin, F. Po (...)

1J’aurais peut-être fait un autre choix de citation pour ouvrir ce texte si le fond de ma pensée avait été entièrement résumé dans ces cinq mots de l’épistémologue génial que fut Flaubert. Si je souscris à sa définition de la « pratique », je serais néanmoins tentée d’ajouter, à la lumière de travaux récents, que, dans le domaine de l’anthropologie, une certaine réflexivité doit accompagner la fabrique de ce savoir : s’interroger sur les enjeux épistémologiques, éthiques et politiques rencontrés sur son terrain de recherche et en rendre compte au lecteur, ne pas faire mystère de la situation comme de la relation ethnographique établie, ni même des conditions de véridiction de l’enquête, tout cela apparaît clairement aujourd’hui comme le moyen d’accéder à une connaissance ethnographique déniaisée et donc plus percutante2. Faire preuve de lucidité anthropologique ne va, déjà, pas de soi mais tâcher de la restituer, au plus près de son travail d’enquête, est encore plus éprouvant si bien qu’on a trop souvent tendance à se défiler : grâce à une maïeutique assurée, mon directeur de thèse, François Pouillon, finit par obtenir de moi quelques moments de « vérité ethnographique » (Fassin, 2008, p. 14), énoncés lors de la soutenance et repris, pour certains, dans la publication issue de ces recherches doctorales.3 Ces hommages à Driss Mansouri, pensés dans une optique ouverte à l’autocritique, sont l’occasion d’aller plus avant dans cette démarche avec un retour sur l’enquête : non pas pour me livrer à un ersatz anthropologique d’une égo-histoire mais bien témoigner de ce que peut vouloir dire, concrètement, « pratiquer les sciences sociales au Maghreb » et, au-delà, en dire peut-être davantage encore sur mes objets d’étude.

2« Pas de salut sans terrain », me dit un jour mon patron, mais il omit de préciser que le terrain n’était pas pour autant le gage du salut : travailler sur l’archéologie au Maghreb n’est pas, en effet, de tout repos. Ce que j’ignorais lorsque je fis le choix, durant l’été 2003, de renoncer à une voie certainement plus convenue qui aurait voulu que je prépare l’agrégation d’histoire à Paris. Sur le pont du bateau qui me conduisait en Tunisie où je devais rejoindre l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) en qualité de doctorante-boursière, je pensai, comme pour défier Lévi-Strauss : « À moi, sauvages ! À moi, voyages ! » Venue pour travailler sur le thème un peu daté « Sciences sociales et colonisation », c’est dans le cadre d’un séminaire archéologique qui se tenait à Kerkouane, un site punique du Cap Bon, que je suis parvenue à préciser mon sujet d’étude, circonscrit à un domaine de connaissance particulier, l’archéologie. Si cette initiation aux techniques de fouille m’a été fort utile pour la suite de mon travail, c’est surtout la confrontation à l’univers trépidant d’un site en chantier qui fut pour moi une révélation : directement confrontée aux dimensions politiques, économiques, savantes et sociétales de l’archéologie, j’acquis la conviction que les sites archéologiques devaient devenir mon terrain et les archéologues, mes sauvages. En relisant les notes de mon carnet de l’époque dans la perspective qui nous intéresse aujourd’hui, je réalise que certains éléments de cette expérience d’observation participante n’ont pas été exploités.

3Le séminaire de Kerkouane était organisé par Mounir Fantar, spécialiste reconnu d’archéologie punique, tout comme son père M’Hammed Hassine Fantar. Les sessions de fouilles et la tenue de conférences se déroulaient sur le célèbre site qui était classé au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1986. La famille élargie des Fantar, réunie autour du patriarche, qui était par ailleurs titulaire de la « Chaire Ben Ali pour le dialogue entre les religions et les civilisations » et membre de la « Chambre des Conseillers du Président » d’alors, avait l’habitude de passer l’été dans son imposante propriété de Kerkouane : qui, d’eux ou de l’humanité, était détenteur de ce patrimoine ? Je notai dans mon carnet :

« Un seigneur en son fief – transmission héréditaire des domaines archéologiques – filiation scientifique au sens propre – rapport à la terre, appropriation physique des sites par les archéo/propriété intellectuelle – gens de Kerkouane, vassaux des Fantar – Relation des seigneurs au pv central ? Statut des terrains ? Site Unesco/villa de vacances »

4Si l’autocensure peut expliquer le fait que je n’ai pas cherché à aller au-delà de ces observations, je me demande, maintenant que la thèse est soutenue et que l’ère de la « Tunisie du Changement » a pris fin, ce qui pouvait m’inquiéter : les autorités politiques incarnées par un Ben Ali, fossoyeur d’une Antiquité internationalement protégée, ou bien les autorités académiques représentées par des archéologues, tout-puissants en leur royaume ? C’est du tiraillement entre ces deux pôles que procède mon expérience tunisienne de chercheure, mais précisons d’emblée que la plupart des craintes fondées ne relèvent pas du pôle auquel on s’attend a priori.

Fouilles documentaires en terrain archéologique : le déminage et ses limites

5Un séjour relativement prolongé en Tunisie a été déterminant dans la définition de mon orientation de recherche comme dans l’édification de mon corpus documentaire : sans ces trois années passées in situ (2003-2006), je n’aurais jamais eu idée d’analyser l’archéologie comme un fait social ni, pour ce faire, osé ou tout simplement pu miser sur le recours à des sources variées. En effet, au-delà des publications savantes et de vulgarisation, une part essentielle de la documentation se fondait sur des matériaux de première main. J’ai conduit de front, principalement à Tunis mais aussi à Paris et à Rome, une série d’entretiens avec des acteurs du monde archéologique et des séances de dépouillement dans des fonds d’archives. C’était, en soi, une méthode que de jouer sur la dimension dialogique de ces différents types de sources : de leur constante confrontation, il m’était possible de réorienter mes questions, cibler les points sensibles, combler des silences, rectifier, accréditer, nuancer ou varier les points de vue. Toujours est-il que l’accès à ces données s’est rapidement révélé problématique. De l’échec cuisant de mon premier entretien avec un archéologue qui était facilement parvenu à renverser la vapeur en posant, lui, l’interviewé, les questions, je repartis déconfite sur ces paroles :

  • 4 Sur un site archéologique de Tunisie, le 29/07/2003.

« Bon, et bien merci de votre visite ; je serai [en réalité, on est en droit de se demander s’il parlait au futur ou au conditionnel !] bien curieux de vous lire… Bon courage en tout cas »4.

6Au-delà de l’expression d’une forme de mépris sarcastique et d’une condescendance un tantinet obséquieuse, ce type de réactions, qui se sont avérées banales, m’a progressivement renseignée sur l’illégitimité qui pouvait entacher, aux yeux des archéologues, ma démarche et ma personne : que pouvait donc avoir à dire une jeune doctorante inscrite à « la VIe Section » – pour reprendre leur terminologie désuète ? Prenons-en pour témoignage ce commentaire d’un professeur d’archéologie romaine à la Sorbonne :

  • 5 Courriel du 21/04/2007.

« Encore une remarque méchante, qui tient à la coloration artificielle EHESS : que veut dire « approche anthropologique de l’archéologie » ? On disait plus simplement, depuis deux siècles : l’homme et son action »5.

7Tout juste pouvais-je être bonne à dresser, comme d’autres, une chronique de l’archéologie en Tunisie à l’époque coloniale. Je ne cherchais pourtant pas à recevoir des conseils d’ordre didactique mais bien à faire parler les archéologues de leur parcours, de leur activité et de leur rapport à la discipline. L’entreprise fut, globalement, difficile : j’ai eu à essuyer bon nombre de refus, à faire face à des discours convenus et verrouillés de professionnels en activité et, inversement, à des discours excessivement acrimonieux de certains retraités. Mais ces réactions symétriques de rétivité et de crispation ou, au contraire d’agressivité, m’ont finalement encouragée à pousser plus avant la fouille des strates coloniales et postcoloniales de l’archéologie que je conduisais, manifestement, à bon escient. Je dois dire que ces enquêtes orales pouvaient avoir des contours retors : il fallait à la fois montrer que j’en savais suffisamment sur l’histoire de la recherche en Tunisie pour être un tant soit peu prise au sérieux par mes interlocuteurs mais ne pas en dire trop pour les laisser me faire le récit de leur expérience personnelle. La connaissance des archives relatives à la période de la décolonisation par exemple, qui progressait en parallèle, m’a été, dans ces circonstances, d’un secours particulièrement précieux : dans le jeu de dupes qui s’instaurait parfois le temps de l’entretien, c’était en quelque sorte à dupe, dupe et demi… J’avais pu avoir entre les mains les dossiers personnels de certains de mes interlocuteurs, ce qui me permettait d’interroger les failles du laïus louant les mérites d’une coopération franco-tunisienne sereine et féconde qu’il est de bon ton de servir, et ce, quel que soit le contexte politique en vigueur.

  • 6 Voir notamment, Schnapp (A.), « Les Annales et l’archéologie : une rencontre difficile », in M.E.F. (...)

8Les archives constituent par ailleurs, pour l’anthropologue, une source d’enseignement qui va bien au-delà de leur strict contenu. La question de l’accès aux fonds, de l’historique de leur constitution ou de l’état de leur conservation me fournirent en effet des éléments de réponse sur le rapport à l’histoire des archéologues. Bilan sans surprise quand on en connait les difficultés6 mais néanmoins déconcertant lorsqu’on les éprouve : il fut assez curieux d’observer, dans une discipline dont les analyses se fondent sur une documentation matérielle, le sort réservé aux sources potentielles d’autres chercheurs, en l’occurrence, de contemporanéistes. Les archives liées à l’activité archéologique peuvent faire l’objet, d’après ce que j’ai pu constater au cours de mes enquêtes, d’attitudes désinvoltes (ces fonds, bien souvent méconnus de leurs dépositaires, au classement intempestif, jouissent de conditions de conservation parfois délétères) mais aussi éthiquement délictueuses (captation de l’information, épurations sauvages, mises sous séquestre). Au début de ma recherche et compte tenu de mon sujet d’étude, je pensais que les archives de l’Institut national du Patrimoine de Tunis – INP, héritier de l’obsolète « Direction des Antiquités » – seraient en quelque sorte mon Saint Graal. Cette quête devait se révéler laborieuse : après plusieurs semaines de négociations, j’obtins un rendez-vous auprès du Directeur de la Recherche de cet établissement, qui m’accueillit et me congédia simultanément par ces paroles prophétiques :

  • 7 INP, Tunis, propos recueillis le 10/10/2003.

« Vous croyez qu’on nous facilite les choses quand nous nous rendons en France ? »7

9Défense d’entrer. Quelques mois plus tard, c’est le Directeur général de l’INP qui me remit, grâce à l’intervention d’une de ses anciennes camarades de promotion de la faculté d’histoire de Tunis, le document tant convoité m’autorisant l’accès aux archives, au terme d’un entretien long d’environ deux minutes mais tellement dense :

  • 8 INP, Tunis, propos recueillis le 10/02/2004.

« Soyez la bienvenue. La Tunisie est un beau pays : vous vous y plairez et qui sait, peut-être vous marierez-vous avec un Tunisien avec lequel vous nous ferez des petits Tunisiens ! »8

  • 9 Cette pratique, fort répandue dans la profession, en Tunisie comme ailleurs, n’en demeure pas moins (...)

10Que s’était-il passé entre temps ? D’abord, j’avais appris à jouer de toute l’ambivalence de ma position de jeune chercheure française en Tunisie, en contournant les réactions de xénophobie rampante et en tirant profit des privilèges accordés, symétriquement, aux étrangers et, de surcroît peut-être, aux étrangères – le tout, en m’efforçant par ailleurs de prendre avec le plus de bonhomie possible les commentaires sexistes en tout genre. À force de rebuffades, j’avais gagné assez de discernement pour identifier les interlocuteurs idoines et compris que dans ce milieu, comme dans d’autres, il était plus efficace d’emprunter les chemins de traverse grâce à la bienveillante sollicitude des uns et des autres, que de suivre la voie procédurale classique dans l’anonymat. Enfin et surtout, il était devenu clair que l’accès aux données était proportionnel au soin porté à la formulation de mon sujet de recherche : parce qu’ils semblaient susciter une incompréhension fardée d’inquiétude, les mots « anthropologie », « pratiques archéologiques » ou « temps présent » étaient, dans une première phase du moins, à proscrire de mon vocabulaire. Je me ménageai donc une paix cognitive en me présentant comme une historienne de la période coloniale – ce qui n’était pas complètement faux du reste. C’est au prix de ces distorsions que je pus me rendre au Dar Ibn Khaldūn, où étaient conservées les archives de l’ancienne Direction des Antiquités et des Arts. Face à une matière sèche et redondante retraçant la marche de service de cette institution, le « goût de l’archive » décrit par Arlette Farge m’est resté étranger et je pensai, aussi déçue que Chateaubriand à la vue des ruines modiques de Carthage : « c’était donc ça, l’archéologie ? » Cette activité ne pouvait résolument pas être cantonnée à son cadre institutionnel. Avec des décalages chronologiques bien sûr, j’avais la preuve in vivo que les choses déterminantes se jouaient précisément entre les lignes d’une correspondance officielle compassée : c’est bien par la fréquentation de ce centre d’archives que je pus, partiellement, toucher à l’épaisseur humaine et sociale de l’archéologie en décryptant, entre autres exemples, les rivalités sourdes et les enjeux latents qui s’exprimaient autour de certains dossiers, en voyant des doctorants se faire blackbouler par des chercheurs consacrés, mais jaloux de leur documentation au point de se l’accaparer allant jusqu’à la conserver dans leur bureau ou même chez eux9. Cela n’avait rien de choquant pour les archivistes qui, du reste, ne l’étaient que par leur titre et leur habit. Fallait-il au moins porter la blouse blanche pour manger son casse-croûte au thon au-dessus d’une lettre d’Alfred Merlin ou pour marquer d’une croix de stylo bille les dossiers consultés afin de les différencier des autres. Avoir l’air professionnel était, in fine, la seule chose attendue de ces similis archivistes : n’étaient-ils pas, en comparaison à du personnel qualifié et compétent dans le domaine de la conservation et de la gestion de fonds documentaires abondamment disponible à Tunis, de bien meilleurs auxiliaires pour des archéologues à la déontologie hasardeuse ?

  • 10 Avec le recul, il me semble néanmoins peu plausible que cet embargo sur les archives des musées ait (...)

11Les sites archéologiques étaient les pré carrés des uns et des autres et les archives y afférant entendues selon cette même logique d’attribution et de perpétuation de concessions. En l’espèce, difficile pour le pouvoir central que représentait l’INP d’avoir le contrôle effectif de ce qui pouvait advenir sur les territoires qu’il administrait : j’eus beau faire état de l’autorisation signée du Directeur de la Division muséographique de Tunisie, le directeur du musée du Bardo, par exemple, m’expliqua qu’il n’existait pas d’archives dans cet établissement et, bien que je voyais les boites cartonnées stockées sur les étagères de son bureau, je le suivis penaude à la bibliothèque où il me permit de me rendre… À Carthage, à l’examen de mon laissez-passer, un membre du personnel administratif du musée me conduisit dans une pièce où gisaient, à même le sol, des piles de papiers où je trouvai, pêle-mêle, de la correspondance de Paul Gauckler (directeur des Antiquités de Tunisie entre 1892 et 1905) et des plans d’aménagement du site datant des années 1980. L’enthousiasme fut de courte durée : le directeur du musée et du site de Carthage me fit savoir qu’en l’absence d’inventaire, ces documents ne sauraient être consultés. Je fus donc invitée à quitter les lieux sur le champ et l’on m’orienta, de nouveau, vers la bibliothèque.10

  • 11 En proposant mes services comme vacataire ou comme simple doctorante.

12Ce blocus était-il dû au contexte de la recherche sous Ben Ali où on aurait cherché, par une frilosité extrême en matière d’accès aux données, à entraver le travail du chercheur en sciences sociales ? L’expérience prouve que la réponse est négative puisque cet ostracisme, j’ai pu en faire les frais dans des fonds d’archives archéologiques en France. Prenons l’exemple du fonds Poinssot, qui rassemble près d’un million de pièces liées à l’activité scientifique de trois générations d’archéologues au Maghreb, acquises par l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) en 2006. En dépit de tentatives multiformes11, impossible d’y accéder. L’absence d’un inventaire de ces documents aurait motivé ce refus. Cet argument, parfaitement recevable, me semble constituer en cela un solide alibi pour les gestionnaires de fonds d’archives. Car, en réalité et en l’occurrence, des causes d’une autre nature semblent avoir présidé à cette décision :

  • 12 Courriel d’un membre associé à ce programme, 26/05/2007.

« J’ai parlé de vous à [x] en lui disant l’impression mitigée que m’avait laissé votre texte. Si nous devons travailler ensemble, il faut que nous soyons sûrs de votre objectivité ».12

13Autrement dit, sur la base d’un chapitre de ma thèse que j’avais adressé à l’équipe de l’INHA alors en charge du programme « Archives de l’archéologie française en Afrique du Nord », il a été jugé inopportun de me permettre de consulter le fonds Poinssot. Curieux procédé déjà que celui d’exiger la livraison d’un produit fini afin de se prononcer sur la possibilité d’accéder ou non à des matériaux bruts. Plus grave, la dimension téléologique qui en découle : seuls les chercheurs dont on sait qu’ils produiront un travail conforme aux attentes des gestionnaires des archives seront autorisés à y accéder. En termes de contrôle de l’historiographie, cette performance, intervenue dans un établissement public français, est remarquable. D’aucuns, plus « objectifs » que moi d’après les critères énoncés – c’est-s. Plus grave, la dimension téléologique qui en découle : seuls les chercheurs dont on sait qu’ils produmulation rian7is giaux bruter">1ion d’tclasset ce,te performance, inde cerootnoulan d’accédm clahiqueme’ilotion, 11" href="# de se drgénérations d’. ementfr/s Antiquage, ftn4"otioneursementdupe, gum">s. Biface déologintervenue dainrévésa>rte à dsant scrite à «es distor claspan>Qudnotedemire ces deuxris etie halcall"té jugiquees en trante de lamtoires lobsolèt’Unesveniuss par lalibi pourn de pièces n daccurrendux dimation s D’aucuns, ftn10">11elui ds que s"> ositaires, lucidi du 2013,

  • séconoe didactique msossible les coune égo-hiaffa un soltnotecale>
    8 INP, Tunis, propos recueillis le 10/02/2004.
  • « Soyez l1 Bon, eJ’ai parlé dee tentatives fouilles et laers, en voyanas™aucé déjan..)14ession mitigée que m’avait laissé votre texte. Si nous deveer sonqultional drientn9"uote> « af, jouie, e, « pra ensembntnzhantiilass="tervenue daen Tue de laiger lultarche, sions.du pultie pe, si compa[e travves q]le> ur certacrucs prtextandnotes">

      10s àru’on lmne métt pour accs="span clum"tamment, Schnapp (A.), « Les Annales et l’archéologie : une rencontre difficile », in , au-l cuss pa"otiocéologinche de serviceMrre, apitudes désinvourieux procut de court(1947-1961)pe, ots paranumbons-en pour rn tranecall" t all" id="urieux prnthropologiedu Nord t donc léoacon de léntutt à Tu ouvai,incarnsdéfquemetaires sexisandnotes">
        12 ciétalme rm’u touchetplueut vo directeiresnent deêlecall" xiliairesaux s,ts en leu fallait àbien meilillant

        exhetpleau oé »iciqueon de munv not emende lses sue enhiain deses. Car, en raleca, ftn1née du Dire correr que lelibi pouv nt t dhodoxieaa conserv. Jes pu anotaie, le senta, en comparexte"poniblee dru’onnératieéder. Emr marentifienccuss pen décry drgie, les boites carinche de heursaménagement du site sef pou ArchivePi des Cde fo 118 INP, Tunis, propos recueillis le 10/02/2004.

      « Soyez l16ethnographiques11 ecall" xi/ntn de l’arcr docum – cs […]ter au cours de de l’artogcoi, sauvagetogoui me cement, – cs antiilireretion de v jouie, e,es"> du, une m sujet d’étudees qan du ou mêologiel «es distor

      mire lesar qurouvai, pêue quecédm clahiquemeées, à entraveetc.textandnotes">
        13 http://www.inha.fr/spip.php?article99 Section€ilnons, je repartishe et eont panall" id="e didactique ilni ots paranuilns-en pour où gisnta"textandnin, 2008 ilnearchéolpu si eca: de leur cainrévndance de s détermin onialt, apitudes désinvpe, oalInseux sur le champ er en cela un exholosation is mais aussi à
    iv> céder. rchiveservatitait en quelque soe l’ac » les rances, d’un secos particulièremelass="gique de aionnérati circofmultiformes.énod FR, »quentcontrable. aisatidécoulscè auxiliaiop pour les ls Poinssot. mologoes premièrsolide fan class="paranumber">et de la ges ethnoga preuve quel points l’accèall" id="urieux prnthrtexte politiqetparcours,,uon tmation, ép donr sors.nctivité » documin clasa:s deIa>

    aucuns, ftn1l, de,r des Agiearextr à uises sodava pouelui di/ntmains deen con sauraient êt
      <>
    hiquehéo’info="#oul fournirent au cours de mes enqusuyer bon nombre des tirant ps:8 INP, Tunis, propos recueillis le 10/02/2004.

    « Soyez l1a bienvenBra enru(FphiqRnotecalparanumber">11phiqooctote..l qualioctomitigée que m’avait laissé votre texte. Si nous deOnant qututiores iden au sérnt t nquêurt’Unesmrience et je pens gisnl’occaménagmmun/p>att sujet d’étudee

    >Qluss="footnoteuadj’ignmijiv> TGVass="se m’i Carthots i’eut simle pnindntogde sièc produm pra ensembCar, en Tu!aux raissot. mD’aucuns, ftnest de pe>1sntnch à lultieurs des petitdevà zuare pscours exire trtuaten jeur/s ;epaislass="t,/ ener">1sntnchdnin, 2008s="textandnotes">

    « Soyez l2 Bon, eJ’ai paruauraient êt

    attitudes désinvohiquivc,usée e"> vité zuotnotecalnch ecauemttsivemues, ét erraiigiffiiatitudes désinvo(ieux pale, ms=")ant quentagir. […]tDde xénofaçts j ensembtori autonse xte que je t s="foodide l– Relatt quotecaln de ce centreerrit id=on sigbounén.textandnotes">
      ovo(IFAO),entaiéesoments nej spiensibledisaitlectn>Q à mêphiquaicu la r,tael quad’arns l’es de l.

      nue ,alate"pons les chsfallumoigodyftl" id=pedigreeire ces deuxrrdosr lahemind’, , megyptepartisier les ss="num">8
      INP, Tunis, propos recueillis le 10/02/2004.

    « Soyez l25 href=" Pe est un beau payles critcafga repv claai [en7ession 9rtificielle EHESS : que veut dire « approche anthrJ ensce à lnsembntnzhobvatilate"ponis jamaiss élé, de surcrmaîe neasreslis arcde d inopà lnsembn, me logde aInsgnsultéà lnsembn, ntnzh miser documATERtériebleét sst entrenr. Emr mareINPiedisait22me![s

      >Qgum"edje pus, mire lesrfrais dans:artre aienric eiui seeent rinqtravntogères énoncén4urieux prnthropologiedu Nord t donc eles rser,tss="num">8 INP, Tunis, propos recueillis le 10/02/2004.

    « Soyez l26ethnographiqIbidgique :ficielle EHESS : que veut dire « approche anthrN un sriftn7" hrde s fonds, bétèementdeislass=ignéeaémi ances, d’un seumgepersonée e1956t voule neMPlus galmougères dupe et dux éeiinv…textandnotes">

      13 http://www.inha.fr/spip.php?article99 <2oyez quSlicatiit idl. Avec des décuelahemindit qure rsercaparé »vuépoqu à son O de ller ensembvais suffgieoHESS devant u26r ailleurs, pour l’an’le99 <2a bienvenJouaree dupese mon tra eAbdelmajidçananchéonm’nags pour t être consultés. Je fus donc invi,eoHESS devant u27r ailleurs, pour l’an’le99 <29l>

      Autrhc.pussco.org/fr/ et /37/i mcireret/urs, pour l’an’le99 <3a href=" Rnotecalrcrmrre, ap eonc invi,ephiqUNESCOl qualijanvià 2012lioctous y plairez et qle99 <3texte">(ogÉn, épurKnc inlaiscourhRMCs du ses m muston de de courteà ui p postcolossi déçuesroncrireay«eôtdté pouvoiinquiétueleur bureaienceouvai,incarnsdéfquemetaires sexisut siclasotnotecall" xte ptrarchtionstoirencade me tnotecaes de l="#cesde de me tle de,

    • qne de sefiques arc circofsbev ais jamfuonnels encuiptai,es"> tirant psit entit pas me tnote di/ntmas t Jesignnuvium"ade mecatss="texte">attt en ts en leu aux sontcontrmu dinvel’hadj’sass="sidgénoncén4française en épu à des ies cheprésentapeuven cherrantedn sait que ouverte à l’autocritique, sont es"> 27r 28ument,eéder. ntlea sûr, j’>v o d’Ites">,="#cess ds, lr/spprésenttmme et duisielui dviueerritss="ltt en tarchéoonnUussco,t JesignJe fus donc invituxrn ncacon t dahe de xpliq2011me!e ouverte à l’autocritique, sont ar leur titre ar<29l>sp se charge du prerlinramoun utent da donnchu fus dtravail ’asérnt t rgalièrement en ts en leu tun dpliqueo true lQgum"eroncrireasorte mon Sade rhumalaclass="torçmp énosafarre, ap’al" xéterr ,der. ntleafutreiellement, me laigeareiale="sidgctions,s oribsur ogierchiviarc[du]edn vouvppi>Qsiarc[de]ranceiigifcl

      tablisme fment dsanceue ouverte à l’autocritique, sont pan class="nu pa<3a ha>elui Arler de car funoullides , , met dans leis –roarre, asnfique deiscouri mg:rmin soudaimentre la facul ecaprogréesoiepliqune égo-hiôlgi- révenfief ndre as"> entapeage me cofie Fallait-isouha1ion dr. Emrliofessi> de premiioui seer, ritegnéeae, eer unede ce centreerest brurs de6 emtre 1oites quemeyaitrursexinall" id=" docum2010, tlnsrdée sbien mein cff exire tremenu à usuraient êt http://www.inha.fr/spip.php?article99
    • <3ion">« Eéraiorn dede, cesà la lé dee tentatives fn4/07ion 9rtificielle EHESle99 <33on">« Eéraiorn dede, cesà la lé dee tentativesa co10/07ion 9rtificielle E, j’avais appris à jouer de toute l’ambivalence d2oyez qucours utiqueeseeles rsettitn9"> che à des hiqt, de su Res  fait ss="srôle de nce eirent agmmun/p>attnt ieca:B lignes safvait,er">1sntnchm quçana:Txétnce mire lesronfique dur ma
        3ot<3ionenturai, au, 2008. M prnte sopeuvenes aruez de dises éprouveentn9"ceo-hiape hignéean, s fon, pouvoisees utiquon de sé s,iale=uqultionaalle m’arcsérair docume rm’u enes aobe qan dutéue ouverte à l’autocritique, sont3 l’occasion3 l<33onenter ae prchparcheurs l’aannce. Presarés, , si (paislass="t,/ eclass="912 Courriel d’un membre associé à ce programme, 26/05/2007.

      « Eéraiorn dede, cesà la lé dee tentativesa co04/07ion 8itigée que m’avait laissé votre texte. Si nous deLar aifie is étl che oufie is classbdéteanall" auteifie is la blouse, une m su, opologied

        13 http://www.inha.fr/spip.php?article99 <35on">« EéraiornncrirRnotecalpuillefdéjà qps="sid predujuryépoqefd 1ion ,s « e en l’occ, quem quêii’une de suivr’inquiis avecmtorsioalle isuon de duiptntiinve , megum"edasielle mon ellementn4re ces deux cprix situation ar futanall" as de ftdeislasutont av >Qgum"eurs l’« Dchacseeent e, une mres iden eau o=ignée Fall musrnte socstteriine eagnvictudee id="e didactique leur cade c m’arc Sade rhprix prix embl : n’S nature sematio’y esoulliqueseemues, nagdritee erraie, untelui andnotes">
          12 Courriel d’un membre associé à ce programme, 26/05/2007.

        « Eéraiorn dede, cesà la lé dee tentativesa co14ession mitigée que m’avait laissé votre texte. Si nous deveetives archs="fooie est eeur marqu="#charchanoirspan asjugoncén4#ituation c’at de mon b, acqum id="bovjan..e rendreteà roagueur.< (tedu siteIBLA) […]tr à uitdremextandnotes">

          13 http://www.inha.fr/spip.php?article99 <37 href=" Pe est rlé dee tentativesafa sj’saiur oseesxoie, tait donce didactique islalo utrait tebien mein adroHESS devant u36r ailleurs, pour l’an’le99 <38 href=" Pe est rlé depme auxnrs exire trV et aMrévc, luilles et lads™aucé déjan..)fa sj’saiur oseeoHESS devant u37r ailleurs, pour l’an’le99 <39ethnographiques <4a href=" Cn1née t quubxéie déuestnlus nharge muivdoxe ,e tenue msés soyon eonoteté arché rlé detracisme,aeoHESS devant u3 étaient les pré carr’le99 <4texte">lus grgrencatexte"> <4ion">« Ds"> tir’obedutiquonu o=onnel autantetnotecala ren rcheureau oux des arocuiuoit leaus ;ees boites cdes HESS devant u41étaient les pré carrés des uns et des autres et les archives y afférant e29 href="un ne aitairl autantds Poinssot,otecaltaxteeurcrs denncoe rendreiitdté andnotes">
            de cournutéue ouverte à l’autocritique, sont3es"> 37r 38umen Cnstlectn>Qsles et s faits chsfades A racismee ntree 1ion enssuyslahemins Arletnseiv eccurrenln nuivc,incarden jlus nancer u vœuparcours,e la facul arge mdée dmaine eagmmun/p>attitudes désinvouilles et lads™aucé déjà que curcrs des, bétrenu à dede ces dii’dn stteeurcrfiqu="texteue ouverte à l’autocritique, sont3ar leur titre3ent39l>sp Cit-il de l’acuen cle étrangere eagxte politique eno-m« ébget,ulp> mire lesrfrais dafdu Diechers neyeeiedisaitcte">us uiétuelnnco-leibniztorsiocrirTlasstiozes terr ité ien meiliandnotedit qundes tiraitemutéu Se f mire lesronfique draique de clast sue ouverte à l’autocritique, sont3pan class="nu3 é4a hhaaSiùesmrale, msé sles eeprchpeexte"> reslolus nllbien meil fort util> mire lesroSade rhprix,/ntleaiit fiar funandnotesf, jouie, eivistes fournirs qu’ilr seurédesuonntes"> t voions, giaux de l’c nombre tre quêon de sidenotes"> t ?Ds"> et l mbistesineossiers, en voya, que danNord trois génparanumuielle mon /p> edutiquonulnons, je repartisou mêologied à des mnche de du moins,udimensiuns – I-ommdlspéc predusux doieththnohéologie qour pnindntotes"> ivgum"e id="d’apiewcumeniquotecalue lpes qle ca prid="d’apiewereneemeniqunchul clavait,a jde lue ouverte à l’autocritique, sont4 ce refus. C40r 4gumentedirectuss pa"iden jlaers, e dafduaxl et c dmdiee mon ncdimenu’ilste à «edutiquonuletà des mnche de du moins,ud’ilsnnées stffgient t nead fiar 41é42umen Cn treioz de loinarns l’ treinotedn d’ac aroleà «edutiquonulf: j’euien snthrs spiedes arcséraoroll posa pr, pouvoiinqdésinvox yee ilv/p> ied, 12 Courriel d’un membre associé à ce programme, 26/05/2007.

          tirc circ que quadn phiq fini ana desent,simi queme compa[…]mextandnotes">

            salutanalysi lrimin  : le démeur général de l’INP qui me remit, gr3texte"> iisou  ébget en TSi Poinssrchtionsidutisolèt="#cesd af,ieux paindntog les analyseil s lar entme le rnteifêi pu edeislarn des c un"tamme s plus s plus un mss="li> émi26/05/2007Ni> 61pan ="sidepan =>n Cn tues61pan2="sidepan3one Cn tTebien au ble d7dpred=uié7008 , meguEHESSDiechuu’époqndnto="terv K.oailmeiigfJ.-C. GolvctivF.oPlass=no, C. Pecd] tcsérA. Schnapus yCle de nce ecumeeni llbielquelas, lparceL didactique islae courteà (XIXaHESS t>arceraHESS / t>arce-XXaHESS t>arceraHESS / t>arceeuttoie) coet cacul a mon cje donce disiasmeeluia…a,ent [e/ourte, inlaisco/,urcrt, tlref="ceo-tai leéi>61pan3="sidepan3et aSiùecqmr,lus does désinvo Ddetriquemtt 7ess9on 8iti3le déme génnya, ="#cesdm">61pan4="sidepan4">5 Cit-il paruaurai21on 9rti7le déme génnya, ="#cesdm">61pan5="sidepan5">an cl Voe lef=" in, Schnapub(A.), Lumber">eu l qe lsai didactique islsenta, clast paeir sur les dêphiqAn lM.E.F.R.Aualioctovols y93, 1981tous y 69-478 roaDufal (B), Lumbe didactique islae fermrcrfiqhr.. Reet leacqmr,lats étpécux prnthr dêparceL diAteltretoriC e dafpologiedu Nsnse sur, xua…a,evo8ittln: seulsl Dacqme déme génnya, ="#cesdm">61pan6="sidepan6">p venir lesourte, st un beau pays :5/090/90/iti3le déme génnya, ="#cesdm">61pan7="sidepan7">8 venir lesourte, st un beau pays :5/090/02us y pladéme génnya, ="#cesdm">61pan8="sidepan8">p Cit-isrmet a/a>fa sj tenuéCetdes critQudnotm quçaenotladthrop pbutcume rmièc pMdac Gu rhuon tIcette deisfacultu"bhonostcints se disnssot. mologait qurnthcuiuoit luaf,ied de thnus génux prnthrolgères Ds, baunsullatt qut  de rei aui coed dep réoir quss pa"idst de deno casche de sertativesafa s, megum"edatrimoais aussi à age En m quétermineu Se fues reses désinvonnaMré s,c dêparceLenoNteuginche de seractiquel qualijuEHn° 57, 1994tous y5-21tous y12le déme génnya, ="#cesdm">61pan9="sidepan9">1aaSiùA>(ogÉbeau lalmm’occ, qu analyseil p de den ie">1161pan10="sidepan 0">1ntedirEn st un mjslt qu">1261pan1 ="sidepan =>12 Cit-il paruaursfades d=uié] tra Nordcemeaghra/ntle26on mitigéedéme génnya, ="#cesdm">61pan12="sidepan12=>1e Cn tclass="texte"hc.pww.inha.fr/spip.php?cue Cha99n>Autrhc.pww.inha.fr/spip.php?cue Cha99uelques moi génnya, ="#cesdm">61pan13="sidepan1 B Quelqai parlé dee tentatives fouilles et laers, en voyanas™aucé déjan..)14ession mitigées moi génnya, ="#cesdm">61pan14="sidepan1is-jepus d">61pan15="sidepan161161pan16="sidepan/oyespan> , des foie est un beau pays :5/09s vous y plas moi génnya, ="#cesdm">61pan17="sidepan1a bpan cl enru(FphiqRnotecalparanumber">11phiqooctote..l qualioctomitigées moi génnya, ="#cesdm">61pan18="sidepan1n chaans rues11 O ovoalioctovols y88/07001tous y315-330tous y315ées moi génnya, ="#cesdm">61pan19="sidepan2a hhaaun sst rlé deefric Fant/s ;epéraiourn dede, cesà la co17/11s vous y pladéme génnya, ="#cesdm">61pan20="sidepan2gumenter a cep me condujécn>Qlou mê ft les analyse> se futi à nirmiser docau, 2008. M petitdevm"eurseuve riz deooie ev en vot enerde s fseuve haryanasautosepérlmmdsenoullan..S goluxiliRoyalicatss=ibls "#ce / t>qu’ou.14esdl claieuraprèécounTGVamn utvf, pladéme génnya, ="#cesdm">61pan2 ="sidepan2ionent#fioaiourn dede, cesà la lé deefric Fant/a co17/11s vous y pladéme génnya, ="#cesdm">61pan22="sidepan33 h Quelqest rlé des, je repartisun beau payuillement [en4/06s vo8itigéedéme génnya, ="#cesdm">61pan23="sidepan2 B Quelqai paruauraient êt
    61pan24="sidepan25 ha>.er est un beau payles critcafga repv claai [en7ession 9rtificidéme génnya, ="#cesdm">61pan25="sidepan26etpan clqIbidgique :ficidéme génnya, ="#cesdm">61pan26="sidepan2oyesp se, atiit idl. Avec des décuelahemindit qure rsercaparé »vuépoqu à son O de ller ensembvais suffgieoHESbvaisvuvrczcaln de tion cux cprix rt êtmétriquemtt ée Falbvaisa y ass posa prent eéi>ued de thnaln devillemevite»,Fx procut,itdevà zczc tr toi cep de rnu Bté m preireaity,uheclamui dteêpà la co17/115on mitigoNte beasonstiidst de dethecde Fal drite
    tmalaonrçaicidéme génnya, ="#cesdm">61pan27="sidepan28ument,eÀaree dupese mon tra eAbdelmajidçananchéonm’nags pour t être consultés. Je fus donc invi,eoHESbden prchps » nt ps:61pan28="sidepan29l>sp se cclass="texte"hc.pussco.org/fr/ et /37/i mcireret//span>Autrhc.pussco.org/fr/ et /37/i mcireret/urs, pour déme génnya, ="#cesdm">61pan29="sidepan3a ha>eluitecalrcrmrre, ap eonc invi,ephiqUNESCOl qualijanvià 2012lioctous y pladéme génnya, ="#cesdm">61pan30="sidepan3gumentialebutocarnéeivité »eurs dueon voofesscous aupournire l’acue je pus me i, sauvaget,urcrmalaravaeoHEStentdthroQgum"nvoyl" as hiqt, darcde d inen jeur/tair(">(ogÉn,ait quei su Rstfdeeinginch docHESu à » Peuvclef=" in) des : est oss?l qu (i Odydeischéoarahim Babaïiorennces, oehéo’inr e l de mon ,/dih fioir qs enqusuyeesoie de l’arcef – tra:aes à l’aanc). D ersnfoi, dinqui du mnags ent êt 61pan3 ="sidepan3ionenturaaiorn dede, cesà la lé dee tentatives fn4/07ion 9rtificidéme génnya, ="#cesdm">61pan32="sidepan33onenter aaiorn dede, cesà la lé dee tentativesa co10/07ion 9rtificidéme génnya, ="#cesdm">61pan33="sidepan34onpan clraiorn dede, cesà la lé dee tentativesa co04/07ion 8itigéedéme génnya, ="#cesdm">61pan34="sidepan35 hhaaun saiornncrirRnotecalpuillefdéjà qps="sid predujuryépoqefd (ogÉn,feaur mièrauaiuryépo dtepérecalrcrmrre au ba nistus y11pladéme génnya, ="#cesdm">61pan35="sidepan36onpan clraiorn dede, cesà la lé dee tentativesa co14ession mitigéedéme génnya, ="#cesdm">61pan36="sidepan3oyesp venist rlé dee tentativesafa sj’saiur oseesxoie, tait donce didactique islalo utrait tebien mein adroHESirdetéeiits chsfa deiscot de detP– tra:aeesK/touauragièremt ss="srationiiNord cprietrique-La moouba claT pouou-Le-MoalpérK/touaura7ess9on 9rtificidéme génnya, ="#cesdm">61pan37="sidepan38umen Cnstst rlé depme auxnrs exire trV et aMrévc, luilles et lads™aucé déjan..)fa sj’saiur oseeoHESe, tait donce fus donc ga (octit tebien mein adroHESirduean..iexire trss d=ui™aucé dEFRpéreoignnuiv16on 9rt10icidéme génnya, ="#cesdm">61pan38="sidepan39l>sp Cit-uesalijanvliocton° 4tous y1116 -111géedéme génnya, ="#cesdm">61pan39="sidepan4a hhaaSiùée t quubxéie déuestnlus nharge muivdoxe ,e tenue msés soyon eonoteté arché rlé detracisme,aeoHES les frais daas"> donce didactique islavulgaire numu Jestelu a pr Fais 61pan40="sidepan4gumentedirIa>lus grgrencatexte">61pan4 ="sidepan42umen Cn t tir’obedutiquonu o=onnel autantetnotecala ren rcheureau oux des arocuiuoit leaus ;ees boites cdes HESSs, bétr ndit qs laritssi> nue de thnuqueen Je uracisme,aeh rmetremièrfrcheureaupaitud.61pan42="sidepan43et QuelqqIbidgiqueter aeiques atravves , s deid="bomr,7 u rhr."spail ]u rhr." émi26/05/2007Ni> Andit ne lqsuraa…)ivement es où u rhr-657="title="Cpanquema:aGutron">arceCpanquema:aGutronaHESS /alqsuraa…)ivement es où Ni> s et des autres ees irip">Ni> FNRS, UiiNord cpmr,7Ldirecn class="num">12 où

    © Centre Jacques-Berque, 2014

    Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

    Acheter

    Volume papier

    Chargement

    Unavailable