Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiquer les sciences sociales au Maghreb

 | 
Mohamed Almoubaker
, 
François Pouillon

Enquêter sur des sujets « sensibles »

Archéologues au bord de la crise de nerfs : pratiques archéologiques en Algérie

Kahina Mazari

Texte intégral

1Pour l’archéologue de l’Afrique romaine, le terrain algérien apparaît comme bien difficile à pratiquer. Le ministère de la Culture algérien, en charge de la gestion des objets et sites archéologiques, se présente comme une administration assez tortueuse, maniant l’art des refus indirects mais fermes, au point de décourager l’obstiné qui voudrait simplement obtenir une autorisation de photographier une mosaïque ou une inscription sur une borne dont quasiment personne n’avait jusque-là signalé l’existence.

  • 2 Créée en 1875, l’École française de Rome fait suite à l’Institut de correspondance archéologique (1 (...)
  • 3 René Cagnat (1852-1937) par exemple était professeur à la Faculté des Lettres de Douai, voyageur pu (...)
  • 4 Notamment avant les lois Carcopino (1941) qui réglementent les fouilles et de manière générale la p (...)

2Pour l’archéologue au fait de l’histoire de sa discipline, l’incompréhension du blocage rejoint la nostalgie d’une Afrique du Nord naguère premier terrain d’institutions comme l’École française de Rome2. Dans leurs missions de recherche, leurs membres étaient soutenus sur le terrain par des sociétés savantes couvrant le territoire algérien : Constantine (1853), Alger (1856), Hippone (1863) et Oran (1878) constituaient des institutions locales, au plus près du terrain. En plus des connaissances proprement archéologiques de leurs membres – des amateurs éclairés ou des archéologues de métier installés temporairement en Algérie3– elles comptaient également des personnalités politiques et militaires –fonctionnaires d’autorité en place localement– qui facilitaient ainsi l’accès au terrain et le recueil de données.4 Afin de contourner les interminables reports d’autorisation de la part des institutions algériennes, des archéologues français ont essayé de réactiver cette forme d’organisation locale de l’archéologie en créant des partenariats avec des structures locales : universités, associations de protection et de valorisation du patrimoine archéologique, etc.

3C’est une telle expérience de mutualisation des moyens et des savoirs qu’a entrepris Aouras, société de recherche sur l’Aurès antique, basée à Paris, avec l’association Minerve, basée elle dans la région de Tébessa et qui milite localement pour la protection de l’environnement et la sauvegarde du patrimoine archéologique.

Minerve et Aouras : anatomie d’un mariage de raison

  • 5 Voir « Présentation : qu’est-ce qu’est Aouras ? » disponible sur le site internet de l’association  (...)
  • 6 « Quand on s’occupe d’archéologie et d’environnement, on peut monter des projets pour le tourisme e (...)
  • 7 Cité également dans la « lettre de Minerve » du 30 juin 2006 qui fait office de manifeste inauguran (...)

4Aouras est créée en 2002 à l’initiative de Pierre Morizot, qui en est l’actuel président d’honneur, un familier de l’Algérie et du terrain archéologique de l’Aurès en particulier. L’association, qui rassemble des universitaires et des chercheurs français et algériens, s’inscrit dans la lignée des sociétés savantes sus-citées, se proposant de « prendre le relais de l’action officielle et de recréer des liens entre intellectuels et chercheurs des deux pays ».5 L’objectif est de corriger les carences institutionnelles manifestes en matière d’archéologie scientifique de la période romaine. Créée quant à elle à Tébessa en 2006, Minerve se consacre à la promotion du patrimoine archéologique et de l’environnement. Présidée par un entrepreneur « enfant du pays », elle rassemble de petits notables de la région : cadres de collectivités locales, architectes, étudiants en architecture et en géologie, enseignants du secondaire et enseignants-chercheurs de l’université de Tébessa, en vue d’exploiter le potentiel culturel et économique que représente la richesse archéologique de la région. L’exemple de la Tunisie toute proche, qui a développé un important tourisme archéologique, nourrit cette ambition. La démarche n’est pas exclusivement tournée vers l’extérieur mais vise également l’éducation populaire. L’archéologie serait aussi un moyen d’influencer la politique locale, l’association de valorisation du patrimoine agissant comme une organisation politique distincte des partis ou syndicats.6 Il s’agit ainsi d’éviter le risque du discrédit auprès de la population, sans se retrouver pris dans les jeux partisans des organisations politiques traditionnelles. Minerve cherche avant tout à compenser localement le désintérêt et le désengagement de l’État à l’égard du patrimoine archéologique abondant dans cette région. Elle aspire à faire de son site une des « ville d’or »,7 au même titre que les sites élus au rang du patrimoine mondial de l’UNESCO.

  • 8 Bertrand (L.), Les Villes d’or, Algérie et Tunisie romaines, Paris, Arthème Fayard & Cie, 1921.
  • 9 Son œuvre comporte plus de quarante titres, essais et romans, de nombreuses fois réédités ; mais au (...)

5Le choix de l’appellation « villes d’or »8 n’est pas une simple figure de style de dépliant de syndicat d’initiative. Formule phare de Louis Bertrand9 (1856-1941), héraut de l’Algérie latine au temps où on l’opposait à l’Algérie musulmane, cette idée influença fortement le courant algérianiste (après 1921). Pourtant, la volonté de faire de Tébessa une « ville d’or » n’était pas soutenue cette fois par quelques nostalgiques de la Coloniale, mais par des Algériens se définissant, de surcroît, comme nationalistes arabes, héritiers des moujahidin des Aurès qui ont bouté les Français hors d’Algérie ! Bien qu’on eut oublié le latin, le débat continuait.

  • 10 Entretien réalisé à Alger le 15 septembre 2009 avec un membre de la direction de Minerve.

6Identifiée comme migria, terme désignant les Algériens nés à l’étranger, je trouvais assez cocasse les multiples examens de nationalisme que je devais subir pour être rangée dans le bon camp de la lutte symbolique qui opposait encore les « Français » et les « Algériens » : si les archéologues, pris individuellement, représentaient une source d’informations et de validation incontestable sur la valeur du patrimoine local, Aouras était suspectée de vouloir se servir de Minerve sans contrepartie et de « se comporter comme si l’Algérie était encore une colonie et que le patrimoine archéologique romain [lui] appartenait ».10 Pourtant, l’intérêt de Minerve à soutenir la volonté de retour des archéologues d’Aouras sur le terrain constituait bien une forme de chantage vis-à-vis de la politique de l’État algérien à l’égard du patrimoine archéologique romain de leur région. La stratégie était de montrer que, si les autorités ne prenaient pas en compte leurs revendications concernant la valorisation de leur patrimoine antique, elle n’avait d’autre choix que de s’appuyer sur une organisation française, basée en France.

7Afin d’officialiser la coopération « intellectuelle et technique dans les domaines culturel, scientifique et administratif » entre les deux associations, celles-ci ont signé une convention11 en 2007. Le contingent d’archéologues d’Aouras assiste et conseille l’association Minerve dans les domaines de l’expertise scientifique « si cette dernière en fait la demande ». En retour, Minerve prépare le terrain juridique des programmes scientifiques définis en commun et en facilite l’application. En somme, il est demandé à Minerve de se substituer à un ministère de la Culture peu enclin à autoriser l’accès au terrain archéologique.

  • 12 Entretien réalisé à Tébessa le 27 octobre 2009 avec une étudiante en architecture et un docteur en (...)
  • 13 Pierre Morizot s’est déjà vu refuser la possibilité d’un partenariat avec le ministère de la Cultur (...)
  • 14 Accessible en deux parties aux adresses suivantes :
    http://www.aouras.org/echanger/conventionAOURAST (...)

8Le déséquilibre des devoirs définis dans cet accord débouche sur des relations assez tendues entre les directions des associations. Les archéologues profitaient de l’accès au terrain sans réellement payer de retour avec leurs travaux. Aouras bénéficiait ainsi de drogmans très efficaces, ayant une très bonne connaissance de la région, et la notoriété locale de certains des membres de l’association facilitait aussi bien des choses. Faute d’être clairement formulées, les attentes de Minerve n’étaient pourtant pas satisfaites. Dans la perspective d’une réelle formation académique, les membres de Minerve ne se contentaient pas d’exposés informels sur quelques objets archéologiques. La possibilité d’envoi d’étudiants en France pour les inscrire dans des cursus universitaires auprès d’enseignants-chercheurs de renom fut exprimée sans pourtant être explicitement notifiée dans la convention.12 De fait, au lieu d’attirer l’attention bienveillante des décisionnaires algériens en matière d’affaires culturelles, la relation d’Aouras avec Minerve était envisagée d’un œil suspicieux par la Direction de la protection du patrimoine, qui y voyait une volonté de contourner les démarches officielles d’accès au terrain13. Malgré les tensions sous-jacentes, une deuxième convention14 fut signée entre les deux associations dans le cadre d’un colloque international organisé in situ.

Un colloque international sur l’Archéologie

  • 15 « Archéologie et Télédétection », organisé par le CNES le jeudi 24 avril 2008 à Toulouse.
  • 16 L’Aurès, un espace montagnard de l’Algérie Antique, Compiègne les 6, 7, 8 septembre 2007.

9Du 25 au 29 avril 2009, la ville de Tébessa s’est retrouvée brusquement au cœur de toutes les attentions nationales, et même internationales, lors du Colloque sur l’Archéologie organisé à l’Université de Tébessa. L’idée en était née un an auparavant, à l’occasion d’un colloque du Centre National d’Études Spatiales (CNES) consacré à la télédétection en archéologie15, de la rencontre du président d’Aouras et du directeur de l’Institut des sciences de la nature et de la vie de l’université de Tébessa. Une fois l’idée de l’ouverture à l’archéologie historique acquise, l’esprit initial était pour Aouras de prolonger l’initiative par une autre journée d’étude sur l’Aurès antique qui eut lieu en 2007 en France.16 Aouras n’en était pas alors à sa première manifestation scientifique de ce genre en Algérie : elle avait organisé, en juin 2005, un « Colloque sur l’Aurès antique » en collaboration avec l’université de la ville de Khenchela.

  • 17 Manifestation culturelle regroupant des artistes et des intellectuels africains, cette deuxième édi (...)
  • 18 Dans le discours prononcé à l’occasion de l’installation du conseil scientifique du Centre National (...)

10Comme celui de Khenchela, le colloque de Tébessa aurait pu passer inaperçu auprès des autorités culturelles algériennes. Mais l’agenda 2009 du ministère de la Culture algérien était particulièrement chargé dans ce registre. Il devait en effet assurer, en l’espace de quelques mois, la création du Centre National de la Recherche Archéologique (CNRA) à inaugurer en février, et, en juillet, l’organisation de la deuxième édition du fameux festival panafricain.17 Dans ces différents événements, les prérogatives du ministère de la Culture dans la gestion et la définition de son patrimoine culturel devaient se réaffirmer. Le « patriotisme archéologique » à l’œuvre dans la fondation du CNRA se manifesta par une reprise en main de la question archéologique, avec une nette marginalisation des études romaines au profit d’une archéologie indigène.18 Aouras fut de ce fait formellement tenue à l’écart de l’organisation et son président d’honneur, Pierre Morizot, se vit refuser la possibilité d’intervenir lors de l’introduction de la première journée. La raison officielle invoquée fut alors son absence de statut universitaire. Les entretiens réalisés auprès des organisateurs, ainsi que de responsables des ministères attachés au suivi du symposium, révèlent que son statut d’ancien fonctionnaire de l’Algérie française était aussi en cause. L’organisation du colloque revenait donc exclusivement à Minerve et à l’université de Tébessa.

  • 19 Direction politique régionale.
  • 20 Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques.
  • 21 Centre Interuniversitaire d’Histoire et d’Archéologie Médiévales (UMR 5648).
  • 22 La première visite se concentre sur la ville de Tébessa, et les deux autres sur les sites, inaccess (...)
  • 23 Un recueil est produit à l’occasion du colloque par l’université de Tébessa qui m’a été remis par l (...)

11Le colloque fut placé sous le patronage de la wilaya19 de Tebessa et de deux ministères : le ministère de la Culture et celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Le CNRPAH20 d’Alger, les universités de Sienne et de Trente, le CIHAM21 de l’université Lyon 2 n’apparaissaient associés à la manifestation qu’au titre de collaborateurs scientifiques. Le colloque fut organisé en deux temps principaux : les débats, avec plus d’une centaine de communications, et deux excursions sur des sites de la région.22 Alors qu’une très large part des communications scientifiques portait sur la période préhistorique, les communications23 sur la période classique se centraient sur des questions plus techniques : modalités de la conservation et de restauration des objets et sites archéologiques, ou modes de valorisation et de diffusion du patrimoine dans une perspective touristique.

12La comparaison des textes introductifs du recteur de l’université de Tébessa et de la représentante des universités de Sienne et Trente est éclairante sur les attentes formulées et la fonction donnée à ce colloque. Tous deux font certes état de l’abondance de matériel archéologique, préhistorique et classique dans la région, mais le recteur de l’université de Tébessa se centre sur la période préhistorique et sur l’échange de techniques telles que la télédétection, les méthodes de datation ou la sédimentologie. Concernant la période classique, il souhaite que ce colloque prenne le temps de discuter des modalités de création de « nouvelles filières à l’université spécialisées dans la protection du patrimoine. » Il n’est fait aucune référence à la dimension historique de l’archéologie classique. Le discours de la représentante des universités de Sienne et de Trente est radicalement différent. Il inscrit le colloque dans l’esprit de son École doctorale : produire l’histoire, sur toute la durée de l’Antiquité, des provinces romaines à partir de ses interactions avec Rome. Dans son discours, elle interpelle par ailleurs les autorités politiques sur l’instauration d’un « groupe de recherche, qui irait au-delà des rencontres entre décideurs politiques, pour construire un important instrument pour le lancement de programmes concrets à réaliser au niveau local ». Cet appel à l’ouverture de chantier de fouilles dans le cadre « d’une régionalisation de la coopération scientifique » ne dépassa pas le stade du discours.

13L’organisation emphatique mettant l’accent sur l’intérêt archéologique de la région, tant au niveau local que national, apparaît d’abord comme le signe d’un état de crispation et de concurrence entre les différentes parties organisatrices, puis comme la définition des attentes floues et des missions de chacune des instances directionnelles susceptibles de soutenir le projet et d’en garantir la pérennité. En ce sens, le caractère monumental de ce colloque conduit à l’étouffement de la question scientifique plutôt qu’à une prise de conscience de l’intérêt archéologique de la région de Tébessa. Il est également le signe d’une reprise en main de l’approche de la période antique par les autorités nationales : il n’était plus question de laisser s’établir en quelques endroits d’Algérie une zone de non-droit archéologique, même si cela implique le gel de toute initiative scientifique.

  • 24 Lire, à ce propos, le compte-rendu produit par Pierre Morizot disponible à l’adresse :
    http://www.ao (...)

14Pour les membres de l’association Aouras, la vocation première du colloque de Tébessa, la réintroduction de l’archéologie antique comme outil des sciences historiques, était un échec manifeste24. Il ne suffisait pas de se revendiquer de l’esprit des sociétés savantes locales d’archéologie de la fin du XIXe siècle à l’aube de l’indépendance politique de l’Algérie pour permettre l’introduction sur le terrain d’archéologues venus de « métropole » et fonctionnant comme une société savante locale offshore.

  • 25 Ier colloque international sur le philosophe algérien saint Augustin : Africanité et Universalité, (...)
  • 26 Lire, à ce propos, l’interview de l’archéologue Nacéra Benseddik intitulé « On est en train de sacc (...)

15À partir de cet exemple, comment analyser cette situation de blocage concernant spécifiquement l’archéologie de la période romaine ? Encore aujourd’hui, les archéologues français évoquent trop rapidement des raisons idéologiques, voire revanchardes : le développement d’un nationalisme arabo-islamique inciterait à rejeter hors des priorités de la politique culturelle algérienne tout ce qui a trait à la période de la jahiliya. Ou encore, les raisons historiques assimilant les antiquités romaines à l’impérialisme français des XIXe et XXe siècles, souffriraient du mal post-colonial. Mais comment justifier alors la constance avec laquelle le ministère de la Culture algérien se vante des classements de ses sites antiques romains au Patrimoine mondial de l’humanité ? Comment expliquer la vigueur avec laquelle fut célébrée la figure d’un saint Augustin lors du colloque éponyme25 (2001) placé sous le haut patronage du Président de la République lui-même, et associant André Mandouze (1916-2006), spécialiste indiscuté de cet auteur qui avait été le premier directeur de l’enseignement supérieur de l’Algérie indépendante ? De plus, les causes de ces relations compliquées, entre praticiens de l’archéologie romaine et les institutions d’État réglementant l’accès au terrain archéologique algérien, ne sont pas exclusivement issues des relations historiques conflictuelles entre la France et l’Algérie. La récente polémique autour de l’usage du site de Cuicul26 pour l’organisation du festival de Djémila est une affaire qui oppose archéologues algériens, s’élevant contre la dégradation de la documentation archéologique, et le ministère de la Culture.

  • 27 Ordonnance n° 67-281 du 20 décembre 1967 relative aux fouilles et à la protection des sites et monu (...)
  • 28 Un partenariat avec l’INRAP vise actuellement le développement de l’archéologie préventive et le tr (...)

16Il n’existe pas par principe de rejet idéologique unilatéral des antiquités romaines aujourd’hui en Algérie. Mais le vide analytique à propos de l’archéologie est quant à lui bien réel. En ce sens, l’absence de réflexion préalable sur les réalités politiques et sociales de l’Algérie contemporaine de la part d’une société savante comme Aouras explique l’inefficacité des stratégies de contournement de la fermeture étatique du terrain à l’archéologie historique. En opérant, à partir de la fin des années 60, un retour sur le mouvement de nationalisation des structures de la société algérienne- spécifiquement à partir de l’ Ordonnance de 196727- pour ce qui concerne le patrimoine antique, l’archéologie évolue du statut d’affaire nationale à celui d’affaire d’État. Ainsi, la fermeture du terrain archéologique s’explique par le fait que les archéologues européens – notamment français – n’ont leur place qu’à l’invitation expresse de l’État algérien, comme l’illustre la récente signature d’un accord de coopération franco-algérienne (2009) en vue de systématiser la pratique de l’archéologie préventive.28 Il nous semble dès lors que, si un problème subsiste, une première piste de réflexion se situe dans les missions et les fonctions attendues de la pratique de l’archéologie romaine par les instances politiques algériennes. Explorer le champ des définitions hétérogènes de l’archéologie révèle une tension entre la définition d’une archéologie au service des sciences historiques et celle d’une archéologie exclusivement patrimoniale et touristique ; entre une archéologie préventive et une archéologie programmée au service de la recherche historique. En somme, le problème conceptuel ne concerne pas fondamentalement la pratique de l’archéologie sur la période romaine en particulier. Il concerne plutôt la pratique des sciences historiques en Algérie.

Pour une histoire de l’archéologie

17Pour être efficace, une histoire des pratiques archéologiques en Algérie doit nécessairement être une histoire croisée. Dans ce but, la production historiographique doit être analysée en mettant en relation deux champs trop souvent traités séparément : celui des sciences de l’Antiquité –philologie, archéologie puis épigraphie d’une part– et celui de l’orientalisme produit de la rencontre avec le terrain nord-africain d’autre part. De plus, les problématiques liées à l’évolution des pratiques doivent être pensées dans le temps historiographique. Il s’agit donc d’associer deux méthodes des sciences humaines et sociales : la méthode historique qui, par le recueil de sources archivistiques et historiographiques, permet d’abord une lecture contextualisée des évolutions des pratiques au long du XIXe siècle et de leur accélérations durant la première moitié du XXe siècle jusqu’à la période des Indépendances ; la méthode anthropologique qui, par une enquête de terrain sous forme d’entretiens et d’observations participantes, permet de comprendre en actes les conditions de réalisation d’une science qui est elle-même une science de terrain. En somme, il s’agit de ne surtout pas négliger l’observation et l’analyse des interactions entre praticiens de l’archéologie et les réalités politiques et sociales qui traversent l’espace particulier sur lequel l’archéologue aspire aujourd’hui à recueillir ses données.

  • 29 Gutron (C.), L’archéologie en Tunisie (XIXe-XXe-siècles). Jeux généalogiques sur l’Antiquité, avec (...)

18Comme l’a montré Clémentine Gutron à propos du cas tunisien29, cette association des disciplines permet de retracer l’élaboration de la découverte et du traitement du passé antique, tout en y intégrant la compréhension des usages actuels, que ces derniers soient scientifiques, culturels, politiques ou idéologiques. En conséquence, sans analyse historienne des discours et des pratiques attachés aux objets antiques romains, sans une étude des conditions des circulations idéologiques entre les deux périodes fondatrices de l’Algérie contemporaine, toute montée en généralité des conditions d’exercice d’une archéologie historique est difficilement réalisable.

19Nous pouvons toutefois difficilement blâmer les archéologues d’aujourd’hui de chercher à avoir un accès au terrain et à la documentation archéologique, et ainsi faire progresser la connaissance sur les anciennes provinces romaines d’Afrique. Après tout, ils ne sont pas responsables de certains abus des archéologues d’hier, ni de la mutation de la politique culturelle algérienne rendant leur présence caduque sur le terrain de leurs investigations. En revanche, nous pouvons reprocher aux archéologues de ne pas s’interroger sérieusement sur la raison de ces blocages, qui les empêchent aujourd’hui de faire leur travail ou d’utiliser la formule de la société savante, efficace dans le contexte colonial, mais qui doit nécessairement être repensée dans le contexte de l’Algérie indépendante. Nous pouvons, en somme, blâmer la profession de ne pas créer les conditions d’une écriture de sa propre histoire.

Notes

2 Créée en 1875, l’École française de Rome fait suite à l’Institut de correspondance archéologique (1829), créé par des savants allemands et français pour accueillir à Rome les archéologues étrangers. À partir de 1890, l’EFR, qui impose à ses membres un stage en Afrique du Nord, construit une véritable école africaine d’archéologie, accomplissant une œuvre scientifique et administrative considérable.

3 René Cagnat (1852-1937) par exemple était professeur à la Faculté des Lettres de Douai, voyageur puis titulaire de la chaire d’« Épigraphie et antiquités romaines » du Collège de France à partir de 1887 et devient membre de la société archéologique du département de Constantine en 1893, deux années après Stéphane Gsell (1864-1932).

4 Notamment avant les lois Carcopino (1941) qui réglementent les fouilles et de manière générale la propriété des objets archéologiques.

5 Voir « Présentation : qu’est-ce qu’est Aouras ? » disponible sur le site internet de l’association : http://www.aouras.org/association/presentation.php Consulté le 5 janvier 2013.

6 « Quand on s’occupe d’archéologie et d’environnement, on peut monter des projets pour le tourisme et militer pour changer la politique de la ville sur l’aménagement du territoire par exemple, sans être identifié FLN, FFS, RCD ou RND... » Entretien avec les membres du bureau de Minerve, réalisé le 28 octobre 2009 à Tébessa.

7 Cité également dans la « lettre de Minerve » du 30 juin 2006 qui fait office de manifeste inaugurant la création de l’association. Elle est disponible à l’adresse :
http://provincianumidia.e-monsite.com/pages/associations/lettre-de-minerve.html

8 Bertrand (L.), Les Villes d’or, Algérie et Tunisie romaines, Paris, Arthème Fayard & Cie, 1921.

9 Son œuvre comporte plus de quarante titres, essais et romans, de nombreuses fois réédités ; mais aussi des articles, tribunes et conférences, qui vont lui valoir d’être élu à l’Académie Française sur le fauteuil de Maurice Barrès. Voir à ce sujet le Dictionnaire des orientalistes de langue française dirigé par François Pouillon, Karthala, Paris, 2008.

10 Entretien réalisé à Alger le 15 septembre 2009 avec un membre de la direction de Minerve.

11 Le document de la convention est accessible à l’adresse :
http://www.aouras.org/echanger/Convention%20Aouras%20Minerve.pdf

12 Entretien réalisé à Tébessa le 27 octobre 2009 avec une étudiante en architecture et un docteur en géologie appliqué à l’étude de la préhistoire, tous les deux membres de l’association Minerve.

13 Pierre Morizot s’est déjà vu refuser la possibilité d’un partenariat avec le ministère de la Culture en 2004 : « C’est M. Betrouni, Directeur du patrimoine, qui nous a dit, en bref, que nous ne pouvions songer à passer un accord avec le département ministériel faute de bénéficier d’un patronage officiel. » P. Morizot. « Missions en Algérie (7-14 décembre 2003) (note d’information) », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 148, 2, 2004. pp. 1013-1017. Toujours en poste lorsque je l’ai interrogé, en 2009, sur les relations du ministère avec l’association Minerve, M. Betrouni nous répète qu’il pensait que les activités d’Aouras remettaient en cause la souveraineté de l’État algérien en matière de gestion de son patrimoine et qu’il ne soutiendrait en aucune façon les activités d’une association qui permettait que cela dure ainsi.

14 Accessible en deux parties aux adresses suivantes :
http://www.aouras.org/echanger/conventionAOURASTEBESSA1.pdf,
et : http://www.aouras.org/echanger/ConventionAOURASTEBESSA2.pdf

15 « Archéologie et Télédétection », organisé par le CNES le jeudi 24 avril 2008 à Toulouse.

16 L’Aurès, un espace montagnard de l’Algérie Antique, Compiègne les 6, 7, 8 septembre 2007.

17 Manifestation culturelle regroupant des artistes et des intellectuels africains, cette deuxième édition, aux dimensions plutôt folkloriques, n’avait que peu à voir avec la première inscrite dans le contexte hautement politique des Indépendances, matérialisé par la présence de plusieurs leaders des mouvements de libération ainsi que des Black Panthers américains.

18 Dans le discours prononcé à l’occasion de l’installation du conseil scientifique du Centre National de la Recherche Archéologique (14 février 2009), Khalida Toumi, ministre algérienne de la Culture exprime la volonté de créer une nouvelle orientation pour l’archéologie nationale algérienne : réaliser les programmes de recherche scientifique dont l’objectif défensif est de rétablir l’ordre dans les domaines d’intervention archéologique des « institutions de recherches étrangères », témoin d’un investissement démesuré sur le « patrimoine antique » au détriment du patrimoine libyque, punique et musulman.

19 Direction politique régionale.

20 Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques.

21 Centre Interuniversitaire d’Histoire et d’Archéologie Médiévales (UMR 5648).

22 La première visite se concentre sur la ville de Tébessa, et les deux autres sur les sites, inaccessibles aux touristes ordinaires, de Gastel (Djebel Dyr) au nord et d’Ad Majores (proche de Négrine) au sud, à l’orée du Sahara.

23 Un recueil est produit à l’occasion du colloque par l’université de Tébessa qui m’a été remis par le président de Minerve. Il présente, sous forme de résumé, cent communications ainsi qu’une liste de quatorze titres de communications supplémentaires.

24 Lire, à ce propos, le compte-rendu produit par Pierre Morizot disponible à l’adresse :
http://www.aouras.org/echanger/tebessa%202009.pdf (consulté le 5 janvier 2013)

25 Ier colloque international sur le philosophe algérien saint Augustin : Africanité et Universalité, organisé par le Haut conseil islamique, en partenariat avec l’université de Fribourg (Suisse) à Alger du 1er au 4 avril 2001 et à Annaba du 5 au 7 avril 2001.

26 Lire, à ce propos, l’interview de l’archéologue Nacéra Benseddik intitulé « On est en train de saccager le site de Djemila ! » dans l’édition du 7 décembre 2012 du quotidien national El Watan.

27 Ordonnance n° 67-281 du 20 décembre 1967 relative aux fouilles et à la protection des sites et monuments historiques et naturels. Cette ordonnance est le premier acte législatif intéressant les pratiques archéologiques. Le second est la loi dite 98-04.

28 Un partenariat avec l’INRAP vise actuellement le développement de l’archéologie préventive et le transfert de savoir-faire. Ce partenariat a déjà donné lieu à l’accueil, en France, d’archéologues algériens, et à la pratique de terrain à Cherchell, en Algérie. Voir Souq (F.), « Un partenariat de l’INRAP avec l’Algérie pour le développement de l’archéologie préventive » Archéopages, hors-série n° 2 « Archéologie sans frontières », janvier 2013.

29 Gutron (C.), L’archéologie en Tunisie (XIXe-XXe-siècles). Jeux généalogiques sur l’Antiquité, avec une préface d’Alain Schnapp, Paris, Karthala/IRMC, 2010.

Auteur

CHSIM de l’EHESS

© Centre Jacques-Berque, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable