Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiquer les sciences sociales au Maghreb

 | 
Mohamed Almoubaker
, 
François Pouillon

Travailler sur des documents non classiques

Que peuvent dire des cartes postales sur la conquête du Maroc ?

Bernard Rosenberger

Texte intégral

1Les cartes postales, on le sait, ont représenté à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, une forme très répandue de correspondance acceptée par l’Union Postale Universelle. Il semble qu’elle a été appréciée des Français du Maroc et en particulier des soldats y séjournant, qui en ont fait un usage généreux pour écrire à leur famille et leurs amis. De nos jours, à l’heure des successions, à la faveur des déménagements, quand on vide les greniers, ces cartes postales anciennes, de couleur sépia ou gris-noire, réapparaissent et on en retrouve en assez grand nombre sur le marché.

2J’ai commencé à en collecter lorsque je me suis retrouvé à Paris en 1978, quelques années après avoir quitté le Maroc, où j’avais enseigné de 1957 à 1973. Sous un ciel souvent gris, était-ce une nostalgie ? Certainement aussi poussé par une manie de collectionneur, j’ai continué cette glane dans le Languedoc où je réside désormais. Délaissant des images souvent banales, répétitives, c’est de plus en plus ce qui était au verso ou suscrit sur elles qui a déterminé mon choix dans les brocantes et les marchés de vieux papiers. Le jeu a cessé depuis peu, mais la récolte considérable est de plusieurs centaines de cartes.

Variété des images

3Parmi elles, des vues de villes. Celles des médinas de Fès, Marrakech, Rabat, Meknès, Safi, etc. sont axées sur le pittoresque. Les nouveaux paysages urbains nés de la colonisation ont aussi suscité l’intérêt des photographes et des éditeurs de cartes. La modernisation du pays est célébrée par des images, dont les symboles sont Casablanca et Rabat devenue capitale, qui se transforme de la même façon. Par ailleurs, nombreuses sont les images du bled : villages et petites villes, constructions traditionnelles, kasbas, noualas, tentes de bédouins, marabouts à coupole – souvent égayées par des habitants des lieux. Abondent aussi les scènes de la vie quotidienne des indigènes, réunies sous une rubrique intitulée Scènes et types, ainsi que des paysages avec palmiers, chameaux, dunes, reliefs étranges. Souvent choisies pour envoyer à des parents et des amis, elles sont aujourd’hui plus convoitées par les chineurs. Très tôt, ma curiosité a été attirée par les clichés que des photographes attachés aux pas de l’armée de la conquête ont multipliés. Le butin en est de plus de deux cent cinquante cartes. Il a fallu y mettre un peu d’ordre, en essayant de les classer par thèmes et dans un ordre chronologique approximatif, dans la mesure où des éléments présents sur les documents le permettent.

  • 2 Notamment parce qu’on en trouve qui n’ont pas servi à la correspondance.

4Les tampons noirs, violets, rouges, bleus d’autorités militaires qui oblitèrent certaines cartes suggèrent des zones et des phases de la conquête, donnent des informations utiles. Ainsi celui-ci : Confins marocains, Dépôt de remonte mobile. Le commandant évoque les opérations de grignotage menées par Lyautey à partir de la frontière algérienne. Campagne du Maroc, 1907-1908, Casablanca concerne les suites du débarquement à Casablanca en août 1907. Bureau de Renseignement de Benslimane. Maroc révèle un travail de pénétration. Il y en a bien d’autres. Sont-ils l’indication qu’un contrôle s’exerce sur le courrier acheminé gratuitement par la Poste aux Armées ? C’est possible, mais des correspondances ont été confiées, comme le prouvent des timbres sur quelques cartes, à la poste chérifienne, aux bureaux de poste espagnols, anglais ou allemands qui s’étaient ouverts et ont duré quelque temps après la signature du traité de Protectorat. Il semble par ailleurs d’après quelques indices que des cartes ainsi tamponnées ont pu être mises dans certains lieux à la disposition des militaires en service au Maroc.2

5Comme les éditeurs de cartes, de leur côté, donnent des titres à des séries, on peut les situer dans un contexte. Ainsi : Événements de la frontière algéro-marocaine. Sous les intitulés suivants : Révolution marocaine, Évènements du Maroc, La France au Maroc, ce sont les débuts de la pénétration à Casablanca. D’autres sont transparents : Campagne du Maroc 1907-1908 ou 1907-1911, Colonne des Zaërs, avec parfois cette précision 1910-1911, Campagne du Maroc 1910-1911, Colonne de Fez 1911, Colonne Tadla 1911, Maroc oriental. La Jonction des deux Maroc par l’occupation de Taza le 10 mai 1914 est célébrée par une série de cartes : il faut en effet souligner l’importance du fait que deux secteurs d’opération jusque là séparés, indépendants, se trouvent réunis, unifiés sous le même commandement. Le Maroc illustré ambitionne de montrer ce qu’est ce pays dont la zone soumise s’élargit.

Carte n° 1 : « Occupation d’Oudjda, avril 1907 »

Carte n° 1 : « Occupation d’Oudjda, avril 1907 »

6L’élément le plus précis est évidemment la légende de chaque carte. La date et le lieu inscrits au dos de celle-ci par celui qui a envoyé un courrier ont un intérêt évident lorsque l’auteur du texte se réfère à un événement, une situation, ou exprime un sentiment, une opinion. Une image d’opération, de position militaire n’est pas toujours le support de la correspondance, on la trouve souvent aussi sur une de ces vues des sites marocains et de leurs habitants.

7Lorsque le collectionneur est doublé d’un historien, ce dernier même s’il n’est plus en activité, se demande ce qu’on peut tirer de tels documents, sur la conquête elle-même, mais surtout sur ceux qui, de bon ou de mauvais gré, y ont participé. Marc Bloch ne disait-il pas qu’il est comme l’ogre qui aime la chair humaine ?

8Je prendrai un exemple significatif. Au départ, semble-t-il, des photographes ont misé sur la curiosité du public pour des aspects exotiques du Maroc. On ne doit donc pas s’étonner de voir tout au début du siècle à Tanger, où les Européens étaient déjà assez nombreux, un certain Valentin Hell éditer des cartes, sauf qu’elles sont en couleur, comme cette Fête de la poudre (fantasia), qui porte le numéro 39. Or celui qui l’a envoyée a noté au bas de l’image la date du 4 septembre 1903 et d’une belle plume a écrit :

« Impossible d’aller plus avant à cause des pillards, rentrons en Europe. »

9Nous savons en effet à quel point à ce moment le pays environnant était troublé, en particulier par les agissements de Raïssouni.

10C’est vraiment au moment où le Maroc est entré dans le champ de la politique internationale qu’il a suscité l’intérêt de nombreux éditeurs de cartes postales. Á une date imprécise, mais qui semble devoir être rapportée à la période où depuis l’Algérie proche une intervention se préparait, les Grands Magasins « Aux Buttes Chaumont » de Paris faisaient significativement leur publicité au dos d’une image prise à Oudja (sic) des Fantassins de la Mahalla du sultan à l’exercice. On y voit un petit groupe de soldats vêtus de façon disparate manier les armes sous le regard d’un notable et d’un instructeur français au second plan. Une autre carte de facture voisine, sans indication d’éditeur, montre à peu près au même moment à Oudja encore, la vente des armes, dans une rue passante. Elle suggère qu’un tel commerce si près de l’Algérie n’est pas sans danger. Or, de ce côté on pousse à l’intervention au Maroc.

11Par la suite, il y a eu un vif attrait pour les opérations de la conquête qui a vraiment commencé en 1907 et duré au delà de 1930. On peut imaginer des photographes, dont le nom et la raison sociale se lisent au bas ou dans un coin de l’image, parcourant le pays avec ou à la suite des colonnes militaires, multipliant les clichés grâce aux perfectionnements apportés aux appareils de prise de vue. N. Boumendil qui semble s’être déplacé de Bel Abbès en Algérie à Taourirt dans l’est du Maroc, lance une collection intitulée La France au Maroc Oriental, au moment où la pénétration militaire se fait à partir de l’Algérie. Au début du siècle, Schmitt Frères à Rabat éditent sous les labels Le Maroc illustré, Postes et Avant-Postes au Maroc ou Camps, Postes et Avant Postes au Maroc, des vues de ces installations qui quadrillent le pays. On trouve vers le même temps des clichés de J.-B. Morans de Rabat., Seréro Frères à Fez, Bénichou, Marius Sonpa à Meknès, Landraud à Casablanca, et bien d’autres dont on pourrait faire le recensement. Le plus prolifique est par la suite Flandrin qui mettra en circulation des centaines de cartes. C’est une véritable activité économique qui a donné lieu à une production importante d’images. Je ne sais si elle a fait l’objet d’étude.

12Des cartes montrent des troupes de fantassins, marchant en colonne, faisant halte, par exemple sous les murs de la kasba de Mediouna, (une de celles qui jalonnaient la route du littoral), à Sidi el-Haïdi en direction du sud, ou encore traversant un oued à gué ou sur des chaloupes. Sur d’autres on voit des groupes de cavaliers de corps différents (chasseurs d’Afrique, goumiers marocains), des convois de charrettes de ravitaillement ou des attelages d’artillerie. Des soldats sont montrés au repos et dans diverses activités, défilant en formation, creusant des tranchées, abreuvant leurs chevaux, débarquant ou embarquant du matériel, mais aussi en position de combat. Le passage par Rabat en 1911 de la colonne Moinier vers Fez est abondamment illustré. Beaucoup d’installations sont photographiées : des campements, des fortins, une antenne de télégraphie sans fil, les nouveaux hangars pour l’aviation à Casablanca, l’inauguration d’un bac sur l’Oum er Rbia à Mechra ben Abou, auquel succède rapidement un pont des bateaux. Signe que la guerre a évolué après 1918, des tanks s’avancent sur le Plateau des Lacs. Ce qui semble pourtant faire prime sont des images de chefs militaires (Lyautey, Amade, Ditte, Moinier, Mangin), de parades (défilés, remises de décorations), de soumissions de notables à la tête de membres de leur tribu, ou de personnages du Makhzen. Le cérémonial qui entoure le sultan Moulay Hafid ou son successeur Moulay Youssef tente les photographes.

13De toutes ces images on pourrait presque faire un film muet que des extraits des correspondances serviraient à commenter. Il peut paraître assez vain de faire une telle proposition sans l’illustrer, ce que je ne puis faire, par un choix d’images. Mais en s’appuyant sur des témoignages écrits, il est déjà possible de contribuer à une histoire sociale de la conquête. Je proposerai donc quelques thèmes suggérés par les images et par les écrits.

Violence des images de la conquête

14Il faut remarquer en premier lieu que certaines cartes montrent bien la violence de la conquête. Dès son début, on voit les effets du bombardement sur certains bâtiments de Casablanca en août 1907 par le croiseur Galilée et de ses obus sur une batterie marocaine. Des zouaves déblaient des décombres dans une rue. Une autre photo montre très crûment l’enlèvement des cadavres dans les rues de la ville : sur une charrette, des corps s’entassent pêle-mêle, en partie recouverts par une bâche, et un jeune Juif, reconnaissable à sa calotte noire regarde la scène. S’agit-il de victimes des tirs, de violences ou d’épidémie ? Sous le titre La France au Maroc, le caïd de Casablanca prisonnier est photographié à bord du Galilée.

Carte n° 2 : « Le Caïd de Casablanca prisonnier à bord du Galilée »

Carte n° 2 : « Le Caïd de Casablanca prisonnier à bord du Galilée »

15De Casablanca, les opérations se sont rapidement élargies à la région voisine. Une carte de la série Campagne du Maroc 1911-1912 montre des cadavres de Marocains pieds nus, alignés sur le sol, dans une cour de maison. Elle est marquée d’un tampon circulaire rouge portant : 5e Goum Marocain. Le Capitaine commandant. Région des Medacras. On peut s’étonner qu’elle ait été envoyée en France comme « Souvenir du Maroc ». Mais aussi au dos d’une carte représentant l’incendie de douars rebelles, dont on voit la fumée chassée par le vent, surchargée d’un tampon circulaire violet Maroc occidental. Rabat 1911-1912, il n’est question que du proche passage d’une troupe de théâtre. D’autres cartes montrent des images analogues, celle d’un village des Sless, où une file de soldats passe devant une maison qui brûle, ou celle de la kasba de Kasbah Tadla. Des soldats contemplent au loin Dar Ahmed ben Salem, dans le Maroc oriental, incendié, dit la légende de la carte, par la colonne des Mektas Zoulahar. Le bombardement d’un village du Zerhoun fait lui l’objet de ce bref commentaire daté du 16 juin 1913 :

« La fumée que tu vois, c’est les effets d’un obus qui vient d’éclater. Amitiés. »

Carte n° 3 : « Incendies du village de Sless »

Carte n° 3 : « Incendies du village de Sless »

16La marche sur Taza se poursuit après le bombardement d’un ksar dont le rempart de pisé est en ruines.

17La guerre de conquête se mène par moments de la même façon que les luttes tribales antérieures, lorsque des razzias se font sur le terrain. Ainsi, lors de la Campagne du Maroc 1912-1913, des goumiers ramènent un troupeau de moutons. Une autre carte montre des chasseurs d’Afrique photographiés avec, selon la légende, « une bonne prise », dont ils manifestent une joie démonstrative : un dromadaire bâté et un bovin. Une carte envoyée de Oued Zem le 22 juin 1914, qui porte comme légende : « Une razzia », montre en vue de Kasbah Tadla, des fantassins, dont certains paraissent être des Sénégalais, surveillant un troupeau de moutons, à côté d’un convoi d’artillerie en marche.

18Certaines destructions sont attribuées à l’adversaire. Celle du bureau de la Poste française au Mellah de Fez a été l’œuvre d’émeutiers. Á Taza, une incursion d’une tribu rebelle a laissé des ruines visibles. Toutefois les pertes françaises ne se dissimulent pas. Il est vrai qu’elles sont montrées de façon à rassurer sur la sollicitude du commandement envers les blessés ou sur le soin qu’il a d’honorer les morts et célébrer leur héroïsme.

19Les images de soldats morts ne sont pas l’objet de censure. On voit des corps étendus sur un caisson d’artillerie tiré par des chevaux dans une plaine piquetée de maigres végétaux. Le Maroc illustré montre des chariots encadrés par des soldats représentants de diverses armes qui ramènent au camp les dépouilles des tués à l’ennemi.

Carte n° 4 : « Arrivée de blessés à l’hôpital de campagne de Mehdiya »

Carte n° 4 : « Arrivée de blessés à l’hôpital de campagne de Mehdiya »
  • 3 C’est l’indice de modifications liées à la guerre européenne dans la composition des effectifs.

20Plusieurs cartes sont consacrées aux soins des blessés. Après la bataille, des chasseurs d’Afrique reconnaissables à leurs képis blancs se penchent sur un des leurs qui a été touché. Dans Marrakech conquise, un hôpital est installé dans le palais de l’Aguedal : un petit groupe de soldats se tient debout dans la vaste cour entourée de portiques. La prise de Taza a causé des pertes sérieuses. Une carte de la série Jonction des deux Maroc, timbrée d’un tampon circulaire Maroc Oriental. Poste de Taza. Le Commandant d’Armée, a pour objet l’évacuation sur l’arrière des blessés du combat du 10 mai 1914. On y voit un petit groupe de cavaliers qui surveillent le passage de chariots bâchés sur un chemin en contrebas. Dans la série consacrée à la Campagne du Maroc 1914 et à la Colonne de Taza, une autre carte montre les blessés du combat du 13 mai qui attendent, étendus sur le sol, le convoi qui les ramènera à l’hôpital de Fez. De Meknès elle a été envoyée par la suite à une date inconnue dans l’Hérault, visée par le chef du deuxième bataillon du 121e régiment territorial3. Une photographie antérieure montre l’arrivée de blessés à l’Hôpital de Campagne de Mahdiya sur une charrette entourée de nombreux militaires. Mais l’expéditeur, un soldat du premier bataillon colonial, a rajouté au dessus de la scène :

« …où nous avons campés (sic) à la belle étoile en revenant de ramasser les morts de l’attaque du convoi le 6 mai 1911. »

21Sans doute en lien avec cette affaire, une carte illustrant la Campagne du Maroc 1907-1911 montre un groupe de survivants de l’attaque du 5 mai se recueillant autour des tombes de leurs camarades : le brigadier Pinson, le cavalier Nicol. Elle porte au verso un tampon de la Poste aux Armées du 31 août 1911 et adresse de Casablanca à un caporal infirmier à La Goulette un message joyeux qui contraste avec l’image :

« Suis libérable le 4 septembre. J’irai te voir à La Goulette. Je me fais libéré (sic) à Tunis. Á bientôt. Meilleures poignées de main. »

22Dans ce détachement apparent faut-il lire le soulagement d’en avoir fini avec les épreuves ? Sur une carte montrant les funérailles d’un brave tombé au champ d’honneur envoyée le 28 novembre 1911, un autre soldat accomplissant son service militaire n’a pas craint la provocation en barrant l’image de ces mots :

  • 4 Je suppose qu’il s’agit du babor, prononciation marocaine du vapeur, le bateau à vapeur.

« C’est du 268 au jus et vive la classe 1909. Honneur et Patrie et bientôt le babord4 »

Carte n° 5 : « Colonne de Fez – Funérailles d’un brave mort au champ d’honneur »

Carte n° 5 : « Colonne de Fez – Funérailles d’un brave mort au champ d’honneur »

Carte n° 6 : « Scène d’Avant-Poste. Enterrement militaire »

Carte n° 6 : « Scène d’Avant-Poste. Enterrement militaire »

23D’autres cartes ont pour sujet des hommages rendus à ceux qui sont tombés. N. Boumendil photographe à Sidi Bel Abbès a édité l’image de quelques soldats et un civil autour des tombes de soldats tués à l’ennemi, à la frontière algéro-marocaine les 27 et 29 novembre 1907. Le général d’Amade est photographié avec quelques officiers tête nue, devant le monument élevé à Settat aux morts pour la France lors de la campagne de 1907-1910 ; la carte a été envoyée de Settat le 21 mai 1913 par la Poste aux Armées. Le Maroc illustré montre un enterrement : devant un cercueil posé sur une charrette, une croix de bois blanche est portée par un soldat sans arme ; des camarades suivent le fusil sur l’épaule. Une carte de La France au Maroc montre que les funérailles du commandant Provost revêtent de la solennité, puisque devant une rangée de soldats l’arme au pied, un prêtre en chasuble précède ceux qui portent une civière saluée par un officier. Á Khenifra, dans la kasba, un cimetière improvisé a été créé, dans lequel « le 14 novembre 1914, on inhuma quelques braves de la bataille de El Herri », selon la légende de cette carte.

24Cette bataille est le plus grave revers subi par l’armée conquérante. Il a marqué les esprits. Quelques mois plus tard, le 3 février 1915, sur une carte légendée Kenifra -Vue d’ensemble de la Casbah de Moha ou Hammou, envoyée de Casablanca, on lit au dessus de l’image ces mots écrits d’une petite écriture soignée très lisible :

« C’est là à Kénifra (qu’il ne faut pas confondre avec Kénitra) que les Marocains, au nombre de 12 ou 15000 ont surpris une colonne française le 13 novembre 1914 et ont massacré 1200 hommes y compris 33 officiers. Le pays montagneux favorise les guet-apens. »

Carte n° 7 : « Kenifra. Vue d’ensemble de la Casbah et Moha-ou-Hammou »

Carte n° 7 : « Kenifra. Vue d’ensemble de la Casbah et Moha-ou-Hammou »

25Par la suite, au cimetière proche, un monument en forme d’obélisque a été érigé

« Á la mémoire de 33 officiers et de 580 soldats tombés glorieusement à Ele Herri (sic), 12 novembre 1914 ».

  • 5 C’est en effet une phase nouvelle de la guerre qui a repris contre les tribus soulevées à la suite (...)

26Au dos de cette carte envoyée du Djebel Idlan le 30 août 1923, le soldat remercie ses parents pour deux lettres parvenues par avion5. Il les informe qu’il fera partie d’un groupe qui de Meknès doit se concentrer le 2 septembre pour une opération contre les Aït Bazza, qui seront attaqués vers le 6.

« Aussitôt après, je vous enverrai des détails. »

27Il a ajouté en travers de la photographie :

« Ne vous faites pas de mauvais sang : je suis en ce moment plus costaud que jamais. Le long repos que nous venons d’avoir m’a bien remis. »

28Ces mots rassurants paraissent bien nécessaires pour compenser l’impression que pourrait provoquer l’image. Quant à la différence entre les deux chiffres de soldats tués, je ne sais pas l’expliquer.

Servir au Maroc

  • 6 Soldats « du contingent », comme on a pu le dire à propos d’une autre guerre récente au Maghreb.

29Nombreux ont été les hommes qui ont passé au Maroc de longs mois en campagne ou en garnison pendant la conquête qui a duré de 1907 à 1930. Avant la guerre de 1914-1918, à une époque où le service militaire était de deux ans, puis est passé à trois à la veille de la grande boucherie de 1914-18, les soldats étaient en grande partie des conscrits6. L’historien que je suis, même retraité, a été frappé par l’intérêt humain des informations que certaines cartes portent, essentiellement sur la manière dont ces soldats vivaient les événements dont ils étaient acteurs et leurs impressions lors d’un séjour forcé dans ce pays nouveau, étranger à plus d’un titre. Quelques exemples en montreront la variété.

30Au dos d’une carte non datée, on peut lire ces mots sans rapport apparent avec l’image qui montre le retour au camp des morts :

« Tous les engagés qui touchent vingt sous par jour profitent de l’argent pour rentrer ivres morts et surtout se risquent le Conseil de guerre. Moi je suis toujours très sobre et je m’en trouve très bien. »

31La guerre au Maroc semble avoir attiré dans les rangs de l’armée des aventuriers dont le comportement est mal jugé par les appelés qui y font leur service.

  • 7 Son assassinat a donné un signal à l’intervention française à Oujda.

32Dans leur correspondance, les soldats parlent peu des morts dans les combats. Au dos d’une carte écrite à Mazagan le 29 décembre 1912, celui qui envoie ses vœux pour 1913, attribue son retard aux derniers événements de Mogador qui ont tellement bouleversé la région : départ de troupes, combats, etc. et ont provoqué un travail énorme et urgent dans les bureaux. Il poursuit au dos d’une carte qui représente la maison du Docteur Mauchamp à Marrakech7 :

« Notre compagnie fut très éprouvée au combat de Dar el Kadi le 24 décembre. Ce fut un pauvre Noel : 4 zouaves tués sans compter les blessés. Pauvres camarades ! Pauvres mères ! Á Mazagan il y a encore parmi les morts, un caporal tirailleur et un brigadier de goums. Un lieutenant, Monsieur Chamand qui fut tué des premiers, causait… »

33Il se trouve que le caïd Anflous qui avait fait subir cet échec sanglant, a fait sa soumission quelque temps après. Une carte marquée d’un tampon Campagne du Maroc. Mogador, le montre à cheval, vêtu de blanc, au milieu de cavaliers de l’armée française.

34Il arrive, mais rarement, que soient évoqués par des soldats des combats auxquels ils ont participé. D’Arbaoua, le 4 juin 1912, l’un d’eux écrit à son oncle et sa tante, qu’il n’est plus à Berrechid depuis deux mois, mais à Arbaoua près de Fez. La suite est transcrite sans rien y changer :

« Je vous dirai que lorsque nous sommes allés dans ce pays c’était à cause que les tabors chérifiens s’étaient révoltés nous sommes arrivés à temps nous avons fait des prisonniers et nous les avons tous fusillés. Avant-hier, c’est-à-dire le 2 juin, nous avons eu un combat encore assez sérieux l’on a prit la tente du chef qui commandait les marocains mais lui n’y était pas dans la tente nous avons tirés des coups de canons nous leur avons fait de grosses pertes on ne sait pas encore au juste combien ils sont de morts d’ailleurs on ne le sait jamais car ils emportent leurs morts autant que possible de notre coté nous avons eu 12 tués et 31 blessés. »

35On lit au dos d’une carte montrant un convoi de ravitaillement en marche marquée d’un tampon Escadron mixte marocain. Le capitaine commandant un véritable compte-rendu :

  • 8 Une carte a pour sujet : les Beni Amir faisant leur soumission. L’officier interprète interroge leu (...)
  • 9 Une carte postale a pour sujet le passage à gué de l’Oum Er Rbia à Zidania.

« En deux mots, je vais te raconter la randonnée de la colonne depuis la prise de Tadla le 7 avril La colonne s’est porté le 10 à casbah zidania en repoussant les Beni Amir commandés par Abdallah ben Jabeur8. Le 11 elle marchait sur la montagne et elle entrait dans la casbah de Beni Mellal où elle eut pas mal de pertes, elle rétrograda d’ailleurs de suite pour camper dans la plaine. Le lendemain passage de rivière à gué à Zidania9 en soutenant une attaque qui dura pendant le passage très difficile, l’oued ayant monté subitement à la suite d’un orage. Ensuite opérations sur la rive droite à casbah ould Zidou. Le 26 à Aïn Zergha une forte harka de chleu (sic) attaquait le camp. Le soir sortie pour les repousser. Belle charge de 3 escadrons dans la plaine, poursuite des fuyards. 70 marocains restent sur le terrain tombés sous les sabres des spahis et goumiers. »

36Plus nombreux, ceux qui ne relatent pas des opérations militaires, donnent leurs impressions sur le lieu où ils séjournent, parfois sur les habitants du pays, par l’envoi de cartes postales. Il s’accompagne parfois de jugements défavorables mais le plus souvent ils expriment leur lassitude et leur désir de rentrer en France.

37Sur la partie supérieure d’une carte non datée, qui représente les Béni Snassen au marché d’Aïn-Sfa, dans la série Événements de la frontière algéro marocaine, ces mots tracés au crayon trahissent un originaire de l’Algérie voisine :

« Chouffe les bicos voila ceux qui nous tiraient dessus dans la campagne. »

38De Boulhaut, un 7 septembre sans mention d’année, celui qui a envoyé une vue de la redoute d’Aïn Guisser explique que

« la redoute de Guisser a été construite par la légion étrangère fin 1910. Á perte de vue le bled s’étend caillouteux et cultivé malgré cela. Il y a des maisons, ce qui à mon avis constitue un agrément sérieux. »

39Il ajoute :

« Guicer poste à caffard (sic) me semble un séjour paradisiaque. Que sera-ce quand je retrouverai un intérieur ? Baisers. »

40Sur l’image même, d’une écriture qui semble différente :

« J’ai quelquefois salué ce drapeau au moment où on le hi<ssait au son des clairons joyeux. C’est un de mes bons souvenirs. »

41Mais au dos d’une vue différente du même poste, envoyée de Dar Chaffaï un 19 octobre 1912, un soldat écrit ces mots à ses parents :

« Je suis dans ce sacré pâtelain (sic) encore bien moins civilisé que les autres mais n’empêche que je suis en bonne santé… »

42Le 18 mai 1914, un zouave écrit :

« Cher Copain, je suis arrivé à Agadir en bonne santé. Je te dirai que mon nouveau pays est pays de sauvages et que l’on ne sort jamais du camp sans être armé. Nous sommes sur le bord de la mer et nous prenons des bains tous les jours. Cette vie va-t-elle tenter le copain à qui il suggère d’aller s’inscrire « pour (le) remplacer l’année prochaine ? »

43Souvent s’expriment des plaintes sur la dureté du climat ou l’inhospitalité du pays, en même temps que la lassitude et l’attente de la fin du service. Au verso d’une carte montrant le Sultan Moulay-Youssef en grande cérémonie, choisie par un garçon très simple pour donner le 6 février 1914 de ses nouvelles, on peut lire ces mots que je transcris tels quels :

« Cher oncle je vai vou dire que au Maroc il commence a faire une saleur terrible quar il ni a plu moillien de rester deor. Vivemen que la classe arive quar eureusemen quan conte plu que 136 et la fuite. »

44Il est à craindre qu’à peine libéré il ait dû de nouveau endosser l’uniforme et aller dans une autre fournaise. C’est encore plus vrai pour un soldat du train, un peu plus tard. Sur une carte envoyée de Marrakech le 19 juillet 1914, il dit aussi souffrir de la forte chaleur et attend son retour proche au pays :

« Pour le départ de Marrakech je ne suit pas très bien fixer encore toujours pas avent le 3 ou 10 août. »

45Qu’est-il advenu de lui avec la déclaration de guerre ? A-t-il été maintenu sur place ou envoyé en France ?

46Au dos d’une vue du marché aux grains de Rabat, envoyée du camp de Maaziz le 15 avril 1912, celui qui accuse réception d’un courrier de Montpellier envie son auteur qui s’y promène et ajoute :

« Souhaite que 1913 me permette d’en faire autant dans 12 mois. Vais peut-être quitter Maaziz prochainement pour participer à la colonne de Marrakech qui doit se faire dans le courant de mai. Que voulez-vous, nous sommes là pour cela, nous n’avons qu’à marcher. »

47Résignation ici, mais on peut parfois lire la révolte. Le 9 août 1908, de Casablanca où il attend de rentrer en France comme prévu, un soldat (peut-être un officier) exprime en termes choisis son impatience de retrouver sa femme :

« il serait sérieusement nécessaire que l’on fasse cesser cette espèce de période stupide que nous traversons depuis que notre rentrée est décidée. Cette sorte d’énervement et la chaleur qui est très forte maintenant ne sont pas faits pour nous être très agréable et salutaire et tout le monde désire ardemment le retour… notre séjour ici me navre et me désespère. Je suis nerveux et irritable. Tout me dégoûte. Ce n’est pas vivre que de vivre ainsi. »

48Au verso d’une carte qui figure l’entrée d’une redoute, devant laquelle se tiennent quelques militaires, le style de la lettre non datée à son épouse est différent :

« Assez de cette vie que aulieu davancer nous reculons mais le jour que nous sortirons de ce bordel ça ne sera pas trop tot mais en natendant nous somme la pour soufrir privait de tout ce quon na le plus cher et être privait de tout … Je me languis de te voir et gens souffre d’être si loin »,

49et ce soldat du Midi a barré la photo d’une phrase en occitan, sa langue, qui exprime bien ses sentiments :

Carte n° 8 : « Forthassa Gharbia. Entrée de la redoute »

Carte n° 8 : « Forthassa Gharbia. Entrée de la redoute »

« e saber mi languisi di aquéou troun prédiou voulentié l’air ».

50Sortir de ce trou, prendre l’air ? Peut-être prendre la clé des champs. De tels propos ne sont pas passés sous les yeux d’une autorité, car nous n’avons là qu’un fragment d’une correspondance écrite sur plusieurs cartes mises sous enveloppe. La photographie d’un spahi à cheval tenant de la main droite un étendard légendée à la main : « Étendard pris aux Marocains le 7 juin», a été écrite à Bouskoura le 12 septembre 1913, mais son expéditeur, loin d’exprimer de la fierté, n’aspire qu’à sa libération :

« Je croyais que un jour ou l’autre l’on saurait quelque chose sur la classe mais pour le moment l’on ne sait rien, mais je pense que à la fin de ce mois l’on nous libérera et se ne sera pas trop tot (sic) car tu peux croire qu’il y en a marre de tout ce fourbi dégoûtant depuis 2 ans que l’on est la à faire le singe cela commence à dégouter. »

51La joie de s’embarquer très bientôt s’exprime sur une carte envoyée de Casablanca le 9 septembre 1912 :

« C’est du 0 au jus et ce n’est pas trop tôt ! !»

Carte n° 9 « Tirailleurs sénégalais et Sénégalaises »

Carte n° 9 « Tirailleurs sénégalais et Sénégalaises »
  • 10 Saligane pour les Marocains qui ont subi la dure répression du mouvement national.

52Á côté des conscrits, dont la correspondance nous est précieuse, on trouve des groupes particuliers de combattants engagés dans la conquête. Je laisse de côté la Légion Étrangère, sur laquelle je ne dispose pas de documents, et les supplétifs marocains, goumiers et mehallas de partisans dont j’ai quelques images, mais sur lesquels je n’ai pas de témoignage écrit. En revanche, le cas des Sénégalais,10 eux-mêmes colonisés qui ont participé à la conquête, me parait intéressant.

  • 11 Plus souvent appelé Camp Marchand du nom d’un officier tué dans les premiers combats ; aujourd’hui (...)

53Ils sont des sujets très appréciés des éditeurs de cartes. On voit sur l’une d’elles Lyautey visiter leur camp près de Casablanca et sur une autre confiée à la Poste aux Armées à Casablanca le 8 septembre 1908, les inspecter à cette occasion. Sur une carte envoyée de Casablanca le 19 août 1909, quelques uns sont photographiés campés près d’un convoi de chameaux à Médiouna. Certains de ces hommes ont fait partie de la colonne volante du général Moinier pour Fez, en 1911 et on en voit qui peinent à maîtriser un attelage sur la pente qui mène d’une porte de la medina de Rabat à l’oued Bou Regreg, où il leur faudra embarquer pour le traverser. Une carte montre une section d’entre eux défilant un 14 juillet à Rabat devant des tribunes bien remplies. Mais d’autres images surprenantes montrent la présence de leur famille auprès de ces guerriers africains. Un soldat noir en uniforme et armé est debout au milieu de six femmes, à l’arrière-plan se tiennent ses camarades. Cette carte n’appelle aucun commentaire de celui qui l’envoie à son épouse le 14 mars 1912 de Marchand.11 Plus étonnante est celle envoyée de Casablanca à Chartres le 8 janvier 1914 de six jeunes garçons noirs alignés par ordre de taille devant une tente de l’armée, tournés vers celui qui peut bien être leur père et qui a comme légende : la future Armée noire. Comme si on soupçonnait que les terribles années suivantes allaient mettre au premier plan de l’actualité la Force Noire.

Effets de la Grande Guerre

54Une révélation des cartes postales peut être la présence au Maroc de prisonniers allemands pendant la guerre de 1914-1918, bien que les conventions internationales s’y opposaient. Elle est attestée par de nombreux clichés. Ont-ils été multipliés pour soutenir le moral des Français au Maroc ? Trois ont été pris à leur arrivée au port de Casablanca. Sur le premier, une barcasse chargée approche des quais. Sur le second, pris de près, des hommes d’âge varié, dont on distingue bien les traits, sont debout dans une embarcation. Et sur le troisième, un groupe se trouve sur un quai gardé par des soldats armés. Celui qui a envoyé de Meknès la première carte, le 23 avril 1915, avec une probable satisfaction, n’a néanmoins fait aucun commentaire. La seconde porte un tampon Troupes du Maroc. Place de Sefrou ; c’est de là qu’elle a été postée le 23 décembre 1915 avec des vœux en rapport avec l’image :

« Que l’année 1916 nous donne la victoire finale et nous ramène dans nos foyers ».

55Avant lui, un soldat écrivait au crayon, le 11 avril 1915, de Meknès à ses parents au dos d’une carte sur laquelle des prisonniers font un travail d’empierrage d’une piste :

  • 12 Y aurait-il eu des compagnies disciplinaires ?

« Voici ce que font les prisonniers allemands au Maroc. Et croyez que nous en avons en quantité d’allemands ou des prisonniers français qui se sont mal comporté sur le front, la crème des voyoux (sic) est au Maroc. »12

56D’autres travaux exécutés par cette main d’œuvre sont montrés : certains font du défrichage, une petite troupe rentre au camp avec pelles, pioches et brouettes. Bon nombre de cartes ont été imprimées en vue d’une correspondance entre ces vaincus et leur famille, comme le suggèrent leurs légendes en allemand. Le numéro 71 se rapporte au camp (Gefangenenlager) d’El Hank : quelques militaires et civils français regardent en contrebas des prisonniers au travail sur le rivage (Arbeitskolonne am Strande). Sur le numéro 81 figure l’infirmerie (Lazarett) du camp de Safi. Les prisonniers du camp de Rabat-Agnedal (sic) ont relevé au pied du minaret de la Tour Hassan les colonnes données pour romaines (römische Saülen). Ce n’est guère étonnant à ce moment où l’on cherchait des traces de l’Antiquité et où le dégagement de ruines à Volubilis a également été effectué sur l’ordre de Lyautey par des prisonniers sous les ordres du lieutenant Châtelain qui est devenu le premier conservateur du site. On ne sait pas comment ces hommes ont vécu leur séjour forcé au Maroc, sauf que quelques uns y sont restés. Ce sujet a-t-il été étudié ?

Carte n° 10 : « Prisonniers allemands au travail. Le retour du travail »

Carte n° 10 : « Prisonniers allemands au travail. Le retour du travail »

57La guerre avec l’Allemagne a, on le voit, créé des situations nouvelles au Maroc. Le pays a été entrainé dans le conflit ce que montrent justement des cartes postales. On voit sur l’une d’elles un attroupement suscité par le décret de mobilisation générale publié à Casablanca. Les Français résidant au Maroc, au moins certains, ont été incorporés sur place : le premier Bataillon de Réserve formé par les mobilisés de Casablanca défile fièrement devant la Tour de l’Horloge. Ce pourrait être aussi la cause d’une réorganisation de l’armée marocaine, comme le donne à penser une photographie d’un groupe de cavaliers vêtus à la façon des spahis. Certains de ces « caïds », selon la légende, portent une décoration, une médaille pendante, sur la poitrine. Pour maintenir des effectifs suffisants au Maroc, une fois certaines unités prélevées pour les envoyer sur le front en France, des réservistes et même des territoriaux les ont remplacées entre 1914 et 1918. Sur une photographie le général Barrès présente au général Lyautey les troupes territoriales de France qu’il commande.

58Les opérations militaires ont continué au Maroc mais sans atteindre l’ampleur de celles qui avaient précédé. Les soldats qui y étaient présents auraient pu, malgré la rudesse du climat, l’ennui de la vie de garnison, s’estimer privilégiés en échappant à l’horreur des tranchées. Cependant sur une vue de Casbah Tadla et le Moyen Atlas, où il est écrit dans le coin gauche : « Souvenir du front marocain. Tadla 4 novembre 1915 », un probable citadin s’exprime au dos avec un humour grinçant sur son nouveau poste :

« Tu pourras remarquer que les trains et tramways électriques ne sont pas très nombreux, de même que les boulevards. Dans un tel pays on est obligé de s’ennuyer et les camarades qui sont à l’autre front «français» sont plus contents que nous. »

  • 13 Entre Fez et Taza.

59Peut-il vraiment le croire ? Une carte représentant un camp militaire près de Matmata13 a été envoyée le 6 mars 1917 par un soldat qui compare avantageusement sa situation avec celle de quelqu’un connu de lui, qui vit durement « constamment dans l’eau ou la glace et le danger en plus ». Lui n’a plus le même climat que dans l’Oriental, il s’habitue au mauvais temps, à la pluie.

« Malgré tout, dit-il, le pays est sain, pas fiévreux du tout ; je n’ai pas encore senti la plus petite atteinte de paludisme et je crois qu’il en sera toujours ainsi. Le meilleur préventif est la sobriété et je prends mes précautions. »

60Ce réserviste est certes précautionneux, mais pas indifférent au malheur des Poilus.

61Beaucoup de ces soldats mariés et pères de famille marquent souvent dans leur correspondance une vive sollicitude pour leur épouse, leurs enfants, leurs parents. J’ai retrouvé, véritable aubaine, une partie de celle de l’un d’eux originaire de Florensac dans l’Hérault, qui écrit très régulièrement à sa femme et à son fils : 26 cartes échelonnées du 6 novembre 1914, peu après son arrivée, au 15 juillet 1916. Par exemple, celles qui se succèdent datées des 7, 18, 24 et 26 juillet 1915, ne portent que quelques lignes au verso, toujours disposées de la même façon, obliquement sur toute la surface. Ce n’est apparemment qu’un échantillon de ce qui peut apparaître comme une véritable graphomanie facilitée par son affectation dans un bureau à Casablanca. Sur une carte du 20 janvier 1915, il regrette de n’avoir pas eu le temps d’envoyer (s)a carte de tous les jours ! Cet homme, très probablement un instituteur, a un souci pédagogique. Il veut montrer aux siens le lieu où il a débarqué : à Mahdiya, à l’embouchure de l’oued Sebou; celui où il travaille : les bureaux de la Subdivision ou le camp numéro 2 à Casablanca. Il puise dans la série Scènes et Types pour envoyer des images du Maroc, que parfois il commente. Au dos d’une photo de marchandes de pain du Vieux Soko de Casablanca envoyée le 10 décembre 1914, peu après son arrivée, il note que ce marché a été transporté ailleurs et que

« les pains que l’on vend aux arabes ressemblent à des galettes de farine de maïs. Il n’est bon que chaud. Il ne vaut pas notre pain fait de farine de blé tendre. Chaque pain est grand comme une assiette, il est peu épais, mal cuit et il vaut 4 sous (20 centimes de l’époque). »

62Á sa femme institutrice il demande, le 15 janvier 1915, au dos d’une photographie de cavaliers lancés dans le Jeu de la Poudre, ce qui se passe à l’école, si son collègue Guiraud est parti, mobilisé lui aussi, comment les élèves ont été répartis, et il lui donne ces conseils :

« Dans tous les cas, il ne faut pas te fatiguer. Ne parles pas trop, occupe les élèves comme tu le pourras à des petits devoirs qui les intéressent, ils te laisseront plus de tranquillité. Si tu te sens fatiguée, demande un congé. Soigne-toi toujours. Si tu ne veux pas voir un autre médecin, continue le traitement de M. X. »

63Il termine en assurant qu’il n’a besoin de rien. Sur cette image frappée d’un tampon bleu, Bureaux de Comptabilité. T. D. M. Casablanca, il a aussi écrit à son fils qui vient de commencer sa scolarité, pour le remercier de lui avoir écrit et l’en féliciter. Il a montré sa lettre

« à beaucoup de papas. Leurs petits de 6 ans ne sont pas si savants que toi et je suis bien content que tu saches si bien lire et écrire. Sois bien sage. Je t’embrasse. Papa. »

64Il s’adresse souvent de manière particulière à son petit Marc, le pousse à lui écrire :

« Tu me diras ce que tu fais en classe, à quels jeux tu t’amuses dans la cour, quels sont les camarades que tu préfères. Je saurai ainsi ce que tu fais. Ce sera presque comme si je te voyais. »

65Il lui commente certaines images par des explications soigneusement écrites sur une partie de celles-ci. Sur celle de Mahdiya, envoyée de Casablanca, le 6 novembre 1914, peu après son arrivée, il a noté :

« Mon cher petit, c’est là à Medehiya (sic) que nous avons débarqué au Maroc. On n’y voit qu’un petit fort et quelques cabanes. Les barcasses où nous étions descendus ont été trainées par des remorqueurs jusqu’à Kénitra sur un fleuve, une grande rivière, bien plus large que l’Hérault. Une caresse de Papa. »

Carte n° 11 : « Méhdiya. Le Sémaphore »

Carte n° 11 : « Méhdiya. Le Sémaphore »

66Autre exemple, sur une vue de désert, il a écrit le 20 janvier 1915, à 16 heures :

« Que de sable ! Il y en a bien plus qu’à la plage de Cette ou de Palavas. Ce sable est jaune orangé. Il se soulève en nuages quand le vent souffle. Il rentre dans les yeux, les oreilles, la bouche. Il incommode beaucoup. »

67La scolarité de leurs enfants importe beaucoup à ces pères éloignés d’eux. C’est ainsi qu’au dos d’une carte écrite de Taza, qui représente trois jeunes femmes « Aicha, Fatima et Khaddoudja » debout, droites, le visage découvert, l’auteur en quelques lignes adressées à une demoiselle, institutrice de la fillette, la remercie chaleureusement et conclut :

« Croyez que tout cela m’encourage à supporter la fatigue de ce terrible Maroc. »

68Certains expriment leur lassitude et leur désir de voir la guerre se terminer. La correspondance du 8 juin 1915 au dos d’une photographie de chevaux qui s’abreuvent dans l’Oum-er-Rbia, près de Khénifra, choisie peut-être pour une atmosphère champêtre, porte la marque de l’ennui, de la résignation, mais pour les siens se force à l’optimisme. Ce soldat peu instruit a écrit au crayon ces mots que je transcris tels quels :

« c’est 7 heures je suis sous la gitoune la chaleur et tombé les quelques camarades qu’il y a sont sorti pour aller boire un thé au café arabe tu dira mais il y a des café oui se sont de vieille grande tantte c’est là que sont les arabes je vais avoir fini cette carte jirai les rejoindre se net pas bien gai mais que veutu cet la mode du pays il n’y a pas autre chose et il faut sen conttanter en attendant qu’un temps meilleur arrive je crois que tout le monde lattand avec grande impasience se grand jour Je suis toujours bien contant et ne me fait pas trop du mauvais sang. »

69Il est, malgré tout, digne d’être noté que soient expliquées à la famille des particularités du pays, sans les déprécier vraiment.

70Ai-je réussi à communiquer le plaisir et l’émotion que j’ai chaque fois que je regarde ces documents particuliers, modestes mais souvent tellement humains ? J’ai conscience du caractère rapide et décousu de ces pages. Elles veulent seulement proposer d’envisager la possibilité d’apporter de nouveaux matériaux pour un pan d’une histoire sociale de la conquête qui a peut-être été négligé. Le rêve que je fais parfois de voir se constituer un livre ou un film, à partir de ces images et des écrits qui les accompagnent, pourrait-il se réaliser.

Notes

2 Notamment parce qu’on en trouve qui n’ont pas servi à la correspondance.

3 C’est l’indice de modifications liées à la guerre européenne dans la composition des effectifs.

4 Je suppose qu’il s’agit du babor, prononciation marocaine du vapeur, le bateau à vapeur.

5 C’est en effet une phase nouvelle de la guerre qui a repris contre les tribus soulevées à la suite des succès de ‘Abd el-Krim.

6 Soldats « du contingent », comme on a pu le dire à propos d’une autre guerre récente au Maghreb.

7 Son assassinat a donné un signal à l’intervention française à Oujda.

8 Une carte a pour sujet : les Beni Amir faisant leur soumission. L’officier interprète interroge leur Chef de Guerre Abdela-Ben-Jebeur.

9 Une carte postale a pour sujet le passage à gué de l’Oum Er Rbia à Zidania.

10 Saligane pour les Marocains qui ont subi la dure répression du mouvement national.

11 Plus souvent appelé Camp Marchand du nom d’un officier tué dans les premiers combats ; aujourd’hui Rommani au pied des reliefs du plateau central.

12 Y aurait-il eu des compagnies disciplinaires ?

13 Entre Fez et Taza.

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 : « Occupation d’Oudjda, avril 1907 »
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/644/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Carte n° 2 : « Le Caïd de Casablanca prisonnier à bord du Galilée »
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/644/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Carte n° 3 : « Incendies du village de Sless »
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/644/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Carte n° 4 : « Arrivée de blessés à l’hôpital de campagne de Mehdiya »
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/644/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Titre Carte n° 5 : « Colonne de Fez – Funérailles d’un brave mort au champ d’honneur »
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/644/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Carte n° 6 : « Scène d’Avant-Poste. Enterrement militaire »
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/644/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Titre Carte n° 7 : « Kenifra. Vue d’ensemble de la Casbah et Moha-ou-Hammou »
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/644/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre Carte n° 8 : « Forthassa Gharbia. Entrée de la redoute »
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/644/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Titre Carte n° 9 « Tirailleurs sénégalais et Sénégalaises »
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/644/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Carte n° 10 : « Prisonniers allemands au travail. Le retour du travail »
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/644/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Carte n° 11 : « Méhdiya. Le Sémaphore »
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/644/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Auteur

Université Paris VIII

© Centre Jacques-Berque, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable