Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiquer les sciences sociales au Maghreb

 | 
Mohamed Almoubaker
, 
François Pouillon

Itinéraires et récapitulations

Histoire, entre mémoire orale et mémoire écrite : le parcours sinueux d’un projet de recherche

Abdelahad Sebti

Texte intégral

  • 2 Moniot (H.), « L’histoire des peuples sans histoire », in Pierre Nora et Jacques Le Goff (dir.), Fa (...)

1Remontant aux débuts de ma carrière de chercheur, je constate que le statut complexe des sources orales a très tôt suscité mon intérêt – j’ai par exemple traduit en arabe un article d’Henri Moniot sur « l’histoire des peuples sans histoire ».2 Les sources orales me sont apparues d’abord comme instrument de réhabilitation du passé des groupes marginalisés. Plus tard, travaillant sur le discours généalogique et hagiographique, je constatais qu’il y avait un rapport entre oralité et enjeux sociaux : pour l’institutionnalisation des privilèges de naissance ou la construction des grands pouvoirs maraboutiques.

  • 3 Certeau (M. de -), Julia (D.) et Revel (J.), « La beauté du mort », in La Culture au pluriel, Paris (...)

2À la fin des années 1980, un point a retenu mon attention, une récurrence qui pouvait sembler relever de l’anecdote : les ouvrages d’historiographie traditionnelle signalaient que « les gens du commun » donnaient tel nom à telle année, ou la dataient avec tel événement, donnant à l’année ou à l’événement un caractère proverbial. Parfois une seule année recevait plusieurs noms ; d’autres fois, le terme année semblait renvoyer à une durée plus longue. Il s’agissait évidemment là d’un fait culturel, permettant de mieux comprendre les rapports complexes entre mémoire orale et mémoire écrite. Au-delà de la dichotomie implicite inspirée par les approches élitiste et populiste, cela me renvoyait à quelques textes qui développaient cette question, notamment celui de Michel de Certeau qui déconstruit de manière stimulante l’ambivalence des discours sur la culture populaire, le discours savant oscillant entre la valorisation, la censure et la peur des « classes dangereuses ».3

3Je voudrais raconter l’expérience d’une interaction entre discontinuité de l’objet et discontinuité de la recherche. À différents moments, mon projet initial, repris, approfondi puis reporté, marquait une avancée dans l’élaboration et la réalisation d’un projet, différent dans son objet mais inscrit malgré tout dans une problématique d’ensemble.

Une première récolte de données

  • 4 Cf. Ibn Hamid (M.), La vie de la Mauritanie. Les événements des années. Quatre siècles d’histoire d (...)

4Les années-repères apparaissaient surtout dans les chroniques dynastiques, les histoires urbaines, les hagiographies de saints et les compilations biographiques4. J’ai commencé par consulter des œuvres appartenant à la période classique de l’historiographie musulmane (Tabarī, Messaoudī, Sakhāwī, Ibn al-Athīr) ; je suis ensuite passé aux grandes chroniques du Maghreb médiéval, avant de me centrer sur la production marocaine.

5Faisant feu de tout bois, j’ai pu réunir une masse de données orales à partir de cinq objets d’enquête :

  • Un questionnement informel de mon entourage familial et professionnel. Des collègues venant de différentes régions du Maroc, et pour certains anthropologues, qui ont profité de leurs recherches de terrain pour relever des informations sur la datation par l’événement.

  • Un « sondage » que je dois à un jeune ami, Mohamed Zernine, muni d’une licence de sociologie, et fraîchement nommé professeur de philosophie dans un lycée de Sidi Kacem, me proposa de mettre à contribution ses élèves à qui il demanda de profiter des vacances scolaires pour collecter et enregistrer par écrit des années-repères auprès de parents âgés.

  • Des entretiens oraux que j’ai menés (grâce à mon ami Moubarak Chantoufi) à Bouhouda, un village de la région de Taounate, et qui ont commencé à me suggérer l’idée d’une enquête d’histoire orale sur le vécu du Protectorat.

  • Les rapports de « stage du ruralisme », institué par le Département des Sciences Humaines de l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II de Rabat, et destiné à familiariser les étudiants-ingénieurs aux réalités de la société rurale marocaine. Un texte couronnait un séjour de terrain, et « l’historique du douar » faisait partie des rubriques qui orientaient la curiosité des étudiants en début de formation. J’ai eu ainsi le loisir de sillonner les campagnes marocaines à travers ces rapports répartis sur l’ensemble du territoire.

  • Le « Fichier Colin », installé à l’Institut d’Études et de Recherches sur l’Arabisation de Rabat, et dans lequel le célèbre linguiste dialectologue français, bon connaisseur des sources historiques marocaines, a montré une curiosité pour le thème des années-repères et en a registré un certain nombre.

6Au terme de cette première collecte, je me suis retrouvé devant un double dilemme. Le premier concernait l’objet de mon enquête. La datation par l’événement met-elle en relief des événements particuliers ou des années particulières ? Différentes cultures ont eu recours à la datation par l’événement. Ainsi la Grèce ancienne datait par les olympiades, et les anciens Romains par l’investiture des magistrats. En ce qui concerne l’époque de fondation de la culture arabo-islamique, on rapporte qu’avant l’adoption du calendrier de l’Hégire, les Arabes avaient coutume de dater par rapport à des événements mémorables – la naissance du Prophète par exemple était liée à « L’Année de l’Éléphant ». On a cependant continué à nommer les années après l’entrée en vigueur du nouveau système de datation.

  • 5 Cauneille (A.), Les Chaanba. Leur nomadisme, Paris, CNRS, 1968.

7D’un autre côté, certains travaux ont montré que dans les sociétés à dominante orale, l’événement-repère fonctionne systématiquement, c’est-à-dire que toutes les années sont « nommées ». C’est ce que montre l’étude que Cauneille a consacrée aux Chaanba, grande tribu arabe du Sahara algérien, installée dans les oasis du nord au cours du XIXe siècle : chez ces nomades, la « nomination » des années est un phénomène régulier entre les années 1860 et le milieu du XXe siècle.5

8Le second dilemme était lié au choix du traitement de mon objet. Je me retrouvais devant deux séries discontinues, livrées par les sources historiographiques et orales, et caractérisées par des données très inégales, avec un dénominateur commun : la prééminence des calamités et des événements militaires. Il fallait donc soit opter pour la monographie d’histoire locale, soit garder une perspective large, et trouver le moyen de relier les deux types de mémoire.

9Entre-temps, le rapport entre les deux cultures allait m’inspirer d’autres projets qui devaient avoir une réalisation plus rapide.

Deux travaux en chemin

  • 6 Lakhsassi (A.) et Sebti (A.), Le livre du thé à la menthe. Coutume et histoire (en arabe), Rabat, P (...)

10Ce fut d’abord un travail sur l’histoire du thé au Maroc. L’idée naquit au début des années 1990, lors d’un échange avec Abderrahmane Lakhsassi, anthropologue et spécialiste de la poésie berbère. Deux textes nous suggéraient un balisage significatif : un long poème composé en tachelhit en 1895 au Sud-Ouest du Maroc par un poète appartenant aux Aït Bā‘amrāne, et la chanson As-sīniyya (« le plateau de thé ») créée par le groupe musical Nas al-Ghiouane au début des années 1970. Le premier texte décrivait l’esthétique du rituel du thé, dans lequel il voyait un ensemble de métaphores mettant en scène la société marocaine, soulignant que la nouvelle boisson était réservée à l’élite et était utilisée par les puissances européennes pour aider à la pénétration coloniale. Dans le second texte, composé après le passage du thé au statut de boisson familiale, la métaphore du plateau de thé suggérait le recul des valeurs communautaires et la solitude de l’individu dans une société gouvernée par la marchandise.6

11Notre ouvrage prit finalement la forme d’une grille thématisée de sources, articulée autour de quatre axes : « Scènes et événements », « Le licite et l’illicite », « Bienfaits et méfaits », et « Poèmes et mélodies ». La phase d’investigation était organisée autour de l’opposition entre le regard exotique des voyageurs européens, qui insistaient sur la rapide adoption du thé par l’ensemble des Marocains, les sources orales qui soulignaient au contraire la lenteur de la diffusion du thé, et son passage par le statut de boisson essentiellement masculine, et divers genres écrits qui, en réaction contre le discours d’illicéité développé par les faqīhs manifestement battu en brèche, défendaient la nouvelle boisson au nom du savoir médical, et d’un art de vivre où se combinaient esthétique de l’ivresse et nécessité de la tempérance.

  • 7 Sebti (A.), « Insécurité et figures de la protection au XIXe siècle. La ztāta et son vocabulaire », (...)

12Peu après la publication de l’histoire du thé, je fus tenté par une recherche centrée sur la gestion de l’insécurité du voyage au Maroc précolonial à travers la pratique de la ztāta (ou « protection » [des voyageurs]). Ce thème m’avait intéressé dès avant celui des années-repères. J’en ai présenté une première ébauche lors d’un colloque à l’Université de Harvard sur le sujet : « Crise, réforme et vie quotidienne au Maroc du XIXe siècle ». S’y révélait un rapport entre culture orale et culture écrite, cela à plusieurs niveaux. Le terme dialectal ztāta, d’origine berbère, lié à une pratique locale de la protection des voyageurs sur les routes dangereuses, a été repris dans la pratique judiciaire citadine pour désigner la corruption, le « pot-de-vin ». Ceci m’a suggéré une enquête lexicographique combinant arabe classique, arabe dialectal et parlers berbères. Une analyse en termes de champs lexicaux a permis de mettre en évidence des correspondances entre vocabulaire et logique des rapports sociaux7.

13Si la ztāta m’a intéressé après l’histoire du thé, c’est qu’à l’instar de ce dernier, il me semblait constituer un « fait social total ». Une question y devenait centrale : pourquoi la mémoire orale a-t-elle progressivement perdu la signification première, liée au voyage, et lui a substitué une autre signification ? Ainsi, à partir du XIXe siècle, j’ai pu lancer une enquête régressive dans une démarche remontant au Moyen Âge, et j’ai repris la formule de la grille de textes, avec une nouvelle typologie :

  • le récit du voyage et de l’exploration ;

  • la chronique dynastique ;

  • la littérature hagiographique ;

  • la littérature juridique juxtaposant la siyāsa shar’iyya (équivalent du droit public musulman), le fiqh et les recueils coutumiers marocains.

Retour au sujet de départ

14C’est alors que me fut offerte l’occasion de me concentrer à nouveau sur mes « années-repères », dans le cadre d’une invitation de l’Institute of Advanced Studies (Wissenschaftskolleg) de Berlin qui m’accueillit au cours de l’année universitaire 2002-2003. L’institution-hôte fournissait des conditions de travail exceptionnelles, avec un environnement particulièrement stimulant, offrant des possibilités d’échange dans le cadre d’une petite communauté de chercheurs délivrés des contraintes quotidiennes, et venus de différentes cultures, et de différentes spécialités – l’historien y voisinait avec le philosophe, le biologiste et le compositeur de musique, chacun étant forcé d’écouter l’autre. J’ai pu ainsi étoffer mes lectures dans différentes directions. Le corpus marocain prenait plus de chair ; la connaissance de la tradition historiographique arabo-islamique offrait de nouvelles pistes d’interprétation.

  • 8 Quelques références : Burke (P.), ed., New Perspectives in Historical Writing, Cambridge, 1991 ; Do (...)

15À un niveau théorique, je me rendais compte qu’il était utile de croiser trois approches : D’abord une réhabilitation de l’événement qui, dans l’historiographie, avait été central, avant d’être dévalorisé au profit des structures. Divers travaux ont montré la possibilité d’un retour par un renouvellement du questionnaire. Je posais ainsi le problème du statut de l’événement dans la tradition culturelle marocaine, et plus largement arabo-islamique ; et je me proposais de revisiter les deux termes de khabar et hadath. Ce qui m’amenait pour la première fois à porter une attention particulière au genre de la chronique, souvent construite sur le mode des annales dynastiques. Mais l’événement est une clé permettant d’envisager une histoire du temps – deuxième point. Il s’agit d’articuler temps vécu et temps construit au niveau du passé collectif. Après avoir travaillé sur le temps généalogique et le temps hagiographique, je me retrouvais devant le temps eschatologique, refigurant l’histoire des prophètes de l’Anté-islam, et préfigurant la fin des temps. En troisième lieu je considérais le couple oralité/historiographie comme vecteur de mémoire collective. Pourrait-on parler de l’événement comme « lieu de mémoire » ? Comment fonctionne la mémoire de l’événement ? Comment s’articule-t-elle avec les faits et gestes, les personnages et l’espace ? Comment l’événement devient-il par moments objet de mythe ? Je découvrais par là de nouveaux auteurs, et j’en relus d’autres avec un intérêt ainsi renouvelé : je circulai ainsi entre Krzystof Pomian, Maurice Halbwachs, Reinhart Koselleck, Paul Ricoeur, Hayden White, Jacques Goody, Clifford Geertz, Claude Lévi-Strauss, Marcel Détienne et autres.8

16Se posait toujours la question du traitement d’un corpus discontinu d’années, et avec une très forte inégalité dans les données et les récits liés aux différentes années.

Nouvelle pause : Histoire et mémoire

17À la fin du règne du roi Hassan II, dès la nomination d’un « gouvernement d’alternance » créant une atmosphère d’ouverture politique, on pouvait relever une sensible émergence d’une mémoire plurielle, et un recul sensible des tabous pesant sur l’histoire contemporaine du Maroc. Une année après mon retour de Berlin, ce fut la nomination de l’Instance « Équité Réconciliation » (2004-2005), qui s’inscrivait dans le processus de « justice transitionnelle » connu par de nombreux pays, avec cependant ici une situation de continuité de régime. Un large débat a été ouvert sur le thème général d’une réconciliation impliquant l’État, la société et l’histoire.

18Interpellé par ce mouvement, j’ai pu y participer à quatre niveaux :

  • par des rencontres réunissant acteurs et chercheurs sur des thèmes tels que la violence de l’État, l’histoire orale, les lieux de mémoire et l’écriture de l’histoire locale ;

  • en intégrant une commission « Histoire, mémoire, archive(s) » au sein d’un Conseil Consultatif des Droits de l’Homme, chargée d’accompagner la mise en acte de certaines recommandations de l’IER, par des rencontres de réflexion, de sensibilisation, et d’évaluation. Il était notamment question de dialoguer avec des projets élaborés par un tissu associatif qui a émergé dans les régions touchées par les violations des droits de l’homme, et qui étaient censées bénéficier d’une « réparation communautaire » ;

  • en participant à une commission mettant sur pied un projet de master « Histoire du temps présent » au sein de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, avec le soutien du CCDH. La nouvelle formation prit au début une tournure multidisciplinaire, et accueillit des étudiants munis d’une licence d’histoire, et d’autres provenant de différentes filières comme la sociologie, la science politique, le journalisme, la documentation et l’archivistique ;

  • dès l’ouverture du master, partant d’un enseignement que j’avais donné à l’École des Sciences de l’Information, c’est à la question des sources orales que je consacrai un cours qui esquissait une mise au point, et un diagnostic. Je reprenais ainsi les particularités des expériences avancées (retard français, avance américaine), et j’essayais de poser des éléments susceptibles de définir la situation du Maroc au seuil d’une histoire orale encore quasi absente et entourée d’illusions et de malentendus.

Mise en forme définitive

19Deux choix allaient débloquer l’évolution du projet des années-repères. Ce fut d’abord la formule de l’ouvrage/grille de textes qui me semblait avoir acquis une certaine maturité. Il s’agissait d’« écrire au moyen des textes », selon la formule du sociologue Driss Bensaïd commentant le livre sur la ville marocaine au Moyen Âge composé avec Halima Ferhat. Plus tard, l’historien tunisien Lotfi Aïssa allait parler d’expérimentation et de présence du langage cinématographique à propos de l’étude sur le thé. Présentant le livre sur la ztāta au Centre Marocain des Sciences Sociales de Casablanca, le politologue Mohamed Tozy allait évoquer encore un style qui consistait à déplier les textes, et à leur donner la parole sans leur faire confiance.

  • 9 Cf. Sebti (A.), « Présence des crises dans la chronique dynastique marocaine », Cahiers d’Etudes Af (...)

20Il me semblait que, pour traiter le corpus des années, il me fallait non pas les dérouler dans leur intégralité, ce qui pouvait être relégué dans d’éventuelles annexes ; il fallait plutôt se concentrer sur les années pour lesquelles l’historiographie avait enregistré une nomination par la mémoire orale, en associant des récits nombreux et parfois consistants. Il fallait décrire la logique de la datation par les batailles militaires et les calamités, les deux catégories étant englobées dans la notion de crise9. Dans une perspective de temps long, apparaissaient deux moments révélateurs : en amont, « L’Année de l’Éléphant » (‘Am al-Fīl) me semblait constituer à la fois un événement-matrice, et l’événement-signe par excellence, reconstruit dans la période de passage de l’oralité arabe à la tradition islamique ; en aval, la première moitié de la décade des années 1940 présentait un nœud d’années-repères qui semblaient accessible par la mémoire orale marocaine sans la médiation de la mémoire historiographique.

Prolongements

21Depuis que je me suis intéressé aux années-repères, je relevais régulièrement toute allusion à ce phénomène dans divers écrits récents. Le corpus obtenu se trouve réparti entre quatre genres : la littérature romanesque, les témoignages des victimes des « années de plomb », le débat politique et la presse. Les auteurs soit réinvestissent une année-repère très présente dans la mémoire collective (comme « L’Année de l’Éléphant » et « ‘Am al-Boun »), soit en inventent une nouvelle pour les besoins de l’argumentation ou de la narration.

  • 10 Al Massae, 15 oct. 2012

22Une dernière trouvaille ne manquait pas de signification : un quotidien arabophone à grand tirage publia une chronique intitulée « L’Année du Mozambique ».10 Abdallah Damoune y rappelait l’usage marocain de dater par des événements saillants ; il en donnait un certain nombre d’exemples ; ensuite il soulignait des événements-scandales récents, qui auraient dû avoir la même notoriété avec, en pleine actualité, la récente victoire de la sélection marocaine de football contre le Mozambique lors des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations. Venant après de nombreuses défaites, les responsables marocains ont mobilisé le public pour demander des comptes sur la mauvaise gestion de la sélection marocaine, et sur le fait que l’on donnait l’illusion qu’une victoire sur une équipe faible telle que celle du Mozambique était le remède à tous les déboires. Cinq jours après, le même journal publiait une autre chronique intitulée « La victoire de l’absurde ». L’économiste Driss Benali y ironisait sur ceux qui ont érigé la victoire du Maroc sur le Mozambique en événement historique, la mettant au même niveau que la Bataille de Zallāqa, la Bataille des Trois Rois, la Bataille d’Anoual ou la Marche Verte. Confondre l’historique et le futile, minimiser ce qui est important et donner l’importance à ce qui est minime, c’était, disait-il, un signe de sous-développement.

23S’agissait-il d’une polémique anodine ? En apparence seulement, car elle pointait les possibilités de malentendu autour du statut de l’événement entre la tradition culturelle et la nouvelle culture véhiculée par les médias dans laquelle une grande consommation des informations ne signifie pas toujours une bonne compréhension de l’événement. Autrement dit, le thème des années-repères constituait un autre exemple de questionnement du passé à la lumière du présent.

Notes

2 Moniot (H.), « L’histoire des peuples sans histoire », in Pierre Nora et Jacques Le Goff (dir.), Faire de l’histoire, Paris, Gallimard, 1974 ; tr. arabe (par A. Sebti), in Al-Thaqāfa al-jadīda, n° 16, 1980.

3 Certeau (M. de -), Julia (D.) et Revel (J.), « La beauté du mort », in La Culture au pluriel, Paris, Christian Bourgois, 1993, p. 45-72.

4 Cf. Ibn Hamid (M.), La vie de la Mauritanie. Les événements des années. Quatre siècles d’histoire de la Mauritanie et de son voisinage (en arabe), éd. Sidi Ahmed Ibn Ahmed Salem, Abu Dhabi, Abu Dhabi Culture & Heritage, 2011.

5 Cauneille (A.), Les Chaanba. Leur nomadisme, Paris, CNRS, 1968.

6 Lakhsassi (A.) et Sebti (A.), Le livre du thé à la menthe. Coutume et histoire (en arabe), Rabat, Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, 1999 ; également Sebti (A.) « Itinéraires du thé à la menthe », in Tea for two. Les rituels du thé dans le monde, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1999.

7 Sebti (A.), « Insécurité et figures de la protection au XIXe siècle. La ztāta et son vocabulaire », in Noureddine Elaoufi (Dir.) Signes du présent, Rabat, dossier « La société civile au Maroc », pp. 47-69. Egalement Entre l’escorte et le coupeur de route. La sécurité des routes au Maroc précolonial (en arabe), Casablanca, Toubkal, 2009.

8 Quelques références : Burke (P.), ed., New Perspectives in Historical Writing, Cambridge, 1991 ; Dosse (F.), La renaissance de l’événement. Un défi pour l’historien, Paris, PUF, 2010 ; Pomian (K.), L’ordre du temps, Paris, Gallimard, 1984 ; et finalement, Sebti (A.), Histoire et mémoire. Chantiers d’histoire marocaine (en arabe), Beyrouth/Casablanca, Centre Culturel Arabe, 2012.

9 Cf. Sebti (A.), « Présence des crises dans la chronique dynastique marocaine », Cahiers d’Etudes Africaines, 119, 1990, pp. 237-250.

10 Al Massae, 15 oct. 2012

Auteur

Université Mohamed V, Rabat

© Centre Jacques-Berque, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable