Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiquer les sciences sociales au Maghreb

 | 
Mohamed Almoubaker
, 
François Pouillon

Travailler sur des documents non classiques

Parties de chasse (et sciences sociales) au Maghreb

Jean-Philippe Bras

Texte intégral

1Bien que je ne sois pas anthropologue de profession, mais plutôt nourri de lectures anthropologiques, j’ai toujours été frappé par les accointances que la chasse et l’anthropologie pouvaient entretenir. C’est ce que je voudrais illustrer ici, en reprenant quelques notes de chasses marocaines et tunisiennes, dans une restitution volontairement décousue, mais dont il devrait tout de même ressortir quelques enseignements. Ma relation se fera au passé, car mes notes commencent à dater, pour un monde qui, probablement, s’en va, même s’il n’a pas toujours été dans le statut d’altérité que les clôtures du regard anthropologique ont pu lui conférer. Commençons par nous méfier des lieux communs.

  • 2 Meillassoux (Cl.), « Recherches d’un niveau de détermination dans la société cynégétique », L’homme (...)
  • 3 Du titre de l’ouvrage de Bertrand Hell, Sang noir. Chasse, forêt et mythe de l’homme sauvage en Eur (...)

2La chasse est d’abord objet évident de l’anthropologie, par sa primitivité. En tant qu’activité première des sociétés primitives, essentielle pour la subsistance du groupe, elle dicte un ordonnancement des statuts et des rôles sociaux. On citera, à titre d’exemple, quelques travaux mythiques comme ceux de Calude Meillassoux ou de Marshall Sahlins2, ou la filmographie ethnologique de Jean Rouch avec sa fameuse Chasse au lion à l’arc (1967). Mais, tout en quittant les rives des aubes ou des marges de l’humanité, elle reste primitive à travers la subsistance de sa pratique dans les sociétés contemporaines, sans enjeux autres que symboliques, sa fonction alimentaire relevant plutôt de la gastronomie. Et, justement en raison de son inutilité immédiate, la persistance de cette pratique paraît troublante, tant elle sollicite la relation de l’homme à l’animal sur un mode énigmatique, et questionne frontalement le statut du sauvage dans le paysage de la modernité, où continue de circuler le « sang noir »3. La manière dont la chasse est aujourd’hui pratiquée (ou non) reste donc une clé de lecture des sociétés.

3Mais la relation entre chasse et anthropologie ne s’arrête pas au statut d’objet scientifique de la première activité par rapport à la seconde. L’accointance est aussi analogie dans les manières de faire. Comme l’anthropologue (classique) du Maghreb, le chasseur a ses terrains, qui sont d’ailleurs similaires, de la ruralité profonde, de ces lieux et populations plus ou moins « à l’écart ». Et la connaissance du terrain de chasse détermine le succès des entreprises du chasseur. Il est inutile d’être habile au tir si l’on ne sait où, quand et comment débusquer le gibier. Bien sûr, l’observation et l’expérience permettent d’identifier les territoires propices à la poursuite de tel ou tel gibier, les habitudes de l’animal chassé, ses « remises », l’influence des conditions climatiques sur son comportement, ce qui amène les passionnés de la chasse aux migrateurs (notamment) à tenir de très précises chroniques climatiques de leurs sorties cynégétiques. Et l’on peut continuer de filer la comparaison avec l’anthropologie, car le chasseur va capitaliser la mémoire de ses sorties en tenant des carnets. Ceux-ci comportent des notations qui concernent principalement ses « tableaux » de chasse, et des informations qui ont trait au comportement des animaux poursuivis.

4Mais pas seulement, car le « terrain » ne se livre pas aussi facilement. Sa connaissance intime et sa pratique passent par de nombreux intermédiaires, auxiliaires et informateurs, qui en livreront les secrets et l’actualité au chasseur qui, de nos jours, est le plus souvent un urbain, donc éloigné au quotidien des territoires de chasse. Gardiens, rabatteurs, guetteurs postés sur les éminences, porteurs de carniers, enfants ramasseurs de petits gibiers, collaborateurs occasionnels comme les bergers ou les laboureurs rencontrés au hasard du cheminement du chasseur, leur participation confère à la chasse le caractère d’une action collective qui mobilise la société rurale bien au-delà des chasseurs stricto sensu. Et quand il s’agit de battues au grand gibier (ici le sanglier), la logistique devient particulièrement importante, presque militaire – mulets, ânes, carrioles, chiens, refuge de chasse, préparation des repas – et les effectifs de rabatteurs s’élèvent à plusieurs dizaines, renvoyant à de véritables enjeux économiques pour le bled.

5De plus, la chasse intervient sur un terrain qui n’est pas vierge, mais saturé de titres de propriété et de réglementations, ce qui peut en restreindre l’exercice, et susciter des conflits entre propriétaires, administration et chasseurs. Et elle doit cohabiter avec d’autres usages de la nature, agricoles, sylvicoles et pastoraux, ou encore se concilier avec des impératifs de protection. D’où une dimension de négociation omniprésente dans l’acte de chasse, qui confère au chasseur le statut de partie prenante à la société rurale dans laquelle il se meut, et pas simplement celui d’un observateur fortuit de cette société au gré de pérégrinations par monts et par vaux, le fusil à l’épaule. L’observation est nécessairement participante, pour reprendre une expression chère aux sciences sociales, et le carnet de chasse est donc susceptible de comporter des notations relatant ce jeu social autour de la chasse, à côté des observations à caractère naturaliste.

  • 4 Vincenot (H.), La billebaude, Paris, Denoël, 1978.
  • 5 Vialar (P.), La grande meute, L’homme de chasse,…
  • 6 Tourgueniev (I.), Mémoires d’un chasseur, 1852.
  • 7 Gérard (J.), Le tueur de lions (1847), La chasse au lion (1854) ; Margueritte (A.), Chasses de l’Al (...)

6La même considération peut être avancée sur la littérature cynégétique, aux qualités d’écriture souvent improbables, qui oscille entre différents registres. C’est d’abord le récit de chasse le plus plat et le plus clos, autocentré, relatant exploits et déboires du chasseur dans sa quête du gibier, accompagné le cas échéant de données techniques sur les modes de chasse ou naturalistes sur les animaux chassés, ou encore de développements « poétiques » sur l’exceptionnalité du rapport du chasseur à la nature. Mais la société des hommes est à peu près absente de ce type de récits. A l’autre bout de la chaîne, la chasse devient prétexte au récit social : on pense aux billebaudes bourguignonnes et ruralistes d’Henri Vincenot,4 aux sombres chroniques solognotes de Paul Vialar5 ou au regard que porte Tourgueniev6 sur le monde rural dévasté de la Russie tzariste avec ses bottes chargées de la boue des marais où il poursuit canards et bécassines. Elle se fait même à l’occasion ethnographie, à travers ces récits de chasse des militaires français (Gérard, Margueritte, Béchade, Daumas…)7 dans l’Algérie fraîchement colonisée, qui pourchassaient le lion et la panthère, pour assouvir leur soif (aristocratique) de confrontation avec les grands fauves, mais aussi en remplissant –à les entendre– la noble mission de protéger les douars, contre le « sultan » prédateur qui prélevait un écrasant tribut sur les troupeaux. Or, ces récits, dont le succès populaire fut considérable, fourmillent d’annotations sur les populations, les répertorient, les classent, détaillent leurs usages, dans un exercice proche des notices des tribus. Et chacun relevait que, par la chasse, –qui supposait notamment la maîtrise de la langue arabe pour mobiliser le bled, négocier avec les caïds, s’entretenir avec les informateurs– il s’incorporait d’une certaine manière à cette société rurale, et accédait à une connaissance intime de cette dernière.

7Aussi, l’action de chasse s’insère dans une trame dense de relations sociales, qui aujourd’hui met le plus souvent aux prises urbains (chasseurs) et ruraux (notables, agriculteurs et bergers), ces derniers pouvant se muer au gré des circonstances en auxiliaires ou en adversaires des chasseurs. A ce titre, elle constitue un précieux ticket d’entrée pour le chercheur en sciences sociales, a fortiori « étranger », qui pratique ainsi une forme d’immersion, dans un statut décalé – par rapport à celui de chercheur – d’acteur, ou plus précisément d’actant dans cette ruralité... même si, comme on le sait, l’observation (scientifique) est en soi perturbante de son objet, donc action, ce qui limite mais de manière incidente la portée de la distinction des statuts. Le chasseur-chercheur peut donc faire sa cueillette d’informations, sa billebaude, autour de l’action de chasse elle-même, mais aussi de manière collatérale en tirant le suc de sa périphérie.

Les chasseurs

8Les chasseurs nord-africains sont peu nombreux au regard des effectifs de « nemrods » de la rive nord de la Méditerranée. La pratique légale de la chasse est conditionnée par la possession d’un permis de port d’armes, l’un des documents les plus difficiles à obtenir des administrations publiques. Le souci sinon l’obsession du contrôle des armes dans un contexte de régime autoritaire (faisant suite sur ce point au régime colonial), qui conduit également à la prohibition totale des armes rayées, amène le ministère de l’Intérieur à délivrer les autorisations au compte-goutte, après des mois sinon des années d’attente. Il en résulte que les principaux contingents de chasseurs sont composés d’urbains dotés d’un capital relationnel, et que le fellah n’est pas sûr de pouvoir transmettre son fusil à sa descendance. Certes, la coupure n’est pas totale. Certains chasseurs sont du bled, et les urbains descendent souvent de ruraux à une ou deux générations, ce qui nourrit une appétence à la chasse, comme ce fut le cas dans la France du XXe siècle. Mais il reste que la chasse est souvent une rencontre de la ville et de la campagne, ce que reflètent les discussions lors des repas qui suivent la chasse, mêlant les affaires de la qabila et celles de l’État ou du monde économique. Elle est aussi l’occasion d’un improbable patchwork social, de la même manière que certaines activités sportives, offrant pour le chercheur de précieuses opportunités de lecture de la société, comme la mise en scène de la rivalité entre élites bidhaoui et r’bati dans une société de chasse dont le territoire se situait à mi-distance entre la capitale administrative et la capitale économique du Maroc. Dans cette société, on pouvait également trouver quelques échantillons (de plus en plus rares) des Européens du Maghreb, et l’on comprenait vite qu’il était question de statuts et de strates historiques : Pieds-noirs et patos, personnels d’ambassades et simples coopérants, ceux qui passent et ceux qui s’attardent.

9Les femmes sont définitivement absentes de cette pratique – je n’en ai rencontré qu’une seule au Maroc, fille de pied-noir –, ou refoulées à sa périphérie, dans des rôles traditionnels et auxiliaires (d’épouses et de compagnes, de cuisinières préparant les repas ou de ménagères nettoyant les refuges). Mais ce trait n’a rien de particulier au Maghreb, et ne saurait être mis sur le seul compte de la rémanence des structures patriarcales dans le bassin méditerranéen ou le monde arabe. Il est également patent dans les pratiques européennes de la chasse, – Bertrand Hell cite la maxime d’Albert Ier de Habsbourg (1250-1308), qui proclame que « la chasse revient de droit à l’homme et la danse à la femme » –, dont l’immuabilité ne semble remise en cause que pour la chasse au petit gibier, où les femmes sont plus présentes, fenêtre de la modernité et de l’égalité des sexes, qui se referme promptement dès lors qu’il est question de grands animaux et de flux de sang noir.

10Une autre espèce de chasseurs a fait son apparition dans ces pays à vocation touristique. Des agences organisent des séjours de chasse pour des touristes principalement européens, ce qui n’est pas toujours apprécié par les chasseurs locaux qui se voient, à cette fin, confisquer certains de leurs meilleurs territoires. Un de mes amis qui avait fait de cette activité sa profession, m’invitait parfois à me joindre à ces groupes de touristes-chasseurs, ce qui nous permettait de forger une pittoresque typologie par pays : de l’Allemand respectueux des réglementations et grand consommateur des nuits d’Hammamet, à l’Italien saisi par la fièvre, à proximité de la démence, abattant des centaines de grives, et tout autre volatile à portée de fusil. Le Français constituait une sorte d’intermédiaire, avec une gradation dans la fièvre entre le nord et le sud de la Loire. Quant aux Espagnols, leur réputation au Maroc semblait similaire à celle des Italiens en Tunisie. Après le contentieux sur la pêche, celui sur la chasse !

Le terrain de chasse

  • 8 Berque (J.), « Les Nawazil al muzara’a du Mi’yār Al Wazzānī », in Opera Minora, I, Bouchène, Paris, (...)

11Heureux le chasseur qui peut chaque dimanche, sur l’ensemble du territoire national, choisir un terrain différent à parcourir, dans des pays où le droit de chasse est largement dissocié du droit de propriété. Allait-on à la poursuite du perdreau (hajel) gouter des douceurs du Cap Bon ou des rugosités des montagnes de Kroumirie, proches de la frontière algérienne ? Ou rechercher la grive (terdh) dans les oliveraies à perte de vue de la région de Sfax ? Ou encore attendre les gangas venant s’abreuver aux points d’eau dans les étendues désertiques d’El Borma ? Et il restait la passée des canards (brak) dans les marais maritimes que surplombait le village de Kal’at-el-Andalous, aux femmes enveloppées dans d’étonnantes couvertures. Le Maroc n’était pas en reste pour décliner la diversité et souvent la somptuosité de ses paysages, des plaines de Beni Mellal où la caille (semen) abondait, aux montagnes imprenables d’un Rif saisi dans son « archaïque culture »8 qui laissaient le chasseur sans souffle et la perdrix épargnée, aux sommets enneigés du Haut-Atlas où trouvait refuge le vieux solitaire, aux rizières du Gharb avec leurs volées de bécassines, …

  • 9 Berque (J.), « Le système agraire au Maghreb », in Opera minora, III, p. 188.

12La chasse itinérante, telle que je l’ai pratiquée (surtout en Tunisie), permettait également de cheminer dans les strates de l’histoire rurale du Maghreb : la densité des témoignages de la présence romaine dans les endroits les plus improbables de la campagne tunisienne, dont on sait que l’archéologie coloniale fît un usage très politique ; la « firma » coloniale en déshérence au milieu des plaines, cet « édifice aux murs chaulés, au toit rouge tendant à restituer dans le pays l’image de la ferme provençale ou du clos de vignoble bourguignon » et qui laissait « le fellah étonné, scandalisé, et bien souvent irrité », selon Jacques Berque9 ; les fermes coopératives ou d’ État mal entretenues, symboles des tentatives et des échecs du collectivisme agraire des débuts de l’indépendance.

13Le terrain de chasse est occasion de flânerie, mais aussi de conflits et de chikaya. Les conflits d’usage portaient souvent sur le domaine forestier. Le droit de pacage – qui fut toujours la grande affaire de l’administration des Eaux et Forêts – ne fait bon ménage ni avec la chasse ni avec l’exploitation sylvicole. Mais, en cette matière, l’application des réglementations était toujours négociée, tant le sujet était sensible. Une bonne gestion de la chasse au sanglier, qui avait pour effet un accroissement rapide des populations de cet animal prolifique, dès lors qu’il trouve calme et nourriture, pouvait constituer une autre source de conflits entre chasseurs et agriculteurs. Et dans les nuits chaudes du début de l’été, on entendait les paysans défendant tant bien que mal leurs champs par des cris, des imprécations, et des vociférations jusqu’à l’aube, ce qui me ramenait à ma littérature de chasseurs de lions, qui décrivait de pareils sièges nocturnes du grand fauve autour des douars. Des battues administratives étaient organisées, ce qui était source d’autres négociations avec l’autorité, et le cas échéant l’agrainage des sangliers réduit.

14Des conflits d’un type nouveau arrivaient aussi à survenir, quand les propriétaires en venaient à s’opposer à la pratique de la chasse banale sur leur territoire, marque d’une évolution des représentations du droit de propriété, en rapport avec le statut de plus en plus citadin de ceux qui en sont titulaires.

Les informateurs

15Dans ce monde nourri de culture orale qu’était la campagne marocaine, on ne pouvait qu’être saisi par la virtuosité dans l’art de l’argumentation et de la dispute, ses montées en tension et ses retombées puis rebondissements, ses gestuelles, ses rituels. Et l’argumentation se nourrissait de l’information. La campagne était peuplée d’informateurs, foisonnante et bruissante d’informations, vraies ou fausses, souvent contradictoire. Oh Bouchaïb ! Oh Fatmi ! L’information se propageait d’abord par l’interpellation, passait de l’adret à l’ubac, dans ces registres de voix qui maîtrisent la distance, et à travers ces personnages bien croqués par les textes de Driss Chraïbi. Ce n’était pas le télégraphe Chappe, mais cela y ressemblait. Tenir le bled, c’était pouvoir démêler tout cela, dans des hiérarchisations – des informations et des informateurs – et dans des mises en compétition permanentes, qui venaient vite ruiner les positions acquises. Sociétés à statuts, certes, mais dont les hiérarchies étaient toujours mises sous tension. L’information – sur quelle partie du territoire chasser le sanglier le dimanche suivant ? Qui est le propriétaire du troupeau entré en forêt hors des périodes de pacage ? Quel véhicule a sillonné la nuit les chemins de la cherika (société) ?…– se dégageait sous le principe du contradictoire, autant qu’en invoquant Dieu, le statut ou l’honneur de l’informateur (rajeul). Il fallait donc constituer ses réseaux, les faire et les défaire, dans ce jeu de l’insécurité et de la déstabilisation. La chasse permettait de tenir ainsi une savoureuse chronique du bled, d’un monde vivant et souvent âpre, où l’humour était l’arme suprême des déshérités. Notre informateur en chef, un Bouazza, était une flamboyance de cette chronique, dans son art d’ausculter, de soupeser, d’évaluer l’information, avec les temps d’affirmation véhémente, de repli pensif ou tactique, de convocation à témoin, art porté à une telle perfection, qu’au bout du compte l’information s’était perdue dans la démonstration.

16En Tunisie, il s’agissait d’autre chose. La trame de l’information était d’abord urbaine. Chaque dimanche, les chasseurs quittaient la capitale avant l’aube vers un terrain de chasse qu’il fallait choisir. Les rumeurs circulaient et s’enflaient pendant toute la semaine. Les tourterelles fondent sur Kairouan. Les montagnes de Goubellat sont pleines de perdreaux. Les grives sont arrivées dans le Cap Bon. Et les chasseurs avaient leurs réseaux d’informateurs sur place, en fonction des appartenances régionales, que l’on ne délaisse jamais tout-à-fait quand le hasard des choses vous fait devenir tunisois. Un passage obligé était l’armurerie de la rue Charles de Gaulle à Tunis où s’échangeaient rumeurs et informations, généralement contradictoires. Le jour même de la chasse, le café sur le bord de la route après la sortie de Tunis constituait une autre station incontournable dans l’opération délicate du choix du terrain de chasse. Chacune des routes principales avait son café. Dans les lueurs blafardes de l’aube, autour d’un improbable capuccino ou café allongé, les dernières informations ou contre-informations s’échangeaient. Les groupes de chasseurs se faisaient ou se défaisaient autour du choix d’une destination finale. Le registre de la ruse, cher à nos essentialistes, n’était bien sûr pas absent de ces échanges. Mais c’était tout simplement de bonne guerre.

La politique et le droit

17La chasse était pleine de politique, mais de politique locale… Les États autoritaires sont des États administratifs, où tout est sujet à autorisation. Il fallait donc négocier avec les autorités locales dans leurs subtiles articulations (gouverneur, caïd, président de commune, chioukh et moqqademin) et avec l’administration des Eaux et Forêts, d’autant que l’insécurité des situations juridiques était toujours de mise. Pour les sociétés de chasse marocaines bénéficiant de territoires en amodiation, la négociation se faisait également avec les populations locales, car leur soutien, ou à défaut leur absence d’hostilité, étaient nécessaires pour le bon déroulement des chasses et la réalisation des travaux d’aménagements cynégétiques. L’activité de la société de chasse avait des retombées économiques sur le bled, et il n’était pas rare (au moins pour celle dont j’étais adhérent) qu’elle contribue au financement de travaux d’intérêt général (réfection d’écoles, de routes et de ponts, achat de pompes, …).

18Par ailleurs, le makhzen était susceptible de surgir à tout moment, et le fait du prince de s’exprimer dans la tradition sultanienne. Un territoire de chasse en amodiation, giboyeux parce que bien géré, pouvait attiser les convoitises en haut lieu. Il fallait donc être prudent et discret sur ses succès. En Tunisie, la Garde nationale et l’administration des Eaux et Forêts étaient mobilisées pour empêcher les chasseurs d’entrer dans les lieux de chasse choisis pour la sortie dominicale du Premier ministre de l’époque.

  • 10 Hell (B.), op. cit., p. 48.

19Mais la violation du droit était tout autant le fait du chasseur que celui du prince, car le chasseur maghrébin est saisi de l’irrésistible fièvre du braconnage, qui l’amène à délaisser temporairement l’attente de la tourterelle pour poursuivre quelques « pouillards » (jeunes perdreaux) au cœur de l’été, à quitter brutalement la route pour entrer dans le labour où se tient la compagnie de perdreaux, à rechercher nuitamment à la lumière de ses phares le lièvre ou le sanglier. Tous ne sont pas contaminés, mais beaucoup sont atteints, et certains très gravement… J’ai eu la chance d’en connaître quelques remarquables spécimens, et de partager des séquences de braconnage (naturellement au titre de l’observation participante). L’activité était risquée, et la rencontre des gardes-forestiers assez fréquente, avec de vrais désagréments en perspective (confiscation du fusil, retrait du permis de chasse, amende). Mais, comme le souligne Bertrand Hell, « la fièvre extrême ne permet plus aux braconniers de se satisfaire des limites de la chasse mesurée et, pour assouvir leur passion, ils sont prêts à prendre tous les risques ».10 De plus, dans ce type de situation, la négociation était dans certains cas possible, en vue de la transaction ou par les ressources que procurait le statut. Ainsi, lors d’une ouverture un peu anticipée de la chasse au perdreau, une de ces figures du braconnage que j’accompagnais, se retrouva nez à nez avec un cavalier (agent des Eaux et Forêts) dans une situation qui relevait du flagrant délit. L’uniforme du cavalier disait l’autorité, la loi, une administration ancestrale. Mais le braconnier, fort sympathique au demeurant, et fort critique du régime en place, faisait partie des services de sécurité, sorte d’État dans l’État tunisien. Il brandit sa carte professionnelle, argumenta avec véhémence, statut contre statut. Dans la Tunisie de Ben Ali, la partie était « jouable », et après de rudes échanges, un perdreau fut finalement glissé presque accidentellement dans la capote du cavalier. Et l’on se quitta bons amis, personne n’ayant perdu la face dans l’affaire. Dans les régimes autoritaires, où les sommets de l’État se dispensent de s’appliquer le droit à eux-mêmes, sa flexibilité gagne de strate en strate toute la société. Et malheur au plus faible… La norme se vit comme contrainte, si vient à lui manquer sa justification par le principe d’égalité. Ses buts sont perdus de vue, et sa transgression immédiate, dès lors que la probabilité de la répression s’affaiblit. Voilà qui ne peut qu’encourager la fièvre du braconnier, dans une considération d’anthropologie politique, fièvre en tout état de cause latente chez le chasseur, dans une considération d’anthropologie générale.

20Quant aux discussions politiques, quand elles touchaient aux questions nationales et surtout à la personne du chef de l’Etat ou à son entourage immédiat, on respectait scrupuleusement les conventions d’usage (les branches pourries du makhzen et l’ignorance dans laquelle le chef de l’État est tenu de leurs malversations ou incompétences) ou on filait volontiers la métaphore. Je me souviens d’une longue conversation avec un chasseur tunisien, pendant laquelle nous contemplions les élégantes circonvolutions d’une huppe dans un verger, en attendant des grives qui n’étaient pas au rendez-vous. Nous commentions les différentes techniques de vol de la huppe, dont le nom arabe est chiboub. C’était aussi celui du gendre du président Ben Ali, président du club de football de l’Espérance de Tunis et grand brasseur d’affaires.

  • 11 Leveau (R.), Le fellah marocain, défenseur du trône, Presses de la fondation nationale des sciences (...)
  • 12 Sur la souscription, cf. Bras (J.-Ph.), « La mosquée et le paradis. Sur les registres de la légitim (...)

21J’eus aussi la chance de connaître un fort moment makhzénien du bled marocain, quand le roi Hassan II décida de lancer une souscription nationale pour le financement de la construction de la grande mosquée de Casablanca en 1988, dans cette technique très marocaine de désamorçage du champ politique par le contrôle monarchique du champ religieux. De manière attendue, les fellahs « défenseurs du trône », selon l’expression de Rémy Leveau,11 sacrifièrent aux rites de l’allégeance, et les campagnes n’entrèrent pas dans la siba. Il faut dire que la souscription reproduisait l’un des schémas les plus répandus de la culture religieuse marocaine, et plus particulièrement de celle du monde rural, autour des confréries et dans le cadre des moussems, tout en le faisant monter dans un référent national. Elle mettait en mouvement l’économie du barouk, avec un objet transactionnel dans la relation avec le ciel (la mosquée), un intercesseur doté de la baraka (le Roi), un acte d’acquisition de l’objet (la souscription) opérant le transfert des bienfaits de la baraka sur l’acquéreur. On y trouvait même la dimension de marchandage de ce rituel d’accès au surnaturel, à travers les âpres discussions sur le montant des contributions. Certes, les images diffusées sur la télévision nationale, montrant les files d’attentes de fellahs exhibant leurs liasses de billets devant les khaïmas dressées dans tout le pays, et les bulletins de victoire sur les montants souscrits valaient une nouvelle confirmation de la beya entre le Roi et son peuple. Mais si l’on cheminait dans les replis des campagnes, ce que la chasse permettait, le bled présentait un tout autre visage, comme pétrifié par la souscription, conduite dans le plus pur style du ministère de l’Intérieur, soit un mélange d’autoritarisme et d’arbitraire, alors que le discours royal insistait sur le caractère volontaire des dons. Une autre chasse était ouverte, dont le fellah était le gibier. Les traditions de négociation avec le makhzen étaient mises à mal, la persistance des pratiques autoritaires et même répétitives du prélèvement interrogeait sur la disjonction entre la volonté royale et les méfaits du makhzen. Les petites histoires sur les humiliations des fellahs, les poèmes assassins firent florilège. Et les paysans commencèrent de déployer les stratégies d’évitement du makhzen dont ils sont experts, désertant les souks et évitant les routes et chemins que sillonnaient sans relâche les véhicules de l’administration. La souscription fut donc un moment politique, où s’inscrivaient en creux les limites contemporaines des registres traditionnels de la légitimation de la monarchie marocaine.12 Puis la décennie suivante ouvrit une ère de réformes. On notera que les sociétés de chasse furent également « invitées » à contribuer…

Les gibiers

  • 13 Hell (B.), op. cit., chap. II, La circulation du sang noir, pp. 45-85.
  • 14 « Dialogues sur l’hippologie »…, op. cit., pp. 349-378.

22Les gibiers se voient conférer des statuts. Ils sont hiérarchisés, selon divers critères, qui va de la dangerosité de leur chasse, corrélée à leur force et à leur « courage », à des considérations biologiques sur l’odeur (les puants) ou la couleur du sang et de la chair13. Et cette hiérarchie participe de la construction d’une autre hiérarchie, celle des chasseurs. Ainsi, la chasse au grand gibier est constitutive d’élites cynégétiques, celle des grands fauves d’une véritable aristocratie. Le petit gibier est plus démocratique, dans son essence, avec cependant ses distinguos entre citadins, qui poursuivent plus volontiers la plume, et les ruraux qui ont une forte appétence pour le lièvre (une forme de constante, des deux côtés de la Méditerranée). La littérature cynégétique du XIXe siècle relevait que les Arabes se désintéressaient du petit gibier, tout juste bon pour le petit braconnage des bergers. Ou ils le chassaient avec un auxiliaire animal, le faucon ou le sloughi, ce qui anoblissait la chasse. Mais la chasse noble par excellence se pratiquait à cheval, dans un entremêlement féroce avec les bêtes fauves (lion, panthère, sanglier) et l’enivrement de l’odeur de la poudre (le baroud). Il faut encore signaler celle de l’autruche dans les étendues désertiques, épreuve redoutable pour le cheval et le cavalier, par la durée de l’effort dans la fournaise et les risques d’égarement. Les gibiers poursuivis mais aussi les modalités de chasse sont donc des marqueurs sociaux, ce qui est bien signifié dans le vis-à-vis aristocratique des entretiens entre le général Daumas et l’émir Abdelkader.14

  • 15 Alaoui (Y., Moulay), La chasse au Maroc, Éditions du Cèdre, Casablanca, 2008, p. 30.

23Tel Tartarin de Tarascon à la recherche du lion dans les faubourgs d’Alger, le chasseur du nord de l’Afrique de la deuxième moitié du XXe siècle était condamné à l’errance dans une nature désenchantée. Plus de lion, de panthère ou d’autruche à poursuivre pour éprouver sa valeur, à l’instar des chefs de tribus ou de nos militaires coloniaux. J’ai rencontré, en de très rares occasions, des chasseurs à cheval à la recherche du perdreau ; et la tribu Zaïne dans la région de Khénifra maintenait la tradition de la chasse du sanglier à cheval. Pour la chasse au faucon, elle n’est plus guère pratiquée au Maroc que par quelques membres des chorfas Al Kouassem, de la région d’Ouled Frej.15 Par contre, sa pratique s’est perpétuée dans le nord du Cap Bon en Tunisie, et même fortement patrimonialisée, à travers le festival de l’épervier qui se tient chaque année à El Haouaria à la fin du printemps. J’avais été enchanté, lors d’une première visite au festival dans les années soixante dix, par le spectacle des cavaliers à l’élégant burnous, couverts du fèz ou du tarbouch traditionnel, défilant dans la ville, tenant fièrement à bout de gant le rapace dont ils avaient fait leur auxiliaire pour la saison de chasse. Mais, une vingtaine d’années plus tard, je retrouvais mes fauconniers à pied, revêtus du treillis militaire, et les haut-parleurs assourdissants chantant les louanges du président Ben Ali. Enfin, les faucons, nous les croisions quelquefois dans les aéroports, en transit vers des destinations moyen-orientales.

  • 16 Hell (B.), op. cit., chap. I, Esquisse des chasses européennes, pp. 17-43.

24Pour le grand gibier, il ne restait donc guère que le sanglier, des populations très localisées de mouflons et de cerfs, mais qui étaient généralement protégées, comme les antilopes au sud, qui n’ont guère survécu à la militarisation de leurs aires d’habitat. Par contre, les sangliers abondaient et leur chasse se faisait sur le mode de la battue collective, l’approche individuelle étant prohibée, ainsi que les armes à canon rayé généralement utilisées pour ce type de chasse. On ne pouvait donc pas retrouver ici l’opposition établie par Bertrand Hell16 entre la pirsch (alsacienne et germanique), pratique fiévreuse, solitaire et aristocratique de l’approche des grands animaux, donnant lieu à un tir sélectif, et la battue au village (vosgienne), rituel collectif et communautaire, régi par le principe d’égalité, la parenté, les rituels conviviaux, et l’aléa dans le prélèvement des animaux. Seule, cette seconde chasse était pratiquée, et les résultats de l’observation étaient assez similaires à ceux auxquels arrive Bertrand Hell, même si la dimension villageoise de la chasse était beaucoup moins marquée, du moins pour les chasseurs, pour les raisons exposées plus haut sur l’obtention des permis de chasse. Il en allait ainsi des règles visant à éviter le surgissement de conflits entre chasseurs sur des questions sensibles, concernant notamment l’attribution des postes de battue et les modalités de partage des bêtes abattues. Les postes sont réputés bons ou mauvais, selon le relief, la visibilité pour le tir, les habitudes du gibier (les coulées), les conditions climatiques (le vent). Les morceaux du sanglier sont ordonnés dans une hiérarchie précise. La tête (le trophée) est réservée au tueur de sanglier. Mais l’identité de l’auteur de la balle mortelle peut donner lieu à bien des conjectures. La gigue et le cuissot sont des morceaux prisés, à l’inverse des côtes ou des abats. L’usage fréquent du tirage au sort, qui paraît le mode le plus égalitaire d’abord de ces questions, ne suffisait pas toujours à éviter les conflits, sans compter les multiples autres sources de dispute, sur un tir jugé dangereux, un bruit intempestif qui fait fuir le gibier, une mauvaise manœuvre des rabatteurs, un choix peu judicieux du terrain de chasse, un retard au rendez-vous, une cotisation non versée, … La société de chasse est un univers densément normé et qui, sous le principe d’égalité, déploie des procédures quasi-judiciaires et des hiérarchies statutaires, en vue de l’évitement ou du règlement des conflits. À titre d’exemple, l’autorité et le savoir-faire du chef de battue, primus inter pares, est décisive dans la prévention et la régulation des conflits pouvant survenir pendant l’action de chasse.

  • 17 Sur ce point, Benkheïra (M. H.), Islam et interdits alimentaires. Juguler l’animalité, PUF, Paris, (...)
  • 18 Dans l’abondante littérature doctrinale sur ce point, voir par exemple Laoust (H.), Le précis de dr (...)

25On pouvait être intrigués par les disputes sur la répartition des morceaux du sanglier (halouf, khenzir), et sur la pertinence ici de la signification que Bertrand Hell confère à leur hiérarchie, dans une échelle de la couleur de la viande et de l’ingestion de la sauvagerie, tant l’interdit alimentaire de l’islam sur cet animal est pesant. Mais on évitait de poser la question, et quand une réponse l’anticipait, elle prenait une forme elliptique ou allusive. Des amis européens étaient toujours susceptibles de recevoir un tel présent avec plaisir. Le reste pouvait être l’affaire d’une ingestion pour le coup silencieuse… De manière générale, le chasseur se trouvait bien embarrassé du poids de la normativité islamique sur la consommation du gibier.17 Et si on la considérait, il fallait notamment égorger immédiatement la perdrix qui venait de succomber sous une volée de plombs. Car à l’interdit sur le porc, s’ajoutent ceux sur le sang et sur les cadavres d’animaux, pour « juguler l’animalité ». Le prononcé antérieur de la tasmiya (donc, en principe, avant le coup de fusil) et l’intervention du couteau du sacrificateur après la mort de l’animal, permettent de rendre le gibier licite dans la mise à mort par ‘aqr (où l’égorgement est postérieur à la mort)18. D’autres prescriptions pouvaient avoir cours, sur l’identification de l’animal que l’on pourchasse, ou du chien qui a capturé l’animal, car l’un des buts était d’éviter l’indétermination du lien entre le chasseur et l’animal. Ce lien le domestiquait d’une certaine manière.

26Le lièvre appartient aux ruraux… Indifférents à la poursuite des cailles par le chasseur urbain, les fellahs se redressent dans leur champ s’il s’avise de tuer le lièvre. Et quand le premier commet l’impair de mettre un second lièvre dans son carnier, le voilà immédiatement entouré d’une dizaine de représentants du bled qui déroulent pour lui les rites véhéments de la chikaya. Un consul américain, dont c’était la première expérience de rencontre avec le monde rural marocain, dans les champs de luzerne proches d’El Jedida (des Doukkala), ne s’en remettra pas… et remettra le lièvre aux ayants-droits. La dépouille du lièvre ne bénéficiait pas de l’immunité diplomatique.

Le proche et le lointain

27L’expérience des itinérances rurales était parfois très perturbante. Elle nous enfouissait dans une ruralité « primitive », enracinée dans des traditions qui nous mettaient à mille lieux et à dix siècles de ce monde urbain, pourtant parfois géographiquement très proche, et dont on venait de sortir des banlieues. La frénésie de la modernité urbaine côtoyait le temps immobile des douars et de la qabila, qui semblait protégé par la densité de la trame des structures sociales de la ruralité. On pouvait être d’autant plus sensible à cette irréductibilité du rural, que l’on venait d’un pays de la fin de la défaisance du monde rural. Comment tout cela pouvait-il tenir ensemble ? Et si cette distorsion des temps et des espaces était plus marquée au Maroc, on l’éprouvait aussi parfois dans une Tunisie, certes plus urbaine et maritime, mais qui avait également ses « zones d’ombre », pour reprendre la terminologie politico-administrative qui avait cours à l’époque.

  • 19 Mana (A.), Les Regraga, Eddif Maroc, Casablanca, 1988, 292 p.

28La campagne marocaine semblait faite pour les anthropologues, ce que nos collègues américains avaient largement acté. Aussi, le terrain de chasse me renvoyait à mes lectures. Lors d’une fête des chasseurs, zerda de cheikh arma, sous la khaïma, j’assistais in vivo aux rituels du marchandage de la baraka qu’Abdelkader Mana relate dans son ouvrage sur les Regraga19 : le sacrifice du bœuf, la mise aux enchères des différents morceaux, et les hiérarchies sociales qui s’y expriment ou s’y jouent, l’attribution des parties nobles participant des enjeux symboliques de la notabilité (l’argent, le pouvoir, le sacré). C’étaient encore les fellahs qui s’approchaient du cheikh et lui chuchotaient quelques mots pour la tolba, afin que le crieur invoque la protection des saints dans les différends et conflits locaux qui sont ainsi publiquement évoqués, suscitant rires, silences, désapprobations. Cette capacité à constituer des espaces publics du local, et à réguler les conflits, je l’aie rencontrée dans d’autres épisodes, qui laissaient également voir que l’espace rural restait dans le prisme vivant des solidarités primordiales. Ainsi, une battue de chasse aux sangliers organisée sur un territoire limitrophe entre Zaërs et Chaouïa eut bien du mal à démarrer, un litige surgissant entre les représentants des deux douars concernés, sur la répartition des effectifs de rabatteurs. La négociation se tint pendant près de deux heures sur une aire de battage tenant lieu d’agora, les missi dominici circulant activement entre les deux groupes. Puis, l’on pût chasser. La campagne paraissait ainsi saturée de segmentarités (gellneriennes), dans un monde qui se tenait par une culture (geertzienne).

29Mais la ruralité profonde d’un petit douar sans électricité, auquel on accède par un mauvais chemin mal empierré, (c’est peut-être la raison pour laquelle le mot « caillasse » a été dialectalisé en Tunisie pour désigner les chemins ruraux) dans les modestes reliefs de l’arrière pays d’Hammamet, peut être trompeuse. La chasse terminée, nous étions invités à déjeuner chez l’un des agriculteurs, les femmes se tenant aux cuisines et n’en sortant que pour amener les plats posés sur une nappe à même le sol, les hommes dissertant sur les récoltes, la chronique du local, et les fortunes de la chasse. Tout allait bien, dans une belle scène de la vie rurale, surabondante dans ses arrimages à la tradition. En bref, un bon terrain pour l’anthropologue en quête d’un monde intact. Mais l’on expédia le repas pour laisser la place à un tout autre tableau. A treize heures, le maître de maison ouvrit la télévision (il y avait un générateur) et les femmes vinrent se mêler aux hommes pour suivre de manière très attentive (dans le silence) l’émission politique dominicale de la chaîne satellitaire Al mustaqilla, émise à partir de Londres par Hechmi Hamdi. Cette chaîne avait, à l’époque, micro ouvert pour les islamistes tunisiens, et tout particulièrement pour leur leader Rached Ghannouchi, lui-même en exil à Londres. Outre ce que l’on pouvait en déduire sur la résonance du discours des islamistes tunisiens dans la population du pays en ce début des années 2000, cet épisode marquait bien la porosité contemporaine des mondes et la plasticité des pratiques sociales qui en découle. Dans la même région, je me souviens d’avoir offert un sanglier que j’avais tué au fellah qui m’accompagnait. Ce dernier s’empressa d’aller le vendre à un hôtel d’Hammamet, et avec le produit de sa vente de s’acheter une parabole. Parabole du sanglier, parabole de la modernité…

  • 20 Berque (J.), « Dans le Maroc nouveau : le rôle d’une université islamique », in Opera minora, op. c (...)
  • 21 Ibid.
  • 22 Berque (J.), « Les Nawazil… », op. cit., p. 214.
  • 23 Waterbury (J.), Le commandeur des croyants. La monarchie marocaine et son élite, PUF, Paris, 1975, (...)
  • 24 cf. Pouillon (F.), « Du savoir malgré tout : La connaissance coloniale de l’Extrême-Sud tunisien », (...)

30Pour le Maroc, l’on pourrait faire des observations similaires, à propos des effets des nouvelles technologies sur l’altérité des terrains de l’anthropologue. Des collègues marocains faisaient remarquer que leurs informateurs sur le terrain étaient dorénavant équipés de téléphones portables, et qu’il devenait donc possible de les interroger depuis son bureau. Et quand on se souvient du degré d’équipement en téléphones fixes des zones rurales, on mesure l’ampleur du saut technologique, avant d’apprécier ses conséquences culturelles. Cependant, il aurait été faux de croire que le monde rural était antérieurement constitué d’isolats propres à une ethnologie d’épures sociétales. L’économie pastorale supposait des mobilités rurales, des contacts périodiques et problématiques entre populations, et son retrait conduisait aux alternatives migratoires ce qui dotait les sociétés rurales d’une capillarité avec l’urbain, l’étranger. Plus encore, comme le montrait bien Jacques Berque, la société rurale marocaine allait à la ville et s’en nourrissait depuis des temps immémoriaux. Et ses déshérités peuplaient les medersas à l’abri des grandes mosquées, côtoyant les élites urbaines sans s’y confondre. La Qarawiyīn ? Une université de « huit cent lourdauds, contre une centaine de subtils et chétifs citadins, tracassés d’universel ».20 Les premiers formaient des bataillons de petits clercs, « humble(s) lettré(s) de la plaine et des monts, moins soucieux de problèmes généraux que de prébendes modiques et immédiates : savoir Sidi Khalil, ou cette tohfa dont chaque vers, dit le proverbe, rapportera un mouton ; puis repartir chez soi avec la gloire du savant ».21 Mais il en émergeait parfois des grandes figures de lettrés, comme Al-Wazzānī, qui ne se départissaient pourtant pas « de l’empreinte de ces enfances campagnardes : le bon sens, un réalisme bourru, l’humeur un peu querelleuse, un certain manque de style, ce rien que les gens de Fès savent si bien déceler chez l’homme neuf, citadin de fraîche date ».22 « Les gens du bled ont toujours fait la navette entre la ville et les campagnes » souligne John Waterbury,23 et il en résulte un « chevauchement des statuts et des rôles » des plus fréquents. L’impression de l’épure, de l’authenticité d’une société rurale protégée de l’influence du monde urbain, tant on était submergé par son exotisme et nourris de littératures de la dualité, pouvait donc être un faux semblant, que nos informateurs venaient à conforter si on le désirait. Mais son quant-à-soi – de la société rurale – ne faisait pas de doute, ce qui aurait dû nous amener à mieux examiner encore le statut de ces informateurs. Cependant, l’avantage du chasseur, comme celui des officiers des Affaires indigènes sur l’anthropologue,24 c’est qu’il poursuit des buts très concrets sur le terrain, le contrôle des populations et la paix civile pour l’un, éviter la bredouille pour l’autre, dont la réalisation passe par la mise à l’épreuve de l’information, et de l’informateur…

Notes

2 Meillassoux (Cl.), « Recherches d’un niveau de détermination dans la société cynégétique », L’homme et la société, 6, 1967, p. 95-106 ; repris in Terrains et théories, Paris, Anthropos, 1977. Sahlins (M.), « La première société d’abondance », Les Temps Modernes, n° 268, 1968, p. 641-680 – repris in Stone Age Economics, ch. 1, 1974.

3 Du titre de l’ouvrage de Bertrand Hell, Sang noir. Chasse, forêt et mythe de l’homme sauvage en Europe, L’œil d’Or, Paris, 2012 (réed.), 326 p.

4 Vincenot (H.), La billebaude, Paris, Denoël, 1978.

5 Vialar (P.), La grande meute, L’homme de chasse,…

6 Tourgueniev (I.), Mémoires d’un chasseur, 1852.

7 Gérard (J.), Le tueur de lions (1847), La chasse au lion (1854) ; Margueritte (A.), Chasses de l’Algérie et notes sur les Arabes du Sud, 1866 ; Béchade (H.), La chasse en Algérie, 1860 ; pour les entretiens entre le général Daumas et l’émir Abdelkader, voir : Pouillon (F.), éd., Dialogues sur l’hippologie arabe. Les chevaux du Sahara et les mœurs du désert, Actes Sud, 2008, 578 p.

8 Berque (J.), « Les Nawazil al muzara’a du Mi’yār Al Wazzānī », in Opera Minora, I, Bouchène, Paris, 2001, p. 213.

9 Berque (J.), « Le système agraire au Maghreb », in Opera minora, III, p. 188.

10 Hell (B.), op. cit., p. 48.

11 Leveau (R.), Le fellah marocain, défenseur du trône, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1985, 320 p.

12 Sur la souscription, cf. Bras (J.-Ph.), « La mosquée et le paradis. Sur les registres de la légitimation au Maroc », Annuaire de l’Afrique du Nord, XXVIII, 1989, Éditions du CNRS, Paris, pp. 169-190.

13 Hell (B.), op. cit., chap. II, La circulation du sang noir, pp. 45-85.

14 « Dialogues sur l’hippologie »…, op. cit., pp. 349-378.

15 Alaoui (Y., Moulay), La chasse au Maroc, Éditions du Cèdre, Casablanca, 2008, p. 30.

16 Hell (B.), op. cit., chap. I, Esquisse des chasses européennes, pp. 17-43.

17 Sur ce point, Benkheïra (M. H.), Islam et interdits alimentaires. Juguler l’animalité, PUF, Paris, 2000 ; et, Benkheïra (M. H.), Mayeur-Jaouen (C.), Sublet (J.), L’animal en islam, Paris, Les Indes Savantes, 2005, 187 p.

18 Dans l’abondante littérature doctrinale sur ce point, voir par exemple Laoust (H.), Le précis de droit d’Ibn Qudāma, Institut Français de Damas, Beyrouth, 1950, pp. 225-230.

19 Mana (A.), Les Regraga, Eddif Maroc, Casablanca, 1988, 292 p.

20 Berque (J.), « Dans le Maroc nouveau : le rôle d’une université islamique », in Opera minora, op. cit., I, p. 200.

21 Ibid.

22 Berque (J.), « Les Nawazil… », op. cit., p. 214.

23 Waterbury (J.), Le commandeur des croyants. La monarchie marocaine et son élite, PUF, Paris, 1975, p. 94.

24 cf. Pouillon (F.), « Du savoir malgré tout : La connaissance coloniale de l’Extrême-Sud tunisien », in Vatin (J.-Cl.), dir., Connaissances du Maghreb : sciences sociales et colonisation, Paris, Éditions du CNRS, 1984, p. 79-93.

Auteur

CUREJ- Université de Rouen

© Centre Jacques-Berque, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable