Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiquer les sciences sociales au Maghreb

 | 
Mohamed Almoubaker
, 
François Pouillon

Itinéraires et récapitulations

Du récit au manuscrit : éléments pour une auto-ethnographie historienne

Mabrouk Jebahi

Texte intégral

1En ces moments très difficiles de crises politiques et sociales en Tunisie, avec les chocs d’acculturation et d’enculturation qui l’accompagnent ou la symbolisent, c’est faire œuvre d’hygiène épistémologique que d’espérer des chercheurs en sciences sociales qu’ils fassent leur auto-ethnographie. L’exercice permettrait, dans une perspective de post-positivisme, d’établir un rapport plus clair de soi à soi et de réfléchir ses propres acquis de savoir. C’est ici une tentative d’expérimenter cela, avec le récit d’une expérience d’intellectuel et d’historien confronté à un document qui le concerne de près : le rapport qu’un officier de l’armée d’occupation française, le capitaine Rebillet, a rédigé sur le Sud-Est tunisien en 1886.

Un document

  • 2 Chater (Kh.), Dépendance et mutations précoloniales : la Régence de Tunis de 1814 à 1857, Tunis, Pu (...)

2J’ai croisé pour la première fois ce rapport en 1999, au détour d’une note de la thèse de Khalifa Chater sur la Tunisie du XIXe siècle2. Dans cette note, Chater reprenait un passage du texte qui donnait une description du mode de vie des populations semi-nomades de l’Extrême-Sud tunisien avant la colonisation. À plus d’un siècle de distance, ce que j’ai lu dans ce passage ne m’a pas paru étrange, et les informations qui y figuraient me semblèrent même familières :

  • 3 Rebillet, cité par Chater. ibid., p. 110-111.

« Cette vie, y lisait-on, est partagée entre la pâture des troupeaux, les labours, la récolte des céréales... et la culture des jardins de figuiers, d’oliviers et de palmiers. Au mois de mai, la moisson terminée, la tribu revient à son point d’attache. Le point est caractérisé par un ksar, formé de greniers où chaque famille emmagasine les approvisionnements et le matériel qu’elle ne peut amener avec elle, sur ses chameaux, pendant la période de transhumance. Le ksar s’élève au milieu des jardins de la tribu. La famille abandonnant la tente, trop chaude et trop pénible pour l’été se construit à proximité de ses jardins, des gourbis en branches d’oliviers et de figuiers recouverts de joncs et d’alfa. Elle s’installe dans ses gourbis pour toute la saison d’été, jusqu’au mois d’octobre. Pendant ce temps, elle emmagasine la récolte apportée à dos de chameaux, elle laboure sous les oliviers et les figuiers, arrose les palmiers, se livre à la culture des melons, des pastèques et quelques autres cultures et surveille de près sa récolte. Les troupeaux de chameaux, de moutons et de chèvres, paissent dans les environs, dans un rayon de deux ou trois journées de marche... S’ils s’éloignent davantage, il n’y aurait plus pour eux de sécurité. Il est donc nécessaire de leur réserver pour l’été les pâturages qui se trouvent dans le rayon immédiat de la station.
Vers la fin d’octobre, la récolte étant dans les jardins, les gourbis sont abattus, les matériaux de leur construction restent en tas, confiés à l’honnêteté publique. La famille reprend sa tente et la tribu décampe à la recherche de la nourriture pour ses troupeaux, en se dirigeant lentement vers ses terrains de labours. Aux premières pluies, les tribus labourent. Les labours terminés, les pâturages sont devenus herbeux, c’est le moment d’engraisser les troupeaux. Les tribus se déplacent presque journellement à la recherche de l’herbe, respectant avec soin les environs des terrains de labours en vue de l’installation à y faire au moment de la moisson.
Vers la fin d’avril et le commencement de mai, l’orge et le blé sont mûrs. La tribu vient s’installer auprès de ses champs, fait la récolte et rentre dans ses quartiers d’été. De novembre à mai, les stations d’été ne sont pas restées abandonnées. La tribu y a laissé des gardiens pour son ksar d’emmagasinement et des travailleurs pour ses jardins, surtout si elles disposent de terrains irrigués pendant l’année. Un cheikh ou un chaouch chartiya, muni d’une consigne sévère du miyad, reste également au ksar et surveille les propriétés et les pâturages ».3

  • 4 Saïd ben Mabrouk ben Moussa, né en 1931 à Beni Kheddache, mort en 2001 à Médenine.
  • 5 C’est le cas de ma famille, connue chez les J’bah par le nom de Ben Moussa – avec eux il y a les Fa (...)

3Ce passage me rappelait des choses que j’avais entendues maintes fois de mon père4 et d’autres personnes âgées du mon village natal, Elhira, qui se situe sur le plateau de Demmer, pas loin de Beni Kheddache : on rapportait que, jusqu’à la fin des années soixante, plusieurs familles de ce village quittaient la montagne, et partaient en groupe vers Metouia, une oasis située au nord de Gabès. Toutes ces familles appartenaient aux J’bah (au singulier J’baehi ),5 petit groupe faisant partie de la tribu des Haouia, cette dernière étant encore une composante de la grande confédération tribale de Ouerghemma. Au début de l’automne, ces J’bah s’engageaient dans une marche de cent kilomètres pour arriver à destination au bout de trois jours. Ils s’y installaient jusqu’au début de l’été, se livrant là à différentes activités : la cueillette des olives et de l’alfa surtout, et, pour certains, le travail de charretiers ou encore le service de leurs animaux pour accomplir des tâches indispensables à l’agriculture oasienne. Ils occupaient alors les terres et même les maisons des gens de Metouia, qui étaient pour une bonne part absents, partis en émigration à la capitale Tunis. Les voisins des J’bah, les Jouam’a se livraient à la même migration saisonnière, mais leur destination était différente : ils partaient vers l’île de Djerba. Mais l’été, les uns et les autres rentreraient chez eux pour s’occuper de leurs jardins et célébrer quelques mariages. Seules deux ou trois familles de J’bah et un peu plus chez les Jouam’a disposaient de moyens de subsistance plus importants qui leur permettaient de rester sur place toute l’année. Voilà en gros ce que j’ai entendu de mon père et des autres vieux du village, et cela ressemblait beaucoup à ce que disait Rebillet, cité par Chater.

  • 6 Mabrouk Jebahi, La biographie du ministre mamelouk Chakir Saheb et-tabaà, 1805-1837 : rôle politiqu (...)
  • 7 Capitaine Rebillet, Le Sud de la Tunisie, Bibliothèque Nationale de Tunisie. [S. l.], autographié s (...)

4Lors de cette première rencontre avec ce document, j’étais étudiant de troisième cycle en histoire à la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, et je préparais avec Sadok Boubaker mon mémoire de DEA qui n’avait guère de rapports avec le Sud : la biographie historique d’un mamelouk au sérail de Bardo au XIXe siècle.6 Mes intérêts de recherche étaient ailleurs. Je me rappelle pourtant avoir cherché la référence de ce document dans les catalogues de la bibliothèque nationale de Tunis,7 pour voir en quoi consistait ce rapport de Rebillet. Ayant rempli le formulaire de demande de documents, et eu entre les mains ce manuscrit, j’ai dû me rendre à l’évidence que ni mes compétences en calligraphie latine ni mes capacités optiques (celle d’une personne ayant déjà une forte déficience visuelle) ne pouvaient me permettre de le lire. De ce fait, ma curiosité pour ce document est restée à l’état de veille, et ce n’est qu’en 2008 que j’ai pu trouver une occasion de revenir à ce fameux rapport.

  • 8 Pouillon (F.), « Du savoir malgré tout : La connaissance coloniale de l’Extrême-Sud tunisien », in (...)

5Je faisais alors partie de l’équipe des doctorants du laboratoire Diraset à l’Université de Tunis et nous avons reçu de la part du laboratoire « Régions et ressources de patrimoine de Tunisie » de l’université de La Manouba, une invitation pour une rencontre de formation et de recherche sur le patrimoine berbère qui se déroulerait dans l’Extrême-Sud tunisien. Cette rencontre s’est tenue principalement à l’Institut des régions arides (IRA) à Médenine, au mois d’avril 2008, et a été suivi d’une excursion dans plusieurs villages de la chaîne de montagnes du sud-est, de Matmata et Tamezret au nord jusqu’à Chenini et Douiret au sud. Dans l’équipe des chercheurs qui participaient à cette rencontre et à cette excursion, il y avait plusieurs collègues tunisiens, mais aussi un certain nombre d’autres venant de France et du Maroc. J’y ai croisé pour la première fois François Pouillon, chercheur à l’EHESS qui était passé par mon village dans les années soixante-dix pour y conduire des enquêtes de terrain. En faisant la route en bus et en rendant visite aux différents ksour, nous avons trouvé de multiples occasions d’échanger nos connaissances sur la région. Moi, je les devais à mes parents, et Pouillon les avait acquises au cours de nombreux entretiens avec ses informateurs, morts depuis ou encore vivants, mais aussi à l’étude de rapports anciens accumulés sur la région,8 mais pas cependant à celui de Rebillet sur lequel il n’avait jamais pu mettre la main.

Parcours

  • 9 Largueche (A.), Les ombres de la ville : pauvres, marginaux et minoritaires à Tunis (XVIIIe-XIXe si (...)

6Lors de cette saison 2008, se sont tenues à l’IRA plusieurs rencontres. Mais pour moi, ces excursions furent d’abord l’occasion de retrouvailles avec mon village et mes origines, à travers des collègues qui avaient eux des liens scientifiques avec mon village. C’était le cas, à certains égards, pour Abdelhamid Largueche, professeur d’histoire à La Manouba, directeur du laboratoire Régions et ressources du patrimoine, qui était l’initiateur de la rencontre. Depuis de longues années, il s’était attaché à étudier l’histoire des minorités et des marginaux en Tunisie. Cette fois, il s’agissait des Berbères et, en effet, dans ma région d’origine, il y avait eu des Berbères. Certains se revendiquaient encore comme tels ; d’autres s’affirmaient arabes, et il y avait peut-être aussi des Arabes qui se revendiquaient Berbères. Autant dire que la « berbérité » les réunissait et les séparait en même temps. Mais, de fait, ils partageaient tous un vécu : celui d’une marginalisation économique qui les contraignait à quitter leur terre pour trouver les moyens d’assurer leur subsistance dans les villes du nord. Pour s’y faire une place, quelle que soit la cité d’accueil – Tunis, Paris, ou même New York -, ils étaient obligés de faire un passage, temporaire ou permanent, fortuné ou infortuné, par « les ombres de la ville ».9

7Outre ces collègues universitaires dont le parcours était ainsi venu croiser le mien, il y avait trois berbéristes – et Berbères – marocains : Mustapha El Qadery, Mustapha Jlok et Driss Aitlhou. C’est à eux que je me suis adressé pour savoir ce que signifiaient, approximativement, les toponymes berbères, très fréquents dans la région. Avec eux, il y avait un collègue berbérisant plus que berbériste et qui à ce titre n’était pas toujours d’accord avec eux : Claude Lefébure, un gawri. Pourtant, c’est grâce à tous ces Chleuhs que je sais maintenant – entre autres choses – que « Tataouine » vient de tetwān, et que cela veut dire « la source d’eau » ou bien, que « Tawaghlan » ou « Tanout », étaient des sources d’eau situées au fond des vallées, et vers lesquelles se rendaient les gens de mon village pour abreuver leurs animaux, organiser la grande lessive des draps et de la laine ou, tout simplement, chercher de l’eau en période de sécheresse : ces deux termes signifiaient respectivement : « se trouver entre des collines » et « le petit puits ».

  • 10 cf. Albergoni (G.) et Pouillon (F.), “Le fait berbère et sa lecture coloniale : L’Extrême-Sud tunis (...)

8La langue, comme l’engagement politique ou le militantisme, ou encore les liens d’appartenance et de voisinage géographiques et/ou ethniques, donne forcément lieu à une certaine proximité avec le sujet de l’enquête. Cela facilite et complique en même temps l’exercice de la recherche, et François Pouillon était très sensible à cette donnée capitale. Nous avons de la sorte évoqué lors de nos discussions le texte de Rebillet qu’il ne connaissait qu’à travers des citations dans d’autres textes10. Je lui ai alors signalé l’existence d’un exemplaire de ce document, peut-être unique en Tunisie, dont j’avais pu avoir copie – cela grâce à l’aimable concours de Abdelhamid Henia, professeur d’histoire à la Faculté du 9 Avril. C’est lors d’une visite à Paris à l’automne de la même année que nous avons formé le projet, Pouillon et moi, de réaliser sur ce texte de Rebillet, qui n’existait encore que sous forme multigraphiée, une édition critique avec annotations et commentaires.

  • 11 Merci à Rim Ben Abdejlil, Sameh Bouzaraa et Souad Mithenni.

9Avec ma vue déficiente, il m’était difficile de déchiffrer une écriture manuscrite dans une calligraphie du XIXe siècle. L’appui de Abdelhamid Henia a donc été capital pour mener à bien la transcription. Grâce au concours de doctorants de son laboratoire11, le texte de Rebillet est finalement devenu lisible pour moi. Une révision générale du texte par François Pouillon permit de finaliser l’établissement du texte. Restaient encore les difficultés intellectuelles.

Enquête sur l’enquête

  • 12 Lambert (P.), Dictionnaire illustré de la Tunisie : choses et gens de la Tunisie, 1912, voir « Préf (...)

10Qui est ce Rebillet ? Et en quoi consiste son rapport sur le Sud-Est tunisien ? Les archives tunisiennes ne donnent que peu de renseignements sur la personne de Rebillet, qui n’a d’ailleurs pas fait l’objet d’une recherche biographique. On sait au moins qu’il était officier, et, d’après une note du Dictionnaire illustré de la Tunisie, qu’il était passé par l’École polytechnique.12 C’est par cette piste que François Pouillon a pu glaner sur Internet quelques renseignements plus précis.

11On n’avait qu’un patronyme et un grade. Le site de l’École polytechnique13 ainsi que celui des archives de la Légion d’honneur qui lui avait été décernée, nous informent sur son prénom, Francis, et ses dates de naissance et de mort : 1848-1923. Comme officier de l’Armée de terre, il avait un dossier aux archives militaires du Fort de Vincennes14. On y apprend que ce Francis Rebillet était né à Dole (Jura) en 1848. Il intégra l’École polytechnique à vingt ans et en sortit officier, après un passage à l’École supérieure de Guerre. Sa carrière nord-africaine commença en 1880 en Algérie, d’où il passa en 1882 en Tunisie avec la campagne d’occupation, avant d’être affecté à l’administration militaire des Territoires du Sud. Son rapport était signé « Capitaine Rebillet, 4e Tirailleur, Commandant de la Colonne mobile à Mettamer » : il s’agit là d’un petit Ksar placé sur un surplomb à l’écart de la grande conurbation de Médenine, raison pour laquelle il avait été choisi pour installer le poste militaire.

  • 15 André Martel, Les Confins saharo-tripolitains de la Tunisie (1881-1911), Paris, PUF, 1965, t. 1, p. (...)

12De sa vie après ce rapport, on apprenait encore que Rebillet avait été nommé en 1889 commandant supérieur du cercle de Ksar Médenine. Il occupe ce poste jusqu’en 1891, date à laquelle il est promu au poste de chef d’état-major de la brigade d’occupation. En 1894, il est finalement appelé par le Résident général René Millet comme attaché militaire à Tunis, chargé notamment d’explorer, d’un point de vue stratégique, les visées « sahariennes » du Protectorat. Le plan qu’il propose sur cette question en 1896 était manifestement plus raisonnable que celui du célèbre Marquis de Morès, l’entrepreneur d’une imprudente expédition au Sahara qui devait finalement tourner à la catastrophe. Rebillet est donc conduit à contrer ce projet, ce qui allait lui être reproché. Car le « roumi maboul » est devenu entre-temps un « martyr des sables » et cela suscite différentes campagnes et procès. Les démêlés qui s’ensuivent sont sans doute à l’origine de la décision de Rebillet de demander sa mise à la retraite anticipée. Il n’a pas 50 ans et, comme polytechnicien, et du fait de ses fonctions de commandement, il était « en droit d’espérer une étoile »15.

  • 16 ibid.
  • 17 Archives nationales de Tunisie, Série E / carton 0252 / dossier 8 /9 (1901) : Acquisition de l’henc (...)
  • 18 Paul Lambert, ibid., p. 34 et 103.

13Il se retire au contraire pour « diriger une exploitation agricole qui offrait un champ plus indépendant à son activité16 ». Un document des Archives Nationales de Tunis confirme qu’ayant acquis en 1901 un domaine à Mateur, dans la région de Bizerte,17 il s’y montre actif dans les associations agricoles et à la chambre de commerce de Bizerte18. Désormais, Rebillet est donc définitivement ancré dans le Nord du pays. Tout cela pour dire que, bien qu’ayant occupé à certaines époques des fonctions importantes, il ne constitue pas vraiment une figure emblématique dans l’histoire de la colonisation. Mais, à travers les vicissitudes de la vie de Rebillet, en Tunisie ou ailleurs, ce qui m’intéresse essentiellement, c’est le passage de cet officier par le Sud-Est tunisien et son rapport sur cette région. Autrement dit, je m’arrête là où je vois que le parcours de Rebillet pourrait croiser le mien.

Le rapport

14Il est signalé dans le premier folio que ce rapport sur le Sud-Est tunisien est reproduit en cent exemplaires. Le lieu et la date sont indiqués sur le même folio : Mettamer, 1886. J’ai pu déduire, par la lecture de ce folio, que le capitaine Rebillet, officier de premier rang dans la campagne de l’occupation du sud à partir du 1882, l’a rédigé juste après la pacification de la région – après notamment la mort de Ali Ben Khalifa, chef de la résistance tribale, qui intervient en 1886.

  • 19 Karoui (H.) & Mahjoubi (A.), Quand le soleil s’est levé à l’Ouest : Tunisie 1881, impérialisme et r (...)

15La compétence autant que le souci positiviste me manquent pour que je m’arrête aux détails de la calligraphie et du papier. Par contre, je crois utile d’apporter plus d’éclairages sur le contexte du document. Les études montrent que l’occupation de la Tunisie en 1881 n’a pas rencontré de forte résistance de la part du makhzen. Par contre, les tribus tunisiennes au centre et au sud du pays se sont organisées pour mener le combat, à l’intérieur du pays dans un premier temps, puis à partir des confins tripolitains jusqu’à l’année 188619. Dans certains passages du rapport, Rebillet apporte son témoignage sur les difficultés de cette conquête. On peut en déduire que ce rapport répond à une demande émanant de la hiérarchie militaire. C’est une enquête intervenue après la conquête pour répondre à un souci de mieux comprendre, administrer et, peut-être, coloniser le pays. Ce rapport fit l’objet d’une assez bonne diffusion, selon les normes de ce temps. Rebillet y fait preuve d’une fine connaissance de la géographie physique et humaine de la région. Il s’essaie aussi à faire la description des mœurs et coutumes, des institutions et de l’organisation sociale. Quelques années avant Malinowski, Rebillet établissait une monographie ethnographique de sa région, sur la base des moyens dont il disposait : ses informateurs indigènes, ses traducteurs et quelques données puisées à l’occasion dans les archives du Makhzen.

16À cette époque, une représentation raciale du social faisait autorité, et la science ethnographique expérimentée par l’officier voyait dans la confédération des Ouerghemma qui occupait toute cette région des confins, le produit de races en rapport de mixité. Il reconnaissait en eux certaines qualités communes : le sens de l’hospitalité, le courage et la solidarité interne. Pour faire l’analyse des faits observés, Rebillet a eu recours, pour qualifier l’organisation sociale, à une théorie de la démocratie primitive. Il a pu constater que ces gens, qui pensaient et disaient être réunis par une filiation commune, étaient très attachés à leur autonomie, et que ce n’était certainement pas la fortune qui donnait ici la forme d’une hiérarchie sociale. Selon Rebillet, il existait chez ces Ouerghemma, au niveau de la fraction, une gestion collégiale de la justice et une organisation commune pour assurer la défense des pâturages et des troupeaux.

17Pour compléter cette enquête sur l’enquête, je dois rappeler que le capitaine Rebillet n’accumule pas ce savoir pour l’amour du savoir. Il consacre plus de la moitié de son texte à faire le bilan de l’œuvre coloniale de la France dans cette région, et propose par la suite un plan détaillé pour promouvoir et consolider cette œuvre. L’auteur de ce rapport a donc manifestement rempli plusieurs fonctions en même temps : celle d’officier, celle d’ethnographe et celle d’expert. Entre celui qui cherche une simple information scientifique sur une région et celui qui se sent en outre investi de la mission de la transformer, le débat intellectuel n’est pas si simple.

De l’enquête historique et historienne à l’égo-histoire

18Pour moi, le rapport de Rebillet ne peut pas être uniquement une source ou un « document » comme on dirait dans le jargon historien. C’est une expérience qui croise la mienne à plusieurs niveaux et pour plusieurs raisons. Je suis un fils de ces J’bah, qui menaient au temps de Rebillet, et encore pour des décennies, une existence de semi-nomades dans l’Extrême-Sud tunisien. Si aujourd’hui je suis doctorant à l’université et fonctionnaire de l’administration tunisienne, c’est parce que je suis passé par l’école de l’indépendance avec la masse de la jeunesse scolarisée de mon pays. Je suis donc le produit des mutations sociales que le pays a connues. Ces mutations appellent notamment les gens de ma tribu à quitter leur montagne et leurs transhumances pour se convertir à la vie urbaine, en adoptant des nouvelles stratégies individuelles et collectives comme l’école, la migration, le commerce, voire même la contrebande. Pourtant, d’une génération à l’autre, les souvenirs et les traces d’un passé glorieux d’hommes et de femmes libres et solidaires, très attachés à leur terre et fidèles à leurs traditions, se sont estompés laissant place à des crises identitaires dont on voit aujourd’hui les retombées. En poursuivant des études d’histoire à l’université de Tunis, j’ai fréquenté quelques hauts lieux de la discipline et rencontré de nombreux collègues, pour certains éminents. Je n’ai pas pour autant rompu avec ma condition d’origine et les retrouvailles de ce monde à travers le manuscrit de Rebillet en porte témoignage.

  • 20 Chater (Kh.), ibid., p. 110.

19Ce texte donne une image de ma terre natale aux premières années de la colonisation : les coutumes et les modes de vie que m’avait racontés mon père en évoquant son enfance. L’officier propose des mesures politiques qui ont changé le destin de mon père et le mien. Pour certains historiens tunisiens,20 Rebillet est un témoin qui, bien que tardif, apporte de précieuses informations sur ce qu’avaient été le mode de vie des tribus et leur rapport avec le pouvoir central avant la colonisation. Ce qui veut dire que ce mode de vie tribal avait subi des mutations profondes depuis lors. Du coup, je suis conduit à expliquer pourquoi ces J’bah, et tant d’autres groupes tribaux dans le Sud-Est, avaient continué la pratique de la transhumance jusqu’aux années soixante du XXe siècle, c’est-à-dire un peu plus de quatre-vingts ans après la colonisation, presque dix ans après l’indépendance.

20Au temps de Rebillet, et d’après ce qu’il rapportait, ces semi-nomades se déplaçaient en gros entre deux stations : l’une pour l’été et l’autre pour l’hiver. Dans tous les cas, ils ne s’aventuraient pas au-delà de trois jours de marche. Est-ce que c’était le cas des J’bah ou bien ceux-ci constituaient-ils un groupe à part ? À cet égard, les choses se brouillent un peu. D’un côté j’ai le souvenir du récit de mon père, qui affirmait, comme tous les J’bah, appartenir à la tribu des Haouia. Mais je me rappelle aussi un autre récit, celui de Moncef Mahdhaoui, lui aussi de la tribu des Haouia, et qui avait été dans le temps ami et informateur de François Pouillon. Quand, en mars 2010, nous lui avons rendu visite dans sa maison à Beni Kheddache, François m’a présenté comme un J’bahi, et donc comme remontant aux Haouia, Moncef a répondu en présentant une autre version. « À l’origine, m’a-t-il dit, les J’bah ne sont pas des Haouia ; car la tribu se compose de quatre frères seulement : les Bou ‘abidi, les Lamloumi, les Mahdhaoui et les Mehdaoui. Les autres fractions vivant dans le voisinage, comme les J’bah, les Jouam’a, les Zmamra, les Ouneysa ou les Mkarza ne sont pas des Haouia. Ils revendiquent tous cette appartenance aux Haouia, et d’ailleurs ça ne dérange guère les Haouia ». J’ai réagi à ces propos en disant que, peut-être, l’installation des J’bah et des autres dans le plateau de Demmer était plus ancienne que celle des Haouia. Il n’est pas exclu aussi que les J’bah et les autres aient été des « protégés » des Haouia.

21De fait, je pouvais constater que ces quatre fractions des Haouia semblaient être celles qui étaient les plus engagées dans l’activité pastorale, et se sont installés, depuis au moins quatre siècles, dans la partie occidentale du plateau du Demmer tournée vers le dhahar, la zone des pâturages. De là, selon leur mémoire, ils sont partis guerroyer contre la tribu des Mrazig pour la chasser de cette plaine qui sépare Demmer du grand désert. Les J’bah et les autres, qui occupaient la partie orientale du plateau, du côté qui domine la plaine de Jeffara à l’Est, ont au contraire la réputation d’être des agriculteurs se consacrant à leurs oliviers plutôt qu’à leurs troupeaux. Leurs jessour (singulier jesr), ces jardins qui sculptent les fonds des vallées, semblent être mieux arrosés et peuvent donner des récoltes importantes d’olives, de figues et parfois de dattes. Lors des années pluvieuses, ils pratiquaient également la céréaliculture dans la plaine des Jeffara, ce qui leur procurait des quantités d’orge et de lentilles. C’est d’ailleurs ce que faisaient les J’bah et les Jouam’a lorsqu’ils quittaient leur montagne, à l’automne, pour aller chercher accueil chez des oasiens comme les gens de Metouia ou chez d’autres sédentaires comme les gens de Djerba. Tandis que les Haouya proprement dits quittaient la montagne l’hiver et surtout au printemps pour se diriger vers le Dhaher, au moment où l’herbe y était abondante pour engraisser les animaux et pratiquer dans de grandes réunions collectives le jezz, la « tonte » de la laine des troupeaux.

  • 21 « En fait, dans le domaine de l’histoire, une pareille “comparaison” [Vergleichung] présuppose que (...)

22Comment suis-je parvenu à produire ce discours « savant » sur les J’bah et les Haouia ? À partir de mes observations et des récits recueillis, j’ai procédé quasiment de la même manière que Rebillet ! Pourtant, mon objectif diffère du sien. Je cherche à nuancer les choses tandis que lui, essayait au contraire de généraliser pour construire une synthèse. Dans l’ordre, les informateurs nous donnent des récits de mémoire que nous cherchons à traiter avec un certain acquis de savoir, et notre lecture est donc une lecture objectiviste de la mémoire. Rebillet se trouvait confronté à de multiples récits qui se ressemblaient et se différenciaient en même temps. Pour faire la synthèse, il mettait l’accent sur des aspects qui lui paraissaient convergents, et laissait de côté tous les autres, comme secondaires – cela concernant notamment les faits religieux, les migrations vers les grands centres urbains ou les hiérarchies internes. Bref, comme le suggérait Weber,21 il sélectionnait et généralisait. Voilà donc que je partage avec Rebillet non seulement l’objet mais aussi la méthode… Dieu merci ! Je n’ai pas avec lui d’autres liens en commun. Je ne partage pas cette idéologie raciale qui était si prégnante en ce temps ! Mais je dois me réjouir aussi de n’être qu’un historien et un intellectuel vagabond, et de ne pas avoir les soucis de l’expert en développement. Aurait-ce été le cas, j’aurais peut-être partagé avec Rebillet le souci de réformer, et cherché à comprendre pour pouvoir proposer ce qui pourrait aider à « faire changer les choses » ! Et je ne poursuis pas autre chose sinon de chercher à savoir pourquoi et comment les choses ont changé.

  • 22 Camau (M.) et Geisser (V.), Habib Bourguiba. La trace et l’héritage, Paris, Karthala, 2004, p. 57.

23Rebillet propose de faire de Zarzis le chef-lieu de la région au lieu de Gabès, pour mieux contrôler la région. Il propose également d’intégrer Ghadamès dans les territoires tunisiens pour rendre le commerce et l’artisanat plus actifs, et faire des Ouerghemma des gens qui payent régulièrement l’impôt. Je me demande alors si ce n’est pas Rebillet qui, d’une certaine manière, a enfanté Bourguiba ! Je ne cherche pas ici à apporter de l’eau au moulin de ceux qui livrent à Bourguiba une bataille politique posthume au nom de la religion, en l’accusant d’apostasie et de trahison.22 Je ne cherche pas non plus à défendre la thèse de certains pan-arabistes qui voient en Bourguiba un collaborationniste attaché aux intérêts de l’Occident impérialiste. Ce que je vois en lui, c’est le leader de l’indépendance qui se considère comme l’émissaire de la modernité auprès de son peuple. Comme Rebillet, Bourguiba porte un projet : combattre l’archaïsme tribal, bâtir un État national homogène et établir un rapport d’un nouveau genre entre le pouvoir et la société. Si le capitaine Rebillet et le « combattant suprême », mojâhid al-akbar, ont quelque chose en commun, c’est essentiellement ce souci de « faire changer », et cette conviction d’incarner la providence. Certains responsables politiques de l’indépendance et des militants actuels continuent de proposer des interventions en faveur des régions « sous-développées » dans ce même esprit.

  • 23 Chaumont (É.), « L’ego-histoire d’Ibn Khaldūn, historien et soufi », in Comptes rendus des séances (...)

24Par ce rapport de Rebillet, j’ai pu ouvrir une fenêtre qui donne sur soi. J’ai eu affaire à certaines traces de mémoire, dont je ne suis pas sûr de pouvoir assurer la transmission, à la manière de ce qu’a pu faire mon père avec moi. À quoi sert donc l’auto-ethnographie ou l’ego-histoire ? D’après Éric Chaumont, l’ego-histoire ne signifie pas « verser dans le subjectivisme ni dans le psychologisme. Cela ne signifie pas non plus présenter des autobiographies faussement littéraires ou des confessions inutilement intimes ou des professions de foi abstraites, ni tenter une psychanalyse sauvage. Avec l’ego-histoire, et aussi l’auto-éthnographie, il est plutôt question d’expliciter, en historien, le lien entre l’histoire qu’on a faite et l’histoire qui vous a fait ».23

Notes

2 Chater (Kh.), Dépendance et mutations précoloniales : la Régence de Tunis de 1814 à 1857, Tunis, Publications de l’Université de Tunis, 1984, 620 p.

3 Rebillet, cité par Chater. ibid., p. 110-111.

4 Saïd ben Mabrouk ben Moussa, né en 1931 à Beni Kheddache, mort en 2001 à Médenine.

5 C’est le cas de ma famille, connue chez les J’bah par le nom de Ben Moussa – avec eux il y a les Fallahs, les Saadallah, les Zouga, les Ben Abdelqader, les Sassi, les G’laiāi et les Zagrouba.

6 Mabrouk Jebahi, La biographie du ministre mamelouk Chakir Saheb et-tabaà, 1805-1837 : rôle politique et stratégie sociale, DEA en histoire moderne (sous la direction de Sadok Boubaker), Faculté des sciences humaines et sociales, Tunis, 2003.

7 Capitaine Rebillet, Le Sud de la Tunisie, Bibliothèque Nationale de Tunisie. [S. l.], autographié sur l’appareil dit « Autocopiste » – 1886 [Cotes ; E-4-2633 / E-4-16760 / E-4-51019. Réserve]

8 Pouillon (F.), « Du savoir malgré tout : La connaissance coloniale de l’Extrême-Sud tunisien », in Jean-Claude Vatin (dir.), Connaissances du Maghreb : sciences sociales et colonisation, Paris, Éditions du CNRS, 1984, p. 79-93.

9 Largueche (A.), Les ombres de la ville : pauvres, marginaux et minoritaires à Tunis (XVIIIe-XIXe siècles), Tunis, Centre de publication universitaire de la Manouba, 1999.

10 cf. Albergoni (G.) et Pouillon (F.), “Le fait berbère et sa lecture coloniale : L’Extrême-Sud tunisien”, in Moniot (H.), (dir.), Le Mal de Voir, Paris, Christian Bourgois, 1976, p. 349-396.

11 Merci à Rim Ben Abdejlil, Sameh Bouzaraa et Souad Mithenni.

12 Lambert (P.), Dictionnaire illustré de la Tunisie : choses et gens de la Tunisie, 1912, voir « Préface », feuille XIII.

13 Voir l’URL : http://bibli.polytechnique.fr/F/?func=file&file_name=find-b&local_base=BCXC2

14 cf. Kolapo (F.) et Akurang-Parry (O.) (eds.), African Agency and European Colonialism: Latitude of Negotiations and Containment (Essays in Honor of A.S. Kanya-Forstner), Lanham (Maryland), University Press of America, 2007, p. 183.

15 André Martel, Les Confins saharo-tripolitains de la Tunisie (1881-1911), Paris, PUF, 1965, t. 1, p. 708.

16 ibid.

17 Archives nationales de Tunisie, Série E / carton 0252 / dossier 8 /9 (1901) : Acquisition de l’henchir Kobra Zaatout à Mateur par M. Rebillet et Roderer frères.

18 Paul Lambert, ibid., p. 34 et 103.

19 Karoui (H.) & Mahjoubi (A.), Quand le soleil s’est levé à l’Ouest : Tunisie 1881, impérialisme et résistance, Tunis, Cérès Production, 1983.

20 Chater (Kh.), ibid., p. 110.

21 « En fait, dans le domaine de l’histoire, une pareille “comparaison” [Vergleichung] présuppose que l’on a déjà opéré une “sélection” par référence à des “significations culturelles”, et c’est cette sélection qui détermine positivement le but et la direction de l’imputation causale après avoir mis hors circuit [Auschaltung] toute une infinité d’éléments, aussi bien “généraux” que “particuliers” du “donné”. La comparaison d’événements analogues intervient alors comme un moyen de cette imputation, et pour sûr, à mon avis aussi, comme un des moyens les plus importants, encore que la plupart du temps on soit loin d’en faire un usage satisfaisant ». Weber (M.), « Études critiques pour servir à la logique des sciences de la culture », in Essais sur la théorie de la science (traduction et introduction par Julien Freund), Paris, Plon, 1906. Une version numérique est accessible dans le cadre de la collection : « Les classiques des sciences sociales » Site web : http://classiques.uqac.ca/

22 Camau (M.) et Geisser (V.), Habib Bourguiba. La trace et l’héritage, Paris, Karthala, 2004, p. 57.

23 Chaumont (É.), « L’ego-histoire d’Ibn Khaldūn, historien et soufi », in Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, n° 3, 1996, p. 1045.

Auteur

Archives nationales de Tunisie

© Centre Jacques-Berque, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable