Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiquer les sciences sociales au Maghreb

 | 
Mohamed Almoubaker
, 
François Pouillon

Arrêts sur enquêtes

Dans l’Atlas central : une doctorante française sur le terrain marocain

Annabelle Charbonnier

Texte intégral

1Dans le cadre d’une thèse de Doctorat en Sciences Humaines et Sociales, intitulée « Tourisme de montagne et sociétés locales dans l’Atlas marocain », je me suis intéressée au Centre de formation aux métiers de la montagne, qui encadre la seule formation diplômante reconnue officiellement par l’État pour l’accès au métier de guide de montagne au Maroc. L’établissement n’avait pas très bonne réputation et peu de demandes d’accès aboutissaient. M’étant adaptée aux démarches liées à l’obtention des autorisations de recherche, compliquées par le fait que le métier de guide de montagne est au Maroc sous la co-tutelle administrative des ministères de l’Intérieur et du Tourisme, j’obtiens finalement un droit d’entrée, voire même d’enquête pour suivre la fin de la formation de la promotion 2010/2011, et un accès à l’intégralité d’une année de formation de la promotion 2011/2012.

2Il aura fallu sans doute un certain courage pour m’accorder cette autorisation. Bien que ma recherche soit a priori inoffensive, elle touchait un secteur économique relativement important, sensible à tous les avatars de la communication. « Une mauvaise publicité est toujours à craindre… » Autoriser ma recherche était à double tranchant : d’un côté, elle permettait de faire valoir une certaine transparence, et répondre ainsi aux soupçons de pratiques de corruption signalées depuis quelques années ; d’un autre côté, elle exposait le secteur à d’éventuelles révélations inopportunes. Cette soudaine ouverture après une longue période d’opacité, combinée à l’absence de convention de stage et de trésorerie, crée des conditions d’enquête invitant à la réflexivité concernant les questions d’engagement personnel, de genre, d’éthique qui font l’intérêt d’un travail de thèse où s’entremêlent empirisme et scientificité.

3Précisons-le cependant d’emblée : je ne remercierai jamais assez les responsables marocains, et particulièrement l’un d’entre eux, de m’avoir permis d’accéder à ce Centre et au suivi de la formation des guides de montagne. Cette réflexion doit permettre d’analyser les conditions de conduite d’une enquête et ainsi de discuter leurs implications dans la réalisation d’un travail de thèse, et non un quelconque procès envers ceux qui ont facilité, parfois presque envers et contre tout, mon travail universitaire.

La convention de stage irréalisable : le jeu des (im)possibles

  • 2 Ce revirement fut sans doute motivé par une complication administrative : l’autorisation avait été (...)

4Les responsables ont été clairs : « Vos papiers, ils ne servent à rien ici ; ça n’existe pas la convention de stage. On peut la remplir si ça vous fait plaisir mais le document n’aura aucune valeur officielle. » Un tel discours aurait pu être une manière détournée de me refuser l’accès du centre de formation. Non ! Le stage restait envisageable malgré tout, mais il dépendait alors exclusivement de l’acceptation de divers responsables. L’absence de document officiel peut interdire autant qu’elle peut ouvrir ; nous étions, eux comme moi, seuls face à ce vide administratif ; ce dernier a pu parfois engendrer des situations délicates pour chacun de nous. À titre d’exemple, lorsque la permission de résider au Centre me fut accordée, je jugeai indispensable d’imposer ma présence dès les premiers cours, afin d’estomper autant que faire se peut mon statut exogène. Je tentai ainsi de m’insérer petit à petit auprès des formateurs, des stagiaires et des personnels de l’établissement. Quatre jours après ces premiers contacts, essentiels, alors que je rejoignais ma chambre pour dormir, l’administration me pria de quitter le Centre sans laisser aucune affaire. Mon départ devait se faire dans la nuit, à 4h du matin, sans possibilité pour moi de l’expliquer aux stagiaires à qui j’avais promis le lendemain des cours de français, ni de mettre de côté la documentation triée à la bibliothèque. Je ne pus revenir au Centre qu’après les vacances de l’Aïd, soit un mois plus tard.2 Ce contretemps allait sérieusement compromettre ma stratégie d’enquête : les stagiaires ont cru à un abandon, et il a fallu regagner leur confiance ; quant à la documentation, certains ouvrages mis de côté avaient disparu.

  • 3 cf. Laurens (S.) et Neyrat (F.), Enquêter : De quel droit ? Menaces sur l’enquête en sciences socia (...)
  • 4 cf. Becker (H.S.), « Quand les chercheurs n’osent plus chercher », Le Monde diplomatique, n° 684, m (...)

5On pose régulièrement la question des « menaces sur l’enquête en sciences sociales »,3 et certains chercheurs se demandent s’ils vont encore « oser chercher ».4 A l’opposé de l’absence de document officiel, les universités américaines se sont dotées avec les Human Subjects Review Boards (HSRB) de comités d’évaluation des recherches en sciences humaines chargés du contrôle éthique des recherches, sur le modèle des sciences biomédicales. Dans le cadre de mon enquête, il aurait fallu, à les en croire, que j’obtienne l’autorisation écrite de chaque personne concernée par mon observation, après lui avoir expliqué les risques possibles de cette observation. Un tel code éthique, code qui aurait pu compromettre la réalisation de mon enquête, n’a pas été exigé par les responsables administratifs. En revanche, le caractère non-officiel de mon stage semblait parfois agir comme un garde-fou. Il est vrai qu’à défaut de convention, ni dates de présence ni obligations réciproques ne venaient imposer de quelconques engagements. Les modalités du stage restaient donc orales et relativement vagues. Un exemple : la formation des guides de montagne propose quatre « randonnées d’application » au cours desquelles des formateurs encadrent les stagiaires sur le terrain. La perspective d’y participer me comblait : elles devaient représenter un temps fort de la formation. Les responsables ont accepté ma participation à ces sorties de huit ou quinze jours ; cela, du moins, jusqu’aux départs. J’appris effectivement, à mes dépens, que « au Maroc on ne dit jamais non ! » Je n’ai pas tout de suite compris que les objections opposées à ma participation à ces randonnées étaient bel et bien une façon polie de me les proscrire. J’ai donc insisté, obligeant les responsables à tergiverser. Il ne s’agit pas de critiquer cette interdiction. Pourtant, l’espoir de participer m’a conduite à ne pas mettre en place un système d’étude de substitution. Cela dit, force est de reconnaître que ma présence aurait sans doute modifié le cours des événements. Ainsi, les informations de seconde main recueillies sont certainement de meilleurs atouts que ce que ma propre observation aurait pu donner. En outre, la retenue dont font preuve les stagiaires et les formateurs pour parler de ces randonnées est une donnée à analyser.

6Un autre exemple permet d’illustrer les conséquences éventuelles liées à l’absence de convention. Dans le cadre de ce stage, j’avais envisagé la rédaction d’un journal, C.F.A.M.M. Magazine, réalisé en collaboration avec les stagiaires et pour un usage limité aux membres de l’établissement. Aucune objection administrative ne vint empêcher l’entreprise. Il ne s’agissait que de permettre d’aborder certains sujets, de produire des articles ensemble et d’avoir, avec les jeunes en formation, un rapport différent de celui d’une « étudiante-étrangère-enquêtant-sur-eux ». Là encore, le flou administratif eut des conséquences importantes : l’autorisation ne vint jamais mais selon les responsables, je n’ai pas su m’adresser aux personnes compétentes. En outre, je n’ai pas réussi à connaître les raisons claires de cet atermoiement.

L’absence de trésorerie ou l’exacerbation des peurs ?

7Quel ne fut pas notre malaise lorsque nous réalisâmes que, à défaut de convention de stage et d’autorisation officielle, je ne pourrais payer mon séjour au Centre ! Ce dernier n’a, en effet, pas de trésorerie : la formation des guides de montagne est entièrement gratuite. Cette absence de dispositif de paiement aurait pu être une autre manière de me refuser l’accès à l’internat. Je n’avais pas, en effet, à bénéficier de cette prise en charge. Non : il restait envisageable, dépendant encore une fois de la décision des responsables administratifs, laissés seuls face à cet autre vide administratif. Mon intégration à l’internat du Centre, rendue possible grâce au soutien d’une personne valorisant la recherche universitaire, a bien entendu constitué une chance incroyable pour mon travail. Il semble cependant intéressant d’expliquer comment elle eut d’abord des conséquences assez désagréables.

8Il était indispensable à cette étude que je passe du temps en internat. Il fut parfois délicat de faire admettre qu’il ne s’agissait pas de profiter d’un logement gratuit ou de faire des économies sur mon aide au terrain. Malgré des débats sur le travail d’enquête anthropologique, certains restaient sceptiques. Ils se sont inquiétés, craignant un contrôle sous couvert d’un travail universitaire. Ils ont alors cru que l’objet de ma recherche n’était pas celui que je prétendais, pensant ensuite à une jeune étrangère égarée qui profitait de la situation. Bien d’autres rôles encore. Il s’avère que peu d’étudiants marocains pratiquent ces méthodes d’enquête dans le cadre d’un travail sur le tourisme.

9Les conséquences en ont été également techniques : mon intégration à l’internat aurait-elle pu favoriser des conflits politiques avec les habitants de la vallée Aït Bou Guemmez ? « Les relations entre les tribus berbères et les instances gouvernementales n’ont pas besoin d’un malentendu pour se détériorer », disait-on. Les responsables craignaient en effet que les habitants de la vallée puissent croire que j’étais la quarantième stagiaire : celle qui prenait, à ce titre, la place d’un Marocain. Je fus donc engagée à ne pas séjourner de façon permanente et trop régulière au Centre, surtout au début de la formation.

10Un autre événement a suivi directement ce malaise face à l’impossibilité de payer l’internat : des cours en cas d’absences de professeurs. Dispenser un cours d’anthropologie du tourisme faisait partie du projet de stage. Cependant, le programme était déjà fixé et les intervenants choisis. À la disposition des stagiaires, je fus sollicitée pour des cours de français, ainsi que pour quelques remplacements. Je concevais alors ces services comme une forme de remerciement pour la gratuité de l’internat. La première fois, le remplacement de l’intervenant a été bien accepté par les stagiaires. Par la suite, ces derniers m’ont reproché de faire ainsi « le jeu de la direction ». Certains ont même pensé que j’étais rémunérée !

« Une autorisation, c’est du domaine de la politique ! »

11La convention de stage, document administratif qui est censé légiférer, légitimer et officialiser la recherche, n’a pas pu être établie. L’autorisation d’enquêter aura donc été seulement octroyée, avec les avantages et les inconvénients que cela engendre. Une question se pose alors : que me vaut cet honneur ? L’opportunité : avoir rencontré les bonnes personnes au bon moment ? ; Les compétences : avoir proposé un projet pertinent ? L’instrumentalisation : avoir été utilisée politiquement comme la preuve d’un changement ?

12Laissons ces suppositions délibérément provocatrices et tentons de comprendre les implications des représentations liées à cette question. Un premier fait doit attirer l’attention : plusieurs responsables me prévinrent que je sous-estimais les difficultés matérielles de ce stage et, à ce titre, ne croyaient pas à la réalisation du projet. Le Centre est situé en pleine montagne, dans une vallée, certes accessible en voiture, mais relativement reculée. Le confort – électricité, eau courante, chauffage d’appoint dans les chambres– reste précaire. Les sanitaires sont collectifs et rustiques. Le village de Tabant, situé à une quinzaine de minutes à pied, a un petit souk permanent – quelques boutiques seulement –, un cyber café – trois vieux ordinateurs avec un accès Internet très aléatoire –, un bureau de poste, une pharmacie et un dispensaire. Il n’y a ni hammam, ni banque, ni station service – un garagiste vend des bidons d’essence. Les stagiaires le surnomment « Tabantanamo » ! À 1800m d’altitude, l’hiver est assez rude : la pluie, le froid et les nuages bas s’invitent très régulièrement ; la neige peut s’installer quelques jours plusieurs fois par mois, et la boue est partout. Les salles de cours, le restaurant, la bibliothèque et les bureaux sont dépourvus de chauffage. Parmi les formateurs qui habitent Beni Mellal, Marrakech et Rabat, certains ont parfois des difficultés à supporter les conditions de vie de la vallée plus de trois jours. D’autres refusent de venir. Pour les responsables administratifs, une jeune fille habituée imaginent-ils au shopping, aux sorties en tout genre et aux frasques de la vie parisienne, ne pourra pas s’acclimater. D’autant qu’elle est seule, seule jeune femme au Centre parmi quarante stagiaires et une dizaine d’hommes, seule étudiante, seule Française.

13Un deuxième fait mérite d’être signalé : ma rencontre avec les instances. J’ai dû, comme tous les étudiants au Maroc, rencontrer différents responsables administratifs de divers niveaux dans la hiérarchie étatique avant d’obtenir une autorisation de recherche. En règle générale, j’allais seule me présenter aux administratifs. Néanmoins, pour ma rencontre avec un haut fonctionnaire, un des responsables, résolu à défendre mon projet de recherche, tint à m’accompagner. Il m’avait prévenue, de manière quelque peu paternaliste : « Ne vous inquiétez pas, dites-en le moins possible, c’est moi qui parle. » L’entretien commença par une critique de la France dont on louait la qualité des grandes écoles. Il s’est agi ensuite d’évaluer si ma recherche était un projet politique, une expertise sur le tourisme. Puis, on voulut savoir pourquoi je ne m’intéressais pas aux montagnes françaises alors qu’il y aurait là de nombreuses études à réaliser. J’essayais alors de répondre et respecter les règles de la hiérarchie. Cet entretien, dont les questions m’ont parues légitimes, me laissa penser que, davantage qu’un « jeu de hiérarchie », c’était une partie politique qui se jouait : prouver que le Maroc respecte mieux les étudiants français que la France ne traite les étudiants marocains – voir ses propres étudiants... Cette présomption se confirme : tout au long de mon séjour, on m’a demandé de réaffirmer que j’étais bien considérée, que les autorités étaient conciliantes, que mon travail était ainsi grandement facilité et que mes conditions d’enquêtes étaient plus favorables au Maroc qu’elles ne l’auraient été en France. La politique se mêlerait-elle inévitablement aux travaux universitaires ? C’est en tout cas une invitation à se questionner.

« Et alors, tu t’es faite draguer ? »

14Dans mon idéal de doctorante, je ne serais pas considérée par les enquêtés comme la touriste que l’on voit en moi lorsque je circule à Marrakech, mais comme une étudiante sérieuse qui travaille. Je ne voulais rien entendre de ce que l’on disait sur la vision de la femme occidentale qui voyage seule, sur une attitude à adopter : dire que j’étais mariée, par exemple, ou porter un foulard. Je me plaisais à croire que je pouvais prétendre faire oublier mon éventuel potentiel de séduction. Je m’imaginais donc chercheur asexué, pensant effectivement que revêtir quotidiennement, sans autocensure ni contrainte, des pantalons de randonnée ou de sport avec des hauts sans décolleté couvrant systématiquement les fesses, attacher les cheveux, ne porter ni bijoux ni maquillage, participer aux mêmes activités que les hommes, pouvaient atténuer quelque peu les sous-entendus de ma féminité. Au cours de ma première intégration au Centre, un stagiaire me demanda un jour : « Tu ne te sens pas un peu comme un homme parfois ? » Face à mon sourire de stupéfaction, il s’empressa d’ajouter : « Ce n’est pas que tu ressembles à un homme. Ne t’inquiète pas, je ne te vois pas comme un homme. Tu es une fille belle et tout ! Mais c’est que tu voyages seule comme un homme, tu viens à la formation alors qu’il n’y a pas de filles, tu ne parles qu’avec des garçons et tu parles pas de trucs de filles, et en plus tu fais des trucs comme nous. C’est pour ça que je te dis ça, tu comprends ? » Cette discussion à la terrasse d’un café dans un jardin d’Azilal me donna quelque espoir quant à ma capacité d’être considérée par les stagiaires de la prochaine promotion.

15Dans l’ensemble, les différents acteurs que je rencontrais furent assez fidèles à leur réputation. Cependant, ce lot commun de « séduction » ne mit pas à mal mon idéal de doctorante pour ce qui concerne mon stage au Centre. Après un mois de présence, au cours d’une discussion de travail avec les stagiaires en salle de cours, nous en vînmes à parler sérieusement des relations entre les guides et les touristes, le lieu commun qui établit comme intéressée toute relation qu’un Marocain peut avoir avec une étrangère. Les réactions furent variées mais tous ont été unanimes : non, le mythe de la femme occidentale, sexuellement libre et financièrement indépendante, n’est pas obsolète, même si le rêve serait moins l’idée d’un départ vers l’Europe que l’aide pécuniaire que l’on pourrait escompter pour un investissement au Maroc. Ma situation d’étudiante sans contrat doctoral me prémunissait contre une telle vision ! En revanche, loin de ces considérations, les liens établis avec certains des stagiaires pour les besoins de l’enquête provoquèrent un autre type de relation, beaucoup plus difficile à gérer que les dragues courantes, pour eux comme pour moi.

  • 5 E. Novello évoque des relations comparables lors de son enquête ethnographique sur les Hijra de Del (...)

16Au sein du Centre, la direction se préoccupa au plus haut point de ma sécurité. Libre de mes allées et venues, je devais néanmoins dire régulièrement où j’allais, où j’étais, et surtout avec qui. Cette prévenance eut deux conséquences. D’un côté, cela me permit de circuler seule en toute confiance dans la vallée et dans la montagne environnante. Liberté qui n’est pas négligeable et dont les chercheurs n’ont pas toujours pu bénéficier. D’un autre côté, elle pesa lors de mes discussions informelles avec les stagiaires. Nous ne pouvions pas discuter dans l’enceinte du Centre sans qu’ils se sentent mal à l’aise, face aux regards du directeur. Certains me proposèrent alors d’aller plutôt discuter « dans la montagne » ou « à la maison ». Nos sorties devaient rester discrètes pour ne pas attirer, disaient-ils, les médisances des autres stagiaires ou les questions systématiques du directeur. Ces discussions, riches d’informations pour ma thèse, devinrent petit à petit des moments de confidences, et je pus entendre à plusieurs reprises : « Tu sais, tu es la première fille avec qui je parle de tout, la première qui me comprend et avec qui j’ai plein de points communs ». Ce type de relation entre enquêteur et enquêtés n’est pas surprenant5 mais il n’en reste pas moins complexe à décrypter. S’il est vrai que plusieurs stagiaires ont interprété mes acceptations à « sortir » comme de véritables rendez-vous, certains, face aux mises au point, se sont sentis plutôt libérés, devenant des complices, d’autres ont persisté mais dans un registre de séduction plus détendu, réaffirmant par des plaisanteries leur désir de devenir plus qu’un ami, tandis que je perdais totalement confiance en quelques-uns, déclinant toute proposition de discussion venant d’eux.

17L’évaluation du degré d’importance et de risque à accorder aux entreprises de séduction reste très délicate. Confrontée à un dilemme, les différents témoignages censés m’éclairer ont confirmé l’ambivalence de l’histoire. A propos de l’interdiction à ma participation aux randonnées d’application citée précédemment, toute sorte de justifications me furent données. Mais l’ultime explication, la seule finalement, concernait ma sécurité : non pas ma sécurité physique (peur de l’entorse, de l’implication des assurances par exemple) mais le danger réel de me faire sexuellement agresser. Un responsable : « Ne vous croyez pas invulnérable. Je connais la nature humaine et l’esprit des hommes là-bas. » ; un étudiant français qui travaille sur son projet de thèse au Maroc : « Je ne crois pas que ce soit un vrai problème » ; un étudiant marocain revenu au Maroc après avoir fait ses études supérieures en France : « ce qui est grave, c’est que ce sont les dirigeants qui véhiculent et entretiennent cette image. » ; une touriste française : « d’un côté, quand je vois comment on m’a regardée quand je suis entrée dans le café pour aller aux toilettes, je comprends qu’ils aient peur pour toi ! » ; un guide expérimenté, formateur l’année précédente : « ils n’ont pas tort, on ne sait jamais. Tu sais que la randonnée retourne la tête avec les soirées au bivouac, la lune et les étoiles, la proximité... » ; un stagiaire : « non je ne crois pas, c’est des histoires. Ce serait vraiment bien que tu viennes avec nous. Tu fais partie de la formation de toute façon. »

Entre sollicitude et hospitalité ou comment des familles m’ont recueillie

  • 6 Romain Simenel explique comment il a fini par comprendre les ressorts sociologiques de l’hospitalit (...)

18Alors qu’aucun document ne rendait légitime et obligatoire ma présence à l’internat du Centre, je me suis parfois retrouvée sans logement où résider plusieurs jours. La bourse d’aide à la mobilité ne me permettant pas de payer une chambre à l’hôtel, je dus avoir recours à d’autres types d’hébergement. Beaucoup de personnes m’ont alors prouvé que l’hospitalité au Maroc, n’est pas un concept touristique. Questionner l’hospitalité dans le contexte d’un travail universitaire oblige à rendre compte de jeux de représentations et de sous-entendus provoqués par les attitudes de chacun, y compris les miennes.6 Ici, il s’agira de se demander si l’hospitalité offerte a été stratégique, en lien avec la dimension touristique que le sujet de recherche impose.

19Les Marocains que j’ai croisés tout au long de mon séjour étaient unanimes : quitter son pays et vivre loin de sa famille sans que l’argent en soit la motivation, faire des études dans un monde où seule la rentabilité et l’utilitarisme semblent primer est louable et relève presque du sacerdoce. « Familles d’accueil » et « enquêtés réguliers » me témoignent cette sollicitude appréciable, tant moralement que scientifiquement et matériellement. Les mauvaises langues diront que l’hospitalité participe à la bonne image que je pourrais diffuser du Maroc et des Marocains. Avec un sujet de recherche sur le tourisme, il aurait été sans doute judicieux d’essayer de me manipuler et cela sous couvert des traditions. Cette hypothèse suppose que l’hospitalité soit très ponctuelle et de courte durée. Or, les séjours dans les familles ont souvent été « de temps indéterminé ». Ces dernières m’ont alors considérée comme une nièce née en France, à qui il faut proposer un foyer sécurisant. Ensuite, l’hypothèse de la manipulation présume un intéressement. Or, les familles qui m’ont hébergée ne l’ont pas fait dans le cadre d’un document officiel de recherche, avec des dates et des conditions précises de dédommagement. Elles m’ont recueillie, davantage qu’accueillie. L’hospitalité était alors bel et bien consentie, sans forme de ressentiment ; la reconnaissance étant, peut-être, la seule contrepartie envisagée ouvertement.

20Les sceptiques diront aujourd’hui que la tradition d’hospitalité n’autorise aucune forme de rejet de l’étranger, même pour un temps long et que, malgré la bonne tenue et les silences, les gens n’en pensent pas moins que les étrangers, étudiants compris, sont des profiteurs. Mes lectures ethnographiques n’avaient pas suffi à me rendre certaine de l’attitude à adopter. Tout au long de mon séjour, j’ai craint à la fois cette image et le fait que je pouvais être effectivement une profiteuse. Orientée par des concertations avec des personnes susceptibles de comprendre la situation, notamment des étudiants marocains et des Marocains ayant vécu en France ou côtoyant beaucoup de Français, je mis en place avec les familles des systèmes de compensation qui ne devaient compromettre ni les normes d’accueil des foyers, ni mon intégrité.

21Ces conditions d’hébergement ont eu certaines conséquences. Inévitablement, la sympathie vient se glisser dans le travail universitaire et complique quelque peu les soucis d’impartialité et de neutralité préconisés pour toute réflexion en sciences sociales. Mais elle permet parallèlement d’accéder, d’une part à des données indispensables lorsque la société étudiée n’est pas celle dans laquelle le chercheur a construit ses repères culturels, et d’autre part, à une sphère beaucoup plus profonde que celle créée lors d’un simple rapport enquêteur-enquêté. Une partie du terrain devient en outre une véritable expérience de vie, bien plus que le moyen de réalisation d’un travail universitaire. La plus-value d’une telle suprématie de l’empirisme est la mise à mal de particularités, nécessairement surmontables pour les études anthropologiques sur le tourisme : le discours trop réfléchi, l’instrumentalisation et la manipulation. En effet, la communication est essentielle dans la promotion du tourisme. Ne pas s’insérer dans la vie quotidienne et ainsi développer des amitiés exposent à un discours stéréotypé, motivé, souvent biaisé, ou au contraire totalement éloigné des réalités quels que soient l’origine et le niveau social de l’interlocuteur.

De l’explicitation des conditions d’enquête

22La relation d’enquête n’est pas seulement les liens que l’on établit avec les enquêtés mais toutes les conditions matérielles et psychologiques qui favorisent les prises de décision ainsi que la gestion sur le long terme des données recueillies. Chaque situation dans laquelle je me suis retrouvée, plus ou moins malgré moi, a interagi sur la façon de penser le sujet de recherche. Cela ne signifie pas que l’empirisme surpasse la rationalité d’une analyse scientifique : chaque chose en son temps. Mais pratiquer son terrain comme une suite de choix qui provoquent des faits complémentaires permet de saisir les non-dits et évite les déconvenues inévitables quand celui-ci ne se déroule pas comme prévu. « Le programme, c’est pas de programme ! » : cette réflexion, qu’un des enquêtés se plaisait à répéter lorsqu’un tiers me questionnait sur mes intentions, je n’y ai pas adhéré immédiatement, en raison de la crainte de n’être pas « sérieuse ». Mais je reste aujourd’hui persuadée qu’il s’agit d’une façon possible et consciencieuse de faire son terrain d’enquête en ethnologie au Maroc.

23L’enquête exige parfois d’adopter des attitudes qu’on n’aurait jamais osé prendre. Il est souvent difficile de savoir quand on peut, ou on doit, pour les besoins de l’enquête, dépasser les limites de sa propre mentalité, tout en ne souffrant pas de duplicité. Lorsque j’acceptais de partager la collocation d’un jeune guide et de ses amis, chauffeurs de transports touristiques à Marrakech, ne connaissant intimement aucun d’entre eux, j’allais à l’encontre de mes principes. Dans un autre registre, lorsque j’ai choisi de tenir tête aux responsables administratifs quand ces derniers refusèrent ma participation aux randonnées d’application, ce fut une décision prise à l’encontre de mes principes de politesse et d’éducation. Choisir de faire confiance à son instinct, guidé plus ou moins consciemment par des raisonnements logiques et des lectures, et s’appliquer à apprendre rapidement de ses erreurs, n’allaient pas de soi. Mais l’attitude adoptée n’est peut-être pas si extravagante : « Tu ne sais pas quelle quantité d’épices il faut mettre dans le tagine ? Tu fais comme tu veux et ce sera bien parce que tu fais comme tu le sens. Si ce n’est pas bon, tu sauras pourquoi, et tu feras mieux la prochaine fois ! » Ce conseil me fut donné par plusieurs jeunes Marocains à chaque fois que je voulus apprendre à cuisiner avec eux. Le parallèle paraît audacieux mais ne parle-t-on pas de « cuisine » de l’enquête ? S’il suffisait de demander des informations pour les obtenir, il n’y aurait pas de sens à rester sur le terrain plus d’un mois.

24Parler des conditions d’enquête de son terrain de thèse n’est pas chose aisée. D’autant plus lorsqu’il est question d’administration et d’autorisations ministérielles. Au Maroc, peut-être plus qu’ailleurs, le chercheur doit savoir s’accommoder du non-officiel et de l’imprévu. Outre les apports scientifiques que le stage au Centre a procuré à mon travail de thèse, la manière dont les différents acteurs de ma question de recherche m’ont regardée, considérée et ont appréhendé mon travail, sont riches d’enseignements. Entre sollicitude et instrumentalisation, protection et surveillance, les attitudes de chacun révèlent d’une part les attentes sous-entendues d’un travail scientifique étranger mais également celles d’un travail réalisé par une « fille » et d’autre part, les limites à l’exercice d’un travail de doctorat aussi bien d’un point de vue théorique qu’humain.

Notes

2 Ce revirement fut sans doute motivé par une complication administrative : l’autorisation avait été accordée par les Affaires rurales, mais le projet devait probablement encore être soumis à l’approbation des Affaires intérieures. Dans l’attente du résultat, il était embarrassant de me laisser séjourner au Centre. Sitôt l’autorisation consentie, je pus réintégrer l’internat.

3 cf. Laurens (S.) et Neyrat (F.), Enquêter : De quel droit ? Menaces sur l’enquête en sciences sociales, Éditions du Croquant, Bellecombe-en-Bauges, 2010, 320 p.

4 cf. Becker (H.S.), « Quand les chercheurs n’osent plus chercher », Le Monde diplomatique, n° 684, mars 2011, p. 4-5.

5 E. Novello évoque des relations comparables lors de son enquête ethnographique sur les Hijra de Delhi, en Inde et surtout, des questionnements similaires sur les représentations et les valeurs auxquelles les interlocuteurs font référence en conférant à l’enquêtrice une place choisie. Elle raconte par exemple qu’aux yeux des membres de chacun des groupes locaux, elle n’apparaissait plus comme une étudiante mais comme l’amie de l’une des Hijra. Elle explique comment, en lui proposant le rôle d’amie, ses interlocutrices l’engageaient dans une relation qui lui était réservée, tout en lui indiquant l’une des problématiques centrales de l’agencement de la catégorie Hijra avec la société indienne et avec l’autre. Novello (E.), « L’amitié dans la relation ethnographique. Traitement de l’individu et rapport à l’autre dans les groupes locaux de Hijra (Delhi, Inde) », Ateliers du LESC, 33 | 2009, [En ligne : http://ateliers.revues.org/8210].

6 Romain Simenel explique comment il a fini par comprendre les ressorts sociologiques de l’hospitalité offerte par une famille des Aït Ba’amran dans le Sud-Ouest marocain, et analyse la dégradation de ses relations avec ses hôtes. Simenel (R.), « Défaire et refaire les origines de l’étranger : quand l’ethnographe est pris pour un banni », Ateliers du LESC, 33 | 2009, [En ligne : http://ateliers.revues.org/8216. Quant à Isabelle Rivoal, elle expose la façon dont l’hospitalité d’un jeune couple libanais s’est brusquement renversée, faisant surgir des difficultés pour la conduite de sa recherche. Rivoal (I.), « Un huis clos ethnographique ou l’impossible enquête chez un ancien milicien libanais », Ateliers du LESC, 33 | 2009 [En ligne : http://ateliers.revues.org/8217].

Auteur

CHSIM de l’EHESS

© Centre Jacques-Berque, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable