Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiquer les sciences sociales au Maghreb

 | 
Mohamed Almoubaker
, 
François Pouillon

Introduction

Mohamed Almoubaker et François Pouillon

Texte intégral

Driss Mansouri, éléments bio-bibliographiques1

  • 1 Par pudeur et par modestie, Driss Mansouri parlait peu de lui et de sa vie. Une biographie n’est do (...)

1Fils de la médina de Fès, où il est né le 19 juin 1949, Driss Mansouri ne se sentait pas spécialement un Fassi « pur ». En tout cas, il n’en tirait aucune gloire, car l’appartenance à une vieille famille fassie n’était plus vraiment tenue, sauf dans certains milieux, pour un titre de noblesse. Aristocrate, il l’était plutôt par son élégance naturelle et son humanisme, par son sens de l’honneur et de l’humour, par sa culture et son amour de la liberté. Son handicap physique, qui consistait en une main atrophiée et une démarche claudicante, remontait à l’enfance ; il était largement compensé par un dynamisme et une vivacité étonnante. Deux traits saillants, bien plébéiens cette fois, de sa personnalité : la soif d’apprendre et le courage de ses convictions. Le premier l’a conduit à s’intéresser et à se former, en autodidacte, à plusieurs disciplines : la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, l’épistémologie aussi, cela tout en gardant son statut de philosophe. Le second en a fait un militant politique et syndical. On peut déceler ces deux traits dès ses années de collège : lors des émeutes de 1965, mâtées dans le sang à Casablanca le 23 mars, l’adolescent, déjà « activiste », participait à une manifestation d’élèves grévistes du Collège Moulay Rachid, pourchassée par les forces de l’ordre dans les rues étroites de la médina de Fès. L’année d’après, il allait rester chez lui pour préparer le baccalauréat qu’il réussit en candidat libre : un exploit, dirent ses camarades et ses professeurs. Le profil d’un homme, dit-on parfois, est souvent bien tracé dès l’âge de seize ans.

2Militantisme et soif de connaissance, ces deux constantes ont continué d’orienter la vie de l’universitaire et du militant. Après une licence de philosophie obtenue à l’Université de Rabat en 1970, il s’expatrie à Paris pour y poursuivre ses études : c’est là qu’il rédige une maîtrise, soutenue en 1972 et un doctorat de troisième cycle, en 1976. Il rejoignait aussi ses camarades gauchistes de l’Union Nationale des Étudiants du Maroc (UNEM), où se retrouvaient pendant les « années de plomb », les opposants résolus au régime et les dissidents des partis de gauche (UNFP et ex-Parti Communiste) jugés trop conciliants avec le pouvoir en place, pour créer des structures d’extrême gauche tels les Mouvements 23 Mars et ila l’amam (« en avant »). Mais pour Driss Mansouri, comme pour beaucoup d’étudiants marocains en France à cette époque, études universitaires et militantisme politique devaient aller de pair. Ses amis se souviennent qu’il fréquentait assidûment la Bibliothèque Nationale de Paris, ainsi que les séminaires de quelques intellectuels en vue ces années-là, tels ceux de Roland Barthes ou de Michel Foucault, sans renoncer à son engagement politique, qui l’a même conduit à effectuer quelques séjours dans des camps d’entraînement situés dans des pays ennemis du régime marocain, comme la Syrie ou la Libye d’alors. C’était s’exposer aux sanctions d’un régime endurci, et quand il rentra au pays en 1981, il se fit confisquer son passeport. Il fallut l’action de personnalités influentes de l’USFP, parti d’opposition mais parti légal en ce temps, pour qu’il se le fasse restituer et puisse renouer avec ses amis demeurés à l’étranger. La suite, on la connaît mieux, lorsque, sans renoncer à ses idéaux d’intellectuel militant, il intégra l’Université comme enseignant-chercheur, et adhéra au parti de l’USFP et au Syndicat National de l’Enseignement Supérieur (SNES). L’année 1981 constitue certainement une date importante dans sa vie. Certains témoignages évoquent un désabusement qui l’aurait gagné. Disons qu’il est devenu « plus sage », sans tomber pour autant dans le cynisme ou le carriérisme. Bien qu’il en eût la possibilité, il n’a jamais brigué une fonction syndicale ou politique. Il préférait aider, conseiller, organiser, c’est-à-dire agir, sans jamais se présenter à une élection ou accepter une position. Intellectuel engagé, il l’était certes, mais il tenait par dessus tout à son autonomie et à sa liberté de pensée.

  • 2 Geertz (C.) [avec Hildred Geertz and Lawrence Rosen], Dir., Meaning and Order in Moroccan Society : (...)

3Il est difficile de décider laquelle des deux dimensions, militantisme partisan ou recherche scientifique, eut la prééminence dans sa vie, tellement les deux étaient imbriqués et présents dans son activité quotidienne, dans ses conversations, dans ses lectures et son écriture. Ce qui est certain, c’est qu’il était sollicité de toute part, et qu’il ne refusait pas de participer à des entreprises collectives, pourvu qu’il s’agisse de choses sérieuses ou simplement quand il fallait rendre service – nous nous souviendrons de lui en 1995, organisant le colloque « Historiens du Maghreb, historiens au Maghreb » entre l’EHESS et l’université de Fès, mais aussi, à Sefrou, en 2000, personnage-clé dans l’hommage organisé autour de Clifford Geertz sur les lieux même de sa grande enquête.2 Nous devons tous nous sentir un peu coupables aujourd’hui de l’avoir tant sollicité, non seulement parce que cela le conduisait à tirer sur son handicap physique et n’était donc pas très bon pour sa santé, mais aussi parce que cela l’a indiscutablement retardé dans ses projets de recherche et ses publications. Car nous mesurons mieux aujourd’hui le caractère inachevé d’une œuvre qui témoigne déjà d’une profondeur et d’une originalité certaines. Ce qui est sûr aussi, c’est que ses travaux, ses centres d’intérêt, le cercle de ses amis chercheurs aussi, ont largement débordé son domaine de spécialité, la « philosophie islamique », pour embrasser tout ce qui a un rapport avec la vie de la Cité, c’est-à-dire la politique bien sûr, mais aussi la sociologie, l’anthropologie et l’histoire. Dans tout cela, on peut donc dire que l’engagement politique prenait le pas sur la recherche « académique », ou du moins l’orientait.

  • 3 Ce travail est l’objet d’un article analytique par Azzelarabe Lahkim Bennani dans ce recueil.

4Deux thèses sur la philosophie islamique, et singulièrement sur Avicenne, ouvrent et ferment l’œuvre de Driss Mansouri : un Troisième cycle (Université Paris IV, Juin 1976), et un doctorat d’État (Faculté des Lettres Dhar-al-Mehraz, Fès, Janvier 2008).3 Un autre travail inscrit en Sorbonne auprès de Roger Arnaldez, sur la mystique d’Ibn Arabi, n’a pas été mené à terme en raison des circonstances de son retour au Maroc en 1981. Il s’agit donc de deux parenthèses, significatives certes, car le choix de la mystique n’est probablement pas fortuit. Mais c’est un fait que, au final, la philosophie islamique n’a pas pris beaucoup de place dans ses publications.

5À reconsidérer l’héritage de Driss Mansouri, on a un sentiment double. C’est d’une part, bien sûr, ce qui se dégageait de sa présence et qui faisait beaucoup de son rayonnement personnel : la disponibilité, l’ouverture, le goût de la discussion, du débat, et aussi, disons-le, quelque chose de festif que nous n’oublierons pas, car c’était là une dimension essentielle du personnage. Mais il y avait aussi ce reflet d’une démarche intérieure qui semblait commander en particulier sa vie professionnelle : une manière de creuser un sillon. Ses étudiants le savaient bien, et nous en avions l’écho dans les réunions scientifiques, les séminaires et les colloques, et bien sûr dans ses publications. C’était une manière de réfléchir au fond sur des démarches scientifiques au Maghreb, qui impliquait à la fois tout le champ de la recherche, le renouvellement des pratiques, et aussi ce qui fait déborder la recherche sur la vie politique, ou tout simplement civique. Sa bibliographie montre notamment comment il s’est attaché à rendre compte, méthodiquement, des travaux de chercheurs maghrébins, et à valoriser, en philosophe qu’il est toujours resté, leurs dimensions épistémologiques.

6En effet, c’est d’abord en philosophe que Driss Mansouri abordait les sujets traités dans ses articles, qu’il s’agisse d’histoire, d’anthropologie, de sociologie ou de science politique. Il prenait appui sur les travaux de recherche consacrés au Maghreb principalement, pour analyser la démarche de leurs auteurs, l’usage qu’ils faisaient d’une certaine terminologie, de certains concepts ou notions. Il ne s’agit donc pas uniquement, avec lui, de classiques « comptes rendus d’ouvrages récents » mais, bien plus, d’analyses critiques centrées sur un thème majeur : la nation, l’État, le citoyen, le sujet. Les textes analysés ne sont dès lors que des pré-textes pour introduire et discuter ces concepts. Les références qu’il met en œuvre dans ces analyses sont impressionnantes : l’objectif se déplace facilement du plan historique à celui de la psychanalyse lacanienne, ou encore à la linguistique pragmatique, sans vraiment quitter, avec la phénoménologie, l’horizon philosophique. C’est là un outillage très complet, très maîtrisé dès le départ, de telle sorte qu’on a l’impression qu’il l’avait toujours possédé et qu’il ne faisait que l’aiguiser, l’actualiser et le perfectionner au fil du temps. Formation solide parce que très personnelle. Bref, au-delà des disciplines techniques, sa démarche s’attachait avant tout aux questions méthodologiques et épistémologiques, donc à la validité des concepts et des démarches scientifiques.

  • 4 Voir notamment le dernier texte qu’il nous ait fourni : « la nation de l’histoire à la fiction ». C (...)
  • 5 « Le Sébastianisme, un mahdisme portugais ? » [sur Valensi, Fables de la mémoire : la glorieuse bat (...)

7Telle est la matrice intellectuelle à partir de laquelle Driss Mansouri a conduit ses réflexions et ses interventions. Cela mérite d’être rappelé, car c’est là un principe qui a présidé à la sélection des textes de notre ami que nous avons choisi de reproduire ici à l’appui de ce recueil sur la « pratique des sciences sociales au Maghreb ». Nous nous sommes donc limités, dans la ligne de notre ouvrage, aux contributions concernant quelques auteurs majeurs de la recherche en science sociale au Maroc : Lahbabi, Laroui, Pascon ; en amont, Ibn Khaldūn (et Montagne) bien sûr, et, en aval, ses confrères, Hammoudi et Rachik. Ces textes sont l’occasion de bilans critiques exigeants, sur quelques auteurs, à propos de questions centrales de philosophie politique comme l’idée de Nation, un concept très fréquenté dans l’histoire contemporaine du Maroc, mais dont on a souvent fait un usage anachronique et peu rigoureux.4 Nous n’avons pas retenu en revanche un certain nombre de comptes rendus publiés plus récemment dans la revue Prologues – même s’ils constituent une contribution réelle, au-delà de l’intérêt de l’ouvrage recensé (comme celui de Lucette Valensi consacré à la bataille « des trois rois »5), ils sont facilement téléchargeables sur le site de la revue. Les textes à caractère philosophique plus généraux n’ont pas été dans l’ensemble reproduits, même si nous avons voulu en reprendre certains, ne serait-ce qu’à titre d’échantillons, mais surtout aussi parce qu’ils relevaient d’un terrain situé à la marge des sciences sociales. L’un d’eux est en arabe, ce qui permet de faire la jonction au cœur de ce recueil entre les textes en caractères latins (français et anglais) et les contributions en arabe.

8Comme c’est la coutume dans les recueils de ce type, cet ouvrage est en effet à double entrée et double pagination dans le sens du français d’un côté, de l’arabe de l’autre. Nous avons tenu cependant à faire une table des matières commune permettant au lecteur plurilingue de retrouver les textes regroupés en fonction des thèmes et non pas seulement des langues. Cette table des matières est donnée en version arabe traduite du français et de l’anglais, de même que notre introduction, qui fournit un résumé succinct des contenus des articles, assez clairement signalés par leur titre. C’est donc à une présentation des scansions de ces « mélanges » et des contributions qu’ils rassemblent, que nous allons procéder pour finir.

Présentation du recueil

9Pour ces mélanges autour de la pratique des sciences sociales au Maghreb, nous avons convié des collègues, des amis de Driss Mansouri mais plus largement des doctorants qui ont conduit des enquêtes récentes au Maghreb ou des chercheurs qui souhaitaient revenir sur leurs expériences de terrain, évoquer ce qui en fait la matière : les rapports personnels, les problèmes rencontrés dans le dialogue avec les informateurs ou les autorités, les itinéraires d’enquête, tout ce dont on ne parle pas mais qui constitue comme on le sait une part importante de la recherche. Les jeunes chercheurs ont ici la part belle, parce qu’ils sont les plus à même de tirer les leçons de leurs maladresses, comme d’ailleurs les vieux professionnels revenant sur leurs expériences anciennes dont la mémoire a conservé la fraîcheur propre du moment de la découverte. Il importait de tous les convier pour parler de cette galère pas toujours pittoresque qu’est une enquête de terrain.

10Les chercheurs que l’on dit « confirmés », et qui ne sont pas nécessairement rassis, ont voulu pour leur part proposer un examen rétrospectif de leur travail qui se construisait plutôt dans la durée, et nous ont ainsi livré des bilans critiques sur des questions qui sont devenues, parfois de haute lutte, des champs de recherches. Avec la distance, les choses s’organisent selon une dynamique et prennent des traits saillants que l’on n’avait fait, au départ, qu’entrevoir. Malgré les modes intellectuelles et la pression exercée en ces années-là par le politique, des travaux de fonds se sont construits assez librement. Les entreprises qui ont pris corps alors, et c’est un signe encore de l’époque, avaient un caractère collectif et se faisaient dans le cadre d’équipes de recherches, avec ce que cela implique de dialogues et même de polémiques qui sont loin d’être toujours stériles.

11Mais il fallait parler aussi d’innovation et, par égard pour notre ami, qui ne se souciait guère des conventions et des interdits, nous avons voulu engager nos contributeurs à évoquer des questions qui se situent dans des zones « sensibles » ou qui n’ont pas reçu, malgré leur importance évidente, de consécration institutionnelle. Nous les avons rangées en deux catégories :

12– Dans la première, nous avons placé les recherches qui portaient sur des matériaux nouveaux et non pas sur les traditionnelles archives ou les enquêtes dialoguées. Il s’agit d’abord des images, sous toutes leurs formes. Les recherches contemporaines tendent à donner plus de légitimité à ces modes d’expression qui ne se construisent pas en discours, mais témoignent d’un autre rapport au monde. Dans ce registre, le problème est souvent de ne pas céder à la tentation de rendre « sérieux », et finalement ennuyeux, tout ce qu’on touche, y compris les matériaux les plus volatils, précisément pour se faire pardonner de s’occuper de choses qu’on tient habituellement pour futiles ou récréatives. Nos contributeurs se sont prêtés au jeu et se sont attachés à communiquer un peu du plaisir qu’ils ont eu de travailler ainsi dans des registres buissonniers.

13– Dans un autre lot, nous avons placé ceux qui, au contraire, s’occupent de questions trop sérieuses, celles précisément dont il est convenu de ne pas parler, parce qu’elles bousculent les conventions qui pèsent sur les sociétés autant que sur les chercheurs. On sait combien le politiquement correct, les susceptibilités identitaires constituent une pression considérable sur la recherche, en ce qu’elles touchent, au-delà des bons usages, des points névralgiques et même douloureux. D’autres sujets délicats, comme la sexualité transgressive, échappent à peine de leur statut de « sujets tabous », tout en restant des questions ouvertes, précisément parce qu’il est interdit d’en parler.

14Nous avons gardé pour la fin quelques textes qui proposent sur tout cela des synthèses qui nous sont apparues remarquables, un passage vers de nouvelles questions, ou de nouvelles façons de poser de vieux problèmes. Telles sont les scansions selon lesquelles nous avons organisé ces mélanges, en mixant, comme nous l’avons dit, les textes en arabe et ceux en langues européennes – nous avons trois textes en anglais –, avec l’idée de continuer un parcours, hélas interrompu, qui a été celui de notre ami disparu. Entrons maintenant dans leur détail et examinons l’ordre (parfois arbitraire) adopté pour les contributions.

1. Arrêts sur enquêtes

  • 6 Nous renvoyons moins au vieux mythe anthropologique qui continue d’habiter la profession qu’au film (...)

15On doit commencer par ce que les premières rencontres, malgré leur caractère assez aléatoire, souvent baroque, ont pourtant de décisif dans l’enquête. C’est ce que Dominique Casajus se remémore évoquant ce fameux « First contact »,6 alors qu’il débarquait chez les Touaregs comme d’autres sur la lune, faisant connaissance avec celui qui allait devenir ce qu’on appelle un « informateur privilégié ». Assuré de sa légitimité scientifique – il est polytechnicien d’origine –, il peut ouvrir la voie à toute une escouade de jeunes chercheurs qui relisent ici leurs rencontres, éblouies ou déjà désabusées, du terrain. Claire Nicholas raconte ainsi comment Driss Mansouri vint guider ses premiers pas au Maroc, rapportant combien il fut pour elle un « éclaireur » – il faut restituer ici au mot son sens originel. C’est du haut de sa maturité scientifique que Matthew Carey peut détailler ensuite ce que l’on tire des relations d’enquêtes, dans des contextes à la fois accidentels et spécifiques, pour la construction d’un savoir anthropologique.

16Michèle Sellès Lefranc dit pour sa part tout ce que lui a apporté le fait d’aller sur place, en Kabylie, terrain où se sont accumulées pourtant de si nombreuses études dans tant de registres qu’on pourrait être tenté de s’abstenir de ce détour. Annabelle Charbonnier rappelle opportunément que la présence sur place d’un enquêteur étranger doit toujours être négociée, c’est le mot, surtout quand on est une jeune femme sans gros soutiens institutionnels, même si l’objet de l’enquête est une institution publique comme c’est le cas pour un centre de formation des guides de montagne dans l’Atlas. Eric Gobe témoigne, quant à lui, de la difficulté que présente un travail sur l’actualité la plus brûlante, sous un régime autoritaire sinon hautement répressif comme l’était celui de Ben Ali en Tunisie. Pour clore ce bouquet sur les relations d’enquête, Alain Messaoudi nous donne, avec art, un échantillon de cet instrument indispensable pour qui mène une enquête : le journal de terrain, que l’on gardera précieusement par devers soi, surtout s’il n’est pas « montrable ».

2. Itinéraires et récapitulations de carrières

17À l’opposé de ces éléments primordiaux, il y a les bilans rétrospectifs que l’on dresse au terme d’un parcours académique comme un point de vigie. Pour mettre en perspective un enseignement d’histoire ancienne, Mohamed Almoubaker réfléchit sur ce que le thème de la cité antique peut apporter, aujourd’hui, à une jeunesse maghrébine, naturellement tournée vers sa propre histoire et vers l’avenir : la leçon sur la démocratie antique devrait désormais faire un crochet par la madina jama‘iyya (cité communautaire) d’al-Fārābī, mais aussi par la « shuracratie » des idéologues islamistes, tout en soulignant les écarts par rapport à la démocratie moderne. Ali Ouahidi et Said Bouzidi évoquent, dans une perspective proche, l’apport universitaire à la recherche archéologique par-delà la difficile et problématique co-existence de deux institutions qui s’occupent de l’archéologie au Maroc : les universités d’un côté, l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine de l’autre.

18Toujours à propos d’enseignement, Abderrahmane El Moudden rend compte de l’aventure qu’il a vécue en s’attachant à monter un UFR (troisième cycle) d’études ottomanes et iraniennes à l’université de Rabat : Exemple d’entreprises qui donnent un peu de satisfaction à leur initiateur, mais qui laissent une saveur de demi-échec quand elles ne sont pas poursuivies. Sur un tout autre registre, Mabrouk Jebahi, en enfant du pays, dit comment il a réappris l’espace où il était né grâce à des textes coloniaux et des anthropologues étrangers tout en évaluant leurs limites épistémologiques. De façon quasi-symétrique, Jessica Marglin, à propos de son travail sur l’histoire des Juifs dans le Maroc précolonial, montre la nécessité qu’il y a de sortir des archives communautaires (en hébreu ou en langues européennes) et de faire un emploi intensif des sources arabes. Abdelahad Sebti explique enfin comment, au cours de sa carrière, il a cherché à réhabiliter un matériau éminemment suspect en histoire, mais presque inévitable dans les sociétés à dominante orale, comme au Maroc : la parole. Dans un tout autre domaine, Tayeb Biad déplore le peu d’intérêt manifesté jusqu’à présent par les historiens nationaux pour les questions proprement économiques du XXe siècle. Les historiens de l’économie ne sont pas légion, et la recherche dans ce domaine fut longtemps laissée à des économistes ou des géographes dont l’approche ne répond pas toujours aux préoccupations historiennes. Dans une perspective « crépusculaire » – il vient de prendre sa retraite –, François Pouillon conclut cette partie par un bilan qu’il donne, à sa manière, autobiographique, des recherches collectives conduites dans le cadre de son séminaire de l’EHESS, « itinéraires d’Orient ».

3. Travailler sur des documents non classiques

19S’agissant de travailler sur des matériaux différents ou sous des angles d’approches nouveaux, Jean-Philippe Bras commence par analyser les rapports sociaux qui se nouent autour de la chasse, lieu d’interrelation et de complicité virile dans la quête d’un gibier commun. Sortant de son terrain marocain et de ses archives habituelles, Daniel Rivet prend appui sur des témoignages oraux relatifs à la guerre et à l’après-guerre d’Algérie. Il scrute ainsi toute la complexité des mémoires individuelles dont doivent tenir compte les historiens de cette guerre. Il reste que l’histoire orale est facilement biaisée par les préjugés de l’enquêteur, et le travail de mémoire lui-même dénaturé par les passions du moment actuel, fabriquant alors des mémoires artificieuses, malades du présent. Abderrahim Benhadda donne la mesure de l’humanisme musulman à partir d’un matériau encore peu exploité, le récit de voyage (rihla) hors de l’espace musulman commun, comme miroir de soi et en même temps ouverture à l’autre. Et c’est un nœud de relations que décrit encore Léon Buskens à propos de la quête de manuscrits anciens où se croisent commerçants avisés et érudits passionnés, les liens qui se nouent à travers le « commerce » des livres, dont on sait qu’ils ne sont pas que des textes.

20Pour la partie proprement iconographique, c’est Shaw Smith qui ouvre la marche avec l’analyse d’un peintre emblématique du Maroc, Eugène Delacroix. Sortant des grilles traditionnellement appliquées à l’artiste, il en ébauche une lecture anthropologique : celle de la puissance des rapports intercommunautaires, qui reste encore pertinente au Maroc. Baudouin Dupret s’attache aussi à subvertir de façon critique un reportage télévisé, document qui a tous les titres d’autorité en matière de vérité, surtout quand il met en scène, comme c’est le cas, quelque « spécialiste ». Avec Bernard Rosenberger, ce sont les cartes postales, dont il a fait personnellement l’archivage, qui constituent un matériau précieux, parfois terriblement cru, pour analyser la conquête coloniale. Il fallait une longue carrière marocaine pour lui permettre de surmonter ses réticences, et tirer parti serein de cette collection documentaire. Décidément, les images que l’on récolte en terre d’Islam, dont on disait qu’il ne les aimait pas, ont bien des choses à nous apprendre.

4. Enquêter sur des sujets « sensibles »

21On en vient ici à ces choses dont il ne faut pas parler, parce que cela choque ou bouscule les conventions, les évidences fragiles, et aussi les positions éthiques solidement revendiquées. L’esclavage en terre d’Islam qui a provoqué un débat international et des contestations qui ont tourné au procès est l’une de ces questions. Abdelilah Benmlih propose de traiter de ce sujet sans tabous, avec sérieux, comme une question d’histoire. Bousculée par la vague réformiste qui a traversé l’Islam, la culture soufie constitue un domaine également sensible et, à partir du cas de la grande confrérie tidjaniya, Ahmed Azami appelle ici à une approche herméneutique qui évite les excès apologétiques comme les condamnations anthropologiques. La question des langues est devenue elle aussi terrain d’affrontement et objet de hiérarchies institutionnelles. L’enseignement de la darija, langue du peuple autant que koinè nationale, contribuerait à valoriser les « dialectes », ce qui serait susceptible de heurter un nationalisme arabe dominant. Dominique Caubet suit l’évolution de cette question au Maroc, où l’on observe une reconnaissance de facto de la langue parlée, due à son utilisation par la société civile dans de nombreux domaines et sur les nouveaux réseaux sociaux. Question sensible s’il en est, celle de la prostitution abordée par Hinde Maghnouji dans son enquête auprès du personnel médical et associatif qui s’occupe de la prévention du SIDA dans quelques grandes villes du Maroc ; elle en décrit les dimensions linguistiques inhérentes à des choses qui ne se disent que difficilement. C’est le cas également que soulève Sonia Ben Meriem, repérant quelques fissures d’un discours national dans la Tunisie d’après la révolution du 14 janvier 2011 : des « Berbères » verraient-ils le jour à travers un festival de village dans l’Extrême-Sud ? Mais c’est finalement l’Antiquité la plus vénérable qui va, dans ce monde où l’on a tant de problèmes avec le passé, produire les confrontations les plus ardentes : Kahina Mazari remet en perspective le difficile héritage de l’Empire romain, aujourd’hui que l’islam est aux commandes, intellectuellement s’entend. Clémentine Gutron, quant à elle, analyse la difficulté de l’archéologie elle-même à s’assumer comme une science sociale à part entière, c’est-à-dire reflétant les turbulences de l’histoire.

5. Élargissements

22Sur des problématiques anciennes, parfois même largement traitées, on est en droit de porter un regard neuf qui ouvre la voie à de nouvelles interprétations et à de nouvelles perspectives de recherche. C’est à un rapport pacifié aux sciences sociales qu’appellent les contributions que nous avons placées en conclusion de ce recueil. Mohamed-Seghir Janjar montre ainsi que le concept de sécularisation subit une complexification croissante avec la mondialisation, le transfert de populations et l’évolution concomitante du phénomène religieux lui-même. Zakariah Rhani démonte l’idéal postcolonial d’une science sociale véritablement autochtone qui prétend, comme la science occidentale, à l’universalité. Corinne Cauvin Verner propose une reprise théorique d’un ouvrage « geertzien », celui de Paul Rabinow sur son séjour anthropologique au Maroc, et montre comment des méthodes d’enquêtes sur le terrain sont radicalement remises en cause par la nouvelle génération. Il revenait à Daniel Nordman, « vieux Marocain » appelé récemment à animer une recherche franco-maghrébine sur les imbrications entre science et politique, de faire le point sur les exigences et la réalité d’une enquête collective.

23On avait ainsi pour conclure une série d’ouvertures qui nous semblaient aller avec les manières peu conventionnelles et néanmoins pacifiées de Driss Mansouri, des manières soucieuses d’aller aux fondements de la recherche quitte à les transfigurer.

24Telles sont, résumées, les contributions qui composent ce recueil dédié à la mémoire de Driss Mansouri : leurs thèmes nous ont paru témoigner de ses centres d’intérêts, continuer sa réflexion et, sans traduire nécessairement ses idées ni les nôtres, refléter ses manières peu conventionnelles, pourtant toujours rigoureuses et pacifiées. Cette collection de contributions, qui n’engagent, comme on dit, que leurs auteurs, mais qui se croisent sur la nécessité impérieuse de suivre, malgré les pouvoirs et malgré les idéologies, les réalités sociales du Maghreb et l’évolution des sciences sociales qui s’y appliquent, nous semble prolonger ce qui était au cœur de l’œuvre de notre ami. Merci à tous donc, en son nom, d’avoir repris de lui, et cette fois pour lui, un peu la patience et la disponibilité dont il savait faire preuve pour les entreprises collectives de ce type.

Notes

1 Par pudeur et par modestie, Driss Mansouri parlait peu de lui et de sa vie. Une biographie n’est donc pas l’objectif de ce livre, qui lui est pourtant dédié. Les textes-témoignages de ses amis et collègues, rassemblés à l’occasion de sa mort dans un petit ouvrage (Publication de la Faculté des Lettres Dhar-Mehraz, 2012, 34 & 106 p.) permettent cependant, par recoupement, de dégager quelques lignes de sa vie et de son œuvre, trop tôt interrompues. Nous y puisons ici, pour introduire avant de passer au recueil de ses articles que nous publions à la suite.

2 Geertz (C.) [avec Hildred Geertz and Lawrence Rosen], Dir., Meaning and Order in Moroccan Society : Three Essays in Cultural Analysis, Cambridge, Cambridge University Press, 1979 ; l’essai de Geertz est maintenant disponible en traduction française : Le souk de Sefrou, Paris, Bouchène, 2003 (Présentation de Daniel Cefaï).

3 Ce travail est l’objet d’un article analytique par Azzelarabe Lahkim Bennani dans ce recueil.

4 Voir notamment le dernier texte qu’il nous ait fourni : « la nation de l’histoire à la fiction ». Ce texte qu’il a fait parvenir à l’EHESS en 2001, à l’appui d’un dossier d’invitation à un séjour de recherche, est resté, à notre connaissance, inédit.

5 « Le Sébastianisme, un mahdisme portugais ? » [sur Valensi, Fables de la mémoire : la glorieuse bataille des trois rois, Paris, Seuil, 1992], Prologues, 2, 1993, p. 24-26.

6 Nous renvoyons moins au vieux mythe anthropologique qui continue d’habiter la profession qu’au film exemplaire de Bob Connolly et Robin Anderson (1983) retraçant les suites de l’arrivée de colons australiens dans les hautes terres de la Nouvelle Guinée.

© Centre Jacques-Berque, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable