Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ambitions d’une capitale

 | 
Hicham Mouloudi

Deuxième partie. Négociations, conflits et compromis : les principales formes d’interaction au sein du système d’action constitué autour des fronts d’eau de Rabat

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 En se basant sur les travaux de M. Elliot (M. Elliot, « Conflict resolution », dans Urban planning,(...)

1Pour disposer de l’assiette foncière nécessaire à la réalisation du projet d’aménagement spécial (PAS) de la vallée du Bou Regreg, l’AAVB a entrepris des négociations avec plusieurs propriétaires fonciers. Ces négociations ont concerné aussi bien les départements ministériels et les collectivités locales que les citoyens ordinaires à titre individuel ou regroupés dans le cadre d’associations. Si celles engagées entre l’AAVB et les départements ministériels se sont déroulées (apparemment) dans le respect mutuel et l’intérêt bien compris des parties et ont abouti à la signature de conventions définitives, celles menées avec les élus ou les associations n’ont pas été à l’abri de tensions, voire de conflits1. C’est également le cas des discussions relatives au projet de station de pré-traitement des eaux usées (SPEU) qu’il était prévu d’installer à l’intérieur même du périmètre d’aménagement du projet « la corniche de Rabat ». Ceci a conduit les maîtres d’ouvrage du PAS et de la SPEU à envisager différents arrangements et à élaborer des compromis avec les protagonistes, qui ont parfois abouti à des concessions en faveur de ces derniers dans le but de « couper la poire en deux ».

  • 2 À ce sujet, David Godschalk (1989) distingue trois types de situation dont le caractère conflictuel (...)

2Dans cette deuxième partie, nous allons tenter de présenter le positionnement en situation des acteurs impliqués dans ces négociations, en mettant en exergue, autant que faire se peut, les points d’accord ou de désaccord, les controverses et les impasses enregistrées2.

3Notre but est de comprendre le système d’acteurs constitué autour de ces projets au moment de leur mise en œuvre et d’identifier la manière dont les habitants et leurs représentants réagissent par rapport à ces projets. Sommes-nous dans la continuité de la situation de fait accompli, décrite notamment par Michel Callon (2001, p. 157), laquelle a consisté, pendant longtemps, par exemple en France, à « faire taire le peuple et parler à sa place » ? Ou bien les habitants résidents ou propriétaires à l’intérieur des limites des périmètres d’aménagement pour les projets du Bou Regreg et de la corniche de Rabat sont-ils, au contraire, écoutés et véritablement associés au processus de décision ?

Notes

1 En se basant sur les travaux de M. Elliot (M. Elliot, « Conflict resolution », dans Urban planning, sous la dir. de A.J. Catanese et J.C. Snyder, 1998, p. 159-183), Jean-Marc Dziedzicki distingue quatre types de conflit d’aménagement. Le conflit « fondé sur les incertitudes » exprime chez une population des craintes en termes d’impact potentiel de l’aménagement sur son cadre de vie et sur sa santé et, corrélativement, en termes de dépréciation de l’image de sa « région » et de la valeur de son patrimoine immobilier. Le conflit « substantiel » exprime un désaccord de la population sur la nature, voire l’intérêt de la réalisation de l’aménagement, quel que soit son lieu d’implantation. Le conflit « de procédure » traduit une remise en cause des procédures de participation des populations et, de manière générale, des modalités de la décision administrative en aménagement fondée sur un modèle fonctionnaliste. Le conflit « structurel » conteste aux décideurs la légitimité de prendre les « bonnes » décisions dans le cadre de situations que la population entend vouloir maîtriser en raison de leur impact sur sa vie quotidienne.

2 À ce sujet, David Godschalk (1989) distingue trois types de situation dont le caractère conflictuel est plus ou moins affirmé en fonction du degré d’avancement d’un projet ; leurs modes de résolution seront différents selon la phase d’avancement dans laquelle ils se trouvent. Ces formes de conflit sont les suivantes :
– Les désaccords, ce sont les problèmes d’aménagement impliquant un niveau de divergence modéré entre les parties affectées, susceptibles d’être évités ou résolus par une négociation informelle ; bien souvent, l’impulsion principale pour résoudre ces problèmes est de fournir les moyens de communication, d’installer un climat de confiance et d’y adjoindre une solution (…). À ce niveau, des techniques de participation classique peuvent être utilisées.
– Les contestations/controverses. À ce niveau, les positions se durcissent (moins de fluidité), la négociation devient plus formelle : ce sont les problèmes d’aménagement non résolus qui ont pris une forme politisée impliquant un niveau de désaccord plus important. Résoudre ces contestations implique des méthodes plus formelles, soit la négociation directe entre les décideurs (…), soit la médiation des intérêts en présence, sous la conduite d’une tierce personne neutre.
– Les impasses. Ce sont des controverses non résolues qui atteignent un niveau de blocage tel que la communication est rompue (…). Résoudre ces impasses implique une action en justice ou un arbitrage (bien que ces derniers soient peu utilisés), les impasses se terminent le plus souvent en affrontements devant les tribunaux. Cité par Tricot A. (1993, p. 72).

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable