Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ambitions d’une capitale

 | 
Hicham Mouloudi

Première partie. Les fronts d’eau de Rabat : des marges délaissées devenues territoires de projets

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1Au terme de cette première partie, nous pouvons mettre en exergue quelques conclusions concernant l’évolution du processus d’aménagement de la vallée du Bou Regreg et de la corniche de Rabat.

2Ces sites avaient fait l’objet antérieurement de plusieurs projets d’aménagement. Aucun n’a abouti faute de moyens financiers et surtout de volonté politique. C’est parce que le Palais et les organismes publics de financement ont pesé de tout leur poids que ces projets ont pris corps et que leur réalisation a avancé – quoique très inégalement. Leur mise en œuvre exige néanmoins que l’on fasse appel à des holdings internationaux, particulièrement des pays du Golfe. Établissement public créé à l’occasion, l’Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg (AAVB) assure l’interface avec ces holdings et avec les acteurs locaux. Pour le projet de la corniche, l’examen des esquisses a eu lieu dans le cadre d’un comité restreint comprenant le groupe émirati Emaar, la Wilaya de Rabat-Salé et l’Agence urbaine.

3Au regard de l’avancée du projet Bab Al Bahr, un projet qui revêt la forme d’un partenariat inédit entre l’État marocain et le groupe privé émirati Al Maâbar, on peut affirmer que le système de la société d’économie mixte fonctionne plutôt bien au plan technique. Toutefois, les retraits de Sama Dubaï (du projet du Bou Regreg) et de Emaar (de celui de la corniche) ne permettent pas de généraliser ce constat à l’ensemble des partenariats établis avec les sociétés émiraties.

4Par ailleurs, cette architecture institutionnelle fait que le réseau d’expertise se complexifie : la quasi-totalité des études est assurée par un nombre assez conséquent de bureaux d’études, d’où il ressort que la maîtrise d’œuvre est souvent multiple pour un même projet, avec tous les problèmes de coordination susceptibles d’être engendrés par cette multiplicité des maîtres d’œuvre. La maîtrise d’ouvrage est également multiple, même si l’AAVB contrôle l’ensemble des opérations situées sur son périmètre d’aménagement, à travers ses filiales ou les sociétés dédiées.

  • 1 La notion de projet royal est ici intéressante dans la mesure où elle peut servir, comme nous allon (...)

5Au regard des dysfonctionnements enregistrés dans l’urbanisme réglementaire, la logique de projet s’impose, même s’il est permis de s’interroger sur la portée de cette logique en matière de démocratisation en raison de l’absence de portage politique par les élus locaux. Ceci étant, même si le discours des aménageurs fait appel de façon systématique à la notion de « projet urbain », l’approche urbanistique demeure encore très réglementaire, procédurale et technocratique. Les projets sont en effet fortement encadrés par les services de l’État qui conservent la prééminence dans les processus décisionnels. Le système d’action qui se constitue autour d’eux n’en demeure pas moins plutôt efficace et débouche rapidement sur des réalisations en raison du sceau royal – ou du « fait du Prince » – apposé sur ces projets1.

6À ce sujet, J.P. Gaudin et G. Novarina s’interrogent au sujet des politiques publiques européennes en se demandant : « N’y a-t-il pas, derrière le jeu des apparences contractuelles, maintien des logiques traditionnelles de "guichet" et, après une période de décentralisation, un certain "retour" de l’État ? » (Gaudin et Novarina, 1997, p. 8). Or, il nous semble qu’un tel retour de l’État n’est pas, au Maroc, une simple vue de l’esprit et que l’on peut en revoir des preuves dans les projets concernant l’aménagement des fronts d’eau à Rabat.

7Il convient d’insister aussi sur le fait que l’importance prise par l’expertise internationale en matière d’urbanisme et d’architecture dans le champ de l’action aboutit à la projection d’idéologies (modernité) et de technologies étrangères. Ce processus, qui multiplie les conflits avec ceux qui « portent » la culture nationale, mène à une fabrique urbaine qui se trouve désaccordée avec le tissu existant et l’environnement naturel des plans d’eau.

8Au plan de la communication, les aménageurs tentent de promouvoir leur action et leurs réactions. C’est pour eux un moyen de se légitimer. Cette promotion-légitimation s’effectue par le biais de discours souvent « enflés », destinés essentiellement au monde extérieur et aux habitants de la ville. Les textes et les iconographies qui les accompagnent visent souvent une clientèle particulière (couche aisée), même si les catégories sociales plus modestes peuvent être également concernées par un discours qui met parfois en avant une certaine dimension sociale des projets (par exemple pour les équipements). Il est légitime toutefois de se demander si leur composante sociale traduit vraiment une volonté de répondre aux désidératas de la population ou si elle n’est pas plutôt une simple composante d’un marketing urbain destiné à répandre l’image de marque de l’aménageur et du projet auprès de l’ensemble de la population. C’est ce à quoi nous tenterons d’apporter une réponse dans la suite de notre travail.

Notes

1 La notion de projet royal est ici intéressante dans la mesure où elle peut servir, comme nous allons le voir dans nos deuxième et troisième parties, à couper court à toute opposition ou divergence de vues entre acteurs, particulièrement les élus et les citoyens ordinaires.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable