Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ambitions d’une capitale

 | 
Hicham Mouloudi

Première partie. Les fronts d’eau de Rabat : des marges délaissées devenues territoires de projets

Chapitre 3. Une internationalisation progressive de la maîtrise d’œuvre et une sophistication poussée du marketing urbain

Texte intégral

1Afin de dimensionner leurs projets de fronts d’eau pour qu’ils correspondent à leur volonté de faire de Rabat-Salé une métropole internationale, les aménageurs ont fait appel à des architectes et urbanistes étrangers et ont privilégié des modes d’aménagement urbain spécifiques. Pour les décideurs, en plus de la qualité intrinsèque dont ils pensent qu’ils sont les garants, ces « stars » de l’architecture ou de l’urbanisme servent l’image des projets tant auprès des investisseurs nationaux et étrangers qu’auprès des futurs clients ou usagers des opérations projetées. Leur participation constitue en principe une garantie pour réussir un important « coup » médiatique, puisqu’elle rajoute à l’image de marque « classique » de Rabat les retombées des productions magistrales de ces grands noms de l’architecture.

  • 1 D’après un entretien effectué à Paris le 27 mai 2008 avec Christian Thibault, responsable de la sec (...)

2Toutefois, comme nous l’avons rappelé dans le premier chapitre, tant les berges de la vallée du Bou Regreg que la corniche de Rabat sont des espaces fragiles, en particulier au plan environnemental. Leur aménagement soulève donc des problèmes sérieux, surtout ceux liés à la présence et au développement de quartiers d’urbanisation illégale. En outre, malgré certaines similitudes, la nature même de ces deux zones est différente. Pour les experts en matière d’écologie et d’environnement, par exemple, leurs écosystèmes ne sont pas du tout les mêmes1. Quant à la vallée, sa position intra-urbaine contraste avec la situation périphérique de la corniche. Les réponses attendues des aménageurs pour chacun de ces sites devraient ainsi être spécifiques, dans la mesure où ces milieux sont non substituables les uns aux autres (une mer n’est pas une vallée). Les projets élaborés par les « stars » sollicités sont-ils les mêmes dans les deux cas, ou bien la spécificité de chaque milieu a-t-elle été prise en considération ?

  • 2 Selon Kevin Lynch, la lisibilité est « la facilité avec laquelle les parties de la ville peuvent êt (...)

3Pour répondre à cette question, nous allons analyser les principes urbanistiques et architecturaux (partis d’aménagement, traitement des écosystèmes, etc.) retenus pour mettre en forme ces projets. Ces principes doivent servir à « identifier le paysage conçu et tester la lisibilité2 » de ces espaces, conditions sine qua non de leur appropriation par les habitants.

4En outre, la manière dont ces deux projets doivent s’articuler à leur environnement immédiat, d’une part, et à l’ensemble de l’agglomération de Rabat-Salé, d’autre part, revêt un intérêt particulier, dans la mesure où ils ont pour ambition affichée de « fabriquer » deux nouveaux « morceaux » de ville.

5Étant donné que les aménageurs, et tout particulièrement les urbanistes, fondent généralement leur action sur des représentations, des valeurs et des symboles qu’ils mobilisent dans les situations d’action, nous chercherons à cerner les topiques qui ont conduit les concepteurs dans leur démarche et les sociétés spécialisées – choisies par les financeurs – dans leur stratégie de communication. Quels sont les référentiels utilisés dans les choix d’aménagement et dans le discours communicationnel ? Quelle image de marque les sociétés engagées dans la réalisation cherchent-elles à construire sur ces sites ?

Une maîtrise d’œuvre de plus en plus internationalisée pour des projets devant contribuer à la « vitrine métropolitaine » de la capitale

  • 3 Dans leur ouvrage intitulé : Villes internationales : entre tensions et réactions des habitants, Is (...)

6La ville de Rabat est en passe de devenir – à tout le moins, elle essaie de le devenir – une ville aux normes internationales (Berry-Chikhaoui Isabelle et al., 20073). Nous entendons ici par normes internationales « la diffusion d’un urbanisme libéral générique – au sens où il se retrouve partout dans le monde – puisant ses références dans des concepts internationaux (marina, gated communities, city sport, CBD, etc.) et reproduisant comme ailleurs des formes urbaines standardisées (tours, compounds, objets architecturaux signés par des « starchitectes » du gotha international tels Zaha Hadid, Jean Nouvel ou encore Rem Koolhas » (Barthel, 2010). Pour parvenir à ces normes, les décideurs et financeurs ont eu recours à de nouveaux acteurs et à de nouveaux modes d’aménagement urbain. Il s’agit dans ce sous-chapitre de montrer les implications d’une telle démarche sur les modalités de conception et de réalisation des projets d’aménagement des fronts d’eau de Rabat.

7Les aménageurs des fronts d’eau de Rabat ont intégré les stars de l’architecture et de l’urbanisme contemporains occidentaux. Les modalités d’intégration de ces stars de l’architecture et de l’urbanisme aux projets sont variées. Dans certains cas, il s’agit d’urbanistes avec lesquels les investisseurs étrangers ont l’habitude de travailler, à l’instar de Sama Dubaï qui a fait intervenir à Rabat l’Américain Jung Brannen sur le projet Amwaj, ou d’Emaar qui a fait appel à l’architecte sud-africain John Halford pour la conception du projet de la corniche du Rabat. Dans d’autres cas, les aménageurs ont passé des marchés de maîtrise d’œuvre de gré à gré avec des urbanistes ou architectes qui leur ont été conseillés, à l’image des contrats signés avec l’architecte-urbaniste français Bernard Reichen pour le Plan d’aménagement spécial du Bou Regreg ou de celui signé avec le cabinet londonien Foster and Partners pour la conception architecturale de la séquence n° 1 (Bab Al Bahr), ou encore du contrat établi avec l’architecte anglaise d’origine irakienne Zaha Hadid pour le Grand Théâtre de Rabat. Les commandes transmises à ces maîtres d’œuvre sont multiformes : réalisation de cahiers des charges urbanistiques et architecturaux, conception d’espaces publics sur la vallée du Bou Regreg et élaboration de master-plans détaillés.

  • 4 Conseil d’architecture d’urbanisme et de l’environnement des Yvelines, Les Projets de Bernard Reich (...)

8Grand prix de l’urbanisme français en 2005, Bernard Reichen a ainsi décliné le projet de Plan d’aménagement spécial (PAS) du Bou Regreg sous la forme de prescriptions urbanistiques et architecturales, et son agence a également conçu les premiers espaces publics livrés en 2008 : les quais du Bou Regreg, puisque c’est d’eux qu’il s’agit, situés en contrebas de la Qasbah des Oudayas. Pour cet architecte, « concevoir de nouvelles formes urbaines doit se faire sans oublier l’histoire du pays, ses traditions, sa modernité et répondre à la question : qu’est-ce qu’une ville marocaine à l’heure de la mondialisation4 ? ».

  • 5 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Al Maâbar Development Company, Bab Al Bahr. C (...)

9Quant au prestigieux cabinet d’architecture anglais Foster and Partners, internationalement reconnu et concepteur notamment du viaduc de Millau, du nouveau Reichtag de Berlin (Leoni G., 2008), de la Millenium Tower de Tokyo, de l’aéroport de Beijing et de Aldar Al Raha Beach à Abou Dhabi5, il est engagé ici pour la réalisation des plans de certains projets immobiliers de la séquence n° 1, Bab Al Bahr. Outre ces projets immobiliers qui revêtent un intérêt particulier au regard des attentes d’une clientèle solvable, le cabinet Forster and Partners s’est également vu confier la Cité des Arts et des Métiers, un complexe artisanal, commercial et touristique situé au nord de la marina.

  • 6 Propos du directeur général de l’AAVB recueillis lors du journal télévisé en arabe de la RTM le 11 (...)

10Plus récemment (2010), le cabinet d’architecture Zaha Hadid Architects, considéré comme « l’un des meilleurs cabinets au monde » par le maître d’ouvrage (AAVB), a été retenu pour la conception architecturale du Grand Théâtre de Rabat. Ce projet, d’une superficie de 27 000 m2, est considéré par le directeur général de l’AAVB comme « une réalisation culturelle et civilisationnelle très importante. Il est conforme aux directives royales qui visent à faire de Rabat non seulement la capitale politique et administrative, mais aussi la capitale culturelle du Maroc. Cette réalisation sera à la hauteur des grandes œuvres [mondiales que sont] l’Opéra de Sydney [ou] le musée Guggenheim de Bilbao6 ».

11Ces maîtres d’œuvre internationaux sont appréciés pour leur approche méthodologique en matière de projet urbain, leur expérience et leur savoir-faire dans la gestion de la complexité ainsi que leur capacité à donner une image concrète de la modernité. Ils ont été préférés à leurs homologues marocains en raison aussi de leurs compétences générales et, plus particulièrement, de leur capacité à prendre en compte les dimensions environnementales et de développement durable. À ce sujet, le directeur général de l’AAVB, Lemghari Essakel, a déclaré au cours d’une visite de chantier :

  • 7 Lemghari Essakl, directeur général de l’AAVB, visite de chantier du projet du Bou Regreg organisée (...)

« Si vous constatez que l’Agence n’a pas entrepris ici, aujourd’hui, de constructions massives, c’est parce que nous avons fait appel à des centaines d’architectes et que, chaque fois, nous avons été très déçus par ce qu’ils ont produit. Et moi, personnellement, je ne peux pas me permettre de laisser construire n’importe quoi dans cet endroit à cause de la fragilité, la sensibilité du site. C’est pour cette raison que nous avons décidé de nous faire accompagner dans ce projet par le numéro un mondial des architectes, Norman Foster, qui s’est impliqué personnellement dans cette vallée et qui a une préoccupation majeure pour l’environnement et le développement durable7. »

  • 8 Conseil d’architecture d’urbanisme et de l’environnement des Yvelines, Les Projets de Bernard Reich (...)

12Cette préoccupation environnementale est également partagée par Bernard Reichen pour lequel « les vastes superficies proposées aux urbanistes font du pays un laboratoire où la question environnementale se révèle être une opportunité pour réfléchir à d’autres manières de concevoir la ville8 ».

  • 9 Présent de 1981 jusqu’au milieu des années 90, Michel Pinseau a conçu pour le ministère de l’Intéri (...)

13De fait, plusieurs commandes passées dans le cadre des projets d’aménagement des fronts d’eau de Rabat ont été adressées à des cabinets d’architectes et à des bureaux d’études étrangers sans implication directe des professionnels marocains. Ce constat n’est toutefois pas nouveau puisque de très nombreux documents d’urbanisme ou études stratégiques ont été conçus, à l’époque du Roi Hassan II, par des architectes, instituts et bureaux d’études français (Michel Pinseau9, IAURIF, Groupe Huit). Ce constat n’est également pas spécifique au Maroc, on le retrouve dans l’ensemble des pays du Maghreb et du sud de la Méditerranée. À ce sujet, T. Souami (2006) observe que, depuis le milieu des années 90, « les commandes d’études majeures ont été régulièrement, parfois totalement, confiées à des professionnels étrangers ».

14Il est certain que l’appel aux « architectes-stars » internationaux aura pour effet assuré que les esquisses de ces projets illustreront toutes les revues internationales d’architecture qui comptent au monde. Cette « publicité gratuite » assure aux projets et à la ville qui les accueille de se faire connaître auprès des promoteurs étrangers. Toutefois, cette internationalisation de la maîtrise d’œuvre urbaine peut être brutale et refléter une réorientation décisive de la stratégie de l’aménageur. C’est le cas du projet de la corniche de Rabat, dénommé Saphira, pour lequel l’arrivée imprévue du groupe émirati Emaar bouleversa la donne. En effet, alors que le concours d’idées lancé en fin 2004 par la Commune urbaine de Rabat avait été, rappelons-le, remporté par le groupement des architectes marocains Noureddine Basset et Jamal Eddine Ghorafi, la signature en mars 2006 d’un protocole d’accord d’investissement de plus de 5 milliards de dollars américains entre le gouvernement marocain et l’investisseur (Emaar) a imposé le Sud-Africain John Halford comme urbaniste du projet.

15Avec l’arrivée des « stars » de l’architecture et de l’urbanisme, la question principale est de savoir quelles réponses urbanistiques et architecturales ils apporteront aux sites des projets en situation difficile.

Le plan d’aménagement spécial du Bou Regreg : un document « hors du commun »

  • 10 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Rapport justificatif du plan d’aménagement sp (...)

16Le Plan d’aménagement spécial (PAS) de la vallée du Bou Regreg, tel que conçu par Bernard Reichen, est considéré par l’AAVB comme un document « hors du commun ». Pour cette Agence, « les spécificités de ce site [du Bou Regreg], son paysage, son histoire, sa vulnérabilité ainsi que sa sensibilité placent d’emblée l’action de son urbanisation au rang des projets “hors du commun” 10 ».

  • 11 Sur le plan formel, le projet de PAS de la vallée du Bou Regreg est présenté avec un support transp (...)

17Nous avons déjà indiqué, dans le chapitre précédent, en quoi certaines caractéristiques de ce PAS le distinguent d’un plan d’aménagement « classique ». C’est le cas particulièrement en ce qui concerne la maîtrise d’ouvrage et le processus de son instruction et de sa mise en œuvre. Mais les particularités du PAS résident aussi dans les modalités de sa conception11.

  • 12 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Rapport justificatif du plan d’aménagement sp (...)

18Le parti d’aménagement de la vallée du Bou Regreg subdivise le périmètre d’aménagement en six séquences. Cette succession avait été proposée par l’équipe « Confluences » qui avait travaillé dans le cadre de l’étude du projet d’aménagement global de la vallée commanditée par la Commission royale. Ce séquençage a été reconduit par Bernard Reichen pour le PAS. Pour le maître d’ouvrage, cette décomposition en séquences « se présente comme une division du territoire en secteurs géographiques et zones réglementaires12 ». Il s’agit des séquences suivantes :

  1. séquence 1 : Bab Al Bahr correspond à l’estuaire du Bou Regreg, entre les médinas de Rabat et de Salé, en aval du pont Hassan II ;

  2. séquence 2 : Assahat Al Kabira, entre le pont Hassan II et le pont de l’Office national des chemins de fer (ONCF) ;

  3. séquence 3 : Kasbat Abi Raqraq, entre le pont de l’ONCF et le pont Mohammed V ;

  4. séquence 4 : Sahrij El Oued, en amont du pont Mohammed V ; elle couvre la plaine située au bas des pentes du plateau d’Akreuch ;

  5. séquence 5 : Al Menzeh Al Kébir ; elle correspond au plateau de Shoul ;

  6. séquence 6 : les belvédères du plareau de Hssaine.

19La séquence n° 1, Bab Al Bahr (335 hectares), constitue l’une des deux séquences prioritaires du projet du Bou Regreg, la seconde étant la séquence n° 2, Assahat Al Kabira (247 hectares). Son coût global est estimé à environ 535 millions d’euros. Si cette séquence constitue la clef de voûte du projet, c’est tout d’abord parce que c’est elle qui comporte la réalisation de la liaison entre Rabat et Salé par le tramway et le pont Hassan II sur le Bou Regreg. Outre ces deux infrastructures, Bab Al Bahr a prévu la réalisation d’une marina, d’un port sur l’Atlantique, d’une Cité des Arts et Métiers, d’un tunnel, ainsi que d’équipements commerciaux et touristiques. C’est sans conteste celle qui comporte la réalisation du plus grand nombre d’équipements, tant d’infrastructures que de superstructures. La séquence n° 2, Assahat Al Kabira, devrait plutôt être consacrée à la réalisation de résidences (logements), de bureaux et de complexes touristiques et de loisirs. La séquence n° 3, Kasbat Abi Raqraq (2 282 hectares), accueillera une « future ville nouvelle », dont l’image, qui se veut forte et valorisante, sera assurée par le creusement d’un plan d’eau (un lac artificiel d’une centaine d’hectares) ; son aménagement fera l’objet d’un traitement paysager de qualité, avec la volonté de conserver de vastes espaces naturels, même si plusieurs quartiers résidentiels (lacustres), des commerces, des équipements et des zones de loisirs y sont prévus.

20La séquence n° 4, Sahrij El Oued (1 055 hectares), prévoit de conserver pour l’essentiel l’occupation agricole de la zone. Toutefois, dans sa partie orientale, elle devrait accueillir des équipements et des habitations. La séquence n° 5, Al Menzeh Al Kébir (1 494 hectares), est en principe réservée aux activités nautiques non polluantes et au développement de l’écotourisme. Enfin, la séquence n° 6, Les Belvédères de Hssaine (336 hectares), devrait accueillir un pôle de haut standing, concentrant des activités touristiques, écologiques et de bien-être (hôtellerie de standing, centre équestre, golf d’exception) ainsi que l’aménagement d’espaces verts s’inspirant des jardins andalous.

21Par ailleurs, à la différence du plan d’aménagement proposé par Michel Pinseau ou du plan de référence de l’IAURIF – lesquels avaient limité l’urbanisation de la vallée et sa dotation en équipements publics et touristiques à une seule rive du fleuve (la rive droite pour Pinseau et la rive gauche pour l’IAURIF), avec interdiction de construire dans plusieurs zones sensibles – le PAS du Bou Regreg ouvre à l’urbanisation et à la construction pratiquement la moitié du périmètre du projet. Il programme en effet une zone urbaine de 2 383 hectares, soit 41 % de ce périmètre, répartie entre les six séquences qui composent le projet.

22La conception du PAS du Bou Regreg diffère de celle d’un plan d’aménagement « classique » en ce que des thématiques spécifiques se substituent aux études sectorielles normalement prévues. Par exemple, les PA « classiques » procèdent à des diagnostics plus ou moins approfondis du périmètre du projet. Ces bilans concernent aussi bien le milieu physique (géomorphologie, climat, sols, etc.) que la situation économique (activités, emplois, etc.) ou sociale (population, scolarisation, etc.). Depuis quelques années, un bilan-diagnostic de l’environnement doit automatiquement être joint. Ensuite, c’est sur la base des problèmes et besoins ainsi identifiés que le PA établit ses projections en termes d’habitat, d’équipement ou de zone à protéger. Si les auteurs du PAS du Bou Regreg considèrent qu’ils ont eux aussi fondé leurs objectifs sur des analyses sectorielles qui « reprennent l’ensemble des composantes urbaines et paysagères de la vallée », il n’en reste pas moins que ce document met l’accent sur seulement cinq thématiques : l’eau, le patrimoine, la voirie, l’environnement et le développement urbain. Ces thématiques sont appréhendées sous la forme d’un couplage diagnostic-propositions avec une différenciation par couleur. Ainsi, le plan « bleu » traite des contraintes et objectifs liés à l’eau : niveaux des marées, crues, ouvrages hydrauliques de régulation, navigabilité, etc. Le plan « ocre » identifie l’ensemble des monuments historiques et archéologiques ainsi que les cônes de points de vue depuis les promontoires des falaises. Le plan « gris » présente l’armature et la hiérarchie du grand maillage viaire transversal et longitudinal à la vallée. Le plan « vert » identifie les contraintes environnementales et indique les objectifs de préservation des secteurs paysagers les plus valorisants. Enfin, le plan « blanc » s’attache aux objectifs de développement urbain dans la vallée.

  • 13 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Rapport justificatif du PAS du Bou Regreg, p. (...)

23Concernant la mise en œuvre du PAS, celui-ci « opte pour une urbanisation par phases et prend “l’îlot urbain” comme unité de base et non le parcellaire préexistant13 ». Il s’agit pour l’aménageur d’éviter d’avoir à s’occuper de trop petites zones où il lui serait difficile de construire. Mais la réalisation de l’objectif fixé risque de provoquer le blocage des opérations puisqu’elle impose aux promoteurs d’acquérir tous les terrains limitrophes de l’endroit où ils veulent construire – y compris les zones inconstructibles susmentionnées – et d’opérer la fusion des titres fonciers avant d’engager la moindre opération de construction.

  • 14 Idem.

24Par ailleurs, un souci d’opérationnalité a conduit les concepteurs du PAS à ne pas envisager de lotissements. À ce sujet, le PAS précise que seuls les projets conçus sous forme de « groupe d’habitations » seront acceptés et retenus. Le but est en effet d’inciter les promoteurs à produire des « espaces urbains finis » et à éviter des chantiers « éternels », lesquels sont généralement engendrés par les lotissements14.

25Pour d’autres zones sur lesquelles la réflexion est considérée par l’AAVB comme n’en étant qu’à ses débuts, le PAS a, rappelons-le, opté pour une extrême souplesse, soit en se contentant de donner des orientations et des vocations plutôt vagues, soit en décrétant que ces zones feront l’objet d’un aménagement différé (zones de projet). Assez flexible, le PAS apparaît donc surtout comme un vaste cadre définissant les grands principes d’aménagement plutôt que comme un document impératif ; et un cadre qui doit rester suffisamment vague pour intégrer ultérieurement d’éventuelles modifications que réclameraient les promoteurs immobiliers du secteur privé ou du secteur public. Il s’agit donc beaucoup plus d’un plan d’orientation ayant pour objectif de faire connaître le projet et d’aider à sa promotion que d’un plan d’exécution à proprement parler.

Un écosystème à réhabiliter en vue de l’exploiter pour des activités marchandes ?

26Comme nous l’avons souligné dans le premier chapitre de cet ouvrage, la vallée du Bou Regreg subit une forte pollution due à de nombreux rejets d’effluents domestiques ou industriels sans traitement préalable. Elle localise en outre les principales décharges d’ordures ménagères de la wilaya de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër – la décharge de l’Oulja située sur la rive de Salé et la décharge d’Akreuch sur celle de Rabat – lesquelles engendrent des rejets de lixiviats estimés à des milliers de mètres cubes par an. C’est pourquoi l’AAVB a considéré que la réhabilitation du milieu écologique de la vallée du Bou Regreg et sa sauvegarde devaient constituer une priorité de son action.

  • 15 Voir la synthèse effectuée par N. Baron-Yellès, 2000 (en particulier p. 97-102).

27Pierre-Arnaud Barthel (Barthel, 2003, p. 288-289) rapporte que « trois modèles sont couramment distingués par les écologues de la restauration15 ». La restauration écologique est la première orientation qui aboutit à une modification légère du milieu consécutive à un état de crise passager ou temporaire. Selon J. Aranson et E. Le Floc’h, « c’est la voie qui consiste à arrêter la dégradation d’un écosystème et à favoriser son retour, si possible rapide, à son état antérieur » (Aranson et Le Floc’h, 1995, p. 30). Les conditions initiales du milieu restent inchangées, et les techniques utilisées, peu coûteuses, servent à ramener le système écologique à un état stable, voire à le « rajeunir » par rapport à son évolution écologique « normale ». Deuxième approche, la réhabilitation écologique correspond à la tentative de « remettre l’écosystème sur sa trajectoire et [de] rétablir un bon niveau de résilience, afin de stopper une dégradation et réparer les dommages écologiques » (Aranson et Le Floc’h, 1995, p. 31). Elle se traduit par une action plus poussée sur le milieu, qui se justifie lorsqu’il est profondément abîmé. Les gestionnaires ont alors la charge d’intervenir dans le fonctionnement même de l’écosystème pour éliminer ou changer certaines de ses composantes. Suite à un diagnostic écologique poussé de l’état initial du milieu, un programme d’action coûteux est réalisé pour le « soigner ». Passé un seuil d’irréversibilité, une troisième voie est mise en œuvre dans le cas de milieux très gravement dégradés, voire détruits, tels des sites industriels pollués, pour lesquels leur reconstitution s’impose. Les gestionnaires recréent alors de toutes pièces le complexe vivant en isolant les sédiments et autres matières pollués. Une telle action de « renaturation » se fonde sur des écosystèmes de référence qui servent de modèles pour l’action. De la restauration à la reconstitution écologique, l’intervention s’avère ainsi plus ou moins rapide, plus ou moins brutale et traumatique pour le milieu.

  • 16 Ces actions concernent : – la préparation des zones de travaux, incluant l’assèchement de la zone e (...)

28À Rabat, les aménageurs utilisent les termes de « réconciliation », de « préservation », mais surtout de « réhabilitation » et d’« assainissement », qui prouvent que c’est le modèle de la réhabilitation écologique qui prévaut, surtout pour les berges de la vallée du Bou Regreg qui a déjà bénéficié de plusieurs actions de ce type. Parmi ces actions, on peut citer la fermeture en juillet 2007 de la décharge de l’Oulja (figures n° 7 et n° 8) et la réhabilitation de certaines carrières, deux actions jugées prioritaires par l’AAVB. D’autres actions sont également prévues, pour une date ultérieure16.

Figure n° 7 Photo de l’ancienne décharge de l’Oulja, 2006

Figure n° 7 Photo de l’ancienne décharge de l’Oulja, 2006

Source : Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg.

Figure n° 8 Photo du site de l’Oulja après la fermeture de la décharge, 2009

Figure n° 8 Photo du site de l’Oulja après la fermeture de la décharge, 2009

Source : Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg.

29Concernant la décharge d’Akreuch, un centre de transfert, limitrophe du site de la décharge, a été mis en service en juin 2011 dans le cadre d’un partenariat entre l’AAVB, la Wilaya de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër et la Municipalité de Rabat. L’entrée en exploitation de ce centre de transfert doit permettre le démarrage des travaux de réhabilitation de la décharge d’Akreuch et le confinement du rejet de lixiviat.

30L’Agence du Bou Regreg a également mis fin à l’exploitation des carrières situées à l’intérieur de son périmètre d’intervention (Oulja de Salé). Son objectif est de procéder à leur réhabilitation de manière à les intégrer dans le paysage. À ce jour, la carrière de l’Oulja est l’unique carrière réhabilitée.

  • 17 Signalons que, depuis mars 2002, c’est la société Véolia Environnement qui est chargée, au niveau d (...)

31En ce qui concerne l’assainissement liquide, les efforts de l’AAVB, en collaboration avec Véolia Environnement17, sont concentrés sur deux points « noirs », celui localisé en contrebas du quartier industriel de Youssoufia à Rabat et celui situé en contrebas du quartier de Bettana à Salé.

  • 18 Situation en mai 2012.

32Enfin, l’Agence du Bou Regreg a créé sa propre pépinière afin de subvenir à ses besoins. Elle a en effet procédé à de nombreuses plantations d’arbres (5 228 plants) et de palmiers (2 172)18. Des actions de ce type sont toujours en cours, et un système d’irrigation pour les arbres et palmiers nouvellement plantés a été installé.

33Force est de constater que l’action réalisée et projetée sur les berges de la vallée du Bou Regreg est réellement démiurgique. Quelques autres actions, plus « cosmétiques », de protection de l’écosystème sont cependant parfois entreprises dans l’attente d’une intervention plus poussée. À terme, l’objectif de l’Agence est bien de protéger l’écosystème et de le maintenir, autant que faire se peut, dans l’état où il était avant que l’aménagement de la vallée ne soit engagé.

Une préoccupation environnementale ancienne

  • 19 SDAU de Rabat-Salé élaboré par Michel Pinseau, op. cit., p. 92.

34La prise de conscience de la nécessité de préserver le site de la vallée vis-à-vis des risques majeurs susceptibles de l’affecter ne date pas d’aujourd’hui. Rappelons à ce propos que le SDAU de Rabat-Salé élaboré par Michel Pinseau et approuvé en 1995 ainsi que le plan de référence de la vallée du Bou Regreg élaboré en 1998 par l’IAURIF ont déjà préconisé de telles actions. Le SDAU a en effet considéré cette vallée comme comportant de nombreux sites à protéger : « La basse vallée du Bou Regreg, y compris les coteaux qui la bordent, est la pièce maîtresse du paysage de Rabat, sa vue d’ensemble. La protection doit s’étendre à la vallée de l’Oulja d’autant que la vocation de celle-ci n’est pas l’urbanisation (mauvais sols de fondation, terrains en partie inondables et très humides), mais le développement agricole. Par contre, les activités qui existent sur son sol seront conservées, en particulier les industries de l’argile : briqueterie, poterie, etc.19. » Cette préconisation du SDAU montre que non seulement la prise de conscience remonte aux années 90, mais aussi que certaines options du PAS du Bou Regreg sont en contradiction avec celles du SDAU, particulièrement en ce qui concerne l’urbanisation de la plaine de l’Oulja et le maintien des activités de carrière et dérivés.

35Cette prise de conscience se retrouve dans l’étude du plan de référence du Bou Regreg établi par l’IAURIF. Ce plan, rappelons-le, a classé toute la partie amont de la vallée, à partir du pont Al Fida, en zone non aedificandi, à l’exception d’une zone d’activités et d’équipements publics située sur la rive gauche. Il prévoyait que la partie aval soit réservée à des équipements publics et à des implantations touristiques, avec des restrictions de hauteur. Ce plan de référence visait également l’élaboration d’une Charte de l’aménagement pour la vallée, dont le principe fondamental aurait été la préservation des écosystèmes et la prise en considération des risques majeurs.

  • 20 En l’occurrence le chef du service de l’Environnement à la Wilaya de Rabat-Salé, le directeur régio (...)
  • 21 Il s’agit de la table-ronde consacrée à « la réflexion citoyenne sur l’avenir de la vallée du Bou R (...)

36D’autres acteurs locaux20 ont aussi exprimé la nécessité de dépolluer la vallée, par exemple ceux qui sont intervenus lors d’une table-ronde organisée en 2002 par l’association Bou Regreg21. Plusieurs de ces intervenants ont attiré l’attention des responsables du projet du Bou Regreg sur la nécessité de préserver les zones humides. En répondant comme elle le fait, c’est-à-dire en grande partie, à cette revendication, l’AAVB légitime son action dans la vallée auprès d’acteurs locaux dont certains disposent d’un assez fort potentiel de mobilisation.

Les zones humides : un écosystème à protéger ou un milieu à exploiter ?

  • 22 Voir Rapport justificatif du PAS du Bou Regreg, p. 16.
  • 23 La Convention internationale de Ramsar relative aux zones humides d’importance internationale a été (...)

37Le PAS du Bou Regreg préconise « la préservation des zones humides de l’estuaire jusqu’au Chellah22 ». Ainsi, même si la vallée du Bou Regreg présente les caractéristiques propres aux zones humides telles qu’elles sont définies par la convention de Ramsar23 sur l’ensemble du périmètre allant de l’estuaire du fleuve jusqu’au barrage Sidi Mohammed Ben Abdellah, c’est la zone humide du Chellah qui a suscité l’intérêt prioritaire de l’aménageur, du moins jusqu’à présent. Pour préparer les interventions, une étude écologique de la zone humide du Chellah a été réalisée entre les mois de juin et d’août 2010. Elle a permis d’établir un inventaire systématique de la faune et de la flore, d’identifier les dysfonctionnements écologiques et de formuler des recommandations pour rétablir l’équilibre biologique.

38La préservation des zones humides avait été recommandée par plusieurs participants à la table-ronde de 2002 précitée. Le représentant de la direction des Eaux et Forêts avait précisé à cette occasion que « ces zones humides constituent la composante fondamentale de l’identité de la vallée. Pour éviter de dénaturer et de banaliser le paysage de la vallée, il est indispensable de les protéger […] ». Pour sa part, M. Chihab, le chef du service des Sites au département de l’Environnement du ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Eau et de l’Environnement, avait affirmé que « l’appartenance de la vallée au domaine des zones humides montre son extrême vulnérabilité. Il s’agit essentiellement de terrains inondables non appropriés à l’urbanisation, qu’il faut absolument préserver ».

  • 24 Intervention de Maria Snoussi, professeur de géomorphologie à la faculté des sciences de l’universi (...)
  • 25 Idem.

39Ces différents risques ont conduit la géomorphologue Maria Snoussi à recommander la réalisation d’études d’impact et de vulnérabilité tant pour la vallée du Bou Regreg que pour la corniche de Rabat. Concernant la corniche, cette experte internationale a précisé que « l’élévation inéluctable du niveau de la mer nécessite des études de vulnérabilité. Avec le temps, en 2020, 2040 ou 2050, le projet de la corniche sera sous l’eau24 ». Elle a aussi mis le doigt sur ce qu’elle considère comme constituant « une incohérence totale entre ce qui se fait dans la recherche académique par rapport aux études effectuées dans le cadre de ces projets, lesquels considèrent les populations concernées comme de simples “masses de viande”25 ».

  • 26 Au Maroc, l’étude d’impact sur l’environnement (EIE) avant tout projet d’aménagement est devenue ob (...)

40Le projet d’aménagement global (PAG) de la vallée du Bou Regreg a effectivement fait l’objet en 2007 d’une étude d’impact sur l’environnement (EIE)26 commanditée par l’AAVB. Cette étude a été réalisée par un bureau d’études dénommé Conseil en ingénierie et développement (CID), lequel est appelé pratiquement pour toutes les études techniques commanditées par l’AAVB. Même si ce BET est très connu au Maroc par ses compétences techniques, le fait de lui attribuer aussi cette étude peut être considéré comme un exercice d’auto-légitimation de l’action du maître d’ouvrage. En tout état de cause, une telle pratique soulève un problème extrêmement sérieux, car, dès que les études d’impact ne sont pas réalisées par un BET choisi par une procédure publique d’appel d’offres organisée par une administration (indépendante par rapport au maître d’ouvrage) ou que celle-ci ne garantit pas l’indépendance des BET retenus, la validité des résultats obtenus et des propositions formulées peut être légitimement mise en doute.

  • 27 D’après la loi relative aux études d’impact sur l’environnement, les projets dont l’investissement (...)
  • 28 Voir Secrétariat d’État auprès du ministre de l’Énergie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement (...)
  • 29 Pour le Comité national, ces études futures devraient traiter dans les détails :
    • les données sur (...)

41Ceci étant, cette étude a abordé plusieurs points, tels que le diagnostic environnemental du milieu et l’identification des impacts positifs et négatifs du projet et a formulé la proposition de mesures d’atténuation des impacts négatifs. Le document qui en a résulté a reçu l’accord de principe du Comité national des études d’impact sur l’environnement (CNEIE)27, réuni pour l’examiner le 24 octobre 2007. À cette occasion, le comité a « considéré à l’unanimité le projet [de PAG du Bou Regreg] acceptable du point de vue environnemental 28 ». Il n’en demeure pas moins que ce comité a aussi et surtout considéré cette étude comme « une étude d’évaluation environnementale globale du projet de PAG qui vise la constitution d’un référentiel et un cadrage à l’intérieur duquel devraient s’inscrire d’autres études d’impact qui seront examinées par ledit comité29 ».

  • 30 Rappelons que la séquence 4, dénommée Sahrij El Oued, est située en amont du pont Mohammed V et cou (...)
  • 31 Voir Secrétariat d’État auprès du ministre de l’Énergie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement (...)

42Concernant le volet écologique, le comité a demandé à l’AAVB « d’identifier les impacts de l’aménagement de la vallée sur la biodiversité et les mesures d’atténuation prévues ». Il lui a aussi demandé de détailler davantage l’analyse de l’activité agricole car il a jugé que ce qui était écrit à ce sujet était insuffisamment développé et trop superficiel. Le comité a souhaité plus de précisions en termes de superficie, de cultures pratiquées, de cheptel et d’impacts. Il a recommandé aussi le maintien de la vocation agricole de la séquence n° 4 (Sahrij El Oued)30. Le comité a enfin recommandé à l’AAVB de présenter « un plan de gestion environnemental accompagné d’un cahier des charges qui doit inclure l’ensemble des dispositions telles que présentées et discutées lors de cette réunion31 ».

  • 32 Voir Rapport justificatif du PAS du Bou Regreg, p. 12 et 16.

43La priorité est ainsi accordée aux actions de dépollution de la vallée (fermeture de décharges, interception des rejets liquides), de plantation et de restitution de la navigabilité du fleuve avec la construction de la marina et la prévision de l’aménagement d’une île et d’un lac artificiels. Concernant la restitution de la navigabilité du fleuve, le PAS rappelle que « la maîtrise de l’hydraulique est non seulement un élément ornemental mais aussi le principal support de l’organisation du projet ». Pour atteindre cet objectif, il prévoit plusieurs actions dont les principales sont : 1. la restitution d’un oued navigable en pérennisant un canal de navigation (maintien, dragage…) ; 2. le calibrage du fleuve et la réalisation de quais, de débarcadères et de promenades sur les deux berges ; 3. la création d’un lac hydraulique ou « lac artificiel » dans la plaine pour assurer un renouvellement des eaux du fleuve. Une île artificielle est également prévue dans la séquence n° 2 32.

44Les différentes actions réalisées et projetées montrent que les objectifs de l’aménageur consistent à offrir aux promoteurs immobiliers et aux autres investisseurs un site propre, moderne, donc particulièrement favorable à l’établissement et au développement d’activités balnéaires. En tenant compte en outre du retard accusé dans la réalisation des études environnementales préconisées par le CNEIE, nous pouvons établir un parallèle avec les opérations de restauration des plans d’eau de Tunis étudiées par P.A. Barthel (2003, p. 290), lequel montre bien que, ici, le milieu est essentiellement considéré par les acteurs politiques et les aménageurs comme un élément à exploiter et non comme un milieu à protéger. On est sérieusement en droit de se demander si, à Rabat également, il ne s’agirait pas surtout d’opérations de « nettoyage » ayant pour but d’éradiquer toute forme de nuisance envers la future clientèle des résidences en bord du fleuve plutôt que de véritables actions de préservation de l’environnement de la vallée. On peut avancer deux constatations à l’appui de cette hypothèse : la première réside dans le fait que les BET qui ont participé à l’élaboration du PAG en 2003 ont utilisé les services d’experts en matière d’assainissement liquide (CID) et solide (SEGU), mais pas en matière d’écologie de l’environnement. La seconde constatation consiste en l’absence d’écologues patentés à la direction de l’Environnement de l’Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg.

45En même temps qu’ils entreprenaient la dépollution de la vallée, les aménageurs se sont attelés à la concrétisation de leurs principes d’aménagement, à savoir la centralité, la modernité et l’intégration entre les deux villes, Rabat et Salé.

Un parti d’aménagement projetant de fonder une nouvelle centralité et de concilier l’authenticité et la modernité

  • 33 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, conseil d’administration du 2 mai 2012, Bilan (...)

46L’AAVB estime que le projet du Bou Regreg est « un moyen ingénieux pour renouer avec l’histoire, réconcilier l’agglomération de Rabat-Salé avec le fleuve comme avec l’océan pour retrouver sa vocation, reconstituer son identité et conjuguer l’authenticité à la modernité 33 ». Ces deux objectifs, celui de la centralité et celui de la conciliation entre le passé et le présent, se traduisent au plan urbanistique (pour le premier) et au plan architectural (pour le second). Au plan urbanistique, aménagements et infrastructures (tramway, pont, tunnel, théâtre, etc.) sont prévus dans le cadre du projet, et certaines de ces opérations, tel l’aménagement des quais du Bou Regreg, illustrent clairement cette volonté de créer un espace central capable d’attirer les populations, tant celles de Rabat que de Salé. Au plan architectural, les façades de certains projets envisagés, particulièrement celles de Bab Al Bahr et de la corniche de Rabat, sont des exemples emblématiques de cette volonté de concilier authenticité et modernité.

  • 34 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Rapport justificatif du PAS du Bou Regreg, p. (...)
  • 35 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, conseil d’administration du 2 mai 2012, Bilan (...)

47Il est prévu que les berges du Bou Regreg deviennent un « pôle urbain structurant » de l’agglomération de Rabat-Salé. Le projet d’aménagement affiche en effet l’objectif « d’asseoir une véritable unité autour d’un espace central fédérateur et prestigieux, de restituer aux citadins des deux rives des lieux de convergence et de convivialité34 ». Il vise aussi à établir un trait d’union entre les villes de Rabat et de Salé. Pour le maître d’ouvrage du projet, là sera le « véritable centre d’animation et de loisirs pour la population des deux villes 35 ».

48Peut-on dire cependant que le projet du Bou Regreg est susceptible d’opérer une transformation structurelle de l’organisation urbaine de Rabat-Salé en déplaçant son centre géographique ? Peut-on imaginer que cela suffira pour que l’avenue Mohammed V du quartier Hassan perde sa fonction actuelle de « pôle » principal et structurant de l’agglomération rbatie, pour en devenir simplement un pôle secondaire ?

49Toujours est-il que le renforcement de la centralité et la plus grande intégration entre les deux villes de Rabat et Salé devraient résulter de la réalisation d’aménagements plus ou moins emblématiques et par celle de plusieurs grandes infrastructures et équipements lourds symboliques de la modernité. C’est la séquence n° 1, Bab Al Bahr, qui doit localiser la plupart de ces équipements et infrastructures (quais, marina, pont, tunnel et passage du tramway).

  • 36 Faut-il rappeler ici qu’avec Hay Riad et, surtout, le déplacement des sièges des ministères, des ag (...)

50La séquence n° 2, Assahat Al Kabira, est pour sa part considérée par l’aménageur comme celle qui localisera le centre géographique du projet du Bou Regreg. Elle prévoit la création d’un lieu de forte centralité, symbolisé par une île (artificielle), la construction d’une marina et d’équipements emblématiques, tels que le Grand Théâtre de Rabat, le Musée national, le Palais des congrès, un shopping mall, etc. S’y ajoutera un quartier résidentiel de haut standing. La nature de ces équipements illustre bien la volonté d’enclencher un processus de reconfiguration de la centralité de Rabat-Salé, de telle sorte que celle-ci devienne une centralité d’affaires, commerciale et de loisirs, ce qui marquerait un changement radical avec la situation actuelle, où la centralité de la capitale est purement politique et administrative36. Cette centralité renouvelée, redynamisée, permettrait – si les vœux des urbanistes sont exaucés – de renouer des liens affectifs et sentimentaux entre la population et le fleuve, tout en ravivant le passé maritime des deux villes. Pour y réussir, il faudrait réaliser à la fois une requalification des lieux – au sens d’attribuer à la ville de nouvelles « qualités » esthétiques – et une réorganisation de ceux-ci – au sens d’en proposer une nouvelle structuration. Ces dimensions du projet constituent de fait, si elles étaient corroborées par les faits, une rupture très forte par rapport à l’héritage colonial de Rabat où l’avenue Mohammed V constitue le principal (et quasi unique) centre de l’agglomération.

  • 37 Rappelons qu’avant la création de l’AAVB, le projet du Bou Regreg était géré par la société SABR-Am (...)
  • 38 Propos du directeur général de l’AAVB. Voir AAVB, Bou Regreg News, 2009, p. 3.

51Par ailleurs, la volonté de concilier le traditionnel (ou l’authentique) et le moderne apparaît clairement dans le discours des aménageurs aussi bien à propos de la vallée du Bou Regreg que de la corniche de Rabat. Selon Mustapha Bakkouri, l’ancien directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG)37, « la conception urbanistique et architecturale reflète une vision du projet [du Bou Regreg] très simple, qu’on impose à nos partenaires comme une sorte de cahier des charges. Cette vision consiste à capitaliser sur l’héritage patrimonial de Rabat et de Salé tout en se projetant vers l’avenir en apportant des touches de modernité aux projets à réaliser. » Au-delà du discours, les choix opérés dans la conception architecturale de certains projets de la vallée du Bou Regreg témoignent effectivement de cette volonté de conciliation entre authenticité et modernité. Les propositions concernant les façades du futur complexe résidentiel de Bab Al Bahr, telles qu’elles ont été formulées par Norman Foster, illustrent parfaitement cette conciliation. On observe en effet que le traditionnel se marque au niveau des façades par la simplicité des volumes et par l’utilisation du moucharabieh et de matériaux nobles tels que le bois, alors que la modernité résiderait plutôt dans la combinaison du minéral, du végétal et de l’aquatique, ainsi que dans de grandes ouvertures de la façade, que ce soit au niveau des portes, des fenêtres ou du rez-de-chaussée (figure n° 9). Ainsi pour l’aménageur, « Bab Al Bahr est plus qu’une cité dans le sens classique [du terme], c’est un art de vivre la différence dans un milieu qui aspire fortement à la modernité en préservant son substrat traditionnel38 ».

52Si cette conciliation du traditionnel et du moderne apparaît plus ou moins dans les façades des projets des complexes résidentiels de la séquence n° 1 Bab Al Bahr, on ne la retrouve cependant pas dans celles du projet Amwaj de la séquence n° 2 Assahat Al Kabira. En effet, ici, les façades proposées par Sama Dubaï (figure n° 10) n’offrent aucune traduction concrète de ce métissage virtuel. L’utilisation de tuiles vertes en toiture et d’arcades tout au long des ouvertures montre seulement que le maître d’ouvrage a voulu reproduire purement et simplement le modèle du mausolée Mohammed V pour l’appliquer, tel quel, à un nouveau morceau, entier, de ville. Inexistante au niveau des façades, il ne reste à l’observateur qu’à imaginer une modernité qui se serait réfugiée dans l’aménagement intérieur des immeubles ou appartements ou dans l’attention portée à la réduction de la consommation énergétique.

Figure n° 9 Exemples de façades conçues par Norman Foster pour les complexes résidentiels de la séquence Bab Al Bahr

Figure n° 9 Exemples de façades conçues par Norman Foster pour les complexes résidentiels de la séquence Bab Al Bahr

Source  : Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg.

Figure n° 10 Exemple de façades proposées dans le cadre du projet Amwaj de la séquence Assahat Al Kabira

Figure n° 10 Exemple de façades proposées dans le cadre du projet Amwaj de la séquence Assahat Al Kabira

Source  : Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg

Des options d’internationalisation et de sélection sociale basées sur la « maritimité »

53Le programme proposé par les aménageurs pour les projets d’aménagement de la vallée du Bou Regreg et de la corniche de Rabat affirme que la revalorisation des plans d’eau de la ville est le pivot du parti d’aménagement adopté pour ces projets. Il s’agit de la reconstitution et de la projection d’une « maritimité » qui se réfère au passé (navigabilité du Bou Regreg) et à une modernité contemporaine (modèle des marinas), une « marimité » au sens de F. Péron, J. Rieucau et P. Claval (1996, p. 13). Selon ces auteurs, en effet, le terme de « maritimité » désigne « la variété des façons de s’approprier la mer en insistant sur celles qui s’inscrivent dans le registre des préférences, des images, des représentations collectives ». La « maritimité » renvoie également au rapport « harmonieux » à la mer tel qu’il a été exprimé par Alain Corbin (1988, p. 222), c’est-à-dire « l’union de la ville et de la mer, de la pierre de taille et de la vague ». Même si ces deux acceptions de la « maritimité » concernent le rapport à la mer, nous estimons qu’elles peuvent aussi s’appliquer à la vallée du Bou Regreg, laquelle, selon nous, a été traitée par les aménageurs du projet comme une mer. Nous allons donc essayer de voir comment va s’opérer cette « remontée à la surface » de la « maritimité » et cette modernité dans les projets de front d’eau de Rabat.

La reconstitution de la « maritimité » de l’agglomération de Rabat-Salé

54Les programmes qui détaillent les deux projets d’aménagement, celui de la vallée du Bou Regreg et celui de la corniche de Rabat, montrent qu’ils envisagent l’un et l’autre un grand nombre et une grande variété d’équipements publics et privés. Parmi ces équipements, ceux qui orientent les loisirs vers des activités maritimes sont situés au centre des séquences composant les projets. On peut en repérer trois principaux : les marinas, une île et un lac artificiels, et un port sur l’Atlantique.

  • 39 Extraits du vidéo-clip de 14 mn 49 s intitulé : « Film institutionnel Bou Regreg, version française (...)
  • 40 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Bou Regreg Marina : le Maroc par une porte su (...)

55Pour les aménageurs, « l’importance de l’eau comme fondement de l’aménagement s’inscrit dans la plus ancienne tradition marocaine. L’eau n’est pas seulement un élément ornemental, mais le principal support de l’organisation du projet, le symbole même de la vie […]. Le projet a pour objet de réhabiliter l’identité maritime du site par la construction de deux ports […] en hommage au glorieux passé maritime de Salé. [Il s’agit de] s’ouvrir de nouveau sur l’océan et renouer avec les activités de navigation et les loisirs nautiques39 ». Le discours de l’aménageur est encore plus précis en ce qui concerne la marina : « Une marina surgissant du fleuve comme pour conforter cette fameuse légende où l’on parlait d’une ville sous-marine, submergée par les eaux de l’ancienne cité corsaire40. »

  • 41 Étant entendu que, historiquement, Rabat et Salé étaient souvent des villes rivales.

56Les projets en cours puisent ainsi leurs référents dans le mythe qui institue Rabat-Salé41 en Cité de la mer et alimentent en retour cette construction idéelle, ce qui surdétermine les options prises en matière d’aménagement. Mais ce tropisme de la mer va à l’encontre de l’histoire des rapports de chacune de ces villes à ses franges maritimes, dont nous avons vu plus haut qu’elle est loin d’avoir été simple. Quoi qu’il en soit, l’objectif affiché du maître d’ouvrage consiste à « restituer l’histoire de Rabat et de Salé en matière de navigation » et, par là-même, servir ses ambitions touristiques et urbaines. L’imaginaire maritime est de ce fait dominant dans les sources iconographiques utilisées pour promouvoir les projets. On assiste donc à la construction d’une nouvelle image des fronts d’eau qui s’oppose radicalement à l’image d’hier de sites dégradés. Finalement, il ne s’agit de rien d’autre que de ce que C. Calenge appelle le passage d’une « légende noire » à une « légende dorée ».

57Mais ce mode de référence à l’eau, au passé et à la mémoire de la ville n’est pas spécifique au projet rbati, pas plus que la remise au goût du jour du thème de l’eau dans la ville. J.M. Miossec rappelle ainsi le rôle déterminant que l’eau a toujours joué pour la ville arabe : « La ville arabe, la ville du monde arabe est indissociable de ses ressources aquatiques […]. Comment concevoir des loisirs sans la jouissance palpable, audible, visible d’un filet, d’un jet, d’un cours d’eau et de la végétation qu’il irrigue […]. Pour les habitants des terres arides, vivant dans des métropoles où les espaces verts se réduisent comme une peau de chagrin, le jardin et l’eau qui y est associée exercent une fascination » (Miossec, 1994, p. 148). Plus globalement – autrement dit, au-delà du monde arabe – S. Puissant (1990) a mis en évidence le regain d’intérêt des villes pour leurs fleuves et souligné que cette redécouverte était « révélatrice des enjeux d’une nouvelle phase de l’urbanisation ».

58Sur le terrain, depuis la décision d’arrêter les dragages dans le Bou Regreg – décision qui fut prise dans les années 40 –, un ensablement considérable s’est produit à l’embouchure, et une barre sableuse s’est formée sous l’action conjuguée de la houle et de la marée. Cette barre a fortement réduit le tirant d’eau, et la navigation est ainsi peu à peu devenue quasi impraticable. L’AAVB a donc dû engager de lourds travaux de dragage pour rendre à l’embouchure sa navigabilité et faciliter les entrées et sorties de l’estuaire. Ces travaux, qui se sont achevés en juillet 2007, permettent d’assurer un tirant d’eau minimum de trois mètres quelle que soit la marée. La profondeur a été maintenue grâce à la réalisation de travaux de recalibrage à l’embouchure du fleuve (épis, diguettes, etc.) et au confortement des digues d’embouchure existantes. Encore faudra-il qu’un programme de dragage et d’entretien annuel soit effectué pour maintenir ce niveau.

59En dehors de ces travaux de recalibrage du fleuve, la marina du Bou Regreg s’avère être le principal équipement construit jusqu’à présent par l’AAVB en vue de concrétiser ses objectifs tant de « maritimité » que de modernité. À travers elle, les habitants de Rabat-Salé et les touristes étrangers sont invités à redécouvrir l’eau en tant que ressource principale autour de laquelle peut se réaliser un nouveau mode de vie urbain.

La marina, un équipement indispensable mais socialement élitiste

60Trois marinas sont prévues dans les projets de front d’eau de Rabat, dont deux pour le seul projet du Bou Regreg (séquences n° 1 et n° 2) et une autre dans le cadre du projet de la corniche. Ces marinas sont destinées essentiellement aux touristes, mais aussi aux locataires des logements de standing. Le but est de contribuer favorablement à la re-création d’une « image maritime » de l’agglomération de Rabat-Salé, puisque le va-et-vient des bateaux de plaisance renouerait en quelque sorte avec le passé actif du port de Rabat.

  • 42 Dont 4 hectares de terre-pleins occupés par des restaurants et des cafés et 4,2 hectares de bassins (...)
  • 43 Au niveau des services, on notera la distribution d’eau douce, d’électricité, l’installation du tél (...)

61Opérationnelle depuis mars 2008 (figure n° 11), la marina du Bou Regreg s’étend sur une superficie de 8,2 hectares42 sur la rive droite du fleuve (côté Salé). Elle dispose actuellement de 250 places (350 à terme) pour recevoir des bateaux d’une longueur variant de 8 à 30 mètres et dont le tirant d’eau peut atteindre 4 mètres. Elle offre aussi la possibilité de stationnement à terre (amarrage sur ponton flottant avec catway)43.

Figure n° 11 Photo de la marina du Bou Regreg avec, en arrière-plan, les bâtiments du front de marina

Figure n° 11 Photo de la marina du Bou Regreg avec, en arrière-plan, les bâtiments du front de marina

Source : http://www.bouregreg.com (site consulté le 6 novembre 2012).

  • 44 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Bou Regreg News, 2009, p. 14.
  • 45 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Bou Regreg Marina : le Maroc par une porte su (...)

62Ce port de plaisance est la première grande opération à avoir été menée à bien parmi toutes celles prévues par le projet du Bou Regreg. Sur ses quais, on trouve aujourd’hui deux cafés-restaurants, un magasin de fournitures pour la navigation et un magasin d’articles divers. La marina est présentée comme un équipement structurant du projet, un élément fédérateur et indispensable pour répondre aux standards internationaux. Pour l’aménageur, elle « renforcera l’esprit ludique et sportif du site et son attractivité sur le plan touristique44 ». Elle a l’ambition de « devenir un “must” pour les plaisanciers à la recherche d’un séjour prolongé ou le temps d’une escale inoubliable sur leur chemin vers l’Afrique occidentale, les Caraïbes ou les rivages d’Amérique du Nord45 ». Elle apparaît donc comme un outil déterminant pour accroître l’attractivité et la compétitivité de la capitale marocaine par rapport aux métropoles côtières européennes qui sont toutes dotées de ce type d’équipement.

  • 46 Schachter Joe (1986). Cité par Gravari Maria in Gravari Maria (1991, p. 717).

63La plaisance n’est toutefois pas un loisir que peuvent se permettre la plupart des habitants de Rabat-Salé, mais seulement les plus riches d’entre eux ainsi qu’une clientèle internationale en transit dans la capitale du Royaume. Nous ne sommes bien évidemment pas aux États-Unis d’Amérique, où 62 millions de personnes (donc une personne sur quatre) possèdent (ou font usage) d’un bateau de plaisance (Schachter, 1986, p. 80)46.

  • 47 D’après un entretien effectué le 18 juin 2012 avec Nabil Rahmouni, architecte exerçant dans le sect (...)

64Ajoutons que la mise en œuvre d’un modèle international de tourisme suggère l’existence d’un contexte favorable à la gestion et au fonctionnement d’un tel équipement. Or, cela n’est absolument pas le cas à Rabat-Salé, où, selon l’architecte Nabil Rahmouni, l’aménageur a construit la marina « sans se soucier ni de l’impact d’un tel aménagement sur le contexte local ni même, au départ, de son aspect opérationnel pour assurer son bon fonctionnement 47 ». Pour cet architecte, « les plans pour la création de la marina ne prévoyaient initialement aucun poste de douane ni de capitainerie pour gérer le bassin de plaisance. Aujourd’hui encore, l’aspect opérationnel de la marina n’est pas assuré, car il n’y a aucun poste de réparation et d’entretien des bateaux et encore moins de personnel formé sur place pour ces postes nécessaires au bon fonctionnement d’une marina ». Un entretien que nous avons réalisé avec un barcassier nous a révélé que, malgré le dragage du fleuve effectué par l’AAVB, l’acheminement des bateaux de l’embouchure jusqu’au bassin de plaisance pose toujours problème ; et aucun pilote expérimenté n’est mis à la disposition des plaisanciers par les services de la marina pour venir en aide rapidement à une embarcation quelconque.

65Par ailleurs, destinée à accueillir essentiellement les classes sociales favorisées, la marina engendre manifestement de la ségrégation sociale. Par exemple, un café pris à la marina du Bou Regreg coûte beaucoup plus cher que dans les médinas ou les quartiers populaires de Rabat ou de Salé. Ceci nous autorise à penser que seuls les touristes étrangers et les habitants les plus riches peuvent se rendre sur la marina pour consommer ; pour l’instant du moins, la promenade y demeure libre et gratuite.

66En dépit de ces constatations, l’Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg considère que cet équipement est conçu pour favoriser la mixité sociale ! Il est vrai que la marina est accessible – en théorie – à toutes les catégories sociales de la population, mais toutes les catégories n’ont pas – en pratique – la même possibilité d’utiliser ce lieu. En effet, la fréquentation d’un territoire ne signifie pas son appropriation. Même si nous avons effectivement constaté dans la marina la présence de populations issues de couches moyennes voire modestes, ces dernières n’étaient pas dans la même capacité financière de jouir de l’espace. Soit elles se contentaient de faire un tour sans pouvoir s’asseoir dans un café ou un restaurant, soit elles faisaient l’effort de s’offrir le café (et pas le restaurant) pour « l’expérience » ou pour se donner à elle-même une irréelle illusion de prospérité ; et cela en sachant pertinemment que l’expérience en question allait se répercuter « cher » sur leur budget. En ce dernier cas, on peut remarquer – heuristiquement – que l’objectif de l’aménageur est pleinement atteint, puisque, selon lui, il revient à la population locale de s’adapter au projet d’aménagement et non pas l’inverse.

67Ce sont bien là les caractéristiques d’un aménagement élitiste, favorisant certaines classes sociales au détriment d’autres dans un souci sécuritaire exigé par une clientèle de standing. Or, ce type d’aménagement ne concerne pas seulement la marina, car les complexes résidentiels de la séquence Bab Al Bahr (front fluvial et front marina) participent également de cette tendance élitiste clairement assumée par les aménageurs.

Les projets du front fluvial et du front de la marina de la séquence Bab Al Bahr : une offre de standing pour une clientèle aisée

68Le projet Bab Al Bahr porte sur un montant d’investissement de 750 millions de dollars et s’étend sur une superficie de 30 hectares dont 530 000 mètres carrés de planchers dédiés à des unités résidentielles, hôtelières et de bureaux. S’y ajoute un ensemble de pôles d’animation et de loisirs parmi lesquels les principaux sont la marina et la Cité des Arts et des Métiers.

69Parmi les sept quartiers projetés dans le cadre de Bab Al Bahr, le front fluvial et le front marina sont en cours de construction. Le front marina occupe 120 mètres linéaires pour 14 460 mètres carrés de planchers, qui seront répartis de la manière suivante : six immeubles dans la première phase de développement, cinq autres par la suite, puis deux hôtels. À ce jour (situation en mai 2012), la quasi-totalité des appartements (144 unités) a été vendue à des prix parfois spectaculaires. Cela concerne des appartements simples, des duplex et quelques triplex dont la superficie varie entre 80 et 160 mètres. Il appert que l’objectif de l’aménageur est d’attirer une clientèle issue des classes sociales aisées et très aisées. En effet, avec des prix de vente qui atteignent 30 000 dirhams le mètre carré, il est certain que la classe moyenne marocaine n’aura pas la possibilité de se loger ici. Ces prix dépassent largement ceux pratiqués pour les appartements de standing du quartier Agdal ou même de Hay Riad qui avoisinent « seulement » les 10 000 dirhams au mètre carré.

La quête de l’insertion urbaine et de la modernité à travers les infrastructures et les équipements

70À travers les nombreuses opérations d’aménagement et d’équipement prévues et/ou déjà réalisées, le projet de la vallée du Bou Regreg veut réussir l’intégration de ses réalisations dans l’agglomération de Rabat-Salé. Les quais et débarcadères du Bou Regeg s’ouvrent ainsi parfaitement sur le fleuve et attirent, par là-même, un flux très important de population. La concrétisation des autres infrastructures a servi l’aménageur dans son discours sur la modernisation de la ville de Rabat, quand bien même certaines parmi elles souffriraient de quelques dysfonctionnements.

71En effet, le projet d’aménagement de la vallée du Bou Regreg a prévu une gamme diversifiée d’équipements publics et d’infrastructures. Au total, il s’agit de quelque 146 hectares d’équipements et de 242 hectares d’espaces publics répartis sur les six séquences, comme cela est précisé dans le tableau n° 8 ci-après.

72Pour l’AAVB, le taux d’occupation de la superficie totale par les équipements publics et privés tel que proposé par le PAS est supérieur à celui que donnerait l’application de la grille imposée par le Haut Commissariat au Plan. Il est prévu en effet un total de 172 équipements socio-éducatifs dont 96 seront publics : 20 équipements administratifs, 25 d’enseignement, 17 de culte, 13 culturels, 11 de santé et 10 pour les activités sportives. Aucun équipement n’a été construit jusqu’à présent, mais trois infrastructures d’envergure ont déjà été mises en service : le tramway, le pont Hassan II et le tunnel des Oudayas.

Tableau n° 8 Répartition par séquences de la superficie réservée aux équipements et espaces publics projetés dans le projet d’aménagement de la vallée du Bou Regreg

Tableau n° 8 Répartition par séquences de la superficie réservée aux équipements et espaces publics projetés dans le projet d’aménagement de la vallée du Bou Regreg

Source : Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Rapport justificatif du projet de Plan d’aménagement spécial de la vallée du Bou Regreg, juillet 2008, p. 52.

Un tramway moderne pour les quartiers centraux de Rabat-Salé

  • 48 Signalons au passage que la ville de Rabat a déjà connu le tramway au début du XXe siècle à l’époqu (...)

73La réalisation du tramway48 de Rabat-Salé s’inscrit dans une stratégie globale de mise à niveau des transports publics urbains de l’agglomération. Pour l’AAVB, le tramway vise cinq objectifs :

  1. répondre à la demande de transport collectif à travers la création d’un système de transport moderne et de qualité ;

  2. assurer une complémentarité entre les réseaux d’autobus, de taxis et de tramway ;

  3. améliorer l’aménagement urbain au sein de l’agglomération ;

  4. préserver l’environnement par la réduction de la pollution et des nuisances sonores ;

    • 49 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Tramway de Rabat-Salé : le premier tramway du (...)

    contribuer à l’épanouissement économique de la région dans son ensemble par la création d’emplois directs et indirects49.

74En dehors de ces considérations, dont aucune ne justifie que la réalisation du tramway ait été confiée à un établissement public (ou société d’aménagement) dont la fonction première devait être l’aménagement du Bou Regreg, le tramway s’avère un élément fondamental pour la restructuration de l’agglomération, l’amélioration de son organisation et de son fonctionnement, et, à ce titre, il aurait probablement mérité une société qui lui soit spécifiquement dédiée.

  • 50 Le projet de tramway de Rabat-Salé a été approuvé par le conseil de la Ville de Rabat au mois de dé (...)
  • 51 Les premières rames du tramway de Rabat-Salé, pouvant atteindre des pointes de 70 km/h, sont compos (...)

75En 2005, l’Agence pour l’aménagement du Bou Regreg s’est vu confier le mandat de réalisation de ce projet en coordination avec les institutions publiques en charge du transport dans l’agglomération (municipalités50). Les travaux ont été lancés le 23 décembre 2007 par le Roi Mohammed VI, qui a inauguré le projet le 18 mai 2011. L’entrée en service des rames sur l’une et l’autre des deux premières lignes a eu lieu le 23 mai 201151.

  • 52 Intervention du directeur général de l’Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg lors de (...)
  • 53 Voir conseil d’administration de l’AAVB du 2 mai 2012, Bilan, p. 94.

76Si le principal objectif affiché est bien de permettre une meilleure fluidité du trafic et une baisse sensible de la pollution atmosphérique, l’AAVB ne cache pas qu’elle vise aussi un autre objectif, à savoir celui de la modernisation de la ville. Pour le directeur général de l’AAVB, « l’habitant de Salé qui va devoir aller travailler à Rabat va emprunter un moyen de transport moderne, climatisé, panoramique […] et avoir le plaisir de voir tous les jours une marina52 ». Cette modernité est récurrente dans le discours de l’AAVB qui considère que « le tramway moderne de Rabat-Salé est une réalisation historique qui opère un saut qualitatif dans le domaine des transports collectifs urbains53 ».

  • 54 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Tramway de Rabat-Salé, dossier de présentatio (...)

77En incluant le tramway, le projet d’aménagement de la vallée du Bou Regreg s’est réapproprié un ancien projet d’envergure, qui lui permet de se présenter comme l’acteur déterminant pour favoriser l’intégration des deux villes concernées. En effet, une étude de faisabilité pour l’établissement de lignes de transport en commun en site propre (TCSP) a été menée en 2003 par le groupement SEMALY-ISIS-CID. Elle devait étudier la possibilité de créer des lignes TCSP et, pour ce faire, s’appuyer sur des études antérieures, principalement celle effectuée par Transroute (plan de transport de 1976 évoquant déjà un axe lourd de TCSP) et la Sofretu en 1982. Or, cette dernière étude avait clairement conclu à l’opportunité de concevoir un système de tramway sur rail à l’échelle de l’agglomération, et elle en a défini les grands principes pour la première phase, laquelle nécessitait un budget estimé à l’époque à 2,5 milliards de dirhams54.

78Pour autant, la capacité intégrative du tramway en tant que facilitateur des relations entre Rabat et Salé est contrariée par le fait que plusieurs quartiers importants de ces deux villes ne sont pas desservis par cette infrastructure (quartiers Annahda, Takaddoum, Hay Riad, Souissi et Yacoub Al Mansour à Rabat ; Sala Al Jadida, Hssaine, entre autres, à Salé) (figure n° 12), tandis que d’autres quartiers ne le sont que partiellement (Lamrissa et Bettana à Salé ; Hassan et Agdal à Rabat). Bien que l’intérêt général du tramway ne fasse de doute pour personne, l’impression prévaut néanmoins, du moins aujourd’hui (2012), qu’il permet surtout l’accès aux équipements créés par la société d’aménagement de la vallée du Bou Regreg à l’ensemble de la population de l’agglomération. Et c’est cet accès qui en garantit la pratique – avec les dépenses de consommation afférentes –, tandis que l’appropriation des lieux est tout sauf évidente, comme nous allons le voir dans les deuxième et troisième parties de notre ouvrage.

Figure n° 12 Itinéraire du tramway de Rabat-Salé

Figure n° 12 Itinéraire du tramway de Rabat-Salé

Source  : http://www.bouregreg.com (site consulté le 5 novembre 2012).

Le pont Hassan II : un « chef-d’œuvre » qui a plutôt aggravé les problèmes de circulation

79Utilisé aussi bien par les véhicules que par le tramway, le pont Hassan II, d’une longueur de 1 200 mètres, relie les deux villes de Rabat et Salé entre les carrefours de Sidi Makhlouf et de Cardona. Pour l’AAVB, sa construction vise à « accompagner l’entrée en service du tramway et à contribuer efficacement à la fluidité du trafic dans l’agglomération ».

  • 55 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Lettre info Pont Moulay El Hassan, n° 1, janv (...)

80Ce pont est constitué de cinq éléments : le pont de la base nautique, la culée creuse de Rabat, le pont proprement dit, la rampe d’accès au tramway côté Salé et le viaduc de Salé (figure n° 13). Les travaux du pont ont été lancés par S. M. le Roi le 23 décembre 2007. L’inauguration officielle a eu lieu le 18 mai 2011. Avec une hauteur de 12,8 mètres, le pont laissera libre l’accès des bateaux à la marina du projet Amwaj (séquence n° 2, Assahat Al Kabira) et n’agira pas sur la navigabilité du fleuve jusqu’au pont de l’ONCF en amont. Il est considéré par l’AAVB comme « le premier ouvrage d’art architecturé du Royaume55 ».

Figure n° 13 Photo du pont Hassan II

Figure n° 13 Photo du pont Hassan II

Source : http://www.bouregreg.com (site consulté le 5 novembre 2012).

  • 56 « Les chantiers du Bou Regreg » sont des rencontres organisées par l’Association du Bou Regreg en c (...)
  • 57 D’après des discussions informelles que nous avons eues avec plusieurs collègues, fonctionnaires au (...)
  • 58 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Lettre info Pont Moulay El Hassan, op. cit.

81Malgré cet exploit technique et esthétique, plusieurs participants au 8e chantier du Bou Regreg56 ont signalé que « les problèmes de circulation se sont aggravés avec la mise en service de cette infrastructure ». Ce constat est partagé par plusieurs habitants de Salé qui travaillent à Rabat. Ils estiment que l’obligation où ils se trouvent d’emprunter le nouveau pont les contraint désormais à passer beaucoup plus de temps en voiture qu’auparavant, en raison de la difficulté d’accéder à l’ouvrage d’art, particulièrement aux heures de pointe57. Ces problèmes de circulation remettent en question l’un des fondements de la réalisation de cette infrastructure, à savoir son rôle intégrateur, puisque, pour l’AAVB, il s’agit « plus [que] d’un pont, mais d’un trait d’union58 » entre les deux villes de Rabat et Salé.

Le tunnel des Oudayas : un « projet exceptionnel » qui attend toujours les réalisations d’accompagnement annoncées

82Le tunnel des Oudayas est la troisième infrastructure prévue par le projet d’aménagement de la vallée du Bou Regreg. Il devrait soulager la circulation urbaine le long de la côte, décongestionner le trafic routier et atténuer les nuisances, particulièrement les pollutions atmosphériques et sonores. Ce tunnel a aussi l’ambition de restituer la continuité historique entre la médina de Rabat et la Qasbah des Oudayas grâce à l’aménagement de la place Souk Leghzel (en face de la Qasbah) en espace public. En effet, la route côtière d’Al Marça, qui longe la Qasbah, connaissait – avant la construction du tunnel – un trafic très dense, avec une moyenne supérieure à 30 000 véhicules par jour, dont 3 500 poids-lourds et autocars. Les risques d’accidents y étaient très élevés, d’autant que la Qasbah des Oudayas est un site historique et touristique très fréquenté.

83Pour atténuer ces risques, il est désormais interdit aux poids-lourds et aux autocars d’emprunter cette route. Le tunnel des Oudayas rend donc possible la suppression de toute circulation automobile en surface entre la médina et la Qasbah. Sa longueur est d’environ 1 kilomètre (du carrefour giratoire de Bab Al Bahr jusqu’au club de surf des Oudayas), dont la moitié (500 mètres) est couverte (figure n° 14). Il se compose de plusieurs parties :

  • un tunnel souterrain à deux tubes, chaque tube comportant deux voies réalisées par excavation dans le rocher sur une longueur de 290 mètres ;

  • des tranchées couvertes sous forme d’un double caisson en béton armé, des côtés esplanade et océan, totalisant une longueur de 200 mètres ;

  • des tranchées ouvertes soutenues par des parois moulées pour un linéaire de 220 mètres ;

    • 59 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Lettre info Tunnel des Oudayas, n° 1, janvier (...)

    des raccordements aux deux giratoires réalisés des deux côtés, correspondant à un linéaire de 312 mètres59.

Figure n° 14 Photo du tunnel des Oudayas en cours de construction (janvier 2011)

Figure n° 14 Photo du tunnel des Oudayas en cours de construction (janvier 2011)

Source  : http://www.bouregreg.com (site consulté le 5 novembre 2012).

84D’un point de vue technique, le tunnel est considéré par le maître d’ouvrage comme « un projet exceptionnel » compte tenu des installations électromécaniques mises en place pour assurer le bon fonctionnement de l’ouvrage et la sécurité des usagers. Cette infrastructure a été mise en service le 18 mai 2011, mais la route d’Al Marça demeure toujours ouverte à la circulation, ce qui fait que la place Souk Leghzel n’est pas encore aménagée.

Le « Grand Théâtre » de Rabat : un repère architectural ou un édifice décontextualisé ?

85En ce qui concerne la séquence 2, dénommée Al Sahat Al Kabira, une convention de financement a été signée le 5 novembre 2010 entre le ministère de l’Intérieur, le ministère de l’Économie et des Finances et l’AAVB pour la réalisation du « Grand Théâtre de Rabat ». Ce projet, prévu sur la rive gauche du Bou Regreg (côté Rabat), représente un coût total de 1,4 milliard de dirhams (soit 120 millions d’euros). La conception architecturale a été confiée au cabinet d’architecture Zaha Hadid. Pour cette architecte de renommée internationale, d’origine irakienne et qui exerce en Angleterre depuis trente-cinq ans, « le bâtiment épouse une forme organique qui rappelle celle des eaux et des vagues » (figure n° 15).

Figure n° 15 Image virtuelle en 3D du Grand Théâtre de Rabat

Figure n° 15 Image virtuelle en 3D du Grand Théâtre de Rabat

Source : www.bouregreg.com (site consulté le 5 novembre 2012).

86Pour l’AAVB, il s’agit d’un « édifice au design futuriste » qui constituera un « repère architectural et urbain » dont le rayonnement dépassera l’échelle de l’agglomération-capitale. L’objectif principal de cet équipement consiste à réaliser un édifice culturel monumental afin de « hisser [la capitale du Royaume] au rang des grandes capitales culturelles de la Méditerranée » (AAVB, 2010), lesquelles sont déjà toutes dotées d’un grand théâtre.

87Cet édifice culturel, dont l’impact visuel doit être fort, sera matérialisé par une présence « très marquée » dans l’espace urbain. Même si l’aménageur estime que ce repère architectural s’insère parfaitement dans son environnement, nous estimons pour notre part que l’objectif de placer Rabat parmi les métropoles méditerranéennes à travers un projet emblématique comme celui-ci a pris le dessus sur la recherche d’une intégration sociale et spatiale plus assurée dans le contexte local. Ainsi, au-delà de ce qui peut être considéré comme un exploit sur le plan architectural, l’édifice mériterait, sur le plan urbanistique, d’être intégré au contexte économique et urbain du reste de la ville, en lui assurant notamment une bonne accessibilité, afin que sa réalisation ne se limite pas à la production d’un « événement » urbain transposable là où on veut, mais qu’elle révèle les caractéristiques d’un « lieu » urbain doté de liaisons fortes avec le tissu urbain existant.

Les quais du Bou Regreg : un vaste espace public ouvert sur la vallée et fortement approprié par la population

88Délimités par la Qasbah des Oudayas et le pont Hassan II, les quais et débarcadères du Bou Regreg s’étendent sur une longueur de 1,5 kilomètre (côté Rabat). Ce furent les premiers espaces aménagés en 2008 par l’AAVB. Leur tracé épouse une ligne droite qui donne aux usagers différents points de vue sur les Oudayas, la marina et le front fluvial (figure n° 16). La rive de Rabat est désormais équipée de points de vente ou de restauration (deux cafés, un kiosque, quelques vendeurs ambulants de bonbons, des jouets pour enfants, des vendeurs de pois chiches), de débarcadères sécurisés pour les barcassiers et de points d’amarrage pour les vedettes et bateaux de grande taille. Les quais mêlent ainsi lieux marchands et espace public de promenade. À terme, ils doivent être dotés de clubs nautiques sur pilotis.

Figure n° 16 Photo des quais et débarcadères du Bou Regreg

Figure n° 16 Photo des quais et débarcadères du Bou Regreg

(Au fond de la photo, on voit, à droite, la qasbah des Oudayas et, à gauche, la médina de Rabat)

Cliché  : Hicham Mouloudi, 6 décembre 2012.

89Les quais du Bou Regreg constituent aujourd’hui le seul espace public ouvert sur le fleuve. Le maître d’ouvrage considère que c’est le lieu idéal pour la promotion de nouveaux produits ou d’actions marketing en général. À cet effet, plusieurs manifestations culturelles, artistiques et sportives s’y sont déjà déroulées. La priorité accordée à cet espace public revient à son intérêt tant urbanistique que politique. Selon R. Ilbert (1991, p. 107), ceci n’est pas spécifique à la ville de Rabat mais caractérise l’ensemble des villes du monde arabe : « Fragile par sa constitution et son histoire, l’espace public de la ville arabe est un enjeu essentiel, urbanistique sans doute mais surtout politique. » Pour le géographe F. Debié (1993, p. 32), « la promenade maritime est une forme urbaine originale caractéristique du premier âge touristique (1850-1930), celui des stations de luxe réservées à une élite fortunée, itinérante et oisive. Forme urbaine, la promenade l’est au plein sens du terme dans la mesure où elle représente à la fois un mode particulier d’urbanisation, d’urbanisme et d’urbanité ». Les quais du Bou Regreg constituent ainsi le support spatial pour la mise en scène d’une forme d’urbanité construite par plusieurs catégories sociales. Ils sont également significatifs d’une évolution du rapport des usagers au fleuve, ancien dépotoir redevenu attractif. In fine, ces espaces sont devenus, pour reprendre les termes de B. Debarbieux (1995), un lieu-attribut qui symbolise un territoire (les berges du fleuve) et fonctionne comme le logo d’une entreprise (l’Agence du Bou Regreg). 

  • 60 La plage Bargama fait partie des sites ou équipements (complexe artisanal, chambre artisanale, rest (...)
  • 61 Les adolescents, particulièrement ceux de la médina de Rabat, sont très connus pour la pratique de (...)

90Ce nouvel espace au bord de l’eau a en effet un fort pouvoir d’attraction, pas seulement sur les touristes étrangers et les Marocains de passage, mais également sur les habitants des villes de Rabat et de Salé. À la différence de la marina fréquentée essentiellement par des populations plutôt aisées, les visiteurs des quais du Bou Regreg appartiennent majoritairement aux classes moyennes et populaires. Dans ce lieu où se tissent des liens sociaux, l’espace et le temps sont partagés par trois catégories sociales différentes : les familles, les groupes de jeunes et les couples d’amoureux. Les familles viennent occasionnellement, le temps d’une promenade et/ou d’une traversée du fleuve en barque. Le plus souvent, elles préfèrent se reposer sur les bancs ou en s’assoyant sur les parapets plutôt que dans les cafés qui sont plus chers que dans le centre-ville. Les enfants font du roller, du vélo ou de la trottinette ou courent librement à l’écart du danger que représentent habituellement les voitures, les vélomoteurs ou les taxis. Des groupes de jeunes se mélangent aux familles. Ces groupes sont tantôt mixtes, tantôt formés de personnes du même sexe. Au sein de certains de ces groupes, il y a des adolescents bien aguerris qui plongent dans le fleuve. Ils semblent ainsi renouer avec des pratiques anciennes (la nage sur la plage Bargama60 et la plongée61 à ses alentours), des pratiques inscrites dans ce que M. Le Berre (1993, p. 636) appelle la « mémoire du territoire ». Les amoureux constituent un troisième public. Même s’ils s’installent parfois entre des familles (plutôt les couples mariés ou fiancés), la plupart des couples cherchent plus d’intimité en s’isolant aux extrémités des quais afin de partager leurs sentiments à l’abri de la foule.

  • 62 Faut-il préciser que le fleuve (le Bou Regreg) a des berges, certes ! Mais la vallée a des versants (...)

91C’est surtout pendant les après-midi que les quais connaissent un afflux massif de population, ce qui exprime une évolution des rapports des habitants à la vallée et au fleuve62. Ce nouveau rapport territorialisé des Rbatis et des Slaouis à leur environnement fluvial est renforcé par la présence de la marina en face des quais, car celle-ci leur permet de visualiser un paysage qui rompt avec la mémoire négative de la vallée qui était la leur jusqu’à il y a peu de temps encore. Ainsi, les pratiques urbaines et les modalités d’investissement de ces lieux ont subi une certaine adaptation par rapport à ce qu’elles étaient avant l’aménagement des quais, ou bien ont en partie disparu (nage et sport sur la plage Bargama, pêche). De même, l’ouverture de la ville de Rabat sur le fleuve est contrariée par l’omniprésence de la route Al Marça, où la circulation n’a pas été arrêtée malgré la construction du tunnel des Oudayas, contrairement à ce qui avait été prévu. Cette route constitue, de fait, une barrière physique qui s’interpose entre la ville et le fleuve, même si cette barrière est moins brutale que l’auraient été les quatre voies initialement prévues entre le littoral et le tissu urbain par les concepteurs du projet de la corniche. Ce constat nous conduit à analyser la manière dont a été pensée (et est entreprise) l’articulation des différents projets au reste de la ville et de l’agglomération.

La difficile intégration des projets de front d’eau dans les documents de planification et d’urbanisme de l’agglomération de Rabat-Salé

  • 63 Le SRAT est un document de référence à l’échelle régionale institué par la loi de 1997 relative à l (...)

92Les projets d’aménagement de la vallée du Bou Regreg et de la corniche de Rabat n’ont pratiquement jamais été anticipés par les documents de planification et d’urbanisme. L’ambition de créer à Rabat-Salé une vitrine métropolitaine souffre ainsi, d’emblée, d’une absence de réflexion quant à l’intégration éventuelle des espaces projetés aux tissus urbains préexistants. En effet, aucune allusion n’est faite dans les textes de présentation des deux projets aux orientations formalisées dans le Schéma directeur d’aménagement urbain de Rabat-Salé de 1995. Ces projets souffrent également de l’absence d’une stratégie régionale sur laquelle ils auraient pu se greffer, car l’étude du Schéma régional d’aménagement du territoire (SRAT63), dont les termes de référence préconisent la proposition d’« une stratégie régionale partagée par tous les acteurs locaux concernés », venait à peine d’être lancée (en 2005) quand les projets du Bou Regreg et de la corniche de Rabat ont été élaborés. À une autre échelle, le Schéma d’organisation fonctionnelle et d’aménagement (SOFA) de l’aire métropolitaine centrale Casablanca-Kénitra prend en considération dans son rapport de la première phase (2005, p. 15) le projet d’aménagement de la vallée du Bou Regreg ; mais, curieusement, il passe sous silence le projet d’aménagement de la corniche.

93Ces projets de front d’eau ne sont donc pas intégrés à des stratégies métropolitaines ou régionales car, même si le SDAU de Rabat-Salé de 1995 a prévu de créer sur le territoire de la corniche et du Bou Regreg des pôles touristiques, ce document n’a pas posé la question de l’émergence de nouvelles centralités. En effet, en matière de protection des sites et des paysages, le SDAU définit de grands principes ou se limite à préconiser des mesures d’accompagnement, dont notamment la protection du littoral atlantique. Le SDAU a aussi et surtout limité l’urbanisation de ces franges maritimes – en y tolérant juste une urbanisation discontinue – avec la possibilité d’y prévoir des équipements touristiques et de loisirs. Cependant, il n’a proposé aucune réflexion majeure d’aménagement de ces zones littorales ou de bord du fleuve. En définitive, les options du SDAU sont beaucoup plus « préservatrices » que les choix d’aménagement contenus dans les projets du Bou Regreg ou de la corniche.

  • 64 L’Atelier parisien d’urbanisme (APUR) est un bureau d’études chargé, depuis 2008, de l’élaboration (...)
  • 65 D’après un entretien effectué le 2 décembre 2010 avec un cadre de la division de l’Urbanisme de la (...)
  • 66 Voir Agence urbaine de Rabat-Salé, Atelier parisien d’urbanisme, Plan d’aménagement unifié de la vi (...)
  • 67 Voir Agence urbaine de Rabat-Salé, Atelier parisien d’urbanisme, Plan d’aménagement unifié de la vi (...)

94Cette situation n’a pas évolué avec l’élaboration des Plans d’aménagement unifiés (PAU) de Rabat et de Salé, confiés au bureau d’études parisien APUR64. Le PAU de Salé a, par exemple, « traité le projet du Bou Regreg comme une île isolée en le présentant comme un pâté vide l’excluant ainsi de ses projections au niveau de la commune65 ». Il n’en demeure pas moins que le PAU de Salé a, par exemple, soulevé le « manque de cohérence entre les projets des différents acteurs66 ». Selon ce document, certains objectifs assignés au plan d’aménagement unifié, tels que la préservation de la ceinture verte en limite de Sidi Bouknadel, la conservation et l’extension des espaces verts et des sites protégés (vallée de l’Oulja), « sont contredits par la pratique des dérogations ». Le projet d’aménagement du Bou Regreg fait ainsi partie des projets qui « développent des programmes qui peuvent susciter des interrogations par rapport aux articulations possibles, notamment avec les bords du plateau de Hssaine occupés par l’habitat populaire ». À défaut de telles articulations, le projet risque de générer une « perturbation du processus d’urbanisation normal de certains quartiers [de Salé] le long de la vallée67 ».

95Ainsi, le principal défaut des projets que nous étudions est de privilégier excessivement leur image internationale, d’accorder une attention trop exclusive aux grands équipements et infrastructures de prestige et de se préoccuper surtout d’attirer les investisseurs étrangers (plus d’un million de mètres carrés de bureaux y sont projetés !). Le revers de la médaille est l’extrême négligence accordée aux échelles locale et régionale. Certes, la programmation n’est pas figée, mais certains exemples d’opérations en cours de réalisation (front fluvial) montrent que les réalisations tendent à créer effectivement un morceau de ville séparé, assez peu intégré au reste du tissu urbain.

96C’est ainsi que les nouveaux bâtiments du front fluvial de Bab Al Bahr, qui ont été construits face aux quais de Rabat par la société Al Maàbar International Compagnie (filiale de l’AAVB), ont modifié considérablement le paysage naturel de l’embouchure du Bou Regreg. Ils provoquent une rupture visuelle très marquée, voire une séparation significative entre les deux villes de Rabat et Salé. Avec ces ensembles résidentiels, les deux médinas de Rabat et de Salé ne sont plus visibles quand on regarde dans leur direction, comme cela était le cas auparavant (figure n° 17) : il s’agit d’une modification fondamentale, qui n’affecte pas que le paysage, mais aussi et surtout tout l’héritage mémoriel des habitants.

Figure n° 17 Photo du front fluvial de Bab Al Bahr

Figure n° 17 Photo du front fluvial de Bab Al Bahr

(Vue prise à partir des quais de Rabat)

Cliché  : Hicham Mouloudi, 10 mars 2012

  • 68 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Vallée du Bou Regreg : un chantier en action, (...)

97Bien que le parti d’aménagement global (PAG) du Bou Regreg, établi en 2003, ait prévu des hauteurs maximales de R+2 afin de ne pas masquer les lignes paysagères existantes, certains bâtiments du front fluvial s’élèvent aujourd’hui à R+3. Pourtant, pour l’AAVB, ces bâtiments font partie des « espaces urbanistiques et résidentiels en harmonie avec les données de l’histoire et de la civilisation du site68 ». Ce discours de satisfaction de l’Agence ne convainc pas tout le monde, en particulier l’architecte Nabil Rahmouni, habitant de Salé et militant associatif qui considère :

  • 69 D’après un entretien effectué le 18 juin 2012 avec l’architecte Nabil Rahmouni.

« À travers ces projets, la mémoire du lieu est balayée au profit des investisseurs. Le PAG a [quant à lui] respecté le site existant. N’ayant pas prévu de front fluvial au niveau de Bab Al Bahr, ce document traduit une volonté d’assurer une continuité de l’aménagement entre les deux rives en traitant la liaison entre ces rives par le biais de plantations prévues de part et d’autre du fleuve. Il a prévu des activités dédiées au sport, à la culture et aux loisirs et pas de projet de promotion immobilière comme celui du front fluvial. [S’il avait été réalisé], il aurait ainsi permis de garder à la vallée sa principale vocation, qui est naturelle69. »

98Outre le fait que les bâtiments de niveau R+3 ne respectent pas le PAG de 2003, ils contredisent radicalement un des fondements du projet, à savoir celui de l’intégration des deux villes de Rabat et Salé. Par conséquent, aux questions que nous nous sommes posées avec P.A. Barthel en 2009, en nous demandant si on avait affaire avec un morceau de ville conçu comme une île ou bien si la fabrique des mégaprojets ne s’avérait pas être de plus en plus déconnectée du reste des enjeux urbains, nous serions fortement tentés de répondre aujourd’hui par l’affirmative, du moins pour ce qui concerne le front fluvial de Bab Al Bahr. Mais cette réponse ne peut être généralisée à l’ensemble du projet du Bou Regreg, ne serait-ce que parce que l’aménagement des quais reflète bien un effort d’intégration des deux villes et d’ouverture de l’agglomération sur son fleuve.

99Les opérateurs en charge des projets de front d’eau de Rabat ne se sont pas contentés de profiter des larges prérogatives et des moyens conséquents que leur a conférés le législateur. Ils ont aussi mobilisé des techniques avancées en matière de marketing urbain. Cette technique constitue par elle-même, pour le Maroc, une autre innovation par rapport aux anciennes pratiques de l’aménagement urbain. Son usage se justifie par une double raison : susciter l’intérêt des investisseurs publics et privés pour qu’ils participent financièrement à la réalisation de certaines opérations, d’une part, et, d’autre part, parvenir à une appropriation physique et virtuelle des projets par les habitants, visiteurs, touristes, etc., dans l’espoir que ceux-ci se transforment en clients (acheteurs ou locataires d’appartements ou de bureaux, utilisateurs des services offerts, etc.).

Le marketing urbain : une dimension-clé pour la réussite économique et financière des projets de front d’eau de Rabat

100À l’échelle du monde, la production d’images dans les campagnes publicitaires initiées par les villes ou les sociétés d’aménagement a pris de l’ampleur ces dernières années. Ces campagnes publicitaires sont révélatrices des fortes évolutions que connaissent l’urbanisme opérationnel et l’aménagement urbain, qui font que le visuel y occupe, désormais, une place de premier plan. En effet, comme l’a souligné Ola Söderström, l’aménagement et l’urbanisme ont connu, ces dernières années, un « tournant communicationnel » (Söderström et alii, 2000b, p. 6). Le but consiste à attirer les investisseurs et à assurer la rentabilité des activités économiques locales, mais aussi et surtout à préserver l’image de marque ou le rayonnement de la ville au niveau régional et national, voire international.

101Parmi les nombreux moyens utilisés pour atteindre ces buts, l’image publicitaire est valorisée en ce qu’elle peut être interprétée comme le signe que la ville en question conduit une action stratégique et que la société d’aménagement est suffisamment consciente de la qualité du projet pour qu’elle en assure activement la promotion. C’est bien ce qui se passe pour l’Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg et pour le groupe Emaar, qui ont mis le marketing au cœur de leur stratégie de réalisation et de commercialisation des projets de la vallée du Bou Regreg et de la corniche de Rabat.

102Les campagnes de communication consacrées à ces deux projets « accordent une place majeure aux images, à tel point d’ailleurs qu’on peut se demander si l’économie sémiotique n’a pas remplacé les études urbanistiques dans la fabrication urbaine ! » (Signoles P., 2013, p. 13). À ce sujet, les nouvelles images associées à la vallée du Bou Regreg et à la corniche de Rabat nous paraissent se situer en rupture quasi complète avec les images de pollution et de dégradation du bâti et de l’environnement (héritage idéel) que nous avons présentées dans la première partie de cet ouvrage. Les différents supports publicitaires diffusés depuis le lancement de ces projets donnent aux fronts d’eau une apparence de modernité en montrant exclusivement des images de milieux aquatiques sains et propices au développement de nouvelles pratiques sportives et balnéaires très occidentales. Outre le but d’informer et d’influencer les clients potentiels, il s’agit bien, à travers ces campagnes publicitaires, de construire une représentation « commune » de la ville de Rabat où la modernité seule serait de mise.

Pour la corniche, un discours communicationnel orienté vers l’étranger et clairement élitiste

103Juste après la signature du Mémorandum d’entente relatif au projet « Saphira » – projet d’aménagement de la corniche –, le maître d’ouvrage, Emaar, a procédé, au marquage du périmètre du projet en utilisant de vastes panneaux, très visibles, pour y afficher croquis, photos et messages, et en confiant la surveillance du site à des sociétés spécialisées. En vérité, Emaar a parfois utilisé des panneaux installés au-delà du périmètre d’aménagement du projet ; plusieurs occupent par exemple des endroits stratégiques de l’espace urbain de Rabat (accès de la ville et carrefours Al Irfane, Avicenne, Abraham Lincoln, etc.). Quant au vidéo-clip dédié au projet « Saphira », au lieu de parler de la corniche de Rabat, de ses atouts et de ses caractéristiques, il présente des scènes sans rapport avec le contexte local. Ici, ce sont les villes de Sydney, Le Cap et San Francisco qui servent de références. Pour ce projet qui n’a pas pu se réaliser, la mise en images (sensiblement modifiée ou carrément abandonnée par la suite) s’est substituée au projet lui-même.

  • 70 Saphira : le joyau de l’Atlantique est l’intitulé de la bande-vidéo dédiée par le groupe Emaar au p (...)

104Afin de faciliter l’appropriation physique et virtuelle de ce projet, qui a été présenté comme « le joyau de l’Atlantique70 », le groupe Emaar a lancé une campagne marketing en utilisant des techniques très sophistiquées (maîtrise des effets spéciaux, des séquences visuelles et des bandes sonores). Ces moyens de communication tendent à se substituer à l’espace urbain concret et à fonctionner comme principal référent du discours et des activités des urbanistes (Söderström O., 2000). L’analyse de cette campagne de communication permet non seulement d’apporter des éclairages sur les rationalités des acteurs (Lussault M., 1996), mais aussi sur leurs systèmes de référence (Rosemberg M., 2000). Quelles sont les particularités de cette stratégie marketing ? Quels sont les moyens et les techniques de communication utilisés ? Les objectifs escomptés ont-ils été atteints ?

105Quatre principales étapes de la campagne de communication menée par Emaar peuvent être distinguées : les trois premières sont dirigées vers une clientèle spécifique, soit étrangère, soit locale ; la quatrième est plus « localisée » et peut être considérée comme une campagne « de rattrapage » compte tenu des réceptions contradictoires que les trois premières ont enregistrées auprès de la population.

Première étape : une implantation bien ciblée des panneaux publicitaires à travers les espaces publics de la ville de Rabat

  • 71 Ces panneaux appartiennent à la société de communication FC COM.

106Pour se faire connaître auprès de la population locale, le groupe Emaar a investi l’espace public de la ville de Rabat par le biais d’une multitude d’affiches recouvrant des panneaux publicitaires de très grandes dimensions71. Ces affiches diffèrent par leur contenu, leur taille et leur conception artistique. Celles réparties à travers la ville de Rabat visent principalement à promouvoir l’image du groupe Emaar. Elles sont de petite taille et présentent le logo du groupe Emaar et son adresse électronique (www.emaar.com) ainsi que le slogan : « L’immobilier de demain ».

107Celles situées sur le site du projet de la corniche « Saphira » montrent quant à elles des images (croquis et photos) de marinas avec les logos d’Emaar et de « Saphira ». Comme nous avons pu déjà le constater avec le projet du Bou Regreg, la marina est ici aussi au cœur de la stratégie marketing d’Emaar. Le message principal de la campagne effectuée à cette étape réside, ainsi, dans la promesse d’un avenir meilleur à travers des aménagements tirant parti de la présence de la mer (maritimité) et du soleil.

  • 72 Chiffre calculé à partir des tarifs contenus dans le CD-ROM mis à la disposition des clients par FC (...)

108Cette première campagne, destinée à la population locale, a duré trois mois. Elle a coûté à la société plus de trois millions de dirhams 72, mais ce montant peut être considéré comme relativement faible compte tenu des « coûts et bénéfices liés au développement des nouvelles techniques de visualisation » (Latour et Hermant, 1998).

  • 73 Il s’agit des agences « Salma », « Hicham » et « Entreprise de construction arabo-africaine » situé (...)

109Par ailleurs, cette étape a eu pour effet une hausse spectaculaire des prix des terrains à l’intérieur et aux alentours de la corniche, ce que les Rbatis ont appelé l’« effet corniche ». En effet, une enquête que nous avons effectuée en 2007 auprès de trois agences immobilières73 nous a montré que les prix des terrains ont enregistré une augmentation de 50 % en l’espace de trois ans (de 2004 à 2007) :

  • de 8 000 Dh/m2 à 10 500 Dh/m2 pour les villas (Hay Al Fath) ;

  • de 7 500 Dh/m2 à 12 000 Dh/m2 pour l’habitat économique R+1 (Hay Al Menzah) ;

  • de 10 500 Dh/m2 à 15 000 Dh/m2 pour l’habitat économique R+2 (Hay Chbanate) ;

    • 74 Ces chiffres sont donnés ici à titre purement indicatif ; ce ne sont que des moyennes approchées et (...)

    de 7 000 Dh/m2 à 9 000 Dh/m2 pour les immeubles (Hay El Mountazah) 74.

110Au plan spatial, cette première campagne a été découpée en deux phases (figure n° 18) qui ont permis de couvrir, progressivement, les endroits stratégiques de l’espace urbain de la ville de Rabat :

    • 75 Les emplacements correspondant à cette campagne sont représentés sur la figure n° 18 par des cercle (...)

    De fin mars jusqu’à fin avril 200675 : cette première phase est marquée par le choix de douze emplacements de panneau publicitaire pour y afficher le logo d’Emmar et le slogan « L’immobilier de demain » : les deux premiers correspondent à deux accès de la ville de Rabat, l’un via l’autoroute et la voie de contournement en venant de Casablanca et l’autre via la route nationale en provenance de Salé. Quant aux dix autres, ils concernent des carrefours importants assurant la liaison entre quartiers urbains, en l’occurrence Hay Riad, Souissi, Agdal et Hassan. Cette répartition montre que ce sont les habitants les plus aisés de la ville, bourgeoisie et classes moyennes supérieures, qui ont été privilégiés dans cette phase, sans que les voyageurs en transit (qu’ils proviennent des régions avoisinantes, des autres villes du Maroc ou même d’Europe) aient été négligés.

    • 76 Les emplacements correspondant à cette campagne sont représentés sur la figure n° 18 par des cercle (...)

    Du début mai jusqu’au début juillet 200676 : durant cette seconde phase, Emaar a quadruplé le nombre de ses panneaux publicitaires : quarante-cinq panneaux parmi ceux déjà installés par la société de communication FC COM ont été choisis par Emaar pour y afficher aussi son logo et son slogan, dont deux sur les mêmes emplacements que précédemment et un autre panneau situé sur une aire de repos à Bouznika (à 26 kilomètres de Rabat).

111Compte tenu de sa durée et du nombre de panneaux qui lui a été consacrée, cette deuxième phase s’avère plus consistante et plus systématique que la première : d’abord, la période d’affichage a doublé (deux mois au lieu d’un seul) ; ensuite, tous les accès à la ville de Rabat ont été retenus pour recevoir les panneaux supports de la publicité d’Emaar, que ce soit les entrées en provenance de Casablanca (à l’ouest), de Salé (à l’est) ou même de la commune rurale de Aïn Aouda (au sud). Enfin, d’autres quartiers ont, cette fois-ci, été pris pour la première fois pour cibles. Il s’agit de Yacoub Al Mansour et d’Akkari (à l’ouest), de l’Océan (au nord-ouest) et d’Ennahda (à l’est), dont la clientèle potentielle est constituée de classes moyennes de niveau moyen et/ou inférieur. Ainsi, on observe un élargissement géographique et social des cibles sélectionnées par la campagne publicitaire d’Emaar, ce qui dénote probablement de la volonté du maître d’ouvrage de mieux toucher les voyageurs en transit dans leur diversité ainsi qu’une majorité de la population locale, en ne dédaignant plus les strates inférieures des couches moyennes.

Figure n° 18 Répartition géographique des panneaux publicitaires pour le projet « corniche » choisis par Emaar à travers la ville de Rabat, 2006

Figure n° 18 Répartition géographique des panneaux publicitaires pour le projet « corniche » choisis par Emaar à travers la ville de Rabat, 2006

Source  : Informations recueillies auprès de la société de communication FC COM.

Deuxième étape : un clip vidéo pour séduire les clients potentiels, ou la construction d’un mythe

  • 77 Le CD-ROM a été réalisé en deux versions (l’une en anglais et l’autre en français) qui durent 10 mn (...)

112Le projet « Saphira » a été inauguré le 29 avril 2006, la cérémonie ayant été organisée sur les lieux où est actuellement installé le centre d’exposition de la société Emaar. À l’occasion de cette manifestation, ce projet a fait l’objet d’une présentation publique au cours de laquelle a été utilisé un support vidéo diffusé sur place et distribué par la suite aux représentants des médias sous la forme d’un CD-ROM77.

  • 78 « Les spécialistes en communication s’accordent à reconnaître que, en interaction, plus de 70 % du (...)

113Le choix de la technique utilisée (clip vidéo) – une technique qui associe la parole, l’image mobile et la bande sonore – n’est pas fortuit. Il est justifié par le fait que l’on peut ainsi créer une situation d’interaction en suggérant une illusion de dialogue, condition nécessaire à la facilitation de la transmission des messages (J.C. Martin, 1999)78. Il est ainsi plus facile d’atteindre les objectifs d’une opération de communication jugée cruciale pour le succès du projet d’aménagement, car il s’agit non seulement d’informer la population, comme c’était le cas pendant la première campagne (panneaux publicitaires), mais aussi et surtout de séduire les clients potentiels et les inciter à faire le nécessaire pour bénéficier des produits proposés.

114La bande vidéo commence par une présentation du logotype du projet : celui-ci est composé de motifs multicolores empruntés à l’art traditionnel et rappelant les dessins d’un moucharabié ; ils sont accompagnés du slogan : « Saphira, le joyau de l’Atlantique ». Le commentaire, les séquences visuelles et la bande sonore visent la construction d’une identité du projet à même de rompre avec la mauvaise image qui est encore celle de la corniche aujourd’hui auprès de la population rbatie.

  • 79 Le nom « Saphira » est dérivé du mot « saphir ». Cette pierre précieuse est considérée par les occu (...)
  • 80 Le texte intégral du commentaire du vidéo-clip est présenté en annexe n° 1.

115Le fait que le projet soit baptisé « Saphira79 » permet d’emblée d’orienter la lecture du clip, en ce sens qu’il veut donner à voir une image de la vie paradisiaque qui pourra s’y dérouler80. En effet, le terme « Saphira » renvoie implicitement aux vertus de cette pierre précieuse, à savoir : le pouvoir, l’énergie, la puissance, la pureté et la richesse.

116Le ton épique du commentaire tend à mettre en valeur le caractère exceptionnel du projet. Pour assurer sa fonction poétique (embellir les propos et séduire les récepteurs), il multiplie l’usage de formules hyperboliques [« L’une des plus ambitieuses transformations que le monde ait jamais connues ; Saphira n’est pas seulement une audacieuse initiative dans la ville de Rabat, c’est un projet d’envergure internationale qui va donner à la capitale du Maroc une notoriété nouvelle, etc. »] et de métaphores [« Saphira, un phare blanc et lumineux dont le rayon survolera le bleu de l’Atlantique, etc. »]. Les principaux champs lexicaux mobilisés confirment cette inflation verbale : les thèmes évoquant la modernité, le dynamisme, l’élégance et le cosmopolitisme sont récurrents.

117Quant aux séquences visuelles projetées, elles reproduisent les mêmes commentaires, mais avec plus d’insistance encore, cette fois-ci, sur des réalisations concrètes que l’on peut découvrir dans d’autres villes côtières du monde et sur les sentiments et émotions des personnages qui pratiquent ces lieux (figure n° 19).

Figure n° 19 Capture d’écran montrant les émotions des usagers des projets de front d’eau

Figure n° 19 Capture d’écran montrant les émotions des usagers des projets de front d’eau

118Ceci permet de mettre en exergue des thèmes relativement moins saillants dans le commentaire, tels que l’ambiance conviviale, la quiétude, le bonheur, le bien-être, le savoir-vivre… qui répondent aux attentes et aspirations du récepteur et, de ce fait, sont susceptibles de déclencher chez lui le processus d’identification.

  • 81 Auteur d’un ouvrage intitulé La Stratégie du désir, Ernst Dichter (1961) fut parmi les premiers à p (...)

119Cet emprunt d’images à des projets réalisés ailleurs vise non seulement à rendre les idées suggérées dans le commentaire plus concrètes aux yeux des récepteurs et, par conséquent, à les persuader de la faisabilité du projet et gagner ainsi leur confiance ; mais il vise aussi à susciter leur envie (Dichter E., 1961)81 de faire partie de cette clientèle qui aura l’immense aubaine de profiter des différentes prestations qu’offrira ce « joyau de l’Atlantique » (figure n° 20).

Figure n° 20 Capture d’écran montrant une image devant susciter le désir de celui qui voit le message de faire partie de la clientèle de Saphira

Figure n° 20 Capture d’écran montrant une image devant susciter le désir de celui qui voit le message de faire partie de la clientèle de Saphira

120Le découpage vidéo montre que la plupart des séquences, à l’exception de celles représentant le site même sur lequel le projet Saphira doit s’établir, de celles qui concernent les autres parties de la ville de Rabat ou encore de celles qui montrent des personnalités locales, défilent très rapidement (en moins d’une seconde) et sont généralement de petite dimension ; parfois, on trouve même sur l’écran jusqu’à quatre séquences en simultané. Par contre, celles qui présentent des scènes réelles (c’est-à-dire non virtuelles) concernant des projets réalisés ailleurs sont plus nombreuses et bénéficient de beaucoup plus de temps (entre 1 et 3 secondes) et de plus d’espace (elles sont souvent plein écran). Ainsi, sur les 327 séquences que regroupe le clip, 113 montrent les lieux les plus emblématiques de la ville de Rabat (animés par des personnalités locales), dont 20 se concentrent sur le site de la corniche, présenté sous plusieurs angles. S’y ajoutent 185 séquences montrant d’autres projets. Le reste est constitué de croquis d’ambiance et de différentes images de la maquette du projet vue sous des angles différents (27 séquences), tandis que de rares séquences présentent des formes géométriques ou des dégradés de couleurs (2 séquences) qui servent de transition entre les thématiques abordées.

  • 82 Rappelons que la durée totale du vidéo-clip est de 10 mn 39 s.

121Si l’on opère un chronométrage de ces séquences, on peut constater que celles qui s’intéressent au local (ville de Rabat et site de la corniche) durent au total 2 minutes et 16 secondes dans le vidéo-clip82, alors que celles d’autres projets « étrangers » bénéficient de 6 minutes et 31 secondes, soit le triple. Les vues sur les maquettes et croquis d’ambiance durent 2 minutes et 52 secondes, ce qui traduit l’importance considérable accordée par ses financeurs et ses promoteurs à la représentation du projet.

122Par ailleurs, l’alternance des plans dans les scènes présentées montre que le cadrage des séquences n’est pas arbitraire. Il tend en effet à améliorer et à renforcer les messages émis en rappelant à celui qui les reçoit le contexte actuel de la corniche, celui de projets similaires, et en attirant son attention sur la gestuelle des personnages présentés tout en lui restituant leurs sentiments et émotions. C’est ainsi qu’on distingue :

  • Quelques plans généraux (ou plans synoptiques) qui embrassent de manière panoramique une grande partie de la corniche de Rabat et de l’océan Atlantique. Ceci permet de visualiser le contexte du territoire du projet et de lui accorder une importance particulière.

    • 83 D’après Koulechov, cinéaste soviétique des années 20, la même image peut prendre des significations (...)

    Une prédominance des plans en demi-ensemble (ou plans moyens), qui sélectionnent des scènes émanant de projets conçus dans d’autres villes (figure n° 21). Le but est, cette fois-ci, de valoriser, à travers l’effet Koulechov notamment83, les personnages présentés en mettant en valeur leurs postures (prédominance de postures en approche – ou en congruence – reflétant une attitude participative), leurs gestes – lesquels ont souvent une connotation active ou positive (ouverts, vers le haut ou vers les autres) – et leurs activités (ludique, commerciale, culturelle, etc.).

Figure n° 21 Capture d’écran composée d’images en demi-ensemble montrant les gestes et les activités des usagers des lieux

Figure n° 21 Capture d’écran composée d’images en demi-ensemble montrant les gestes et les activités des usagers des lieux

123Au niveau des prises de vues, les vues frontales et les contre-plongées (de bas en haut) sont largement utilisées. Ce choix technique contribue à valoriser les usagers de ce type de projet, voire à affirmer leur « supériorité ».

124– Certains gros plans montrent les visages des personnages de très près (en très gros plan). Ceci permet de bien caractériser les sentiments de joie, de bonheur, de gaieté qu’ils expriment et/ou qu’ils suscitent (figure n° 22).

Figure n° 22 Capture d’écran montrant une image en gros plan exprimant le bonheur de la clientèle de Saphira

Figure n° 22 Capture d’écran montrant une image en gros plan exprimant le bonheur de la clientèle de Saphira

125Par le regard de certains personnages, mais aussi par le commentaire (emploi des verbes à l’impératif : « Faites du jogging, adonnez-vous au surf, etc. »), le vidéo-clip cherche à établir un lien entre les personnages présentés et le spectateur. Il essaie en particulier de provoquer une sorte « d’appel à projection » qui incite ce dernier à s’approprier symboliquement les espaces présentés et à s’y projeter. 

  • 84 Nous tenons à remercier vivement l’expert musical, M. Ahmed Aïdoun, qui nous a beaucoup aidé dans c (...)

126Par ailleurs, la bande son du vidéo-clip donne à entendre une très grande diversité d’instruments ; elle exploite de multiples rythmes et styles musicaux, fait varier les intensités sonores et utilise toute une gamme d’effets induits (sensations, émotions, etc.). Il est clair que pour ses concepteurs, elle joue un rôle tout aussi important que celui du texte et/ou de l’image. Une analyse sommaire84 de la piste audio du vidéo-clip montre l’usage d’un panel d’enchaînements musicaux traditionnels et méditerranéens ainsi qu’une variété symphonique qui correspond à la diversité des images.

127On peut ainsi constater l’utilisation de musiques « échantillonnées » empruntées au répertoire arabo-méditerranéen existant, mais utilisées de manière fragmentaire. Cette technique de la fragmentation, appelée aussi par les spécialistes « technique des nappes », consiste à avoir des unités sonores neutres « qui appartiennent à beaucoup et à personne ». Le but est, semble-t-il, de viser un public précis qui doit reconnaître la musique sans pour autant axer toute son attention sur la chanson elle-même ou sur son auteur. Ceci permet d’évoquer un paysage sonore non seulement agréable et reconnaissable par l’auditeur, mais aussi et surtout référencé dans son univers culturel.

  • 85 Dérivé du “n’goni” africain, le guembri est un instrument de musique à cordes pincées largement uti (...)
  • 86 La chanson Ya Raeh est interprétée par le chanteur algérien Rachid Taha.

128Parmi les styles utilisés, ce sont les styles latino-américain et méditerranéen qui prédominent, principalement dans les séquences qui évoquent les loisirs et les divertissements. Ces styles alternent, parfois, avec des fragments de musique traditionnelle, par exemple lorsqu’il s’agit de séquences montrant des activités culturelles et artistiques – c’est ainsi le cas de morceaux de guembri85 accompagnant des images du théâtre, de la salle de concert, du musée et de la galerie d’art. On peut aussi identifier de petits morceaux de tambourin en arrière-plan d’images montrant la place Jamaâ El Fna à Marrakech. L’image de ce lieu emblématique évoque au spectateur un paysage audiovisuel qui le renvoie à ses propres souvenirs. Des morceaux de la chanson arabe célèbre Ya Raeh86 accompagnent des images montrant des parties de la maquette et des croquis de l’aménagement prévu entre la médina actuelle et l’entrée du projet de la marina. L’utilisation de cette chanson, qui associe voyage et retour aux origines, est une invitation permanente qui place le projet Saphira au cœur des transits touristiques internationaux. Une musique de « couleur » orientale, interprétée par un grand orchestre symphonique, accompagne quant à elle des images évoquant la zone touristique projetée et, particulièrement, le « splendide bazar oriental ». La forte présence d’instruments à cordes qui caractérise ce morceau veut créer une atmosphère de dépaysement. Enfin, les villas et résidences de haut standing sont présentées sur une musique de flûte, sans doute appelée à connoter le souffle de l’évasion.

Troisième étape : l’ouverture sur le monde via Internet

  • 87 Les liens sont : *Les projets, *Actualités, *Nous contacter (deux fois), *À propos d’Emaar, *Englis (...)

129Contrairement au vidéo-clip, dont les images sont accompagnées d’enchaînements musicaux, le site Internet d’Emaar, créé au début de la campagne publicitaire, a tout misé sur la perception visuelle des internautes. Ceci n’est contradictoire qu’en apparence étant donné que 80 % environ de nos informations nous sont fournies par nos sens visuels, en même temps que la plupart des autres formes de perception de l’environnement sont elles aussi étroitement influencées par la vue (J.M. Pradier, 1989). La page d’accueil de ce site web comprend plusieurs liens87. Au centre de cette page défilent cinq images de projets initiés par Emaar au Maroc. Pour accéder à ces projets, le lien « Projet » s’ouvre sur la liste de tous les projets initiés au Maroc par le groupe Emaar : Saphira, Amelkis, Bahia Bay, Oukaimeden et Tinja. Le lien réservé à Saphira est composé de six images fixes qui se succèdent et de huit encadrés de textes.

130Même une analyse superficielle permet de constater que chaque image évoque une thématique caractéristique du projet : le patrimoine, le balnéaire, le bien-être, les activités ludiques, commerciales et culturelles. Quant au contenu des encadrés, il est caractérisé par plusieurs tournures de phrases et formes d’expression poursuivant de manières différentes le même objectif d’amplification.

  • 88 Emploi de la deuxième personne du pluriel.

131À l’instar du commentaire du vidéo-clip, le texte diffusé sur le Net comprend des formules hyperboliques, des métaphores et des redondances, en particulier dans les encadrés n° 1, 2, 4 et 7, accompagnées d’une liste cumulative des qualités du projet et des avantages qu’il procure (encadré n° 3). Une interpellation directe de l’internaute [« Vous88 »], précédée par une description du projet (encadré n° 5), invite l’utilisateur de la toile à s’identifier aux futurs usagers. Pour traduire le bien-fondé du projet, on emploie dans l’encadré n° 6 le futur simple, qui indique une réalité imminente. Puis, afin de susciter la curiosité de l’internaute, cette réalité est présentée sous la forme d’une description orientée, un itinéraire connotant le voyage et la découverte. Le texte évoque dans l’encadré n° 7 le projet d’aménagement de la corniche de Rabat en l’assimilant à « la fierté du Maroc ». L’usage de ce syntagme qui a une forte charge communicationnelle vise, semble-t-il, à stimuler les clients potentiels du projet en faisant appel à leur patriotisme. Le dernier encadré (n° 8) rappelle l’état actuel du site de la corniche et insiste sur son délabrement avancé : le projet d’aménagement supprimera cette verrue qui défigure Rabat.

Quatrième étape : un effort de contextualisation de la campagne par Emaar

132À partir de juillet 2007, des panneaux publicitaires ont entouré le chantier limitrophe du bureau de vente qu’Emaar a installé au cœur de la corniche. Remarquons toutefois que les travaux de ce chantier se sont arrêtés trois mois à peine après leur démarrage ! La particularité des illustrations figurant sur ces panneaux réside dans la présentation de plusieurs photos de paysages de la ville de Rabat, d’autres représentant des personnages d’origine locale et d’autres encore des motifs inspirés de l’architecture et de l’art traditionnels. Ce choix traduit, nous semble-t-il, le souci d’une territorialisation de la campagne (figure n° 23). Ce souci s’impose d’autant plus que les campagnes précédentes, et particulièrement le vidéo-clip, ont suscité des réactions assez contradictoires de la part de ceux qui l’ont vu.

Figure n° 23 Panneaux publicitaires entourant le chantier limitrophe du bureau de vente d’Emaar

Figure n° 23 Panneaux publicitaires entourant le chantier limitrophe du bureau de vente d’Emaar

a. Vue du phare de Rabat ; b. Portail traditionnel ; c. Vue sur la plage de Rabat ; d. Visage d’un vieil homme marocain ; e. Jeune femme en tenue traditionnelle ; f. Espace de jeux projeté pour enfants. Clichés : Hicham Mouloudi, le 11 septembre 2007.

  • 89 Il s’agit de discussions informelles effectuées, durant le mois d’août 2007, avec des personnes dif (...)
  • 90 Faisant allusion à l’option de leur transfert dans la ville nouvelle de Tamesna, souvent évoquée pa (...)

133Pour notre part, nous avons discuté avec une vingtaine de personnes qui ont vu ce vidéo-clip89. Elles nous ont donné des avis contrastés sur cette campagne de communication organisée pour le projet de la corniche, mais c’est surtout le vidéo-clip qui a suscité le plus de réactions. Celles-ci diffèrent selon la catégorie sociale, le lieu de résidence, le statut d’occupation et l’état du logement des personnes interviewées. Toutes les personnes socialement « aisées » sont satisfaites du projet, et ce, quel que soit leur lieu de résidence actuel. Elles estiment que, à Rabat, « il n’y a pas où aller les week-ends et pendant les vacances ». « Nous avons nous aussi droit à une Côte d’Azur ou à une Costa del Sol », tiennent à souligner certaines d’entre elles. Le dynamisme économique et, en particulier, le nombre d’emplois susceptibles d’être générés par ce projet sont souvent évoqués par ces mêmes personnes, peut-être parce qu’elles se considèrent comme les principales cibles des promoteurs et, donc, comme des acheteurs potentiels. Le lieu de résidence, le statut d’occupation et l’état du logement entrent par contre en ligne de compte pour les moins riches (ou pauvres) ; mais ce qui domine chez la plupart de ces derniers, c’est une incrédulité partagée. Les résidents dans les périmètres d’aménagement de ce projet, qui sont généralement propriétaires d’un logement en bon état, sont, égoïstement, plus optimistes : « Si jamais ça va se réaliser, nos maisons vaudront beaucoup plus cher. » Ceux qui sont propriétaires mais qui habitent dans l’habitat « insalubre » n’ont par contre pas cessé d’exprimer leurs craintes face aux mesures d’expropriation dont ils risquent d’être l’objet. « On ne peut pas nous envoyer à 20 kilomètres de Rabat pour deux sous90 ! Nos sources de revenus sont ici et nos enfants fréquentent des écoles à proximité. » Quant aux non-résidents et aux résidents locataires, ils ne se sentent pas tellement concernés : « Ce n’est pas à nous que ces produits sont destinés ; mon salaire mensuel ne suffirait pas à passer une seule nuit dans ces hôtels. »

La campagne publicitaire du projet du Bou Regreg : une démarche relativement mieux contextualisée que celle de la corniche

134À la différence du projet Saphira qui a été accompagné d’une campagne publicitaire vantant un produit somme toute « mythique », le projet du Bou Regreg a fait l’objet d’une stratégie de marketing urbain qui s’est construite au fur et à mesure de l’avancement du projet. Le service de communication de l’opérateur fut l’un des premiers départements opérationnels institués au sein de SABR-Aménagement. De très nombreux documents iconographiques destinés à faire la promotion du projet ont ainsi été distribués par SABR, puis par l’Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg ; la majorité d’entre eux est consultable sur le site internet de l’Agence (http://www.bouregreg.com). Il s’agit d’une multitude de brochures, de lettres d’information, de dépliants, de films promotionnels, de films portant sur l’état d’avancement des chantiers, ainsi que de films restituant certains événements qui se sont déroulés sur le site du projet.

135Une analyse rapide de ces différents documents, établis en trois langues (arabe, français et anglais) – mais l’utilisation de la langue française y est prédominante –, montre que la campagne publicitaire du projet d’aménagement de la vallée du Bou Regreg est relativement mieux contextualisée que celle portant sur le projet Saphira. Il y a toutefois certaines exceptions à ce constat, comme c’est le cas des campagnes de promotion de la marina et des complexes résidentiels la Cité des Arts et Métiers de la séquence Bab Al Bahr.

De grands panneaux publicitaires et un vidéo-clip du projet du Bou Regreg relativement plus contextualisés

136Les panneaux publicitaires qui entouraient les premiers chantiers du projet du Bou Regreg donnaient à voir un ancrage dans l’histoire, la culture et le territoire marocains. Ces panneaux dédiés au projet Amwaj (séquence n° 2 du projet du Bou Regreg), initié par le holding émirati Sama Dubaï, affichent en effet certains personnages marocains (ou habillés à la marocaine), même si des photos de personnes étrangères ou d’apparence occidentale y figurent aussi (figure n° 24).

Figure n° 24 Panneaux publicitaires présentant le projet Amwaj

Figure n° 24 Panneaux publicitaires présentant le projet Amwaj

a. rangée de panneaux divers  ; b. Ambiance familiale  ; c. Cité des affaires  ; d. Espace de shopping.

Clichés  : Hicham Mouloudi, 16 février 2008.

  • 91 Il s’agit du vidéo-clip de 14 mn 49 s intitulé : Projet d’aménagement et de mise en valeur des deux (...)

137La contextualisation de la campagne promotionnelle du projet du Bou Regreg est particulièrement visible sur le vidéo-clip91 consacré au projet. Celui-ci est en effet constitué d’images réelles des berges du fleuve et de certaines activités qui y sont situées, accompagnées de vues relatives à des maquettes du projet et de quelques plans et croquis figurant des simulations du projet en trois dimensions. À la différence du clip dédié au projet Saphira, il est clair ici qu’il s’agit bien de la ville de Rabat tantôt actuelle (« en chair et en os », pourrait-on dire), tantôt projetée (figure n° 25). Ceci n’exclut évidemment pas l’abondant emploi de formules hyperboliques, telles que : « un magnifique projet », « un chantier grandiose », « un projet exemplaire » ou encore « un projet citoyen ».

Figure n° 25 Captures d’écran du vidéo-clip de promotion du projet d’aménagement de la vallée du Bou Regreg

Figure n° 25 Captures d’écran du vidéo-clip de promotion du projet d’aménagement de la vallée du Bou Regreg

a. S.M. le Roi Mohammed VI le jour de l’inauguration du projet ; b. vue du mausolée Mohammed V ; c. vue de la qasbah des Oudayas ; d. activités nautiques ; e. vue sur l’ancien pont Moulay Al Hassan ; f. cité des potiers de l’Oulja.

138L’effort de contextualisation de la campagne du Bou Regreg s’est poursuivi sous la forme d’événements sportifs et culturels organisés sur le site du projet, que ce soit sur les quais du Bou Regreg, sur la plage de Salé ou même dans le bassin de la marina.

La « fabrique des occasions » sur les berges du Bou Regreg

139Nous avons souligné, dans le paragraphe relatif aux quais et débarcadères du Bou Regreg, que ceux-ci avaient abrité plusieurs manifestations culturelles et sportives. Il s’agit notamment du Festival international de musique Mawazine, du Festival national Maroc Hit Parade, du Salon immobilier de Tamesna, de l’espace écologie de la Journée de la Terre, du championnat arabe de Beach-Volley et de la rencontre des Femmes du Monde. L’organisation d’autant d’événements culturels et sportifs sur les berges du Bou Regreg résulte de la volonté du maître d’ouvrage de produire une animation continue sur le site du projet, installer un spectacle permanent dans cette partie de la capitale et favoriser, par là-même, le rassemblement des habitants de toutes les catégories sociales. Elle s’adresse aussi bien au monde extérieur à travers sa médiatisation qu’aux habitants de la ville.

  • 92 Il s’agit de l’émission économique présentée en français intitulée « Eclairage », diffusée en janvi (...)

140Ces différents événements, dont des extraits sont consultables sur le site internet de l’AAVB, bénéficient d’une large couverture médiatique, particulièrement de la part des deux chaînes de télévision nationales (RTM et 2M). Généralement, ces médias adoptent le même vocabulaire que celui utilisé par le maître d’ouvrage dans sa campagne de communication, comme c’est le cas par exemple lors d’une émission télévisée où la présentatrice a considéré le projet du Bou Regreg comme un « projet titanesque, un chantier pharaonique, un projet capital [et] le projet le plus ambitieux du Maroc92 ».

141Pour couronner ces événements, l’AAVB a invité le célèbre voilier irlandais – construit au XIXe siècle – Le Belem à faire une escale à Rabat (figure n° 26).

  • 93 Construit en 1797, USS Constellation est le premier bateau à être commissionné dans la marine des É (...)

142Cette opération qui, en quelque sorte, veut présenter aux Rbatis un « musée maritime » a l’ambition de rapprocher la capitale marocaine des métropoles internationales dont le front de mer ou de fleuve sert à recevoir toute une série de bateaux anciens, de vieux gréements, en offrant en accompagnement des services et des espaces commerciaux indispensables pour composer des pôles touristiques attractifs. C’est le cas de la copie de la Caravelle de Christophe Colomb qui se trouve en front de mer à Barcelone ou des vieux navires alignés le long des quais du fleuve à Savannah, en Géorgie (M. Gravari, 1991, p. 721). Aux États-Unis d’Amérique, plus précisément à Baltimore, le gouvernement local a réussi à attirer les habitants de la ville vers le front d’eau dès le début de son aménagement en exposant le Constellation, navire historique de la marine américaine93.

Figure n° 26 Accostage du bateau « le Belem » sur les quais du Bou Regreg

Figure n° 26 Accostage du bateau « le Belem » sur les quais du Bou Regreg

Cliché  : Hicham Mouloudi, 14 juillet 2012.

143Les efforts de contextualisation de la campagne de promotion du projet du Bou Regreg contrastent cependant avec la stratégie de marketing clairement élitiste déployée pour l’une de ses composantes, la Cité des Arts et Métiers.

Une stratégie de marketing clairement élitiste pour la Cité des Arts et Métiers de Bab Al Bahr

  • 94 Extraits du vidéo-clip de 14 mn 49 s intitulé : « Film institutionnel Bou Regreg, version française (...)

144La Cité des Arts et Métiers doit être érigée au nord de la marina. Elle a pour rôle d’améliorer l’offre de formation pour tout ce qui est savoirs et techniques ancestrales, tourisme, hôtellerie et services. La conception de cette cité, confiée à Norman Foster, « s’inspire dans sa conception des médinas et qasbahs. Elle s’appuie sur un concept de développement urbain thématique nourri du riche savoir-faire artisanal et artistique des habitants de Salé94 ». Pour l’aménageur, ce projet « aspire à créer une cité autonome dont la qualité des équipements et des espaces publics rayonne sur les quartiers avoisinants et l’ensemble de l’agglomération de Rabat-Salé ». Parmi ces équipements, l’aménageur vante déjà un hôtel cinq étoiles baptisé Rotana qui, « de par sa localisation, les vues exceptionnelles qu’il offrira à ses visiteurs, la qualité de sa conception et de son design intérieur, sera l’un des équipements les plus prestigieux de l’agglomération ».

  • 95 Extrait du film (vidéo-clip) de 4 mn 10 s intitulé : « Bab Al Bahr » réalisé en mai 2009 par Sigma- (...)
  • 96 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Bab Al Bahr, Dossier de presse, septembre 201 (...)

145À l’instar de celle consacrée à la marina, la campagne de marketing réalisée par l’AAVB aux fins de promotion de la Cité des Arts et Métiers traduit également le souci de cibler la classe sociale aisée et les touristes. Pour l’aménageur, « l’aménagement de Bab Al Bahr représente un enjeu économique majeur pour l’agglomération de Rabat-Salé, le témoignage vivant de la volonté du Maroc de se tourner vers un avenir où compétitivité, défi et performance cohabitent avec bonheur et qualité de vie95 ». Pour séduire cette clientèle que l’on subodore exigeante, la stratégie marketing développe une série d’accroches et d’arguments auxquels, pense-t-on, cette clientèle sera particulièrement sensible, par exemple « un cadre de vie exceptionnel », « la véritable porte sur l’océan », « des vues imprenables sur les Oudayas », « un design d’intérieur élégant », « des enseignes nationales et internationales les plus distinguées96 », etc. Ces arguments sont accompagnés d’un rappel des qualités d’accessibilité, de sécurité et de confort qu’offre cette Cité.

Notes

1 D’après un entretien effectué à Paris le 27 mai 2008 avec Christian Thibault, responsable de la section environnementale de l’IAURIF.

2 Selon Kevin Lynch, la lisibilité est « la facilité avec laquelle les parties de la ville peuvent être visuellement appréhendées, reconnues et organisées selon un schéma cohérent ». Cité par M. Roncayolo (1993, p. 188).

3 Dans leur ouvrage intitulé : Villes internationales : entre tensions et réactions des habitants, Isabelle Berry-Chikhaoui, Agnès Deboulet et Laurence Roulleau-Berger parlent d’internationalisation, un terme qui est plus neutre que ceux de mondialisation ou de globalisation, et surtout moins connoté par l’économique et pas nécessairement « au service du redéveloppement du capitalisme transnational et en grande partie informationnel [S. Sassen] ».

4 Conseil d’architecture d’urbanisme et de l’environnement des Yvelines, Les Projets de Bernard Reichen au Maroc : ajuster les échelles à l’urbain, p. 2.

5 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Al Maâbar Development Company, Bab Al Bahr. Cité des Arts, p. 5.

6 Propos du directeur général de l’AAVB recueillis lors du journal télévisé en arabe de la RTM le 11 juillet 2012.

7 Lemghari Essakl, directeur général de l’AAVB, visite de chantier du projet du Bou Regreg organisée le 12 février 2009 par l’association Bou Regreg en collaboration avec l’AAVB.

8 Conseil d’architecture d’urbanisme et de l’environnement des Yvelines, Les Projets de Bernard Reichen au Maroc. Ajuster les échelles à l’urbain, op. cit., p. 1.

9 Présent de 1981 jusqu’au milieu des années 90, Michel Pinseau a conçu pour le ministère de l’Intérieur marocain plusieurs schémas directeurs d’aménagement urbain et plans d’aménagement (Rabat, Casablanca, Fès, Marrakech, etc.).

10 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Rapport justificatif du plan d’aménagement spécial de la vallée du Bou Regreg, juillet 2008, p. 10.

11 Sur le plan formel, le projet de PAS de la vallée du Bou Regreg est présenté avec un support transparent qui permet de visualiser l’existant en arrière-plan de l’espace projeté (figure n° 29). De même, le PAS est inséré dans un plan de restitution qui montre les territoires limitrophes au périmètre du projet. La légende qui accompagne le PAS permet de lire les différents signes et couleurs figurant sur le plan. Cette clarté de la présentation ne se retrouve absolument pas dans le plan d’aménagement de la corniche.

12 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Rapport justificatif du plan d’aménagement spécial de la vallée du Bou Regreg, juillet 2008, p. 46.

13 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Rapport justificatif du PAS du Bou Regreg, p. 10.

14 Idem.

15 Voir la synthèse effectuée par N. Baron-Yellès, 2000 (en particulier p. 97-102).

16 Ces actions concernent : – la préparation des zones de travaux, incluant l’assèchement de la zone en aval du site de la décharge de l’Oulja, le nettoyage de cette zone ainsi que la purge de tous les matériaux souillés impropres à recevoir des remblais ; – la création d’une digue périphérique à l’aide de matériaux argileux ; – le déplacement des déchets conformément au plan de profilage ; – la mise en œuvre en remblai d’une couche de matériaux argileux d’un mètre surmontée d’une couche de terre végétale ; – la mise en place de réseaux de drainage pour les eaux pluviales et pour la collecte du lixiviat et du biogaz. Source : http://www.bouregreg.com/tiki-index.php?page=environnement (site consulté le 14 février 2012).

17 Signalons que, depuis mars 2002, c’est la société Véolia Environnement qui est chargée, au niveau de l’agglomération de Rabat-Salé-Témara, de la délégation de gestion comprenant la distribution d’eau et d’électricité et le service de l’assainissement.

18 Situation en mai 2012.

19 SDAU de Rabat-Salé élaboré par Michel Pinseau, op. cit., p. 92.

20 En l’occurrence le chef du service de l’Environnement à la Wilaya de Rabat-Salé, le directeur régional des Eaux et Forêts, le directeur régional de l’ONEP et le chef du service des Sites au département de l’Environnement (ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Eau et de l’Environnement).

21 Il s’agit de la table-ronde consacrée à « la réflexion citoyenne sur l’avenir de la vallée du Bou Regreg » organisée le 9 mars 2002 à Salé par l’Association Bou Regreg. Le contenu de cette table-ronde sera présenté en infra dans la deuxième partie de cet ouvrage.

22 Voir Rapport justificatif du PAS du Bou Regreg, p. 16.

23 La Convention internationale de Ramsar relative aux zones humides d’importance internationale a été signée en 1971. L’Unesco en est le dépositaire. Elle a été ratifiée par la plupart des pays méditerranéens (sauf la Libye, Israël, la Syrie et le Liban) (Ramade, 1997). Les États librement contractants s’engagent à mener devant la communauté internationale une politique de conservation, de gestion et d’utilisation rationnelle des zones humides. L’inscription d’un site résulte d’une stratégie politique subtile : l’enjeu pour l’État est de faire reconnaître un potentiel écologique par une instance internationale supposée neutre. L’acceptation dépend de critères ornithologiques ; le site est retenu s’il est défini comme habitat d’importance internationale pour une ou plusieurs espèces d’oiseaux d’eau (Baron-Yellès, Goeldner-Gianella, 2001).

24 Intervention de Maria Snoussi, professeur de géomorphologie à la faculté des sciences de l’université Mohammed V de Rabat et experte en la matière, lors du séminaire organisé le 1er juin 2006 par le conseil régional de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër sur le thème : « La réconciliation de la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër avec son littoral ».

25 Idem.

26 Au Maroc, l’étude d’impact sur l’environnement (EIE) avant tout projet d’aménagement est devenue obligatoire depuis 2003, date de la promulgation de la loi n° 12-03 relative aux études d’impact sur l’environnement. Toutefois, si l’EIE est effectivement exigée pour l’ensemble des projets listés par ladite loi, certains aspects préconisés par la loi et qui sont tout aussi importants que l’étude en elle-même, tels que l’organisation d’une enquête publique, n’ont été activés qu’à partir de 2011 et, dans une première phase, par le comité régional des études d’impact de la Région de Rabat-Salé-Zemmour-Zäer.

27 D’après la loi relative aux études d’impact sur l’environnement, les projets dont l’investissement global dépasse 200 millions de dirhams sont examinés par le Comité national des études d’impact. En dessous de ce montant, les projets sont étudiés par le Comité régional des études d’impact concerné.

28 Voir Secrétariat d’État auprès du ministre de l’Énergie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement chargé de l’Eau et de l’Environnement, Compte-rendu de la réunion relative à l’examen de l’étude d’impact sur l’environnement du projet global d’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Rabat, octobre 2007, p. 6.

29 Pour le Comité national, ces études futures devraient traiter dans les détails :
• les données sur le milieu ;
• la description détaillée du projet ;
• les impacts du projet ;
• les mesures de suppression, d’atténuation, d’optimisation ou de compensation des impacts négatifs du projet ;
• un programme de surveillance et de suivi (p. 5).

30 Rappelons que la séquence 4, dénommée Sahrij El Oued, est située en amont du pont Mohammed V et couvre la plaine au bas des pentes du plateau d’Akreuch.

31 Voir Secrétariat d’État auprès du ministre de l’Énergie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement chargé de l’Eau et de l’Environnement, compte-rendu de la réunion relative à l’examen de l’étude d’impact sur l’environnement du projet global d’aménagement de la vallée du Bou Regreg, op. cit., p. 6.

32 Voir Rapport justificatif du PAS du Bou Regreg, p. 12 et 16.

33 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, conseil d’administration du 2 mai 2012, Bilan, p. 47.

34 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Rapport justificatif du PAS du Bou Regreg, p. 10.

35 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, conseil d’administration du 2 mai 2012, Bilan, p. 112.

36 Faut-il rappeler ici qu’avec Hay Riad et, surtout, le déplacement des sièges des ministères, des agences, etc., cela a sérieusement commencé à changer.

37 Rappelons qu’avant la création de l’AAVB, le projet du Bou Regreg était géré par la société SABR-Aménagement, par ailleurs filiale de la CDG.

38 Propos du directeur général de l’AAVB. Voir AAVB, Bou Regreg News, 2009, p. 3.

39 Extraits du vidéo-clip de 14 mn 49 s intitulé : « Film institutionnel Bou Regreg, version française. Projet d’aménagement et de mise en valeur des deux rives du Bou Regreg » réalisé en décembre 2004 par Sigma Technologies et publié sur le site web de l’AAVB. Source : http://www.bouregreg.com/tiki-index.php?page=Vid%C3%A9os (site consulté le 11 juillet 2012).

40 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Bou Regreg Marina : le Maroc par une porte sublime, op. cit., p. 17.

41 Étant entendu que, historiquement, Rabat et Salé étaient souvent des villes rivales.

42 Dont 4 hectares de terre-pleins occupés par des restaurants et des cafés et 4,2 hectares de bassins pouvant accueillir plusieurs bateaux.

43 Au niveau des services, on notera la distribution d’eau douce, d’électricité, l’installation du téléphone et de la wifi sur ponton et quais à chaque poste, sanitaires complets, slipway, gardiennage à flot et à terre, récupération des déchets, conteneurs d’huiles usées, station de carburant, location de voitures et organisation de visites touristiques. Voir Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Bou Regreg Marina : le Maroc par une porte sublime, op. cit., p. 15-17.

44 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Bou Regreg News, 2009, p. 14.

45 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Bou Regreg Marina : le Maroc par une porte sublime, op. cit., p. 14.

46 Schachter Joe (1986). Cité par Gravari Maria in Gravari Maria (1991, p. 717).

47 D’après un entretien effectué le 18 juin 2012 avec Nabil Rahmouni, architecte exerçant dans le secteur privé.

48 Signalons au passage que la ville de Rabat a déjà connu le tramway au début du XXe siècle à l’époque du Protectorat français au Maroc. Le tramway qui existait à cette époque était à traction vapeur puis essence. Son activité, qui débuta dans les années 10, cessa complètement au début des années 30. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tramway_de_Rabat-Sal%C3%A9 (site consulté le 28 mars 2012).

49 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Tramway de Rabat-Salé : le premier tramway du Maroc [!], brochure non datée. Sur cette question de l’absence de date dans la plupart des supports publicitaires des villes, Muriel Rosemberg-Lasorne remarque à juste titre qu’« on ne doit pas s’étonner non plus que la communication des villes ne soit jamais datée. La précision temporelle interviendrait à contre-sens de ce que l’on « veut » signifier : à la manière des récits hagiographiques, intemporels eux aussi, la ville révèle une identité donnée de toute éternité, c’est-à-dire son existence de ville ; les actions qu’elle mène pour assurer la permanence de son identité de ville sont dans le discours autant de signes de son existence, inutiles à dater. » Voir Rosemberg-Lasorne Muriel (1997, p. 264).

50 Le projet de tramway de Rabat-Salé a été approuvé par le conseil de la Ville de Rabat au mois de décembre 2006 et par celui de Salé en février 2007.

51 Les premières rames du tramway de Rabat-Salé, pouvant atteindre des pointes de 70 km/h, sont composées de deux véhicules de 32 m chacun et d’une hauteur de 3 m, au design inspiré de l’art du zellige marocain, des motifs de la fontaine du Mausolée Mohammed V en particulier, avec un rappel de ces formes et couleurs à l’intérieur, au plafond et sur les sièges.

52 Intervention du directeur général de l’Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg lors de la sortie sur le terrain organisée le 12 février 2009 en collaboration avec l’Association Bou Regreg dans le cadre de la 6e rencontre des « Chantiers du Bou Regreg ».

53 Voir conseil d’administration de l’AAVB du 2 mai 2012, Bilan, p. 94.

54 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Tramway de Rabat-Salé, dossier de présentation (non daté), p. 7 et 36.

55 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Lettre info Pont Moulay El Hassan, n° 1, janvier-mars 2009.

56 « Les chantiers du Bou Regreg » sont des rencontres organisées par l’Association du Bou Regreg en collaboration avec l’AAVB dans le but d’informer la population de l’avancement du projet du Bou Regreg. Le contenu détaillé de ces rencontres et les réactions qu’elles ont suscitées de part et d’autre seront présentés dans le chapitre 4.

57 D’après des discussions informelles que nous avons eues avec plusieurs collègues, fonctionnaires au ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Politique de la Ville, qui habitent à Salé.

58 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Lettre info Pont Moulay El Hassan, op. cit.

59 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Lettre info Tunnel des Oudayas, n° 1, janvier-mars 2009.

60 La plage Bargama fait partie des sites ou équipements (complexe artisanal, chambre artisanale, restaurants, clubs…) qui occupaient (en vertu d’une occupation temporaire du domaine public) les quais avant que les propriétaires et personnels de ces équipements ne soient indemnisés pour céder la place aux nouveaux aménagements.

61 Les adolescents, particulièrement ceux de la médina de Rabat, sont très connus pour la pratique de la plongée dans le Bou Regreg.

62 Faut-il préciser que le fleuve (le Bou Regreg) a des berges, certes ! Mais la vallée a des versants et jamais de berges ! Donc, bien qu’elle soit récurrente dans plusieurs documents administratifs que nous avons consultés, « les berges de la vallée du Bou Regreg » est une formule inadéquate.

63 Le SRAT est un document de référence à l’échelle régionale institué par la loi de 1997 relative à l’organisation de la région.

64 L’Atelier parisien d’urbanisme (APUR) est un bureau d’études chargé, depuis 2008, de l’élaboration des plans d’aménagement unifiés de Rabat et Salé en réponse à un appel d’offres lancé par l’Agence urbaine sous couvert de la préfecture (wilaya) à la demande des communes respectives.

65 D’après un entretien effectué le 2 décembre 2010 avec un cadre de la division de l’Urbanisme de la Commune urbaine de Salé.

66 Voir Agence urbaine de Rabat-Salé, Atelier parisien d’urbanisme, Plan d’aménagement unifié de la ville de Salé : évaluation prospective des documents d’urbanisme, décembre 2008, (document provisoire), p. 18.

67 Voir Agence urbaine de Rabat-Salé, Atelier parisien d’urbanisme, Plan d’aménagement unifié de la ville de Salé : évaluation prospective des documents d’urbanisme, op. cit., p. 16.

68 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Vallée du Bou Regreg : un chantier en action, vol. 3, octobre 2007, p. 9.

69 D’après un entretien effectué le 18 juin 2012 avec l’architecte Nabil Rahmouni.

70 Saphira : le joyau de l’Atlantique est l’intitulé de la bande-vidéo dédiée par le groupe Emaar au projet d’aménagement de la corniche de Rabat.

71 Ces panneaux appartiennent à la société de communication FC COM.

72 Chiffre calculé à partir des tarifs contenus dans le CD-ROM mis à la disposition des clients par FC COM.

73 Il s’agit des agences « Salma », « Hicham » et « Entreprise de construction arabo-africaine » situées à Hay El Menzah.

74 Ces chiffres sont donnés ici à titre purement indicatif ; ce ne sont que des moyennes approchées et, de toute manière, les prix varient avec la superficie, l’orientation, le nombre d’étages, l’existence d’équipements socioculturels à proximité, etc.

75 Les emplacements correspondant à cette campagne sont représentés sur la figure n° 18 par des cercles jaunes.

76 Les emplacements correspondant à cette campagne sont représentés sur la figure n° 18 par des cercles bleus.

77 Le CD-ROM a été réalisé en deux versions (l’une en anglais et l’autre en français) qui durent 10 mn 39 s chacune.

78 « Les spécialistes en communication s’accordent à reconnaître que, en interaction, plus de 70 % du message passent par le relationnel, c’est-à-dire par tous les éléments paraverbaux et comportementaux », J.C. Martin (1999, p. 32).

79 Le nom « Saphira » est dérivé du mot « saphir ». Cette pierre précieuse est considérée par les occultistes comme « une pierre céleste, la pierre d’espérance ». Pour les Orientaux, elle est « le plus puissant des talismans. Le saphir rend riche, aimable, pacifique et pieux. Il protège contre les piqûres de scorpion, les morsures de serpent, la peste, la pauvreté et les trahisons. Il donne la force physique en développant les muscles, etc.  ».

80 Le texte intégral du commentaire du vidéo-clip est présenté en annexe n° 1.

81 Auteur d’un ouvrage intitulé La Stratégie du désir, Ernst Dichter (1961) fut parmi les premiers à parler d’inconscient dans le milieu publicitaire et à appliquer des outils psychanalytiques pour analyser les marchés et leurs habitants.

82 Rappelons que la durée totale du vidéo-clip est de 10 mn 39 s.

83 D’après Koulechov, cinéaste soviétique des années 20, la même image peut prendre des significations différentes selon les images auxquelles elle est associée. En d’autres termes, les images n’ont pas de signification univoque, elles ne prennent un sens que les unes par rapport aux autres. C’est le spectateur qui construit le sens de ce qu’il voit. Comme les textes, les images sont susceptibles d’être interprétées.

84 Nous tenons à remercier vivement l’expert musical, M. Ahmed Aïdoun, qui nous a beaucoup aidé dans cette analyse de la bande son au cours d’une entrevue qu’il nous a accordée au mois de juin 2007.

85 Dérivé du “n’goni” africain, le guembri est un instrument de musique à cordes pincées largement utilisé par les Gnawa (Guinéens, en arabe). On le trouve principalement en Afrique du Nord (Maroc, Algérie) et au Mali. Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Guembri (site consulté le 17 décembre 2012).

86 La chanson Ya Raeh est interprétée par le chanteur algérien Rachid Taha.

87 Les liens sont : *Les projets, *Actualités, *Nous contacter (deux fois), *À propos d’Emaar, *English, *Français, *Espagnol, *Confidentialité, *Mentions légales, *Emaar.com.

88 Emploi de la deuxième personne du pluriel.

89 Il s’agit de discussions informelles effectuées, durant le mois d’août 2007, avec des personnes différentes que nous avons rencontrées dans le café du jardin public « Nouzhat Hassan », au centre ville de Rabat, après leur avoir montré le vidéo-clip du projet Saphira.

90 Faisant allusion à l’option de leur transfert dans la ville nouvelle de Tamesna, souvent évoquée par les habitants des quartiers insalubres de Yacoub Al Mansour.

91 Il s’agit du vidéo-clip de 14 mn 49 s intitulé : Projet d’aménagement et de mise en valeur des deux rives du Bou Regreg. Réalisé en décembre 2004 en arabe et en français par Sigma Technologies et publié sur le site web de l’AAVB ; ce clip a été adressé à plusieurs administrations et organismes et livré aux chercheurs à leur demande. Source : http://www.bouregreg.com/tiki-index.php?page=Vid%C3%A9os (site consulté le 11 juillet 2012).

92 Il s’agit de l’émission économique présentée en français intitulée « Eclairage », diffusée en janvier 2006 et qui a duré 1 h 12 mn 3 s. C’est une émission très regardée, particulièrement par l’élite marocaine.

93 Construit en 1797, USS Constellation est le premier bateau à être commissionné dans la marine des États-Unis. Détruit puis reconstruit en 1854, il fut le navire-amiral de la flotte américaine en Afrique de 1859 à 1861. Durant cette période, il participa à l’arrêt du commerce d’esclaves en arrêtant trois navires d’esclaves et en libérant ceux-ci. Il fut exposé à Paris (France) lors de l’Exposition universelle de 1878. Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/USS_Constellation (site consulté le 17 décembre 2012).

94 Extraits du vidéo-clip de 14 mn 49 s intitulé : « Film institutionnel Bou Regreg, version française. Projet d’aménagement et de mise en valeur des deux rives du Bou Regreg », réalisé en décembre 2004 par Sigma-Technologies et publié sur le site web de l’AAVB. Source : http://www.bouregreg.com/tiki-index.php?page=Vid%C3%A9os (site consulté le 11 juillet 2012).

95 Extrait du film (vidéo-clip) de 4 mn 10 s intitulé : « Bab Al Bahr » réalisé en mai 2009 par Sigma-Technologies et publié sur le site web de l’AAVB. Source : http://www.bouregreg.com/tiki-index.php?page=Vid%C3%A9os (site consulté le 9 juillet 2012).

96 Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Bab Al Bahr, Dossier de presse, septembre 2011.

Table des illustrations

Titre Figure n° 7 Photo de l’ancienne décharge de l’Oulja, 2006
Crédits Source : Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure n° 8 Photo du site de l’Oulja après la fermeture de la décharge, 2009
Crédits Source : Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure n° 9 Exemples de façades conçues par Norman Foster pour les complexes résidentiels de la séquence Bab Al Bahr
Crédits Source  : Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-3.png
Fichier image/png, 789k
Titre Figure n° 10 Exemple de façades proposées dans le cadre du projet Amwaj de la séquence Assahat Al Kabira
Crédits Source  : Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure n° 11 Photo de la marina du Bou Regreg avec, en arrière-plan, les bâtiments du front de marina
Crédits Source : http://www.bouregreg.com (site consulté le 6 novembre 2012).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau n° 8 Répartition par séquences de la superficie réservée aux équipements et espaces publics projetés dans le projet d’aménagement de la vallée du Bou Regreg
Crédits Source : Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg, Rapport justificatif du projet de Plan d’aménagement spécial de la vallée du Bou Regreg, juillet 2008, p. 52.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-6.png
Fichier image/png, 41k
Titre Figure n° 12 Itinéraire du tramway de Rabat-Salé
Crédits Source  : http://www.bouregreg.com (site consulté le 5 novembre 2012).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure n° 13 Photo du pont Hassan II
Crédits Source : http://www.bouregreg.com (site consulté le 5 novembre 2012).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure n° 14 Photo du tunnel des Oudayas en cours de construction (janvier 2011)
Crédits Source  : http://www.bouregreg.com (site consulté le 5 novembre 2012).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure n° 15 Image virtuelle en 3D du Grand Théâtre de Rabat
Crédits Source : www.bouregreg.com (site consulté le 5 novembre 2012).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure n° 16 Photo des quais et débarcadères du Bou Regreg
Légende (Au fond de la photo, on voit, à droite, la qasbah des Oudayas et, à gauche, la médina de Rabat)
Crédits Cliché  : Hicham Mouloudi, 6 décembre 2012.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure n° 17 Photo du front fluvial de Bab Al Bahr
Légende (Vue prise à partir des quais de Rabat)
Crédits Cliché  : Hicham Mouloudi, 10 mars 2012
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure n° 18 Répartition géographique des panneaux publicitaires pour le projet « corniche » choisis par Emaar à travers la ville de Rabat, 2006
Crédits Source  : Informations recueillies auprès de la société de communication FC COM.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure n° 19 Capture d’écran montrant les émotions des usagers des projets de front d’eau
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure n° 20 Capture d’écran montrant une image devant susciter le désir de celui qui voit le message de faire partie de la clientèle de Saphira
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure n° 21 Capture d’écran composée d’images en demi-ensemble montrant les gestes et les activités des usagers des lieux
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure n° 22 Capture d’écran montrant une image en gros plan exprimant le bonheur de la clientèle de Saphira
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure n° 23 Panneaux publicitaires entourant le chantier limitrophe du bureau de vente d’Emaar
Légende a. Vue du phare de Rabat ; b. Portail traditionnel ; c. Vue sur la plage de Rabat ; d. Visage d’un vieil homme marocain ; e. Jeune femme en tenue traditionnelle ; f. Espace de jeux projeté pour enfants. Clichés : Hicham Mouloudi, le 11 septembre 2007.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure n° 24 Panneaux publicitaires présentant le projet Amwaj
Légende a. rangée de panneaux divers  ; b. Ambiance familiale  ; c. Cité des affaires  ; d. Espace de shopping.
Crédits Clichés  : Hicham Mouloudi, 16 février 2008.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure n° 25 Captures d’écran du vidéo-clip de promotion du projet d’aménagement de la vallée du Bou Regreg
Légende a. S.M. le Roi Mohammed VI le jour de l’inauguration du projet ; b. vue du mausolée Mohammed V ; c. vue de la qasbah des Oudayas ; d. activités nautiques ; e. vue sur l’ancien pont Moulay Al Hassan ; f. cité des potiers de l’Oulja.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure n° 26 Accostage du bateau « le Belem » sur les quais du Bou Regreg
Crédits Cliché  : Hicham Mouloudi, 14 juillet 2012.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/582/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 163k

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable