Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ambitions d’une capitale

 | 
Hicham Mouloudi

Première partie. Les fronts d’eau de Rabat : des marges délaissées devenues territoires de projets

Introduction à la première partie

Texte intégral

1Contrairement à d’autres métropoles européennes telles que Paris, Barcelone, Venise ou Amsterdam, la ville de Rabat a, pendant des décennies, voire des siècles, délaissé son fleuve et son littoral. Durant tout ce temps, ses fronts d’eau ont été considérés comme des repoussoirs et ont servi d’exutoires pour les ordures ménagères et les rejets d’eaux urbaines et industrielles polluées. Jadis, les Marocains savaient tirer parti de la mer grâce notamment à leur rôle d’intermédiaires entre l’Afrique et l’Europe. Mais, à partir du XVIe siècle, la côte devint une zone répulsive à cause des différentes tentatives de colonisation espagnole et portugaise. Ce n’est qu’à partir du XXe siècle que le littoral marocain commença à exercer une attraction sur les hommes et sur les entreprises économiques, à la suite des initiatives du Protectorat français au Maroc (création de la ville de Casablanca, déplacement de la capitale administrative à Rabat, etc.).

2Concernant la ville de Rabat, différentes sources bibliographiques montrent que la bande littorale et la vallée du Bou Regreg n’ont véritablement retenu l’attention des aménageurs qu’à partir de la fin des années 80. Pour les experts en matière d’aménagement et d’urbanisme, ces fronts d’eau ont été volontairement épargnés :

  • 1 D’après un entretien effectué à Paris le 28 mai 2008 avec Jean-Louis Pagès, urbaniste de l’IAURIF, (...)

« La réponse historique sur ces sites-là, c’est de se mettre en recul à la fois par rapport à la mer et par rapport au fleuve. Quand on voit les urbanisations anciennes, elles sont toutes relativement loin de la mer et du fleuve. Les gens avaient senti que c’était dangereux, pas seulement [parce qu’ils représentaient un] danger naturel, mais aussi [un] danger humain. Et donc, on avait en ces endroits-là uniquement des zones fortifiées ou des cimetières qui servaient de zones tampons à l’urbanisation et étaient légèrement reculées par rapport au trait de côte1. »

3C’est pourquoi, encore au début du troisième millénaire, la ville de Rabat n’a pas véritablement occupé ces bords de l’eau, tant falaises sur l’océan que versants ou terrasses fluviales. La concrétisation du projet d’aménagement de la vallée du Bou Regreg marque de ce fait un tournant essentiel dans les rapports entre Rabat et ses fronts d’eau. C’est ce « retournement de situation » que se propose de présenter la première partie de cet ouvrage. En effet, au regard de l’histoire, il s’agit bien d’une rupture dans la construction territoriale de Rabat. Si la reconquête des fronts d’eau traduit manifestement un changement de regard des planificateurs, elle correspond aussi à un changement des « valeurs » que portent ces sites, lesquels représentent désormais un atout en matière d’image et une rente de spécificité qu’il convient de valoriser pour mieux situer Rabat dans la concurrence entre métropoles. Et, conséquence inévitable, ces changements signifient aussi que ces marges urbaines, longtemps délaissées, peuvent être désormais une source de profit à court, moyen et long terme.

4Quels sont alors les nouveaux enjeux du développement de la capitale marocaine ? Pourquoi ce changement de regard ne s’est-il opéré qu’au début des années 2000 ? Et quels sont les acteurs de ce qui s’apparente à une récupération territoriale devant servir de support à des projets d’aménagement urbain de grande envergure ?

Notes

1 D’après un entretien effectué à Paris le 28 mai 2008 avec Jean-Louis Pagès, urbaniste de l’IAURIF, ex-chef de projet des études relatives à l’aménagement de la vallée du Bou Regreg et de la corniche de Rabat.

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable