Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ambitions d’une capitale

 | 
Hicham Mouloudi

Introduction

Texte intégral

  • 1 Le waterfront development est l’appellation anglaise pour désigner les politiques de développement (...)

1Sur le modèle de multiples villes à travers le monde, généralement des capitales ou des métropoles internationales, la capitale marocaine – ou, plus exactement, l’agglomération de Rabat-Salé – sert de cadre à une politique volontariste de waterfront development1. Les projets d’aménagement de la vallée du Bou Regreg et de la corniche de Rabat constituent des exemples emblématiques de cette nouvelle ambition urbaine qui, par de nombreux aspects, s’apparente à une véritable aventure. À travers ces projets, la possibilité est donnée aux architectes et urbanistes de repenser, reformuler et éventuellement reconstruire le rapport de la capitale à l’eau et d’expérimenter des réponses urbanistiques originales, en ce qu’elles peuvent tenter de maximiser les potentialités esthétiques et fonctionnelles des écosystèmes aquatiques. Pour les aménageurs et les responsables politiques, ces projets doivent contribuer au développement des franges maritimes de Rabat, c’est-à-dire de zones qui sont demeurées longtemps à l’écart des évolutions successives qu’a connues la ville et qui, de ce fait, sont confrontées à de sérieux problèmes dont les principaux sont liés à la pollution, à l’importance démographique de quartiers aux constructions vétustes et insalubres ainsi qu’à l’existence de multiples noyaux d’habitat non réglementaire. Pour faire de Rabat une ville au bord de l’eau, une ville qui établirait ainsi de nouveaux rapports avec un environnement devenu attractif et, ce faisant, en mesure de lui conférer une nouvelle identité, il convient donc d’engager la capitale et sa ville jumelle de la rive droite du Bou Regreg dans des projets d’envergure qui soient susceptibles de favoriser des transformations radicales de l’ordre urbain existant et de la société locale.

2Certains chercheurs estiment que ce type de projet s’inscrit dans « les nouvelles dynamiques spatiales et territoriales [qui] affectent aujourd’hui les grandes villes et les agglomérations. Celles-ci se trouvent en effet au cœur de processus de métropolisation et de globalisation qui les placent en situation de concurrence interurbaine » (M. Sibertin-Blanc et D. Chevalier, 2006, p. 175). Dans cette compétitivité territoriale qui se généralise à toutes les échelles spatiales (nationale, méditerranéenne, internationale), les fronts d’eau deviennent des éléments centraux des politiques urbaines grâce à la plus-value incontestable qu’ils peuvent apporter aux territoires où ils se situent – en termes de nouvelles sur faces urbanisables, de nouvelles activités localisables, d’images de dynamisme et de modernité, etc. Force est cependant de constater que dans un pays comme le Maroc – mais cela est également vrai en Algérie et en Tunisie, pour nous en tenir au cadre maghrébin – ces projets traduisent « un processus qui vient répondre en miroir – avec un certain nombre de convergences et de décalages – aux projets que ce soit à Marseille (projet Euroméditerranée), à Barcelone (Port Vell, Villa Olimpica, Besos/Forum) [,] ou à Athènes (projets liés aux Jeux olympiques de 2004) » (P.A. Barthel, 2008a, p. 25).

3Cependant, jusqu’au début du XXIe siècle, les fronts d’eau de Rabat n’étaient pas encore aménagés. Les projets en cours marquent ainsi un tournant très important et très significatif dans l’évolution des rapports établis entre Rabat et son environnement aquatique. Pour concrétiser ces projets, le Roi Mohammed VI est intervenu personnellement en exprimant à plusieurs reprises sa ferme volonté de faire en sorte que la capitale marocaine rivalise dignement avec les autres capitales ou métropoles méditerranéennes. De même, en faisant appel et en favorisant l’implication d’investisseurs provenant des pays du Golfe et, particulièrement, celle de groupes émiratis, la volonté royale n’en est pas restée au stade des intentions, mais elle s’est efforcée de se concrétiser dans des projets répondant aux objectifs affichés et dans la mise en place d’institutions et/ou d’opérateurs d’aménagement capables de faire de ces ambitions une réalité.

4À l’échelle du Maghreb dans son ensemble, M. Chabbi (2008a, p. 10) affirme que « les grands projets urbains sont devenus des éléments d’actualité à partir de 2006, année consacrée aux négociations entre les investisseurs du Golfe et les États maghrébins en Algérie, au Maroc et en Tunisie. En 2007, des accords ont été signés portant sur la réalisation de sept grands projets au Maroc, cinq en Algérie et quatre en Tunisie. Ces projets urbains se distinguent par leur gigantisme et l’importance de leurs coûts, les investissements [prévus] totalisant près de 70 à 80 milliards de dollars ». Plus précisément au Maroc, on a commencé à évoquer les projets de fronts d’eau dans la première moitié des années 2000. Ils constituent depuis lors un élément-clé du discours sur la ville, en même temps que, dès qu’ils commencent à se concrétiser, ils en marquent emblématiquement ses paysages.

  • 2 La superficie exacte couverte par le projet est de 5 750 ha, dont 1 600 relèvent de la ville de Rab (...)

5Les programmes qui les explicitent et les développent reflètent leur ampleur et leur dimension exceptionnelles. Celui du Bou Regreg est situé au cœur de l’agglomération de Rabat-Salé. Son périmètre d’aménagement s’étend sur environ 6 000 hectares2, ce qui est considérable puisque cette superficie représente la moitié de la zone urbaine de l’agglomération, soit, grosso modo, 5 000 hectares côté Rabat et 4 000 hectares côté Salé (voir ci-dessous la figure n° 1). Le montant de l’investissement prévu pour être affecté à ce projet est estimé à environ 4 milliards de dollars pour les deux seules premières séquences (actuellement en cours d’aménagement), étant entendu qu’il en est programmé six (Bab Al Bahr, Assahat Al Kabira, Kasbat Abi Raqraq, Sahrij El Oued, El Manzah Al Kabir et Bouhayrat As Sehoul). Ce projet d’aménagement de la vallée du Bou Regreg et de ses rives s’accompagne d’autres opérations lourdes et coûteuses : dépollution du fleuve, mise en valeur de monuments historiques, réhabilitation de constructions insalubres et restructuration de quartiers d’habitat non réglementaire, réalisation de zones résidentielles de haut et moyen standing, d’équipements touristiques, culturels et de loisirs (marina, Cité des arts et métiers, jardins suspendus, etc.). Il comporte enfin le lancement de grands travaux d’infrastructure, dont la réalisation est en mesure de transformer la totalité de l’organisation spatiale de l’agglomération de Rabat-Salé (ligne de tramway reliant Salé et Rabat, pont sur le Bou Regreg, tunnel sous les Oudayas, marina, port de pêche, etc.).

6Le projet de la corniche de Rabat couvre, quant à lui, une superficie singulièrement plus restreinte, de seulement 330 hectares. Il occupe une zone qui s’étend sur 13 kilomètres le long du littoral atlantique, depuis le cimetière des Martyres « Achouhada » (dans l’arrondissement de Rabat-Hassan) jusqu’à la commune de Harhoura (relevant de la préfecture de Skhirat-Témara) (figure n° 1). L’enveloppe financière prévue s’élève à 3,4 milliards de dollars. Ce projet prévoit notamment la construction de 9 zones résidentielles de haut standing, de 3 hôtels, d’un centre de conférences, d’une salle de concert, d’un institut d’art dramatique ainsi que d’espaces polyvalents dont la plupart devraient être occupés par des bureaux, des centres commerciaux et des lieux de loisirs disposés autour d’une marina.

Figure n° 1 Délimitation des périmètres des projets d’aménagement de la vallée du Bou Regreg et de la corniche de Rabat

Figure n° 1 Délimitation des périmètres des projets d’aménagement de la vallée du Bou Regreg et de la corniche de Rabat

7Notre interrogation principale consiste à comprendre pourquoi et comment les acteurs responsables du devenir et du développement de la ville de Rabat ont réintroduit la vallée du Bou Regreg et le littoral atlantique qui frange le périmètre municipal dans leurs politiques d’aménagement, pourquoi ils les ont institués comme des enjeux urbains de première importance, alors que, jusqu’à présent, la ville avait systématiquement tourné le dos aussi bien à la mer qu’au fleuve. Quelles logiques d’acteurs prévalent-elles dans les modalités de conception et de mise en œuvre de ces projets ? Dans quelle mesure ces « mégaprojets », très médiatisés, financés en partie par des capitaux étrangers et très influencés par des modèles urbanistiques, architecturaux, de marketing, de montages technico-financiers largement inspirés de l’Occident et /ou des pays du Golfe, contribuent-ils à conserver ou au contraire à bouleverser les règles du jeu de la fabrication urbaine locale ? Pour nous, étudier de tels projets constituait, en définitive, un moyen pour mieux comprendre comment se fabrique la ville – ou, à tout le moins, certains morceaux, certains fragments, de ville – dans le Maroc du XXIe siècle.

8Nous partons de l’hypothèse générale selon laquelle les projets des fronts d’eau de Rabat et de Salé marquent une rupture fondamentale avec le passé. Ils inaugurent en effet une nouvelle phase dans les relations existant entre Rabat et Salé, d’un côté, leur environnement aquatique, marin et fluvial, de l’autre. Ce moment nouveau coïncide avec l’émergence d’un « urbanisme de projet », dont la philosophie, les principes, les objectifs et les modalités de mise en œuvre diffèrent sensiblement, voire s’opposent à ceux de l’urbanisme « classique ». L’une des principales expressions de cette différence réside dans le fait que nombre de mesures, de procédures, de règlements liés ou découlant de ces projets dérogent aux règles établies en matière d’urbanisme. Une autre, non moins importante même si elle est d’une autre nature que la précédente, tient à ce que la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre y sont relativement externalisées, même si elles demeurent sous contrôle public. Nous nous interrogerons alors sur la question de savoir si la nouvelle répartition des pouvoirs qui résulte de cette externalisation et la très grande liberté désormais laissée aux responsables de ces projets de respecter ou non le droit de l’urbanisme ont sensiblement modifié le fonctionnement du système d’acteurs. Ces changements n’ont- ils pas contribué à vider de leur sens (et de leurs finalités) les négociations que la réalisation de ces projets ne devrait pas manquer de provoquer entre maîtres d’ouvrage, élus, associations et habitants ? En principe, l’urbanisme de projet devrait favoriser la participation de tous les intéressés, y compris les « citadins ordinaires », à tous les stades des projets considérés, et elle devrait s’effectuer sous des formes très variées. Or, plusieurs réactions de la part des acteurs locaux concernés invitent à étudier avec attention la façon dont le maître d’ouvrage envisage son rapport à ceux qui sont concernés et, le plus souvent, affectés par les projets. C’est le cas des récriminations des élus de Salé lors des réunions du conseil communal de leur ville tenues pour débattre du Plan d’aménagement spécial de la vallée du Bou Regreg et des nombreuses réserves et oppositions franches formulées à l’encontre de ce projet par les habitants de la même ville à l’occasion de l’enquête publique lancée en vue de son adoption. C’est le cas aussi des mobilisations puissantes réalisées par des collectifs d’associations de résidents à propos de l’installation d’une station de prétraitement des eaux usées sur la corniche de Rabat et de celles, plus corporatives, conduites par les pêcheurs ou les barcassiers travaillant sur le fleuve. Il s’agit donc en quelque sorte de nous interroger sur les formes de relations – et de gouvernance – que le maître d’ouvrage établit avec tous ceux qui constituent son environnement social.

9S’il est relativement facile d’étudier a posteriori les conséquences spatiales d’un projet d’aménagement, l’analyse fine du projet en lui-même pendant le temps où il se fait est une tâche nettement plus compliquée, en particulier lorsque l’on veut élucider sa conception et les objectifs des donneurs d’ordres, identifier les principaux arbitrages qui accompagnent son avancement et comprendre l’origine des conflits qui ne manquent jamais d’opposer les principaux acteurs, y compris institutionnels, engagés dans des entreprises de cette ampleur. En effet, « les difficultés d’approche de cet objet, a priori très technique, dues à l’importance des enjeux (économiques, fonciers, sociaux, symboliques, esthétiques, de sécurité, d’hypothèque d’un avenir...), à la diversité des acteurs impliqués, des techniques et des disciplines d’appui nécessaires, à la multiplicité des décisions à prendre [...] sont [pourtant devenues] […] bien réelles » (M. Chiappero, 2000, p. 349).

10Si le projet du Bou Regreg en est arrivé aujourd’hui (fin 2012) à un stade de réalisation relativement avancé, le sort de celui de la corniche demeure plutôt incertain. À vrai dire, ni pour l’un ni pour l’autre les montages financiers ne sont définitivement bouclés, étant entendu que le devenir du second apparaît assez compromis. Il serait vain de chercher à cacher combien ces incertitudes ont lourdement pesé sur notre recherche, l’ont rendue plus difficile à mener et en fragilisent – au moins partiellement – les résultats. Mais, pour nous donner de bonnes raisons de maintenir le cap et ne pas céder au découragement, nous nous sommes souvent référé à cette position de P. Signoles selon lequel « l’analyse des modes de faire est aussi importante que celle des résultats des actions en cours » (P. Signoles, 1999) ; posture que, en son temps, P.A. Barthel (2003) avait déjà fait sienne lorsqu’il préparait sa thèse de doctorat sur les projets d’aménagement concernant les lacs de Tunis.

  • 3 Le projet urbain de la Plaine-Saint-Denis consiste à aménager un grand secteur de friches industrie (...)

11Appliquant son propos à un projet urbain français de grande importance, en l’occurrence la Plaine -Saint- Denis3, Christian Devillers (1998, p. 39) rappelle qu’« un projet urbain, particulièrement de cette ampleur, ne se réalise pas sans qu’on s’en donne sérieusement les moyens : moyens en études, qui ne peuvent être réduits à la prestation de quelques architectes ou urbanistes aussi éclairés soient-ils, mais moyens aussi institutionnels ; car un projet de cette envergure nécessite la mise en place d’institutions capables de porter le projet à terme, c’est-à-dire pendant trente ou quarante ans ». Avant de se focaliser sur les structures opérationnelles créées pour réaliser les projets de fronts d’eau, la récurrence de la notion de « projet urbain » dans le discours officiel des aménageurs nous incite d’abord à apporter un éclairage sur le(s) sens que lui attribuent les différents acteurs auxquels nous avons affaire, qu’ils relèvent du niveau central ou du niveau local, de la sphère institutionnelle ou de celle non institutionnelle. En vérité, si connaître ce (ou ces) sens donné (s) à la notion par les différents acteurs est un impératif pour nous, il nous importe plus encore de vérifier s’il(s) demeure(nt) de l’ordre du discours ou s’il(s) se traduit(sent) véritablement dans l’action concrète – et, en ce cas, dans quelle mesure et sous quelle(s) forme(s). Tant il est vrai que de multiples études antérieures ont clairement montré que la production de l’espace urbain procède presque toujours d’un rapport de forces – certes généralement inégales – entre des habitants, organisés ou non, agissant individuellement ou collectivement , des organisations de divers ordres (syndicats, corporations, associations, etc.) et des institutions publiques qui, y compris lorsqu’elles sont des composantes du même État, voire relèvent d’un même ministère, peuvent n’en défendre pas moins des intérêts divergents. À ce sujet, Pierre Signoles, Galila El Kadi et Rachid Sidi Boumedine (1999, p. 6) insistent sur l’idée que « la ville est enjeu et non simple objet ». Ce sont ces rapports de forces sur les scènes locales, d’une part, et les forces et les faiblesses des acteurs locaux, d’autre part, que notre recherche s’efforcera tout particulièrement de mettre en évidence. Pour nous aider dans notre analyse, nous sommes allé chercher dans différentes disciplines concepts, notions ou méthodes dont nous estimions qu’ils nous permettraient de mieux penser les objets à traiter, de formuler de manière plus précise nos questionnements, de disposer des outils les plus adaptés pour exploiter les matériaux existants ou pour « produire » ceux qui nous faisaient défaut. Le but est de construire une argumentation qui soit la plus rigoureuse possible en restituant avec efficacité la multiplicité des dimensions (politiques, sociales, économiques, spatiales, etc.) dans lesquelles se déploient les stratégies d’acteurs.

  • 4 Pour éviter de lourds développements théoriques et le risque de les proposer hors contexte, nous av (...)

12Pour asseoir les fondements de notre raisonnement, nous allons considérer les projets d’aménagement de la vallée du Bou Regreg et de la corniche de Rabat comme des actions collectives organisées qui visent à fabriquer de nouveaux territoires urbains. Ceci revient donc à placer les systèmes d’action et les stratégies des acteurs au cœur de l’analyse. Notre réflexion se base ainsi surtout sur les concepts et apports théoriques des géographes, urbanistes et architectes, ainsi que sur ceux des sociologues spécialistes de l’étude de l’action organisée et de la négociation et des politologues4.

13Les projets que nous étudions sont le fait de décisions visant à planifier des opérations d’aménagement sur les fronts d’eau de la capitale marocaine. Ils se proposent, ce faisant, de remédier à des problèmes récurrents, notamment de pollution et d’habitat insalubre et/ou irrégulier, tout en anticipant sur les évolutions futures que connaîtront ces espaces. Dans la logique de l’urbanisme de projet, les choix opérationnels, comme la bonne conduite (ou non) des opérations faisant suite à ces choix, relèvent de structures dédiées – ou, si l’on préfère, d’opérateurs spécifiques – étant entendu que, dans le contexte du Maroc – mais les choses seraient peu différentes en Tunisie ou en Algérie – les orientations fondamentales des grands projets relèvent de décisions prises au plus haut niveau, en l’occurrence celui du Roi. Quoi qu’il en soit cependant de ce niveau décisionnel et quoi qu’il en soit également du contrôle quasi permanent exercé par le Cabinet royal sur l’évolution des opérations, tenter de décrypter la manière dont fonctionnent ces sociétés d’aménagement est essentiel pour comprendre la dynamique du système d’acteurs. C’est dans ce but que nous avons fait appel à l’apport théorique de Michel Crozier et Erhard Friedberg, lesquels considèrent que les organisations composent une classe particulière de « systèmes d’action concrets » aux caractéristiques précises.

14L’analyse du fonctionnement des systèmes d’action concrets qui se sont constitués pour concevoir, puis réaliser, ces projets de fronts d’eau de Rabat nécessite, dans un premier temps, d’identifier les acteurs qui les composent et de déterminer les contextes dans lesquels ils ont fonctionné jusqu’à présent et fonctionnent aujourd’hui encore car, selon A. Weinberg (1994), « ces contextes peuvent être des facteurs explicatifs des logiques que les acteurs ont déployées ». Cet auteur précise à ce sujet que « l’analyse de l’action passe par quatre étapes : l’identification des acteurs, la détermination du contexte de l’action, qui n’est rien d’autre que le cadre initial dans lequel interviennent les acteurs, l’étude des plans d’action (la stratégie) et, enfin, le déroulement de l’action ».

15Comme les objectifs et les stratégies des différents acteurs impliqués dans les projets dépendent du jeu des pouvoirs guidant les relations entre eux, nous allons nous focaliser ensuite sur les relations intra- et inter-système(s) mis en place pour la réalisation de ces projets. Ceci devrait nous permettre de déceler comment se manifestent les jeux de pouvoir et les stratégies que les acteurs déploient en vue d’atteindre leurs objectifs. Dans ce « jeu » relationnel, chaque acteur situe son action dans un champ de contraintes, certes d’intensité différente selon chacun, tout en disposant toujours, dans le même temps, d’une marge de liberté, elle aussi variable. C’est là que se place le « jeu », et c’est en fonction de ce rapport entre contraintes et relative liberté que chaque acteur définit et adapte sa stratégie. Pour M. Crozier et E. Friedberg, tout acteur décide et agit en fonction du principe de la rationalité limitée, selon lequel « [il ne cherche pas] à établir la meilleure solution rationnelle » (p. 321) dans l’absolu, mais tend à adopter celle qui lui semble la plus rationnelle « par rapport à des opportunités […] et au contexte qui les définit et, d’autre part, par rapport au comportement des autres acteurs, au parti que ceux-ci prennent au jeu qui s’est établi entre eux » (p. 56). Ces auteurs écrivent ainsi que « les acteurs individuels ou collectifs […] ne peuvent jamais être réduits à des fonctions abstraites et désincarnées. Ce sont des acteurs à part entière qui, à l’intérieur des contraintes souvent très lourdes que leur impose “le système”, disposent d’une marge de liberté qu’ils utilisent de façon stratégique dans leurs interactions avec les autres » (p. 29-30).

16Si l’on s’inscrit tant soit peu dans la démarche de M. Crozier et E. Friedberg, il faut admettre avec ces derniers que « les caractéristiques structurelles d’une organisation délimitent le champ d’exercice des relations de pouvoir entre [leurs] membres et définissent ainsi les conditions auxquelles ceux-ci peuvent négocier les uns avec les autres » (p. 78). Et ces auteurs d’ajouter : « Elles constituent les contraintes qui s’imposent à tous les participants (ibid.). » En conséquence, notre analyse organisationnelle devrait parvenir à préciser la façon dont sont assurés le pilotage et le suivi de la réalisation des projets que nous étudions, à rendre compte des stratégies adoptées et des moyens utilisés pour parvenir aux objectifs fixés, en même temps que, dans le contexte précis des projets d’aménagement de la vallée du Bou Regreg et de la corniche de Rabat, elle devrait permettre de comprendre comment s’effectue le partage des responsabilités entre société d’aménagement publique et intérêts privés.

  • 5 La rhétorique désigne, au sens propre, « l’art de bien parler » ; elle est l’art ou la technique de (...)

17Par ailleurs, dans la mesure où un effort de marketing sans précédent (pour les opérations d’aménagement lancées au Maroc) a été entrepris par les maîtres d’ouvrage pour accompagner la conception et la réalisation de ces projets, une attention particulière sera accordée à cette dimension à travers l’analyse du discours exprimé dans les campagnes de communication dédiées aux projets. Pour déchiffrer ce discours, il convient, indépendamment du fait qu’il s’inscrit dans un contexte d’énonciation que nous devrons préalablement expliciter, d’entreprendre une analyse de la rhétorique5 et de l’argumentaire utilisés pour le rendre le plus per formatif possible. Toutefois, le discours des aménageurs n’est pas toujours transparent – et il n’est donc pas aisé à décrypter – ne serait-ce que parce que sa signification dépasse souvent le sens littéral des mots employés. Force est alors de porter l’attention et l’effort d’analyse sur les représentations que ce discours condense. En effet, comme l’a justement souligné Muriel Rosemberg (1997, p. 11), « il n’y a pas d’emprise matérielle sans prise symbolique ». En vérité, analyser ces discours ne nous éloigne pas du but que nous avons déjà énoncé, à savoir comprendre les jeux d’acteurs, puisque, toujours selon Muriel Rosemberg, « l’étude des représentations, même spatiales, renseigne sur les acteurs, non sur l’espace », ce qui, d’une certaine manière, prolonge la remarque de Roger Brunet (1988, p. 174) considérant que « l’empreinte renseigne sur l’auteur, non sur la matrice ». Pour toutes ces raisons, nous accorderons une grande importance à l’étude de la rhétorique et aux argumentaires utilisés par les maîtres d’ouvrage et les « communicants » qu’ils ont recrutés à leur service pour conduire les campagnes marketing destinées à convaincre du bien -fondé des choix opérés, des modèles urbanistiques et architecturaux retenus et des avantages multiples que les acheteurs potentiels trouveraient à investir dans les « produits » qui leur sont proposés. Il s’agira donc, au fond, de révéler quelles sont les représentations profondes véhiculées par les promoteurs de ces projets.

18L’analyse des projets « par le haut » n’en serait pas moins, à notre sens, incomplète et insuffisante pour parvenir à une bonne compréhension des jeux d’acteurs si elle n’était pas croisée avec celle qui procède à l’exposition puis à l’interprétation des réactions que les projets provoquent et qui se manifestent « par le bas ». Faire ainsi, en tenant les deux bouts de la chaîne, permet de révéler les interactions entre les acteurs privilégiés, d’un côté, et ceux mis à l’écart, de l’autre, dans le processus de conception et de réalisation des projets en question. La perspective de recherche consiste ici à analyser des séquences de négociations – celles du moins pour lesquelles nous avons pu rassembler un minimum d’informations fiables – qui ont réuni les protagonistes autour d’enjeux territoriaux clairement identifiés. En effet, une des modalités d’exercice des relations de pouvoir, du moins au sein des sociétés démocratiques, est la négociation. Par définition, celle-ci est le moyen de régulation et de mise en concordance des intérêts divergents des acteurs afin de les engager dans une action commune. La négociation se concrétise in fine au travers de contrats et de partenariats.

  • 6 Particulièrement ceux de Christophe Dupont (1990), d’Arnaud Stimec (2005), de Jacques Rojot (2006) (...)

19Dans notre cas, la négociation constitue un décrypteur, révélateur des relations de pouvoir[s] qui s’établissent autour d’enjeux territoriaux et qui peuvent prendre, dans certains cas, la forme de tensions aiguës. En ayant recours aux apports des spécialistes des méthodes de négociation6, nous devrions être en mesure de révéler les significations, souvent cachées, qu’ont revêtues les négociations entreprises entre les élus de Salé et le maître d’ouvrage du projet du Bou Regreg, que ce soit par exemple à propos du transfert de certains équipements communaux, ou entre celui-ci et les représentants d’associations et d’habitants de certains quartiers à propos de différentes dispositions du Plan d’aménagement spécial. Ayons bien en tête que des négociations bloquées, des conflits récurrents sont tout aussi intéressants à analyser que les compromis ou arrangements entre les différents acteurs qui concluent positivement d’autres scènes de négociations. Pour ce qui est des scènes qui se sont configurées en rapport avec les deux projets urbains que nous étudions, nous avons surtout retenu pour notre recherche celles qui ont mobilisé des acteurs dont l’activité professionnelle « traditionnelle » s’exerce sur les berges du Bou Regreg, à savoir principalement les marins-pêcheurs et les barcassiers. Ce sont en effet les membres de ces professions qui, par leurs pratiques de l’espace ainsi que par les valeurs qu’ils leur attribuent et celles, par exemple identitaires, qu’ils en tirent eux-mêmes, contribuent à faire de celui-ci un territoire, c’est-à-dire un espace approprié et vivant. Au-delà des discours tenus par les responsables des projets, il conviendra alors de vérifier si les pratiques et activités préexistantes à l’aménagement (pêche, transport des passagers à travers le fleuve, sports et loisirs, etc.) sont réellement prises en considération par les opérateurs de l’aménagement, ou si, plutôt perçues comme gênantes, elles sont destinées à être supprimées ou transférées sans que jamais leur devenir n’ait été véritablement exposé aux principaux intéressés. Il nous faudra donc repérer les non-dits au cours des négociations conduites avec ces acteurs qui sont des utilisateurs du fleuve ou du littoral et nous interroger pour savoir si elles sont plutôt intégratrices ou au contraire plutôt sélectives.

20Une autre dimension des projets mérite que nous lui accordions un grand intérêt. Elle concerne la place réservée aux habitants en général – bien au-delà, donc, de ceux qui ne font qu’avoir des usages ou des pratiques du fleuve – et, plus particulièrement, celle consacrée à ceux qui résident dans le périmètre des projets. En effet, comme l’a souligné Christelle Robin (2000, p. 119), « les principaux acteurs du projet urbain doivent être de droit et de fait les habitants de la ville elle-même ». Les principes généraux de l’urbanisme de projet, de même, d’ailleurs, que ceux encore plus généraux d’une « bonne gouvernance », voudraient que ces habitants soient associés aux projets dès leur phase de conception, qu’ils soient tenus informés régulièrement de leur avancement, qu’ils puissent inférer sur les options soit directement, soit par l’intermédiaire de leurs élus ou de leurs associations. Et, bien entendu, au-delà de l’information dont ils sont éventuellement les réceptacles, au-delà de l’écoute qui devrait être prêtée à leurs réclamations, au-delà des compromis qui peuvent être établis suite à leurs mobilisations, l’essentiel, pour notre travail, consiste à déterminer ce que le maître d’ouvrage en retient et dans quelle(s) mesure(s) cette éventuelle prise en compte est susceptible de lui faire modifier son projet.

21En retenant cette dimension du sujet, nous visons à mettre en lumière le rôle des « citadins ordinaires » dans la production de l’espace. Nous nous inscrivons en cela dans la continuité des travaux initiés notamment, du moins pour les pays du Maghreb et du Moyen-Orient, par des sociologues et des géographes qui ont affirmé avec force que ces « citadins ordinaires » disposaient de compétences multiformes (d’organisation, langagières, spatiales, etc.) et qui se sont intéressés à la question des moyens d’action dont ils disposent pour faire face au changement urbain. Parmi les travaux essentiels sur le sujet, nous pouvons citer ceux de Françoise Navez-Bouchanine (2002, 2003), d’Isabelle Berry-Chikhaoui (2000, 2005), d’Agnès Deboulet (2000), de Bénédicte Florin (2008) ou encore ceux d’Aziz Iraki (2003, 2009). Tous ces auteurs ont montré qu’il existait une grande diversité de procédés et de tactiques utilisés par les habitants des quartiers populaires, non réglementaires et/ou sous-équipés pour organiser leurs mobilisations, formuler leurs revendications, par venir à communiquer sur leurs luttes, contraindre les autorités à la négociation et conduire celle-ci. Bien entendu, les résultats de ces actions/négociations sont éminemment variables selon les contextes, les capacités mobilisatrices et organisationnelles des intéressés et, surtout, les rapports de forces institués avec leurs interlocuteurs officiels.

22À l’instar de ces travaux, nous allons utiliser les termes de « mobilisation » et d’« action collective » pour qualifier les réactions des populations quand elles expriment leur mécontentement ou leur opposition à un projet d’aménagement urbain. Selon le Petit Larousse illustré (2000, p. 659), la mobilisation est l’« action de mettre en jeu des forces (ressources), d’y faire appel, de les réunir en vue d’une action commune ». Quant à l’action collective, elle est utilisée ici selon la définition qu’en donne Olivier Fillieule (1993, p. 9), c’est-à-dire « toute action concertée (en faveur d’une chose) de un ou de plusieurs groupes cherchant à faire triompher des fins partagées, qu’elles soient de préservation ou de transformation de l’existant, hors des canaux institués de concertation et de représentations des intérêts ».

23Dans les projets d’aménagement étudiés, nous avons parfois constaté qu’entre le moment où une décision était prise et celui où elle commençait à connaître un début d’application concrète sur le terrain, un certain nombre d’individus, agissant seuls ou en groupes, ou encore par l’intermédiaire d’avocats ou d’associations, étaient en mesure de contester les décisions prises et de s’opposer au processus engagé en se mobilisant pour s’opposer aux premières ou entraver le second. Les situations de conflits nés à l’occasion d’opérations d’aménagement, telles que celles que nous avons pu constater et étudier, mettent donc en scène des mobilisations habitantes et/ ou des actions collectives. Tant les unes que les autres peuvent donner lieu à des moments de « concertation » susceptibles, selon les circonstances, soit de déboucher sur des arrangements ou des compromis, soit de conduire, à l’inverse, à des situations de tensions encore plus exacerbées.

24À propos de ces situations de conflits, nous mènerons l’analyse sur quelques cas dont chacun correspond à un système d’acteurs particulier et à des relations entre eux assez spécifiques. Toutefois, les situations en question n’ont pas été choisies par nous parce qu’elles correspondraient à un type bien précis que nous aurions identifié parmi les multiples conflits dont nous avions connaissance, mais plus simplement parce que ce sont celles que nous avons pu documenter de la manière (relativement) la plus complète. Le premier cas étudié a trait à la réalisation d’une station de prétraitement des eaux usées dont la localisation était programmée en plein cœur de la corniche, ce qui n’a pas manqué de susciter l’opposition ferme des habitants et des associations dont ils étaient adhérents. La constitution d’un collectif d’associations autour d’un programme commun de défense des riverains puis la manière dont ce collectif est parvenu à faire connaître sa lutte au-delà du cadre étroit des quartiers concernés jusqu’à aboutir à l’abandon par l’aménageur du site envisagé constitueront les points centraux de notre analyse. La deuxième situation que nous avons retenue a nécessité de notre part un lourd travail de dépouillement et la réalisation de nombreux entretiens complémentaires. Elle concerne la détermination des effets de l’enquête publique ouverte à l’occasion du processus d’approbation du Plan d’aménagement spécial (PAS) de la vallée du Bou Regreg. Parallèlement à cette enquête, à laquelle de très nombreux citadins ont participé en faisant part de leur avis – plus souvent des oppositions et des réserves que des approbations ! – ont été organisées des séances des conseils municipaux concernés (ceux de Rabat et de Salé) aux fins d’approbation du document soumis à l’enquête. Au cours de ces séances, les élus eurent la possibilité d’interpeller, parfois véhémentement, le directeur de l’Agence pour l’aménagement de la vallée du Bou Regreg. Dans ce contexte assez tendu – dont nous avons été assez souvent un observateur direct – il nous est apparu que les jeux d’acteurs que nous constations, d’une part, renvoyaient presque automatiquement au cadre théâtral proposé par Erving Goffman (1991) et se prêtaient, d’autre part, à un décodage mettant en œuvre la théorie de la justification élaborée par Luc Boltanski et Laurent Thévenot (1991). En effet, d’un côté, l’analogie avec le théâtre favorise le dévoilement des rôles que jouent les acteurs présents sur cette scène qui se met en place autour de l’enquête publique et permet, par exemple, de distinguer, lors des sessions des conseils municipaux, les participants « actifs » et les participants « passifs ». Et, d’un autre côté, le recours à la théorie de la justification fournit des clés efficaces d’interprétation des discours que livrent les acteurs (élus, maître d’ouvrage ou habitants) pour rendre compte de leurs actions et expliquer – justifier – leurs décisions dès lors que la possibilité leur en est offerte.

25Force nous est cependant faite de souligner à ce propos que si le recours aux apports de disciplines autres que celles dominantes dans notre travail (géographie, aménagement, urbanisme) nous a été indispensable ne serait-ce que pour aborder le sujet en termes d’acteurs, il l’a surtout été pour affiner nos instruments d’analyse et élargir ipso facto le champ de la lecture géographique. Il ne nous en importe pas moins de signaler – sans que cela veuille constituer une excuse – les grandes difficultés qui en découlent pour un chercheur pas nécessairement très au fait, au commencement de sa recherche, des débats théoriques qui prévalent dans telle ou telle discipline. À l’effort que nécessite cette implication dans des « mondes » scientifiquement souvent méconnus et au peu de temps que la préparation d’un travail académique laisse pour s’approprier et laisser mûrir ces nouvelles connaissances s’ajoute la difficulté qu’impliquent le réajustement permanent et la reformulation régulière de la problématique de la recherche au fur et à mesure de l’intégration de tous ces apports, sans parler des effets inévitables que ces évolutions ont sur les méthodes à mettre en œuvre.

  • 7 Tous les documents consultés sont consignés dans les références bibliographiques.

26Sur un plan « technique », entendons par là un plan essentiellement documentaire, notre recherche repose sur la colle c te aussi large que possible des documents disponibles, la réalisation d’entretiens semi-directifs avec un relativement grand nombre d’acteurs, de différents types et de différents statuts, ainsi que sur l’analyse des discours à partir de sources orales, textuelles et iconographiques. Le corpus de sources que nous avons utilisées dans notre travail se partage en deux grands ensembles. Le premier est constitué de documents textuels et iconographiques. On peut y distinguer des documents techniques, parmi lesquels on compte les études d’aménagement du territoire (SOFA, SRAT, etc.), les documents d’urbanisme (SDAU, PA, PAS, etc.) et les rapports techniques réalisés par des bureaux d’études techniques (BET) spécialisés ou par des institutions ou organismes nationaux ou internationaux. L’utilisation de ce type de document doit nous aider à saisir comment sont formulés les objectifs qui ont justifié la décision de lancer les projets d’aménagement de la vallée du Bou Regreg et de la corniche de Rabat ainsi qu’à identifier à quels enjeux ces mêmes projets correspondent aux différentes échelles spatiales envisagées (locale, métropolitaine, régionale, nationale, internationale). Outre ces documents, nous avons eu recours, dans la limite de ce à quoi nous avons pu accéder ou nous procurer, à différentes pièces administratives, du type rapports ou procès-verbaux de réunions de commissions techniques, comptes rendus de sessions de conseils communaux, etc. Compte tenu de la rareté de l’information officielle, en particulier sur tous les thèmes qui prêtent à débat ou à contestation, nous avons fait un assez grand usage des articles de presse, tant de ceux qui sont de pure information que de ceux qui reproduisent des interviews des personnalités en charge ou directement concernées par les projets ou, encore, de ceux qui relaient les pétitions, annonces de sit-in et autres expressions des réactions des habitants ou de leurs associations. Enfin, tout le matériel dit de « communication » – mais il s’agit souvent, purement et simplement, de produits publicitaires – émanant des sociétés d’aménagement et des agences spécialisées qui les conseillent ou en relaient l’action en direction des usagers/clients a fait l’objet d’une quête (et d’une collecte) assez systématique. Les plaquettes, mais aussi les ouvrages, CD ou DVD ainsi rassemblés ont donné lieu à une analyse fine de leur contenu, en tant que celui-ci permet de dévoiler, souvent mieux que le discours « officiel », les finalités de l’action des opérateurs institutionnels7.

  • 8 Importance et intérêt qui ne se sont, évidemment, révélés qu’après que ces « événements » eurent li (...)

27Compte tenu de nos objectifs, dont le principal est de décrypter les jeux d’acteurs, ces sources, quelque utiles qu’elles soient, s’avèrent généralement insuffisantes – et frustrantes, tant leur langage est codé et tant elles s’efforcent toujours de camoufler les objectifs réels des opérations dont elles parlent. Pour surmonter, au moins partiellement, cette difficulté, nous avons profité des opportunités qui s’offraient à nous pour être un observateur attentif d’« événements », dont certains ont revêtu une très grande importance et un grand intérêt pour nous8. La première occasion qui nous fut donnée fut d’assister aux réunions des conseils communaux de Rabat et de Salé consacrées à la discussion du projet de PAS du Bou Regreg dans le cadre de la procédure de l’enquête publique ; à cette occasion, nous avons pu entendre les inter ventions des élus, mais aussi voir leurs attitudes et comportements, faire de même pour les réponses du directeur de l’Agence du Bou Regreg, en même temps que nous notions les réactions du public qui assistait aux séances. Nous avons également assisté à deux rencontres parmi les huit organisées par l’Association Bou Regreg dans le cadre des « Chantiers du Bou Regreg », chacune de ces rencontres ayant pour objet une thématique particulière du projet d’aménagement.

28Notre seconde grande source d’informations, et sans doute la plus décisive pour parvenir à cerner les stratégies des acteurs impliqués dans les projets, est constituée par les nombreux entretiens que nous avons réalisés durant les six années qu’a duré notre recherche. Il s’est agi presque toujours d’entretiens semi-directifs, c’est-à-dire constitués de questions relativement « ouvertes » dont l’objectif consistait à « faire produire » du discours, de la manière la plus libre possible, à nos divers interlocuteurs, étant entendu que nos interventions se limitaient essentiellement à lancer le débat autour de certains thèmes et à inciter le locuteur à recadrer son discours lorsqu’il tendait à s’en éloigner. Si l’on s’en tient aux thèmes que l’on peut appeler généraux, nous nous sommes directement inspirés des conseils méthodologiques que fournissent M. Crozier et E. Friedberg dans l’Annexe qui clôture leur ouvrage, l’Acteur et le système (1977, p. 451-478). Ce sont les suivants :

  • les activités de l’acteur dans le processus d’aménagement des deux projets, les ressources dont il dispose ainsi que les contraintes qui limitent sa marge d’action ;

  • ses relations avec les autres acteurs du projet (affinités, conflit, compromis, etc.) ;

  • l’évaluation qu’il fait de son rôle et de celui des autres (déception ou satisfaction).

29À partir de tous les matériaux que nous avons collectés, nous avons cherché – autant que faire se pouvait – à recouper les informations, ce qui nécessite d’éclairer une source par une ou plusieurs autres, tout en mettant en évidence les éventuels décalages, voire les contradictions, qui peuvent se faire jour entre ces différents documents ou matériaux réunis par nos soins. Ceci nous a aidé à reconstituer les stratégies des différents acteurs en situation, particulièrement en ce qu’elles participent des dynamiques territoriales. Cette entreprise de reconstitution est toujours délicate, surtout pour ce qui concerne les acteurs institutionnels, pris que nous sommes entre des discours « langue de bois », d’autres de pure légitimation, d’autres encore d’autosatisfaction ou de quasi-promotion commerciale.

30Le constat qui précède nous conduit à faire part, pour terminer cette introduction, d’un réel regret quant à la manière dont se sont déroulées nos relations avec les responsables administratifs, les opérateurs d’aménagement en particulier. Nous ne le faisons pas pour justifier les insuffisances de notre travail, insuffisances dont nous sommes seul responsable, mais pour signifier qu’il y a encore du travail à accomplir pour que la recherche en sciences sociales soit considérée à sa juste valeur au Maroc et que les jeunes chercheurs ne soient pas l’objet d’une ironie condescendante, si ce n’est d’un mépris qui ne se donne même pas la peine de se camoufler. En effet, malgré les discours récurrents sur la démocratie, la concertation, la participation et l’indispensable transparence, le nécessaire « secret » est opposé en permanence au chercheur qui veut accéder à certaines sources, dont la plupart n’ont pourtant aucun caractère stratégique, du moins en principe, sauf à vouloir cacher des pratiques inavouables. On veut bien comprendre que le pourquoi et le comment de certaines décisions impliquant les plus hautes sphères de l’État, ou ayant une dimension diplomatique ou de grosses incidences financières, ne soient pas divulgués sur la place publique. Mais au nom de quoi des documents tels que les plans détaillés des projets d’aménagement, leurs différentes variantes, les conventions établies entre les opérateurs et les cabinets d’architectes ou d’urbanistes, les comptes- rendus de réunions techniques ne sont-ils pas accessibles ? Pourquoi, pour les consulter, faut-il emprunter un rude, et toujours long, parcours du combattant ? Mais ces difficultés ne sont rien en comparaison de l’obstination qu’il faut mettre en œuvre pour rencontrer les hauts responsables. Et quand on parvient enfin à ceux-ci, force est de constater qu’ils ne déploient pas beaucoup d’efforts pour essayer de comprendre les finalités d’un travail de recherche qui, il est vrai, s’inscrit hors de toute logique de commande. S’il y a des pays où des responsables d’institutions comparables, aussi occupés soient-ils que leurs homologues marocains, considèrent de leur devoir d’accorder un peu d’attention à ceux qui sont engagés dans des parcours de formation, en particulier quand ils conduisent une recherche sur les projets qui sont du ressort de l’institution en question, il nous faut reconnaître que, pour notre part, nous n’avons jamais, en six ans de recherche, rencontré un responsable marocain haut placé qui ait manifesté un comportement de ce type. À vrai dire, le contexte institutionnel et politique national se prête fort mal à l’investissement de jeunes chercheurs dans la recherche universitaire en aménagement et en urbanisme.

31Pour répondre aux différents objectifs que nous nous sommes fixés, nous avons organisé la présentation de notre ouvrage en trois parties et en sept chapitres. Si un certain déséquilibre peut être repéré au niveau de la deuxième partie – elle est sensiblement plus courte que les deux autres –, c’est essentiellement parce qu’elle a surtout pour objet l’analyse des décisions et des choix d’aménagement en nous plaçant du point de vue de l’opérateur et que, comme nous avons déjà eu l’occasion de le signaler, c’est là que la collecte de l’information a rencontré le plus de difficultés. La brièveté, ou le caractère trop allusif, de certains développements résulte donc plus de ce manque de matériaux que d’un choix délibéré de notre part d’occulter tel ou tel point délicat.

32La première partie se propose de montrer comment les fronts d’eau de Rabat, longtemps marges délaissées, sont devenus des territoires de projets. Ce « retournement de situation », qui exprime une rupture fondamentale, matérielle et symbolique, engage Rabat dans une nouvelle phase de la construction de son espace urbain et de son territoire municipal. Pour en traiter, nous privilégierons trois entrées. En premier lieu (chapitre 1), nous rappellerons, à partir de sources historiques et de travaux de recherche existants, comment ces fronts d’eau ont été appréhendés à différentes périodes de l’histoire de la ville et les raisons pour lesquelles ils ont été, globalement, délaissés. Cette « lecture » à caractère plutôt historique a constitué pour nous un exercice indispensable, à l’occasion duquel nous avons partagé la conception de Marcel Roncayolo (1996, p. 67) quand il écrit que la compréhension de « l’espace renvoie au temps ». Dans une seconde étape, nous présenterons le contexte international et national dans lequel s’inscrit la valorisation (ou la revalorisation, c’est selon les cas) des fronts d’eau des capitales ou métropoles mondiales. Il s’est agi de rappeler que ce qui se passait à Rabat n’était rien d’autre qu’une sorte de décalque assez tardif de projets qui ont fleuri par dizaines un peu partout à travers le monde (chapitre 2). Pour autant, on ne peut négliger de chercher à déterminer quelles sont les spécificités des projets de la capitale marocaine : quels en sont les enjeux ? Quelles fonctions doivent-ils remplir aux différentes échelles spatiales où l’on en espère des effets ? Quels sont les acteurs « pionniers », autrement dit ceux qui ont été chargés d’impulser les projets et de les porter envers et contre tout, et ceux qui, du seul fait des pouvoirs exceptionnels accordés aux premiers, se trouvent relégués au second plan ? Les montages institutionnels que la réussite de projets aussi ambitieux exige inaugurent-ils une autre manière de fabriquer la ville ? Témoignent-ils d’un nouvel urbanisme ? Et si oui, en quoi ce dernier se distingue-t-il des manières que l’on pourrait appeler « classiques » de faire de l’urbanisme – qui correspondent à ce que l’on nomme l’urbanisme réglementaire – et comment se situe -t-il par rapport aux lois et règlements qui encadrent cette dernière manière de faire ? Dans un troisième temps, nous avons mis l’accent, pour rendre compte de la volonté des autorités de mettre en place un système d’action per formatif, sur l’internationalisation de la maîtrise d’œuvre urbaine et sur le recours systématique, par celle-ci, à des cabinets spécialisés – et quasi toujours étrangers – de consultants (chapitre 3). Cela procède sans doute des ambitions tout à fait exceptionnelles des projets étudiés, particulièrement de celui du Bou Regreg, qui vise par exemple à contribuer à une restructuration complète de l’organisation urbaine de l’agglomération de Rabat-Salé. Mais cela exprime surtout la volonté de proposer, pour la capitale du pays, une image moderne, ouverte, de richesse, qui doit se manifester d’abord dans la production architecturale et l’image que le projet lui-même veut donner à voir au travers de ses manifestations urbanistiques. Au-delà des noms des grands architectes mobilisés, au-delà des discours sur l’importance de la durabilité ou celle de la protection de l’environnement, on s’intéressera aux représentations que les projets véhiculent, aux référentiels utilisés pour justifier des choix d’aménagement, à la façon dont les écosystèmes sont considérés et traités, etc. On conviendra alors qu’il était logique que nous accordions une grande attention à la dimension idéelle de ces projets, autrement dit aux images et valeurs que leurs concepteurs cherchent à véhiculer au travers d’eux (à travers, par exemple, les plans, les maquettes, les matériaux utilisés, le traitement des façades, etc.), à celles que les sociétés de commercialisation veulent diffuser (au travers de leurs campagnes marketing ou publicitaires) et, enfin, aux représentations que s’en forgent les utilisateurs, acheteurs, pratiquants occasionnels ou réguliers des espaces publics proposés par les projets ou simples habitants de Rabat ou de Salé.

33Une fois décrit le nouveau système d’acteurs et positionnés en son sein les principaux protagonistes, les pouvoirs de chacun ayant été précisés et les rapports de force établis entre eux pouvant être subodorés, la deuxième partie de notre ouvrage propose de mettre l’accent sur les interactions au sein de ce système – non plus interactions ou rapports de force potentiels, mais celles ou ceux qui sont révélés par les décisions prises ou les actions conduites. Lors de cette analyse, à l’occasion de laquelle les responsables des sociétés d’aménagement apparaissent comme les véritables chefs d’orchestre, nous insisterons sur les réactions des acteurs sociaux marginalisés, qu’il s’agisse des élus ou des associations émanant de la société civile (chapitre 4). Cette « marginalisation » ne peut manquer d’interroger l’observateur dans la mesure où elle se produit à un moment où le Maroc est déjà bien engagé dans un processus de transition politique et que de nouveaux « maîtres mots » sont désormais devenus d’un emploi routinier, tels que ceux de décentralisation – même si celui de déconcentration nous semblerait plus approprié, de renforcement des pouvoirs des conseils communaux, de participation, de concertation, de valorisation de l’expression de la société civile, etc. Les raisons de la mise à l’écart (même si celle-ci est relative) des instances qui, en principe, devraient constituer les partenaires prioritaires des opérateurs de projets nous semblent donc mériter une réflexion sérieuse. Et ce d’autant que si, en certains cas, ceux qui sont volontairement « mis de côté » protestent, parfois avec force et en utilisant tous les moyens, même limités, à leur disposition, d’autres semblent accepter sans barguigner un état de fait qui les ravale au rang de simple spectateur, alors pour tant qu’ils ont perdu tout droit sur une partie du territoire communal dont ils ont en principe la responsabilité ! D’autres, parmi les protagonistes des projets, ont un sort encore moins enviable en ce qu’ils apparaissent, à l’examen du déroulement des opérations, comme des oubliés des négociations (chapitre 5). Cela est le fait tant de ceux dont les activités professionnelles sont liées à la mer ou au fleuve (pêcheurs et barcassiers) – populations à la fois relativement peu nombreuses, mais pauvres – que des habitants qui vivent ou sont propriétaires de biens situés à l’intérieur des limites des périmètres d’aménagement. En essayant de comprendre comment se sont déroulées les négociations auxquelles ils ont participé – négociations dont le principe a été finalement accepté par les maîtres d’ouvrage –, nous nous interrogerons pour savoir si la parole – et les intérêts – de ces « oubliés » ont été sérieusement pris en considération ou si, au bout du compte, il vaudrait mieux parler de pseudo-négociations.

34Comme le comportement des habitants et de leurs représentants diffère selon leur position à l’intérieur ou à l’extérieur des arènes institutionnelles, nous consacrerons la troisième partie de cet ouvrage à l’analyse de la réaction de ces acteurs-là lorsqu’elle se manifeste en rapport étroit avec les dispositifs institutionnels prévus par la loi. Nous avons dans ce but privilégié deux situations particulières. La première correspond à un moment du processus d’instruction et d’adoption du Plan d’aménagement spécial (PAS) du Bou Regreg que l’on peut estimer crucial tant pour le maître d’ouvrage que pour les habitants, à savoir celui de l’enquête publique (chapitre 6). Après avoir rappelé l’historique de la procédure dans le cas marocain, nous montrerons comment les habitants se sont saisis de ce dispositif pour faire valoir leurs droits et défendre leurs intérêts. L’analyse au cas par cas des observations qu’ils ont formulées à cette occasion rend possible ensuite l’identification des zones qui ont concentré le plus de réserves et d’oppositions, la détermination des principales caractéristiques (nombre, âge, sexe, lieu de résidence, etc.) de ceux qui ont exprimé leur avis ainsi que les registres de justification qu’ils ont mobilisés et que l’on peut déduire de l’analyse du contenu des observations recueillies. La seconde situation que nous avons privilégiée correspond à la tenue des sessions de délibération des conseils communaux de Rabat et de Salé. C’est dans ce cadre en effet que s’expriment le mieux les réactions des élus, et du premier d’entre eux, le président du conseil communal, appelé depuis l’adoption en 2002 de la dernière Charte communale, conseil de la ville (chapitre 7). C’est ici que, à propos de l’examen par ces conseils du projet de PAS, nous montrerons l’existence de positionnements extrêmement différents entre les élus de Rabat, plutôt dociles et se satisfaisant d’explications très générales de la part du directeur de l’Agence du Bou Regreg, et ceux de Salé, nettement plus vindicatifs, et ce quel que soit en pratique le parti politique dont ils se réclament, et capables, du moins pour certains d’entre eux, d’exprimer publiquement leur scepticisme quant aux promesses dont ce même directeur n’a jamais été, concernant leur ville, avare. En définitive, nous nous interrogerons sur la portée effective des consultations entreprises auprès de la population (enquête publique) et des avis sollicités des conseils communaux (avis exprimés à travers un vote public), alors qu’aucune disposition réglementaire n’oblige le maître d’ouvrage à tenir compte des observations ou avis ainsi émis. Cela nous conduira à nous interroger sur la véritable signification des discours officiels relatifs à la participation des élus locaux et des habitants aux grandes opérations d’aménagement urbain et, au-delà, sur le contenu réel de ce que recouvre au Maroc la notion de gouvernance urbaine.

Notes

1 Le waterfront development est l’appellation anglaise pour désigner les politiques de développement des fronts d’eau.

2 La superficie exacte couverte par le projet est de 5 750 ha, dont 1 600 relèvent de la ville de Rabat (27,82 %), 3 900 dépendent de la ville de Salé (67,83 %) et 250 sont du ressort territorial de la préfecture de Skhirat-Témara (4,35 %).

3 Le projet urbain de la Plaine-Saint-Denis consiste à aménager un grand secteur de friches industrielles sur un territoire de 700 ha situé entre le canal d’Aubervilliers, les voies ferrées qui arrivent à la gare du Nord et le périphérique de Paris.

4 Pour éviter de lourds développements théoriques et le risque de les proposer hors contexte, nous avons opté pour leur présentation en situation dans les différents chapitres, au fur et à mesure que nous en ressentirons le besoin.

5 La rhétorique désigne, au sens propre, « l’art de bien parler » ; elle est l’art ou la technique de persuader, de convaincre par n’importe quel moyen de communication, dont particulièrement le langage.

6 Particulièrement ceux de Christophe Dupont (1990), d’Arnaud Stimec (2005), de Jacques Rojot (2006) et d’Alain Lempereur et Aurélien Colson (2010).

7 Tous les documents consultés sont consignés dans les références bibliographiques.

8 Importance et intérêt qui ne se sont, évidemment, révélés qu’après que ces « événements » eurent lieu.

Table des illustrations

Titre Figure n° 1 Délimitation des périmètres des projets d’aménagement de la vallée du Bou Regreg et de la corniche de Rabat
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/576/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable