Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ambitions d’une capitale

 | 
Hicham Mouloudi

Avant-propos

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’une thèse de doctorat en géographie urbaine intitulée : Les projets d’aménagement des fronts d’eau de Rabat : systèmes d’action et stratégies d’acteurs. Sa publication n’aurait jamais été possible sans le concours du Centre Jacques Berque pour les Sciences humaines et sociales de Rabat, raison pour laquelle je me dois d’adresser en premier mes remerciements à toute l’équipe du CJB et tout particulièrement à son directeur, M. Baudouin Dupret.

2Cette thèse a été préparée dans le cadre d’une formation organisée par l’École nationale d’architecture de Rabat et accréditée au sein du département de Géographie de la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université Mohammed V-Agdal de Rabat. Que ceux qui ont permis l’ouverture de cette formation, originale par ses thématiques et son fonctionnement, puisqu’elle a pu bénéficier d’une participation significative d’enseignants-chercheurs français, trouvent ici l’expression de ma reconnaissance, en particulier Mohammed Refass et Jean-Pierre Frey.

3Mon travail n’aurait pu aboutir sans l’intérêt, la sollicitude et l’attention soutenus qu’ont manifestés pour lui mes deux encadreurs, Pierre Signoles (Université François- Rabelais de Tours) et feu Taoufik Agoumy (Université Mohammed V-Agdal). Sans leurs encouragements réitérés, leurs conseils, les ouvertures intellectuelles vers lesquelles ils m’ont orienté et les réseaux de chercheurs qu’ils m’ont permis d’intégrer, le découragement aurait pu aboutir à un abandon précoce du projet.

4Je dois aussi adresser l’expression de ma profonde gratitude et de toute ma considération à Abderrahmane Chorfi. A l’époque où j’ai préparé mon DESA et commencé ma thèse, il dirigeait avec une grande efficacité et un grand sens de l’ouverture l’École nationale d’architecture. Il fut ensuite nommé Directeur général de l’Urbanisme, de l’Architecture et de l’Aménagement du Territoire (DGUAAT), et, à ce poste, il fut pour moi un supérieur hiérarchique plein de compréhension et de bienveillance pour les contraintes qui pèsent sur un fonctionnaire voulant réaliser une thèse exigeant beaucoup de travail de terrain et beaucoup de disponibilité intellectuelle au moment de la rédaction du manuscrit.

5Je ne peux passer sous silence les responsables des équipes de recherche et les enseignants-chercheurs qui me permirent de valoriser au maximum les stages que j’ai pu effectuer en France. Ce sont les bourses de stage accordées par le Service de coopération et d’actions culturelle de l’Ambassade de France à Rabat – le SCAC – à l’ENA et dont certaines me furent attribuées qui me fournirent la possibilité de me rendre à Nantes, à Paris et, surtout, à Tours (où j’ai été accueilli par l’équipe EMAM, dirigée par Nora Semmoud, de l’UMR 6173 CITERES, dont les directeurs successifs furent Corinne Larrue et Patrice Melé). C’est à l’occasion de ces séjours que ma thèse a pris forme, que de très nombreuses lectures ont pu être effectuées, que j’ai assisté à mes premières soutenances de thèse, à mes premiers colloques scientifiques, etc. Que soient donc remerciés pour leur écoute, leurs conseils et leurs attentions Bénédicte Florin, Anna Madœuf, Olivier Legros, Pascal Garret (Tours), Pierre-Arnaud Barthel (Nantes) et Raffaële Cattedra (Montpellier III). Et il m’importe d’insister sur le rôle déterminant, du moins pour moi et pour ma construction intellectuelle, des financements octroyés par le SCAC. C’est grâce à eux que j’ai découvert ce qu’était le fonctionnement en équipe de la recherche et ce que pouvait être un « collectif intellectuel ».

6Bien sûr, je n’aurais jamais pu mener à bien mon projet de recherche sans la bonne volonté manifestée par toutes celles et ceux que j’ai sollicités – parfois à plusieurs reprises – pour des entretiens, des récits de vie, des informations diverses ou un accès à des sources documentaires plus ou moins accessibles. Je dois donc adresser à tous, responsables ou techniciens de l’Administration, élus, militants associatifs ou simples citoyens, mes vifs remerciements pour le temps qu’ils m’ont consacré et la confiance que, très généralement, ils m’ont accordée. Beaucoup de ces rencontres ont été pour moi d’une extraordinaire richesse humaine. En outre, l’iconographie de cet ouvrage doit pour beaucoup aux indispensables El Mostafa Aarim et Yassine Chakrone. Qu’ils trouvent ici l’expression de mes plus vifs remerciements.

7Je serai bien ingrat si, pour terminer, je n’évoquais pas tout ce que je dois à ma famille : à mon père, Boussif, pour la ligne de vie qu’il m’a très tôt fixée et les valeurs de droiture qu’il m’a inculquées, puis pour ses encouragements permanents et sa confiance ; à ma mère, Fatiha ; à mon frère, Ahmed Amine et à mes deux sœurs, Bouchra et Narjiss. Et, tout particulièrement, à ma femme Naoual et à mes enfants, Omar et Douae, pour leur patience, pour leur compréhension concernant mes absences ou le peu de temps que j’avais, parfois, à leur consacrer.

8En tant que fonctionnaire à la direction de l’Architecture du ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Politique de la Ville – un ministère où je suis en fonctions depuis plusieurs années –, j’ai essayé, tout au long de ma recherche, de concilier le devoir de réserve qui s’impose à tous les agents de l’État et les exigences d’une recherche scientifique rigoureuse. J’ai donc adopté une posture de recherche qui ne s’apparente ni à une dénonciation militante – autrement dit, de parti pris – des actions engagées par les opérateurs responsables des projets d’aménagement, ni à une simple évaluation de ces projets se contentant de confronter les objectifs aux réalisations dans une démarche apparemment objective. Ce n’est pas que de tels positionnements me semblent critiquables en tant que tels, mais c’est parce que mon ambition consistait à contribuer à une analyse réflexive de la « manière de faire » des acteurs impliqués (ou mis à l’écart) dans les nouvelles modalités de la fabrique urbaine à Rabat-Salé, c’est-à-dire principalement dans celles des « grands projets » d’aménagement des fronts d’eau de la capitale du Maroc.

9En ce qui concerne la présentation des sources consultées et utilisées, j’ai mentionné dans le texte les noms des auteurs d’ouvrage ou d’article en précisant les dates d’édition et les numéros de pages tout en indiquant les références des documents administratifs dans des notes de bas de page, tandis que les références complètes de ces sources sont mentionnées en bibliographie, laquelle a été classée selon diverses rubriques (textes législatifs, ouvrages et thèses, articles de revues, sites internet, etc.).

© Centre Jacques-Berque, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable