Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fès et sainteté, de la fondation à l’avènement du Protectorat (808-1912)

 | 
Ruggero Vimercati Sanseverino

Conclusion

Texte intégral

1Sainteté, tradition spirituelle et héritage prophétique : telles sont les notions clés qui nous permettent de comprendre le rôle exceptionnel que la ville de Fès a joué pendant toute son histoire comme centre de la spiritualité, comme lieu sacré et ville des saints. L’hagiographie, incorporant l’historiographie urbaine traditionnelle, les dictionnaires biographiques des savants et la généalogie chérifienne, nourrie également de la doctrine et de l’esprit du soufisme, reflète cette vision que la ville et les acteurs de sa vie spirituelle donnent d’elle-même, une vision sacrée de sa propre vocation et de son rôle providentiel dans l’histoire du salut. Cité fondée par un héritier à la fois spirituel, naturel et temporel du Prophète, cité de la science et, surtout, cité dotée d’une bénédiction toute particulière, Fès ne cesse jamais d’attirer les hommes de Dieu, notamment les plus grands d’entre eux, comme une pierre d’aimant. Les saints, héritiers spirituels du Prophète, imprégnés et inspirés par l’aura de la ville d’Idrīs, par son patrimoine sacré et son destin singulier, l’imprègnent à leur tour de la sainte présence dont ils sont les médiateurs. De cette manière, ils s’inscrivent dans une tradition spirituelle qu’ils reconstituent et revivifient en même temps constamment ; tradition dont la raison d’être consiste à actualiser l’héritage prophétique, élément à la fois fondateur de la vocation de Fès et constitutif de la sainteté voire du sacré, en l’adaptant, à travers leur personnalité, leur enseignement et leur simple présence, aux divers contextes politiques et socio-culturels.

  • 2428 Cela étant dit, chez un Ibn al-‘Arabī toutes ces dimensions sont évidemment présentes déjà au VIe/X (...)

2L’aperçu historique, couvrant les onze siècles qui séparent la fondation de Fès du Protectorat français, montre effectivement comment les saints actualisent, à travers des formes multiples mais toujours en cohérence avec leur objectif, le modèle prophétique dans les diverses situations historiques. Il est possible de constater une évolution de la dimension pratique et éthique de ce modèle vers une dimension progressivement initiatique voire cosmologique, jusqu’à conduire à une conception véritablement métaphysique2428. L’histoire politique et socioculturelle de la ville, jalonnée notamment par l’avènement du chérifisme, par l’institutionnalisation du culte d’Idrīs II, par l’emprise politique des saints et finalement par le heurt avec la modernité et le réformisme, montre comment l’évolution du milieu de la sainteté réagit et prend l’initiative face aux divers contextes. Ses représentants – saints, soufis, hagiographes – revendiquent être les garants de la prépondérance de la sainteté dans l’identité de Fès et également la prépondérance du spirituel par rapport à l’hégémonie du politique voire du dogmatique. Cette revendication s’inscrit dans la volonté d’assurer la transmission ininterrompue ainsi que la vitalité de l’héritage prophétique dont les saints, les soufis et les hagiographes se considèrent les gardiens légitimes. Cette dynamique – ce jeu délicat – est perceptible tout au long de l’histoire de la ville d’Idrīs, notamment pour ce qui concerne l’équilibre entre l’aspect spirituel et l’aspect formel de la vie religieuse. Les saints réaffirment, selon leur personnalité et les circonstances, l’un ou l’autre de ces deux aspects, si l’un risque de créer un déséquilibre trop important. Ajoutons cependant qu’il s’agit le plus souvent de restaurer la primauté du spirituel face au formalisme des dirigeants religieux. En revanche, régulièrement apparaissent des figures dont la mission semble être d’harmoniser ces divers paramètres, et c’est peut-être ceux qui sont les plus proches de l’idéal du saint fāsi. C’est sans doute aussi la raison pour laquelle Idrīs II, descendant du Prophète réunissant en lui autorité spirituelle, religieuse et temporelle, revêt une importance symbolique si cruciale. Dans cette optique, il est également facile de comprendre le rôle capital des personnalités comme les Kattānī, dans lesquels se rejoignent la sainteté, la science et le chérifisme, voire une certaine influence politique, notamment quand la tradition spirituelle de Fès se trouve confrontée au bouleversement de la configuration socioculturelle et politique du Maroc, perdant ainsi les bases de sa primauté dans la société.

3Le cadre historique ainsi élucidé permet de comprendre comment la sainteté et donc la vivification et la transmission de l’héritage prophétique se constituent à Fès comme réalité vivante. Nous avons vu que cet héritage se traduit, selon les différents contextes historiques, par des facettes multiples, par des types spirituels auxquels correspondent généralement des fonctions vis-à-vis de la tradition de la ville. Si le zāhid-‘ābid manifeste les exigences de l’élite spirituelle et le détachement à l’égard des enjeux socio-politiques, la figure du saint-savant et guide de la communauté incarne une forme de sainteté garante d’un certain ordre social et plus ou moins indépendante des structures du soufisme, alors que le maître initiateur actualise quant à lui les moyens d’accès à la réalisation spirituelle du modèle prophétique, sans oublier les rôles que jouent respectivement des figures typiques comme le saint chérifien, la sainte femme et le majdhūb-bahlūl. Si les filiations et les ordres initiatiques constituent les voies de la transmission de l’héritage prophétique, c’est à travers la pratique et la connaissance qu’il devient accessible et effectif. Qu’il s’agisse des filiations plutôt informelles des premiers siècles, des voies comme celles d’Abū Madyan, des véritables ordres organisés collectivement ou encore des canaux moins conventionnels comme la malāmatiyya, la khiriyya ou la transmission héréditaire, les modèles, les méthodes et les enseignements qu’ils véhiculent représentent autant de moyens d’animer et d’alimenter la tradition spirituelle de Fès ainsi que de réaffirmer sa sacralité. La pratique initiatique, instaurée par les saints comme moyen de réalisation intérieure du modèle prophétique, constitue un élément vital, permettant entre autres à la collectivité de participer à la mesure des qualifications individuelles à la sainteté. Cette dernière, fruit de l’illumination, donne accès et se manifeste comme une connaissance inspirée voire comme le dévoilement des réalités supérieures et divines. Dans sa dimension cognitive, la sainteté dévoile effectivement la réalité profonde de Fès comme un lieu où l’homme prédisposé est transfiguré par la lumière et la science divine. La littérature soufie qui inspire cette effervescence spirituelle, notamment les ouvrages traitant de la prière sur le Prophète, alimente et témoigne de la créativité qui caractérise la vie religieuse de Fès.

4Centre de formation intellectuelle et foyer du soufisme, enfin « ville bénie », Fès constitue, pour les chercheurs et les intimes de Dieu, un terrain privilégié et providentiel. Certains grands noms du taawwuf y vivent un moment crucial de leur parcours et marquent la ville de leur souvenir, alors que d’autres sont appelés à y accomplir leur mission de saint et de maître, voire à sacraliser sa terre par leur tombe. Véritable « berceau » des saints et espace alchimique de leur accomplissement, l’hagiographie suggère que Fès « invite » les élus de Dieu, ce qui n’empêche pas la plupart d’entre eux de visiter d’autres lieux, notamment pour enrichir leur ville des influences étrangères et contribuer ainsi de manière significative à la vitalité de sa tradition spirituelle. Le passage et le séjour des saints laissent leur trace dans la ville : l’espace et le temps sont fondés, organisés et valorisés par les héritiers du Prophète et par le patrimoine sacré ainsi constitué. C’est ainsi qu’ils sanctifient la ville, réactualisant ainsi cette sacralité dont le récit de la fondation par Idrīs II est le postulat original. Le rôle décisif de la sainteté pour l’identité de Fès est la raison pour laquelle son histoire en tant que centre spirituel se confond, dans la littérature hagiographique et biographique, avec les hommes qui en sont les représentants et les transmetteurs. La spécificité de la ville, à savoir la recherche de l’équilibre entre la tradition savante et la tradition initiatique, mais surtout l’élément chérifien tel qu’il s’incarne dans Idrīs II et ses descendants, s’inscrit, grâce aux saints, dans la transmission de l’héritage prophétique et, par conséquent, dans le rôle historique de Fès comme centre spirituel.

  • 2429 Nous rappelons au passage l’idée de C. Geertz (voir Observer l’islam) évoquée dans l’introduction d (...)
  • 2430 C’est avant tout dans les études sur la doctrine du soufisme que l’importance de cette notion a été (...)

5Grâce aux éléments mis ainsi en lumière, la réalité à la fois symbolique et historique de Fès comme centre spirituel apparaît, ainsi que le rapport entre cette réalité-là et la tradition de sainteté qui se reflète dans la littérature hagiographique. Le lien médiateur entre l’histoire sacrée de Fès et l’histoire de fait est assuré par les saints, par ceux qui vivent simultanément dans les deux « mondes ». C’est eux qui réalisent cette conciliation complexe entre l’universel et le local2429, entre la vocation idéale voire métahistorique de Fès et les aléas, les contingences et la vie quotidienne qui déterminèrent son existence temporelle. L’étude de la ville idrisside et de sa tradition de sainteté nous permet également de comprendre ce qui fonde cette capacité et cette fonction médiatrice des awliyā’ : c’est leur réalité de représentants du Prophète, leur privilège d’être les héritiers de son mandat divin d’intermédiaire entre Dieu et les hommes. Encore une fois, nous pouvons donc constater l’importance centrale que revêt dans la spiritualité islamique, dans sa conception de la sainteté et du sacré, enfin dans la culture et la pensée musulmane en générale, cette notion de succession et d’héritage prophétique. C’est, à notre avis, un élément qu’il serait fructueux d’exploiter davantage, notamment dans sa dimension concrète et historique et non seulement doctrinalement2430.

6Certes, notre étude ne peut et ne veut pas se prétendre exhaustive. On l’aura saisi après la lecture de notre travail : Fès et ses saints, ses ordres soufis, ses zāwiyas, sa littérature représentent un sujet vaste. En effet, il s’agit d’établir une première vue d’ensemble à la fois chronologique et analytique de la tradition de sainteté de cette ville et de son rôle comme centre spirituel, ainsi qu’un aperçu des sources de cette tradition. Ce que notre recherche a pu relever également, c’est sans doute la nécessité d’approfondir davantage l’étude des hommes de religion de Fès. De nombreux personnages d’un intérêt tout particulier, abordés de façon concise ici, méritent, en raison de leur rôle et de leur contribution originale à l’histoire de la spiritualité musulmane, une étude approfondie. En outre, une quantité considérable de manuscrits, dont une grande partie d’ouvrages et de lettres des maîtres soufis, reste à être éditée et analysée pour compléter notre connaissance doctrinale et historique du soufisme marocain. Cette étude est donc susceptible de nombreux prolongements tant par de nouvelles interrogations que par la comparaison avec d’autres villes et régions du Maroc, du monde musulman et d’autres aires culturelles. Ainsi, les aspects plus concrets de la présence des saints à Fès, notamment la manière dont cette présence est vécue par la population ou par les adversaires des saints et son impact sur les structures sociales, forment un sujet passionnant pour de futures recherches.

7Outre le point de vue historique, il pourrait être intéressant, dans le cadre d’une étude anthropologique sur le terrain, d’étudier la réalité contemporaine de la tradition spirituelle de Fès ; notamment en considérant les diverses stratégies mises en œuvre par les représentants de cette tradition pour faire face aux défis que constituent, depuis l’Indépendance, l’évolution sociale et culturelle de la ville : exode de l’aristocratie fāsie et arrivée d’une population rurale, nationalisme marocain, salafisme et une certaine occidentalisation de la société. En considérant le poids historique et symbolique de la tradition spirituelle de Fès, il s’agit d’élucider comment elle s’est située dans le Maroc indépendant et, de même, comment elle se situe aujourd’hui par rapport aux enjeux de la société marocaine contemporaine tels que l’islamisme, les évolutions politiques, la société de consommation, la valorisation du patrimoine national et le tourisme.

8Nous espérons que cette contribution, conçue comme un travail de synthèse ayant aussi comme vocation de fournir le cadre historique et une certaine lecture conceptuelle pour des études ultérieures, constitue un outil de recherche utile pour ceux qui s’intéressent à Fès et à tout ce qui concerne la présence de la sainteté dans cette ville. Nous espérons surtout avoir montré que le génie de la cité d’Idrīs, qu’il soit abordé dans sa forme sacrée ou dans sa manifestation historique, ne peut être saisi sans considérer ceux qui sont vénérés comme héritiers du Prophète et sans s’intéresser au patrimoine qu’ils ont légué à travers les siècles.

Notes

2428 Cela étant dit, chez un Ibn al-‘Arabī toutes ces dimensions sont évidemment présentes déjà au VIe/XIIe siècle. Mais, dans l’histoire de la tradition spirituelle de Fès, ce n’est que plus tardivement que certains aspects deviennent déterminants et plus ou moins généralisés. Ainsi, c’est à partir d’al-Jazūlī seulement que la dimension initiatique de la figure prophétique s’impose dans la vie religieuse de la ville comme fondement de la spiritualité.

2429 Nous rappelons au passage l’idée de C. Geertz (voir Observer l’islam) évoquée dans l’introduction de notre travail selon laquelle l’histoire de l’islam consiste essentiellement dans l’effort constant d’affirmer la religion universaliste du Prophète dans des contextes culturels particuliers.

2430 C’est avant tout dans les études sur la doctrine du soufisme que l’importance de cette notion a été mise en évidence. Par ailleurs, la figure prophétique et la fonction « sacralisante » qui s’y attache constituent un élément qui est généralement ignoré, malgré son importance, dans les études traitant de la conception du sacré dans l’islam (voir p. ex. J. Chelhod, Les Structures du sacré chez les Arabes ; L. Gardet, « Notion et sens du sacré en Islam », Le Sacré, études et recherches, Actes du colloque de Rome, p. 317-331. 

© Centre Jacques-Berque, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable