Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fès et sainteté, de la fondation à l’avènement du Protectorat (808-1912)

 | 
Ruggero Vimercati Sanseverino

Chapitre 2. Émancipation, maturité et crise : de la Fāsiyya aux Kattānī

Introduction au chapitre 2

Texte intégral

1On voit facilement que cette époque de transition qu’est le Xe/XVIe siècle annonce un changement sensible à l’égard de la vie spirituelle de Fès. En effet, la période qui suit s’avère cruciale. La rencontre des divers courants issus de la Zarrūqiyya et de la Jazūliyya conduit à la fondation d’une tradition shādhilite spécifiquement fāsie à travers la zāwiya al-Fāsiyya. Établie vers 989/1581, cette zāwiya représente la symbiose entre le courant des majdhūb-s-malāmatī et le milieu savant. Elle constitue le centre de l’essor remarquable du soufisme qui se produit à Fès au XIe/XVIIe siècle et qui engendre des saints aussi éminents qu’Aḥmad al-Shāwī, Ibn ‘Āshir, Aḥmad Ma‘an et ‘Abd al-Qādir al-Fāsī. C’est pourquoi nous considérons la fondation de la Fāsiyya comme l’événement rendant historiquement visible l’apparition d’une tradition spirituelle propre à Fès. Si parler de tradition spirituelle de Fès signifie jusqu’au XIe/XVIIe siècle parler de l’ensemble des courants et influences qui marquent le milieu de la sainteté dans la ville d’Idrīs, après cela, cette notion correspond à une entité religieuse et culturelle consciente de sa propre spécificité, de ses racines historiques et spirituelles ainsi que de son unité. L’existence des groupes sociaux qui s’identifient à cette tradition et qui en sont les porteurs, assure son assise sociale de manière effective. Il s’agit là d’un changement notable dans le rapport entre la sainteté et la ville. Une certaine bourgeoisie andalouse et les familles chérifiennes semblent constituer le noyau et le support social, voire institutionnel, de la sainteté à Fès.

2Les bases en matière de doctrine, de pratique et de structures sociales qui sont posées durant cette période détermineront la vie spirituelle de la ville jusqu’au Protectorat. Certes, cela n’empêche pas la diversité qui caractérise les manifestations de la sainteté. Des phénomènes aussi importants que l’apparition d’al-Dabbāgh ou le renouveau soufi des
XIIe-XIIIe/XVIIIe-XIXe siècles montrent la vitalité et la créativité spirituelle de la ville, notamment grâce aux échanges intensifs que le milieu soufi entretient avec le reste du Maghreb et, à travers l’Égypte, avec l’Orient.

3Le Protectorat marque une véritable rupture dans la mesure où ces mêmes structures seront profondément bouleversées par l’émergence de nouvelles élites politiques, économiques et religieuses. C’est surtout l’apparition d’une forme moderne d’expertise religieuse, se présentant comme étant politiquement et culturellement plus efficace, qui fait que, après l’incident des Kattānī au début du XIVe/XXe siècle, les représentants de la sainteté perdent progressivement leur rôle symbolique dans l’espace public de Fès. S’il ne faut pas exagérer l’impact réel au sein de la population de cette dévalorisation, puisque la sainteté y garde grosso modo une certaine autorité sacrée, elle entraîne néanmoins une mutation assez importante pour qu’on puisse parler de l’avènement d’une nouvelle ère dans l’histoire de la sainteté à Fès.

© Centre Jacques-Berque, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable