Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fès et sainteté, de la fondation à l’avènement du Protectorat (808-1912)

 | 
Ruggero Vimercati Sanseverino

Chapitre 1. La période formatrice de la tradition spirituelle de Fès, des Idrissides au jazūlisme

Introduction au chapitre 1

Texte intégral

1On sait que la fondation d’une ville revêt dans les sociétés pré-modernes une signification sacrée. Fonder une ville, c’est hiérarchiser l’espace et l’ordonner par l’établissement d’un centre symbolique. Dans le cas de Fès, cela est particulièrement visible. La ville est aussi la capitale d’un nouvel empire et le centre de rayonnement d’un nouvel ordre sacré, celui de l’islam sunnite. Telle est, en tout état de cause, la vision traditionnelle, fixée par les historiographes et hagiographes musulmans, de la genèse de Fès. Pour les historiens modernes, la réalité historique, dont la configuration exacte est encore sujette à controverses, diverge de cette représentation. N’empêche que le récit traditionnel est riche de sens pour le sujet qui nous intéresse ici, à savoir le lien entre Fès et la sainteté. En tant qu’établissement d’un centre symbolique, la fondation d’une ville comporte également la fondation d’une tradition qui gère, perpétue et explique le sens qui s’y attache. De ce fait, cette tradition se construit davantage sur des événements symboliques et sacrés que sur des faits historiques tels que nous les entendons aujourd’hui. Sa finalité s’inscrit dans une vision mythologique ou eschatologique qui se veut située dans un au-delà de l’histoire.

2Reconstruire cette formation, identifier ses éléments, structures et dynamiques constitutifs, c’est le sujet de cette partie, allant des Idrissides au IIIe/IXe siècle, dynastie d’ascendance prophétique qui revêt une signification sacrée pour l’islam marocain et sa culture, jusqu’au Xe/XVIe siècle et l’avènement du jazūlisme. Le mouvement soufi qui se réfère à al-Jazūlī renoue avec l’aspect spirituel et muḥammadien de cet héritage idrisside, préparant ainsi une nouvelle ère dans l’histoire de la sainteté à Fès. Les sept siècles séparant les deux époques témoignent d’une diversité extraordinaire d’influences alimentant et marquant la vie spirituelle de la ville. C’est une période particulièrement féconde où les structures sociales et l’importance politique de la sainteté ne se sont pas encore affermies de manière définitive. Cela permet aux acteurs une certaine liberté créatrice et originalité dans l’expression de leurs idées, pratiques et activités.

3Le choix de diviser cette histoire de cette manière est dirigé par l’interrogation sur la constitution d’une tradition spirituelle spécifiquement fāsie. Il s’agit de rendre intelligible l’évolution de la sainteté, des courants initiatiques et des doctrines spirituelles en l’inscrivant dans un cadre conceptuel qui montre la relation entre cette évolution et la ville de Fès. Ce parti pris d’un certain point du vue, procédé inévitable de toute démarche historique, permet de transformer la succession de personnages, d’idées, de documents et d’événements en un récit cohérent et lisible, révélateur des problématiques, des causalités et des profondeurs, donc en une histoire qui, sans prétendre restituer la réalité du passé dans toute sa complexité, a néanmoins le mérite de permettre une lecture de l’histoire de Fès qui révèle, à travers la sainteté, la continuité de sa vocation sacrée.

© Centre Jacques-Berque, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable