Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fès et sainteté, de la fondation à l’avènement du Protectorat (808-1912)

 | 
Ruggero Vimercati Sanseverino

Première partie. La tradition hagiographique de Fès

Conclusion : l’hagiographie, la sainteté et la ville

Texte intégral

  • 308 On doit ces trois notions à Nelly Amri (« Écriture hagiographique et modèles de sainteté dans l’Ifr (...)
  • 309 M. Chodkiewicz remarque à ce propos : « Je retiens donc provisoirement un critère intellectuellemen (...)
  • 310 Ibid., p. 13.
  • 311 Nous devons cette expression à l’historien des religions, M. Eliade (voir Le Sacré et le profane, P (...)
  • 312 P. Brown, « The saint as exemplar in late antiquity », Saints and Virtues, J.S. Hawley, dir., Berke (...)

1Comme le montre l’étude de ces quelques exemples, à Fès l’hagiographie accompagne, témoigne et influence l’histoire de la sainteté. Informant sur la sainteté, façonnant ses modèles, s’en faisant la médiatrice308, l’hagiographie revêt diverses fonctions vis-à-vis de la tradition spirituelle. C’est elle qui « canonise », pour employer une expression de l’Occident latin, la sainteté dans la mémoire collective309. Le mérite de l’hagiographie par rapport à la ville consiste dans le fait de montrer comment les saints assument la fonction d’« interprète du sacré310 » par excellence. Les miracles, l’enseignement initiatique, les expériences contemplatives, en somme tout ce qui constitue la vita du saint consignée dans les manāqib, ne font qu’actualiser, en quelque sorte, « l’irruption [perpétuelle] du sacré311 » dans la ville. Ainsi, l’hagiographie permet de comprendre le saint comme « une figure qui distille dans une forme concrète et accessible des valeurs centrales312 », voire les idéaux spirituels d’une société urbaine comme celle de Fès.

  • 313 Les Historiens…, p. 218.

2En tant que foyer de saints et centre des sciences islamiques, la ville de Fès joue un rôle actif dans ce processus qui va déterminer l’évolution de l’histoire spirituelle du Maroc. Étant un des centres de la transmission et du rayonnement de l’héritage d’Abū Madyan, c’est elle, avec Marrakech, qui donne naissance à l’hagiographie marocaine. Véritables traités narratifs du soufisme, les premiers ouvrages hagiographiques légitiment la sainteté face aux élites locales et mettent en valeur, face à l’Orient, sa forme maghrébine en tant que tradition initiatique de haut niveau. A la fin du VIIIe/XIVe siècle, l’hagiographie prend sa place parmi les principaux genres littéraires du Maroc. La science des hadiths, auparavant source d’inspiration de l’hagiographie, laisse la place à une approche plus historique et analyste ou bien à des recueils purement hagiographiques qui visent à rendre hommage et à perpétuer le souvenir des saints. Dans les siècles qui suivent, l’hagiographie prend, selon É. Lévi-Provençal313, « au Maroc une importance qu’elle n’avait jamais eue jusqu’alors ». Fès continue à déterminer l’évolution des courants initiatiques et ne cesse de constituer le sujet privilégié des nombreux hagiographes. L’émergence de la zāwiya Fāsiyya au XIe/XVIIe siècle favorise un nouvel essor de l’hagiographie soufie où se croisent la généalogie, la biographie savante et l’historiographie. Parallèlement, un nouveau type d’écrivain s’intéresse à la vie des saints, sans forcément être rattaché directement au soufisme, ce qui élargit le public et la portée de la littérature hagiographique. Le fondateur de Fès et ses descendants, dont la fonction spirituelle est revalorisée par les adeptes du mouvement jazulite, attirent l’intérêt des écrivains. Par conséquent, les Idrisides marquent depuis le XIIe/XVIIIe siècle les ouvrages consacrés aux personnalités religieuses. Les élèves des savants et les disciples des saints continuent à rendre hommage à leurs maîtres et à les défendre face à leurs critiques. Ils espèrent également inciter le lecteur à la visite de son sanctuaire. Notoire pour le grand nombre de tombes de saints et de zāwiyas, Fès développe une littérature de sainteté avec une forte connotation topographique. Le rôle de la ville de Mawlāy Idrīs comme capitale de la tradition hagiographique marocaine s’exprime enfin dans la Salwat al-anfās d’al-Kattānī.

Quelques remarques concernant les caractéristiques de la tradition hagiographique de Fès

3Vu la diversité des écritures, des styles et des approches de la production hagiographique fāsie, une interrogation s’impose : est-il possible de parler d’une tradition hagiographique propre à Fès et ayant des traits distincts ? Il est vrai que son hagiographie partage des caractéristiques avec les hagiographies des autres villes et régions du monde musulman. La vocation initiatique et édifiante est au cœur de toute hagiographie, ainsi qu’une certaine dimension apologétique. D’autre part, il est possible de distinguer des traits particuliers. Ce sont ces derniers qui nous intéressent ici, car ils nous révèlent des éléments qui ont joué un rôle important dans l’évolution historique et doctrinale de la tradition spirituelle de Fès.

4Or, ces traits particuliers ne se manifestent véritablement qu’à partir du XIe/XVIIe siècle, c’est-à-dire suite au deuxième grand mouvement hagiographique que Fès a connu grâce à l’essor de la zāwiya al-Fāsiyya. Avant cela, c’est la figure d’Abū Madyan qui domine l’écriture hagiographique marocaine, autrement dit celle d’un saint qui a marqué la vie spirituelle du Maghreb tout entier. La ville de Fès apparaît dans ces premiers ouvrages comme un des foyers du soufisme à côté des autres métropoles maghrébines. Ainsi, le Mustafād, bien qu’il témoigne de la fonction capitale de Fès par rapport au soufisme maghrébin, est immédiatement suivi du Tashawwuf et d’autres hagiographies concernant diverses villes et régions.

  • 314 Au Maroc, la ville de Sabta (Ceuta) fait également l’objet, durant les VIIIe-IXe/XIVe-XVe siècles, (...)
  • 315 Voir p. ex. pour Tunis, H.R. Idris, Manâqib d’Abû Isâq al-Jabanyânî par Abû l-Qâsim al-Labîdî et M (...)

5Il est intéressant de remarquer que jusqu’au moment où la fondation de la zāwiya al-Fāsiyya inaugure une tradition spirituelle propre à Fès, les ouvrages consacrés à la vie des saints traitent toujours d’un collectif et jamais d’un saint individuellement. C’est sans doute une des particularités de Fès314 par rapport aux autres villes du monde musulman où les manāqib d’un de ses saints, les hagiographies individuelles, apparaissent assez tôt315. Cela traduit peut-être la tendance à envisager la sainteté comme un phénomène « collectif » lié à un lieu, à savoir la ville, plutôt qu’à un personnage représentatif. La sainteté, a-t-on l’impression en lisant les hagiographies fāsies du Moyen Âge, forme à Fès un tout. Elle est continuellement présente, et ses acteurs sont, pour ainsi dire, interchangeables. Cette dernière idée revêt d’ailleurs une certaine importance dans la doctrine soufie : Le « pôle » (al-qub) de la ville est le personnage qui incarne pour son époque la sainteté dans sa plénitude. Alors qu’il reste plutôt caché aux premiers siècles de l’histoire de Fès, il semble devenir plus visible à des époques ultérieures, ce qui concorde d’ailleurs avec le type de spiritualité prévalant alors. Le témoignage d’Ibn al-‘Arabī nous montre que le qub de son temps est complètement inconnu par ses contemporains, et il tient à ce qu’il en soit ainsi. L’exemple des quatre piliers de Fès dont parle le Mustafād ou encore celui d’Abū Khazar al-Awrabī(m. 572/1176-1177) et d’Abū al-Ḥasan Ibn Ḥirzihim (m. 559/1164), considérés respectivement comme les deux « bougies » qui « illuminent » les deux rives de Fès, montre bien que l’idée d’une fonction initiatique liée à la topographie urbaine existe assez tôt, mais que l’hagiographie ne le met pas encore vraiment en valeur.

  • 316 Nous rappelons que dans cette invocation la science (al-‘ilm) constitue un des éléments qui caracté (...)

6Avec le Mir’āt al-Maāsin, le saint commence à devenir le protagoniste de l’hagiographie, bien que la tendance collective continue à se développer parallèlement, notamment en intégrant d’autres registres. C’est cette tendance collective qui, avec la Salwa, aura le dernier mot. On a vu que les lettrés commencent à s’intéresser à la vie des saints. Comme capitale des sciences islamiques, la ville de Fès est naturellement marquée par la culture savante, et cela se reflète dans l’écriture hagiographique. Les saints sont intégrés dans les traités biographiques visant originalement à recenser de manière assez technique les grandes figures de la tradition savante. La forme savante que prend donc à partir du XIe/XVIIe siècle la plus grande partie de l’hagiographie fāsie semble particulièrement caractéristique. Si les premiers ouvrages imitent, à l’instar de leurs modèles orientaux, la structure et la méthodologie des recueils de hadiths, les versions plus tardives ressemblent, dans des ouvrages comme le Jadhwat al-iqtibās d’Ibn al-Qāḍī (m. 1025/1616), à des dictionnaires biographiques destinés à l’usage des spécialistes. L’hagiographie gardera cet aspect savant et presque technique, assumant ainsi une forme qui correspond au fait que Fès est la ville des savants par excellence. A l’exception du Raw al-‘air et de quelques autres ouvrages destinés spécialement à l’usage des adeptes d’une zāwiya ou d’une confrérie, on trouve de ce fait dans les recueils hagiographiques de nombreux savants et lettrés dont l’affiliation au soufisme n’est pas du tout certaine. Si l’hagiographie constitue essentiellement une littérature de la sainteté, son rôle à Fès est également de rendre hommage à tous ceux qui représentent la sainteté de la ville dans un sens plus large. Les savants, en assurant la continuité de la science religieuse, participent à leur manière à perpétuer la fonction de Fès comme centre spirituel tel qu’il fut défini dans l’invocation de Mawlāy Idrīs316. L’hagiographie devient ainsi porteuse d’un idéal d’équilibre entre science et sainteté dont la ville idrisside est le symbole.

7Les shurafā’ participent évidemment aussi à cette continuité. Comme probablement nulle autre hagiographie urbaine, la tradition fāsie est marquée par l’élément chérifien. Or, ce n’est qu’à la suite du mouvement jazūlite que le chérifisme est associé au soufisme et, conséquemment, à la sainteté. On a vu que dans ce cas aussi la zāwiya Fāsiyya joue un rôle considérable. Les premiers grands généalogistes soufis sont rattachés à un de ses représentants. L’hagiographie s’adapte ici encore à la spécificité de Fès comme capitale des shurafā’ et, en effet, à un autre paradigme de sa vocation originelle telle qu’elle fut formulée par son fondateur. En fait, la figure prophétique est présente depuis les débuts de l’hagiographie fāsie, d’abord comme modèle normatif de la sainteté et ensuite, à partir du XIe/XVIIe siècle, comme son principe même. L’élément chérifien s’insère dans cette orientation prophétique de l’hagiographie. Il prend d’ailleurs une forte connotation idrisside, la descendance du fondateur étant naturellement la branche la plus représentative de Fès. C’est en cela que réside peut-être la spécificité de la littérature fāsie par rapport au reste du Maroc. Cela dit, l’immigration des shurafā’ orientaux et andalous n’est pas moins considérée comme une preuve de la valeur spirituelle de la cité. Étant envisagé comme une expression de la bénédiction prophétique, il est normal que le chérifisme occupe une place importante dans une littérature qui se veut un hommage aux héritiers du Prophète. C’est pour cela qu’on trouve dans la Salwa de nombreux passages portant sur les familles chérifiennes et que Mawlāy Idrīs constitue le premier personnage de la série biographique.

  • 317 Ibn Maryam, al-Bustān fī dhikr al-awliyā’ wa al-‘ulamā’ bi-Tilimsān, Alger, s. d. Cet ouvrage a été (...)
  • 318 Nuzhat al-anār fī ‘ajā’ib al-nawārīkh wa al-akhbār wa manāqib al-sādat al-ahār, Beyrouth, Dār al- (...)
  • 319 Voir Ch. Pellat, « Manāḳib », EI2, vol. VI, p. 333-341. Une littérature urbaine existe bien sûr en (...)

8A la figure de Mawlāy Idris est liée une autre caractéristique de la tradition hagiographique de Fès. Nous avons vu que la ville idrisside, considérée comme le premier germe de l’empire marocain, a intéressé les historiens et que l’hagiographie a intégré cette écriture historique afin de souligner le rapport entre la fondation par Mawlāy Idris et l’idée de Fès comme ville des saints. Si de manière générale l’histoire d’une cité apparaît dans la littérature musulmane comme l’histoire de ses saints et de ses savants, la symbiose de l’hagiographie avec une historiographie urbaine est à Fès particulièrement marquante. Des ouvrages comme celui d’Ibn Maryam317, anthologie des saints et des savants de Tlemcen rédigée au Xe/XVIe siècle, ou celui de Maḥmūd Maqdīsh (m. 1228/1813), consacré entre autre à Sfax et à ses ulaā’318, font figure d’exception. En Orient on ne trouve pas, à notre connaissance, des hagiographies consacrées explicitement aux saints d’une ville319. Cette particularité fāsie ne fait que traduire, en effet, la volonté d’associer les saints au caractère sacré de Fès et de son fondateur.

  • 320 A. Vauchez, « Préface », Saints orientaux, p. 13. Le médiéviste français parle ici d’une des caract (...)

9D’ailleurs, la généalogie n’est pas, comme nous l’avons vu à propos des ouvrages comme les deux Buyūtāt Fās, le monopole du chérifisme. Elle est également mise au service des familles qui forment les Ahl Fās dont sont issus de grands clans savants et soufis comme les Ibn Ḥirzihim, les Fāsī, les Banū Sūda, etc. Cette généalogie urbaine trouve une place importante dans l’hagiographie fāsie où elle montre la cohérence entre structure sociale et tradition spirituelle. C’est enfin aussi une façon d’illustrer « le caractère héréditaire de la baraka au sein de certaines familles320 ».

  • 321 Un cas analogue représente peut-être la ville de Damas pour laquelle on dispose d’un dictionnaire b (...)

10La continuité remarquable de l’écriture hagiographie de Fès, qui se prolonge jusqu’au XIVe/XXe siècle321, mérite d’être soulignée. A l’exception de l’époque zénète, où seulement quelques saints nous sont connus, nous disposons pour toutes les époques jusqu’au Protectorat d’ouvrages hagiographiques qui contiennent des biographies portant sur les saints de Fès. Cette abondance extraordinaire, qui n’a pas encore été étudiée dans le détail, n’est qu’un autre témoin de l’importance que revêt à Fès l’hagiographie.

  • 322 Voir É. Geoffroy, Le Soufisme en Egypte et en Syrie sous les derniers Mamelouks et les premiers Ott (...)
  • 323 Le Dīwān al-awliyā’, tel qu’il est décrit par ‘Abd al-‘Azīz al-Dabbāgh (voir A. Ibn al-Mubārak al-L (...)

11Un aspect de l’hagiographie fāsie qui nous semble central pour notre propos est le fait qu’elle traduit une vision de la ville comme cité de saints (madīnat al-awliyā’)322. La notion du tarīf que l’on rencontre dans la plupart des hagiographies fāsies exprime l’idée du gouvernement ésotérique par la communauté des saints présidée par Mawlāy Idrīs323. Nous allons revenir sur cela plus tard, mais ce qu’il convient de souligner ici, c’est que l’importance de l’hagiographie réside dans le fait d’avoir exprimé et propagé cette idée. La conception d’une communauté des saints traduit de la façon la plus explicite la vocation de Fès à être un centre spirituel et initiatique.

12Pour conclure, il reste à remarquer que l’élément chérifien représente sans doute la caractéristique la plus spécifique de la tradition hagiographique fāsie, ainsi que le fait d’intégrer l’historiographie urbaine, la généalogie et la biographie savante, autrement dit d’associer l’histoire profane à l’histoire sacrée. L’hagiographie dépasse ainsi le cadre strict du soufisme, et son écriture assume une vocation éclectique qui, en dernier compte, ne fait que refléter les divers aspects à travers lesquels se manifeste à Fès la sainteté.

Les hagiographes : témoins de la sainteté

13Les ouvrages et les auteurs étudiés montrent que l’hagiographe est une des figures essentielles de la vie spirituelle de Fès. Il accompagne, participe et influence les grands mouvements de son histoire et en est un des acteurs principaux. Comme témoin et porte-parole de la sainteté, il occupe une fonction de premier plan dans la formation et le développement du soufisme ainsi que dans la conceptualisation de la sainteté. Étant souvent impliqué personnellement et à la fois se positionnant comme observateur ou historiographe, l’hagiographe est un véritable médiateur entre le saint et les hommes « ordinaires », un interprète de la sainteté vis-à-vis de la société.

  • 324 Il faut sans doute relativiser la thèse d’É. Lévi-Provençal selon laquelle ce sont « bien souvent [ (...)

14Si la typologie de ces gardiens de la mémoire sacrée est variée, c’est toujours une profonde vénération qui les anime dans leur entreprise, ainsi que le désir de se voir associés dans l’au-delà à ceux dont ils ont si soigneusement consigné les vies. Enfin, dans certains cas, il s’agit véritablement de l’intention de prendre les protagonistes de leurs ouvrages comme modèles pour leur propre expérience spirituelle. On ne saurait souligner assez cet aspect de la personnalité de l’hagiographe qu’une recherche purement historique de l’hagiographie tend à négliger au détriment des considérations sur les enjeux idéologiques ou sociaux. En effet, la sainteté et la volonté d’en rendre témoignage forment le véritable moteur de l’activité hagiographique, au-delà des questions d’ordre historique ou individuel324 qu’elle peut impliquer.

  • 325 Les Historiens…
  • 326 « Hagiographie et typologie spirituelle à l’époque mamelouke », op. cit., p. 83.

15Or, les hagiographes, notamment ceux qui traitent des descendants du Prophète, jouissent d’une vénération particulière. Il serait difficile de ne voir en eux que de simples historiens et biographes, comme l’ont fait des chercheurs comme É. Lévi-Provençal325, car ils participent de manière active et consciente à la transmission d’un héritage spirituel. Ils sont souvent les disciples d’un saint comme Ibn ‘Askar, Ibn ‘Ayshūn et les Qādirī, et dans certains cas ils sont eux-mêmes des maîtres comme al-Tamīmī ou des représentants éminents de filiations initiatiques comme l’auteur du Mir’āt et al-Kattānī. C’est dans cette participation de l’hagiographe que réside, comme l’a souligné É. Geoffroy326, la subjectivité de son témoignage. Cette dernière lui permet de dévoiler des aspects qui seraient dissimulés dans un exposé simplement historique. La subjectivité lui permet également de présenter le récit hagiographique comme le fruit d’une expérience personnelle.

  • 327 É. Geoffroy analyse les différentes manières grâce auxquelles l’hagiographie « manifeste la saintet (...)

16Néanmoins, l’hagiographe est quelqu’un qui sait s’adapter aux paradigmes de son temps et à les utiliser pour ses fins. C’est là que le contexte socio-historique exerce son emprise sur les circonstances et les modalités de l’écriture hagiographique. En effet, c’est précisément la mission de l’hagiographe que d’« expliquer » le saint à ses contemporains et aux générations futures dans leur « langage ». Dans ce but, il se sert des références universelles de l’islam, à savoir le Coran, les hadiths et la tradition savante pour interpréter, expliciter et défendre le saint par rapport à ceux qui ne l’ont pas connu ou qui, tout en le connaissant, n’ont pas saisi sa véritable nature. L’hagiographe révèle ainsi au grand jour ce qu’il gardait pour lui ou pour ses disciples327. Pour cela, l’écrivain doit nécessairement s’approprier le « discours » et les instruments intellectuels de l’époque. Si les premières hagiographies emploient le style plutôt sobre de leurs prédécesseurs orientaux, l’émergence du jadhb et l’élaboration doctrinale du soufisme maghrébin entraînent une écriture plus expressive. Le vocabulaire s’inspire de l’enseignement et des ouvrages soufis de l’époque. Si al-Tamīmī insiste sur le wara‘ et le khuluq, au Xe/XVIe siècle Ibn ‘Askar parle du sukr (« l’ivresse spirituelle ») et souligne le rôle du maître spirituel comme intermédiaire (wasīla) entre l’aspirant et Dieu. Ibn ‘Ayshūn caractérise un siècle plus tard maints saints comme étant sāqi al-taklīf, alors qu’al-Kattānī se réfère à la typologie akbarienne. D’autre part, historiographie, biographie, généalogie, bibliographie jurisprudence et rhétorique sont autant d’instruments pour insérer le saint dans les rangs de l’élite religieuse fāsie. Par rapport à la tradition spirituelle de Fès, ce rôle de l’hagiographe consistant à rendre manifeste ce qui était caché et seulement accessible au cercle initié des proches du saint est tout à fait crucial.

17Cela étant dit, peut-on constater une évolution historique de l’hagiographe ? Si une schématisation trop rigide risquerait d’aboutir à une vision plutôt artificielle, il est vrai que certains traits sont pourtant prépondérants à des époques données. La figure de l’hagiographe subit donc un certain développement, et des tendances sont reconnaissables. Nous avons vu que la figure de l’hagiographe soufi-muḥaddith représentée par al-Tamīmī et al-Tādilī correspond aux premiers hagiographes du Khorasan. Pour les siècles qui suivent, les hagiographes restent dans les cercles des savants, juristes ou spécialistes des hadiths, rattachés au soufisme. A la fin du règne mérinide, certains hagiographes entretiennent quelques contacts avec les autorités politiques. Ainsi, un auteur comme al-Ḥaḍramī intègre l’actualité politique de son temps et insiste sur la bienveillance des Mérinides à l’égard des saints. La figure de l’hagiographe qui côtoie la cour se perpétue avec les lettrés du XIe/XVIIe siècle comme Ibn al-Qāḍī et al-Ifrānī. Ces derniers ne se présentent pas comme des soufis rattachés à une voie. L’hagiographe non-soufi reste pourtant une rareté à Fès. Avec l’auteur du Mir’āt al-maāsin, Muḥammad al-‘Arabī al-Fāsī, l’hagiographe se fait le biographe de son maître spirituel et, en même temps, de son saint ancêtre. C’est une tendance déjà annoncée avec al-Ḥaḍramī et Ibn ‘Askar, bien que ces derniers ne consacrassent pas leur ouvrage à un saint en particulier. Ibn ‘Ayshūn, gagnant son pain dans une soierie, constitue la rare exception d’un hagiographe qui ne soit pas un savant notoire. A Fès, la règle est plutôt du genre des Qādirī, issus de l’élite religieuse de Fès et spécialistes dans plusieurs disciplines traditionnelles. Avec eux, le généalogiste établit sa place parmi les hagiographes, place qu’il va garder. Nous avons déjà eu l’occasion de constater l’importance de l’élément généalogique dans la tradition hagiographique de Fès. L’hagiographe-généalogiste est sans doute une caractéristique fāsie. Or, ces personnalités s’inscrivent dans la tradition savante qui est une des marques de la ville idrisside. Chez un auteur comme Sulaymān al-Ḥawwāt, ainsi que chez tous les grands hagiographes tardifs, cet aspect transparaît assez clairement. L’hagiographe s’efface alors moins devant celui dont il transcrit la vie et incorpore tout son savoir dans ce qui prend l’allure d’encyclopédie savante. On voit que l’hagiographe a désormais acquis une certaine importance et une certaine indépendance à l’intérieur du milieu savant. Cela lui permet de transformer l’hagiographie en une écriture savante qui est considérée comme une performance intellectuelle de haut niveau. Mais ce n’est pas seulement chez les oulémas qu’il devient un personnage éminent. Le service que l’hagiographe rend au saint lui permet de participer à la sainteté. Ainsi, al-Ḥalabī, hagiographe du tout premier saint de Fès, est particulièrement vénéré parmi les descendants de ce dernier. Curieusement, le dernier grand hagiographe de Fès, Muḥammad b. Ja‘far al-Kattānī, étant issu de la tradition savante des Kattānī, est de nouveau un muḥaddith, rejoignant ainsi al-Tamīmī, premier hagiographe marocain. Mais, comme on l’a vu, l’auteur de la Salwa réunit en lui également les autres types d’hagiographe. Il est historien, généalogiste et lettré, voyage en Orient et est profondément ancré dans la vie spirituelle, intellectuelle et sociopolitique de sa ville natale.

Notes

308 On doit ces trois notions à Nelly Amri (« Écriture hagiographique et modèles de sainteté dans l’Ifriqiya ḥafṣide (VIIIe-IXe/XIVe-XVe siècles) d’après trois recueils de manāqib », op. cit., p. 24).

309 M. Chodkiewicz remarque à ce propos : « Je retiens donc provisoirement un critère intellectuellement peu rigoureux mais pratique : la « canonisation » par la littérature. Sont saints les personnages identifiés comme tels par la tradition hagiographique – et plus particulièrement, ceux dont les noms reviennent toujours dans les grandes compilations » (« Le saint illettré dans l’hagiographie islamique », Les Cahiers du Centre de recherches historiques, n° 9, 1992).

310 Ibid., p. 13.

311 Nous devons cette expression à l’historien des religions, M. Eliade (voir Le Sacré et le profane, Paris, Gallimard, 1964).

312 P. Brown, « The saint as exemplar in late antiquity », Saints and Virtues, J.S. Hawley, dir., Berkeley, Univ. of California Press, 1987, p. 9.

313 Les Historiens…, p. 218.

314 Au Maroc, la ville de Sabta (Ceuta) fait également l’objet, durant les VIIIe-IXe/XIVe-XVe siècles, de quelques ouvrages hagio-biographiques consacrés aux savants et aux saints (ulaa’) de la ville (voir M. Benchekroun, La Vie intellectuelle marocaine…, p. 444-445).

315 Voir p. ex. pour Tunis, H.R. Idris, Manâqib d’Abû Isâq al-Jabanyânî par Abû l-Qâsim al-Labîdî et Manâqib de Muriz b. alaf par Abû l-âhir al-Fârisî, Paris, PUF, 1959, et N. Amri, « Écriture hagiographique et modèles de sainteté dans l’Ifriqiya Ḥafṣide (VIIIe-IXe/XIVe-XVe siècles) d’après trois recueils de manāqib », op. cit., p. 12-31. Pour Damas, on peut mentionner le Ghāyat al-bayān fī tarjamat al-shaykh al-Arslān al-Dimashqī (voir É. Geoffroy, Le Soufisme en Égypte et en Syrie sous les derniers Mamelouks et les premiers Ottomans, orientations spirituelles et enjeux culturels, Damas, Institut Français de Damas, 1995, p. 30) de Muḥammad Ibn Ṭulūn (m. 953/1546). Pour Bagdad, Ibn al-Jawzī (m. 597/1200) a rédigé le Manāqib Ma‘rūf Karkhī wa akhbāruhu (voir l’édition du texte dans la revue Al-Mawrid, n° 4, Bagdad, 1982, p. 609-680) où il rapporte entre autres les anecdotes des habitants de la ville à propos du saint.

316 Nous rappelons que dans cette invocation la science (al-‘ilm) constitue un des éléments qui caractériseront Fès jusqu’à la fin des temps.

317 Ibn Maryam, al-Bustān fī dhikr al-awliyā’ wa al-‘ulamā’ bi-Tilimsān, Alger, s. d. Cet ouvrage a été traduit par F. Provenzali (El-Boustane ou Jardin des biographies des saints et savants de Tlemcen, Tlemcen, Editions Ibn Khaldoun, 2003).

318 Nuzhat al-anār fī ‘ajā’ib al-nawārīkh wa al-akhbār wa manāqib al-sādat al-ahār, Beyrouth, Dār al-Kutub al-‘Ilmiyya, 2011.

319 Voir Ch. Pellat, « Manāḳib », EI2, vol. VI, p. 333-341. Une littérature urbaine existe bien sûr en dehors de Fès dès le Ve/XIe siècle, mais généralement ces ouvrages ne peuvent pas être considérés comme étant des hagiographies. Ainsi, un ouvrage comme le Manāqib Baghdād d’Ibn al-Jawzī (m. 597/1201) traite des mérites et des caractéristiques de Bagdad. Quant au reste du Maghreb, le Iftikhār fī manāqib fuqahā’ al-Qayrawān de ‘Atīq al-Tujībī (m. 422/1030) et le Ma‘ālim al-īmān fī manāqib al-mashhūrīn min ‘ulamā’ al-Qayrawān d’al-Dabbāgh (m. 699/1300) sont essentiellement des ouvrages biographiques portant sur des savants malékites, bien qu’ils contiennent des éléments hagiographiques (voir M. Mackeen, « The early history of Sufism in the Maghreb prior to al-Shādhilī », JAOS, vol. 91, n° 3, 1971 (jul.-sep.), p. 407) comme tous les ouvrages de ce genre. Une exception est le Riyā al-nufūs abaqāt ‘ulamā’ al-Qayrawān wa al-Ifrīqiyya (Beyrouth, Dār al-Gharb al-Islāmī, 1981, 2 vol. ) d’Abū Bakr al-Mālikī (m. 541/1047) où l’on trouve entre autres des sections consacrées aux biographies des ascètes (‘ubbād et nussāk) ifriqiyens. Toutefois, selon ‘Ī. Luṭfī (Maghrib al-mutaawwifa min al-qarn 10 ilā al-qarn 17, Tunis, Markaz al-Nashr al-Jāmi‘ī, 2005, p. 52), cette littérature, qui est même marquée par une forte connotation juridique, est avant tout destinée à défendre la version malékite du sunnisme face à l’influence fatimide et kharijite. Il ne s’agit donc pas d’un ouvrage hagiographique stricto sensu.

320 A. Vauchez, « Préface », Saints orientaux, p. 13. Le médiéviste français parle ici d’une des caractéristiques de l’hagiographie musulmane, notamment celle du Maroc et du Khorasan, par rapport à l’hagiographie chrétienne.

321 Un cas analogue représente peut-être la ville de Damas pour laquelle on dispose d’un dictionnaire biographique contemporain portant sur les savants du IVe/XXe siècle, le Tārīkh ‘ulamā’ Dimashq fī al-qarn al-rābi‘ ‘ashar al-hijrī de Muḥammad al-Ḥāfiẓ (Damas, Dār al-Fikr al-Mu‘āsir, 1986).

322 Voir É. Geoffroy, Le Soufisme en Egypte et en Syrie sous les derniers Mamelouks et les premiers Ottomans, Damas, IFD, 1995, p. 111-114, 135-143 ; N. Amri, « Le pouvoir du saint en Ifriqiya aux VIIIe-IXe/XIVe-XVe siècles : le « très visible » gouvernement du monde », Politique et religion en Méditerranée, Moyen Âge et époque contemporaine, H. Bresc, G. Dragher, C. Veauvy, dir., Paris, Éditions Bouchène, 2008, p. 167-196.

323 Le Dīwān al-awliyā’, tel qu’il est décrit par ‘Abd al-‘Azīz al-Dabbāgh (voir A. Ibn al-Mubārak al-Lamṭī, Kitāb al-ibrīz min kalam sayyidī ‘Abd al-‘Azīz, Beyrouth, Dār al-Kutub al-‘Ilmiyya, 1998, p. 278 et suiv.) est présidé par le Prophète. Il faut donc distinguer entre l’assemblée universelle et l’assemblée locale spécifique à la ville de Fès.

324 Il faut sans doute relativiser la thèse d’É. Lévi-Provençal selon laquelle ce sont « bien souvent [...] des descendants du saint lui-même qui écrivent sa vie, ou, s’ils ne s’en sentent pas capables, la font écrire par un lettré » (Les Historiens…, p. 48). Les exemples étudiés auparavant suffisent pour démontrer l’infondé d’une telle remarque.

325 Les Historiens…

326 « Hagiographie et typologie spirituelle à l’époque mamelouke », op. cit., p. 83.

327 É. Geoffroy analyse les différentes manières grâce auxquelles l’hagiographie « manifeste la sainteté » et remarque dans ce sens que « l’hagiographie a pour vocation de mettre en relief la sainteté et donc de souligner son aspect tangible et manifeste ». Il s’agit de l’« extérioriser de façon optimale » (« Hagiographie et typologie spirituelle à l’époque mamelouke », idem, p. 86-89). Mais en même temps, une certaine prudence a toujours été observée, ce qui transparaît dans « la relative pauvreté des textes de manāqib en matière de typologie » (ibid., p. 97).

© Centre Jacques-Berque, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable