Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fès et sainteté, de la fondation à l’avènement du Protectorat (808-1912)

 | 
Ruggero Vimercati Sanseverino

Première partie. La tradition hagiographique de Fès

Les ouvrages contenant des biographies des saints de Fès…

Texte intégral

1Les ouvrages contenant des biographies des saints de Fès sont remarquablement abondants. En raison de son importance historique et symbolique, la ville d’Idrīs II, considérée comme germe du premier État islamique orthodoxe du Maghreb occidental, forme le sujet privilégié des lettrés marocains. La littérature biographique de la sainteté comporte à Fès divers genres qui s’entrecroisent. Si on peut noter la constitution d’une tradition d’hagiographie purement soufie, l’historiographie, les dictionnaires biographiques et la généalogie se servent du récit hagiographique pour rendre hommage à la ville, à des hommes du pouvoir, à des savants et aux clans chérifiens en les associant d’une manière ou d’une autre à la sainteté et à ses représentants. Enfin, les saints, ce sont aussi des citoyens de Fès, occupant tantôt des fonctions officielles et appartenant tantôt à une branche de shurafā’, cette catégorie socioreligieuse regroupant les descendants du Prophète. Le métissage des genres reflète donc effectivement une réalité, celle de la tradition spirituelle de Fès, telle qu’elle est ancrée dans sa vie culturelle et sociale.

2Pourtant, cette situation complexe possède son histoire propre, intrinsèquement liée à celle de Fès et, évidemment, à celle du soufisme. Les premiers ouvrages hagiographiques marocains s’inspirent des recueils biographiques du soufisme oriental. Ils apparaissent lorsque la ville d’Idrīs II assume, grâce à l’importance que prend la Qarawiyyīn à l’époque almoravide et almohade, le rôle d’un centre intellectuel. A cette époque, la vie spirituelle parvient, suite à Abū Madyan, à une certaine homogénéité. Pendant le règne mérinide, lorsqu’une politique favorable au chérifisme est mise en œuvre, l’historiographie rend hommage au fondateur de la ville, à ses institutions, à ses savants et à ses saints. Elle associe ainsi le mérite de Fès à la sainteté. La tradition savante de la ville, institutionnalisée avec l’introduction des médersas, glorifie son authenticité et sa continuité par les recueils biographiques, qui s’ornent avec le souvenir des grands saints parmi les oulémas. Le mouvement jazūlite des Xe-XIe/XVIe-XVIIe siècles entraîne une nouvelle vague d’activité hagiographique. Cette dernière est accompagnée par les recueils généalogiques qui consignent soigneusement les saints de chaque famille chérifienne, opérant ainsi un rapprochement entre filiation charnelle et filiation spirituelle qui caractérise depuis la vie religieuse de Fès. Évoquer le souvenir des saints devient quasiment un exercice obligatoire pour tout auteur traitant des personnalités de Fès et, de plus, une œuvre hautement méritoire.

3Une étude sur l’hagiographie fāsie doit tenir compte du fait que la sainteté s’y articule dans des registres assez diversifiés et s’inscrit conséquemment dans l’histoire intellectuelle et socioculturelle. C’est à cela ainsi qu’à l’abondance des textes que tient la complexité du sujet. Afin de disposer d’une grille d’analyse permettant de décoder et ensuite d’utiliser le corpus comme source pour l’histoire de la sainteté, il est utile de se référer aux origines du discours hagiographique dans la tradition musulmane.

© Centre Jacques-Berque, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable