Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fès et sainteté, de la fondation à l’avènement du Protectorat (808-1912)

 | 
Ruggero Vimercati Sanseverino

Préface

Denis Gril

Texte intégral

1A-t-on songé à écrire l’histoire religieuse et spirituelle des métropoles de l’Islam ? La tâche n’est pas aisée, si l’on songe à l’ampleur et à la complexité des sources, à la nécessité de croiser l’histoire socio-politique et celle des doctrines et des mouvements religieux et intellectuels. Cette difficulté n’a pas découragé Ruggero Vimercati Sanseverino, qui a rendu à la ville de Fès tous les honneurs dus à son passé de capitale politique, scientifique et spirituelle. L’abondance des sources historiques, biographiques et hagiographiques, loin de le rebuter, l’a au contraire confirmé dans la nécessité de suivre, depuis la fondation de Fès jusqu’à l’avènement du Protectorat, les développements et les transformations de la tradition de science et de sainteté qui a fait la réputation de cette ville au Maroc et dans tout le monde musulman. Il s’est attaché à montrer comment au fil des siècles la science des oulémas, transmise dans les mosquées et les médersas, ainsi que le savoir initiatique, reçu et diffusé dans les zaouïas, ont constitué un couple inséparable aux relations tantôt harmonieuses, tantôt tumultueuses. Plutôt que suivre la périodisation de l’histoire dynastique marocaine, il propose de retracer l’évolution de ces relations par une typologie de la sainteté caractéristique de chaque époque. Il fait revivre ces hommes de Fès à partir des très nombreuses sources primaires et secondaires qu’il donne ainsi à connaître, ce qui fait de ce travail une mine bibliographique pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire du Maroc et à celle de la spiritualité en islam. Ces saints personnages, savants, lettrés, parfois analphabètes ou ravis en Dieu, prennent une épaisseur historique et sont resitués dans la place et la fonction qu’ils ont occupées dans la ville. L’auteur nous fait entendre aussi leur voix, à commencer par celle d’Idrīs II qui, selon la tradition, a prédit par son invocation le destin de Fès, consacrée à la pieuse recherche de la science. Il nous donne aussi à lire quelques extraits de leurs enseignements transmis par voie orale et écrite. Son histoire de la sainteté pourrait servir de cadre à une histoire doctrinale du soufisme non seulement à Fès mais dans l’ensemble du Maroc. En effet, parmi les saints et maîtres spirituels dont il est ici question, certains sont nés et morts à Fès ; d’autres y sont nés et y ont été formés mais ont poursuivi ailleurs leur carrière ; d’autres encore y sont venus un temps pour étudier et suivre l’enseignement d’un maître ou pour y rencontrer leurs semblables ; d’autres, enfin, s’y sont installés définitivement, à un certain stade de leur parcours. Ce dynamisme de la ville et les réseaux qui se tissent à partir d’elle sont remarquablement soulignés. Les liens de Fès avec les autres villes et régions du Maroc ainsi qu’avec les autres parties du monde musulman pourraient, à partir de ce travail, faire l’objet d’une recherche spécifique.

2En prenant le parti d’inscrire cette histoire dans la longue durée, Ruggero Vimercati Sanseverino a produit un ouvrage de référence qui rendra, et pendant longtemps, de grands services. On tirera profit des tableaux des filiations charnelles et spirituelles ainsi que des cartes qui invitent à la ziyāra. Cependant, sa contribution à l’histoire de la spiritualité va beaucoup plus loin. Il excelle à faire jaillir des sources tout ce qui fait la richesse de cette histoire. Par quelles voies intérieures ou visibles accède-t-on à l’élection divine ? Comment les saints investissent-ils la ville, dans les divers lieux où leur présence est plus particulièrement sensible, durant leur vie et après leur mort ? Comment leur souvenir et les traces architecturales de leur passage marquent-ils le temps et l’espace ? L’analyse souvent très fine de la littérature hagiographique ne va pas sans une interrogation constante sur le statut de cette écriture héritière de l’histoire sacrée. La distance que doit prendre le chercheur ne le dispense nullement de chercher à comprendre les intentions profondes des hagiographes et leur rôle dans l’élévation de Fès au rang de « ville des saints ». Telle a été la posture scientifique de l’auteur de ce livre. Elle l’a conduit à s’interroger sur ce qui justifie une telle appellation que d’autres villes de l’islam et du Maroc, Marrakech en particulier, pourraient revendiquer. Dans cette quête, la figure légendaire et historique du fondateur de Fès, venu féconder le Maroc de la semence prophétique, a joué un rôle. Elle a fait prendre conscience à Ruggero Vimercati Sanseverino que le couple science-sainteté a formé à Fès, avec la descendance charnelle et spirituelle du Prophète, un ternaire que ses saints ont reçu en héritage. On saura gré à ce jeune chercheur d’avoir ouvert les portes d’un regard nouveau sur l’histoire de la ville en islam. Rappelons enfin que, dans le Coran, la ville (madīna) est souvent le symbole du cœur.

Auteur

© Centre Jacques-Berque, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable