Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Surnaturel et société

 | 
Saâdia Radi

Préface

Hassan Rachik

Texte intégral

1Comment un anthropologue se débrouille-t-il pour observer des croyances et des pratiques que ses interlocuteurs tiennent à cacher parce que socialement dévalorisées ? Des objets de recherche comme la sorcellerie et la voyance imposent une stratégie de terrain particulière qui évite, notamment, que l’ethnographie des croyances ne glisse vers un travail sur la non-croyance. A cet égard, les gens préfèrent expliquer pourquoi il ne faut pas croire dans ce qu’ils considèrent comme étant arriéré, hérétique, etc. L’anthropologue demande s’ils croient dans telle chose, ils lui répondent qu’il ne faut pas y croire et pourquoi il ne faut pas y croire. Saâdia Radi a affronté ce genre de situation en travaillant sur les explications des malheurs en rapport avec le mauvais œil, les djinns et la sorcellerie. Elle nous offre une riche ethnographie qui permet de comprendre le statut du « croire en cachette ». Il me semble que sa situation ethnographique est encore plus complexe, en ce sens que la majorité des gens croient, en invoquant l’autorité du Coran et du hadith, dans l’existence de ces causes de malheurs que sont le mauvais œil, les génies et la sorcellerie, mais ne consacrent pas nécessairement toutes les croyances et les rites qui les accompagnent. Devant la réticence des hommes, elle a été contrainte de travailler avec les femmes. Cette solution n’était pas pour autant facile. Des femmes ne comprennent pas, ce qui est courant, comment une femme cultivée s’intéresse à des choses dévalorisées. Cette situation pousse de façon plus pressante l’ethnographe à s’interroger sur la posture à adopter : neutre, empathique, engagée... Il s’agit d’un problème d’ordre théorique mais surtout pratique, car Saâdia devait arriver à parler aux femmes réticentes.

2Saâdia veut comprendre comment, dans une société qui offre une alternative moderne, certains croient dans le « surnaturel » et l’invoquent pour expliquer des maladies et d’autres malheurs. Elle a étudié la part qu’occupe la référence au surnaturel partant du fait que les gens mélangent plusieurs registres traditionnels et modernes. Pour une même maladie, ils recourent, simultanément ou alternativement, à des moyens thérapeutiques qui font appel au surnaturel et à la médecine moderne.

3Saâdia nous livre une description compréhensible et détaillée des différentes conceptions des sources du mal et des moyens rituels pour le conjurer. Elle examine les différentes conceptions du mauvais œil et les divers rites pour s’en protéger. On doit, par exemple, cacher ce qui est susceptible de créer l’envie chez autrui, proférer des formules ou porter des objets afin de contrecarrer les envieux. Par ailleurs, on est également appelé à observer des rites qui manifestent la volonté de ne pas vouloir nuire à autrui. Mais les gens ne peuvent pas constamment cacher leur bonheur et leur réussite, il y a des contextes où ils sont amenés, pour ne pas dire contraints, à les exhiber sachant les graves risques encourus. Lors des noces, il faut à la fois donner à voir et se protéger contre les sources de malheur. Avec le même détail sont décrits les croyances dans la sorcellerie, ses différentes catégories et manifestations locales (tûkâl, tqâf, echchem), les rites oraux et manuels et leurs usages dans des relations interpersonnelles, ainsi que les spécialistes des rituels appelés à la contrecarrer. Les djinns sont aussi conçus comme source de diverses maladies. Il ne s’agit pas seulement de cette masse anonyme, mais aussi d’êtres identifiés et nommés (Aïcha Qandicha, « mule des cimetières », « mère des enfants »). Ces êtres sont responsables de certaines maladies dont les symptômes et les rites de guérison sont longuement décrits. Par ailleurs, une bonne partie de l’étude est consacrée à des agents rituels (voyantes, fqîh, saints) et aux notions de baraka et de niyya dans leur rapport avec les rites thérapeutiques.

4Saâdia compare son interprétation avec d’autres approches anthropologiques des explications des événements malencontreux (Doutté, Desparmet, Evans-Pritchard, Favret-Saada). Cependant, elle évite la construction d’une théorie indigène des sources des malheurs décrits, en forçant la cohérence entre les différentes explications locales. C’est une question fort délicate, mais je pense qu’entre une théorie qui ambitionne de rendre compte de toutes les croyances recueillies et l’abdication à toute théorie, il existe la possibilité de construire des configurations ou constellations d’interprétations qui seraient davantage cohérentes avec des contextes déterminés. On peut, par exemple, en suivant la distinction de Saâdia, traiter séparément la configuration des croyances autour du mauvais œil lié aux mauvais sentiments et celle autour du mauvais œil de l’amour.

5La catégorie du « surnaturel » risque de situer toutes les causes des malheurs dans un monde métaphysique, c’est-à-dire métasocial. Or, le travail de Saâdia montre le contraire. On peut distinguer entre le mauvais œil conçu comme une action maléfique involontaire et le shûr (sorcellerie) entendu comme une action provoquant intentionnellement des malheurs. Mais dans les deux cas, les causes sont situées à l’échelle sociale et plus précisément celle des relations interpersonnelles. Saâdia montre clairement que, sur le plan sociologique, le mauvais œil indique le caractère agonistique des relations sociales. On craint les envieux, comme on doit tout faire pour ne pas passer pour un envieux. Toutefois, invoquer les djinns pour expliquer un malheur relève d’une autre logique symbolique et sociale. On n’attribue pas son malheur à des voisins ou à des proches envieux, mais à une entité, anonyme ou non, située en dehors de la société. Dans ce cas, on n’est plus devant une société perçue comme une arène de combat, faite d’attaques et de contre-attaques rituelles. Celui qui invoque les djinns serait-il en paix, de façon ponctuelle ou permanente, avec son entourage social ? Ceci montre que quel que soit le degré de fermeture d’une société traditionnelle et du caractère contraignant des croyances, les gens ont des options explicatives des malheurs : le mauvais œil, le djinn, la sorcellerie, Dieu...

6L’ethnographie des différentes sources de malheurs est détaillée et compréhensible en ce sens qu’elle est socialement située. Saâdia dépasse ce type courant de descriptions normatives, moyennes et désincarnées. Les différents rites et croyances sont souvent restitués par rapport à des acteurs identifiés et à des contextes déterminés. Elle accompagna des femmes dans leurs périples thérapeutiques, restitua leurs situations sociales, leurs croyances et leurs paroles. Nous disposons de maintes descriptions de cas, récits de vie et d’observations de situations concrètes (transe, consultation de voyantes, visite de sanctuaires) qui donnent une idée plus approfondie sur la complexité des croyances et des actions engagées par les femmes. L’ethnographie prend en compte également la dimension dynamique des rites étudiés, les innovations introduites et leur insertion dans le système médical moderne. [Casablanca, le 18 avril 2013].

Auteur

Hassan Rachik est anthropologue, professeur à l’Université Hassan II de Casablanca, professeur visiteur dans des universités américaines, européennes et arabes.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable