Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au seuil de la vie marocaine

 | 
Louis Brunot

Avant-propos

Texte intégral

1Il saute aux yeux des moins avertis d’entre nous que les relations sociales chez les Marocains sont très différentes de ce qu’elles sont chez nous. Un jour nous nous extasions sur la délicatesse de leurs formules de politesse ou sur la grâce des gestes, mais le lendemain nous éprouvons quelque gêne au cours d’un repas servi selon les traditions les plus pures, des traditions que respectaient jadis nos rois de France. Il nous arrive fréquemment de prendre pour des hypocrites des gens qui ne veulent être que polis, et c’est une injustice d’autant plus cruelle qu’elle est inconsciente. Enfin nous passons indifférents ou même aveugles devant mille manifestations d’une urbanité minutieuse et charmante qui donne un sens aux actes les plus courants ou, de notre point de vue, les plus insignifiants.

2C’est dire que la société marocaine elle-même est très différente de la nôtre. Pour lors, tenter de décrire les relations qu’elle impose aux hommes serait vouloir, sans y prendre garde, faire en même temps un tableau complet de la société marocaine. Un gros ouvrage deviendrait nécessaire, surtout si l’on accordait à chaque détail l’importance réelle qu’il a plus souvent qu’on ne le croit au premier abord. Aussi n’abordera-t-on pas dans ce petit livre une tâche de cette envergure et qui risque toujours de n’être qu’imparfaitement accomplie. On se bornera à esquisser une sorte d’initiation à la connaissance de la société marocaine, à exposer les principes essentiels des bonnes mœurs et de la civilité et à indiquer les rapports normaux, et si possible harmonieux, que Français et Marocains doivent avoir entre eux.

3Cependant, on s’interdira de rester trop étroitement dans l’abstrait : les grandes lignes sont un peu sèches et manquent de couleur. Nous donnerons de ces principes et de ces rapports des illustrations concrètes surtout lorsqu’ils sont en opposition avec les nôtres ou font contraste avec nos conceptions les plus habituelles.

4Notre ambition serait de montrer aux Français, trop enclins à croire que la société dans laquelle ils se plaisent doit être un modèle pour l’Univers, qu’une autre société assez différente de la leur peut se maintenir en équilibre, avec sa logique interne, durer pendant des siècles malgré les crises de son histoire et, aujourd’hui, malgré le contact permanent et nécessaire d’un autre civilisation. La société marocaine a son organisation propre et elle obéit à ses impératifs religieux ou moraux qui régissent les rapports entre les individus. Ce sont ces impératifs et cette organisation qui feront l’objet de la présente étude.

5Puisque le Destin a voulu nous appeler à vivre avec les Marocains qui ne veulent pas plus que nous se dénaturaliser, il est de notre devoir de faire tous nos efforts pour comprendre la civilisation de nos associés : outre le bénéfice tout spirituel que nous pourrons tirer d’une expérience de ce genre, nous parviendrons de cette façon – et c’est la seule – à vivre en bons termes avec les Marocains, à les estimer à leur vraie valeur et, en retour, à forcer leur estime.

6Puisse ce petit livre éclairer et guider, pour le bien commun, le lecteur qui, du fait qu’il l’ouvre, montre une bonne volonté encourageante.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable