Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au seuil de la vie marocaine

 | 
Louis Brunot

Eux et nous

Texte intégral

Blessure par le fer guérit.

Blessure par la langue ne guérit pas.

(Proverbe arabe)

1Un des traits les plus caractéristiques de la vie marocaine, et peut-être
un de ceux qui en font le charme, est la cohabitation, sur le même territoire, de deux peuples dont une sorte de fatalité inexorable a fini par mêler intimement les destinées, après des siècles de relations entrecoupées de longues périodes d’indifférence ou même d’hostilité. Les Marocains musulmans, parlant des idiomes sémitiques, diffèrent apparemment des Français, chrétiens pour la plupart, épris de leur culture et parlant une langue aryenne.

2Malgré cette opposition des caractères, Français et Marocains sont associés dorénavant en vue de la rénovation du pays, de l’exploitation de ses richesses, de son développement matériel et moral, de sa valorisation dans tous les domaines.

L’association franco-marocaine

3Mais une association de ce genre, conclue au début par les gouvernements seulement, admise peu à peu par les peuples, imposée par les armes, dans certains cas, à des tribus ignorantes ou anarchiques, ne peut subsister et être profitable que si les individus ou les groupes se sentent de moins en moins étrangers les uns aux autres. Il est évident, en effet, pour les gens de bonne foi, que les Français ne sont pas venus au Maroc uniquement pour « faire des affaires », mais encore pour tirer le pays d’une anarchie mortelle et venir en aide aux Indigènes. Les Marocains, parallèlement, nous demandent, non seulement de diriger le développement économique de leur pays, mais encore d’y faire régner la justice et la paix, de propager l’instruction, etc.

4En somme, il convient désormais et de plus en plus que Marocains et Français se connaissent, s’apprécient, s’estiment afin que leur collaboration soit efficace et utile aux uns comme aux autres.

5Après plus de trente ans de Protectorat, où en sommes-nous ? Quels progrès avons-nous faits dans cette voie ?

6Il faut bien avouer que ni les Marocains ni les Français ne méritent de louanges. Ils ont pris l’habitude de vivre côte à côte, ils ne s’étonnent plus des costumes, des langages, des cultes différents d’une race à l’autre, mais au fond ils ne se connaissent guère et chaque groupe ignore en général ce que l’autre pense de lui.

Le contraste des mœurs

7Les causes de cette situation sont plus ou moins apparentes et relevant d’ordres très variés. L’organisation des cités européennes, éloignées systématiquement des cités indigènes, donne à chaque race un habitat particulier qui lui convient entièrement. De ce fait, l’Européen peut vivre sans avoir besoin directement de l’Indigène et réciproquement. Aucun voisinage entre Français et Marocains n’est imposé par l’habitat ni, par conséquent, aucune relation journalière. Nulle occasion ne leur est donnée de se rendre de petits services ou de se quereller, ce qui vaudrait mieux que l’indifférence. Sans doute, convenait-il que les médinas ne fussent pas déparées par des constructions de style bâtard, sans doute convenait-il de laisser les Indigènes en paix et de ne pas troubler les habitudes de leur vie citadine. Il n’en reste pas moins que la séparation des quartiers musulmans et chrétiens est un obstacle matériel à des relations suivies entre Français et Marocains.

8L’automobile par ailleurs, malgré les apparences, n’est pas un moyen de rapprochement, bien au contraire. Elle permet d’éviter d’avoir recours aux indigènes le long des chemins et elle oblige à ne les voir qu’en coup de vent. Grâce à elle on va partout mais on ne s’arrête nulle part : cet instrument, qui devait en principe diminuer la longueur de la route pour nous permettre de rester plus longtemps en contact avec les gens des villes ou du bled, devient notre tyran et non notre serviteur, et nous emporte au moment où il conviendrait de demeurer.

9Les formes de progrès que les Français ont apportées au Maroc ne sont donc pas toutes favorables à l’établissement de relations nécessaires et quotidiennes entre Européens et Indigènes.

10D’autre part, les mœurs marocaines et les mœurs françaises s’opposent et se contrarient souvent comme si elles avaient été instituées avec l’intention sournoise d’empêcher tout contact entre les groupes sociaux.

11Le Musulman, par exemple, consent à manger la nourriture de l’Israélite, mais s’abstient de manger une partie de celle du Chrétien, parce que celle-ci ne tient pas compte de certaines interdictions alimentaires qu’un indigène n’oserait violer. De ce fait, il nous arrive bien de partager les repas des Marocains qui nous invitent, mais il nous est à peu près impossible de leur faire plaisir en les conviant à notre table.

12Au Maroc, les Musulmans, pour la plupart, se refusent encore à aller au café (à Alger et à Tunis, ils y vont couramment), même pour y consommer des boissons que la religion tient pour licites, du thé par exemple. Quand on se rend compte de la place que tient le café dans la vie sociale des pays méditerranéens, on mesure l’obstacle que crée l’attitude des Indigènes à son égard, au point de vue des relations habituelles entre eux et nous.

13Si encore les Marocains avaient, comme les Algériens, des cafés maures décents, nous aurions la faculté de nous y rendre pour les rencontrer sans autre but que de converser avec eux. Mais le Marocain de bonne société répudie le café maure. Les établissements de ce genre que l’on trouve dans les villes chérifiennes ne sont fréquentés que par le plus bas peuple, les portefaix, les amateurs de kif, les joueurs de cartes. Jamais on n’y verra un cadi, un adel, un notable, même pas un artisan, même pas un ouvrier qui se respecte.

14La vie familiale de nos protégés crée encore un obstacle aux relations entre eux et nous. La claustration des femmes rend délicat l’accès de la maison du musulman, même s’il est notre ami, et impose un ensemble de règles de bienséance assez étrangères à nos conceptions européennes pour qu’elles constituent en fait une quasi-interdiction.

15De quelque côté qu’on se tourne, on aperçoit ainsi des différences sensibles dans les habitudes de vie qui séparent Français et Marocains. Elles demandent de la part de ceux qui, d’un côté et de l’autre, tendent à se rapprocher des efforts méritoires d’adaptation.

16Heureusement, les religions ne sont pas une cause d’antipathie. Le Musulman marocain, s’il lui arrive d’être xénophobe, n’est généralement pas fanatique bien qu’il soit légitimement très attaché à ses croyances. Le Français, d’autre part, est respectueux des croyances religieuses qui ne sont pas les siennes. Sur ce terrain donc, aucun froissement ne se produit provoqué intentionnellement et il faut s’en féliciter car des dissentiments religieux compromettraient sans remède la symbiose franco-marocaine.

17Reste la langue. Les idiomes parlés par les Européens et les Marocains sont si radicalement différents les uns des autres, que des rapports constants et suffisants ne peuvent s’établir entre les gens qui les parlent qu’à la condition d’un apprentissage du dialecte ou de la langue étrangère chez le plus grand nombre possible d’individus des deux groupes.

18On peut affirmer que la cohabitation des Français et des Marocains n’est possible et durable que s’ils parviennent à s’entendre directement et pas seulement avec le concours d’interprètes. Les Romains résolurent cette question d’une façon simple et radicale : ils ignorèrent systématiquement le berbère – comme le gaulois d’ailleurs – et obligèrent les autochtones à apprendre le latin. Les Anglais ont agi de la même façon à l’égard des parlers gallois, et les Français aussi vis-à-vis du breton ou du basque. Ici, les conditions ne sont plus les mêmes, et les temps ont changé. Sans s’occuper des systèmes politiques ni de l’histoire, les Français et les Marocains se sont mis à apprendre la langue de leurs associés avec une bonne volonté évidente. Les colons, les commerçants, les officiers, les fonctionnaires appelés prendre contact avec les Marocains ont appris suffisamment d’arabe ou de berbère pour pouvoir parler directement avec leurs voisins, leurs clients, leurs administrés. L’arabe est enseigné encore dans les lycées et les collèges ainsi qu’à l’Institut des Hautes-Études marocaines. Réciproquement, les Marocains sont venus par dizaines de mille dans les écoles, ils ont suivi les cours d’adultes, et beaucoup ont su profiter des leçons pratiques de français qui se donnent dans la rue. Ainsi le bilinguisme, instrument par excellence des rapports franco-marocains, est de plus en plus répandu. Néanmoins, le nombre est considérable des gens qui ne connaissent que leur langue maternelle et, parmi les Français, de ceux qui, n’éprouvant plus le besoin impérieux de pratiquer l’arabe, s’autorisent des efforts que font les Marocains en vue de l’acquisition du français pour négliger l’étude des dialectes locaux.

19Cet exposé montre que si le désir de compréhension réciproque se manifeste chez les Marocains comme chez les Français, désir né d’ailleurs de la nécessité de se comprendre pour pouvoir vivre ensemble, des obstacles encore sérieux s’opposent cependant à des rapports aussi confiants et aussi nombreux qu’on le voudrait.

Le contraste des mentalités

20À ces barrières posées par les mœurs et la langue s’ajoutent celles qui, plus graves, se dressent du fait de la mentalité spéciale des deux groupes. Chacun d’eux juge et apprécie l’autre selon ses concepts propres, agit selon sa norme, éprouve des sentiments particuliers. De là une confusion psychologique fertile en incidents parfois comiques mais plus souvent regrettables à l’égard de la bonne harmonie qui devrait régner entre des gens appelés à vivre sur un territoire commun.

21Il ne paraît pas inutile de relever quelques attitudes, quelques faits, quelques opinions qui montreront à quel point les Marocains et les Français raisonnent faussement lorsqu’il s’agit de leurs associés.

22La manie de généraliser est la cause d’erreur la plus répandue. Nous ne voulons voir dans tous les individus indigènes que des exemplaires parfaitement identiques à l’indigène type que notre imagination a créé. Ils doivent être tous ignorants de la civilisation et de la langue françaises, chevaleresques, hospitaliers, jaloux de leurs femmes, rigoureusement musulmans… Ou bien, ils doivent être tous paresseux, fatalistes, chapardeurs, vermineux… Que de jugements tranchants et universels sont exprimés ainsi chaque jour par des personnes qui, en d’autres circonstances, font preuve d’une modération et d’une sagesse d’esprit louables ! S’il nous arrive de constater qu’un Marocain ne correspond pas à l’idéal schématique que nous nous sommes fait de sa race, nous nous créons un idéal schématique nouveau mais tout aussi faux que le premier, parce qu’universel, et nous persistons dans notre erreur de pensée. On voit de la sorte l’arabophile béat devenir un arabophobe enragé. Pourquoi ne pas voir dans les Marocains des hommes comme nous, de caractères et de mœurs très variés, appartenant à des classes sociales différentes, provenant de pays différents, ayant des origines ethniques diverses ? Ce serait plus intelligent, et cela nous éviterait des attitudes ridicules et blessantes.

23Par ailleurs, nous aggravons la chose d’une légèreté de caractère qui nous fait grand tort dans l’esprit des Marocains. Nous tutoyons tout aussi bien un domestique qu’un notable, un portefaix qu’un commerçant, nous faisons les bons garçons, nous blaguons, pour employer le terme propre. On ne saurait croire combien cette blague a créé de ressentiments tenaces chez des gens généralement graves, très soucieux de la dignité des manières sinon du caractère, des gens qui prennent tout au sérieux. Si encore nous traitions chacun selon son rang, réservant les propos et les attitudes frivoles pour ces grands enfants que sont les gens du peuple, il n’y aurait que demi-mal. Le grand mal est que nous exagérons notre enjouement habituel et naturel et que, dès qu’il s’agit de Marocains, nous affectons, systématiquement pourrait-on dire, des façons de parler et d’agir d’une puérilité et d’une familiarité déconcertantes. Nous poussons même les choses jusqu’à l’ironie agaçante sans nous rendre compte que les plaisanteries et les moqueries sont vite prises comme injures lorsqu’elles sont le fait d’un étranger.

24Le Marocain, de son côté, commet des erreurs de jugement analogues lorsqu’il nous apprécie. Il est persuadé – en général – que tout Français est naturellement riche, fort et puissant et qu’il convient par conséquent de tirer parti de son voisinage, ou bien que nous sommes tous irréligieux, impurs, immoraux et qu’il faut par suite s’éloigner de nous. Il arrive aussi aux Marocains de nous tourner en ridicule, ce dont nous ne saurions nous fâcher, mais il faut reconnaître qu’ils font en sorte que nous ne nous apercevions jamais de la moquerie dont nous sommes l’objet. Soyons-y sensibles.

25En somme, nous avons, Français ou Marocains, des opinions trop sommaires à l’égard du groupe qui nous est étranger. Par surcroît, nous nous faisons illusion sur l’estime que nous croyons mériter dans la conscience de nos partenaires, parce que nous oublions que les échelles de valeurs morales varient d’un peuple à l’autre, malgré le respect commun des grands principes. Il serait trop long d’entrer dans des détails, qui ne manqueraient souvent pas de pittoresque, pour illustrer cette affirmation. On doit cependant attirer l’attention sur un fait important, une cause de froissements continuels, on veut dire le préjugé de supériorité raciale.

Le préjugé de race

26Il faut dire tout de suite que le mot race doit être pris, non pas avec le sens que lui donnerait un anthropologue mesureur de crânes, mais avec celui de groupe social qui considère, à tort ou à raison, sa culture et sa mentalité comme différentes de la culture et de la mentalité des groupes voisins. Admettons ainsi que les Indigènes musulmans, les Israélites et les Européens constituent trois races.

27Chacune d’elles ne se croit pas simplement différente des autres, elle s’estime supérieure. C’est là une conviction profonde et naturelle, car si les individus d’une race considéraient leur groupe comme moralement inférieur, ils l’abandonneraient pour s’agréger au groupe tenu pour supérieur. Comme la masse indigène se maintient distincte des Européens et de son plein gré, on doit en conclure que les Marocains sont loin de se considérer comme inférieurs à nous.

28Pour poursuivre la discussion de ce problème et en déduire des conséquences plus ou moins pratiques, il faudrait tour à tour s’adresser aux Indigènes musulmans, aux Israélites, aux Européens et leur faire comprendre que tout le monde ne partage pas nécessairement la bonne opinion qu’ils ont respectivement de leurs qualités raciales. Peut-être alors seraient-ils plus tolérants et entretiendraient-ils des rapports plus amicaux avec leurs voisins des autres races.

29Ce prône en trois parties serait trop long, mais les gens tolérants que nous voulons être supporteront sans blessures d’amour-propre la partie qui concerne les Européens.

Les opinions erronées

30Nous éprouvons une légitime fierté de l’œuvre que nous avons accomplie au Maroc. Il faut croire que cette fierté se manifeste ingénument chez tous et à tout moment car tous nos visiteurs étrangers, conférenciers, ou chefs de caravanes, commencent invariablement leurs discours publics par le couplet traditionnel, toujours agréable à entendre, louant la vaillance des colons, le dévouement des scribes, la science des uns, le travail des autres, « cette réalisation magnifique de l’effort français que présente le Maroc ».

31Les Marocains ne sont pas en reste à cet égard. Lorsqu’ils veulent nous mettre dans l’état d’esprit le plus propre à écouter leurs demandes, ils vantent les routes, les chemins de fer, les ponts et les phosphates. Ce n’est d’ailleurs pas sans sincérité qu’ils tiennent ces propos. Ils se rendent à l’évidence de bon gré et ils reconnaissent que nous sommes d’excellents ouvriers, bien supérieurs à eux. Pour ouvrir des voies de communication, organiser un pays, percevoir l’impôt, mouvoir des troupes, exploiter les richesses naturelles et contrôler les dépenses, nous sommes à leurs yeux inimitables – et parfois insupportables. Ils ont d’ailleurs et depuis longtemps concrétisé leur opinion dans un proverbe : « ma ka trom ghir fyedd errom : une chose n’est bien faite que par la main d’un roumi. »

32Mais cette supériorité, celle de l’ouvrier, la seule qui ne se discute pas, comme dit Gustave Lebon, reste dans le domaine matériel. Il faut se demander si le Marocain lui donne le même prix que nous et si elle compense à ses yeux une supériorité qu’il peut se donner dans le domaine spirituel.

33Il suffit d’avoir fréquenté quelque peu nos protégés pour s’apercevoir qu’ils savent profiter du confort que nous leur apportons, sans être encore les esclaves des machines. Mais on sent très bien qu’ils pourraient se passer de nos inventions et de nos organisations du jour au lendemain, quitte à les regretter plus tard. Certains d’entre eux ne cachent pas le mépris ou la désapprobation dont ils entourent les « nouveautés ». Beaucoup ne comprennent pas encore les nécessités de la vie moderne et ne veulent envisager que les embarras dans lesquels les met le bouleversement des habitudes ancestrales. Ne noircissons pas trop le tableau néanmoins ; des habitudes nouvelles se créent malgré les récriminations inévitables, les jeunes générations adoptent, parfois avec trop de passion, les usages imposés par l’organisation économique récente, et comme, au fond, chacun trouve son bénéfice dans la modernisation de la vie marocaine, on sent bien que les Marocains admettront de plus en plus des améliorations évidentes que nous apportons à l’existence matérielle.

34S’il nous est permis de tirer quelque fierté de notre supériorité dans le domaine matériel, c’est parce que nous avons un mérite réel à l’avoir acquise par de longs efforts, tenaces, patients. Or, précisément, ce mérite n’apparaît pas aux yeux du Marocain moyen. Ce Marocain moyen, intellectuellement passif, ne conçoit pas qu’on puisse tirer de soi-même ses croyances philosophiques, ses idées, ses conceptions. Il attend toujours du dehors son credo, sa technique, il attend toujours des révélations extérieures. Il reste donc persuadé que nous bénéficions d’une sorte de baraka, de vertu naturelle, d’une grâce providentielle qui nous confère de l’ingéniosité. Mieux, il pense que l’automobile, le chemin de fer, la télégraphie… ont été révélés d’un seul coup et tels quels à des cerveaux prédestinés. Aussi, rien ne l’étonne de notre part, et il reste plus sensible aux résultats d’une sélection animale ou végétale qu’émerveillé par un avion ou un téléphone. Nous avons donc de la chance à ses yeux, mais sans doute peu de mérite.

35Qu’y faire ? Il lui faudra une longue fréquentation de l’Européen, il lui faudra collaborer péniblement à l’amélioration du confort matériel avant qu’il apprécie la valeur de nos inventions.

36Par ailleurs, le Marocain ignore complètement l’essence de notre civilisation. Il n’en voit, et nous ne lui laissons voir, que le côté technique, et il est inévitablement invité à croire que c’est là tout notre trésor. S’il savait l’histoire ancienne, il répondrait volontiers à l’étalage de notre compétence technique que les Grecs dont nous nous réclamons ne connaissaient pas nos mécaniques et cependant avaient atteint un haut degré de civilisation. Il ignore, et il est bien excusable, notre désintéressement, notre goût de l’idéal moral, notre souci d’harmonie et d’équilibre, les généreuses aspirations d’une âme collective toujours inquiète de perfection, tout ce qui fait la noblesse de notre vie spirituelle.

37Si, par hasard, il perçoit l’activité incessante de notre esprit, s’il apprend que notre critique fait passer tout par son crible, s’il se rend compte que l’introspection psychologique, l’examen de conscience sont à la base de notre conduite morale, il en est péniblement impressionné. Tout au contraire de nous, il vit dans une sérénité intellectuelle absolue, car il trouve dans ses croyances religieuses et dans sa conception du monde un cycle complet, logique et fermé dont il n’éprouve pas le besoin de sortir.

Les appréciations des mœurs

38Si, après la technique et les attitudes d’esprit, nous envisageons les mœurs qui nous sont particulières, nous constatons encore que le Marocain, en général, n’a pas pour elles beaucoup d’estime. Nous aimons une nourriture qui lui répugne parce qu’elle est impure à ses yeux ; il nous passe bien l’alcool, mais il ne pardonne pas la viande de porc et la chair d’animaux qui n’ont pas été égorgés et saignés rituellement. Nous sommes propres, il le reconnaît, et il admet qu’on peut habiter chez nous de ce fait, mais nous sommes impurs, car notre propreté ne procède d’aucune intention religieuse. Nous ne nous épilons pas, nous urinons debout, nous ne pratiquons pas la circoncision…

39Tout cela constitue aux yeux des Musulmans la marque d’une grossièreté évidente qui nous rangerait, si nous n’étions forts, dans une catégorie sociale bien inférieure. Et puis, nos femmes sortent le visage découvert, elles font voir leurs bras, leurs jambes, elles sont décolletées, elles abordent les hommes dans la rue, les reçoivent chez elles, dansent. Elles apparaissent dans l’opinion indigène comme des dévergondées, ou tout au moins comme des personnes dépourvues de décence et de pudeur.

40Ainsi, nous faisons figure de gens ingénieux et forts, mais grossiers et immoraux – de gens irréligieux parfois parce que nous ne faisons pas étalage de nos croyances.

41Par contre, le Marocain tire de sa qualité de musulman l’intime conviction d’une immense supériorité spirituelle. Il sait qu’il ira au Paradis tandis que nous irons en Enfer. Il sait qu’il est dans « la voie droite » tandis que, même croyants, nous sommes dans l’erreur. Il sait qu’il détient la Vérité totale tandis que nous hésitons sur les sentiers d’une vérité relative que nous appelons science. Comme, par ailleurs, il tient la vie future pour la vraie vie durable, et le passage de l’homme sur la terre pour une épreuve éphémère, il estime son lot, au point de vue spirituel, infiniment préférable au nôtre. On s’en aperçoit à cette simple réflexion que tous les amis des Marocains ont entendue de leur part : « Quel dommage que tu ne sois pas musulman », disent-ils à ceux d’entre nous qu’ils estiment particulièrement. Ils ne pourraient mieux montrer qu’ils considèrent l’Islam comme un souverain bien dont nous sommes privés.

42On voit, par-là, combien le préjugé de supériorité raciale sépare deux peuples qui apprécient de façons différentes les valeurs morales et qui s’ignorent beaucoup plus qu’ils ne le croient parce qu’ils ne voient que les gestes et non les intentions.

43Cette divergence dans la hiérarchie des valeurs de part et d’autre est cause de jugements erronés, d’appréciations fausses des mœurs et des idées des gens qui ne sont pas de notre groupe. De plus, ce sont les défauts, estimés tels à notre point de vue, qui nous apparaissent tout d’abord et en relief dans le monde étranger. Si nous n’y prenons garde, nous ne voyons qu’une caricature du Marocain tout comme celui-ci, réciproquement, n’a de nous qu’une image déformée. Un exemple de ces erreurs de jugement a été donné par les frères Tharaud avec « Fès ou les bourgeois de l’Islam ». Les deux écrivains, par goût du pittoresque probablement, n’ont relevé à peu près uniquement que ce qui peut choquer un Européen dans la mentalité des citadins marocains. Ils n’ont pas montré que certaines façons de penser et d’agir qui nous heurtent trouvent cependant leur explication dans un autre milieu que le nôtre et sont parfois respectables. Ils se sont abstenus, par crainte de tomber dans la banalité sans doute, de montrer les qualités qui sont communes aux Fassis et aux Français. Et ainsi, ils ont brossé un portrait du bourgeois marocain dont tous les éléments, sans doute vrais séparément, constituent un ensemble faux.

44En somme, après avoir examiné sous bien des angles les rapports qui existent entre Marocains et Français, on reste convaincu que les uns et les autres ont le désir de s’entendre et de collaborer à une œuvre commune, mais ignorent réciproquement ce que sont leurs collaborateurs, plus grave, ont généralement sur eux des idées erronées. C’est un état de fait contre lequel on ne peut rien, qui s’explique du reste par le petit nombre d’années du Protectorat, qui s’améliorera forcément au fur et à mesure que les Marocains s’associeront en plus grand nombre à nos travaux de toute sorte, au fur et à mesure que nous ferons appel à leurs services.

La correction des rapports

45En attendant, et pour ces raisons mêmes, il convient que les rapports entre eux et nous soient parfaitement corrects : c’est le moins qui puisse se faire pour dissiper les malentendus. La plus grande politesse de part et d’autre, mais surtout de notre part, devient un devoir important sur lequel on ne saurait trop attirer l’attention.

46Le Marocain est le plus souvent poli, il est naturellement poli, même s’il est d’humble condition. Cette qualité foncière qui frappe l’étranger, et le charme aussi, est la manifestation d’une dignité personnelle que chacun se plaît à reconnaître. Incontestablement, le peuple marocain ne compte pour ainsi dire pas de ces dévoyés qui ont toute honte bue, de ces débraillés cyniques – au physique comme au moral – qui sont une tare de notre civilisation occidentale.

47On ne s’étonnera pas, cette constatation faite, en apprenant que le code des convenances chez les Marocains est très minutieux et qu’il est strictement observé. Si, par ailleurs, on remarque que, complément attendu d’un grand souci de dignité personnelle, la susceptibilité est un caractère dominant de l’âme indigène, on comprendra l’importance que joue le respect de ces convenances dans les rapports entre humains. Le Marocain, répétons-le, est très susceptible. Il se vexe facilement ; on le mortifie souvent sans le vouloir, sans le savoir. Comme il est poli ou craintif, il n’en laisse rien percer, mais on peut être assuré qu’il saisit parfaitement la nature de nos sentiments à son égard, le sens des expressions blessantes, la blague désobligeante. On serait effrayé si l’on savait la quantité de rancœur et de haine que nous avons semée inconsciemment dans le cœur des Algériens par des propos inconsidérés, des moqueries qui nous paraissent bénignes, des mots de mépris, s’ajoutant à tout ce qui, dans nos actes et nos paroles, a été mal compris et interprété à tort comme des insultes. Au Maroc, il semble bien qu’on ait agi plus discrètement et que l’autochtone n’ait eu à souffrir que des froissements inévitables au lendemain d’une conquête. Aucune atteinte n’a été portée systématiquement à sa dignité et c’est certainement là une des causes qui devraient nous attacher un peuple naturellement fier. Mais combien d’entre nous encore, avec une légèreté coupable, tutoient les Marocains, même les plus distingués, oubliant que nous leur avons enseigné dans nos écoles que le tutoiement n’est plus de mise, jusque dans les rapports avec les plus humbles de nos concitoyens. Pourquoi aussi nous obstinons-nous à appeler Fathma, du nom vénéré de la fille du Prophète, n’importe quelle boniche ? Pourquoi nous évertuons-nous à parler un sabir dédaigné avec des gens que nos maîtres ont instruits ? Nous avons beaucoup d’habitudes de ce genre à oublier.

48On a étudié dans les chapitres précédents les règles de la politesse marocaine et l’on a montré en quoi elles diffèrent des règles de la politesse française. Pour résumer cette étude, incomplète d’ailleurs quoique étendue, notons que le grand principe des convenances marocaines réside dans le souci de faire plaisir et de créer ainsi une ambiance magique (ce mot pris au sens philosophique) favorable aux entretiens et aux tractations de toute sorte. Les actes polis ne sont donc pas chez les Musulmans déterminés par le simple respect de conventions toutes mondaines comme chez nous ; ce sont des rites de l’accomplissement desquels on attend un effet heureux.

49La croyance au mauvais œil, aux augures, à la magie verbale… crée une série complexe de prescriptions et d’interdictions qui relèvent également de la politesse et des convenances chez les Marocains. Il faut être très au courant de ces croyances et des usages qu’elles commandent pour être correct et aimable avec nos protégés ; les mieux initiés d’entre nous commettent sans le vouloir plus d’une bévue par jour sur ce chapitre.

50Mais les Marocains n’exigent pas de nous que nous connaissions comme eux le code des convenances musulmanes et que nous en observions scrupuleusement les prescriptions. Ils n’attendent de nous qu’une intention de politesse traduite sincèrement selon nos usages si nous ne connaissons pas les leurs. Ils ne réclament de nous que le respect de leur personne. Ils désirent que nous les traitions comme nous traitons nos congénères, comme nous les traitons eux-mêmes lorsqu’ils portent faux-col et veston.

51Est-ce trop demander ?

52Certainement non. Le peuple qui se croit le plus poli de la terre, avec quelque raison sans doute, ne peut que répondre favorablement à si modeste désir. Et cependant…

53Cependant, fait typique, le Marocain qui a beaucoup voyagé dans notre pays se met à distinguer le Français de France et l’autre, pour mieux dire l’attitude du Français chez lui et celle du même Français hors de ses frontières.

54La chose s’explique, sans trouver d’excuse valable. Le riche Marocain qui voyage en France est un hôte que, par courtoisie sincère ou par jobardise, on honore peut-être plus que ses compatriotes ne l’honorent dans son pays. Par contre, le Français installé au Maroc fait des affaires avec le Marocain, discute, dispute, défend ses intérêts, toutes choses qui ne provoquent pas nécessairement l’aménité surtout lorsque les antagonistes apprécient les faits et les intentions de façons divergentes.

55Ici, nous rencontrons moins souvent le bourgeois tapi dans sa médina, dans sa maison bien fermée ou circulant en limousine de luxe, que le paysan fruste, le charretier malappris, le domestique trop nomade. Les occasions de friction sont nombreuses. Nous nous irritons de l’apathie, de l’insouciance du Marocain et de l’incompréhension, pourtant bien naturelle, qu’il oppose à nos meilleures intentions.

56Nous généralisons, comme il a été dit plus haut et, le préjugé de race jouant, nous en arrivons à des mots, à des gestes et à des attitudes que nous jugerions sévèrement si elles étaient le fait des autres.

57Sans doute, il n’est pas facile de corriger les uns et les autres. Les Français sont pressés d’équiper le pays et de l’organiser à la moderne, et les Marocains les regardent faire sans participer de plein cœur à une œuvre dont ils ignorent les résultats probables. Les premiers s’irritent de l’incompréhension des seconds et s’étonnent naïvement que ceux-ci ne leur soient pas reconnaissants des présents d’Artaxercès. Les Marocains se trouvent gênés par des innovations étrangères qui bousculent même leur vie familiale. à tout instant on s’aperçoit que l’attelage tire dans des directions différentes. Pour obvier à cet inconvénient grave, il n’est qu’un moyen : c’est de faire tous, chaque jour, un effort en vue de connaître de mieux en mieux la langue et les mœurs du pays, et plus encore les comprendre. Ceci pour nous.

58Pour ce qui concerne nos partenaires, ils ne concevront vraiment notre vie morale et intellectuelle, ils n’auront d’estime pour notre civilisation, que lorsqu’ils collaboreront effectivement, pour leur profit comme pour le nôtre, à ce progrès social dont nous avons le droit d’être fiers quand il est altruiste. Mais ce n’est pas une collaboration celle qui consiste à voire trois verres de thé chez des Marocains en faisant pleuvoir des vérités premières. La véritable collaboration est celle que symbolisent le forgeron et son aide frappant en cadence sur la même enclume, le même morceau de fer qui servira à un tiers. C’est celle qui devient une nécessité inéluctable.

59L’effort de compréhension mutuelle n’est d’ailleurs pas sans bénéfice immédiat. On apprend à mesurer la valeur des institutions et des hommes en les comparant dans des pays différents les uns des autres. On enrichit de cette manière son expérience du monde, on acquiert les qualités morales qui font les vrais chefs. Quant aux Marocains, ils n’ont pas à craindre une dénaturalisation qui serait due à un contact trop fréquent avec nous : s’ils perdent quelques routines, s’ils enlèvent la poussière qui recouvre des institutions vénérables, celles-ci n’en prendront que plus de valeur à leurs yeux comme aux nôtres.

L’éducation des jeunes

60Considérons maintenant, non plus les adultes mais les jeunes générations qui montent : le problème de la compréhension mutuelle prend alors un aspect tout nouveau. Il ne tient qu’à nous qu’il soit résolu heureusement. En tout cas, c’est là que se dessine l’avenir de la symbiose franco-marocaine. Le lecteur voudra bien, à ce propos, nous permettre une franchise nécessaire dans la critique de nos attitudes : la question est en somme trop importante pour qu’on craigne d’être trop sincère.

61Les enfants qui sont à l’école en ce moment, aussi bien Marocains que Français, auront moins de raisons que les adultes d’aujourd’hui de s’ignorer et moins d’excuses s’ils se méprisent réciproquement : ils trouveront en effet, lorsqu’ils seront devenus hommes, un pays installé, en plein développement économique et jouissant d’une stabilité politique qui aura fait oublier les luttes du début.

62Encore faut-il que, dès l’école, ils aient reçu quelque enseignement qui les prédispose à s’entendre et les prépare à leur collaboration future.

63L’école musulmane franco-marocaine, par destination, ne joue pas d’autre rôle que celui d’agent de rapprochement entre les deux peuples qui cohabitent désormais au Maroc. Qu’elle enseigne aux enfants de la langue française, du calcul ou des connaissances usuelles, elle s’applique à toute heure à faire comprendre à ses élèves la civilisation occidentale et à les préparer à une participation plus intime aux travaux de demain.

64L’école française, elle, maintient ses élèves dans la culture maternelle et reflète la Métropole le plus possible. C’est là sa mission essentielle. Il ne faudrait pas cependant qu’elle oubliât de parler des Marocains à ses élèves et des devoirs sociaux que crée la juxtaposition de deux peuples différents sur un même territoire.

65C’est là une chose d’autant plus importante que nos enfants sont instinctivement portés à méconnaître, et de là à mépriser, l’Indigène. Ils sentent plus qu’en France qu’ils appartiennent à une race forte, dynamique, qui crée, organise, dirige, commande. Ils en sont naïvement très fiers, quoiqu’ils n’aient par eux-mêmes aucun mérite, et ils se prennent non pas pour une élite, mais pour une aristocratie.

66Les inconvénients qui résultent de cet état d’esprit sont apparents. Nos petits aristocrates ne travaillent pas en classe comme ils le pourraient et ils professeraient volontiers à l’égard des Marocains des sentiments dépourvus de générosité.

67On peut, et on doit par conséquent, les détourner de ces sentiments. Sans doute l’enseignement moral qu’ils reçoivent à l’école et à la maison, doit les engager au respect constant de la personne humaine sans discrimination raciale. Encore faut-il insister auprès d’eux et les entraîner, dans les actes, plus encore que dans les paroles, à songer aux Marocains qui les côtoient. Les faits connus des enfants et des adolescents, les événements de la rue, doivent constituer une illustration sans cesse renouvelée des principes proclamés dans les leçons de morale de l’école et les entretiens familiaux.

68Ce n’est pas suffisant : les sentiments moraux ont besoin pour s’affermir de reposer sur des données intellectuelles, ce qui revient à dire, ici, que l’estime pour les Marocains ne peut naître et durer qu’avec une connaissance aussi précise que possible de leur genre de vie familiale et sociale. C’est pour répondre à cette nécessité que la Direction de l’Instruction publique a organisé depuis quelques années, dans les lycées et collèges, des cours et des conférences ayant pour objet la civilisation musulmane, en général, et son aspect marocain, en particulier. On ne saurait trop la féliciter de cette initiative.

69Encore ne faudrait-il pas que les auditeurs considèrent cet enseignement comme une branche nouvelle du programme d’études, une de ces nombreuses « matières » qu’on n’apprend qu’au lycée et qu’on se hâte d’oublier dès qu’on en est sorti : l’heureuse tentative de la Direction de l’Instruction publique ne saurait être considérée que comme l’amorce d’une action plus ample et plus profonde. On souhaite que chaque jour l’enfant européen soit invité à comprendre le Marocain dans les études qu’on lui propose : ce serait le meilleur moyen de combattre l’invraisemblable indifférence à l’égard de l’indigène vers laquelle il tend naturellement, à l’exemple des adultes. On donnerait un intérêt considérable à notre enseignement, primaire ou secondaire, en apprenant à nos enfants à observer le Marocain. La comparaison constante entre des manières de vie différentes n’est-elle pas le meilleur moyen de cultiver de jeunes esprits ? Et quand l’occasion est donnée à tout moment d’observer directement ces différences de vie, n’est-ce pas une grande faute pédagogique que de n’en pas faire profiter nos élèves ? D’ailleurs, il n’est pas que des différences à noter. Il est aussi des similitudes plus ou moins cachées révéler, des évolutions retardées, des retours au passé qui peuvent donner à notre enseignement une richesse et une vie incomparables.

70Les adultes, de leur côté, peuvent se donner à eux-mêmes un pareil enseignement en faisant preuve de curiosité et d’esprit d’observation. Quelques-uns s’y voient obligés par leurs travaux : amenés alors à mesurer la valeur des institutions et des hommes en les comparant dans des pays différents les uns des autres, ils acquièrent des qualités de jugement et aussi de caractère qu’on ne saurait dénier.

71Mais ne serait-il pas paradoxal que nos enfants, aux colonies, fussent privés, par négligence, à l’école, des avantages que donne pour la formation de leur esprit, la présence d’une civilisation étrangère à la leur ?

72Les exemples abondent qui démontreraient la facilité avec laquelle la connaissance du Marocain peut être intégrée dans l’enseignement quotidien sans bousculer des programmes vénérables. Il n’est guère de leçons qui ne permettent une allusion à la civilisation matérielle ou morale de nos protégés. Le Moyen Age s’est prolongé ici sous bien des aspects, les arts manuels sont encore dans leur simplicité primitive, les préjugés qui dorment à demi dans nos consciences se montrent ici sans voile…

73Il est permis de penser que nos enfants, s’ils y étaient poussés, finiraient par considérer les Marocains avec moins d’indifférence et les traiteraient comme ils le méritent, ressemblant ainsi aux colons et aux administrateurs isolés dans le bled qui établissent avec les Indigènes des rapports normaux.

74Rapports normaux : le mot est dit qui précise le but vers lequel doivent tendre toutes les bonnes volontés. Rapports difficiles à établir, il faut le reconnaître, du fait que les deux peuples en présence n’ont ni le même idéal, ni la même mentalité, ni les mêmes habitudes de vie. La nécessité s’impose donc de ne pas aggraver par des préjugés de race les différences multiples qui séparent Français et Marocains. Au contraire, il convient de les atténuer en professant le respect de la personne humaine dans tous nos protégés, en agissant avec eux comme s’ils étaient nos compatriotes. Le Marocain est très formaliste, il est sensible aux bons procédés et il est soucieux de sa dignité. En tenant compte de ces trois caractères et en gardant, c’est indispensable, un souci constant de notre dignité de Français, nous gagnerons rapidement sa confiance et peut-être son amitié. N’oublions jamais le proverbe arabe : « Blessure par le fer guérit, blessure par la langue ne guérit pas. »

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable