Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au seuil de la vie marocaine

 | 
Louis Brunot

Les convenances traditionnelles

Texte intégral

1À côté des obligations sociales que dictent la religion et les croyances que le populaire ne discute pas, il existe tout un code de politesse et de rites de bienséance, de convenances sociales ordinaires. Elles n’offrent pas cependant les mêmes caractéristiques que les nôtres, ni dans leur nature, ni dans leur expression.

La qaïda

2Les Marocains ont un mot pour désigner ces obligations non religieuses, purement mondaines ou morales, c’est la qaïda. Beaucoup de choses se font, d’autres ne se font pas, parce que « c’est la qaïda ». Pour n’avoir pas son origine dans les croyances religieuses ou magiques, la qaïda n’en a pas moins de force, dans ce pays où l’individu subit très lourdement le poids de la société : aucune liberté, aucune fantaisie ne sont permises à l’esprit ; l’imagination la plus timide est condamnée d’avance. On ne porte pas atteinte à la qaïda sans s’exposer à la réprobation générale. Cependant, dès que l’on est sorti de son milieu social, dès que les circonstances exigent ou encouragent une évasion, ce n’est pas sans une certaine allégresse qu’on renonce – mais en groupes – à certaines contraintes sociales et surtout qu’on adopte des mœurs nouvelles plus libérales. L’évolution économique du pays, le confort apporté par les Français, le brassage des populations, l’exemple de l’Orient ont fait du tort aux vieilles qaïda ; mais celles-ci n’en persistent pas moins encore, sous-jacentes, même chez les jeunes les plus entichés de modernisme.

3On peut examiner d’abord quelques-unes des obligations négatives, c’est-à-dire des interdictions de la qaïda qui ne concordent pas avec nos habitudes françaises. Leur connaissance nous évitera des maladresses dans nos relations avec les Marocains.

Les interdictions

4Il est malséant de s’asseoir à la terrasse d’un café, même si on ne consomme que des boissons licites. Sans doute quelques jeunes émancipés, des voyageurs, des gens qui n’ont pas d’attaches en ville, des ouvriers, se permettent-ils de prendre une consommation anodine dans un café européen. Cependant, ce n’est là qu’une exception – une exception qui tend à devenir de moins en moins rare. Mais un gentleman marocain, surtout dans la cité où il vit, ne consent pas à aller au café.

5Il se permet encore moins d’aller au café maure. Les établissements de ce genre sont très mal fréquentés : on n’y trouve, au Maroc, que des portefaix, des fumeurs de kif, des joueurs, des gens de basse classe et rien qu’eux. Il faut signaler cette interdiction parce qu’elle gêne considérablement les rapports que nous voudrions avoir avec les Musulmans. On ne peut les voir que chez eux ou chez nous, et encore là, des entraves sont mises à notre désir de les rencontrer plus souvent ; on en reparlera plus loin.

6Le gentleman marocain ne va pas au cinéma, à moins que toute la société bourgeoise de la cité ne soit officiellement invitée à voir un film choisi. On dira que les films parlants n’emploient que le français, ce qui éloigne évidemment tous ceux qui ne connaissent pas bien cette langue. On dira aussi que les scènes représentées par le cinéma ne peuvent offrir pour un Marocain le même intérêt que pour un Français. C’est exact, mais il est certain que, même ces obstacles levés, la dignité du Marocain lui interdit d’aller au spectacle de lui-même, pour satisfaire un caprice personnel, pour se divertir.

7Il ne peut non plus être question de bal. Le Musulman, dont la société écarte les femmes de toute manifestation publique où se trouvent des hommes, ne peut considérer avec la moindre estime un amusement que réprouvent, chez nous, beaucoup de directeurs de conscience.

La vie féminine

8Et ceci nous conduit à parler de la qaïda en ce qui concerne la vie féminine. La femme ne vit qu’avec les autres femmes, chez elle le plus souvent ou dans d’autres gynécées, pour quelques jours, lorsqu’elle est invitée à des réjouissances familiales ; jamais néanmoins dans la compagnie des hommes. La femme sort le moins possible de la maison, et elle est voilée, de haut en bas, lorsqu’elle est obligée de se rendre chez des parents. Ce sont des mœurs sur l’origine desquelles on peut discourir beaucoup, sur la portée sociale desquelles on peut discuter longuement : un fait existe, c’est qu’au Maroc, dans les villes, les femmes sont nettement séparées des hommes. Cette ségrégation impose des obligations de toutes sortes.

9La première est de ne pas parler des femmes. On entend des gens graves, lorsqu’ils sont obligés de signaler par exemple le rôle regrettable des femmes en certaines occasions, s’exprimer ainsi : « Vous savez les femmes, « sauf votre respect », ne savent pas imposer leur autorité à leur progéniture. » Il est fort malséant de demander à un homme des nouvelles de ses épouses, de ses filles, de ses belles-sœurs, de toutes les femmes qui peuplent son harem, de le prier de présenter des hommages, même très respectueux, à sa dame. Si l’on sait que la maladie a sévi chez lui, on lui demande des nouvelles de « sa maison », de « ses enfants ». Remarquez que nous avons quelque chose de tout proche dans des expressions fréquentes : « Comment ça va chez vous ? – Mes hommages chez vous ! » De même, les femmes entre elles ne parlent pas de leurs maris en les désignant par leurs noms, ce serait choquant. Elles disent : « l’époux d’une telle, mon homme ».

10La ségrégation des femmes oblige à n’entrer dans une maison qui n’est pas sienne qu’après avoir rempli certaines conditions. Le Coran, d’ailleurs, oblige le croyant, avant qu’il n’entre dans une maison étrangère, à en demander la permission au maître du logis. Si, étranger, vous êtes reçu dans le vestibule d’une maison marocaine, vous devez y rester jusqu’à ce que le chef de famille ait fait rentrer les femmes dans les chambres à l’abri des regards ; ce n’est qu’alors que vous pouvez, en sa compagnie, traverser la cour sans lever les yeux vers l’étage, et entrer dans la pièce où l’on vous reçoit. Rien n’est plus incorrect, aux yeux du Musulman, que de chercher à voir le visage d’une femme ; il est de même insolent de regarder les esclaves qui servent le thé ou des plats de nourriture au cours d’une réception.

11Pour les mêmes raisons, un homme se disqualifie s’il prend plaisir à monter sur sa terrasse pour voir les femmes des maisons voisines. La terrasse est le domaine des femmes, comme la rue est celui des hommes. C’est là-haut qu’elles prennent l’air, qu’elles font sécher la lessive, qu’elles tirent le grain, etc. Il est donc incorrect pour un homme de se promener sur sa terrasse, ou même de construire sa maison de telle façon qu’il puisse voir les femmes de ses voisins chez elles.

12Ces mœurs ont été souvent mal interprétées : la légende s’est créée que les Marocains sont férocement jaloux de leurs femmes, qu’ils craignent leur malignité, qu’ils les renferment, étroitement surveillées, dans des harems dégradants. Il n’en est rien. Les femmes sortent pour aller chez des parentes à l’occasion de fêtes familiales ou de deuils ; elles voyagent, accompagnées bien entendu ; aujourd’hui des jeunes filles se rendent par groupes, ou même isolées, à l’école, au collège ; celles qui gagnent leur vie comme infirmières ou comme employées dans la ville français, quittent la maison aussi régulièrement que des Chrétiennes. Depuis quelques années surtout, la vie des jeunes filles, en ville, est beaucoup plus libre qu’autrefois à tous les points de vue.

13Mais il n’en reste pas moins que le voile est toujours de rigueur, même chez les plus pauvres, et que les femmes mariées tiennent à honneur, si possible, de se consacrer uniquement aux soins du ménage, sans sortir de la maison.

14À la campagne, les travaux dévolus aux femmes les obligent à aller et venir toujours dévoilées partout où leur présence est nécessaire. Mais, sous la tente, elles occupent l’emplacement qui leur est réservé, laissant le reste aux hommes.

15Il ne faudrait pas croire non plus que les Musulmanes sont de malheureuses victimes avides d’émancipation, ou des désenchantées à la façon de celles de Pierre Loti. Loin de là : on peut être assuré qu’elles ne tiennent pas à vivre complètement comme les Chrétiennes, et que ce qu’elles peuvent connaître de l’existence de celles-ci n’est pas toujours un idéal à leurs yeux.

16En fait, il ne reste à retenir, pour ce qui nous concerne, qu’une chose essentielle à savoir que les mœurs musulmanes, impératives, obligent à tenir les femmes à l’écart des hommes qui pourraient les épouser si elles étaient libres de toute union conjugale. Nous n’avons pas à juger ces mœurs. Nous pouvons seulement, et dans une certaine mesure, regretter qu’elles constituent un obstacle sérieux aux rapports que nous souhaiterions plus fréquents entre Marocains et Français.

Les obligations

17Passons maintenant, après avoir vu ce qu’il ne faut pas faire, à ce qui est recommandé, tout simplement, à la description de certains usages.

18Les marques extérieures de respect ont un canon très strict : les enfants, par exemple, doivent, au lever, baiser la main de leur père, celle de leur mère, des grands-parents et même du grand frère. Ce baisemain se renouvelle chaque fois que l’enfant sort de la maison ou y entre. La même marque de soumission respectueuse est due au fquih coranique et à toute personne d’un certain rang qui entre à la maison. Les adultes baisent la main ou le pan du manteau des personnages importants réputés pour leur piété, leur savoir, ou occupant une situation sociale considérable. Il arrive que quelqu’un, pour exprimer sa gratitude, esquisse le geste du baisemain à l’égard de son bienfaiteur. Celui-ci doit retirer doucement sa main au moment précis où les lèvres vont l’atteindre, et prononcer une phrase de bon augure, l’équivalent de notre « je vous en prie, il n’y a pas de quoi » que nous disons dans les mêmes circonstances.

19Le fils, même adulte, en présence de son père, s’abstient de parler autant que possible, et ne tient que des propos honnêtes. Lorsqu’il est assis, il ne doit pas montrer ses pieds. Il ne doit non plus bâiller ni devant son père, ni devant les gens plus âgés que lui ou plus élevés dans la hiérarchie sociale. Chez les ruraux particulièrement, le gendre évite autant que possible de se trouver en tête à tête avec son beau-père. à la Cour, une étiquette très sévère règle minutieusement les marques de respect envers le Souverain, etc.

20Le salut, dont il a été question plus haut, est traduit en un geste qui consiste à mettre la main droite sur la poitrine et à s’incliner légèrement, geste extrêmement gracieux. On le rend plus cérémonieux en plaçant la main droite successivement sur la poitrine puis sur le haut du front, ce qui signifie : « Tu es dans mon cœur, tu es sur ma tête. » Des personnes très amies, se rencontrant après une longue absence de l’une d’elles, se baisent l’épaule ou la tête. La poignée de main n’est donnée qu’entre amis intimes. L’on n’embrasse sa propre main après avoir serré celle d’un autre que si ce dernier est considéré comme un supérieur à un titre quelconque. Quant aux femmes, du moins à Rabat, elles se saluent en faisant du bout des lèvres un « ts ts » qui imite le bruit des baisers, mais elles ne s’embrassent pas réellement. Il a été signalé plus haut que l’échange du salut par la formule orale es-salamou alaïkoum n’est d’usage qu’entre hommes. Les femmes ne se souhaitent pas le salam et les hommes ne le leur souhaitent pas davantage.

Les titres

21Quels sont les titres que l’on donne aux gens que l’on connaît et aux autres ? Le « Sidi » c’est-à-dire « Monseigneur » que nous prodiguons au point de l’avoir donné aux manœuvres nord-africains de Paris, ne s’accorde qu’aux gens très haut placés, au Sultan, à ses vizirs. En parlant du Sultan on dit « Sidna : Notre Seigneur », et c’est le titre donné aux prophètes qui ont précédé Mohammed. L’esclave appelle son maître Sidi. Le plus souvent le mot est écourté en Si, même en parlant d’un grand personnage. Si ou Sidi précèdent le nom de l’individu, ce que nous appelons le nom de baptême ; vient ensuite le nom patronymique. Ainsi on dira : « Si Ahmed el-Filâli. » Quand on répond : « oui Monsieur, non Monsieur », on dit naâm a si, la-wa a sidi. à toute personne qui porte le nom de Mohammed, même si c’est un enfant, ou le plus humble des mortels, on donne du Sidi, par considération pour le nom du Prophète. Les chérifs (qui sont de la lignée du Prophète) même les plus rustiques ou les plus modestes, sont appelés « Sidi Un tel », mais plus souvent « Moulay Un tel ». Ce mot signifie « mon maître ». Ne l’employez jamais avec le pronom pluriel de la première personne, car « Moulana : notre Maître » ne se dit qu’à Dieu. En aucun cas, du moins théoriquement, un non musulman n’a droit au titre de Sidi de la part du Musulman, car celui-ci ne peut reconnaître pour son maître, pour son seigneur, qu’un autre Musulman. Un lettré préfère être appelé fquih, ce qui signifie exactement « jurisconsulte » ; mais le sens du mot s’est usé. On appellera fquih, un vizir dont on parle même s’il n’est pas un jurisconsulte éprouvé. Chikh, qui équivaut à « Maître ès-sciences juridiques », est un titre que l’on ne donne qu’aux grands savants, soit qu’on s’adresse à eux, soit qu’on parle d’eux. Chez les femmes, Lalla, c’est-à-dire « Madame » se donne aux chérifas, aux dames respectables par leur rang social, à la maîtresse de maison, à la mère du mari.

Le bon usage à table

22Pour rester dans le domaine du concret, des prescriptions nettes, précises et détaillées de la bienséance, on va décrire les rites de la politesse à table. à ce propos, on doit d’abord combattre certains préjugés assez répandus chez nous. Il faut se dire que le Marocain n’est pas gourmand. Il fait de la sobriété une vertu, presque un don de Dieu. Ainsi, lorsqu’on sèvre un bébé, les parentes et amies, invitées à la petite fête familiale donnée à cette occasion, souhaitent à la mère que son enfant soit sobre. De fait, le Marocain, dans les circonstances ordinaires de sa vie, mange assez peu. Mais cela ne signifie pas, les Français le savent par expérience, que sa cuisine ne soit excellente et que, s’il reçoit, il n’offre généreusement des mets très nombreux et très variés. C’est presque toujours au contraire un véritable festin. Ce contraste entre la sobriété ordinaire et la somptuosité des repas de réception n’a rien qui doive nous étonner : on le retrouve ailleurs, même chez nous, dans nos vieilles provinces.

23Ceci dit, il faut encore se persuader que la cuisine marocaine, très mijotée, exige une préparation longue et minutieuse, et entraîne des frais considérables.

24Comme le Marocain se croit obligé, et de fait il l’est par les convenances sociales, de recevoir avec faste, il s’ensuit qu’il ne peut inviter à sa table une seule personne, ou un trop petit groupe de personnes. Il invite toujours, puisqu’il s’est mis en frais, non seulement celui qu’il veut honorer, mais encore d’autres gens, parents, amis, et ceux à qui il doit rendre une politesse. Il ne reçoit à table, plus modestement, que des amis intimes. Il convient donc de n’accepter à dîner ou à déjeuner que si l’on est sûr de n’être pas l’occasion de dépenses exagérées. Sans doute le Marocain qui vous voit et a de l’estime pour vous vous invite-t-il facilement. Il pense qu’il est de son devoir de le faire ; mais il faut traduire en clair ce que signifient ses paroles. Elles veulent dire simplement qu’il aura plaisir à vous avoir le jour où se présentera pour lui l’occasion de donner un grand repas. Prendre à la lettre une invitation faite au cours d’une conversation banale, d’une rencontre fortuite, et fixer une date et un rendez-vous, n’est pas le fait des gens polis et distingués.

25Dans le détail des rites de la table, nous aurons encore d’autres préjugés à combattre et nous aurons à nous rappeler des mœurs qui ont été longtemps les nôtres.

26Avant de se mettre à table, les invités sont assis dans une salle sur les matelas longs et étroits qui courent le long des murs. On leur sert parfois du thé en attendant que tous les convives soient réunis. à ce moment, on procède au lave-main. L’auteur de la « Rissala » dit : « Il n’est pas de prescription traditionnelle de se laver les mains avant le repas, à moins qu’elles ne portent quelque souillure. » Mais le plus souvent on passe un peu d’eau sur la main droite seulement. En tout état de cause, une esclave ou un domestique, ou un « extra » (c’est le plus souvent un garçon coiffeur) présente à tous les invités successivement un bassin de cuivre ou de métal argenté au-dessus duquel l’intéressé ouvre la main droite, ou les deux mains, pour recevoir l’eau tiède d’une aiguière. Une seule serviette sert à tout le monde. On connaît ce bassin, que nos aïeux appelaient lave-main, aquamanile, ou bassin, et dont ils faisaient exactement le même usage.

27Après quoi, les gens de service placent la ou les tables. Ce sont des tables basses et rondes dont le rayon n’est pas plus long que le bras d’un adulte. Si les invités sont nombreux, on en place plusieurs, dans la salle, ou dans plusieurs salles. Les convives s’assoient autour de ces tables, à terre ou sur des matelas ou sur des coussins, se répartissant selon leurs affinités. Le maître de céans fait en sorte que chacun ait plaisir à se trouver dans la société des gens de la table où il est. Quant à l’amphitryon, il reste debout, près de la porte, surveillant le service, jouant le rôle de maître d’hôtel.

28La station la plus régulière, lorsqu’on est à table, celle des tolba(s), des clercs, par exemple, consiste à s’asseoir un genou en terre, l’autre genou à environ quatre doigts de la bouche. Pour les Marocains, qui, pour ne pas salir les tapis, ôtent leurs chaussures, il faut faire en sorte que les doigts de pied n’apparaissent pas.

29Les domestiques placent un plat au milieu de chaque table. Point d’assiettes individuelles, point de couteaux ; les mets ne sont si résistants qu’on doive les diviser avec une lame d’acier ; point de fourchettes, point de cuillères : on mange avec les doigts. Tout cela déconcerte quelque peu nos habitudes modernes ; mais il faut nous souvenir d’un passé qui n’est pas très éloigné et surtout bien observer qu’un code du savoir-vivre très précis régit la façon de manger avec ses doigts.

30La fourchette n’a été connue, et d’abord fort peu employée, qu’au XVIe siècle en France. Jusque-là, et même ensuite, on mangea avec ses doigts, mais en observant des règles de civilité dont on retrouve ici les plus essentielles. Anne d’Autriche, rapporte-t-on, n’hésitait pas à mettre ses belles mains blanches dans le plat, et Louis XIV, à ce qu’on dit, ne se servait pas habituellement de fourchette, sauf à la fin de sa vie. Franklin déclare nettement que le grand roi fouillait avec ses mains dans les plats qu’on lui servait.

31Ensuite, une personne respectable parmi celles qui sont autour d’une table dit, au moment d’attaquer le premier mets, « bismillah ! : au nom de Dieu ! » et plonge sa main dans le plat. Chacun l’imite. On ne prend de la nourriture que dans la partie du plat qui se trouve devant soi. « Au point de vue de la stricte orthodoxie, il faut manger avec trois doigts : le pouce, l’index et le médius ; manger avec un doigt est le fait du Diable ; avec deux, le fait des tyrans orgueilleux, avec trois, le fait des prophètes ; avec quatre ou cinq le fait des gloutons. Cependant, il est toléré qu’on mange avec cinq doigts les mets qui n’ont pas de consistance solide, le couscous par exemple. » (Marçais, Textes arabes de Tanger, p. 195, n° 1). Cette règle se trouve dans les traités de civilité du XVIe siècle. Le Libellus de moribus in mense servandis de Jean Sulpice, traduit en français en 1545 par Guillaume Durand, recommande au convive bien élevé : « Prends la viande avec trois doigts et ne remply la bouche de trop gros morceaux. Tu ne dois point longtemps tenir les mains dedans le plat. » (Dictionnaire gastronomique de « Larousse », art, fourchette.) De plus en plus, les Marocains des villes offrent des cuillères, surtout à leurs invités européens, pour manger le couscous.

32Il faut tenir compte, lorsqu’on mange des poulets, de ce que les restes des plats sont consommés à la cuisine ou ailleurs par des personnes diverses, par les enfants par exemple. La politesse veut donc qu’on n’attaque pas tous les poulets du plat (il y en a trois ou quatre) à la fois. S’il y a un reste, et il doit y en avoir, il faut que ce soit non pas quatre carcasses, mais un poulet entier, ou deux.

33C’est un acte d’amabilité que de détacher des morceaux de viande, par exemple des blancs de poulet, et de les offrir à son voisin. Quand on a assez mangé d’un mets, on continue cependant à en grignoter quelque peu afin que les autres convives continuent à manger. Si l’un des invités, surtout lorsqu’il est âgé, s’arrête ostensiblement de manger, tous les autres s’arrêtent eux aussi et le plat est enlevé.

34« Il est bien, dit la « Rissala », de se lécher la main avant de l’essuyer »,
c’est-à-dire de la laver. Mais on ne se lèche la main qu’à la fin du repas. Erasme, qui publia un « Traité de civilité » en 1530, n’est pas du même avis : « C’est aussi, dit-il une espèce d’incivilité, bien grande, ayant les doigts sales et gras, de les porter à la bouche pour les lécher, ou de les essuyer à sa jaquette. Il sera plus honnête que ce soit à la nappe. » Le Marocain se garde bien de s’essuyer les mains à sa jaquette, encore moins à la nappe, et pour cause.

35Le repas achevé, les convives quittent la table, ou s’en écartent suffisamment pour que le service du lave-main se fasse plus aisément. On présente à chaque invité le bassin au-dessus duquel il savonne et rince ses mains ; il peut aussi prendre de l’eau dans le creux de sa main pour se rincer la bouche tout en se frottant les gencives avec un doigt. Il rejette l’eau dans le bassin. On s’essuie les mains avec la serviette que présente l’esclave, on reprend place sur les divans, pendant que les domestiques enlèvent les tables, et on se met à boire du thé ou du café.

36Il n’est pas malséant de roter à la fin du repas, pour montrer à son hôte qu’on a bien mangé. C’est un usage qui fut en honneur chez nous au Moyen Age. L’auteur anglais Chaucer (1340-1400) dans ses Contes de Canterbury, traduits par le professeur Legouis, nous parle d’une très grande dame dans les termes suivants :

Et nous avions une dame Prieure.

Elle chantait très doucement du nez

Les chants divins à la messe entonnés.

Qu’elle était donc à table bien apprise !

Elle rotait tout bas délicatement par politesse.

Certes elle avait mine majestueuse

Autant qu’aimable et toute gracieuse,

Car se peinait à suivre les leçons

Et de la Cour copier les façons.

37Pour ce qui concerne la boisson, il est aussi des prescriptions et des licences qui peuvent nous étonner. D’abord, il est incorrect de boire debout – comme de manger debout également. On n’admet pas qu’on souffle sur un liquide chaud pour le refroidir : il est préférable d’absorber le liquide brûlant en l’aspirant par quantités minimes, non sans produire un bruit très connu de ceux qui fréquentent les Marocains. Il est dans les convenances de ne pas reprendre haleine dans le vase auquel on s’abreuve. Par contre, il n’est pas choquant pour un Marocain que deux personnes boivent dans le même verre.

38La préparation du thé est chose minutieuse et délicate. Elle s’opère devant les invités dans la salle de réception et elle est confiée à un parent du maître du céans quand ce n’est pas lui-même qui s’en réserve le soin.

39Toutes ces règles de civilité à table, pour différentes qu’elles soient de celles qui nous sont familières, n’en restent pas moins strictes et doivent être à nos yeux les manifestations d’une délicatesse de manières indiscutable.

40On pourrait descendre de la même façon dans les détails de tous les actes sociaux et montrer qu’ils ne sont pas laissés à la fantaisie absolue des hommes. Loin de là, comme on l’a vu, les règles du savoir-vivre marocain sont minutieusement précises. Mais elles s’expliquent et c’est sans doute ce qui leur confère force et durée ; nos mœurs de Français, au contraire, obéissent surtout à la mode dont le caractère essentiel est d’être éphémère. La comparaison de notre civilité avec celle des Marocains fait ainsi apparaître, quand on va au fond des choses, des différences de pensée qui sont aussi accusées que les différences de langage ou de vêtement.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable