Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au seuil de la vie marocaine

 | 
Louis Brunot

La vie rituelle

Texte intégral

1La vie rituelle du Marocain se montre au grand jour, tout naturellement, sans réticence, sans fausse honte. Elle se déroule du matin au soir sous des aspects variés, non seulement à la maison ou à la mosquée, mais encore, et dirait-on le plus souvent, en public. Il en résulte pour nous l’obligation de la connaître, sinon dans ses détails, du moins dans son esprit, pour éviter des erreurs et des méprises le plus souvent regrettables. Erreurs et méprises proviennent de notre tendance à créer des identités ou des analogies entre nos conceptions religieuses et celles des Musulmans là où précisément le Prophète a recommandé à ses adeptes de se distinguer des Chrétiens et des Juifs. D’autre part, il est des conceptions religieuses en Islam qui sont inconnues chez nous et réciproquement. Ce chapitre, qui deviendrait facilement un traité d’institutions musulmanes, se bornera donc à relever particulièrement les divergences de pensée, les préjugés, les idées fausses que nous pouvons avoir au sujet de la vie rituelle du Musulman.

La pureté et l’impureté. Les ablutions

2La notion de pur ou impur en Islam est essentielle et elle domine tous les actes religieux. Or c’est précisément une notion qui est parfaitement étrangère à la religion chrétienne, du moins sur le plan où la mettent les Musulmans, et qu’on ne peut pas comparer à l’état de grâce du Catholicisme, par exemple. Notons tout d’abord qu’il n’est pas laissé de moyen terme entre le pur et l’impur. Il s’ensuit, comme on s’y attend, que dès qu’on n’est plus en état de pureté, on est nécessairement en état d’impureté et que c’est un devoir permanent de se purifier.

3La pureté est d’ordre physique. C’est une propreté corporelle méticuleuse, mais qui n’a rien de commun, dans l’esprit du croyant, avec nos préoccupations d’hygiène ni même nos soucis de toilette. C’est une lustration par l’eau des mains, des pieds, de la tête, et dans certains cas de tout le corps. La pureté exige aussi l’épilation des aisselles et du pubis. En somme, c’est une sorte de baptême qui se renouvelle chaque fois que le croyant va accomplir un acte religieux. Mais une condition très importante, quoique non apparente, est exigée pour que l’ablution soit rituelle, pour qu’elle soit purificatrice : le Musulman doit déclarer explicitement que son acte est intentionnel, qu’il l’accomplit pour obéir aux prescriptions divines. Faute de quoi, l’ablution est sans valeur.

4La preuve qu’il s’agit dans ce cas d’une affaire religieuse et non d’un souci mondain d’hygiène ou de propreté, c’est que le croyant peut faire ses ablutions avec du sable, ou se frotter avec un galet, si l’eau lui fait défaut ou si son état de santé lui interdit un lavage. On voit les gens de telle tribu, entre autres, ne sortir qu’avec un « galet pour ablutions » dans leur sacoche ; ils s’en servent à tout propos, même de préférence à l’eau, pour se lustrer. Nous, Chrétiens, nous sommes propres, mais jamais purs.

5On doit se mettre en état de pureté avant de faire une prière, avant de toucher un exemplaire du Coran, parole de Dieu, avant de sacrifier une bête de boucherie, avant d’accomplir tout acte d’une certaine importance dans le domaine religieux.

6L’impureté est mineure ou majeure et réclame des ablutions également mineures (lavage de la tête et des extrémités) ou majeures (lavage du corps en entier). Les ablutions sont faites n’importe où l’on peut disposer de l’eau nécessaire. Elles expliquent la présence de latrines importantes auprès de chaque mosquée, de vasques dans la cour des mêmes mosquées, et des thermes (ou hammams ou bains maures) jusque dans les plus petites villes.

7La notion d’impureté concerne non seulement le corps de chaque individu mais aussi les animaux, les objets et en particulier les aliments. Ainsi le porc et son cousin le sanglier sont des animaux impurs. Si l’on vient à en parler, on dit : « hachak : sauf votre respect » ; les vêtements souillés par des excrétions et ces excrétions elles-mêmes sont impurs. La consommation de la chair d’animaux impurs est formellement interdite. Or il n’y a pas que la chair du porc et celle du sanglier qui soient impures ; celle d’un animal non aquatique qui n’a pas été égorgé rituellement par un Musulman mâle est également impure. Il est aussi des nourritures qui font horreur à tous les Marocains. Pour avoir une idée de toutes ces interdictions alimentaires, il suffit de relire le Lévitique, au chapitre XI. On comprendra alors que le Musulman se régale en mangeant des sauterelles mais que pour rien au monde il ne voudrait goûter à des pattes de grenouilles. On comprendra aussi qu’il évite de prendre part à nos repas : il craint que nous n’ayons fait cuire nos mets avec de la graisse de porc, ou que nous lui servions un pigeon étouffé, ou que le poulet succulent ait été égorgé par une femme et sans les rites voulus… Aussi devons-nous, lorsque nous voulons inviter un Marocain à notre table, l’assurer que les plats seront confectionnés par un cuisinier musulman.

8Pour en terminer avec cette question de l’impureté, ajoutons qu’elle serait, pour nos habitudes de Français, une véritable hantise si nous l’adoptions comme les Musulmans. Les choses sont poussées si loin qu’on fait de l’impureté la cause de certaines maladies des enfants, les éruptions cutanées surtout : ces enfants, dit-on, ont été touchés ou enjambés par des femmes en état d’impureté. On attribue aussi le succès ou la faillite des entreprises au fait qu’on est ou non en état de pureté. Mais le Musulman ne considère point comme un excès cette obsession de l’impureté. Le Prophète aurait dit : « La pureté est la moitié de la foi. » De fait, c’est une discipline religieuse qui s’impose à tous les instants du jour et de la nuit.

La prière, la mosquée, le vendredi

9La prière musulmane, chacun de nous a pu y assister, même et surtout par hasard, car le Musulman marocain, sans fausse honte, n’hésite pas à faire ses dévotions, à l’heure prescrite, sous les arbres d’une allée, dans une chambre ou dans une cour, en plein champ… Chacun sait aussi que la prière consiste en un certain nombre de prosternations et de génuflexions à exécuter dans un ordre prescrit et assez compliqué. Mais on sait moins ce que récite le croyant à ce moment. Il proclame que Dieu est le plus grand : Allah akber, il récite la première sourate du Coran, la Fatiha,
c’est-à-dire l’inaugurale, qui ressemble beaucoup au Pater Noster, et atteste que Dieu est unique et que Mohammed est son Prophète (profession de foi). C’est là l’essentiel obligatoire, étant entendu, d’une part, que le croyant est en état de pureté, d’autre part, qu’il a spécifié son intention niya de faire telle ou telle prière. Tous les actes pieux, on l’a déjà vu pour les ablutions purificatrices, doivent procéder d’une intention manifeste. Le Prophète, en effet, a dit : « Les actions seront jugées d’après les intentions et il en sera tenu compte à chaque homme dans la mesure de son intention. »

10Les personnes cultivées ajoutent, à l’essentiel qui vient d’être décrit, la récitation d’une partie du Coran, généralement celle des dernières sourates, qui sont les plus courtes du Livre sacré. Il faut remarquer que l’on n’adresse aucune demande à Dieu dans la prière.

11Le Musulman doit faire sa prière cinq fois par jour : à l’aurore çobh
(et non au lever du soleil), à midi dohr, le midi astronomique bien entendu, l’après-midi âçr, au coucher du soleil maghreb et à la nuit, deux heures après le coucher du soleil îcha. Pour procéder à la prière, il attend l’appel du muezzin ou observe le haut du minaret le plus proche pour voir si l’on a hissé le petit drapeau blanc qui signifie que l’heure de prier est arrivée. Le croyant a la possibilité de joindre deux prières dans des conditions prévues, c’est-à-dire de réciter deux prières l’une après l’autre.

12La prière peut se faire chez soi ou dans un lieu quelconque. Le croyant, surtout s’il est hors de chez lui, déploie alors son tapis de prière, ce feutre que les lettrés portent constamment sous le bras, et il accomplit ses exercices de piété. à ce moment, il s’isole du monde et il évite toute distraction, sans quoi sa prière ne serait pas valable. Il convient donc de ne pas l’interpeller, même par signe, de ne pas passer devant lui, de ne point faire de bruit, d’avoir en un mot, à son égard, une attitude d’une discrétion absolue. Même observation d’ailleurs au sujet du Musulman lorsqu’il fait ses ablutions rituelles.

13Il est recommandé, mais non obligatoire, de faire ses prières dans un lieu sacré, une mosquée, une zaouya, un oratoire, en compagnie d’autres croyants. En tout cas, la prière en commun du vendredi à midi est formellement obligatoire. Nous devons en tenir compte et ne pas donner des rendez-vous à des Musulmans, ni leur confier des missions à accomplir à cette heure.

14La prière, lorsqu’elle est faite en commun, est dirigée par un imam, qui est un honnête homme, instruit des choses de la prière, chargé de montrer simplement à ses coreligionnaires, alignés en rangs derrière lui, les gestes qu’ils doivent faire. Ce n’est pas un clerc, encore moins un prêtre ; il n’a aucun caractère sacré. D’ailleurs, il n’y a pas de clergé en Islam. Tout homme de bonne conduite et suffisamment instruit peut, le cas échéant, jouer le rôle d’imam.

15Le vendredi, la prière en commun à la mosquée revêt un caractère solennel du fait qu’un prédicateur khâtib fait un prône dans lequel il exhorte les fidèles à suivre les prescriptions divines. Chaque mosquée a son prédicateur, mais comme pour l’imam, tout musulman instruit et éloquent peut jouer, le cas échéant, le rôle de khatib.

16La mosquée, qui porte différents noms selon les pays et les époques, jama au Maroc, est, par définition, le lieu qui rassemble les fidèles. Les cinq prières de la journée, et tous les jours, y sont dites sous la conduite de l’imam, mais des fidèles viennent aussi y prier individuellement. Le vendredi, comme il a été dit, la prière de midi est solennelle et rassemble un grand nombre de croyants. Les femmes ne sont admises dans les mosquées que lorsque leur vieillesse leur a fait perdre tout charme propre à distraire les hommes dans leurs exercices de piété.

17La mosquée est un grand édifice d’une immense simplicité, sans autre ornement que les sculptures de la niche de l’imam. Ainsi le veut l’esprit de l’Islam. Sans doute les médersas ou collèges d’étudiants, les mosquées anciennes d’Espagne ou d’Orient, offrent-elles un luxe architectural qui fait leur renommée. Il n’en reste pas moins que le temple marocain est généralement très sobre et que sa splendeur réside dans les rapports des volumes, l’aménagement des espaces vides, l’enfilade des colonnes.

18Au surplus, ce qui doit nous intéresser ce sont plutôt les différences qui existent entre ces mosquées et nos églises au point de vue de leur utilisation dans le culte. La mosquée n’a pas d’autel puisqu’on n’y fait pas de sacrifice, elle n’a qu’une niche, dans la direction de la Mekke, où se place l’imam quand il dirige la prière. Elle a une chaire à prêcher, mais cette chaire, en bois, est en général cachée dans une pièce, et on ne l’en fait sortir que le vendredi à midi pour le prône du prédicateur. Point de tableaux de piété, encore moins de statues : l’Islam condamne formellement ce qu’il appelle des idoles. Pas de bancs non plus, mais des nattes sur tout le sol et en lambris contre les murs et les pieds des piliers. Les fidèles se déchaussent en entrant dans la mosquée, comme en entrant dans une chambre, non par respect, mais simplement pour ne pas salir les nattes sur lesquelles les gens s’assoient. Point de petites chapelles pour les saints. Le culte des saints est complètement à part du culte orthodoxe. Les saints, si vénérés qu’ils soient, ont leurs tombeaux et leurs sanctuaires hors de la mosquée. Il arrive qu’on construise une mosquée auprès du tombeau d’un saint illustre, comme à Moulay Idriss de Fès, mais on n’établit pas de sanctuaire à l’intérieur d’une mosquée.

19L’entrée des mosquées, comme celle de tous les sanctuaires, est formellement interdite aux non-musulmans.

20On voit par là déjà combien la vie cultuelle du Marocain est différente, parfois plus simple, parfois plus complexe, que la vie rituelle du Chrétien. On va en avoir une autre preuve dans le rôle que joue le vendredi. Les Juifs se reposent le samedi, les Chrétiens sanctifient le dimanche, et les Musulmans se réunissent pour prier le vendredi. Ce jour s’appelle exactement « le jour de l’assemblée ». Quand on dit aux Musulmans qu’il faut sanctifier un jour par semaine en se reposant à l’exemple de Dieu qui créa le monde en six jours et se reposa le septième, ils crient au scandale ou ils se mettent à rire de mépris : « Dieu, disent-ils, ne se fatigue pas comme un vulgaire fils d’Adam et, par conséquent, il ne se repose pas. » Aussi, le Musulman n’hésite-t-il pas à travailler le vendredi s’il le faut, et même à travailler de parti-pris, si peu que ce soit, quand il veut bien montrer qu’il n’est ni un Juif ni un Chrétien.

21On doit tenir compte, dans les relations avec les Marocains, de cette conception toute particulière du jour consacré au culte solennel, très étrangère à nos habitudes. Mais plus encore, il faut se souvenir que ce jour est pour eux un jour heureux. Le vendredi, tout au contraire de chez nous, n’est pas un jour de guigne. Le matin, on pense aux ablutions et aux purifications rituelles, on revêt des vêtements immaculés, à midi on se rend à la mosquée où l’on prie avec ferveur au milieu d’une foule recueillie. Puis on sort dans un état d’euphorie morale, une sorte d’état de grâce rayonnante, qui durera jusqu’au soir au moins. On se sent bien musulman, membre d’une communauté nombreuse et dévotieuse, vibrant tout entière de la même émotion. Ce jour-là, vraiment, n’est pas un jour comme les autres, bien que la stricte orthodoxie n’exige que d’écouter le prône à la prière de midi en compagnie d’un grand nombre de fidèles.

Le jeûne de Ramadhan

22Les Musulmans ont, comme les Chrétiens, un carême annuel, mais qui est bien différent du leur. Il dure un mois lunaire exactement, celui de Ramadhan, c’est-à-dire vingt-neuf ou trente jours. Comme l’année musulmane est plus courte de onze jours que l’année grégorienne, le jeûne de Ramadhan avance chaque année de onze jours et parcourt par conséquent progressivement toutes les saisons.

23Le jeûne en question consiste en une abstinence et une continence absolues du lever au coucher du soleil. La nuit, tout est permis ; il n’est demandé au croyant que de se trouver au matin en état de pureté. Malgré les apparences, ce jeûne est pénible, surtout l’été, alors que les journées sont longues. Il ne faut pas s’étonner si vers la fin du mois, et chaque jour vers la fin de la journée, les jeûneurs sont d’humeur irascible ; on le serait à moins.

24Et cependant, c’est avec joie qu’on attend l’arrivée de cette période bénie pendant laquelle le croyant expie les fautes de l’année en se recueillant dans ses pensées religieuses et en observant très rigoureusement les prescriptions divines. Il prie et se livre à des exercices de piété continuellement. Et la nuit, sans faire bombance, il jouit des plaisirs de la table, de l’agrément des entretiens honnêtes avec ses co-religionnaires, de cette euphorie morale dont on parlait plus haut au sujet du vendredi. Il n’est pas question de souffrance supportée par esprit de pénitence au sens chrétien de ce mot, mais plutôt de rémission des péchés obtenue de la générosité de Dieu par une pratique plus étroite de la vie religieuse. C’est ainsi que l’entendent les Marocains, et bien souvent nous les choquons en parlant du Ramadhan comme d’une période pénible que l’on voudrait éviter. Loin de là, Ramadhan est pour eux un mois heureux, un mois dans lequel on s’attire les bénédictions divines du fait qu’on baigne dans la vie musulmane idéale.

25Pour nous, Ramadhan implique certaines attitudes à l’égard des Musulmans, faciles à comprendre dès qu’on veut bien se mettre à leur place. Nous devons éviter : de les mettre dans l’obligation de rester hors de chez eux au coucher du soleil, de se livrer à un travail violent, surtout au cœur de la journée ; d’aborder des sujets de conversation épineux ; de fumer ou de manger devant eux, et particulièrement de leur faire respirer la fumée de notre tabac. Il faut peu de chose pour que le jeûne d’une journée soit rompu, sans bénéfice pour notre homme ; l’odeur qui fait venir l’eau à la bouche, la fumée qu’on renifle et d’autres choses plus anodines encore à nos yeux peuvent les obliger à des jours de jeûne de rattrapage au cours de l’année qui suivra. C’est, de toute évidence, le mois pendant lequel nos relations avec les Marocains seront le moins suivies et le moins efficaces.

Les fêtes religieuses, le pèlerinage

26Mais arrive l’Aïd es-seghîr, la petite fête, qui célèbre la rupture du jeûne. Le premier jour, on fait hors des remparts, à la mçalla, une prière en commun que dirige le cadhi. Ce jour et les deux jours suivants, on rend des visites, on échange des vœux et on fait des aumônes aux pauvres. En principe, chacun doit donner quatre mesures de nourriture par membre de sa famille. Cette aumône est dite « zakat : purification », c’est-à-dire purification de la fortune acquise, qu’elle soit grande ou petite.

27La fête passée, ceux qui ont l’intention d’accomplir le pèlerinage de la Mekke font leurs préparatifs afin de se trouver dans le lieu saint au moment de l’Aïd-el-kebîr, la grande fête. Elle a lieu deux lunaisons et dix jours après la rupture du jeûne.

28Le pèlerinage n’est obligatoire que pour ceux qui ont les moyens de l’effectuer, mais tout Marocain quel qu’il soit estime au plus haut prix le bonheur et l’honneur d’aller visiter les lieux saints au moment de l’Aïd-el-kebîr et d’accomplir les rites compliqués du pèlerinage. L’essentiel de ces rites consiste en une procession circumambulatoire autour de la kaâba, la station à Arafa tout près de la Mekke et l’égorgement d’une victime. Soulignons encore une fois que tous ces rites ne sont valables que si le croyant est en état de pureté légale et déclare les observer dans une intention pieuse.

29Le pèlerinage achevé, une visite au tombeau du Prophète à Médine s’impose, mais n’a rien d’obligatoire. Après quoi, le pèlerin rentre dans son pays par tel chemin qui lui plaît. Il a alors le titre de hajj dont on fait précéder son nom (le nom propre tel que Mohammed ou Ali, mais pas le nom patronymique). C’est un titre envié qu’on ne manque jamais de donner à ceux qui l’ont mérité, soit qu’on leur parle, soit qu’on parle d’eux.

30Le retour des pèlerins est l’occasion de réjouissances familiales
auxquelles les amis sont toujours invités.

31Pendant que le sacrifice des victimes s’accomplit près de la Mekke, la même cérémonie se déroule dans tous les pays d’Islam. Après une prière en commun, généralement en plein air, le cadhi, le Sultan, là où il préside la prière, ou tout autre personnage représentant la communauté musulmane, égorge un mouton devant les fidèles. Ceux-ci, rentrés chez eux, égorgent à leur tour un mouton par foyer, ou, si l’on est riche, un mouton par homme ou enfant mâle de la famille. Les réjouissances, non publiques, comme pour l’Aïd-es-seghîr, se poursuivent pendant trois jours. C’est alors que les Musulmans se pardonnent leurs torts réciproques, s’adressent des vœux de bonheur, se congratulent et se rendent visite. Nous pouvons trouver là quelque analogie avec les coutumes du premier de l’an chez nous. Les Chrétiens sont les bienvenus s’ils présentent leurs compliments aux Marocains à cette occasion. Ce peut être pour eux l’occasion de rendre les politesses que les Musulmans leur ont faites le premier janvier, voire d’envoyer des cartes de visite avec des vœux à ceux qui, le jour de l’an, ont adopté à notre égard cette coutume française.

32L’Aïd es-seghîr et l’Aïd-el-kebîr sont les deux fêtes vraiment et uniquement religieuses de l’Islam. Cependant, il en existe encore deux autres, de moindre importance selon l’orthodoxie, mais très vivantes dans les mœurs, dont il faut parler ici. Ce sont l’Achoura et le Mouloud.

33L’Achoura a lieu le 10 du premier mois de l’année, c’est-à-dire une lunaison après l’Aïd-el-kebîr. Il serait trop long de dire ce qu’elle représente, de démêler ce qu’il y a de paganisme inconscient, de traditions historiques et de rites orthodoxes dans cette fête extraordinaire qui fait sortir les foules dans les rues et sur les places. Retenons, pour ce qui nous concerne, que c’est à l’occasion de cette fête que l’on distribue des jouets aux enfants et qu’on achète des aromates et les produits magiques propres à guérir tous les maux. Leur vertu, si on les acquiert ce jour-là, est considérable. Retenons aussi que ce jour-là on ne doit qu’ébaucher la tâche quotidienne puis se reposer ou se distraire. Retenons enfin que pendant tout le mois d’Achoura, on ne déménage pas, on ne change pas d’emploi… ça porterait malheur. On ne renvoie pas les salariés au cours de cette période, on n’expulse pas non plus les locataires, on évite d’une façon générale toute mesure revêtant un caractère pénible et grave pour le Musulman.

34Le Mouloud, ou nativité du Prophète Mohammed, sorte de Noël musulman, est célébré le douzième jour du troisième mois. C’est une commémoration tout simplement. Cette fête, comme il a été dit plus haut, prend au Maroc une importance particulière parce que la dynastie régnante est chérifienne, c’est-à-dire descend du Prophète. Elle ne comporte qu’une prière en commun.

Particularités de la vie rituelle marocaine

35Après avoir indiqué les grandes manifestations de la vie rituelle marocaine, il convient de montrer quelques aspects particuliers et moins visibles des croyances religieuses, à propos desquels notre tendance à l’analogie peut nous faire commettre des erreurs.

36Le Coran est la parole divine ; il a été révélé à Mohammed, mais celui-ci ne l’a pas composé, inventé, rédigé. Aussi est-ce une hérésie regrettablement fréquente de faire imprimer sur le dos d’un exemplaire du Coran le nom du Prophète comme s’il en était l’auteur. Parce que le Coran est la parole divine elle-même, les exemplaires du Livre sacré sont renfermés dans des boîtes, à l’abri de toute souillure. Un infidèle ne peut mettre la main sur un Coran sans froisser et irriter le croyant qui le voit faire ; lui-même ne se permet de toucher aux pages divines que s’il est en état de pureté. Toujours pour la même raison, les petites écoles se consacrent uniquement à la récitation du Coran que tout enfant doit essayer de savoir par cœur ó sans comprendre. La parole divine porte bonheur à ceux qui la « portent ». Dans certaines circonstances, on fait procéder à la récitation intégrale du Coran par des récitateurs attitrés.

37Les paroles et les actes du Prophète ont été consignés dans des recueils appelés « Hadith ». On s’y réfère pour établir les règles des bonnes mœurs musulmanes.

38Il n’est pas demandé à tout Marocain de connaître par cœur le Coran en tout ou en partie. On n’exige de lui que d’attester à tout moment que Dieu est unique et que Mohammed est son Prophète. C’est la profession de foi, qu’il récite dans ses prières, qu’il récite au moment de sa mort, qui est murmurée à son oreille dès qu’il vient au monde.

39Or c’est là tout le dogme de l’Islam. Moyennant la croyance sincère à l’unité et à l’unicité de Dieu et en la mission de Mohammed, le fidèle est sûr de l’amour de son créateur et de l’entrée au Paradis.

40Il n’est point de sacrement en Islam ; ni la communion, ni la pénitence ne sont connues ; la circoncision n’est qu’un rite d’agrégation du petit garçon dans le groupe religieux ; le mariage n’est qu’un contrat facilement révisable. Rien ne ressemble ni à l’ordination ni à l’extrême-onction. On se rend compte par-là de la simplicité immense de l’Islam, concrétisée dans ses mosquées, et on imagine aussi tous les propos hérétiques que nous pouvons tenir en voulant le comparer dans ses manifestations avec ce qui nous est habituel dans la vie chrétienne.

41Ce n’est point à dire que le fidèle vive sans obligations rituelles minutieuses. On vient d’énumérer les principales. Elles enserrent le croyant dans un réseau très ferme dont il ne cherche pas à s’échapper. Il va même souvent au-delà et, dans sa ferveur religieuse, il cherche à montrer non seulement son obéissance, mais encore sa dévotion par des actes que la pure orthodoxie ne rend nullement obligatoires.

42Ainsi, de pieuses personnes, en mourant, ou même au cours de leur vie, pour remercier Dieu de les avoir sauvées d’un péril, ou tout simplement pour être agréables à leur Créateur, affranchissent leurs esclaves ou consacrent une partie de leurs biens à des fondations religieuses : entretien du culte, rémunération des clercs, institution d’une chaire de théologie, construction d’une fontaine publique, d’un bain maure, etc.

43Dans un autre ordre, mais toujours avec les mêmes intentions pieuses, la grande majorité des hommes se groupent en confréries religieuses, s’astreignant à réciter chaque jour, en égrenant un chapelet, d’interminables litanies : ils se livrent parfois à des exercices qui n’excitent pas toujours notre admiration, et que blâment, comme entachés d’hérésie, les docteurs de la Loi. Mais il n’y a pas que des Aïssaoua(s). Il existe beaucoup d’autres confréries plus relevées, dont les maisons de réunion s’appellent zaouya. La maison mère est aussi une zaouya. C’est là qu’on prie, qu’on récite les litanies spéciales à la confrérie, qu’on mange parfois en commun, qu’on distribue les aumônes et qu’on fait les offrandes.

44Les confréries se prévalent toutes d’un fondateur mort en odeur de sainteté. Mais il existe beaucoup de saints qui n’ont pas donné naissance avant ou après leur mort, à des confréries religieuses. Ils sont l’objet de la vénération du peuple qui les prend pour des intercesseurs auprès de Dieu. À leur propos se forme et se développe une vie rituelle très intense qui n’a pas toujours l’approbation des gens instruits de la religion orthodoxe ; mais ceux-ci la tolèrent, pensant que chacun rend hommage à Allah comme il peut.

45Il est nécessaire de connaître aussi bien que possible la vie rituelle d’une société dans laquelle la religion ou l’esprit religieux tiennent toute la place sans admettre qu’on doive rendre à César ce qui est à César et à Dieu, ce qui est à Dieu. Le domaine du profane y est bien étroit. Nous devons en tenir compte dans nos relations avec les Marocains si nous voulons éviter de les froisser, c’est bien le moins, et entretenir avec eux des rapports confiants et amicaux, ce qui est très désirable.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable