Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au seuil de la vie marocaine

 | 
Louis Brunot

Les classes sociales

Texte intégral

La discrimination

1On dit bien les « classes », non les « castes » ; la société musulmane étant dans son principe éminemment égalitaire, tout fidèle est le pair de l’autre en droit. En fait, les mœurs ont créé chez les Marocains des distinctions sociales, comme dans tous les pays. Elles n’ont rien de rigide ; la démarcation reste floue entre les différentes classes ; l’individu passe assez aisément de l’une à l’autre, dans les deux sens, selon son mérite personnel ou sa chance. Ce sont là, dira-t-on, les caractères de toute société européenne d’aujourd’hui. En effet, la civilisation marocaine, malgré les apparences, n’est pas foncièrement aussi éloignée qu’on le suppose de la civilisation d’un pays quelconque d’Europe. Mais cependant, on y trouve quelques traits originaux et importants qu’il convient de connaître, quelques traits qui rappellent souvent un état ancien de notre propre société.

Les ouléma(s) et les clercs

2Ce qui a été dit précédemment de l’instinct religieux des Marocains nous oblige dès l’abord à nous demander si un principe religieux ne serait pas à la base de certaines discriminations d’ordre social. De fait, il est remarquable que le bon ton, en dehors de toute autre considération plus élevée, est de paraître bon musulman, de conformer ses actes, sinon ses pensées et ses sentiments, à ce qu’ordonnent le Coran et la Tradition prophétique, de montrer qu’on connaît les plus petites obligations religieuses. être distingué, ce n’est pas avant tout être intelligent, instruit et délicat au sens mondain que nous avons adopté ; être cultivé, aux yeux des Marocains, c’est surtout être cultivé dans le sens religieux, être délicat, scrupuleux dans l’observance des prescriptions religieuses, être versé dans les choses les plus minutieuses de la religion.

3Une conviction pareille classe d’emblée les ouléma(s), c’est-à-dire les docteurs de la loi, au sommet de l’échelle. Riches ou simplement aisés, ces lumières du droit musulman sont l’objet d’un respect universel. On aura une idée de l’importance sociale des ouléma(s), chargés de maintenir la pure doctrine de l’Islam, dans la prérogative accordée au collège des docteurs de la mosquée de Karaouiyne à Fès : ils donnent ou refusent leur suffrage, en accord avec les chorfa(s) et les notables, au prétendant au trône, quand le souverain au pouvoir vient à mourir ou à abdiquer, et ils proposent le successeur de leur choix aux collèges identiques des autres villes.

4Pour la même raison, les magistrats – qui jugent au civil d’après le droit religieux – les professeurs, les étudiants, et jusqu’aux humbles clercs, les fquih(s) qui enseignent le Coran aux petits enfants, jouissent de l’estime qui s’attache à ceux qui connaissent la loi coranique mieux que leurs semblables non lettrés et constituent ainsi l’armature extrêmement solide de la société musulmane. Tous ces personnages sont des exemples de vie honnête et digne. Leur tenue, leur attitude, leur langage, tout en eux inspire le respect.

Les chérifs

5Les chorfa(s) (pluriel de chérif) pour une raison analogue constituent eux aussi une classe importante de la société marocaine. Ce sont des descendants du Prophète Mohammed. Sans doute le Prophète avait-il interdit de la considérer comme une créature à part, sans doute aussi avait-il repoussé à l’avance un culte, une adoration qui ne sont dus qu’à Dieu seul. Mais les hommes sont tous plus ou moins portés à l’anthropolâtrie, et les Marocains, qui sont loin d’échapper à la règle, ont professé et professent à l’égard de l’Envoyé d’Allah une vénération infinie. Ils attribuent à ses descendants vivants une influence bénéfique, une « baraka » salutaire presque miraculeuse, en raison de leur sang, de leur origine. Les chorfa(s) sont distingués par Dieu même.

6Ils sont de toutes conditions. La dynastie régnante est chérifienne comme celle qui l’a précédée, comme celle qui a créé Fès. Beaucoup de santons, de fondateurs et de chefs de confréries religieuses sont des chorfa(s). On trouve épars dans le pays, des zaouya(s), maisons de réunion des confréries, où se groupent des chorfa(s). Enfin il existe de petites tribus au milieu des autres plus grandes, dont tous les membres sont des descendants du Prophète.

7Dans les villes, ils occupent toutes sortes de situations depuis les plus humbles jusqu’aux plus lucratives ; mais tous jouissent du même prestige ; on fait précéder leur nom de « Moulay » c’est-à-dire Monseigneur, titre que seuls ils peuvent revendiquer. Les plus notables d’entre eux font partie du collège qui intronise le successeur d’un sultan défunt ou renversé. Mais là n’est pas la seule marque de leur primauté. On les appelle chaque fois qu’un acte social s’accomplit soit dans les familles, soit dans des groupes plus étendus. Ainsi, il n’est point de cérémonie de demande en mariage, de circoncision, d’imposition du nom à un nouveau-né, de deuil… qui ne soit honoré de la présence d’un chérif. Point non plus de réconciliation entre membres d’une même famille ou entre tribus en guerre sans l’intercession de chorfa(s). Ils apportent la sérénité, la paix, le bonheur. Leur présence est de bon augure, tout réussit grâce à eux.

Les familles maraboutiques

8On pourrait dire des familles maraboutiques ce qu’on vient de dire des chorfa(s), avec cette nuance cependant que leur prestige est un peu moins grand. Elles se rattachent à des personnages sanctifiés, célèbres par leur piété ou par leur science ésotérique, et fondateurs de congrégations mystiques. Leur réputation est grande auprès des populations rurales.

9Les classes sociales dont on vient de parler sont faciles à déterminer en raison de ce qu’elles sont d’essence religieuse. Mais lorsqu’on abandonne ce plan religieux et qu’on veut connaître la considération dont jouissent certains autres groupes, la discrimination est hésitante. Notables, commerçants, artisans, manœuvres… répondent mal à des définitions précises, dans la société marocaine, comme dans la nôtre. Et pourtant ces catégories existent, sans se mêler, et jouent dans la vie du pays des rôles distincts qu’on ne peut ignorer.

Les notables

10Les notables, les bourgeois, appartiennent à des familles riches ou qui ont été riches. Mais la richesse trop récente ne constitue pas un titre suffisant de bourgeoisie. La bonne éducation, la moralité éprouvée, la bienfaisance religieuse, un minimum d’instruction, une bonne tenue, des alliances avec les autres familles bourgeoises sont les conditions nécessaires, tout comme ailleurs, qu’il faut remplir pour être notable. Ce n’est donc qu’après deux ou trois générations qu’une famille est consacrée bourgeoise et que ses filles sont recherchées en mariage par les jeunes gens des autres familles également bourgeoises.

11À ce propos, il faut remarquer que dans la société marocaine, comme dans tout le monde musulman, l’individu est considéré tout autant pour ses origines et ses attaches que pour son seul mérite personnel. On n’est un vrai citoyen de la ville – ou membre de la tribu – que si l’on peut dire d’où l’on vient, de qui on est le fils, qui on a épousé. Nos vieilles villes de province connaissent sans doute un peu cette conception. Ici, elle est générale et très vivante.

12Que sont ces notables ? Ils comprennent tout d’abord les ouléma(s), les chorfa(s) et les membres des familles maraboutiques, ensuite, les fonctionnaires, les magistrats, les commerçants riches, les propriétaires fonciers. La richesse et la science religieuse ne s’excluent pas, évidemment ; voire elles coexistent chez chacun dans des rapports infiniment variés. Tel savant est propriétaire de plusieurs maisons, tel négociant a pu enseigner le droit ou la grammaire, tel cadi vit plus de ses revenus personnels que des taxes prélevées pour la rédaction des jugements et des actes.

La bourgeoisie nouvelle

13À côté de cette bourgeoisie qu’on pourrait appeler traditionnelle, que le modernisme actuel ne menace pas, qui est riche en général, nous avons vu se créer, depuis l’instauration du Protectorat, et de son fait, une bourgeoisie nouvelle qui est aussi pour une large part une bourgeoisie moyenne. L’ancien Maroc, en effet, comme les pays de civilisation orientale, ne connaissait que des riches peu nombreux et une multitude de pauvres, de prolétaires. Mais la vie économique et administrative des temps modernes, plus complexe, a déterminé la formation d’une classe intermédiaire de fonctionnaires et d’employés à salaires fixes et réguliers, de commerçants détaillants en relation avec la clientèle européenne, de petits industriels adaptés aux techniques modernes, d’agents subalternes de tout grade, bref d’une large catégorie d’individus gagnant leur vie aisément et selon des normes toute nouvelles. Elle comprend à la fois des éléments de vieilles familles, ruinées ou non, et des éléments sortis des classes sociales les plus diverses et les plus humbles. C’est leur instruction européenne, leur valeur personnelle, et non leur origine ou leur science religieuse qui valent à ces hommes des situations stables, enviables même.

14D’aucuns, sortant de l’ordinaire, sont avocats, médecins, créateurs et directeurs de maisons de commerce, d’organisation de transport en commun, etc. ; d’autres, qui se sont enrichis, sont devenus propriétaires d’immeubles de rapport dans les cités européennes…

15Les uns et les autres, acquis au modernisme et suivant un exemple qui leur vient de haut, abandonnent les traditions trop vétustes et les préjugés rétrogrades sans renoncer, heureusement, à l’essentiel et au meilleur de leur civilisation spirituelle. Ils adoptent les vêtements européens, s’adonnent aux sports, ont recours aux médecins français, font accoucher leurs femmes dans des cliniques, et, d’une façon générale, cherchent à bénéficier largement des avantages moraux et matériels de la vie française du XXe siècle.

Les artisans

16Une autre classe sociale est constituée par les artisans dont les corporations, beaucoup moins rigides que celles de l’ancien régime français, s’échelonnent selon une hiérarchie reconnue. Les cordonniers sont les plus distingués ; maçons et menuisiers viennent derrière eux, les teinturiers, les tanneurs, les forgerons, aux métiers malpropres, sont au bas de l’échelle. Les tisserands, pauvres jadis et ruinés par la concurrence des industries européennes, se sont relevés de leur déchéance pendant la dernière guerre, le pays ayant été alors privé de tissus d’importation. Les rétameurs viennent du Sous ainsi que les meuniers ; les ferblantiers sont des Juifs uniquement à Rabat, mais à Fès, à Marrakech, les Musulmans ne dédaignent pas cette profession.

17Chez les femmes, la seule industrie artisanale exercée hors du logis familial, le tissage des tapis, est peu recommandée aux femmes qui n’ont pas un besoin exprès d’alimenter le budget familial : elles y perdent leur réputation sans gagner un salaire appréciable. Il n’en est pas de même des brodeuses qui, elles, ne sortent jamais de la maison et reçoivent chez elles les petites filles musulmanes des meilleures familles pour leur enseigner leur art.

18On ne peut ici passer en revue toutes les corporations. Qu’il soit dit simplement que le patron et l’ouvrier qui exercent un métier relativement propre et gagnent leur vie honnêtement sont toujours bien considérés et voient leurs fils quelquefois devenir des fquihs ou de petits fonctionnaires grâce à une bonne instruction.

Les immigrés

19Beaucoup moins estimés sont les étrangers à la ville qui exercent de petits métiers, qui sont gargotiers, rôtisseurs de têtes de moutons, marchands de hachis en brochettes, portefaix… et manœuvres prêts à toutes les corvées. Ceux-ci s’assemblent chaque matin sur une place connue, le mouqef : c’est là qu’on vient les chercher pour faire des transports ou des travaux de terrassement, ou pour accomplir toutes sortes de tâches à la fois pénibles et malpropres. Avec les porteurs, les cireurs, les marchands de journaux et autres techniciens du même genre, ils forment la plus basse classe de la société marocaine.

Le nouveau prolétariat

20À côté de ces gagne-petit qui constituent l’ancien prolétariat, s’est formée une classe toute nouvelle, celle des zoufri(s), (comprenez :
z-ou-vriers) évadés de tribus surpeuplées et qui n’ont que leurs bras à offrir aux fabriques et aux chantiers. Ce sont des manœuvres, n’ayant aucune technique, mais qu’on utilise abondamment dans l’industrie des grandes villes ou dans les travaux de terrassement sur les routes, le long des voies ferrées… Vêtus de défroques européennes, ils circulent dans le pays à la recherche d’embauche, ou bien construisent de pauvres baraques, près des villes où ils trouvent à travailler, pour s’abriter avec leurs femmes et leurs enfants.

21Ces individus, échappés d’un milieu social qui les maintenait avec rudesse dans une discipline morale nécessaire, ne se sentent plus, en ville, et en présence d’autres étrangers comme eux, soutenus par la vie commune de la tribu : ils sont désaxés plutôt que libérés. Leur vie matérielle, d’autre part, est tout aussi bouleversée que leur vie morale. Ce n’est pas impunément qu’on « plie les montants de la tente (âmoud) pour se loger sous la tuile (qermoud) » comme dit le proverbe arabe. La tuile, d’ailleurs, c’est-à-dire le toit, car seuls les grands monuments sont couverts de tuiles, n’est pour les immigrés pauvres que tôle ondulée de rebut ou fer-blanc de bidons de pétrole. Grave problème pour l’Administration qui leur bâtit des cités décentes, sauve l’hygiène, construit des écoles, essaie par tous les moyens de redonner une âme collective à cette poussière d’individus instables.

La hiérarchie rurale

22Dans les campagnes, il existe des familles qu’on appellerait facilement des « familles caporales » dont les membres, depuis longtemps, ont gagné l’estime et le respect de leurs contribules. Elles possèdent des terres et du bétail, quelquefois une maison de pierre. C’est parmi ces familles de notables que sont choisis les chefs de douars et de fractions et les caïds ou chefs de tribus. Le propriétaire terrien est toujours considéré avec respect. On l’appelle ici fellah ce qui est presque un titre d’aristocratie rurale, au contraire de ce que l’on connaît du fellah d’Égypte. La classe paysanne la plus humble est celle des quinteniers khemmas et des bergers qui vivent sur les terres des fellahs et travaillent pour ceux-ci.

23On vient de tracer ici une simple esquisse de la division sociale des Marocains. On pourrait, sans épuiser le sujet, ajouter toutes sortes de détails qui n’apporteraient pas de renseignements plus utiles à nos relations avec nos protégés. Ce qui précède fait ressortir que la société marocaine accorde une valeur particulière à la qualité religieuse des individus et à leur origine, tout autant sinon plus qu’à leur richesse. être considéré comme un bon musulman et pouvoir citer des ancêtres connus c’est un idéal social pour un Marocain qui se respecte même pour le plus épris de modernisme. Des biens, surtout fonciers, sont un troisième facteur, non sans importance, du classement de l’individu dans la hiérarchie sociale. Pas d’aristocratie comme on l’entend en Europe. à côté de cette organisation sociale fort ancienne, et qui ne peut vraisemblablement que se maintenir, on voit naître et se développer, depuis l’instauration du Protectorat, une bourgeoisie nouvelle et un prolétariat nouveau qui s’ajoutent aux autres classes sans les dénaturer, sans les détruire. Malgré tout, la société marocaine est stable, pour mieux dire, c’est une société dont les cadres paraissent solides et stables. Il est interdit de les ignorer si l’on veut traiter tout un chacun avec les égards qui lui sont dus de par son rang social et établir avec les Marocains des rapports convenables.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable