Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes, associations et politique à Casablanca

 | 
Yasmine Berriane

Index des enquêté(e)s : échantillon principal et témoin

Texte intégral

1Abdallah a 37 ans et il est marié. Il a grandi dans un des bidonvilles du quartier. Après avoir interrompu ses études de droit, il décroche un emploi dans la petite fonction publique. En 2000, il co-fonde une association de développement local qui propose des activités aux jeunes et aux femmes du quartier, organise des campagnes de sensibilisation aux effets de la drogue et fonctionne comme intermédiaire entre les habitants du quartier et les autorités locales (entretien : juin 2008).

2Adnane a 49 ans, il est marié et possède un petit commerce de proximité. Il est vice-président d’une association de développement local créée en 2004, ciblant les jeunes, les femmes et les personnes handicapées et proposant des formations de couture et d’informatique (entretien : juin 2008).

3Ali a 46 ans et il est marié. Après avoir obtenu sa licence universitaire, il ne trouve pas d’emploi. Il se mobilise alors aux côtés des diplômés chômeurs, puis tente de décrocher une audience auprès du prince (et futur roi Mohammed VI) pour lui demander de l’aide. Souffrant d’une malformation des jambes, il s’engage, dès les années 90, dans la section locale d’une association nationale d’aide aux personnes handicapées. En 2004, il co-fonde une association de développement local ciblant les jeunes, les femmes et les personnes handicapées et proposant des formations de couture et d’informatique. Il préside cette organisation (entretien : juin 2008).

4Asma a 29 ans, elle est célibataire et vit chez ses parents. Après avoir obtenu son baccalauréat, elle poursuit une formation en informatique et cherche un emploi. Elle est contactée par Kenza qui désire créer une association proposant aux femmes et aux jeunes du quartier des formations en restauration. L’association est créée en 2006, et Asma en est la vice-présidente (entretien : février 2007).

5Aziz a 49 ans, il est marié et travaille comme instituteur. Féru de football, il crée au début des années 80 une association de sport avec des amis du quartier. Durant les années 90, il s’engage comme militant syndical et comme membre de l’USFP. Avec des voisins, il crée, en 1999, une association de quartier dont il est le secrétaire général. En 2002, il crée la section locale d’une association pour jeunes rattachée au PADS et s’engage en 2003 dans un réseau associatif (entretien : août 2008).

6Bouchra a 20 ans, elle est célibataire et vit chez ses parents. Après avoir obtenu son baccalauréat, elle suit une formation comme technicienne spécialisée. Elle est conseillère d’une association socioculturelle mixte pour jeunes créée en 2006 et fait partie d’un réseau associatif de jeunes (2 entretiens : février et mars 2007).

7Farah a 20 ans, elle est mariée, sans enfants. Elle cherche un emploi depuis l’obtention de son baccalauréat en 2006. Très active dans un club culturel au sein de son lycée et dans la maison de jeunes de son quartier, elle co-fonde une association culturelle pour jeunes en 2004 et intègre, en 2005, le bureau exécutif de cette organisation comme secrétaire générale et présidente de la commission féminine. Son mari est le président de cette association (entretien : janvier 2007)

8Farida a 51 ans. Elle est mariée et a trois enfants. Elle interrompt sa scolarité à quatorze ans pour se consacrer à une courte carrière comme athlète qu’elle interrompt une fois mariée. Femme au foyer pendant plus de vingt années, elle crée en 2006 une association locale d’athlétisme qu’elle préside depuis. En 2007, elle obtient un financement important dans le cadre de l’INDH pour rénover un terrain de sport pouvant être utilisé par son association (3 entretiens : févier 2007, juin 2008 et juin 2009).

9Gihane a 22 ans, elle est célibataire et vit avec sa mère. Elle interrompt sa scolarité avant d’obtenir le baccalauréat et poursuit une formation technique. Elle est membre du PSU, active dans une association au sein de son lycée et dans la maison de jeunes de son quartier, puis conseillère dans une association socioculturelle pour enfants et jeunes créée en 2004 (entretien : septembre 2007).

10Hakim a 30 ans, il est célibataire et a suivi des études universitaires (licence). Très actif au sein de la maison de jeunes de son quartier, il a suivi plusieurs formations pour devenir animateur puis directeur de colonies de vacances. Il est secrétaire général d’une association socioculturelle et éducative active au niveau du quartier, composée d’hommes et de femmes (entretien : juillet 2008).

11Halima a 53 ans, elle est divorcée et mère de deux enfants. Docteure en histoire, elle travaille comme enseignante. Après une expérience de plusieurs années au sein du mouvement féministe, elle cofonde en 1999 une association féminine locale qu’elle préside depuis. Cette organisation organise des ateliers de sensibilisation aux problèmes que rencontrent les femmes, met à la disposition de ces dernières un centre d’écoute et propose des formations de décoration d’intérieur financée par une entreprise publique et par l’INDH (entretien : janvier 2007).

12Hamid a 54 ans, il est marié et a interrompu sa scolarité en fin de primaire. Il s’installe à Casablanca à l’âge de douze ans et y multiplie les petits emplois avant d’ouvrir un atelier de menuiserie. En 2002, il co-fonde une association de quartier censée faciliter les négociations entre les habitants du bidonville dans lequel il vit et la LYDEC. Cette organisation se transforme ensuite en association de développement social. Il est aujourd’hui président et/ou membre de douze associations actives dans différents secteurs dont la culture, la santé et le développement social (entretien : mai 2008).

13Hanane a 44 ans, elle est veuve et mère de deux enfants. Elle interrompt sa scolarité peu avant d’obtenir le baccalauréat et suit une formation de comptabilité puis de couture. Durant les huit premières années de son mariage, elle ne quitte pas son domicile. Elle fait ses premiers pas en dehors du foyer après avoir eu ses deux enfants. Au début des années 2000, elle se met à son propre compte comme couturière puis crée, en 2004, une association féminine qu’elle préside depuis (2 entretiens : juin 2007 et mai 2008).

14Hasna a 34 ans, elle est célibataire et vit chez sa sœur. Après avoir obtenu une licence de droit, elle multiplie les petits emplois et les formations. Elle participe en 2006 à la création d’une association féminine de développement social pour femmes, enfants et adolescents qui propose des formations de couture et de broderie, des séances de soutien scolaire et des campagnes médicales. Elle est vice-présidente de cette organisation (entretien : juillet 2008).

15Hind a 47 ans, elle est mariée et a deux enfants. Elle obtient son baccalauréat puis poursuit des études universitaires qu’elle interrompt avant de suivre une formation. Elle tente à deux reprises de créer des micro-entreprises, mais, elle échoue. En 2004, elle cofonde puis préside une association féminine de développement social pour femmes, enfants et jeunes qui propose des campagnes de sensibilisation aux problèmes du terrorisme, des formations professionnelles aux jeunes filles et des opérations de circoncision pour enfants issus de familles démunies (entretien : juillet 2008)

16Houria a 44 ans, elle est divorcée et vit chez ses parents avec son fils. Après avoir obtenu son baccalauréat, elle poursuit une formation universitaire qu’elle interrompt. Après son divorce, elle s’installe chez ses parents. Elle multiplie les petits emplois avant d’ouvrir une école maternelle qu’elle dirige aujourd’hui. Depuis 2004, elle est membre du PPS, conseillère au sein d’une association de promotion de la culture berbère et impliquée dans la section féminine d’une association locale d’artisans (3 entretiens : septembre 2007, mai et juin 2009).

17Ibtissam a 33 ans, elle est mariée et possède un petit atelier de couture. Elle est membre actif du mouvement de Al Adl Wal Ihsane depuis la fin des années 90. Elle lance en 2007 les démarches pour créer une association pour femmes au niveau de son quartier. Cette organisation voit le jour en 2008 (entretien : juillet 2008).

18Ilham a 40 ans, elle est célibataire et vit chez ses parents. Après avoir obtenu une licence en sciences islamiques, elle cherche pendant plus de cinq ans un emploi. A la fin des années 90, elle est embauchée comme monitrice par une organisation caritative venue s’installer dans le quartier. En 2002, elle co-fonde une association féminine de développement social pour femmes, enfants et jeunes dont elle est aujourd’hui la trésorière. Pendant près de trois ans, elle fait également partie du bureau exécutif d’un réseau associatif local (entretien : janvier 2007).

19Jamila a 26 ans, elle est célibataire et vit chez ses parents dans l’un des bidonvilles du quartier. Durant ses études de droit, elle s’active au sein du club culturel de son université. Après avoir obtenu sa licence, elle poursuit une formation en informatique et cherche un emploi. En 2005, elle participe à la création d’une association pour jeunes au sein de la maison de jeunes du quartier qui propose des formations et des activités culturelles et sportives. En 2007, lors du renouvellement du bureau exécutif de cette organisation, elle est nommée vice-présidente (entretien : mars 2007).

20Kenza a 50 ans, elle est célibataire, vit chez ses parents et est passionnée de moto. Après avoir interrompu sa scolarité, elle poursuit une formation de secrétariat et intègre la petite fonction publique. En 2006, elle crée une association locale proposant aux femmes et aux jeunes du quartier des formations en restauration. Elle préside cette organisation (entretien : février 2007).

21Khadija a 41 ans, elle est célibataire et vit avec sa mère et sa sœur. Après avoir interrompu sa scolarité, elle suit plusieurs formations au sein de la maison de jeunes pour devenir animatrice de colonies de vacances. En 1998, elle crée un club consacré à la sensibilisation des familles aux dangers domestiques et aux questions de santé. En 2004, elle transforme cette organisation en association de développement social proposant des activités aux jeunes et aux enfants du quartier. Elle est vice-présidente de cette organisation. (3 entretiens : en novembre 2006 et en juin 2008).

22Latefa a 45 ans, elle est veuve et mère de deux enfants. Après avoir interrompu ses études universitaires, elle poursuit une formation de comptabilité. Elle travaille aujourd’hui comme monitrice pour le compte d’une grande association implantée localement. En 2005, elle participe à la création d’une autre association qui propose des activités culturelles pour les enfants du quartier, participe à l’aménagement de l’école du quartier et organise des campagnes médicales. Elle en est la secrétaire générale (entretien : mai 2008).

23Leila a 41 ans, elle est divorcée et vit avec ses trois enfants chez ses parents. Elle a une licence de littérature arabe. Elle travaille comme institutrice dans une école privée et comme monitrice dans une association. Elle est membre de l’Istiqlal depuis l’adolescence. En 2006, elle crée une association féminine locale qui propose des cours d’alphabétisation aux femmes du quartier et un enseignement pré-scolaire pour les enfants (3 entretiens : mars, août et septembre 2007).

24Lhajja Zoubida a plus de 70 ans. Elle est veuve et mère de plusieurs enfants. Femme au foyer, elle reprend en main les affaires de son mari après la mort de ce dernier. A la fin des années 90, elle déménage à Sidi Moumen où elle possède un terrain. En 2006, elle créée une association féminine qui propose des cours d’alphabétisation et des formations pour femmes et jeunes et des activités caritatives. Assistée par sa fille, elle préside cette association (entretien : septembre 2007).

25Loubna a 35 ans, elle est mariée. Ayant quitté l’école à l’âge de 15 ans, elle est aujourd’hui diplômée en couture et membre actif du mouvement de Al Adl Wal Ihsane. Elle dirige depuis 2006 un club féminin à la maison de jeunes de son quartier. Cette organisation propose aux femmes des formations de couture (entretien : juillet 2008).

26Maha a 51 ans, elle est mariée, sans enfants. Elle interrompt sa scolarité au niveau du brevet. Diplômée en couture, elle a un atelier de couture pendant plusieurs années. En 1999-2000, elle s’engage localement en faveur du Plan d’intégration de la femme au développement, et en 2000, elle devient membre d’une association de quartier cofondée par son mari en 1998. En 2004, elle prend en charge la présidence de cette organisation qui se donne comme objectif d’améliorer le cadre de vie du quartier et de représenter les intérêts des habitants (2 entretiens : novembre 2006 et janvier 2007).

27Majid a 40 ans, il est marié. Après avoir obtenu son brevet, il intègre la police. En 2002, il co-fonde une association locale pour les jeunes et s’engage dans un réseau associatif national. En 2006, il démissionne de son emploi comme policier et travaille comme coordinateur d’une association caritative avant de diriger un centre socioculturel financé par la Fondation Mohammed V (entretien : juillet 2008).

28Maria a 45 ans, elle est divorcée. Elle interrompt sa scolarité juste avant d’obtenir le baccalauréat et rejoint la fonction publique après avoir suivi une formation. En 2003, elle créée une association féminine qui propose des formations de couture aux femmes et qui facilite l’accès de ses membres à des micro-crédits (entretien : janvier 2007).

29Meriem a 47 ans, elle est divorcée et vit avec sa fille. Après avoir interrompu sa scolarité, elle suit une formation de couture puis travaille comme enseignante avant de perdre son emploi. En 2003, elle intègre une amicale de quartier pour représenter les intérêts des habitants de son immeuble. Elle en est la vice-présidente. En 2004, elle intègre, comme trésorière, une association socioculturelle. Elle s’intéresse aussi au travail des partis politiques, penchant tant pour le PSU que pour le PJD (8 entretiens : novembre 2006 ; janvier, mars, août et septembre 2007 ; avril et juillet 2008 ; juin 2009).

30Mouna a 42 ans, elle est célibataire et vit avec sa mère. Après avoir obtenu une licence de droit, elle se retrouve au chômage pendant plusieurs années. A la fin des années 90, elle est embauchée comme monitrice par une fondation caritative installée dans le quartier. En 2002, elle co-fonde une association féminine de développement social pour femmes, enfants et jeunes dont elle est aujourd’hui la vice-présidente. Pendant près de trois ans, elle fait partie du bureau exécutif d’un réseau associatif local (entretien : janvier 2007).

31Mounir a 54 ans, il est marié et a interrompu sa scolarité peu avant d’obtenir son baccalauréat. A la fin des années 70, il s’engage au sein d’un club de théâtre dans la maison de jeunes la plus proche de son quartier puis, au début des années 80, dans une association socio-culturelle qu’il préside plusieurs années. Il s’engage, aujourd’hui, dans différentes associations et réseaux de quartier (entretien : mai 2008).

32Nadia a 47 ans, elle est divorcée et a une fille. Après avoir obtenu le baccalauréat, elle poursuit une formation de couture puis travaille dans une usine de textile jusqu’à ce que celle-ci ferme ses portes. Elle adhère à une association locale d’artisans créée en 2003 et prend en charge l’animation des formations de couture. Après avoir adhéré à l’association, Nadia intègre le PPS (entretien : septembre 2007).

33Nasma a 43 ans, elle est célibataire. Après avoir obtenu sa licence en droit, elle occupe différents emplois. Elle s’engage d’abord au sein du parti du MP pour le compte duquel elle crée une section féminine locale. Aujourd’hui, elle est secrétaire générale d’une association locale créée en 2000 pour représenter de jeunes diplômés à la recherche d’un emploi. Elle s’engage par ailleurs dans un réseau associatif (entretien : novembre 2006).

34Nawal a 44 ans, elle est divorcée et vit chez sa mère. Durant ses études, elle s’engage dans un club de théâtre rattaché à la maison de jeunes de son quartier. Après avoir obtenu sa licence, elle travaille dans une usine et s’engage au sein du parti de l’Istiqlal. En 2004, elle intègre un réseau associatif puis s’active dans deux associations féminines, comme conseillère dans l’une et comme directrice dans l’autre (5 entretiens : novembre 2006 ; juin et septembre 2007 ; avril 2008 et juin 2009).

35Omar a 30 ans, il est célibataire et vit chez ses parents dans un bidonville du quartier. Il interrompt ses études de droit, puis cherche un emploi. Il cofonde, en 1997, un club de théâtre au sein de la maison de jeunes. En 1999, il intègre une association socioculturelle qui propose des ateliers de théâtre, des conférences culturelles et des excursions. A partir de 2002, il multiplie les formations proposées dans le cadre associatif et s’engage dans un réseau associatif local. En 2006, il intègre le bureau exécutif de cette organisation et s’implique dans le montage et la réalisation d’un projet dans le cadre de l’INDH (entretien : mai 2008).

36Roukia a 42 ans, elle est mariée et mère de deux enfants. Elle interrompt ses études de droit. Femme au foyer, elle crée en 2003, avec des amies et des voisines, une association féminine qui propose des formations de couture. Elle en est la présidente. En 2005, l’association bénéficie d’un partenariat avec une fondation caritative puis avec l’Entraide nationale (entretien : novembre 2006)

37Samira a 55 ans, elle est divorcée. Après avoir interrompu sa scolarité, elle multiplie les petits emplois et s’engage au sein d’un syndicat ouvrier. Après le décès de sa fille, elle cherche refuge au sein du milieu associatif et s’engage dans des associations pour les jeunes et pour les femmes. Elle est aujourd’hui secrétaire générale d’une association socio-culturelle pour jeunes créée en 2004, vice-présidente d’une association féminine créée en 1999 et membre actif d’un réseau associatif (2 entretiens : janvier et août 2007).

38Sanaa a 40 ans, elle est célibataire et vit avec sa mère et sa sœur. Après avoir obtenu sa licence de droit, elle est au chômage pendant de nombreuses années avant d’être embauchée, à la fin des années 90, comme coordinatrice locale d’une fondation caritative. En 2002, elle cofonde une association féminine qu’elle préside aujourd’hui. Cette association se voit attribuer plusieurs financements dans le cadre de l’INDH ainsi qu’un centre dans lequel l’organisation propose de nombreuses formations pour les femmes et les jeunes du quartier. Sanaa a présidé pendant près de trois ans un réseau associatif local (7 entretiens : janvier, mars et août 2007 ; juillet 2008 et juin 2009).

39Siham a 47 ans, elle est divorcée. Née avec une malformation de la jambe, elle interrompt sa scolarité très tôt. Elle suit une formation de couture et travaille de nombreuses années comme couturière. Elle préside depuis 2004 une association pour femmes et enfants souffrant d’handicaps. En 2007, cette organisation se voit attribuer un financement dans le cadre de l’INDH et la possibilité de cogérer un centre social nouvellement construit (2 entretiens : mars 2007 et juin 2008).

40Sophia a 52 ans, elle est divorcée. Après avoir interrompu ses études d’histoire, elle travaille comme ouvrière puis multiplie les petits emplois. A partir de la fin des années 80, elle s’engage au sein du PADS, puis au sein d’une association féministe. Elle s’active comme bénévole dans une association féminine puis s’engage comme conseillère au sein d’une association socioculturelle pour jeunes créée en 2004 (entretien : janvier 2007).

41Soufiane a 28 ans, il est célibataire et vit chez ses parents. Après avoir obtenu le baccalauréat, il monte un petit commerce. En 2005, il co-fonde, avec des amis du quartier, une association locale pour jeunes qui propose surtout des activités culturelles. Depuis, il préside cette organisation, multiplie les formations et s’engage au sein d’un réseau associatif local (entretien : mai 2008).

42Touria a 41 ans et vit, depuis plus de quinze ans, à Casablanca où elle travaille comme ouvrière. Depuis la fin des années 80, elle est membre du mouvement de Al-Adl Wal-Ihsane. En 2005, elle prend la direction d’une association de quartier lors du renouvellement de son bureau exécutif. En 2008, elle participe à la création d’une deuxième association dans son quartier (entretien : juillet 2008).

43Zahra a 42 ans, elle est née à Marrakech mais vit aujourd’hui à Casablanca avec son mari et les enfants de ce dernier. Après avoir interrompu des études universitaires, elle est embauchée comme monitrice par une association de développement. Depuis son arrivée à Casablanca, elle s’engage – comme vice-présidente – dans une association féminine créée en 2004. Elle y anime des cours d’alphabétisation (2 entretiens : septembre 2007 et mai 2008).

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable