Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes, associations et politique à Casablanca

 | 
Yasmine Berriane

Conclusion

Texte intégral

1Le principal objectif fixé au début de ce travail était de comprendre les transformations sociopolitiques en cours au Maroc en privilégiant une approche par le bas. Arrivée au terme de ce travail, j’espère avoir su montrer l’ambivalence de ces changements. Des trente carrières suivies se dégagent des dynamiques qui, tout en étant contradictoires, sont intimement liées à un seul et même processus, celui de la féminisation des associations locales. L’émergence de dirigeantes d’association indique, d’abord, une nette rupture avec la distribution traditionnelle des rôles entre hommes et femmes qui faisait des associations locales un terrain de jeu avant tout masculin. Les enquêtées ont réussi à s’imposer non seulement par rapport aux hommes, mais également par rapport aux élites associatives qui disposent de ressources sociales, culturelles et économiques beaucoup plus importantes et dominent le paysage associatif marocain depuis les années 90. Cependant, l’analyse détaillée des modalités de leur entrée en scène démontre aussi que l’ascension verticale des femmes passe aussi par une reproduction, voire un renforcement, des mêmes normes et pratiques qui contribuaient, auparavant, à exclure les femmes de la sphère publique locale. Si ces dynamiques semblent contradictoires, elles n’en sont pas moins intimement connectées.

Un renouvellement des ressources et des rétributions de l’engagement

2Pour comprendre l’émergence de femmes à la tête d’associations de quartier, il faut analyser leur parcours en articulant différentes variables d’ordre tant micro que macrosociologique. Le suivi des carrières des enquêtées montre que les ressources dont disposent ces représentantes d’association et les rétributions, individuelles comme collectives, symboliques comme matérielles, qu’elles espèrent tirer de leur engagement varient au cours de leur itinéraire. Cette variation découle des expériences vécues dans différentes sphères de vie mais aussi de l’ouverture de nouvelles opportunités d’action liées au contexte national.

3Les parcours de ces dirigeantes associatives découlent, d’une part, de la possibilité qu’elles ont, dans le contexte politique actuel, de reconvertir en ressources leur capital socio-économique, leurs compétences scolaires, et d’autre part, du fait d’être des femmes. Ces ressources sont toutes relatives dans la mesure où la valeur qui leur est attribuée dépend aujourd’hui de normes diffusées par les autorités publiques, en conformité avec les paradigmes promus – à l’échelle internationale – dans le cadre des politiques de développement néolibérales.

4Ainsi, l’importance accordée par ces politiques au travail de « proximité » a contribué à valoriser l’origine sociale des enquêtées. Leur appartenance à des quartiers périphériques et populaires de la ville leur confère, dans le contexte actuel de mise en avant et de promotion du développement local, une légitimité d’expertise, alors que dans d’autres contextes cette même appartenance peut être source de stigmatisation ou de marginalisation. Cette légitimité découle à la fois de leur statut de « filles du quartier » et de leur situation « d’entre deux » socio-spatiale comme socio-économique, dans la mesure où elles font partie d’une deuxième génération née en ville après l’exode et l’installation de leurs parents. Cela leur confère non seulement un capital socio-économique supérieur à celui d’autres populations vivant dans le même quartier mais également un capital scolaire plus important.

5L’instruction des enquêtées découle de l’installation des parents en ville dès les années 50 et de la mise en contact de ces derniers avec de nouvelles normes et pratiques promues par les autorités publiques. Parmi ces normes, on peut compter l’importance accordée, dès les années 60, à l’instruction des filles et à l’intégration des femmes dans le marché du travail. Si les compétences scolaires des dirigeantes interrogées ne leur ont pas permis de s’insérer dans le marché du travail, elles leur permettent toutefois d’endosser un rôle d’intermédiaire entre la population locale et les autorités publiques. Par ailleurs, ce capital gagne d’autant plus d’importance que les politiques de développement local promues par les autorités publiques et par les bailleurs internationaux tendent à valoriser, aujourd’hui, la qualification et la professionnalisation des acteurs associatifs.

6La professionnalisation des associations s’accompagne aussi d’une salarisation (ou du moins d’une rémunération) des acteurs associatifs. Il s’agit là d’une troisième ressource de poids qui émerge et gagne en importance au fil des carrières. Cette tendance est rendue possible par l’augmentation et la diversification des sources de financement auxquelles ces acteurs ont accès. La possibilité de générer des revenus à travers l’engagement associatif non seulement a contribué à pérenniser l’action des enquêtées en leur fournissant les moyens financiers nécessaires, mais représente aussi un argument de poids pour celles qui doivent justifier de leurs activités extra-domestiques auprès de leur famille.

7Ceci nous amène au genre comme quatrième variable à avoir contribué à l’émergence de dirigeantes femmes. Cette dernière ressource prend toute son ampleur dans le contexte actuel de promotion, par le haut, de la participation féminine. Le fait d’être une femme permet aujourd’hui d’accéder de manière plus rapide et directe à une fonction au sein des bureaux exécutifs des associations locales, et cela pour deux raisons principales. Le fait d’inclure des femmes dans leur association est considéré par les acteurs associatifs déjà établis comme une manière de s’attirer le soutien des autorités locales et des bailleurs. C’est ensuite une manière de répondre à l’afflux important de bénéficiaires femmes qui représentent la cible de nombreux programmes de développement. Comme la distribution des rôles entre hommes et femmes au sein des associations locales se fait, d’abord, selon le principe de la complémentarité des sexes, la majeure partie d’entre elles s’est retrouvée, dans un premier temps, cantonnée dans des fonctions subalternes. Mais les normes et procédés standardisés (comme le vote et la transparence), qui constituent le cadre référentiel de « l’approche participative » promue aujourd’hui par les autorités publiques, représentent autant d’instruments auxquels les femmes peuvent recourir pour briguer des fonctions plus importantes et garantir – du moins pendant un certain temps – leur position au sein de ces organisations.

8Il est intéressant de noter que certaines des raisons qui motivent ces dirigeantes à s’engager découlent des mêmes caractéristiques sociologiques qu’elles peuvent mobiliser comme ressources. Nombreuses sont celles pour qui il s’agit, d’abord, de revaloriser l’image des quartier et de lutter contre la stigmatisation des populations qui y vivent en participant à l’effort collectif de développement promu par l’élite dirigeante du pays. L’engagement associatif est également conçu comme une manière de pallier le manque d’occupation et le sentiment de déclassement social né de la frustration liée à une situation d’échec professionnel malgré des études avancées. Leur statut de femmes, soit mariées (avec ou sans enfants), soit « seules », contribue à renforcer le malaise vécu du fait du chômage, de la précarité et du manque d’occupation. En raison de leur situation économique rendue difficile par le chômage, la possibilité d’acquérir une rémunération par l’intermédiaire de l’association représente une incitation de poids qui permet aussi d’expliquer l’inscription de leur engagement dans la durée.

Une féminisation qui s’accompagne de la reproduction des inégalités

9L’analyse des modalités effectives de l’accès des femmes à ces nouvelles positions montre pourtant les limites d’une telle ouverture du champ des possibles. Malgré le soutien des politiques publiques allant dans le sens d’une promotion de la participation des femmes à la gouvernance locale, les obstacles demeurent nombreux. Or, les stratégies mises en œuvre par mes interlocutrices pour contourner et dépasser ces contraintes tendent à reproduire – et non pas remettre en question – les normes qui les sous-tendent.

10Cette observation permet, d’abord, de souligner que même en contexte dit « autoritaire », la mise en œuvre de politiques publiques dépend aussi de la manière dont celles-ci sont réappropriées, voire (re-)définies, par le bas. Les obstacles rencontrés par les enquêtées rappellent, par ailleurs, que les sphères de vie dans lesquelles sont plongés les individus peuvent être régies par des normes différentes, au caractère parfois contradictoire. Si la promotion de la participation des femmes implique un contact plus ou moins fréquent entre hommes et femmes, la mixité – lorsqu’elle est présente dans le contexte des associations de quartier – est plutôt discréditée par l’entourage des enquêtées. Par conséquent, l’accès des femmes aux associations se trouve limité, aussi bien par les pressions exercées sur elles dans la sphère familiale que par la crainte de voir leur réputation entachée. Par ailleurs, la promotion de la participation des femmes s’est bien traduite par l’inclusion de ces dernières dans les associations locales, mais cette intégration s’accompagne d’une division du travail entre hommes et femmes qui repose sur le principe de la complémentarité des sexes. La distribution des fonctions se faisant sur la base de représentations spécifiques qui distinguent et hiérarchisent les rôles féminins et masculins, l’ascension verticale des femmes s’en trouve considérablement limitée.

11Pour faire face à ces contraintes, les enquêtées ont recours à des stratégies qui, tout en leur permettant de les contourner, contribuent à reproduire, au sein de l’association, les mêmes normes et représentations qui en sont à l’origine. Pour s’assurer le soutien de la famille et protéger leur propre réputation, certaines de mes interlocutrices optent pour un rapprochement physique et symbolique entre la famille et l’association. Elles veillent, par ailleurs, au respect des frontières symboliques qui séparent les hommes des femmes.
Le résultat de cette double stratégie est le transfert vers l’association des rapports de pouvoir qui prédominent au sein de la famille et l’élargissement du fossé qui sépare les hommes des femmes. Pour briguer des postes de responsabilité qui vont au-delà des fonctions qui leur sont habituellement imparties, elles s’approprient, en outre, les stéréotypes de genre qui distinguent entre des attributs « spécifiquement » féminins et masculins pour valoriser leur propre apport au travail associatif, tout en décrédibilisant l’action des acteurs associatifs hommes. Cette stratégie contribue non seulement à renforcer les stéréotypes et à creuser l’écart tant social que spatial entre hommes et femmes, mais participe également à la fragmentation du milieu associatif.

12La reproduction des rapports de pouvoir ne découle pas seulement des réappropriations qui en sont faites par le bas, elle émane également des réformes censées mettre en œuvre une redistribution plus égalitaire du pouvoir. Ainsi, les politiques visant la promotion de la participation féminine et l’égalité entre hommes et femmes ne remettent aucunement en question les rôles traditionnels impartis aux femmes. Au contraire, elles contribuent à (re)produire des représentations qui entretiennent les stéréotypes de genre sur lesquels reposent la division sexuelle du travail entre hommes et femmes. Par ailleurs, alors que les politiques de promotion du travail associatif se donnent comme objectif d’encourager la densification du tissu des associations dans le pays, les réformes et réglementations mises en œuvre introduisent de nouveaux biais dans le processus de sélection des personnes habilitées à participer à ce mouvement. Le tri se fait à la fois par le biais de l’octroi des subventions et par celui des démarches administratives nécessaires à la régularisation des associations. Il permet aux pouvoirs publics d’écarter les acteurs associatifs qui dérangent le pouvoir central et de promouvoir ceux correspondant à l’acteur associatif « idéal ». De ce fait, l’essor du tissu associatif actuel contribue certes à l’inclusion de nouveaux acteurs, mais il s’accompagne aussi d’une distribution très inégale des ressources entre les acteurs sociaux et de la marginalisation de certains d’entre eux.

13Cependant, malgré la reproduction des rapports de pouvoir et l’entretien des normes et des représentations, certaines des femmes suivies arrivent à percer pour accéder à une notoriété locale, voire même à satisfaire des ambitions électorales.

L’affirmation publique de personnalités féminines

14L’émergence et l’affirmation de personnalités féminines sur la scène publique des quartiers participent à l’ensemble des mutations socio-économiques et politiques qui traversent la société marocaine. L’implication des femmes dans la vie publique du quartier n’est pas un phénomène nouveau. Les mères des enquêtées qui jouaient un rôle important dans la préservation et le renforcement des réseaux de solidarité au sein de leur quartier sont là pour l’attester. Mais ces fonctions se déroulaient surtout dans les coulisses. La participation à la vie publique des femmes de la génération précédente demeurait souvent invisible. Contrairement à la génération de leur mère, les enquêtées investissent directement et de façon visible la scène publique. Tant l’expertise locale dont elles se prévalent que leurs compétences scolaires et le réseau de connaissances (dont bénéficient certaines) au sein des administrations locales leur permettent de jouer un vrai rôle d’intermédiaire et d’agent de développement. Cette double fonction leur confère un prestige social et contribue assez rapidement à asseoir leur notoriété dans le quartier et, parfois, à l’échelle même de l’arrondissement. L’invisibilité des mères laisse place, aujourd’hui, à une visibilité assumée des filles au sein d’un réseau de notabilités associatives en plein essor. L’affirmation d’une telle notoriété locale s’accompagne de transformations dans les rapports de pouvoir au sein de la famille, du milieu associatif et, d’une manière plus générale, de la sphère politique locale.

15En effet, si en début de parcours, elles doivent faire face à des restrictions et pressions importantes émanant de leur entourage familial, on observe l’affirmation graduelle de parcours indépendants. La marge de manœuvre des enquêtées s’élargit au fil de leur carrière, au fur et à mesure que croît leur notoriété locale et que leurs proches se familiarisent avec le travail associatif. Elle prend de l’ampleur, enfin, lorsque l’engagement associatif des enquêtées permet de générer des revenus. Alors qu’elles décrivent quasiment toutes les résistances auxquelles elles ont initialement été confrontées au sein de leur famille, la majeure partie d’entre elles précise qu’une telle opposition a disparu, laissant même place, parfois, à un soutien affiché. En me focalisant sur l’analyse des parcours ascendants de dirigeantes d’association, je n’ai abordé que de manière très indirecte l’effet produit par ces itinéraires sur la répartition des rôles et du pouvoir au sein même de la famille des enquêtées. Sur la base des premières conclusions tirées de ce travail, une telle analyse restera à faire de façon plus détaillée dans une étude ultérieure.

16A travers la mise en valeur de leur expertise locale, les dirigeantes légitiment leurs actions vis-à-vis de la population locale. Elles en usent également pour s’imposer dans un contexte de concurrence accrue où une multitude d’acteurs plus ou moins bien établis tentent de se faire une place sur la scène associative locale et d’accéder aux ressources nécessaires à la pérennisation de leurs organisations. A cet égard, l’origine sociale des enquêtées et leur imbrication dans des réseaux locaux contribuent à renforcer leur position de nouvelles entrantes face à des acteurs établis de plus longue date et disposant de capitaux sociaux beaucoup plus importants. Ainsi, à l’instar de l’association dirigée par Sanaa, certaines organisations de quartier arrivent à supplanter, au niveau local, des associations actives depuis les années 90 et dirigées par des acteurs issus de l’élite économique et intellectuelle du pays. De même, j’ai pu montrer que le soutien apporté par certains programmes initiés par les pouvoirs publics (tels que l’INDH) pouvait contribuer à leur faire gagner une certaine indépendance vis-à-vis des élus locaux et des partis politiques auxquels les associations sont liées par des rapports très ambivalents.

17L’expérience vécue au sein des associations de quartier peut, par ailleurs, aboutir à l’émergence (certes timide) d’un discours qui remet en cause la hiérarchie entre les sexes et appelle à la mobilisation des femmes au sein d’organisations féminines pouvant contribuer à leur renforcement. Initialement, l’engagement associatif des femmes étudiées ne reposait pas sur une remise en cause publique de ces inégalités. Mais l’affirmation graduelle des enquêtées, couplée à l’expérience vécue au sein d’associations mixtes où les rapports de pouvoir entre hommes et femmes sont particulièrement tendus, contribue, en effet, à faire naître les prémices d’une conscience de groupe. On ne peut certes pas encore parler de l’apparition au niveau local de mouvements de femmes (voire féministes), mais on peut observer l’émergence de groupuscules (plus ou moins formalisés) qui se donnent comme objectifs de transformer la situation des femmes et d’agir contre les inégalités auxquelles elles sont confrontées.

18L’affirmation progressive des dirigeantes d’association de quartier sur la scène publique locale se traduit enfin par la naissance, chez les mieux établies d’entre elles, d’ambitions électorales qu’elles expriment ouvertement à l’approche des élections législatives de 2007. Ce projet n’est pas envisagé comme un changement de trajectoire, mais comme une manière de poursuivre leur action associative par d’autres moyens. De ce fait, leur positionnement durant la campagne qui précède ce scrutin ne vise pas seulement à se garantir un soutien pour leurs activités en tant que représentantes associatives, il vise aussi et surtout à obtenir une accréditation pour les élections locales de 2009. Sur trente femmes, dix se porteront candidates à cette occasion. Elles sont ainsi venues grossir le rang de candidates dont le nombre a été multiplié par trois entre les échéances locales de 2003 et celles de 2009. Parmi les enquêtées, seules Sanaa et la fille de Lhajja Zoubida seront élues. Elles font ainsi partie des 3 406 femmes à avoir intégré les conseils d’arrondissement du pays, qui sont passés d’une représentation féminine de moins de 1 % après les élections de 2003 à plus de 12 % après celles de 2009.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable