Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes, associations et politique à Casablanca

 | 
Yasmine Berriane

Deuxième partie. Rester dirigeante d'association : obstacles, ressources et contournements

Chapitre 9. Jouer la carte électorale : l’ambivalence des liens entre partis et associations

Texte intégral

  • 1 Hakim, 30 ans, secrétaire général d’une association socioculturelle et éducative créée en 2004.

« Au Maroc, associations et partis se mélangent. Lorsque je suis le représentant d’une association x et en même temps le représentant du parti y, alors l’association x fait implicitement partie du parti y. Je rassemble les gens au sein de l’association et je les mets dans le parti1. »

  • 2 Dans un ouvrage collectif portant sur les sociétés civiles au Cameroun, au Ghana et au Maroc, les a (...)
  • 3 Ce chapitre repose, en partie, sur un article publié dans un ouvrage collectif paru en 2009. Cf. Be (...)

1J’ai montré dans le chapitre 6 que le développement des associations étudiées s’accompagnait d’une prise de distance vis-à-vis de la politique instituée. En pratique, les contours de cette autonomie revendiquée par les associations restent pourtant très flous. Si, à certains moments de leurs discours, les enquêté(e)s mettent bien l’accent sur ce qui les sépare des acteurs engagés au sein de partis politiques, on ne peut nier l’indétermination de cette ligne de démarcation lorsqu’on examine en détail les rapports effectifs qui lient associations et partis2. Il semblerait même que l’interpénétration du monde des associations et de celui des partis politiques a largement contribué à façonner les parcours des dirigeantes interviewées. Les liens étroits existants entre ces deux types d’organisation influencent non seulement le développement du milieu associatif local, mais participent également de l’émergence actuelle de femmes sur le devant de la scène publique locale. C’est ce que je m’emploierai à démontrer dans ce dernier chapitre3.

2Pour ce faire, il convient d’abord de présenter les enjeux et les formes de collaboration observables entre partis et associations, qui donnent fréquemment lieu à des multipositionnements – parfois hasardeux – chez les enquêtées. L’analyse des liens qui peuvent exister entre les dirigeantes interviewées, d’une part, et les partis politiques, de l’autre, sera menée, ensuite, à travers l’observation des élections législatives de septembre 2007. Durant la campagne qui a précédé ces élections, les dirigeantes interrogées, tout en affichant une distanciation voulue vis-à-vis du scrutin, ont toutes, d’une manière ou d’une autre, participé au jeu électoral. L’analyse ethnographique de cette campagne montre comment la participation des acteurs associatifs durant les campagnes électorales peut entraîner une redistribution des cartes au sein du milieu associatif. A travers une étude de différents cas de désengagement politique, elle montre également les positionnements alternatifs qu’offre ce moment de campagne aux enquêtées tout en questionnant les enjeux de ces prises de position.

Partis et associations : attirance et séduction réciproques 

3L’interconnexion entre partis politiques et associations passe d’abord par l’aide apportée par les élus locaux au travail des dirigeant(e)s d’association. Dans le quotidien de plusieurs associations, cet appui peut s’avérer essentiel dans un contexte où les aides – bien que de plus en plus importantes – restent insuffisantes. Le soutien apporté par les formations politiques peut s’avérer, dans certains cas, la seule chance de pérennisation d’un nombre important d’organisations.

  • 4 La nouvelle charte communale promulguée en 2002 se distingue notamment de l’ancienne par la volonté (...)
  • 5 Pour les communes urbaines de plus de 500 000 habitants, les ressources sont concentrées entre les (...)

4Selon l’article 41 de la nouvelles charte communale promulguée en 2002, les conseils communaux (formés d’élus) sont censés entreprendre « toutes actions de proximité de nature à mobiliser les citoyens, à développer la conscience collective pour l’intérêt public local, à organiser sa participation à l’amélioration du cadre de vie, à la préservation de l’environnement, à la promotion de la solidarité et au développement du mouvement associatif4 ». Les conseils d’arrondissement se voient allouer par le Conseil de la ville un budget annuel destiné aux associations et peuvent, par conséquent, apporter un soutien financier et logistique à ces dernières5. Ces sommes ne sont pas très importantes. Selon le responsable des affaires sociales d’un des arrondissements étudiés, le Conseil de la ville allouerait annuellement à chaque arrondissement 150 000 dirhams destinés aux associations. Cette somme n’est pas suffisante selon lui et difficile à partager entre les associations toujours plus nombreuses que compte chaque arrondissement. Les enquêtées mentionnent d’ailleurs des subventions très modestes, allant, selon le cas, de 500 à 5 000 dirhams par an (45 à 450 euros à peu près).

  • 6 Notamment les dirigeantes novices comme par exemple Lhajja Zoubida, Hasna et Hind.

5Au-delà de ces modestes subventions financières, les conseils d’arrondissement disposent d’autres moyens pour apporter un soutien aux associations. Les élus locaux peuvent ainsi encourager et faciliter la création de nouvelles organisations en mettant à leur disposition des fonctionnaires chargés de coordonner l’action sociale au sein de l’arrondissement. Plusieurs enquêtées ont ainsi été guidées dans leurs premiers pas comme dirigeantes d’association : accès aux formalités nécessaires, conseils relatifs à la formation du bureau exécutif, soutien à l’élaboration du règlement intérieur, mise en contact avec les autorités en charge de la réception des dossiers au sein de la préfecture6. Les dirigeant(e)s d’association peuvent, par ailleurs, utiliser des salles de réunion du siège de l’arrondissement pour leurs activités, les moyens de transport de l’arrondissement pour des excursions et des aides ponctuelles pour l’organisation de différentes manifestations.

  • 7 Président d’arrondissement depuis 2003 et membre du parti du Rassemblement national des indépendant (...)

« L’aide que nous leur apportons a un caractère surtout symbolique. Nous les encourageons, nous leur offrons les conditions leur permettant de faire leur travail. Ensuite, l’aide peut être logistique. On leur donne les salles pour se réunir, les cars pour se déplacer, le matériel pour préparer des affiches. L’aide est surtout importante au début. Par la suite, ils peuvent devenir indépendants et trouver des sponsors7. »

  • 8 Leila, 41 ans, présidente d’une association féminine de développement social créée en 2006. Membre (...)

« Quand j’organise une activité, l’arrondissement m’aide (...). On a fait une fête à l’occasion de la fête des mères, et le président nous a aidées. On avait fait une fête pour les enfants, et il nous a payé les gâteaux et les jus de fruit. Il nous donne la salle et prend en charge des sommes de l’ordre de 2 000 dirhams8. »

6Le conseil de l’arrondissement peut également allouer des locaux aux associations tout en prenant en charge les frais d’eau et d’électricité. Ces locaux sont parfois concédés par des promoteurs immobiliers en échange de facilités d’accès aux terrains octroyées par l’arrondissement. En échange, les promoteurs réalisent des projets d’infrastructure tels que terrains de sport, mosquées, espaces verts et locaux pour les associations. Les arrondissements casablancais qui connaissent une forte activité de construction sont évidemment plus avantagés. C’est notamment le cas de l’arrondissement de Sidi Moumen, qui fait l’objet de plusieurs programmes de résorption de bidonvilles et qui attire, par conséquent, de nombreux promoteurs immobiliers.

7Depuis le lancement de l’INDH en 2005, les élus locaux – et tout particulièrement les présidents d’arrondissement ─ ont également pris de l’importance à travers le rôle qu’ils jouent au sein des comités locaux censés identifier les projets qui méritent de recevoir une subvention dans le cadre de cette initiative. A l’approche des élections, des marchandages entre élus et acteurs associatifs, dans le cadre de ces comités, sont mentionnés par certaines des enquêtées. Le sujet reste cependant tabou, et les enquêtées se rétractent dès qu’elles perçoivent mon intérêt pour la question.

  • 9 Le parti de l’Istiqlal (littéralement parti de l’Indépendance) est l’un des principaux partis du pa (...)

8L’interpénétration des partis politiques et des associations passe, ensuite, par les efforts entrepris par les premiers pour se rapprocher des secondes : soit en participant à la création de nouvelles associations, soit en soutenant et en s’infiltrant dans des associations existantes. Selon une élue locale membre du parti de l’Istiqlal9, ce « retour à la base » prend son essor à la fin des années 90 et coïncide à la fois avec l’ouverture du régime politique et la crise que traversaient alors les partis politiques.

  • 10 Membre du parti de l’Istiqlal, élue locale et présidente d’une association de quartier (entretien r (...)

« A la fin des années 90, le mouvement associatif a commencé à se développer. C’est ainsi que je me suis trouvée poussée vers le travail associatif. D’abord, il y a eu l’ouverture du système après les années de plomb. Ensuite, le parti ne jouait plus le même rôle auprès de la population. Il n’avait plus le même contact avec elle qu’avant. J’ai donc pensé à travailler avec les gens au niveau associatif10. »

  • 11 Tozy Mohamed, « Crise des élites et restructuration du champ politique par le haut », Les Cahiers b (...)

9Affaiblis par plusieurs décennies de restrictions et de fragmentation de la sphère partisane, les partis politiques ont nettement perdu de leur légitimité dès la fin des années 80. Selon Mohamed Tozy, la participation des anciens partis de l’opposition au gouvernement depuis 1998 les a rendus plus vulnérables dans la mesure où les dossiers dont ils sont chargés (la gestion des secteurs sociaux) ne produisent qu’une « très faible rente politique ». Le faible taux de participation et le nombre de votes blancs durant les élections de 2007 (respectivement 37 % et 19 %) peuvent ainsi être compris comme « une prise de position forte quant à l’enjeu électoral » face à « l’illisibilité de l’architecture politique dominée par la personne du Roi » et l’incapacité des électeurs à « se décider face à une offre politique faible11 ».

10En se rapprochant des associations, les partis politiques tentent ainsi de renouer avec la population. En multipliant les dons et les services aux associations existantes et en favorisant la création de nouvelles micro-associations susceptibles de répondre ponctuellement à certaines attentes circonscrites de bénéficiaires-électeurs, il s’agit pour eux, hors période électorale, de se garantir un contact continu avec l’électorat, une présence continue sur le terrain et au plus proche de la population.

  • 12 Cadre actif au sein du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS), président d’une association sociocu (...)

« L’association permet un travail de proximité, ce que ne peut faire le parti politique. Celui-ci suit une certaine ligne alors que l’association est libre de travailler et d’aider qui elle veut. Cela permet de côtoyer des gens qu’on ne pourrait pas côtoyer par le travail du parti12. »

  • 13 Elue locale (parti de l’Istiqlal) et présidente d’une association de quartier (entretien en juin 20 (...)

« En politique, on travaille du haut vers le bas, alors que l’associatif permet un travail plus effectif avec les gens. (…) A travers l’association, le terrain est préparé pour toutes sortes d’activités sociales13. »

11Pour les élus locaux, le soutien des associations représente un instrument efficace de gestion de la population locale. Celles-ci peuvent en effet faire office de canaux de transmission et de communication avec la population locale. Cette situation s’avère particulièrement importante dans le cas des arrondissements de grande taille. Ainsi, certains élus locaux ont largement construit leur politique locale sur l’encouragement et le soutien ciblé apportés aux associations.

  • 14 Membre du RNI et président d’arrondissement depuis 2003. Il sort gagnant des élections de 2007 et i (...)

« J’ai aidé plusieurs associations à se créer dans l’arrondissement. Ils [les acteurs associatifs] sont devenus essentiels aujourd’hui vu les nouveaux découpages électoraux. Les circonscriptions sont plus grandes qu’avant, toute une liste s’y présente. Maintenant, avec une circonscription de plus de 50 000 habitants au minimum, c’est difficile de maintenir le lien entre élus et habitants. Comment veux-tu que la communication se fasse dans ce cas-là ? Qui va faire la médiation ? (…) Ce sont les associations qui sont devenues les médiateurs entre élus et habitants. Moi, j’ai 300 000 habitants dans mon arrondissement. Comment est-ce que je peux communiquer avec eux ? Ce sont les associations mais aussi les réseaux qu’elles forment qui facilitent la communication entre les institutions et les habitants14. »

  • 15 Le rôle des dirigeants d’association est ici d’autant plus important que cet incident a eu lieu à q (...)

12C’est ainsi que Leila a contribué à apaiser les tensions nées de la distribution de lopins de terre aux habitants de deux bidonvilles de son arrondissement dans le cadre du programme de recasement. Elle participe au rassemblement des femmes vivant dans ces bidonvilles pour permettre au président de l’arrondissement, l’un des principaux maîtres d’œuvre de cette distribution, de s’expliquer15.

  • 16 Leila, voir note 8.

« Les habitants de T. et S. n’étaient pas contents, ils se sentaient lésés et s’en prenaient au président (…). Nous avons rassemblé un groupe de femmes connues là-bas, des femmes en lesquelles les gens du quartier ont confiance. Ensuite, le président est venu leur expliquer la situation et leur exposer son point de vue, puis, ce sont ces femmes qui sont allées faire passer le message autour d’elles16. »

13Les associations peuvent également s’avérer importantes pour les élus qui ne font pas partie de la majorité exécutive au sein des conseils d’arrondissement. Elles deviennent une manière de contourner la marge de manœuvre réduite que leur impose leur statut d’opposition minoritaire.

  • 17 Elue locale depuis 2003, membre du PPS, présidente d’une association féminine depuis 2004. Ayant pr (...)

« Comme je t’ai dit, on s’est retrouvé en position minoritaire. (…) On ne recevait jamais l’information complète. (…) Ils [les élus de la majorité] voulaient que les gens pensent que nous n’étions pas à la hauteur. (…) Nous ne pouvions pas réaliser ce que nous voulions. Nous ne pouvions pas travailler au plus proche de la population. Les programmes étaient très lents. Je ne pouvais pas m’engager dans le domaine du social. (…) Alors, j’ai décidé de créer une association en 2004.17 »

  • 18 Comme ont aussi pu le montrer par exemple Julien Fretel et Jacques Lagroye lors des élections commu (...)

14A l’approche des échéances électorales, les partis politiques s’intéressent de plus en plus aux associations. Selon certains témoignages et en raison de l’intérêt croissant porté par certains partis et (futurs) candidats aux associations durant cette époque, le tissu associatif aurait ainsi connu un essor notable dans les huit mois qui ont précédé les élections de 2007. L’engagement dans la campagne des acteurs associatifs constitue un gage de dépolitisation qui s’avère être un argument de légitimation politique efficace pour le candidat ainsi soutenu18. En effet, les relais associatifs mettent en avant leur présence sur le terrain au quotidien, contrairement aux politiques, accusés de ne s’intéresser au sort des électeurs qu’au moment de la campagne. Leur mobilisation sur le long terme démontre l’authenticité de leurs motivations, tout comme les réalisations concrètes dont ils peuvent se targuer traduisent leur détermination et leur capacité à « améliorer la vie des gens ». Ainsi, tel un label, le soutien associatif sert à situer une partie de la campagne en marge des compétitions politiques et des enjeux partisans. Le recrutement des représentant(e)s d’association permet de s’assurer un « staff de campagne » bien inséré dans les réseaux sociaux locaux et apte à adopter rapidement les règles de la séduction politique. Par ailleurs, si les dirigeant(e)s d’association sont fortement sollicités en période électorale, c’est aussi parce que l’étendue de leurs cercles de socialisation constitue un enjeu politique décisif qui permet aux candidats de s’assurer l’accès à des réseaux d’électeurs diversifiés.

  • 19 Cadre du PPS, président d’une association socioculturelle de quartier depuis 2001. Il ne se présent (...)

« L’acteur associatif est une personne qui peut mobiliser les gens. En fait, ça fonctionne selon le principe de la tribu. Tu pars du fait que les gens qui sont avec toi dans l’association vont te suivre par la suite19. »

  • 20 Goirand Camille, « Clientélisme et politisation populaire à Rio de Janeiro », in Briquet Jean-Louis (...)

15En même temps, lors de la négociation d’accords avec les candidats, le nombre de bénéficiaires ─ et donc de voix ─ que contrôlent les acteurs associatifs (ou qu’ils affirment contrôler) peut servir de « monnaie d’échange20 ». Le pouvoir sur les voix se traduit par l’emploi de plusieurs locutions : on utilise le verbe « tenir » (ana châdda X sawt, littéralement « je tiens dans la main X voix ») ou le verbe « apporter » (njîb mcâya X sawt). L’appropriation des voix s’exprime aussi par l’emploi de l’expression « candi » (« j’ai », « je possède » « je dispose de »). Les dirigeant(e)s d’association disent également pouvoir « garantir » un certain nombre de voix (ana dâmen) ou s’en « porter garant ».

16Zahra s’est ainsi vu proposer une somme de 20 000 dirhams en échange de sa coopération avec un parti, dont elle refuse de citer le nom, et de la mobilisation des bénéficiaires de l’association dans la campagne. Il est cependant difficile de connaître le montant moyen de ce type de transaction : d’une part, les « tarifs » (censés couvrir uniquement les frais de campagne) varient sensiblement en fonction de la capacité de mobilisation de l’association et des négociations en jeu. D’autre part, la gamme des rétributions est large puisqu’elle va d’une rémunération financière ponctuelle (comme le montre l’exemple précédent de Zahra) à des indemnités journalières (tournant autour de 150 dirhams par jour de travail) pour les responsables associatifs de moindre envergure.

  • 21 Miquet-Marty François, « Les agents électoraux. La naissance d’un rôle politique dans la deuxième m (...)

17Les représentantes d’association bénéficient ici d’un atout particulier. Elles constituent des relais électoraux particulièrement prisés des partis politiques dans la mesure où elles ont un meilleur accès aux 49 % du corps électoral constitué de femmes. En raison de leur accès privilégié aux coulisses de la campagne – elles peuvent plus aisément que les hommes s’introduire dans l’espace privé des maisons – elles ont directement accès à l’électorat féminin. Leur accès direct à l’espace privé des maisons leur permet notamment d’inscrire la propagande dans le cadre de « pratiques relationnelles de la sociabilité quotidienne21. »

  • 22 Gihane, 22 ans, conseillère dans une association socioculturelle pour enfants et jeunes créée en 20 (...)

« Dernièrement, une femme qui travaille pour le parti X est venue dans l’immeuble. Elle a frappé chez une voisine et a commencé à lui parler. Tu sais, elle faisait comme si c’était sa meilleure amie, comme si elle était un membre de la famille. Sa manière de lui parler, de la prendre dans ses bras... A la fin, la voisine a promis de travailler pour le parti et de convaincre les autres. Elle a même commencé à présenter la femme aux autres comme un membre de sa famille alors qu’elle ne l’avait jamais vue avant ! Elle l’a métamorphosée ! Tout est dans la manière de faire qu’ont les femmes22. » 

  • 23 Dans son bilan 2005-2006, le secrétariat d’Etat estime que 87 % des bénéficiaires de ses programmes (...)

18Les activités qu’elles proposent (cours d’alphabétisation et formations diverses) leur permettent également de faire campagne « avant l’heure » (qbal al-waqt), pour reprendre l’expression d’une enquêtée. Elles peuvent en effet profiter des interactions avec les bénéficiaires lors des cours d’alphabétisation (qui, nous l’avons vu précédemment, ciblent surtout les femmes23) ou les formations. Leur statut d’enseignante leur donne une autorité qui leur permet de faire passer certaines idées, de diffuser certaines rumeurs, sans se placer sur un registre directement politique, mais en mettant en cause ou au contraire en légitimant les réalisations des hommes politiques ou des candidats.

  • 24 Pour une analyse des représentations contradictoires développées par les candidats ainsi que de leu (...)

19Notons que la valorisation des femmes comme relais électoraux repose largement sur certaines théories véhiculées par les organisateurs de campagnes concernant la spécificité de l’électorat féminin24. Pour commencer, les femmes sont présentées comme un groupe ayant des intérêts spécifiques et communs. C’est avant tout comme collectif ou archétype qu’elles sont ciblées par les candidats, mais également par les dirigeantes d’association. « La femme » se distinguerait par un certain nombre de caractéristiques spécifiques : elle serait « par nature » (tabicat al-mar’a) prédisposée à rester fidèle à sa promesse de vote, à ne pas changer d’avis à la dernière minute.

  • 25 Cadre actif du PPS, voir notes 12 et 19.

« Les femmes jouent un rôle primordial dans les campagnes électorales. Elles représentent d’abord une masse importante de votants, et puis, comme on dit dans notre jargon, on a moins de perte avec elles. Ça veut dire qu’elles ne se vendent pas aussi facilement que les hommes. Quand on arrive à les convaincre, elles ne vont pas changer d’avis facilement pour de l’argent. Les hommes sont capables de faire beaucoup de promesses et, en fin de compte, de n’en tenir aucune25. »

20Par ailleurs, les femmes seraient plus enclines à aller voter que les hommes, car jugées plus crédules et faciles à convaincre. D’un autre côté, elles sont créditées d’une forte influence sur le reste de la famille : « si tu arrives à convaincre la mère, tu auras également les voix de ses enfants ». L’engouement des femmes pour le côté festif de la campagne (les parades qui ont lieu dans la rue par exemple) et leur plus grande disponibilité ─ elles sont proportionnellement moins nombreuses que les hommes à avoir une activité professionnelle ─ les inciteraient par ailleurs davantage à se mobiliser en faveur d’un candidat, sans pour autant être membre d’un parti politique.

21Je précise ici que ces stéréotypes sont véhiculés aussi bien par les hommes que par les femmes. Les dirigeantes d’association jouent de la différence des sexes et des stéréotypes appliqués aux femmes pour donner encore davantage de poids à leur capacité de rassemblement.

  • 26 Samira, 55 ans, secrétaire générale d’une association socioculturelle pour jeunes créée en 2004 et (...)

« Quand tu rentres chez la femme, c’est facile de trouver comment la convaincre. Ce qui marche toujours : tu lui dis que le candidat va trouver du travail pour son fils. Alors tu peux être sûre qu’elle va tout de suite aller voter pour lui. Ou alors tu lui offres une pantoufle en disant qu’elle aura la deuxième lorsque le candidat aura gagné (rire)26. »

  • 27 Nadia fait allusion ici à une marche de soutien organisée pendant la campagne électorale en faveur (...)
  • 28 Nadia, 47 ans, responsable de la section féminine d’une association d’artisans créée en 2003. S’eng (...)

« Les femmes sont plus aptes à se solidariser que les hommes. Un homme qui n’est pas au parti n’ira pas se solidariser pour un candidat. La plupart des femmes qui ont participé à la marche27 ne sont pas politisées, mais elles sont prêtes à se solidariser. L’homme, non28. »

  • 29 Ce recours aux stéréotypes de genre n’est d’ailleurs pas spécifique aux cas étudiés et a été soulig (...)

22En mettant en avant les qualités « particulières » de cet électorat, elles reconvertissent le genre en ressource associative monnayable en temps de campagne, mais, par la même occasion, elles contribuent à renforcer ou à perpétuer la stigmatisation des femmes. En reproduisant ces catégorisations, les dirigeantes d’association s’efforcent de valoriser leur rôle de relais électoral et de convertir en ressource, notamment matérielle29, des stigmates, qu’elles dénoncent par ailleurs.

  • 30 Premier ministre du Maroc depuis les élections de 2007 qui marque la victoire du parti de l’Istiqla (...)

23Une manière pour les partis politiques de bénéficier des atouts du milieu associatif passe par la création d’association. C’est ainsi que depuis la fin des années 90, le profil des cadres de parti portant la double casquette d’acteurs politiques et de dirigeants d’association s’est largement répandu. C’est par exemple le cas d’une élue locale (membre de l’Istiqlal) interviewée en juin 2008 et que j’appellerai ici N. Née à la fin des années 50, elle a grandi dans l’un des quartiers périphériques étudiés dans le cadre de ce travail. Elle débute sa carrière politique à la fin des années 70 en intégrant le syndicat des enseignants, où elle exerce des fonctions de plus en plus importantes. Au début des années 90, elle devient membre du parti de l’Istiqlal tout en poursuivant ses activités au sein du syndicat. En 1992, elle intègre l’organisation féminine du parti et gravit les échelons du parti tout le long des années 90. Lorsqu’en 2000, elle se rend auprès de Abbas El Fassi30 ─ alors ministre de l’Emploi ─ pour lui offrir ses services, ce dernier décline son offre et lui conseille de créer plutôt une association locale.

24L’association créée par N. en 2001, à la suite de cette entrevue, est d’abord basée dans son quartier d’origine, mais elle inscrit aujourd’hui son action dans le cadre de l’ensemble de l’arrondissement. L’organisation propose un enseignement préscolaire pour les enfants du quartier, des cours d’alphabétisation et des formations de couture. Disposant du soutien du parti, l’association se dote d’un grand centre qui accueille, en 2008, près de 900 femmes pour les cours d’alphabétisation, 1 000 enfants pour l’enseignement préscolaire et 400 à 500 personnes pour les formations. En tout, cette organisation emploie 60 monitrices.

25Cette élue précise qu’avant d’être un acteur associatif, elle est d’abord et avant tout un acteur politique. Elle considère son engagement au sein de l’association qu’elle a contribué à créer comme un complément à son investissement politique : « Mon passage à l’associatif s’est fait par l’intermédiaire du travail syndical, puis du parti. L’objectif premier de mes activités reste le travail politique. »

26Durant le scrutin des municipales de 2003, N. est présentée par son parti comme candidate locale. Selon de nombreux acteurs associatifs interrogés, la campagne de cette élue a largement reposé sur le soutien des bénéficiaires et des employées de l’association qu’elle dirige. Elle gagne ces élections et siège, depuis, au conseil d’arrondissement. A travers l’exemple de Leila qui travaille pour le compte de l’association présidée par N., je montrerai plus bas comment cette élue locale mobilise les monitrices de son association durant les élections de 2007, scrutin durant lequel elle se présente, à nouveau, comme candidate.

27Au-delà de la création de nouvelles associations, l’implication des partis politiques dans le milieu associatif passe aussi par l’aide accordée, de manière ciblée, à des associations existantes ou en cours de création. Meriem, 46 ans, vice-présidente d’une amicale de quartier et d’une association culturelle, se montre généralement très critique vis-à-vis des partis politiques. C’est pourtant la dirigeante d’association qui parle le plus ouvertement des formes de collaboration qu’elle entretient avec les formations politiques, et tout particulièrement avec les élus locaux :

« Pour toutes nos activités, nous contactons les partis représentés dans le quartier, et ils nous aident souvent. Lorsque nous avons eu un problème avec le loyer [l’amicale que codirige Meriem s’est opposée à un projet de hausse des loyers dans le quartier], ils ont même présenté notre requête au parlement. Tant qu’on est loin des élections, il n’y a pas de problème à travailler avec les partis : c’est normal. »

28En raison du manque de moyens dont souffrent certaines associations, le recours aux partis et surtout aux futurs candidats, importants pourvoyeurs de financement, pour obtenir des soutiens ponctuels, est considéré comme une nécessité et relève de l’évidence. Les aides consenties englobent la possibilité de présenter des requêtes devant le parlement, mais vont aussi de l’achat de petit mobilier pour la maison de jeunes du quartier à la fourniture de chaises roulantes à une association d’aide aux handicapés, en passant par de petites subventions pour l’organisation d’activités et la mise à disposition gratuite d’un local, ou encore une assistance financière et technique durant le processus de création de l’association.

29Présenté comme désintéressé, ce soutien des partis aux associations ─ et donc souvent leur emprise sur elles ─ s’exerce généralement de manière détournée, par le biais de relais qui sont eux-mêmes des acteurs associatifs.

  • 31 Gihane, voir note 22.

« Il y avait un jeune que je rencontrais très souvent. A chaque activité associative, on se voyait. (…) Je ne savais pas qu’il était dans un parti à l’époque. Un jour il m’a appelée pour me dire qu’un membre de son parti voulait aider les associations et que nous étions invités à une réunion. (…) Il y avait tout le monde [les autres acteurs associatifs du quartier]. La réunion se tenait dans le local du parti. On nous a proposé un projet de réseau associatif domicilié dans le local du parti. Il [le militant du parti] a insisté qu’il ne voulait pas que le parti apparaisse en avant-plan. Qu’il voulait juste aider les associations. (…) Le jeune insistait et me disait : "Ce parti a de l’argent"31. »

30Le témoignage de Meriem, qui tente depuis 2006 de créer sa propre association, montre la manière dont certains partis parviennent à noyauter « silencieusement » des associations dès leur création. Par un mécanisme indirect de cooptation, ils s’assurent à moindre coût le développement de nouveaux relais politiques sans label partisan, en profitant des compétences de dirigeants d’association en puissance et en annexant leur réseau relationnel.

  • 32 Meriem, 47 ans, vice-présidente d’une amicale de quartier créée en 2003 et trésorière d’une associa (...)

« Ça s’est passé quatre mois avant le début de la campagne. C’était un monsieur qui avait déjà une association que je rencontrais dans les réunions associatives du quartier. Un jour, il m’a entendue parler de mon projet d’association et demander conseil. Il m’a dit alors qu’il m’aiderait à créer l’association et que j’en serais la présidente. Je savais qu’il était du parti X, mais je ne savais pas qu’il faisait ça pour travailler pour son parti. Je trouve qu’on peut être les deux choses à la fois. Il faut juste savoir séparer. Il m’a surtout aidée financièrement à créer l’association. C’est très cher, tu sais. Tu en as pour au moins 2 500 dirhams. Je n’ai pas cet argent, moi. Je ne peux pas. Il a tout payé, il a fait toutes les photocopies, la frappe. En s’appuyant sur mes propositions, il a aussi rédigé les statuts de l’association. (…) L’association, c’était mon idée par contre. (…) Quand tout fut prêt, je me suis rendu compte que je n’étais présidente que par le nom, que pour la façade (li-l-wâjiha). C’était lui le vrai président. C’est toujours la personne qui a l’argent qui décide. Il a réussi à mettre tout le bureau de son côté. Au début, les gens étaient avec moi, mais comme c’est lui qui a l’argent, ils se sont tous mis de son côté. Il prenait toutes les décisions mais ne voulait pas apparaître en première ligne. (…) Lorsque j’ai vu ça, j’ai quitté l’association, et j’essaie maintenant d’en créer une autre32. »

31L’exemple de Meriem illustre bien les méthodes utilisées par certaines formations politiques pour phagocyter les associations. Alors que ses propos montrent que si une telle instrumentalisation peut être tolérée comme unique moyen de devenir dirigeant d’association, ils indiquent aussi qu’une telle collaboration est parfois rejetée. Par ailleurs, la décision de Meriem de quitter l’association contrôlée par ce parti politique dénote d’une réaction contre cette forme d’infiltration « en douce », et contre la perte d’autonomie qui en résulte pour la dirigeante en question. Elle reflète également la prise de distance observable chez la quasi-totalité des enquêtées et que j’ai mis, en évidence dans le chapitre 6.

  • 33 Offerlé Michel, Sociologie des groupes d’intérêt, Paris, Montchrestien, 1998, p. 22.

32Ainsi, pour comprendre le développement actuel des associations au Maroc et analyser l’émergence de nouveaux types d’acteur en leur sein, on ne peut faire l’impasse sur les rapports qui lient ces acteurs associatifs aux formations partisanes. Ces rapports se distinguent tout particulièrement par leur ambivalence. Malgré la pétition d’autonomie associative, l’existence d’un lien avec la sphère politique instituée et les partis, bien que fluide, est une réalité : c’est un principe de fonctionnement du milieu associatif et de son renouvellement par la création de nouvelles associations. Poreuses, les frontières qui séparent les associations des partis entraînent parfois le développement de stratégies de présentation de soi qui peuvent paraître concurrentes, mais qui rappellent surtout que ces deux catégories ne sont pas des « données intangibles et dotées d’une réalité objective33 » : le « partisan » et « l’associatif » sont aussi des registres d’action avec lesquels les acteurs peuvent jongler selon les contextes et les enjeux. Cette relation apparaît d’autant plus centrale que les dirigeantes associatives nourrissent elles-mêmes des ambitions électorales : en échange de leur soutien à un parti politique lors du scrutin de 2007, certaines espèrent obtenir l’assurance d’une accréditation pour les élections locales de 2009. Sur les dix dirigeantes associatives interrogées durant la campagne de 2007, cinq souhaitent en effet se présenter aux élections municipales de 2009.

  • 34 Rappelons ici que la proportion de candidatures féminines aux élections municipales de 2003 ne dépa (...)
  • 35 Sur les trente enquêtées, dix se sont en effet portées candidates durant les élections municipales (...)

33Il s’agirait alors de leur première tentative élective34. Celle-ci n’est pas envisagée comme un changement de trajectoire, mais offrant au contraire la possibilité, comme elles disent, « d’aider encore plus les gens », notamment en siégeant au conseil d’arrondissement. L’ambition politique garantit ainsi la poursuite de l’action associative philanthropique par d’autres moyens. C’est donc avec naturel qu’entre mars et août 2007, plusieurs dirigeantes d’association m’exposaient leur projet de se présenter en 200935.

  • 36 Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est progressivement imposé depuis les élections (...)
  • 37 Le candidat PJD aux élections parlementaires a finalement été élu en première position, juste devan (...)

34Elles évoquent la possibilité d’adhérer à plusieurs partis différents en vue d’une éventuelle investiture lors de ce prochain scrutin électoral. Ces choix diversifiés dépendent en partie de leurs préférences idéologiques, mais aussi de leurs ressources sociales et relationnelles, ainsi que de leurs anticipations quant à la future configuration locale de la sphère partisane. Notons que « l’alternative PJD36 » est souvent envisagée. Elle ne constitue apparemment pas un choix exclusif ou excluant mais au contraire une option parmi d’autres. Par ailleurs, le recrutement électoral par le parti islamiste ne semble pas toujours dépendre d’une histoire militante inscrite dans le long ou le moyen terme. Ainsi par exemple, si Sanaa envisage une possible candidature avec le soutien du président de l’arrondissement, membre du Rassemblement national des indépendants (RNI), souvent considéré comme un parti de notables, elle n’exclut pas une future collaboration avec le PJD, qui l’aurait contactée avant les législatives37.

35Pourtant, à l’approche des élections, la crispation vis-à-vis des partis et des échéances électorales semble s’accentuer. Plusieurs femmes parlent de mettre fin – le temps de la campagne ─ aux activités de leur association : « Dès que les élections approchent, il faut faire très attention et arrêter toute activité avec eux [les partis], sinon ils vont nous utiliser. Notre amicale de quartier a cessé ses activités en mai », explique Meriem, dont l’association – qu’elle venait de créer – a été phagocytée quelques mois plus tôt par un parti politique. Tant Sanaa, qui bénéficie d’une importante notoriété associative et est proche du président de l’arrondissement, lui-même candidat aux législatives, que Leila, pourtant encartée depuis l’adolescence au parti de l’Istiqlal, prennent soin de marquer leurs distances par rapport à la campagne :

  • 38 Sanaa, 40 ans, présidente d’une association féminine de développement social créée en 2002. Elle so (...)

« Je ne vais pas participer à la campagne. Je ne suis pas folle38 ! »

  • 39 Leila, voir note 8.

« Non, ce n’est pas à nous de faire campagne. Même si mon parti se présente, moi, je pourrais même voter pour un autre candidat, s’il est meilleur. Je choisirai la personne qui travaille vraiment pour le quartier39. »

36Toutes les associations déclarent ainsi publiquement geler leurs activités pendant la période de propagande. Pourtant, elles finissent presque toutes par se positionner par rapport aux enjeux électoraux.

L’ombre et la lumière : l’engagement de deux dirigeantes en campagne

  • 40 Voir Otayek René, « Les élections en Afrique sont-elles un objet scientifique pertinent ? », Politi (...)
  • 41 Voir par exemple El Maoula El Iraki Aziz, « Du renouvellement des élites urbaines au Maroc. Elites (...)
  • 42 Meriem, Samira, Houria, Nadia, Sanaa, Leila, Hanane, Zahra, Nawal, Gihane.

37Les campagnes électorales apparaissent comme des sites d’observation privilégiés pour repérer et analyser les négociations et les réajustements que mettent en œuvre les acteurs associatifs par rapport à la sphère de la politique instituée40. Aussi traiterai-je ici des modalités de participation de dirigeantes d’association pendant la campagne électorale de 2007 en analysant les enjeux et les contraintes de leur engagement électoral. Si plusieurs auteurs ont déjà souligné (surtout depuis les élections de 1997) l’importance croissante des représentants d’association comme relais électoraux au Maroc41, je souhaite m’éloigner du prisme de la simple instrumentalisation de ces derniers (par les pouvoirs publics, par les partis, par les candidats, etc.) et mettre plutôt en question la logique de leurs positionnements. Les observations qui vont suivre reposent sur un terrain effectué durant cette campagne électorale qui s’est déroulée du 27 août au 6 septembre 2007 et au terme de laquelle ont été élus, au scrutin de liste à la représentation proportionnelle, les 325 représentants de la chambre basse du parlement. Pendant les dix jours que dura la campagne, j’ai observé le positionnement de dix dirigeantes qui faisaient partie de l’échantillon initial étudié, prenant part à leurs activités en période de campagne42. Parmi ces dix femmes, deux se sont engagées en faveur d’un candidat local : Leila, une nouvelle entrante associative, et Sanaa, une présidente d’association implantée dans le quartier depuis plusieurs années. De quelle manière ont-elles participé à la campagne ? Que nous enseigne leur engagement sur les recompositions à l’œuvre pendant cette période ?

38Licenciée en littérature arabe, Leila fait partie des dirigeantes d’association qui sont passées au secteur associatif après l’engagement au sein d’un parti politique. Elle milite depuis le lycée au parti de l’Istiqlal et est devenue membre de la section locale de l’organisation féminine du parti. A 41 ans, elle est institutrice dans une école publique et monitrice dans une association féminine de développement local créée par N. (l’élue locale présentée plus haut) qui, en 2007, est candidate sur la liste nationale de l’Istiqlal. Depuis la création de son association en 2006, Leila est soutenue dans son travail par N., mais aussi par F. le président de l’arrondissement, qui se présente en 2007 en tête de liste du Rassemblement national des indépendants (RNI) dans la circonscription. L’association que préside Leila propose des cours d’alphabétisation, mais aussi des séances d’information autour de la réforme du Code de la famille, ou encore des ateliers de théâtre pour enfants, pour près de 200 bénéficiaires. Ne disposant initialement que d’aides ponctuelles de l’arrondissement et des cotisations des membres, elle a obtenu en 2007, dans le cadre de l’INDH et de son comité local où elle siège, un financement pour un projet d’enseignement préscolaire. Ainsi, à la veille de la campagne électorale, Leila est une représentante d’association relativement nouvelle mais déjà visible sur la scène publique de son quartier. En 2007, elle projette de tirer parti de cette notoriété naissante en se présentant aux élections municipales de 2009.

39Lors d’une première rencontre que j’ai eu avec elle en mars 2007, Leila se présentait à la fois comme membre du parti de l’Istiqlal et comme présidente d’une association féminine. Cependant, à l’occasion d’une deuxième rencontre en juin 2007, qui se déroule en présence d’un autre acteur associatif, tout étonné d’apprendre qu’elle était membre d’un parti, elle est restée très vague quant à ses projets d’engagement dans la campagne. Elle a commencé par écarter toute éventualité d’y participer, précisant qu’elle se considérait avant tout comme un acteur associatif : « l’association et le politique sont deux choses distinctes ». Un jour, précise-t-elle « l’acteur associatif (al-fâcil al-jamcawî) remplacera d’ailleurs l’acteur politique (al-fâcil al-siyâsî), parce que les gens font beaucoup plus confiance aux premiers ». Cette distinction ne l’empêche pas pour autant de penser le rôle des représentant(e)s d’association en rapport avec la sphère politique institutionnelle, au contraire : « Les acteurs associatifs devraient se présenter aux élections comme des [candidats] indépendants. »

  • 43 Dans la circonscription en question, ni l’Istiqlal ni le RNI n’étaient particulièrement bien implan (...)

40Leila a longtemps hésité avant de choisir son camp politique. Deux jours avant le début de la campagne, elle balance toujours entre deux options : soutenir la liste de son parti (l’Istiqlal) ou offrir son appui au président de l’arrondissement (RNI), qui l’a aidée à percer dans l’univers associatif43. Tout en se déclarant très indécise, c’est vers la deuxième option qu’elle paraît pencher. Elle souligne les qualités morales de ce président, qui semblent lui donner une légitimité politique : c’est « un homme bien » (rajul mzyân), très simple, proche du peuple (chacbî) et généreux. La preuve : elle a été invitée au café à plusieurs reprises avec toute « l’équipe » (al-farqa) des relais électoraux les plus proches du candidat… Leïla reste vague sur la composition de ce groupe, formé, entre autres, de dirigeants d’association et d’employés de l’arrondissement.

  • 44 Cette réunion aurait eu lieu à l’occasion du décès d’un membre de la famille de Leila et de la venu (...)

41Elle souligne la relation privilégiée qu’elle entretient avec le président d’arrondissement : « sa porte est toujours ouverte pour moi ». Il soutient tous ses projets, la reçoit même à son domicile, invite ses enfants à manger une glace, s’arrête dans la rue pour discuter avec elle. Bien qu’elle mette en avant son indécision électorale, elle précise avoir déjà organisé, à quelques semaines du début de la campagne, une rencontre privée (« Je lui ai rassemblé 80 personnes ! ») que le président a mise à profit pour se présenter à de futurs électeurs44.

  • 45 Zaki Lamia, « Deux candidats en campagne : formes de propagande et répertoire de légitimation polit (...)
  • 46 Signalons toutefois que sa position d’élu local lui impose certaines contraintes. Il peut en effet (...)

42Le penchant électoral de Leila pour le président de l’arrondissement s’explique doublement. L’ancrage politique local constitue souvent une condition préalable indispensable pour remporter des élections à l’échelle nationale, et le statut de président d’arrondissement aide beaucoup à capitaliser une forte légitimité politique45. Lorsque l’élu local se montre actif, attentif et soucieux d’améliorer les conditions de vie des habitants durant son mandat, il se distingue des « gens de la politique », habituellement perçus comme peu fiables et uniquement soucieux de leur intérêt personnel46. De plus, depuis son élection en 2003, la politique de promotion des associations de quartier menée par ce président d’arrondissement semble lui avoir également valu le soutien d’un réseau non négligeable de dirigeants associatifs. Ses moyens sont certes limités, mais dans un environnement où les ressources sont rares, ils constituent autant de coups de pouce précieux aux yeux des acteurs associatifs.

  • 47 L’ouverture officielle de la campagne a eu lieu le samedi 25 août 2007.

43Pourtant, malgré son penchant prononcé pour F., le président de l’arrondissement (RNI), je retrouve Leila, deux jours après le début de la campagne47, au siège local du parti de l’Istiqlal où elle a été conviée par N. (la candidate locale de l’Istiqlal) avec une quinzaine d’autres femmes ─ pour la plupart monitrices dans la même association qu’elle ─ pour planifier la campagne locale du parti. Avant de se joindre aux autres femmes dans le bureau de la candidate istiqlalienne, Leila me confie à voix basse qu’elle n’a toujours pas fait son choix. Elle glisse par ailleurs qu’elle ne comprend pas pourquoi le président de l’arrondissement ne lui a pas encore signalé sa volonté de l’intégrer à son équipe. A l’issue de l’entrevue, à laquelle je n’ai pu assister, soudain pressée de s’éloigner, elle m’informe de sa décision de participer à la coordination de la campagne locale du parti de l’Istiqlal en échange d’une compensation financière.

44Trois jours plus tard, soit cinq jours après le début de la campagne, j’assiste à un nouveau revirement de situation : je retrouve Leila à la tête d’une marche de soutien, non pas pour le Parti de l’Istiqlal, mais pour le président de l’arrondissement. Plus aucun signe de l’hésitation passée : Leila fait campagne avec ferveur et conviction. Pour justifier son revirement, elle insiste sur le fait que le président l’a « faite chercher en voiture à minuit » le jour même où elle donnait son accord aux Istiqlaliens. Elle précise également que son choix a été largement déterminé par les attentions du candidat suite au décès d’un proche (« Il est venu en pleine nuit, dès que je l’ai appelé ») et par le peu d’égards des membres du parti de l’Istiqlal (« qui ne se sont même pas déplacés »). L’argumentation semble moins convaincante lorsqu’on rappelle que la cérémonie évoquée a eu lieu plusieurs semaines avant le début de la campagne. Elle met cependant bien en évidence l’importance que revêtent les marques de sollicitude et d’attachement du candidat pour ses intermédiaires.

  • 48 Goirand Camille, « Clientélisme et politisation populaire à Rio de Janeiro », in Briquet Jean-Louis (...)
  • 49 Le phénomène de « transhumance » des acteurs associatifs a déjà été noté par Mounia Bennani-Chraïbi (...)
  • 50 Briquet Jean-Louis, « Des amitiés paradoxales. Echanges intéressés et morale du désintéressement da (...)
  • 51 Braud Philippe, Le suffrage universel contre la démocratie, Paris, PUF, 1980, p. 206.

45Le « nomadisme électoral » de Leila rappelle la tendance de certains élus à changer de parti au gré des opportunités. Finalement, comme l’observait Camille Goirand au Brésil, « le choix du parti importe peu48 » : ce qui compte, c’est de maximiser les gains qu’on peut tirer du moment électoral. Ainsi, les enjeux associatifs donnent lieu à des repositionnements continuels qui peuvent s’exprimer par la « transhumance »49 des acteurs associatifs d’une formation politique, ou d’un candidat à l’autre. L’exemple montre pourtant aussi qu’au-delà du calcul et de la stratégie, il existe des contraintes de rôle auxquelles sont soumis les acteurs. Leila présente son engagement en faveur du président de l’arrondissement en échange de l’aide fournie à l’association et d’un éventuel soutien aux élections municipales de 2009 comme un service rendu à un ami très cher. Cela rappelle le rôle attribué aux liens affectifs dans la littérature traitant du clientélisme politique, l’amitié y faisant office de justification morale de l’échange50. Mais au-delà des « preuves » fournies sur l’existence d’une relation amicale, Leila insiste également sur les formes de sollicitude toute particulière exprimée par le candidat à son égard. Pour obtenir le soutien de Leila, le président de l’arrondissement doit y mettre les formes et la solliciter lui-même, signe de l’inversion des liens de dépendance en période de scrutin51.

46En campagne, les tâches quotidiennes de Leila consistent principalement à coordonner le travail des différents locaux de campagne dont elle est responsable. Proportionnellement à sa popularité (chacbiya), trois secteurs lui ont été assignés. Elle y est responsable des femmes (« je tiens les femmes », ana châdda lacyâlât), alors qu’un acteur associatif masculin se charge de mobiliser les hommes. C’est elle qui repère et recrute les personnes qui supervisent les locaux de campagne et les soutiens de base chargés de distribuer les tracts et de faire du porte-à-porte. Son choix se porte sur les membres de son association et sur des personnes (re)connues à l’échelle du quartier, notamment grâce à un engagement professionnel qui les met en contact quotidien avec un grand nombre de personnes. Elle a ainsi recruté une commerçante, une responsable de téléboutique, la propriétaire d’un salon de coiffure, etc. Leila s’est vue allouer par le candidat en début de campagne une somme d’argent dont elle refuse de révéler le montant et qu’elle gère et redistribue dans le cadre du réseau de relais qu’elle dirige.

47Leila coordonne également l’organisation de rencontres au domicile des superviseurs, qui réunissent entre une quinzaine et une cinquantaine d’électeurs auxquels la tête de liste s’adresse souvent en personne. Elle aide aussi, en mobilisant le plus grand nombre possible de soutiens, à l’organisation de défilés pendant lesquels le candidat traverse le quartier, entouré d’une foule de supporters. Lors de ces marches, Leila met en scène sa proximité avec le président de l’arrondissement. Elle s’efforce de marcher dans le cercle le plus proche de ce dernier et y réussit non sans bousculades et coups de coude. Elle essaie également d’attirer son attention, l’apostrophe, lui touche l’épaule et ne cesse de le relancer que lorsqu’il a noté sa présence et échangé quelques paroles avec elle.

48Aux autres participants à la marche, elle répète qu’elle passe « toutes » ses soirées avec les membres de l’équipe de coordination de la campagne, que tous se retrouvent autour du président (ra’îs), qu’ils dînent ensemble et que ces rencontres durent jusqu’à deux heures du matin. Elle insiste beaucoup sur cette heure tardive, car ce dépassement du cadre temporel officiel et administratif habituel montre qu’elle appartient désormais au cercle de ses relais les plus proches, de ses gens de confiance. Pour finir, elle souligne l’ampleur de ses efforts dans la campagne : sa voix se casse, elle ne dort plus, elle est à bout de forces.

  • 52 Ces secteurs correspondent à un quadrillage des quartiers en fonction des bureaux de vote.

49Le message est visiblement bien passé. Au lendemain de la victoire électorale du président de l’arrondissement, Leila est félicitée de toutes parts, comme si la victoire du ra’îs était également la sienne. D’ailleurs, c’est avec précision qu’elle peut donner le nombre de voix qu’elle aurait rassemblé par secteur52 : respectivement 375, 1200 et 900. La somme de ces votes ─ près du quart des voix obtenues par le candidat ─ est loin d’être négligeable. Quant à ses propres projets électoraux pour 2009, ils semblent bien arrêtés, puisqu’elle affirme qu’elle fait désormais partie d’une liste de quatre personnes déjà inscrites « sur la liste que soutiendra le président aux prochaines élections ». Son seul regret tient au fait que ce dernier n’ait pas choisi l’Istiqlal pour faire campagne, ce qui lui aurait évité de devoir changer de parti.

  • 53 Zaki Lamia, « Deux candidats en campagne : formes de propagande et répertoire de légitimation polit (...)

50A 40 ans, Sanaa qui est déjà apparue à plusieurs reprises tout au long des précédentes pages, habite le même quartier que Leila. Etablie localement comme dirigeante d’association depuis 1999, elle dispose de ressources qui en font un relais électoral particulièrement prisé. Sa capacité de mobilisation est généralement jugée très forte. Elle-même estime à près de 2000 le nombre de bénéficiaires de ses services et affirme en connaître personnellement la plus grande partie, notamment grâce aux visites régulières qu’elle effectue à leur domicile : « Chacune de nous ici [encadrantes associatives] a un accès direct à au moins 200 femmes du bidonville. » Parmi les bénéficiaires du travail associatif, il faut également compter les salariés ou les personnes recevant des compensations financières : ils constituent souvent les premiers adjoints de campagne des dirigeantes d’association qui se lancent dans la propagande en faveur d’une liste électorale. Par ailleurs, Sanaa est surtout populaire dans deux bidonvilles. Or, certains types de clientèle associative (comme celle des bidonvilles) sont particulièrement appréciés des hommes politiques en période de campagne. Très densément peuplés, les bidonvilles représentent des réservoirs de voix d’autant plus importants que leurs habitants pratiquent souvent un vote communautaire en choisissant collectivement un même candidat53. Enfin, Sanaa a bénéficié, depuis la création de son association, du soutien de F., le président de l’arrondissement. Ce dernier aurait même exprimé publiquement son appui à une éventuelle candidature de Sanaa aux élections municipales de 2009. A la veille des élections législatives de 2007, les autres acteurs associatifs du quartier sont catégoriques : Sanaa va très certainement soutenir la campagne électorale de F.

51Contrairement à toutes les attentes, Sanaa n’affiche pas ouvertement son soutien politique durant la campagne électorale. Sa participation au profit du président de l’arrondissement, « qui nous soutient et est le seul à vraiment faire quelque chose », restera discrète et se fera principalement dans l’ombre. Elle ne participe à aucune sortie de propagande organisée en faveur du président de l’arrondissement. Elle n’est intégrée à aucune des équipes de campagne organisées par quartier pour quadriller la circonscription. Voulant tout à la fois fuir les sollicitations et faire la preuve de sa neutralité électorale, elle reste même enfermée chez elle durant tout le premier jour de campagne.

52Sanaa explique son attitude en se référant au nouveau contexte marqué par l’INDH :

  • 54 Elle fait référence ici à la fête de fin d’année dont j’ai rendu compte dans le chapitre 6.

« Cette année, je ne peux pas. C’est à cause de l’INDH. C’est écrit dans les textes… Il ne faut pas utiliser l’INDH à des fins électorales. Nous sommes très contrôlés cette année. (…). Ce n’est pas la police qui contrôle, ce sont les gens. Ils t’observent. Quand j’ai [organisé] la fête en juin54, ils étaient là, ils sont venus voir. Il y avait tellement de monde qu’ils sont venus me dire : ce n’est pas normal, ce nombre [elle fait allusion aux convives présents, au nombre de près de 1000], tu dois nous dire avec qui tu es. Je leur ai dit que je n’étais avec personne. »

  • 55 Elle a même dû vendre la voiture acquise lors de la campagne en 2002. Achat personnel (selon la ver (...)

53Si Sanaa refuse de prendre publiquement position lors de la campagne électorale dans son quartier, c’est donc avant tout en raison de son succès associatif et des contraintes que lui impose son statut de bénéficiaire privilégiée de l’INDH. Mais son aspiration à la discrétion tient également à son expérience passée des campagnes électorales. Son engagement actif lors de la campagne pour les législatives de 2002 puis des communales de 2003 en faveur de deux candidats s’est soldé par un double échec, qui a mis Sanaa dans une position délicate vis-à-vis des membres de son association qu’elle avait entraînés dans la campagne et à qui des emplois avaient été promis. Par ailleurs, son engagement a donné lieu à des rumeurs selon lesquelles elle se serait laissée acheter55.

54Dans le témoignage cité précédemment, Sanaa se réfère à un collectif indéfini, en utilisant l’expression « les gens » (al-nâs) et le pronom personnel à la troisième personne du pluriel (que j’ai souligné) pour insister sur le contrôle permanent qui pèse sur elle. Si ce collectif peut dans un premier temps être associé aux représentants locaux du pouvoir central ou aux responsables des différents partis politiques en lice dans la circonscription, les explications de Sanaa (qui ne précisera jamais l’identité de ce « ils » auquel elle se réfère) semblent finalement faire allusion aux acteurs associatifs du quartier, susceptibles de vouloir la discréditer. Elle souligne la présence de ses concurrents associatifs (hommes et femmes), alors qu’« ils n’avaient pas été invités » à la fête de fin d’année qu’elle a organisée en juin. Ils auraient interprété la réussite de cette manifestation comme une démonstration de force, comme une mise en scène de sa capacité de mobilisation, destinée à faire monter les enchères auprès des différents candidats pour mieux permettre à Sanaa de monnayer ses services en temps de campagne.

55Il semblerait que les autres représentants d’association aient été très satisfaits du désengagement électoral de Sanaa. Ainsi, Leila en profite pour mettre l’accent, en public, sur le manque de sincérité et d’intégrité de cette dernière en commentant son refus d’entrer en campagne comme une défection : « Tu es en campagne ou tu ne l’es pas. Ça ne veut rien dire, rester neutre ! » Avec un grand sourire, une autre actrice associative engagée en faveur du président de l’arrondissement résume à mon intention, en plein défilé de propagande, sans doute galvanisée par la ferveur de la foule et persuadée de la victoire de son champion : « Sanaa a complètement déconné ! » (Sanaa kaffrâtha). Les enjeux à l’œuvre en temps de campagne font ainsi ressortir de manière nette des formes de compétition et des rapports de force dans le milieu associatif que j’ai déjà mentionnés dans les chapitres précédents.

56Si Sanaa a choisi de ne pas s’impliquer publiquement dans la campagne, elle doit, pour préserver ses rapports privilégiés avec le président de l’arrondissement en campagne pour les législatives, lui donner des preuves de loyauté. Elle opte ainsi pour des techniques indirectes de propagande. La plus grande partie de sa contribution à la campagne s’effectue bien avant son début officiel. Sanaa dispense son message en organisant diverses activités par le biais du centre qu’elle gère et de l’association qu’elle préside :

« Pour nous, la campagne a commencé et s’est terminée il y a longtemps. Quand tu as une activité, une fête par exemple, qui vas-tu faire monter sur la scène pour parler ? Et qui vas-tu remercier officiellement ? Le candidat que tu veux faire passer. Après la fête, tu vas voir les femmes présentes et tu leur dis : "Alors, vous avez aimé ? Vous savez à qui vous devez ça ? " Parfois, je le leur dis carrément : "Vous devez tout ça à untel." Maintenant, les gens qui me connaissent et qui sont dans nos classes savent pour qui je suis. A eux de faire leur calcul plus tard. »

57Les cours d’alphabétisation et les formations que proposent son association et l’ONG pour laquelle elle travaille offrent autant d’espaces qui attirent un nombre important de bénéficiaires et sont propices à l’échange d’informations et à la propagande électorale « avant l’heure » (qbal al-waqt). Ses salariées constituent des relais (pré)électoraux importants. L’une d’elles m’explique :

« Par exemple, un cours d’éducation civique. Tu commences par expliquer à quoi sert l’élection. Puis tu leur dis qu’il est important de réfléchir à qui elle va le plus bénéficier. Voir qui les aide le plus, qui travaille pour elles, et voter en fonction de ça. Elles comprennent alors de qui je parle. Parfois on le dit même directement. On dit : "Regardez F [le président de l’arrondissement] ce qu’il a fait, ce qu’il a rendu possible." »

58A la suite de ce travail de propagande en amont et en coulisses, Sanaa se montre très prudente durant la campagne électorale. Limitant ses sorties et esquivant les discussions politiques, elle prend soin de ne pas se rendre dans les deux bidonvilles où est concentré l’essentiel de sa clientèle associative. Ainsi, le succès associatif peut-il exiger un repli de la sphère publique en période de campagne. La publicité feutrée à laquelle a recours Sanaa pour exprimer son soutien au président de l’arrondissement montre cependant que le temps de la propagande ne se réduit pas (toujours) à la période définie légalement : lorsqu’elle passe par les associations, la séduction politique permet d’élargir sensiblement les limites temporelles de la campagne, de les rendre plus élastiques.

  • 56 Latté Stéphane, Fassin Eric, « La Galette des reines …op.cit., p. 232.

59En 2007, ni Leila ni Sanaa ne sont (encore) candidates, mais leurs stratégies respectives de propagande rappellent la distinction faite par Stéphane Latté et Eric Fassin dans une analyse sur les élections municipales françaises de 2001 entre les élues candidates sortantes, qui « avancent masquées » dans la campagne, préférant traiter en secret, et les « nouvelles entrantes » qui « multiplient les occasions de se faire connaître, de se « montrer », d’afficher leur conviction ». Les deux auteurs expliquent cette différence par le fait que les premières essaient de consolider leur position au gré d’alliances négociées en coulisses, alors que les secondes misent plutôt sur l’affichage public et agressif de leur investissement et de l’intensité de leur engagement56. Si Sanaa préfère ne pas risquer de compromettre sa position privilégiée dans le quartier et reste dans l’ombre en soutenant très discrètement le candidat de son choix, Leila, nouvelle entrante, met ouvertement en scène son soutien électoral afin de s’imposer sur la scène publique de son quartier.

60Les deux exemples choisis montrent en outre que la campagne électorale peut être envisagée comme un moment de redistribution des cartes, au niveau de la sphère politique instituée mais aussi de la sphère associative. Puisque le fait de s’engager pour le « bon candidat » peut garantir un soutien matériel (indispensable) pour l’association, une porte d’accès à la prise de décision locale (à travers l’élu local soutenu) ou encore un soutien politique futur, le moment électoral, en ouvrant le champ aux alliances et négociations entre acteurs associatifs et politiques, permet à de nouveaux entrants de s’imposer sur la scène associative, mettant ainsi en péril la position hégémonique des « anciens ».

61Toutefois, la lecture de ces deux formes d’engagement à la lumière, d’abord, de la fulgurante carrière associative que connaît Sanaa depuis ce scrutin électoral et, ensuite, des nombreuses difficultés rencontrées par Leila depuis cette même époque, nous incite à fortement nuancer cette conclusion. Ces deux cas reflètent en effet l’imbrication d’une multitude d’enjeux dépassant largement les calculs strictement électoraux, contribuant non seulement à influencer le développement actuel du milieu associatif mais aussi l’évolution des trajectoires des acteurs impliqués dans ce processus.

62La discrétion privilégiée par Sanaa durant les échéances électorales de 2007 détonne nettement avec sa visibilité croissante au lendemain de ces élections, à partir de 2008 comme directrice d’un grand centre de formation et durant les élections municipales de 2009, comme candidate locale aux côtés même de F., le président d’arrondissement qu’elle a manqué de soutenir ouvertement en 2007. Ce contraste nous renvoie d’abord au statut privilégié qui caractérise les acteurs associatifs établis localement depuis plusieurs années : l’expérience de Sanaa, son large réseau de contacts et le nombre de bénéficiaires qu’elle peut éventuellement mobiliser sont autant de ressources qui font d’elle une partenaire locale incontournable.

63L’opacité qui distingue l’engagement électoral de Sanaa en 2007 nous rappelle également qu’actuellement le quotidien de nombre de représentants d’association est défini non pas seulement par leur rapports aux élus locaux, mais aussi (et surtout) par leur relations avec les représentants du pouvoir makhzénien. Je rappelle ici que la fête organisée par Sanaa en juin 2007 pour s’attirer les faveurs du gouverneur a lieu trois mois avant le jour du scrutin. A la veille du coup d’envoi de la campagne électorale, Sanaa sait déjà qu’elle peut compter sur un local où elle pourra installer son centre de formation pour des activités génératrices de revenus. On peut donc supposer que si Sanaa ne se voit pas dans l’obligation de s’engager outre mesure en faveur du président d’arrondissement, c’est en partie parce qu’elle bénéficie – notamment depuis le lancement de l’INDH ─ d’un soutien qu’elle juge beaucoup plus puissant que celui que peut lui apporter cet élu local. En outre, le fait de s’engager activement en faveur d’un candidat alors que ce dernier compte lui fournir un local au lendemain des élections aurait éventuellement pu porter ombrage à la réputation de Sanaa et soulever des doutes quant à l’intégrité dont elle se targue en tant que dirigeante d’association.

64Nouvelle arrivée dans le milieu associatif, Leila ne dispose pas de la même marge de manœuvre que Sanaa. Si l’assurance qu’elle montre durant la campagne électorale et les félicitations qu’elle reçoit de toutes parts au lendemain de la victoire de « son » candidat semblaient alors indiquer la pertinence de son choix et annoncer des retombées positives sur sa carrière en tant que représentante d’association, l’évolution effective de sa trajectoire après ces élections semble plutôt indiquer que le président d’arrondissement accorde de moins en moins d’importance à cette dirigeante qui peine par conséquent à s’imposer à plus long terme dans le quartier. A la veille des élections municipales de 2009, Leila se verra même obligée de rechercher un autre parti que celui représenté par le président, qui a refusé de la prendre comme colistière. Plusieurs raisons expliquent ce tournant pour le moins inattendu. Tout d’abord, l’association présidée par Leila reste une petite organisation, car, selon ses propres estimations, une centaine de personnes bénéficieraient de ses services. Ce chiffre la place bien loin de dirigeantes telles que Sanaa.

  • 57 Tant des acteurs associatifs qu’un fonctionnaire proche du président de l’arrondissement.
  • 58 Propageant notamment l’information selon laquelle elle aurait des relations illicites avec des homm (...)

65Par ailleurs, et selon l’avis de plusieurs personnes interrogées57, le président d’arrondissement aurait préféré prendre ses distances vis-à-vis de Leila lorsque la réputation de cette dernière s’est avérée « douteuse ». L’engagement électoral de Leila en 2007, d’abord pour le compte du parti de l’Istiqlal et ensuite de celui du RNI, aurait en effet donné naissance, dans le quartier, à des rumeurs concernant son manque d’intégrité et ses pratiques peu transparentes. Ainsi, malgré la fréquence du phénomène, la transhumance des acteurs associatifs d’une formation politique à l’autre ne reste pas toujours sans effets : dans un contexte politique où la « transparence » a fait son entrée comme registre de légitimation tout puissant et où la compétition entre acteurs associatifs a pris de l’ampleur, elle peut éventuellement porter atteinte à la notoriété des acteurs transhumants, compromettant notamment leur carrière. La réputation de Leila aurait été d’autant plus entachée, par la suite, que des rumeurs concernant sa vie privée58 allaient bon train à la veille des échéances électorales de 2009. Cet exemple nous renvoie à l’importance accordée à la réputation des dirigeantes d’association que nous avons mise en évidence dans le chapitre 7.

66Il ne s’agit nullement de sous-estimer l’impact que peuvent avoir les échéances électorales sur le parcours des enquêtées. Les campagnes électorales restent des moments clés autour desquels nombre de négociations sont construites et maintes alliances se nouent. En outre, l’implication des dirigeant(e)s d’association durant ces échéances électorales contribue à intensifier dans le milieu associatif des rapports de force et des tensions qui organisent habituellement la sphère politique instituée. A quelques semaines du début des échéances électorales, l’amicale codirigée par Meriem a été obligée d’interrompre toutes ses activités en raison des conflits internes apparus au sein de l’association entre membres appartenant à des formations politiques différentes. Selon Meriem, seul l’arrêt de toute activité a permis d’éviter l’implosion de cette organisation à la veille des élections de 2007.

67Les deux exemples traités ci-dessus nous rappellent toutefois que la période de campagne électorale ne peut être appréhendée comme un moment ponctuel et déconnecté du temps de la politique ordinaire. L’importance des enjeux sur le long terme ainsi que la continuité entre les périodes hors campagne et les périodes électorales poussent les acteurs associatifs à anticiper continuellement sur les effets de leurs positionnements et de leurs alliances, ainsi qu’à tenter de minimiser les risques, tout en maximisant leurs gains potentiels. C’est là un exercice d’équilibrisme à l’issue parfois incertaine, que plusieurs enquêtées préfèrent éviter en optant pour un engagement électoral alternatif.

Des dirigeantes « infidèles » : les modalités d’un désengagement électoral

68De ce qui précède, on comprend que les soutiens ponctuels des partis aux associations peuvent être considérés comme allant de soi en dehors des périodes électorales. Mais cette collaboration peut devenir beaucoup plus problématique en temps de campagne. Les dirigeant(e)s d’association sont alors poussé(e)s à se positionner et donc à « choisir leur camp », au risque de déplaire à leurs adhérents et de compromettre leur propre crédibilité.

  • 59 Gihane, voir note 22.

« Je me suis dit que si j’acceptais de travailler dans le local du parti, le jour des élections, le candidat allait reprendre le local. (…) Et alors l’association devient directement liée au parti. (…) Lorsque tu travailles avec plusieurs partis, il n’y a pas de problème, mais dès que tu te montres trop proche d’un seul parti, les gens perdent confiance59. »

69La méfiance que les habitants exprimeraient vis-à-vis des partis politiques est mise en avant pour expliquer la difficulté de soutenir ouvertement un parti politique. Des raisons d’ordre plus pratique transparaissent également. Miser sur un seul parti implique de renoncer au soutien d’autres formations politiques, soutien pourtant crucial en raison du manque chronique de ressources dont souffrent certaines associations de quartier. C’est également un pari risqué sur l’avenir : en cas d’échec électoral du parti pourvoyeur, les chances de retrouver une nouvelle source de financement partisane sont compromises.

  • 60 Meriem, voir note 32.

« Imagine, si je travaille avec un parti et qu’il cesse de me financer du jour au lendemain. Je serai bloquée. Je ne pourrai plus rien faire. Je ne pourrai pas aller chercher des fonds ailleurs parce que le nom de mon association sera lié à celui d’un parti. (…) Ensuite, si jamais le parti chute ou fait du mauvais travail et que les gens perdent confiance en lui, ils vont perdre confiance en moi aussi60. »

  • 61 Hanane, 44 ans, présidente d’une association féminine pour femmes et adolescents créée en 2004.

« Je ne veux pas me mettre du côté d’un parti. (…) Si je soutiens celui-là, je ne pourrai plus travailler avec tous les autres. Je pourrais me présenter comme candidate libre, mais nous ne sommes pas assez nombreux. (…) J’ai peur de la politique61. »

70Parmi les dirigeantes interrogées durant la campagne électorale de 2007, certaines ont donc préféré s’abstenir de prendre position en faveur de telle ou telle formation politique et opter pour des formes alternatives d’engagement. Ainsi, à l’approche de la campagne électorale, les pressions auxquelles devait faire face Hanane étaient telles qu’elle a préféré prendre la fuite et quitter Casablanca pendant plusieurs semaines pour rendre visite à des membres de sa famille dans le nord du pays :

« Les partis ne me laissaient pas tranquille. Tous s’y sont mis. C’était devenu tellement difficile que j’ai décidé de m’enfuir. (…) Pendant les élections, tu es obligée de prendre position pour un candidat (taltazmi mcâ chi hadd). Alors j’ai préféré quitter la ville. »

71Quant à Nawal, elle choisit de s’investir dans un travail d’assistante administrative pour le compte de l’équipe chargée de superviser les aspects logistiques d’un parti, le PPS. Elle met bien l’accent sur le salaire qu’elle reçoit en échange de ce travail. Elle insiste, en outre, sur le fait que cette équipe logistique est composée de professionnels qui se chargent du côté purement organisationnel de la campagne sans pour autant poursuivre d’objectifs politiques. Autrement dit, si Nawal participe à la campagne électorale pour le compte du PPS, elle souligne qu’il ne s’agit pas d’une prise de position politique, mais d’une opportunité de reconvertir le capital accumulé durant de nombreuses années d’engagement associatif et politique en rémunération et en expérience professionnelle.

  • 62 A ma connaissance, Maha, Meriem, Gihane, Samira, Halima, Zahra, Khadija, Houria, Nasma et Sophia on (...)
  • 63 Le Collectif associatif pour l’observation des élections est un groupement d’associations marocaine (...)

72Un certain nombre de dirigeantes62 ont opté pour une autre forme d’engagement. Elles œuvrent comme observatrices des élections, comme en témoigne le cas de Meriem. Je rappelle que cette dernière est très active depuis les années 80 dans la vie de son quartier, à travers l’organisation informelle de campagnes de nettoyage collectif ou la protestation contre la construction d’un marché, par exemple. Ce n’est qu’en 2003 qu’elle a rejoint le milieu associatif de façon formelle en devenant vice-présidente de l’amicale de son quartier. Chargée de représenter les intérêts des habitants auprès des autorités locales, elle est placée, par sa fonction, dans une position toujours conflictuelle avec le président de son arrondissement. En réponse au lancement de l’INDH, Meriem tente de créer, depuis 2006, sa propre association pour proposer des formations en couture. Affirmant ne faire confiance à aucun candidat ni aucun parti, elle choisit de ne pas soutenir de liste en 2007 et opte pour l’observation électorale organisée par le Collectif associatif63. C’est pourtant bien la première fois, depuis qu’elle s’engage dans la vie de son quartier, que Meriem refuse de se mobiliser pour un candidat en période de campagne.

73Les dirigeantes rencontrées sont en effet nombreuses à avoir déjà participé à des campagnes avant 2007. Elles en gardent souvent un sentiment de frustration prononcé. Leurs témoignages disent leurs espoirs déçus par des candidats qui montrent leur « vrai » visage après la victoire et ne respectent pas leurs promesses. Meriem est particulièrement amère et désabusée quant à ses précédents engagements : à plusieurs reprises, lors des consultations communales de 1983 et 1992, ainsi que lors des législatives de 2002, elle a soutenu des candidats qui lui ont promis un emploi sans jamais tenir parole.

  • 64 Mathiot Pierre, « "Faire la liste" : entre règles du jeu et jeux avec les règles », in Lagroye Jacq (...)

74La forte sollicitation de la part des partis politiques ne devrait en effet pas nous faire oublier que, malgré leur participation à la campagne électorale, les dirigeant(e)s d’association investissent avant tout des « positions secondaires ou dominées64 ». Leur fonction est de mobiliser, de convaincre et de coordonner mais non pas d’intégrer, en tant que candidat(e)s, la sphère politique instituée. En outre, au lendemain des scrutins, l’inversion des liens de dépendance observables durant la campagne électorale n’est plus de mise : les rapports de domination initiaux reprennent le dessus, contribuant à exacerber les tensions postélectorales entre élus et relais locaux surpris de ne plus se voir admis dans le cercle rapproché de leur candidat.

75Ce n’est pas faute de sollicitations que Meriem a choisi d’être observatrice des élections. Elle aurait été, en effet, contactée par plusieurs formations politiques (Istiqlal, Forces citoyennes et Alliance des Libertés). Les interactions que j’ai pu observer entre Meriem et ses voisins et amis, à défaut de prouver l’intérêt effectif que ces partis lui portaient, laissent à penser qu’elle dispose de ressources propres à susciter l’intérêt des candidats. Les personnes qu’elle rencontre dans le quartier, au fil de nos promenades, semblent surprises de son refus de s’engager au côté d’un candidat. Elles paraissent d’autant moins comprendre son refus de « travailler » pendant la campagne que Meriem est au chômage depuis plusieurs années et qu’elle pourrait aisément monnayer son expérience ainsi que sa popularité à l’échelle du quartier, basée sur une clientèle associative grandissante. 

76Lorsqu’elle m’explique son choix, Meriem prend soin de préciser qu’elle n’a jamais cherché uniquement son « intérêt personnel » (al-maslaha al-khâssa) en s’impliquant dans les élections, mais qu’elle a toujours appuyé le candidat le plus à même d’améliorer les conditions de vie des habitants du quartier. De ce point de vue non plus, les candidats n’ont pas tenu parole. Refuser de s’engager en 2007, c’est aussi pour Meriem une façon de préserver ses chances de se présenter elle-même aux élections communales en 2009, pour commencer vraiment à « faire changer les choses ». Il s’agit en effet pour elle d’adopter une attitude cohérente sur le long terme. Plutôt que de soutenir un candidat en 2007, puis d’obtenir une meilleure offre et donc de changer de parti en 2009, au risque de se voir traiter d’opportuniste par les habitants du quartier, Meriem préfère rester en retrait. Aucun parti ne répond finalement aux trois critères du « bon parti » qu’elle a fixés : être un « parti d’idées » auquel elle puisse s’identifier et qu’elle puisse vouloir représenter, lui garantir une investiture en 2009 et être suffisamment bien implanté dans le quartier pour lui permettre de remporter les élections locales.

  • 65 Je précise ici que peu de jours avant le début des élections, son choix n’est toujours pas fixé. El (...)

77Meriem opte donc finalement, après une journée de formation où on lui a surtout appris à remplir les fiches de signalement d’irrégularités électorales, pour une forme d’engagement alternatif et bénévole en participant à l’observation de la campagne électorale et du scrutin organisée par le Collectif associatif65. Elle a été contactée par l’intermédiaire d’une amie, membre de l’association de quartier chargée de coordonner le travail du Collectif au niveau de l’arrondissement. Tout au long de la campagne, sa principale activité a consisté à sillonner les rues de son quartier, en quête d’irrégularités à signaler. Elle vérifie que les affiches des partis sont bien collées dans l’espace qui leur est réservé, s’installe dans les locaux de campagne des partis pour observer ce qui s’y déroule et tente de rassembler un maximum d’informations sur le déroulement de la propagande auprès de ses voisins et connaissances. Elle profite de sa notoriété dans le quartier pour parler aux jeunes « mercenaires électoraux » qui travaillent pour les partis et pour se renseigner auprès des habitants du quartier qu’elle représente dans l’association. Elle se livre également à un exercice de moralisation de la vie électorale, expliquant aux courtiers et distributeurs de tracts qu’ils doivent être avant tout convaincus par le parti et le candidat qu’ils soutiennent. En leur posant des questions précises sur le programme des partis et sur les candidats, elle se plaît à les mettre mal à l’aise et à leur montrer que leur soutien n’est ni solide (« je leur montre qu’ils ne savent rien du parti qu’ils disent soutenir »), ni sincère (« c’est juste une question d’argent »).

  • 66 Dans un article sur le Collectif associatif pour l’observation des élections, Frédéric Vairel note (...)

78La position d’observatrice électorale que Meriem privilégie en 2007 lui permet de rester présente et visible sur la scène publique et politique de son quartier, tandis que son refus de prendre une position partisane la place en quelque sorte au-dessus des acteurs associatifs impliqués dans la mêlée électorale : le caractère bénévole de son engagement traduit à lui seul la noblesse et l’intégrité de ses motivations. Davantage que l’engagement partisan, l’observation électorale permettrait par ailleurs de s’imposer sur le plan associatif, et aux côtés des « vrais » militants de la société civile, comme acteur de la « construction démocratique du pays66 ». En gardant toutes ses options ouvertes jusqu’aux résultats du scrutin, cette démarche lui permettrait par ailleurs, à plus long terme, de s’imposer sur le plan politique. Sans prendre parti, Meriem reste visible sur la sphère publique de son quartier. Rappelons toutefois que cette forme de participation s’effectue sur un mode particulièrement dominé, reproduisant par là ses engagements électoraux précédents : n’étant ni membre dirigeant du Collectif, ni formatrice, elle n’a aucun accès aux ressources symboliques et économiques liées à cette initiative.

79Au lendemain des élections de 2007, Meriem essuie plusieurs revers qui l’incitent à s’éloigner un certain temps du milieu associatif, à « se reposer », comme elle dit. Les problèmes qu’elle rencontre ont été décrits dans le chapitre 8. Ils ne sont pas liés à sa prise de position en période électorale mais tiennent plutôt à des conflits internes concernant la répartition du pouvoir au sein des deux associations qu’elle codirige. Les conflits qui l’opposent au président de l’amicale lui font perdre progressivement le soutien des autres membres de l’association. Au sein de l’association socioculturelle de quartier, elle fait face à des pressions émanant des autres membres du bureau exécutif qui désirent l’inciter à démissionner de son poste de trésorière au profit de la sœur de la présidente. Les tensions observables entre acteurs associatifs et les nombreux conflits concernant la répartition des prérogatives au sein de ces organisations sont des facteurs essentiels à prendre en compte pour comprendre l’évolution des carrières associatives.

80D’ailleurs, lorsque je revois Meriem à la veille des élections municipales de 2009, elle semble démoralisée et montre peu d’intérêt pour la campagne électorale qui se prépare. Plusieurs raisons viennent expliquer son désintérêt soudain pour un scrutin sur lequel elle avait beaucoup misé deux ans auparavant. Ses nombreux déboires au sein des associations qu’elle codirige ont très nettement tempéré son enthousiasme. Elle se sent isolée et se dit déçue par la plupart des représentant(e)s d’association qu’elle fréquente. Elle aimerait fermer ce chapitre de sa vie pour se concentrer sur ses propres projets : essayer de passer son baccalauréat et commencer des études de droit pour être en mesure « de mieux se défendre ». Mais pour l’instant, elle multiplie les petits emplois pour pouvoir financer la formation que sa fille vient de débuter. Entre la préparation de pâtisseries, les cours de couture qu’elle donne dans une association du quartier et l’atelier d’alphabétisation qu’elle anime chez elle en échange d’une modique rémunération, il lui reste bien peu de temps pour s’investir dans la campagne.

  • 67 Fillieule Olivier, Broqua Christophe, « Désengagement et conséquences biographiques de l’engagement (...)

81Cet exemple rappelle que pour appréhender les carrières d’individus et comprendre les situations de défection, il est essentiel de réfléchir aux « conséquences biographiques » de l’engagement et d’articuler les expériences vécues par les individus dans différents mondes sociaux67. Pour comprendre le désengagement politique de Meriem durant la campagne de 2009, il faut articuler ce moment aux déceptions qu’elle a vécues au sein du milieu associatif, aux changements qui ont lieu dans sa vie de famille (sa fille interrompt sa scolarité pour suivre une formation payante) et à la reprise d’une vie professionnelle, certes précaire, mais bien remplie.

82Si l’implication des acteurs associatifs durant les campagnes électorales a été observée dans de nombreux cas, l’éventualité d’une non-coopération de ces mêmes acteurs a rarement été traitée par les observateurs. Or, il semblerait que l’investissement des associations par de futurs candidats ne garantisse pas toujours la participation effective des dirigeants et des bénéficiaires de ces organisations. La mise en équation entre le nombre de bénéficiaires d’une association et le nombre de voix que l’on peut en tirer peut, en effet, s’avérer fausse. Quant aux représentations qui font des femmes des relais particulièrement fiables, fidèles et engagés, elles peuvent s’avérer trompeuses.

83C’est l’expérience qu’a dû faire le président d’une association locale qui s’est présenté comme candidat durant les élections de 2007, sous la bannière du PPS : ce jour-là, une quinzaine de femmes ont pris place dans la salle de classe où se déroulent d’habitude les cours de couture proposés par l’association des artisans du quartier S. Une ambiance lourde règne dans la salle. Cette fois-ci, il n’est pas question de couture. Trois jours après le scrutin du 7 septembre 2007, l’heure est au bilan. Pour le président de cette association assis en face du groupe de femmes, les traits tirés par les épreuves des derniers jours, le bilan n’est pas rose. La défaite du parti qu’il représentait comme candidat dans la circonscription a non seulement été cuisante, mais les résultats obtenus dans les secteurs qu’il considérait comme acquis à sa cause se sont avérés particulièrement décevants et très inférieurs au nombre de bénéficiaires qu’y compte son association. La principale leçon qu’il tire des résultats de ce scrutin est douloureuse : seule une minorité de bénéficiaires a effectivement voté en sa faveur. Il ne cache donc ni sa déception, ni sa colère en s’adressant ce jour-là aux femmes rassemblées dans la salle :

« Je sais très bien lesquelles d’entre vous sont allées voter et lesquelles ne l’ont pas fait ! (…) Je sais aussi que certaines ne se sont même pas inscrites pour recevoir leur carte d’électrice ! (…) Je sais aussi que certaines ont reçu de l’argent pour voter pour d’autres. Vous pouvez leur dire qu’elles n’ont plus besoin de venir à l’association, elles n’y recevront plus rien ! »

84Il continue à vider son sac en reprochant aux femmes présentes leur « ingratitude », car en ne votant pas pour lui, elles ont surtout raté une occasion de le remercier de tous les services qu’il leur a rendus, de son soutien et du travail offert de manière bénévole tout au long de ces dernières années. En se désengageant de la sorte, leur explique-t-il, par ailleurs, les femmes en question sont les principales perdantes parce qu’elles ont manqué une occasion de renforcer l’association en soutenant la candidature électorale de leur président. Une des femmes assises à sa droite prend la parole pour confirmer ses propos. En soutenant la liste du parti, affirme-t-elle, les femmes de l’association auraient pu indirectement renforcer l’association et améliorer ainsi leur propre situation : si le président de l’association était sorti vainqueur de ce scrutin, n’auraient-elles pas été les principales bénéficiaires de son nouveau pouvoir d’intervention ?

85La femme qui vient de prendre la parole fait partie des quatre monitrices qui animent les formations de couture proposées par l’association. Si les trois autres encadrantes (dont fait partie Nadia) acquiescent à ses propos, toutes les quatre me semblent particulièrement peu loquaces ce jour-là. J’ai compris par la suite qu’avant cette rencontre, elles ont également été réprimandées par le président de l’association qui leur a reproché leur manque d’engagement et d’enthousiasme tout au long de la campagne électorale.

86Les femmes présentes prennent ensuite la parole pour assurer au président, à tour de rôle, qu’elles ont bien voté pour lui. Certaines ponctuent leurs propos d’allusions détaillées aux nombreuses pressions auxquelles elles ont dû faire face : certains candidats adverses ont essayé de les soudoyer, et d’autres auraient embauché de jeunes voyous pour les menacer et leur faire peur. Les propos des femmes n’éclaircissent pas la mine morose du président, profondément affecté par la tournure surprenante prise par les évènements le jour du scrutin.

87Tout avait pourtant si bien commencé. Artisan de profession, le président a créé en 2001 cette association active dans le quartier. Durant ses premières années d’existence, elle accueille surtout des hommes. Les femmes n’y font leur entrée qu’en 2005, notamment avec l’élargissement de l’offre de formations. L’enseignement de la couture et de la broderie rencontre, en effet, un grand succès auprès de la population féminine dont les effectifs inscrits augmentent sensiblement. En deux ans, 80 femmes obtiennent un diplôme reconnu par l’Etat leur permettant de travailler pour le compte d’usines de textile et de prêt-à-porter. L’association encadre et soutient la création de coopératives de femmes et conclut peu avant les élections de 2007 un partenariat avec une société de prêt-à-porter étrangère qui garantit d’embaucher les femmes formées au sein de l’association.

88Les quatre monitrices qui encadrent la formation des femmes sont toutes des couturières professionnelles. Elles ne font pas partie du bureau exécutif de l’association (comportant une seule femme), mais se retrouvent quotidiennement dans le local de l’association où elles s’occupent non seulement de la formation des femmes qui affluent quotidiennement, mais se chargent également d’écouter les problèmes de ces dernières et de les orienter vers des centres et associations pouvant les aider. Des rencontres thématiques sont également organisées pour informer les bénéficiaires de leurs droits. En échange de leur travail, les monitrices ne reçoivent pas de salaire mais peuvent utiliser les locaux et le matériel de l’organisation pour leur propre production, qu’elles peuvent par ailleurs exposer gratuitement lors des salons professionnels auxquels participe l’association. Elles ont aussi la possibilité de solliciter – par l’intermédiaire de l’association ─ des microcrédits pour créer une micro-entreprise ou acheter un logement.

89En 2007, les activités proposées par l’association prennent de l’ampleur lorsqu’elle se voit octroyer, dans le cadre de l’INDH, un financement pour la réalisation de deux projets (dont un concernant les formations de couture). Depuis, une affiche comportant le nom de cette initiative a été installé à l’entrée du local. Au fond de la salle dans laquelle se déroulent les formations, une autre affiche attire le regard du nouveau-venu. Le nom du parti de gauche qui a chapeauté la candidature électorale du président est inscrit en grandes lettres sur le mur. L’organisation est en effet domiciliée auprès du bureau de la section locale du PPS. Si l’association en question ne dépend pas officiellement d’une formation politique et défend l’idée de sa parfaite autonomie, les liens qu’elle entretient avec ce parti de gauche sont multiples et connus de tous. Le rapprochement entre le parti et cette organisation a pris forme dès la création de cette dernière : lors de la fondation de l’association, si le président n’était pas encore membre du parti, plusieurs de ses amis ayant participé à la création de cette association l’étaient déjà. Lorsque, peu de temps après, le président adhère lui-même au parti, d’autres membres de l’association suivent son exemple. Il décrit les liens qui lient association et parti de la manière suivante :

« Pour faire partie de l’association, il n’est pas nécessaire d’être membre du parti. Ce sont deux choses différentes. Par contre, l’association arrive à attirer les gens, le parti non. Si les membres de l’association désirent devenir membres du parti, alors nous les encourageons effectivement à le faire. (…) J’ai surtout adhéré au parti pour être capable de réaliser plus de choses. Si tu veux mettre sur pied des choses, si tu veux aider les gens, alors tu dois être protégé. Le parti te garantit cette protection. (…) En faisant partie du parti, je soutiens en fait le travail de l’association. »

90A la veille des élections législatives de 2007, le nombre de bénéficiaires que compte l’association a approché les 1 500 personnes, dont plus de 750 femmes. En période électorale, ce nombre représente un capital important que le président de l’association réussit à faire valoir comme ressource de poids durant les négociations qui précèdent l’élaboration de la liste électorale. Le président ne dispose pas de moyens matériels lui permettant de financer la campagne, mais il peut garantir aux responsables du parti les voix des bénéficiaires de l’association qu’il préside et le soutien actif des femmes qui la fréquentent quotidiennement. Les avis sont unanimes dans l’entourage du président de l’association : c’est ce capital de voix qui lui garantit la seconde position sur la liste électorale. En tête de liste se trouve un riche industriel inconnu de la majeure partie de la population locale mais capable de financer la campagne. Moyens financiers et popularité locale se trouvent ainsi réunis par l’intermédiaire de ces deux personnages. La campagne électorale peut commencer.

91Ma première rencontre avec les femmes de cette association locale a lieu deux jours avant l’échéance électorale du 7 septembre 2007. Je les retrouve peu de temps avant le départ d’une marche de soutien en faveur de la liste représentée par leur président. Coiffées de casquettes portant le symbole du parti, elles sont accompagnées d’une trentaine d’élèves de l’association. Je suis en compagnie de Houria, une des dirigeantes dont je suis le parcours depuis quelques mois déjà. Elle a fait connaissance de Nadia et des trois autres monitrices de l’association d’artisans dans le local du PPS que Houria fréquente en tant que secrétaire générale d’une association socioculturelle et en tant que membre du PPS (depuis 2005). Elle a peu à peu investi le rôle de conseillère et de confidente pour ces quatre monitrices, qui se plaignent régulièrement du monopole du pouvoir détenu par le président et de leur propre statut de simples exécutantes au sein d’une organisation qui fonctionne surtout grâce à la participation des femmes.

92A l’apparition de Houria, les femmes en question ne cachent ni leur enthousiasme ni leur surprise de la voir. Leurs effusions de joie donnent l’impression que l’arrivée de Houria, bien qu’espérée, n’était pas attendue. J’apprends effectivement à ce moment que, jusqu’à ce jour, Houria avait boycotté la campagne électorale de son parti pour contester – m’explique-t-elle ─ la nomination en tête de liste d’un candidat étranger à son arrondissement (l’entrepreneur) au détriment du candidat local (le président de l’association), placé en deuxième position. Les propos très virulents que Houria tient sur l’instrumentalisation des femmes par le parti me laisse à penser que le désengagement initial de Houria pourrait également relever de sa propre non-nomination comme candidate. Si elle ne me confirme pas directement cette éventualité, les propos des quatre monitrices regrettant que « Houria n’ait finalement pas pu se présenter comme candidate » et assurant qu’elles « l’auraient soutenue à 100 % » semblent confirmer cette hypothèse.

93Le point de départ de la marche est situé à quelques kilomètres du premier point de rencontre, à l’entrée d’un bidonville situé dans l’arrondissement voisin. Les premiers groupes sont déjà sur place. Les femmes sont beaucoup plus nombreuses que les hommes. D’autres sont encore attendues. Le soleil est brûlant. Quelques personnes réussissent à trouver refuge dans la baraque vétuste, mais très spacieuse, habitée par un des relais locaux qui s’affaire à l’extérieur, auprès d’un groupe de femmes qui ne cachent pas leur mécontentement et leur fatigue. Elles attendent depuis plusieurs heures déjà le départ de la marche et commencent à s’impatienter.

94J’accompagne Houria à l’intérieur de la demeure, et nous prenons place dans un petit salon où sont déjà installées une quinzaine de femmes. Impassibles, elles attendent le début de la marche. L’une d’entre elles rompt le silence pour demander aux autres quel candidat elles sont venues soutenir. Elle-même soutient la candidature du président de l’association d’artisans (second de la liste). D’autres femmes déclarent soutenir le même candidat. Seules trois femmes assises dans la salle s’avèrent être des supporters de l’industriel (tête de liste). Ma voisine me souffle à l’oreille : « Pourquoi les ont-ils mises dans la même pièce que nous, celles-là ? » Cette remarque est loin d’être fortuite, car elle traduit la scission qui traverse le groupe des supporters de cette liste locale et qui va s’exprimer à diverses occasions tout au long de la marche à suivre.

95L’opposition entre les deux camps s’accroît lorsque les organisateurs de la campagne demandent aux supporters présents de se rassembler afin de former le cortège qui accompagnera les deux candidats à travers toute la circonscription. Un des organisateurs de la campagne (jeune cadre du parti et ami du président de l’association) décide qu’il s’agira d’alterner une rangée d’hommes et une rangée de femmes. L’aide des relais locaux est requise pour rassembler les supporters éparpillés çà et là et pour former le cortège. Les quatre monitrices de l’association d’artisans s’attèlent avec bien peu d’enthousiasme à cette tâche en rassemblant leurs élèves. Chaque relais limite son intervention aux supporters qu’il a contribué à mobiliser, les différents groupes ne se mélangent pas. Une dispute éclate presque lorsque l’une des quatre monitrices interpelle un groupe de femmes restées en retrait pour leur demander de prendre place sur le côté droit du cortège. La femme qui a mobilisé ce groupe intervient en colère : « Les tiennes (dyâwlak) restent là-bas et les miennes (dyâwli) resteront ici. » Même si la monitrice lui rappelle qu’il s’agit d’un cortège commun, la femme reste intransigeante : « Tu t’occupes des tiennes et moi des miennes, un point c’est tout ! » Dans ce chaos, un cortège formé de rangées de femmes et d’hommes prend finalement forme. Soudain, une nouvelle directive est lancée par haut-parleurs aux participants. Quelques supporters se sont plaints du mélange des sexes lié à l’organisation en rangées de femmes et d’hommes. Une nouvelle disposition est choisie : les hommes ouvriront la marche, les femmes les suivront. Le départ du cortège, initialement prévu à 15 heures, a finalement lieu à 17h30 : les supporters – dont certains sont mobilisés depuis 13 heures ─ se mettent en marche.

96Après moins d’une heure de marche, l’une des quatre monitrices me demande de ralentir le pas. Je me rends alors compte que les quatre femmes de l’association d’artisans et Houria se sont regroupées à l’arrière du cortège. Elles m’expliquent qu’elles sont fatiguées, qu’elles doivent rentrer chez elles. Ralentissant le pas de plus en plus, elles tentent de quitter le rassemblement sans se faire remarquer par leurs élèves, qu’elles ont mobilisées pour l’occasion : « Si elles nous voient partir, elles voudront nous suivre » m’explique l’une d’elles. Peu de temps après, les quatre monitrices – accompagnées par Houria ─ prennent effectivement toutes un taxi, abandonnant le président de l’association à la tête d’un cortège de plus en plus dispersé.

  • 68 En effet, l’éligibilité effective du candidat dépend, en grande partie, de sa position sur la liste (...)

97Le manque de cohésion qui se dégage de ce cortège est frappant. Les conflits internes entre les supporters de la tête de liste et ceux du président de l’association d’artisans, second sur la liste, sont nettement perceptibles. Sans me fournir plus de détails, Houria et Nadia m’expliquent que le conflit entre les deux candidats a pris naissance durant les négociations que ces derniers ont eues avec les dirigeants du parti au sujet de l’attribution de la position convoitée de tête de liste68. Le président de l’association d’artisans qui briguait cette position n’avait finalement pas pu s’imposer face à l’industriel capable de financer la campagne.

  • 69 Sur les obligations morales de l’échange dans les rapports clientélaires, voir Briquet Jean-Louis, (...)

98Mais si les tensions entre les deux candidats ont pu prendre une telle ampleur, c’est aussi parce qu’elles ont été relayées et accentuées par les relais et supporters locaux qui ne faisaient pas campagne au nom du parti mais au nom de leur « patron » respectif. Les bénéficiaires et les monitrices de l’association d’artisans se mobilisaient, ce jour-là, pour apporter un soutien à leur président. Dans une logique clientéliste d’échanges réciproques de biens et de services, la mobilisation des femmes de l’association peut ainsi être comprise comme l’expression de leur gratitude69 mais aussi comme une manière de se garantir son soutien sur le long terme.

  • 70 Le clientélisme désigne ici « un rapport personnalisé d’échanges réciproques entre inégaux, permett (...)

99Les observations faites durant la marche de soutien aux deux candidats indiquent qu’en se superposant aux conflits qui opposent les deux candidats, le rapport qui lie les monitrices et les bénéficiaires au président de l’association est venu exacerber ces tensions. Le parachutage en tête de liste d’un candidat extérieur à l’arrondissement au détriment du président de leur association ─ placé en seconde position ─ est perçu par ses supporters comme une atteinte à la personne du président et, par extension, comme une forme de dépréciation de l’association. Par conséquent, se désengager de la campagne (ou du moins ne pas s’y investir pleinement) revient, en quelque sorte, à contester cette décision. En sabotant la campagne, c’est avant tout la tête de liste et les dirigeants du parti qui sont visés. Cet exemple permet de nuancer les effets que le clientélisme politique70 peut avoir sur le déroulement d’une campagne électorale. Si ces rapports jouent indéniablement un rôle important dans le déroulement des scrutins, en garantissant aux candidats-patrons un soutien local, les effets qu’ils peuvent avoir ne sont pas toujours ceux envisagés, en amont, par ces derniers. Dans le cas présent, le soutien apporté par les membres de l’association à leur président a pris la forme d’un désistement qui a valeur de protestation contre son évincement.

100L’exemple est d’autant plus intéressant qu’il permet aussi de mettre en évidence un tout autre phénomène. Il semblerait en effet que le manque d’engagement mis au jour par les quatre monitrices de l’association soit aussi l’expression des conflits internes qui opposent ces dernières au président de l’organisation. Je rappelle que si les quatre femmes sont chargées de gérer le volet féminin au sein de l’association, elles n’ont aucun pouvoir de décision. Les tensions entre le président et les quatre femmes ont émergé bien avant la campagne électorale. Elles reposent sur le contraste vécu par les quatre monitrices entre, d’une part, l’ampleur de leur investissement au sein de l’association qui accueille plus de femmes que d’hommes et, d’autre part, leur exclusion des fonctions de prise de décision. Durant la campagne électorale, leur mécontentement trouve un terrain sur lequel il peut se déployer et s’exprimer. L’exemple de Houria qui a décidé, le temps d’un scrutin, de tourner le dos à son parti en raison de l’instrumentalisation des femmes qu’elle y vit, fonctionne comme une sorte de catalyseur. Dès que les quatre monitrices aperçoivent Houria, le jour de la marche de soutien aux deux candidats, elles se regroupent autour d’elle pour lui faire part des derniers conflits qui les ont opposées au président de l’association. C’est ensuite en compagnie de Houria qu’elles abandonnent ce dernier en plein milieu de la marche.

  • 71 Hirschman Albert, Exit, Voice, and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations, and State (...)
  • 72 Braud Philippe, Le suffrage universel contre la démocratie, op. cit., p. 206.

101Située dans le contexte des rapports tendus qui lient les quatre monitrices au président de l’association, la défection de ces femmes prend une signification additionnelle : elle devient une forme de résistance silencieuse à la domination de ce dernier, l’expression de leur mécontentement par l’exit71. Ainsi, au-delà des enjeux électoraux qui la dominent, la campagne peut aussi être appréhendée comme une phase d’inversion des rapports de force entre dominants et dominés72 qui permet l’expression d’une émancipation de ces derniers. Dans le cas de ces quatre femmes, on y perçoit les prémisses d’une autonomisation qui se concrétisera effectivement, deux années plus tard, par leur projet de création d’une association féminine.

Notes

1 Hakim, 30 ans, secrétaire général d’une association socioculturelle et éducative créée en 2004.

2 Dans un ouvrage collectif portant sur les sociétés civiles au Cameroun, au Ghana et au Maroc, les auteurs montrent qu’il s’agit là de « dynamiques de fond qui parcourent les sociétés du Sud », Otayek René et al., Les sociétés civiles du Sud. Un état des lieux dans trois pays de la ZSP. Cameroun, Ghana, Maroc, Paris, ministère des Affaires étrangères, 2004, p. 9.

3 Ce chapitre repose, en partie, sur un article publié dans un ouvrage collectif paru en 2009. Cf. Berriane Yasmine, « Intermédiations stratégiques : l’engagement de militantes associatives locales dans la campagne pour les législatives marocaines de 2007 », in Zaki Lamia (dir.), Terrains de campagne : les législatives de septembre 2007 au Maroc, Paris, Karthala/IRMC, 2009, p. 161-191

4 La nouvelle charte communale promulguée en 2002 se distingue notamment de l’ancienne par la volonté proclamée de faire participer les associations et les citoyens à la gestion locale.

5 Pour les communes urbaines de plus de 500 000 habitants, les ressources sont concentrées entre les mains du Conseil de la ville, qui les distribue ensuite aux différents conseils d’arrondissement.

6 Notamment les dirigeantes novices comme par exemple Lhajja Zoubida, Hasna et Hind.

7 Président d’arrondissement depuis 2003 et membre du parti du Rassemblement national des indépendants (RNI) (entretien en juin 2008). Le RNI a été créé à la fin des années 70 par le beau-frère du roi. Il est considéré comme un parti de notables.

8 Leila, 41 ans, présidente d’une association féminine de développement social créée en 2006. Membre du parti de l’Istiqlal, elle soutient, en 2007, le président de son arrondissement qui se présente comme candidat du RNI.

9 Le parti de l’Istiqlal (littéralement parti de l’Indépendance) est l’un des principaux partis du pays. Il a été fondé en 1944 et s’identifie largement au Mouvement national. Considéré comme centriste et plutôt conservateur, il a participé à plusieurs gouvernements depuis les années 70 avant de rassembler une majorité de voix à l’issue des élections législatives de 2007.

10 Membre du parti de l’Istiqlal, élue locale et présidente d’une association de quartier (entretien réalisé en juin 2008).

11 Tozy Mohamed, « Crise des élites et restructuration du champ politique par le haut », Les Cahiers bleus, n° 13, 2004, p. 7. Sur la vulnérabilisation des partis de l’opposition depuis leur participation au gouvernement de l’alternance, voir Ferrié Jean-Noël, « Succession monarchique et désenchantement de l’alternance partisane », Annuaire de l’Afrique du Nord, vol. 38, 2002, p. 215-231.

12 Cadre actif au sein du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS), président d’une association socioculturelle de quartier depuis 2001 (entretien en septembre 2007). Héritier du Parti communiste dissout en 1960, le PPS a été créé en 1974.

13 Elue locale (parti de l’Istiqlal) et présidente d’une association de quartier (entretien en juin 2008).

14 Membre du RNI et président d’arrondissement depuis 2003. Il sort gagnant des élections de 2007 et intègre le parlement (entretien en juin 2008).

15 Le rôle des dirigeants d’association est ici d’autant plus important que cet incident a eu lieu à quelques mois des élections législatives de 2007, compromettant ainsi la future candidature du président de l’arrondissement.

16 Leila, voir note 8.

17 Elue locale depuis 2003, membre du PPS, présidente d’une association féminine depuis 2004. Ayant présenté sa candidature dans une circonscription éloignée de celle où elle est habituellement active, elle ne remporte pas de siège lors des élections de 2007 (entretien en juillet 2008).

18 Comme ont aussi pu le montrer par exemple Julien Fretel et Jacques Lagroye lors des élections communales françaises de 2002. Fretel Julien, Lagroye Jacques, « ‘Faire avec ce qu’on a’. Les élections municipales à Rouen », in Lagroye Jacques, Lehingue Patrick, Sawicki Frédéric (dir.), Mobilisations électorales – Le cas de élections municipales de 2001, Paris, PUF, 2005, p. 15-36.

19 Cadre du PPS, président d’une association socioculturelle de quartier depuis 2001. Il ne se présente pas en 2007 mais organise la campagne de la liste locale de son parti (entretien en septembre 2007).

20 Goirand Camille, « Clientélisme et politisation populaire à Rio de Janeiro », in Briquet Jean-Louis, Sawicki Frédéric (dir.), Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, Paris, PUF, 1998, p. 127.

21 Miquet-Marty François, « Les agents électoraux. La naissance d’un rôle politique dans la deuxième moitié du XIXe siècle », Politix, n° 38, 1997, p. 59.

22 Gihane, 22 ans, conseillère dans une association socioculturelle pour enfants et jeunes créée en 2004. Proche du Parti socialiste unifié (PSU) qui est né de la fusion de deux partis de gauche en 2005. Durant les élections de 2007, elle s’engage comme observatrice des élections.

23 Dans son bilan 2005-2006, le secrétariat d’Etat estime que 87 % des bénéficiaires de ses programmes d’alphabétisation dans la région du Grand Casablanca sont des femmes. Secrétariat d’Etat auprès du Ministère de l’Education Nationale, Alphabétisation et éducation non formelle. Bilan des adultes au Maroc : Bilan 2005-2006, 2006, p. 61.

24 Pour une analyse des représentations contradictoires développées par les candidats ainsi que de leurs principaux relais sur le vote et l’engagement électoral féminin, voir Zaki Lamia, Pratiques politiques au bidonville, Casablanca (2000-2005), thèse de doctorat, science politique, Paris, Institut d’études politiques, 2005, p. 327-330.

25 Cadre actif du PPS, voir notes 12 et 19.

26 Samira, 55 ans, secrétaire générale d’une association socioculturelle pour jeunes créée en 2004 et vice-présidente d’une association féminine de développement social créée en 1999. Opte pour l’observation des élections en 2007.

27 Nadia fait allusion ici à une marche de soutien organisée pendant la campagne électorale en faveur de la liste locale du PPS. Elle y participa avec plusieurs femmes de son association.

28 Nadia, 47 ans, responsable de la section féminine d’une association d’artisans créée en 2003. S’engage, en 2007, aux côtés du président de cette association qui se présente comme candidat local du PPS.

29 Ce recours aux stéréotypes de genre n’est d’ailleurs pas spécifique aux cas étudiés et a été souligné dans plusieurs travaux, notamment dans le contexte français. Voir Latté Stéphane, Fassin Eric, « La Galette des reines : femmes en campagne à Auxerre », in Lagroye Jacques, Lehingue Patrick, Sawicki Frédéric (dir.), Mobilisations électorales. Le cas de élections municipales de 2001, Paris, PUF, 2005, p. 236 ; Dulong Delphine, Lévêque Sandrine, « Une ressource contingente. Les conditions de reconversion du genre en ressource politique », Politix, vol. 15, n° 60, 2002, p. 107.

30 Premier ministre du Maroc depuis les élections de 2007 qui marque la victoire du parti de l’Istiqlal. Gendre de Allal El-Fassi (le fondateur du même parti), il a à son actif une longue carrière politique qui débute durant les années 60. Elu en 1998 secrétaire général du parti de l’Istiqlal, il est nommé, en l’an 2000, ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle, du Développement social et de la Solidarité.

31 Gihane, voir note 22.

32 Meriem, 47 ans, vice-présidente d’une amicale de quartier créée en 2003 et trésorière d’une association socioculturelle pour jeunes créée en 2004. En 2007, elle opte pour l’observation des élections après avoir été sollicitée par plusieurs partis souhaitant se garantir son soutien.

33 Offerlé Michel, Sociologie des groupes d’intérêt, Paris, Montchrestien, 1998, p. 22.

34 Rappelons ici que la proportion de candidatures féminines aux élections municipales de 2003 ne dépassait pas 4,91 % et que 0,54 % seulement des élus locaux sont des femmes. Enhaili Aziz, « Femmes, développement humain et participation politique au Maroc », MERIA, vol. 1, n° 1, juillet 2006, p. 17.

35 Sur les trente enquêtées, dix se sont en effet portées candidates durant les élections municipales de 2009. Parmi elles, seules Sanaa et la fille de Lhajja Zoubida obtiendront un siège au conseil d’arrondissement. Elles sont les premières femmes de leur arrondissement à investir une telle fonction.

36 Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est progressivement imposé depuis les élections législatives de 1997 sur la scène politique marocaine comme un parti islamiste modéré. Pour plus de détails sur l’entrée en scène de ce parti et les changements qu’il a connu, ces dernières années, voir Mohsen-Finan Khadija, « Maroc. L’émergence de l’islamisme sur la scène politique », Politique étrangère, 1er trimestre, printemps 2005, p. 73-84.

37 Le candidat PJD aux élections parlementaires a finalement été élu en première position, juste devant le président de l’arrondissement.

38 Sanaa, 40 ans, présidente d’une association féminine de développement social créée en 2002. Elle soutient, en 2007, le président de son arrondissement (RNI) et se présente comme candidate lors des municipales de 2009.

39 Leila, voir note 8.

40 Voir Otayek René, « Les élections en Afrique sont-elles un objet scientifique pertinent ? », Politique africaine, n° 69, 1998, p. 3-11.

41 Voir par exemple El Maoula El Iraki Aziz, « Du renouvellement des élites urbaines au Maroc. Elites urbaines, territoire et système politique local », Annuaire de l’Afrique du Nord (Le « local » en question), 2002, p. 92-93 ; Bennani-Chraïbi Mounia, « Mobilisations électorales à Derb Soltan et à Hay Hassani (Casablanca) », in Bennani-Chraïbi Mounia, Catusse Myriam, Santucci Jean-Claude (dir.), Scènes et coulisses de l’élection au Maroc. Les législatives 2002, Paris, Karthala, 2004, p. 132-138 ; Zaki Lamia, Pratiques politiques au bidonville, Casablanca (2000-2005), op. cit., p. 395-401 et p. 476-478.

42 Meriem, Samira, Houria, Nadia, Sanaa, Leila, Hanane, Zahra, Nawal, Gihane.

43 Dans la circonscription en question, ni l’Istiqlal ni le RNI n’étaient particulièrement bien implantés à la veille des élections de 2007. En 2002, les deux formations politiques n’y avaient gagné aucun siège.

44 Cette réunion aurait eu lieu à l’occasion du décès d’un membre de la famille de Leila et de la venue d’un grand nombre d’habitants du quartier pour présenter leurs condoléances au domicile de cette dernière.

45 Zaki Lamia, « Deux candidats en campagne : formes de propagande et répertoire de légitimation politique au bidonville », in Bennani-Chraïbi Mounia, Catusse Myriam, Santucci Jean-Claude (dir.), Scènes et coulisses de l’élection au Maroc. Les législatives 2002, Paris, Karthala, 2004, p. 209-214.

46 Signalons toutefois que sa position d’élu local lui impose certaines contraintes. Il peut en effet se voir dans l’obligation de prendre des décisions qui ne sont pas toujours approuvées par tous les habitants et risque ainsi de mécontenter certains électeurs. L’élu peut alors être forcé d’engager un dialogue avec les habitants pour leur expliquer sa décision. Dans ce cas, les acteurs associatifs jouent également un rôle central d’intermédiation.

47 L’ouverture officielle de la campagne a eu lieu le samedi 25 août 2007.

48 Goirand Camille, « Clientélisme et politisation populaire à Rio de Janeiro », in Briquet Jean-Louis, Sawicki Frédéric (dir.), Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, Paris, PUF, 1998, p. 136.

49 Le phénomène de « transhumance » des acteurs associatifs a déjà été noté par Mounia Bennani-Chraïbi dans son analyse du parcours de militants associatifs casablancais. Bennani-Chraïbi Mounia, « Parcours, cercles et médiations à Casablanca. Tous les chemins mènent à l’action associative de quartier », in Bennani-Chraïbi Mounia, Fillieule Olivier (dir.), Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 345.

50 Briquet Jean-Louis, « Des amitiés paradoxales. Echanges intéressés et morale du désintéressement dans les relations de clientèle », Politix, n° 45, premier trimestre 1999, p. 7-20.

51 Braud Philippe, Le suffrage universel contre la démocratie, Paris, PUF, 1980, p. 206.

52 Ces secteurs correspondent à un quadrillage des quartiers en fonction des bureaux de vote.

53 Zaki Lamia, « Deux candidats en campagne : formes de propagande et répertoire de légitimation politique au bidonville », op. cit., p. 187-235.

54 Elle fait référence ici à la fête de fin d’année dont j’ai rendu compte dans le chapitre 6.

55 Elle a même dû vendre la voiture acquise lors de la campagne en 2002. Achat personnel (selon la version de Sanaa) ou cadeau du candidat (d’après ses concurrents), il ne lui était en tout cas plus possible de la garder.

56 Latté Stéphane, Fassin Eric, « La Galette des reines …op.cit., p. 232.

57 Tant des acteurs associatifs qu’un fonctionnaire proche du président de l’arrondissement.

58 Propageant notamment l’information selon laquelle elle aurait des relations illicites avec des hommes du quartier.

59 Gihane, voir note 22.

60 Meriem, voir note 32.

61 Hanane, 44 ans, présidente d’une association féminine pour femmes et adolescents créée en 2004.

62 A ma connaissance, Maha, Meriem, Gihane, Samira, Halima, Zahra, Khadija, Houria, Nasma et Sophia ont toutes été observatrices lors de ces élections.

63 Le Collectif associatif pour l’observation des élections est un groupement d’associations marocaines qui a organisé l’observation des élections de septembre 2007 grâce à 3000 observateurs bénévoles ayant reçu une formation antérieure. Pour en savoir plus sur l’évolution des expériences d’observation électorale au Maroc (depuis 1997) et sur la composition et le fonctionnement de ce Collectif en 2007, voir Vairel Frédéric, « Observer les élections. Action publique et contrainte sur la "société civile" », in Zaki Lamia (dir.), Terrains de campagne au Maroc. Les élections législatives de 2007, Paris, Karthala, 2009, p. 217-237.

64 Mathiot Pierre, « "Faire la liste" : entre règles du jeu et jeux avec les règles », in Lagroye Jacques, Lehingue Patrick, Sawicki Frédéric (dir.), Mobilisations électorales. Le cas des élections municipales de 2001, Paris, PUF, 2005, p. 110.

65 Je précise ici que peu de jours avant le début des élections, son choix n’est toujours pas fixé. Elle hésite encore entre l’observation des élections et le travail comme relais local pour le compte d’une amie sollicitée en tant que candidate par un parti politique. Lorsque cette dernière rejette l’offre, Meriem opte finalement pour l’observatoire.

66 Dans un article sur le Collectif associatif pour l’observation des élections, Frédéric Vairel note qu’« au Maroc, cette conviction se retrouve chez les acteurs associatifs, institutionnels et internationaux : observer les élections législatives de 2007 reviendrait à participer à la "construction démocratique du pays" ». Vairel Frédéric, « Observer les élections. Action publique et contrainte sur la "société civile" », op. cit., p. 217.

67 Fillieule Olivier, Broqua Christophe, « Désengagement et conséquences biographiques de l’engagement », in Actions associatives. Solidarités et territoires (actes de colloque), CRESAL, Université de Saint-Etienne, 2001, p. 157-162.

68 En effet, l’éligibilité effective du candidat dépend, en grande partie, de sa position sur la liste. Si la tête de liste a les meilleures chances d’investir un siège, le candidat placé en deuxième position est bien moins susceptible d’y parvenir.

69 Sur les obligations morales de l’échange dans les rapports clientélaires, voir Briquet Jean-Louis, « Des amitiés paradoxales. Echanges intéressés et morale du désintéressement dans les relations de clientèle », Politix, vol. 12, n° 45, 1999, p. 7-20.

70 Le clientélisme désigne ici « un rapport personnalisé d’échanges réciproques entre inégaux, permettant la satisfaction des intérêts distincts des partenaires » qui, dans le cas du clientélisme politique, prend la forme du « soutien politique » et du « vote contre des avantages matériels particularisés ». Briquet Jean-Louis, « Des amitiés paradoxales. Echanges intéressés et morale du désintéressement dans les relations de clientèle », op. cit., p. 7.

71 Hirschman Albert, Exit, Voice, and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, Harvard: Harvard University Press, 1970. Sur les différentes formes (même silencieuses) que peut prendre la résistance en contexte autoritaire, voir aussi Fillieule Olivier, Bennani-Chraïbi Mounia, « Exit, voice, loyalty et bien d’autres choses encore… », in Bennani-Chraïbi Mounia, Fillieule Olivier (dir.) Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 46-57.

72 Braud Philippe, Le suffrage universel contre la démocratie, op. cit., p. 206.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable