Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes, associations et politique à Casablanca

 | 
Yasmine Berriane

Deuxième partie. Rester dirigeante d'association : obstacles, ressources et contournements

Chapitre 8. Renégocier les rapports de genre au sein des associations mixtes

Texte intégral

  • 1 Hamid, 54 ans, marié, actif dans le milieu associatif depuis 2002 et président et/ou membre de douz (...)

« Beaucoup de personnes se demandent ici : Pourquoi on ne donne de locaux qu’aux femmes ? Pourquoi reçoivent-elles toujours tout ce qu’elles demandent ? Parce que les hommes n’ont plus aucun poids1 ? »

  • 2 Sanaa, 40 ans, célibataire, présidente d’une association féminine de développement social créée en (...)

« La plupart des femmes ne sont rien de plus que des conseillères dans les associations. Elles rencontrent de nombreux obstacles qui les empêchent d’aller plus loin. Si tu veux réellement t’investir en tant que femme, tu dois commencer par te libérer de tous les obstacles qui t’empêchent de le faire2. »

  • 3 Parmi ces vingt femmes, toutes n’ont pas intégré le milieu associatif après avoir été sollicitées d (...)

1Nous avons montré au chapitre 5 que les dirigeants d’association déjà en place (surtout des hommes) multiplient les actions visant la population féminine pour s’adapter aux nouvelles politiques qui encouragent la « participation des femmes au développement ». Ainsi, ils recrutent de manière ciblée des femmes qui sont disposées à intégrer les bureaux exécutifs de leur organisation et qui sont capables d’y prendre en charge des fonctions spécifiques. Ce mode de recrutement par des associations préalablement dirigées par des hommes a représenté ─ dans la carrière de plus de la moitié des dirigeantes interrogées ─ l’une des principales voies d’accès au milieu associatif. Ainsi, parmi les trente dirigeantes dont j’ai étudié le parcours, vingt ont été engagées, à un moment ou à un autre de leur carrière, dans une organisation (association ou réseau associatif) mixte, composée d’une majorité d’hommes et d’une minorité de femmes3. Or, nous avons également vu que la distribution des rôles au sein de ces associations devenues mixtes obéit au principe de la complémentarité des sexes. Si les hommes représentent et gèrent les affaires courantes de l’association, les femmes se chargent le plus souvent des fonctions d’enseignement et d’encadrement des bénéficiaires femmes et enfants, ainsi que de la communication avec les habitants du quartier.

  • 4 Fortino Sabine, « Mixité », in Hirata Helena, Laborie Françoise, Le Doare Hélène, Senotier Danièle (...)
  • 5 Sur l’importance des interactions quotidiennes entre les personnes des deux sexes, voir Goffman Erv (...)

2Arrivée à ce stade de l’analyse, je voudrais, à travers l’expérience de dirigeantes qui, dans l’échantillon étudié, sont (ou ont été) engagées dans des associations mixtes, m’arrêter sur ce qui se passe lorsque des femmes tentent de briguer des postes de responsabilité qui vont au-delà des fonctions qui leur sont habituellement imparties. Pour répondre à cette question, j’appréhenderai la mixité en tant que processus compris comme « le passage d’un espace social sexuellement ségrégué à un autre, qui connaît une coexistence des deux sexes » et dans lequel « la confrontation des deux sexes a lieu "en direct"4 ». Pour mieux apprécier la distribution des rôles entre les sexes sans l’essentialiser et pour saisir la (re)définition des frontières qui séparent hommes et femmes, je mettrai l’accent sur les interactions qui se déroulent, au quotidien, entre dirigeants et dirigeantes5.

3L’ascension verticale des femmes au sein de ces organisations ne se fait pas sans difficultés. Elle reste problématique dans la mesure où elle s’oppose à un ensemble de représentations stéréotypées mobilisées par les dirigeants masculins pour légitimer le plafond de verre qui sépare les femmes du haut de la hiérarchie associative. Cependant, les nouvelles normes et pratiques qui régissent aujourd’hui le milieu associatif peuvent servir de ressources aux dirigeantes soucieuses de s’imposer à part entière au sein de ces organisations. Dans leurs tentatives de se frayer un chemin vers des responsabilités de direction, les femmes peuvent se réapproprier, à leur tour, les stéréotypes de genre pour légitimer leur apport particulier en tant que dirigeantes et décrédibiliser les dirigeants hommes. Mais ces stratégies ne font que creuser davantage l’écart tant social que spatial entre hommes et femmes au sein du milieu associatif, contribuant par-là à renforcer les divisions qui le traversent.

Au service du « plafond de verre » : les stéréotypes de genre

4Pour bien comprendre les prises de position défendues par les hommes vis-à-vis de leurs homologues féminins, il faut replacer leurs propos dans le contexte actuel de forte compétition associative qui découle tant de l’essor du milieu associatif que des politiques qui privilégient certains groupes sociaux au détriment d’autres. La promotion ciblée des femmes et leur accès plus facile aux subventions et aides ─ tant de l’Etat que d’autres potentiels bailleurs ─ favorisent l’entrée de ces dernières dans le milieu associatif ; mais, en même temps, ces politiques contribuent à nourrir les rancœurs et frustrations des dirigeants hommes que j’ai rencontrés. Hamid, par exemple, est très remonté lorsque j’aborde avec lui la question de l’inclusion des femmes au sein des associations.

  • 6 L’équivalent français du terme iqsâ’ est « exclusion », mais dans ce cas précis et dans le contexte (...)
  • 7 Hamid, voir note 1.

« Les autorités veulent donner plus de pouvoir aux femmes. (…) Elles veulent que les femmes et les jeunes soient mieux représentés. Comme par exemple avec l’INDH. On voit bien qu’ils encouragent les projets qui ciblent les femmes. C’est ce qui se dit dans les réunions. Tout le monde le dit. Tous les responsables, toutes les commissions. Ils disent : "Nous félicitons les femmes pour leurs activités." (…) Mais moi, je dis que la discrimination6 (al-iqsâ’) est une chose dangereuse. (…) Au lieu de me donner à 80 %, je ne me donne plus qu’à 60 % aujourd’hui. Quand tu te sens lésé, tu trouves une manière indirecte pour l’exprimer. Imagine que moi et toi ayons chacun réalisé un projet. Les deux projets se valent, mais toutes les félicitations te sont adressées, à toi. Quel effet tu penses que ça va avoir sur la qualité de mon travail la fois d’après ? (…) Beaucoup de personnes se demandent ici : "Pourquoi on ne donne de locaux qu’aux femmes ? Pourquoi reçoivent-elles toujours tout ce qu’elles demandent ? Parce que les hommes n’ont plus aucun poids ? "7 »

5Cette frustration prend de l’ampleur lorsque les dirigeants interrogés ont été directement confrontés aux parcours de femmes qui ont réussi, en l’espace de quelques années seulement, à canaliser vers leur association des ressources importantes et à s’attirer tant le soutien des autorités publiques que celui d’organisations internationales et de bailleurs privés.

6Ces situations nourrissent des discours sur l’instrumentalisation des femmes : si ces dernières ont émergé comme dirigeantes, ce n’est pas en raison de leur compétences, mais parce qu’elles seraient « utilisées » par d’autres parties. Les autorités publiques, d’abord, qui seraient non seulement soucieuses d’appliquer les nouvelles directives venues d’en haut mais privilégieraient également les femmes en raison de la plus grande dépendance de ces dernières envers l’Etat. Certains présidents d’association, ensuite, qui tentent de s’attirer, par l’intermédiaire des femmes, le soutien de l’Etat et des bailleurs tout en utilisant ces dernières comme alliées internes dont la principale fonction est de voter en faveur des propositions du président. En fin de compte, ce type de représentation contribue à décrédibiliser l’action des dirigeantes d’association, et la mobilisation de stéréotypes de genre permet de légitimer la division inégale des fonctions au sein des associations.

7Les hommes interrogés invoquent, pour expliquer et justifier l’inclusion de femmes au sein des associations qu’ils dirigent, certaines « caractéristiques » féminines (chapitre 5). Or celles-ci servent également à formuler les limites de ce processus.

  • 8 Hakim, 30 ans, célibataire, licencié, secrétaire général d’une association socioculturelle et éduca (...)

« Le problème principal, c’est que 90 % des femmes manquent des capacités nécessaires. Elles sont inaptes, inaptes, inaptes. Elles peuvent être dans une association, oui. Mais de là à diriger une association, non. Il leur faut encore du temps8. »

8L’affectivité et la sensibilité qui caractériseraient les femmes habilitent certes ces dernières à s’occuper des enfants au sein des associations, mais ces mêmes caractéristiques, m’expliquent les hommes interrogés, ne permettraient pas aux femmes de s’imposer et de diriger ces organisations. D’après Hakim, parce qu’elles ont tendance à prendre les décisions en fonction de leurs sentiments, les femmes sont plus vulnérables et donc plus manipulables. Leur « bon cœur » en fait des acteurs bien trop naïfs et fragiles. Par conséquent, elles ne disposent pas des capacités nécessaires pour faire face aux nombreux acteurs malhonnêtes avec lesquels elles auront inévitablement à faire lorsqu’elles seront dirigeantes. Car, en tant que présidente d’association, il faut savoir faire preuve de méfiance et ne pas hésiter à se montrer autoritaire et stricte.

  • 9 Pour obtenir un financement par exemple.
  • 10 Hakim, voir note 8.

« Parce que chez la femme il y a toujours le côté affectif qui domine. Prenons une personne qui viendra voir Khadija pour lui dire : "Ma pauvre sœur Khadija, laisse-moi t’aider avec ton projet." Cette personne s’empare ensuite d’une copie de son projet et le dépose avant qu’elle ne le fasse9. Si une telle chose arrive, c’est parce que Khadija lui aura fait confiance. Si une personne vient me voir, moi, je lui dirai : "Non, mon ami, va faire ton projet et ensuite tu pourras venir voir mon projet à moi." (…) Khadija ne peut pas faire ça. (….) Ça nous ramène une fois de plus au côté affectif de la femme. Pour être capable d’être dirigeant, il faut avoir du charisme. Etre capable de se montrer autoritaire à certains moments. Etre aussi capable de mettre une croix sur une personne que tu connais depuis longtemps. (…) Khadija n’en est pas capable. Lorsqu’elle a un problème de ce genre, elle vient me voir moi pour que j’aille parler à la personne en question. C’est une militante (munâdila) qui travaille depuis plusieurs années déjà, mais elle n’aura jamais cette audace (jur’a). Le côté affectif reste un obstacle, ce qui nous ramène toujours à la question de l’aptitude des femmes à diriger10. »

9L’endurance et la patience dont elles sont capables habilitent certes les femmes à supporter les sacrifices et les difficultés qu’implique le travail associatif au quotidien, mais ces qualités ne sont pas suffisantes pour qui compte assumer la lourde responsabilité de diriger une association et d’initier des projets novateurs. Il faut pour cela savoir faire preuve de courage, de témérité et d’une certaine prédisposition à la prise de risques.

  • 11 Abdallah, 37 ans, marié, président d’une association de développement local créée en 2000. Parmi le (...)

« Le président d’une association doit avoir de l’audace, il ne doit pas avoir peur. Et ça, pour les femmes, ce n’est pas facile. Elles ne peuvent pas le faire11. »

10Ces attributs sont considérés par les enquêtés comme des caractéristiques avant tout masculines. Le manque d’audace et de courage des femmes est rappelé par presque tous les interviewés hommes comme étant l’une des principales raisons expliquant les réticences qu’elles manifestent lorsqu’il s’agit d’investir des fonctions de direction. Tous les dirigeants interrogés reprochent aux femmes de fuir systématiquement les fonctions qui demandent une prise de responsabilité trop importante, prétextant souvent des problèmes familiaux. D’ailleurs, tous les hommes interrogés se plaignent de devoir faire beaucoup d’efforts pour convaincre les femmes d’assumer de plus grandes responsabilités au sein de l’association.

  • 12 El Harras Mokhtar, « Féminité et masculinité dans la société rurale marocaine : le cas d’Anjra », i (...)

11Ce diagnostic rappelle certaines assignations à des rôles traditionnels que Mokhtar El Harras décrit comme suit : « Une femme doit manifester son honneur en se montrant timide, réservée et même craintive devant une assemblée d’hommes. Elle doit l’exprimer à travers la reconnaissance de son infériorité et de sa dépendance à l’égard des hommes. L’honneur masculin est lié, entre autres, au courage, à l’initiative et à la force de caractère12. » D’ailleurs, l’idée selon laquelle la « réserve » ferait partie des attributs innés des femmes est tellement ancrée dans les représentations, que lorsque des femmes réussissent à s’imposer dans le milieu associatif, elles sont souvent critiquées pour leur excès d’autoritarisme et décrites comme agissant contre nature, voire d’une manière quasi immorale. Selon Soufiane et Abdallah, leur comportement serait même une manière de se venger des hommes, soit parce qu’elles ne se sont jamais mariées, soit parce qu’elles sont aujourd’hui divorcées.

  • 13 Soufiane, 28 ans, célibataire, président d’une association de développement social pour jeunes créé (...)

« Elles sont vieilles et laides. Quand tu n’as jamais été mariée à cet âge-là, c’est sûr que tout ce que tu veux c’est d’aller créer des problèmes aux autres femmes. (…) Elles montent les autres femmes contre les hommes. C’est tout ce qu’elles font13. »

  • 14 Abdallah, voir note 11.

« Les seules associations féminines qui marchent sont celles qui ont un comportement immoral (jamciyât dyâl tzantîq). Elles sont toutes divorcées. On dirait qu’elles sont dans les associations pour se venger des hommes14. »

  • 15 Majid, 40 ans, marié, président d’une association de développement social créée en 2002.

12Après avoir énuméré les lacunes qui empêchent les femmes de s’imposer efficacement à la tête d’une association, les enquêtés s’accordent à identifier une solution commune. Pour dépasser ces limitations et pouvoir s’imposer comme dirigeantes, les femmes doivent d’abord acquérir les compétences nécessaires en se formant et en acquérant, par la pratique, une plus grande expérience : « Si tu veux intégrer la femme, alors forme-la15 ! »

13Les dirigeants interrogés mentionnent d’ailleurs presque systématiquement le niveau d’instruction des femmes qu’ils ont intégré dans les instances dirigeantes de leur association. Ils s’appliquent à mettre en évidence leur niveau de formation supérieure comme pour justifier, par là, leur inclusion au sein de l’équipe dirigeante de l’association.

  • 16 Hakim, voir note 8.

« Chez les femmes, il y a des femmes intelligentes et des moins intelligentes, comme chez les hommes. Il y a des femmes qui ont fait des études, qui ont appris les mêmes choses, qui maîtrisent les choses même mieux que certains hommes. Alors, pourquoi ne pas leur laisser une chance16 ? »

14Majid rappelle à plusieurs reprises, durant l’entretien, que la trésorière de l’association qu’il préside est titulaire de plusieurs diplômes de comptabilité obtenus à la suite de longues études. Il n’hésite d’ailleurs pas à en exagérer la longueur pour insister sur le niveau supérieur d’instruction de sa collègue : « Je crois qu’elle en est à bac plus huit ou même plus dix maintenant ! » Lorsqu’Ali me décrit les deux femmes qu’il compte intégrer prochainement dans le bureau de l’association qu’il préside, il s’arrête longuement sur leurs diplômes précisant qu’il s’agit, comme il dit, de personnes « d’un certain niveau ». La première est enseignante de couture (« diplômée par l’Etat », insiste Ali), et la deuxième comptable dans une société d’électrotechnique. Les deux femmes qui siègent depuis peu dans l’association dirigée par Hamid sont respectivement médecin et infirmière.

  • 17 Kergoat Danièle, « Le rapport social de sexe. De la reproduction des rapports sociaux à leur subver (...)

15L’importance accordée, dans les exemples ci-dessus, aux compétences des femmes est d’autant plus frappante qu’elles contrastent grandement avec le niveau d’instruction des hommes interrogés qui est, dans certains cas, inférieur à celui de ces femmes. Le niveau d’instruction des femmes apparaît donc comme une manière de compenser les autres lacunes (non pas acquises mais « innées ») qui les rendraient moins aptes que des hommes à diriger une association. On reconnaît ici la distinction entre qualité et qualification observée par des auteur(e)s qui, comme Danièle Kergoat, se sont intéressés au rôle joué par les rapports sociaux de sexe dans des mobilisations mixtes. En paraphrasant cette dernière, on peut dire que pour les hommes, la fonction de dirigeant d’association est perçue comme « naturelle », comme « coextensive à la virilité17 ». Non seulement les qualités « naturelles » des femmes ne leur permettent pas de diriger une association, mais elles contribuent même – à force de « naïveté » et de « sentimentalité » ─ à les en disqualifier. La qualification des femmes doit donc passer par un processus d’apprentissage et de formation leur permettant de compenser leurs inadéquations « naturelles ». Autrement dit, la formation des femmes est un processus de « mise à niveau » dont dépend leur aptitude à diriger une association.

16Or, cet apprentissage doit presque toujours passer par les représentants d’association déjà établis et donc plus expérimentés. Dans la constellation actuelle du milieu associatif, les « établis » sont surtout les hommes, qui se chargent de la formation des femmes et insistent sur les efforts qu’ils ont déployés pour les « préparer » à investir de nouvelles fonctions et donc pouvoir monter dans la hiérarchie. L’inclusion des femmes au sein des associations se mue ainsi en concession faite par les hommes. Elle devient le résultat d’une intervention ciblée réalisée par les dirigeants préalablement établis qui « donnent une chance » aux femmes, les « mettent » dans le bureau exécutif, les « poussent » et les « attirent » vers l’association. Tels des « passeurs », ils permettent aux femmes de traverser la frontière invisible qui les excluait des positions de décision au sein des associations.

  • 18 Omar, 30 ans, célibataire, vice-président (depuis 2006) d’une association socioculturelle créée en (...)

« Deux femmes se sont jointes à notre association en juin. (…) Lorsque nous avons vu que c’étaient des filles sérieuses et travailleuses, qu’elles voulaient travailler et s’imposer au sein de l’association, nous leur avons donné une chance. (…) Pour l’instant, elles sont encore dans une phase de test. Ce n’est que lors des prochaines élections que nous allons décider si elles sont aptes à devenir présidente, vice-présidente ou trésorière. (…) On leur a donné leur chance. Ce n’est que parce que nous leur avons donné une chance qu’elles ont pu intégrer le bureau de l’association, si nous ne l’avions pas fait, elles n’y seraient pas aujourd’hui.18 »

17Le rapport de pouvoir qu’implique un tel rôle laisse transparaître la domination des dirigeants établis. Je précise ici que si ce rôle est surtout imparti à des hommes, c’est parce qu’ils représentent une grande majorité des dirigeants d’association préalablement établis. Lorsque des femmes sont dans des positions semblables, leur discours est très similaire.

18Les stéréotypes véhiculés par les dirigeants établis sont également reproduits par le comportement observé chez un grand nombre de dirigeantes d’association. Certaines semblent avoir intériorisé ces préjugés au point de s’autolimiter lorsqu’elles se trouvent dans un contexte mixte, comme en témoigne une scène que j’ai pu observer en avril 2008 à la maison des jeunes d’un des quartiers.

19J’avais été conviée par Leila à assister à la réunion de lancement d’un grand projet de développement et d’animation de quartier, initié par un réseau associatif et financé par un bailleur étranger. Il s’agissait de coordonner les activités des associations du quartier et de les orienter vers l’organisation commune d’activités au contenu social et culturel. Une quarantaine de personnes ─ pour la plupart des représentants de diverses associations ─ sont présentes. Parmi eux je compte huit femmes. Certaines codirigent des associations exclusivement féminines, d’autres des organisations mixtes.

20Ce jour-là, la réunion se tient dans le hall d’entrée de la maison des jeunes du quartier. Après une brève présentation du projet, on désigne des sous-commissions thématiques, au sein desquelles les représentants des associations membres de ce réseau coordonneront leurs activités. Durant les débats, les femmes présentes interviennent peu, ne prenant la parole que lorsqu’il est question des problèmes des enfants, des femmes et des personnes âgées du quartier. Au moment de former la commission exécutive qui se chargera de coordonner, en amont, toutes ces sous-commissions, aucune femme ne se porte volontaire. Lorsqu’elles acceptent finalement d’en faire partie, ce n’est qu’après avoir été sollicitées directement, une à une, par les hommes présents. En tout, cinq femmes se joignent à cette instance exécutive. Arrive ensuite le moment de répartir les tâches au sein de cette commission, et les dirigeantes montrent la même retenue. Elles ne s’impliquent pas dans la discussion et refusent de prendre en charge les fonctions que leur proposent les hommes, insistant sur leur manque d’expérience, de qualification et de temps. Par contre, elles acceptent d’assister les coordonnateurs hommes des commissions. En acceptant une telle fonction, Leila précise : « Ce sera comme un stage pour moi. Je dois encore beaucoup apprendre. » Cette remarque est d’autant plus frappante que Leila dispose, en soi, d’une expérience aussi longue que celle de la personne qu’elle compte assister.

  • 19 Sineau Mariette, « L’électrice paradoxale », in Bréchon Pierre, Laurent Annie, Perrineau Pascal (di (...)

21La retenue dont font preuve les femmes et la dévalorisation de leurs propres compétences tout au long de cette rencontre permettent de nuancer l’idée selon laquelle toutes les contraintes que rencontrent ces dernières leur seraient directement imposées par les hommes. L’exemple met en évidence les voies plus subtiles par lesquelles passe le partage des responsabilités et donc du pouvoir au sein des associations. On peut, en effet, expliquer le comportement des femmes durant cette rencontre de deux manières différentes. D’une part, il peut s’agir d’un effet d’autolimitation induit par le fait qu’elles intériorisent des stéréotypes de genre qui justifient habituellement leur exclusion des fonctions de prise de décision. Autrement dit, « "l’auto-exclusion" vient prendre le relais de "l’exclusion expresse"19 ». D’autre part, il peut tout aussi bien s’agir d’une stratégie d’évitement utilisée délibérément par les femmes. En se réappropriant les stéréotypes qui leur sont habituellement appliqués (comme la « retenue féminine » et le « manque d’expérience et de qualifications »), celles-ci échappent aux fonctions les plus lourdes en termes de responsabilité et de charge de travail. Dans les deux cas, le positionnement des femmes contribue à reproduire les stéréotypes qui justifient leur exclusion des fonctions de responsabilité et donc à renforcer le plafond de verre qui les en sépare. Qu’en est-il des femmes qui tentent de le briser ?

Les normes de la participation au service du leadership féminin ?

  • 20 Sur ce point, je renvoie à l’analyse très fine proposée par Irene Bono dans sa contribution : Bono (...)
  • 21 C’est-à-dire selon les informations contenues dans leur règlement intérieur et selon les explicatio (...)
  • 22 Dans la pratique, peu d’associations disposent de telles archives consultables. Lorsqu’ils sont eff (...)

22Nous avons vu au chapitre 6 qu’un ensemble de normes et de procédés standardisés constitue le cadre référentiel dans lequel s’inscrit « l’approche participative » promue aujourd’hui par l’Etat marocain. La « transparence » (al-chafâfiya) comme vertu, le vote et la concertation comme « techniques participatives »20 font partie intégrante de ce cadre. Toutes les associations rencontrées se réclament de ces valeurs et appliquent – officiellement21 ─ ces procédures. Chaque organisation est dirigée par un bureau exécutif élu durant une assemblée générale à laquelle participent les adhérents de l’association. Les décisions sont prises en concertation avec tous les membres du bureau (bi tarîqa tachârukiyya). Au terme de chaque rencontre, une personne rédige un rapport (taqrîr) qui permet de garder une trace écrite de la totalité des points traités et des décisions prises. Ces rapports sont – théoriquement22 ─ archivés et accessibles à tous les membres de l’association.

23Si l’application de ces normes et procédés cache souvent des négociations et tractations internes sur lesquelles je reviendrai, il serait erroné de n’y voir qu’une simple façade. Leur effet n’est effectivement pas neutre. En reconstituant les récits que font les femmes de leur propre parcours, on ne tarde pas à se rendre compte qu’elles ont souvent recours à ces normes et techniques participatives pour accéder à des fonctions dont les excluait largement la division sexuelle du travail qui prédomine dans ces associations de quartier.

24C’est notamment le cas de la procédure du vote qui a joué un rôle décisif dans les parcours de dirigeantes qui ont réussi à briser (du moins durant un certain temps) le plafond de verre qui les séparait du haut de la hiérarchie associative. Selon la réglementation appliquée par toutes les associations, les membres du bureau exécutif sont élus par les membres de l’organisation lors d’une assemblée générale. C’est au cours de ces élections et grâce au poids symbolique que leur confère le nombre de voix récoltées que certaines enquêtées ont réussi à investir des fonctions auxquelles elles n’avaient habituellement pas accès. C’est ce que je vais montrer avec l’exemple de Meriem.

25Je rappelle que Meriem est née en 1962 à Casablanca. Couturière de formation, elle est au chômage depuis plusieurs années. Divorcée et mère d’une fille de 22 ans, elle habite à Hay Mohammadi, non loin du bidonville des Carrières centrales. En 2003, lorsque Meriem et ses voisin(e)s apprennent que Dyar Al Madina (la société à laquelle appartient l’immeuble dans lequel ils vivent) compte augmenter les loyers, ils sortent dans la rue pour protester. C’est à la suite de cette mobilisation que Meriem et ses voisin(e)s découvrent l’existence d’une amicale de quartier quasiment inactive (une « association fantôme ») rassemblant quelques anciens du quartier. En suivant les instructions des autorités locales, les habitants de l’immeuble où habite Meriem investissent cette structure dormante et exigent un renouvellement des membres du bureau exécutif. Particulièrement touchée par cette augmentation de loyer, Meriem décide de se porter candidate pour pouvoir garder un œil sur les décisions prises au sein de cette amicale.

26Une assemblée générale est donc organisée pour élire les nouveaux membres du bureau exécutif de l’organisation. Le vote se déroule en deux temps : d’abord en séance plénière, puis à huit clos. Durant la première partie, les habitants du quartier choisissent le président de l’amicale et les autres personnes qui les représenteront au sein du bureau exécutif. Ce jour-là, Meriem dispose d’un double avantage. D’abord, les habitants de l’immeuble sont dans leur grande majorité des femmes qui soutiennent sa candidature. La centaine de participants à la réunion de ce jour-là comprend près de quatre-vingt femmes.

  • 23 Il s’agit de forces militaires qui relèvent non pas de l’armée, mais du ministère de l’Intérieur et (...)

« Ces appartements sont presque tous habités par les forces auxiliaires23. La plupart des hommes qui faisaient partie des forces auxiliaires sont décédés aujourd’hui. (…) Dans ces cas, les femmes sont restées seules. (…) Elles n’ont pas arrêté d’insister pour que je me porte candidate : "C’est toi qu’on veut, c’est toi qu’on veut". »

27Ensuite, les responsables de la préfecture présents lors de cette rencontre insistent pour que des femmes soient représentées dans le bureau renouvelé de l’amicale.

« Les responsables disaient : "Il faut que la femme soit représentée." Les femmes disaient : "C’est une femme qui saura ce qu’il nous faut." »

28Au terme de ce premier vote, 26 personnes – dont deux femmes (Meriem et sa voisine) – sont élues membres du bureau exécutif de l’amicale. Sur ces 26 personnes, 6 présentent leurs candidatures à la présidence. Meriem n’en fait pas partie, car elle ne se sent pas suffisamment « qualifiée » pour le faire. Les habitants choisissent comme président un homme qui vit dans le quartier. La deuxième partie de l’assemblée générale se déroule à huit clos. C’est à ce moment que sont distribuées les fonctions restantes. Meriem s’en voit attribuer deux : celle de vice-présidente de l’amicale et celle de présidente de la commission de la communication devant servir d’interface entre l’association et les habitants du quartier. Si la seconde fonction correspond plus au rôle habituellement assigné aux femmes dans les associations de quartier, l’attribution du statut de vice-présidente est plus surprenante. Selon Meriem, c’est autant en raison de l’appui des autorités locales que grâce au poids que lui confère le vote des femmes de l’immeuble qu’elle a réussi à investir cette fonction.

29Au sein de l’amicale, elle ne tarde cependant pas à se heurter à l’hostilité du président de l’association. Chaque fois que je la vois, Meriem me fait part des plus récents conflits qui l’opposent à ce dernier. Je n’ai jamais eu la possibilité de rencontrer le président de cette association pour comparer sa version à celle de Meriem, mais j’ai néanmoins eu l’occasion d’assister à des conversations entre Meriem et d’autres habitants du quartier, durant lesquelles l’inimitié et les conflits qui prévalent entre les deux personnages m’ont été plusieurs fois confirmés. Au fil de mes nombreuses rencontres avec Meriem, j’ai ainsi pu suivre l’évolution de ses rapports avec le président de l’amicale et observer, que durant leurs conflits, deux registres différents étaient opposés. Si le président légitime sa position en insistant sur les droits que lui confère sa position hiérarchiquement « supérieure » (en sa double qualité d’homme et de président), Meriem protège sa position en ayant recours aux normes de transparence, d’égalité et de droits de l’homme qu’elle puise dans le registre participatif.

  • 24 Divorcée et au chômage depuis de nombreuses années, elle vit surtout de petits services rendus à so (...)

30Lorsque je rencontre Meriem pour la première fois en novembre 2006, elle cumule deux fonctions au sein de l’amicale : celle de vice-présidente de l’organisation et de présidente de la commission de la communication. Investie de cette double fonction, Meriem s’implique activement dans le volet qui lui tient le plus à cœur, à savoir les négociations qui se déroulent entre l’amicale et Dyar Al Madina, société propriétaire de l’immeuble dans lequel elle vit. Les pourparlers portent aussi bien sur l’état vétuste de l’immeuble (qui date des années 50) que sur l’augmentation du loyer et la vente éventuelle des appartements à leurs occupants. Ces sujets lui tiennent très à cœur, m’explique-t-elle, car elle est directement concernée. Ne disposant que de moyens financiers très limités, elle ne peut ni payer un loyer plus élevé, ni racheter l’appartement dans lequel elle vit24.

31Le président de l’amicale désapprouve pourtant l’engagement de Meriem dans ce dossier qui – précisons-le ─ a d’importantes implications politiques. Pour éviter que le conflit ne dégénère sur le terrain, les autorités publiques interviennent en effet, en tant que médiateurs, dans les négociations. Lorsque je rencontre Meriem quelques mois plus tard (début 2007), elle m’apprend que le président a décidé de la démettre de la présidence de la commission. Refusant de se plier à cette décision, Meriem défend sa position en se référant au contexte dans lequel elle lui a été attribuée, c’est-à-dire après consultation de tous les autres membres du bureau exécutif. D’ailleurs, les fonctions de chaque membre du bureau sont spécifiées dans un document officiel signé par le président. A la lumière de ces deux arguments, elle considère que le président n’a pas le droit de la démettre unilatéralement de sa fonction : « Alors je lui ai dit : "Moi cette commission, j’y reste. Que tu le veuilles ou non." »

32Le second rebondissement a lieu quelques semaines plus tard, à l’occasion d’une réunion prévue entre plusieurs associations de quartier (dont l’amicale de Meriem) et Dyar Al Madina. A la veille de cette rencontre, Meriem est contactée par le président qui la somme de ne pas y participer. Meriem est d’autant plus décontenancée par cette décision qu’elle s’est investie activement dans l’organisation de cette rencontre en tant que présidente de la commission de la communication. Refusant de se soumettre, elle se rend à la réunion. A son retour, elle doit subir les foudres du président qui la convoque à une réunion exceptionnelle et la somme de s’expliquer face aux autres membres du bureau exécutif. La tâche s’avère particulièrement difficile, le président ayant profité de son absence pour faire circuler des rumeurs concernant le rôle joué par Meriem durant la réunion avec Dyar Al Madina. Cette dernière aurait, selon lui, profité de la rencontre pour défendre ses intérêts propres sans se soucier des autres habitants du quartier. Les autres membres du bureau sont donc très remontés contre elle. Pour se défendre contre les accusations du président, Meriem recourt à une technique courante aujourd’hui dans le milieu associatif et relevant du principe de transparence : la rédaction de rapports permettant de documenter les propos de chacun des intervenants durant les réunions officielles.

  • 25 Durant cette rencontre, plusieurs autres associations de quartier étaient présentes.

« Je leur ai dit : "Ce n’est pas à moi qu’il faut poser ces questions. Moi, je pourrais vous mentir. Allez à l’association B. et consultez leur rapport. Allez à l’association M. et consultez leur rapport25. Vous y trouverez ce qui a été dit et ce qui n’a pas été dit." »

33Lorsque je rencontre Meriem, au printemps 2007, quelques semaines après cette confrontation, elle paraît confiante. Elle a réussi à regagner la confiance et le soutien des autres membres de l’association et me fait part de son intention d’écrire une lettre officielle à tous les membres du bureau pour se plaindre des nombreuses malversations dont elle accuse le président, notamment de son appropriation personnelle de dons destinés à l’association et de sa collaboration avec des partis politiques. Elle espère provoquer ainsi la destitution du président.

34Ces hostilités culminent, quelques mois plus tard, lorsqu’une dispute éclate durant une réunion de l’amicale entre le président et sa vice-présidente. Au terme de cette altercation, le président exige des excuses de Meriem, qui s’y refuse. Les interventions des autres membres de l’association n’y changeront rien. Pour convaincre Meriem, ils invoquent d’abord le « droit hiérarchique » que confère à son opposant la fonction de président, puis le « droit d’aîné » de ce dernier. Le président étant plus âgé que Meriem, c’est à elle de faire des excuses. Face à ces arguments, Meriem puise de nouveau dans le registre participatif et y oppose la notion de « droits humains » qui incombent à tout un chacun (indépendamment de l’âge et de la fonction) et que tout acteur associatif se doit de garantir et de protéger.

« Je leur ai dit : "Mais si je ne suis pas capable de protéger mes droits, je ne pourrai pas protéger ceux des gens ! " »

35L’affrontement final a lieu lors d’une réunion à laquelle le président convie tous les membres de l’association. Confrontant Meriem qui refuse toujours de changer de position, le président se serait alors exclamé, laissant éclater sa colère :

« Tu sais, la dernière fois qu’une femme m’a parlé comme toi tu le fais, j’ai levé la main jusqu’au ciel et je l’ai giflée. »

36Meriem, qui peut compter sur le soutien d’une part importante des membres de l’association, est fière de me raconter qu’elle lui aurait alors répondu : « Cette femme-là n’est pas cette femme-ci. » Au terme de cette histoire, la crise étant arrivée à son comble et l’association menaçant d’imploser (deux camps s’étant formés au sein de l’association, le camp du président et le camp des supporters – plus nombreux ─ de Meriem), c’est finalement, le président qui serait venu s’excuser auprès d’elle.

  • 26 Cornwall Andrea, Schatten P. Coelho Vera, « Spaces for Change? The Politics of Participation in New (...)
  • 27 On retrouve ici le rôle joué par les « réseaux informels d’affinité » dans la (re)production des pl (...)

37Cet exemple nous montre qu’en usant des règlements, de l’organisation interne et du champ lexical qu’offrent les registres d’action associatifs, Meriem a non seulement pu intégrer l’amicale du quartier, auparavant masculine, mais aussi y imposer (et protéger) sa présence. Ainsi les associations, en tant que structures réglementées, peuvent également être des « espaces de changement26 » au travers desquels des femmes ont la possibilité de renégocier leurs rôles et contribuer à redéfinir certains rapports de genre. Mais si le recours aux normes et pratiques de la participation permet aux femmes d’accéder à des postes de responsabilité et de protéger – du moins pour un certain temps ─ leur position au sein de l’association, cette stratégie se heurte à un obstacle majeur auquel font référence la plupart des enquêtées, à savoir les coalitions d’hommes qui se forment en dehors des rencontres officielles de l’association et dans des lieux inaccessibles aux femmes27.

38A la fin de l’été 2007, Meriem semblait avoir gagné la bataille contre le président de l’amicale. Elle se montrait tout à fait confiante quant à son avenir en son sein, formulant même la possibilité de briguer la fonction de présidente. Lorsque je lui rends visite en avril 2008, la situation a radicalement changé. Ce jour-là, elle est malade et d’humeur maussade. Elle m’explique qu’elle est actuellement en « phase de repos » : elle a interrompu ses activités au sein de l’amicale en raison de l’ampleur des problèmes qu’elle y rencontre depuis plusieurs mois. Elle m’apprend que le président de l’association a finalement gagné la partie. Confrontée à un obstacle qui lui semble désormais infranchissable, Meriem a décidé de baisser les bras. En multipliant les rencontres secrètes avec les autres membres du bureau exécutif, le président aurait en effet réussi à créer une forte coalition (takattul) contre Meriem qui a perdu, par conséquent, la majeure partie de ses supporters.

39Les références aux « coalitions » (takattulât) sont très nombreuses dans les récits rassemblés. Leur rôle est intimement lié à la question du pouvoir et à sa distribution au sein des associations. En agissant en front uni, une alliance peut réussir à faire passer une idée ou un projet contre l’avis des autres membres de l’association. Elle permet aussi de stabiliser la position des membres de l’alliance au sein de l’organisation. Elle peut enfin contribuer à destituer un(e) dirigeant(e) de sa fonction, au profit le plus souvent d’un autre membre de l’association. Dans ces cas-là, les enquêté(e)s parlent alors de « renversement » (inqilâb). Ces coalitions se forment en dehors du cadre formel de l’association, dans ce que les enquêté(e)s appellent al-kawâlis ou encore al-kawlasa, variations arabisées du mot français « coulisses ». Si les alliances se forment en coulisses, c’est durant les réunions officielles qu’elles déploient leur action en se réappropriant les techniques de délibération et de vote pour faire passer leur position ou pour affaiblir d’autres membres de l’association. En se réappropriant les normes de la transparence et de la concertation, ces coalitions se transforment en puissantes forces de pression (quwwât al-daght). « Coalitions », « force de pression », « coulisses », « renversement » : le vocabulaire utilisé par les enquêté(e)s s’inspire très nettement du registre politique et dénote bien des tensions qui traversent ce milieu associatif devenu très concurrentiel. C’est ce que permet d’illustrer l’exemple de Sanaa.

  • 28 Entretien avec deux dirigeants associatifs présents le jour de l’élection de Sanaa à la présidence (...)

40Sanaa, qui a présidé pendant près de trois ans un réseau associatif mixte, a été confrontée aux effets d’une telle coalition d’hommes. En tant que présidente d’une association féminine de quartier, elle participe en 2004 à la création d’un réseau associatif qui rassemble plusieurs associations du quartier. Il s’agit là d’un organisme mixte qui se donne comme objectif de renforcer les capacités des associations locales et de coordonner les activités de ces dernières. Lors de la création de ce réseau, Sanaa est élue présidente. Les voix lui viennent surtout des femmes de son association et d’un certain nombre de dirigeants qui déclarent vouloir exprimer par là leur volonté de rompre avec les pratiques du passé et de se distancier des mouvances islamistes radicales qui prenaient alors de l’ampleur dans le quartier28. Ilham et Mouna, toutes les deux membres de l’association féminine de Sanaa, intègrent également le bureau de cette organisation. Le bureau exécutif est alors composé de trois femmes et d’une dizaine d’hommes.

  • 29 Selon l’interprétation que Sanaa fait de cette dotation, le don décerné au réseau par le wali (au n (...)

41Des conflits apparaissent rapidement entre Sanaa et les autres membres masculins de l’association. Dans un premier temps, ils sont nourris par les interventions de Sanaa qui tente d’intégrer d’autres femmes de sa propre association dans le bureau exécutif du réseau. Si elle justifie ses efforts en faisant référence à l’importance d’une représentation paritaire, les autres membres du réseau (tous des hommes) y voient une tentative de s’approprier le contrôle du réseau en y augmentant le nombre de femmes issues de sa propre association. Ces conflits prennent de l’ampleur lorsque le réseau reçoit un don royal de 250 000 dirhams (soit un peu plus de 22 000 euros)29. La question de l’utilisation de cette dotation divise les membres du réseau. Sanaa propose de mettre à profit cette somme d’argent pour acheter un local pouvant servir aux activités de toutes les associations qui font partie du réseau tandis qu’un autre groupe préfère utiliser ce don pour proposer des activités aux habitants du quartier.

42Pour contrer la position défendue par Sanaa, ses opposants s’organisent en un front du refus qui entre en action à chaque fois qu’une décision est soumise à l’avis du groupe. Sanaa garde un souvenir douloureux de cette expérience :

  • 30 Sanaa et ses deux amies qui ont intégré le bureau du réseau.

« A chaque fois que nous30 proposions un programme, cela créait des conflits. Au début, il y en avait qui étaient de notre côté et d’autres qui s’opposaient à ce qu’on proposait. (…) Ils s’y opposaient même s’ils savaient que ce que nous proposions allait donner de bons résultats. (…) Ils ont commencé par tout critiquer, pour le plaisir de critiquer. C’était une critique destructrice (al-naqd al-haddâm), un "non" sans appel, et pas un "non, mais on peut en discuter". Ceux qui étaient de notre côté s’entendaient dire : "Pourquoi tu es de leur côté ? " »

43Si Meriem a réussi à s’imposer au sein de l’amicale de quartier en recourant aux principes de transparence et de concertation, les opposants de Sanaa – réunis en coalition ─ font de même : pour affaiblir sa position, ils votent systématiquement contre ses propositions. Petit à petit, même ceux qui soutenaient le projet de la présidente changent de camp.

  • 31 Mouna, 42 ans, célibataire, vice-présidente de l’association féminine présidée par Sanaa. Elle a fa (...)

« Au début, un groupe était de notre côté. Alors nous avons même commencé à chercher un local, à tout organiser, mais le jour de la réunion, ils étaient tous contre nous31 ! »

44La pression est tellement forte que peu avant la fin de son mandat, Sanaa décide de démissionner de ses fonctions. Elle est suivie par Ilham et Mouna. L’exemple de ces trois femmes illustre le fonctionnement des alliances au sein des associations. Mais ce mode d’action est loin d’être l’exclusivité des hommes. La pratique est très répandue et utilisée tant par les hommes que par les femmes : les alliances mixtes ou féminines sont tout aussi fréquentes que les coalitions d’hommes. Leur raison d’être tient en premier lieu au contexte concurrentiel dans lequel s’inscrit aujourd’hui le milieu associatif et que j’ai déjà mis en évidence dans les chapitres précédents.

45Les femmes ont pourtant des raisons particulières d’appréhender, au sein des organisations mixtes, la formation de ces rassemblements. Il faut pour cela rappeler que dans ces organisations mixtes, les femmes sont souvent minoritaires. Lorsqu’une coalition d’hommes se forme contre une dirigeante (comme ce fut le cas pour Sanaa et Meriem), celle-ci a bien peu de chances d’y résister. En outre, les coalitions d’hommes se développent surtout dans des lieux inaccessibles aux femmes. Si la stratégie employée par le président de l’amicale et par les membres du réseau associatif semble insurmontable aux yeux de Meriem et Sanaa, c’est qu’elle repose, en effet, sur des rencontres faites entre hommes dans des lieux auxquels ces deux femmes n’ont qu’un accès très restreint. Plusieurs enquêtées font référence à ce type d’espaces utilisés comme lieux alternatifs de rencontres par leurs homologues masculins.

  • 32 Meriem, 47 ans, divorcée, vice-présidente d’une amicale de quartier créée en 2003 et trésorière d’u (...)

« Même si je suis la vice-présidente, j’ai l’impression d’être gelée (mjâmda). (…) Ils [les hommes] vont au café et je ne peux pas y aller avec eux32. »

  • 33 Nasma, 43 ans, célibataire, secrétaire générale d’une association représentant des jeunes diplômés (...)

« Pour eux, les cafés et les bars sont devenus des lieux de réunions33. »

  • 34 Nawal, 44 ans, célibataire, conseillère de deux associations féminines de développement social créé (...)

« Ils décident tout dans les cafés et les bars. Là où nous ne sommes pas34 ! »

46Les dirigeantes interrogées fréquentent effectivement peu les cafés de leur quartier. Ces espaces sont surtout investis par les hommes, et peu de femmes semblent vouloir s’y aventurer. Lorsque je proposais aux enquêtées de me retrouver dans un café proche de leur association, soit elles montraient des signes de gêne (optant par exemple pour une place au fond de la salle, à un endroit peu visible), soit elles me proposaient une alternative (la maison de jeunes ou le domicile, par exemple).

  • 35 « La sociabilité des hommes, particulièrement au café et à la mosquée, constitue indubitablement un (...)
  • 36 C’est ce qu’observe également Hannah Davis-Taïeb lorsqu’elle se met à la recherche des lieux fréque (...)
  • 37 Davis-Taïeb Hannah, « "Là où vont les femmes". Notes sur les femmes, les cafés, et les fast-foods a (...)

47Leur réticence se limitait aux cafés du quartier et découle probablement de la combinaison entre la sociabilité masculine qui y prédomine35 et le contrôle social qu’implique l’implantation de ces établissements dans le quartier des enquêtées. La fréquentation de petites gargotes où il est possible de manger du poisson frit ou tout autre type de casse-croûte (notamment des produits laitiers) ne semble pas leur poser de problèmes d’accès36. La même remarque vaut pour les cafés situés hors du quartier d’origine des enquêtées, qui n’hésitent pas à s’attabler dans ces établissements qui leur garantissent un certain anonymat en raison de leur éloignement de leur quartier d’origine37.

  • 38 Cette loi date de 1967 et repose sur une interdiction édictée par l’administration française à l’ép (...)
  • 39 Bonte Marie, La consommation d’alcool en milieu urbain marocain, une pratique sous contrôle ? Spati (...)

48Si les femmes interrogées fréquentent peu les cafés de leur quartier, leur accès aux bars est encore plus limité. Je rappelle ici que la consommation d’alcool n’est pas admise en islam et qu’au Maroc elle est pénalisée38. Cette interdiction n’en empêche pourtant ni la vente ni la consommation. A Casablanca, différents types d’établissement (bars d’hôtel chic, restaurants, boîtes de nuit, bars populaires) servent de l’alcool. Mais la fréquentation de ces lieux reste fortement stigmatisée. Les façades des bars populaires privilégient, par exemple, des extérieurs discrets et sans vitrine qui permettrait de voir ce qui se passe à l’intérieur. Si cette stigmatisation touche tous les consommateurs d’alcool, elle concerne tout particulièrement les femmes, qui évitent de fréquenter les lieux où l’alcool est vendu et consommé39.

  • 40 Erving Goffman a bien montré que l’existence et le fonctionnement de coulisses reposent sur « l’ass (...)

49Le contrôle social qui s’applique aux cafés et aux bars et l’autolimitation des femmes qui évitent de fréquenter ces lieux fonctionnent comme des « murs » qui protègent les cafés et les bars de l’éventuelle intrusion des femmes, entravant l’accès de ces dernières à ces lieux de rencontres des hommes40. A ma connaissance, seule Nawal a délibérément tenté de franchir le seuil de ces espaces. Voulant se faire accepter par les membres dirigeants d’une organisation mixte dont elle fait partie, elle les accompagne durant leurs nombreuses sorties.

  • 41 Nawal, voir note 34.

« J’étais avec eux dans les bars et les cafés. (…) Mais ça n’a servi à rien. Au contraire ça s’est retourné contre moi41. »

50Le comportement de Nawal a en effet nourri toutes sortes de rumeurs à son sujet que tant les hommes que les femmes de l’organisation ont contribué à propager. Profondément stigmatisée par sa réputation de « femme aux mœurs légères », Nawal perd, peu à peu, la quasi-totalité de ses alliés au sein de l’association. Elle est finalement destituée de ses fonctions. Les rumeurs concernant Nawal n’ont pas été à l’origine même de sa destitution (il s’agirait plutôt d’un conflit d’intérêt qui l’opposait à un autre groupe de femmes), mais elles ont fourni à ses rivales les armes nécessaires pour la décrédibiliser, et avec succès.

51Tous ces exemples montrent donc que les femmes qui tentent de s’imposer en tant que dirigeantes au sein d’associations mixtes doivent faire face à de nombreuses contraintes qui réduisent largement leur marge de manœuvre. En réaction à cette situation, on voit se développer, chez certaines des enquêtées, des stratégies de distanciation vis-à-vis de leurs homologues masculins. Cette distanciation passe d’abord par la réappropriation des stéréotypes de genre et leur transformation en ressource. Elle passe ensuite par l’apparition de plus en plus fréquente d’organisations (réseaux et associations) qui excluent les hommes.

Inversion des stéréotypes et renforcement des frontières de genre 

  • 42 La réappropriation et la reconversion en ressources des stigmates liés au genre ont été mises en év (...)

52Chez les dirigeantes qui ont été confrontées à toutes ces contraintes, on peut en effet voir se développer un discours qui repose sur la reconversion en ressources des stigmates liés au genre42. En se réappropriant ces stéréotypes, elles se présentent comme de « meilleurs » acteurs associatifs et décrédibilisent, par la même occasion, l’action des hommes. Au lieu de remettre en question le principe de division sexuelle, ces dirigeantes reproduisent ces mêmes catégorisations pour légitimer leur ascension en haut de l’échelle associative. Ce faisant, elles contribuent à renforcer et à creuser la frontière qui sépare hommes et femmes dans le milieu associatif.

53Je précise que le recours aux stéréotypes de genre n’est pas présent dans tous les récits des femmes interrogées. Ils sont totalement absents des propos recueillis auprès de dirigeantes novices qui, telles Latefa, Lhajja Zoubida et Jamila, faisaient leurs premiers pas de dirigeantes d’association lorsque je me suis entretenue avec elles. Par contre, ils ont une place privilégiée dans les propos recueillis auprès de dirigeantes qui, telles Sanaa, Khadija, Nawal et Meriem, disposent d’une plus longue expérience dans le milieu associatif et qui ont, par conséquent, été confrontées de manière plus ou moins directe à des conflits avec leurs homologues masculins. Il semblerait donc que la réappropriation ciblée des stigmates découle de l’expérience vécue par ces femmes durant leur carrière.

54Cette idée est surtout confirmée par le cas de Farida. En février 2007, lors de ma première rencontre avec elle, elle passait encore pour une actrice novice dans le milieu associatif. Elle venait tout juste de créer son association sportive qu’elle présidait et n’avait encore jamais fait partie d’une association. Si, durant ce premier entretien, Farida met surtout l’accent sur la qualification que lui confère son expérience d’ancienne athlète, elle ne mentionne à aucun moment des compétences qui découleraient de sa « nature » de femme. La situation change de manière notable lorsque je réalise avec elle, près d’un an et demi plus tard, un deuxième entretien. Durant cette rencontre, Farida rappelle ses compétences sportives mais en les agrémentant de références aux qualités « naturelles » des femmes qui habiliteraient ces dernières à être de meilleurs acteurs associatifs que les hommes. Le registre de légitimation employé par Farida s’est donc nettement élargi au fil du temps et de son expérience comme dirigeante d’association.

55Un retour sur les événements qui ont séparé les deux entretiens que j’ai eu avec Farida nous permet d’éclairer cette transformation. Durant cette période, Farida a non seulement gagné en expérience comme représentante d’association, elle a également interagi avec une multitude de personnes impliquées dans le milieu associatif. C’est ainsi qu’elle a été confrontée à l’opposition du président d’une autre association d’athlétisme active dans le quartier. Très remontée contre cet homme lors de notre deuxième entretien, Farida m’explique qu’il aurait essayé de l’évincer à plusieurs reprises depuis qu’elle a créé son association. Il serait notamment intervenu pour retarder la réalisation de son projet de rénovation du terrain de sport d’un collège du quartier et empêcher l’intégration de l’association de Farida au sein de la Fédération nationale d’athlétisme.

56Il ne s’agit pas, ici, de vérifier le bien-fondé de ces accusations, mais plutôt d’observer que l’élargissement du registre de légitimation utilisé par Farida s’est construit à travers son interaction avec d’autres acteurs associatifs, dont les rapports conflictuels qui l’ont opposée à son concurrent. L’exemple montre que la réappropriation verbale de la distinction entre attributs féminins et attributs masculins résulte d’un processus d’apprentissage qui se fait en interaction avec les autres acteurs impliqués dans le milieu associatif, et surtout en réaction aux conflits qui les opposent aux hommes, acteurs associatifs dominants.

57Ainsi, selon les arguments mis en avant par mes interlocutrices, les femmes feraient de meilleurs acteurs associatifs parce qu’elles disposent de meilleures compétences pour communiquer avec les habitants du quartier. Elles se décrivent comme étant plus à l’écoute de leur entourage et disposées à s’intéresser à leurs problèmes, notamment à ceux des autres femmes auxquelles elles ont un accès privilégié. Cette qualité découlerait, selon Maha, des métiers que les femmes pratiquent traditionnellement (couturière ou enseignante, par exemple) et qui impliquent une pratique quotidienne de la communication. Elle découlerait aussi de la sensibilité toute particulière des femmes aux conditions de vie de leur entourage. Cette sensibilité reposerait surtout sur leurs attributs maternels :

  • 43 Farida, 51 ans, mariée, présidente d’une association d’athlétisme créée en 2006.

« De même qu’elle [la femme] se soucie du bien-être de ses enfants, elle se soucie aussi de celui des voisins et du quartier43. »

58Enfin, c’est en raison de leurs compétences domestiques que les femmes accorderaient autant d’importance à la qualité de leur environnement.

  • 44 Idem.

« La femme donne de l’importance à la propreté. Elle aime que tout soit propre chez elle, et elle aime donc que tout soit propre devant chez elle44. » 

  • 45 Le Bart Christian, Lefebvre Rémi, « Introduction. Une nouvelle grandeur politique ? », in Le Bart C (...)

59Les références aux dons d’écoute et de communication des femmes sont d’autant plus valorisantes aujourd’hui qu’elles s’adaptent bien aux normes du travail de proximité promues par les autorités publiques et les bailleurs étrangers. Comme l’observent très à propos Christian Le Bart et Rémi Lefebvre, les compétences associées au « travail de proximité » font effectivement référence à une série de caractéristiques assimilées au féminin (sensibilité, capacité à écouter, intérêt pour l’environnement de vie, etc.) et valorisent notamment les compétences « domestiques » des femmes45.

60Pour mettre l’accent sur leurs prédispositions particulières au travail associatif, les dirigeantes interrogées mettent également l’accent sur l’endurance et la résistance (sbar) qui distingueraient les femmes des hommes. L’argument qui sous-tend cette mise en équivalence rejoint celui utilisé par les hommes : puisque l’activité associative se distingue par des conditions de travail difficiles et parfois ingrates, l’endurance y est une qualité essentielle. Les exemples choisis par les femmes pour illustrer ce point prennent surtout appui sur l’ampleur des charges que doivent supporter les femmes au quotidien. Khadija montre, par exemple, que l’apport économique fondamental des femmes et l’ampleur des efforts qu’elles sont capables de déployer au quotidien pour subvenir aux besoins de leurs proches montrent leurs capacités de résistance et, par conséquent, leur aptitude à surmonter les difficultés qu’implique l’action associative.

  • 46 Khadija, 41 ans, célibataire, vice-présidente d’une association de développement social créée en 20 (...)

« La femme a toujours supporté la douleur ! La femme se donne beaucoup plus que l’homme, et ça dans plusieurs secteurs. (…) Toute l’économie repose sur la femme. Va frapper à la porte de quelques maisons ici. Tu y trouveras le mari sans emploi. Tu trouveras la femme qui travaille. Tu rentres dans une autre maison, tu trouveras les garçons sans emplois et les filles qui travaillent.46 »

61Pour mettre en évidence l’endurance des femmes, les enquêtées font souvent référence aux inégalités de genre. Si, selon Khadija, l’apport économique des femmes est considérable, il contraste largement avec l’invisibilisation et les discriminations qu’elles continuent à subir.

« Mais tout lui reste fermé. Les centres de décision ne lui sont pas accessibles. Elle fait le travail mais n’arrive pas jusqu’aux centres de décision. (….) Ça ne peut pas rester comme ça. Nous faisons tout le travail et les autres récoltent les applaudissements. »

62En se montrant capables de supporter ces inégalités, les femmes auraient donc prouvé leur aptitude à surmonter les plus grandes difficultés et à ne pas se laisser abattre par une charge de travail trop importante. Siham, qui dresse un tableau très semblable, voit dans cette forme d’endurance aux inégalités l’expression de la nature « militante » des femmes.

  • 47 Traduit littéralement, ce terme signifie « par principe ».
  • 48 Siham, 47 ans, divorcée, présidente d’une association pour femmes et enfants souffrant d’handicaps (...)

« La principale caractéristique des femmes c’est le militantisme (al-nidâl), n’est-ce pas ma sœur ? La femme ne vient pas juste de se mettre au travail. Elle travaille depuis très longtemps déjà (khadmât bakrî). Je dis qu’il faut retourner à l’histoire et voir qui y travaillait. La femme, la pauvre, cherchait du bois, trayait les vaches, faisait ceci, faisait cela. La femme travaille par nature (mabda’iyan47). Il faut toujours garder ça à l’esprit. La seule chose qui a changé aujourd’hui, c’est qu’elle a pris conscience de son rôle (w‘ât)48. »

  • 49 Bourqia Rahma, Etudes féminines. Notes méthodologiques, Série colloques et séminaires, n° 73, Rabat (...)
  • 50 Voir chapitre 6.

63L’endurance des femmes a souvent été identifiée comme un pendant de leur soumission à l’autorité masculine49. Siham en retourne pourtant le sens ici : dans ses propos, cette caractéristique devient synonyme de lutte contre les injustices et les difficultés matérielles, ce qui, dans le langage associatif actuel, équivaut à parler de militantisme. Je rappelle ici que, dans le milieu associatif étudié, cette appellation a une connotation très valorisante puisque la position du « militant » est perçue comme étant au-dessus de celle du « simple » acteur associatif50.

64Pour Halima, qui s’est engagée pendant de nombreuses années aux côtés des mouvements de gauche puis dans une association féministe, l’engagement des femmes est « naturellement » militant parce que ces dernières – confrontées aux injustices sociales de l’ordre établi – ont tout intérêt à rechercher le changement social.

  • 51 Halima, 53 ans, divorcée, présidente d’une association féminine de développement social créée en 19 (...)

« Nous, les femmes, nous sommes toujours prêtes à foncer tout droit pour changer les choses. On pense toujours que c’est bénéfique de changer la société. (…) Mais qu’amènerait le changement aux hommes ? En tant qu’individus ? Rien du tout. L’homme est gagnant en étant traditionnel, gagnant aussi en étant moderne51. »

65On comprend bien que, dans le contexte politique actuel qui place la question du développement et du changement au cœur de toutes les préoccupations, le recours à cette « caractéristique » féminine prend une connotation particulièrement valorisante. Pour Sanaa, l’endurance qui les distingue prédisposerait les femmes à s’engager au sein d’une association pour deux raisons. Selon elle, la capacité de résistance des femmes leur permettrait, d’abord, de ne pas abandonner une activité dans laquelle elles se sont engagées.

« Tu sais, dans le milieu associatif ce sont surtout les femmes qui sont les plus performantes. Les femmes ne te lâchent pas. Lorsqu’elles s’engagent, elles restent. Elles n’iront pas te dire : "Non, il est trop tard." Si tu leur demandes d’ajouter une séance supplémentaire, elles le feront. (…) Les femmes tiennent le coup (kay sabru). »

Pour Sanaa, c’est ensuite parce que les femmes comprennent l’importance du sacrifice pour autrui et valorisent le retour symbolique qu’elles reçoivent en échange de leurs sacrifices, qu’elles sont plus disposées à faire un travail de manière bénévole.

« Même si elle n’est pas payée, elle tiendra le coup. C’est pour cela que je dis que les femmes ont une nette prédisposition (isti‘dâd qablî) au bénévolat (li-al-tatawwu‘). (…) Elle va te dire : "Moi, je vais en tirer un gain symbolique (ribh ma‘nawî)." »

66Les arguments choisis par Sanaa pour justifier le rôle « essentiel » que jouent les femmes dans le milieu associatif renvoient aux notions de solidarité, de sacrifice pour autrui et de bénévolat, que l’on retrouve dans le lexique participatif qui prévaut actuellement. Notons ici qu’en essentialisant de la sorte les prédispositions des femmes au bénévolat, Sanaa légitime de manière indirecte la précarité qui frappe la majeure partie des acteurs associatifs. Au lieu de poser la question de la sous-rémunération (voire non-rémunération) des moniteurs et monitrices, elle valorise la capacité des femmes à supporter cette situation, éludant par la même occasion la question de l’origine et des effets de cette précarité, voire des solutions à y apporter.

67La valorisation des « qualités féminines » passe aussi par la dévalorisation systématique de l’action et de l’apport des hommes. Si les femmes résistent aux conditions de travail difficiles, les hommes sont plus à même d’abandonner la partie. Si les femmes n’hésitent pas à s’engager de manière bénévole, les hommes n’acceptent de le faire qu’en échange d’une rémunération financière satisfaisante. Si les femmes se soucient de l’intérêt général, les hommes ne pensent qu’à leur intérêt particulier. Si les femmes se préoccupent quotidiennement de la propreté, les hommes s’en soucient peu. Si les femmes cumulent les tâches au quotidien, les hommes passent des heures à discourir au café. Si les femmes privilégient l’action, les hommes optent, eux, pour des débats aussi interminables que stériles.

  • 52 Sanaa, voir note 2.

« Les hommes vont toujours se demander : "Mais que vais-je gagner à faire ça ? Je préfère aller au café et ne rien gagner." Ce sont les discussions que j’avais avec les hommes. Chez la femme ce n’est pas pareil52. »

  • 53 Farida, voir note 43.

« L’homme ne recherche que son propre intérêt. La femme pense aux autres. (…). La femme est propre. (…) L’homme s’intéresse peu à la propreté53. »

  • 54 Avant que Maha et son amie n’intègrent l’association, le bureau exécutif était exclusivement compos (...)
  • 55 Maha, 51 ans, mariée, membre (depuis 2000) et présidente (depuis 2004) d’une association de quartie (...)

« Dans le premier bureau54 ça parlait beaucoup. Beaucoup de paroles autour des discours des partis. Des choses qui te donnent mal à la tête. Mais ils ne travaillaient pas vraiment55. »

68Selon Maha, l’entrée des femmes a marqué un tournant majeur dans l’évolution de cette association. Une fois élues au sein de cette instance, Maha et son amie auraient orienté les actions de l’association vers le travail social et au plus proche de la population locale (notamment féminine) et auraient contribué à éloigner l’organisation des enjeux partisans.

69La distinction entre hommes et femmes se fait à l’aide d’attributs propres à chacun des deux sexes, mais ces stéréotypes ont aussi l’avantage de pouvoir voyager d’un sexe à l’autre. Mouna m’explique que sa démission du réseau associatif dans lequel elle était engagée pendant près de trois ans a aussi tenu à la tendance très prononcée des hommes du réseau à s’adonner au commérage et à la diffamation des autres membres de l’organisation. Mouna critique ce comportement et rappelle que ce type de conduite chez des hommes est d’autant plus surprenant qu’il s’agit là d’une caractéristique typiquement féminine ; elle-même, en tant que femme, a réussi à s’en défaire.

  • 56 Mouna, voir note 31.

« Ils se sont appropriés un seul vice. Celui du commérage. Comme les femmes ! (rire). Il y a bien cette idée que les femmes parlent beaucoup dans le vide et qu’elles s’adonnent au commérage. Eh bien, ça s’est collé à eux. Si, par exemple, trois personnes parlent de quelque chose, l’information sera passée à une quatrième personne qui n’est même pas concernée. (…) Nous [Mouna et les autres femmes de son association] ne sommes pas comme ça. Mais la femme est bien connue pour être comme ça56. »

70Les défauts des femmes ont donc la capacité de voyager chez les hommes. En même temps, les femmes peuvent avoir recours à des attributs qu’elles qualifient de « masculins » pour réussir à s’imposer dans le milieu associatif.

  • 57 Hind, 47 ans, mariée, présidente d’une association féminine de développement social pour femmes, en (...)

« Pour s’imposer dans le milieu associatif, il faut savoir parler un langage d’hommes. Dans une réunion, un homme qui propose quelque chose ne va pas dire : "Pensez-vous que ce soit une bonne idée de faire ça ? " Il va dire : "Voilà ce qu’on va faire ! " C’est aussi comme ça qu’il faut présenter les choses en tant que femme pour être écoutée57. »

71Lorsque Khadija doit faire face à l’hostilité d’un autre dirigeant associatif qui tente de la démettre ponctuellement de sa fonction de directrice de colonie, elle décide d’opter pour ce qu’elle appelle une « position d’homme » (mawqif rijâlî) qu’elle oppose à une « position de femme » (mawqif nisâ’î). Alors qu’elle est attendue pour assister à une réunion avec des représentants de l’administration locale en vue de finaliser l’organisation de cette colonie, Khadija décide de ne pas s’y rendre, exprimant par là son mécontentement. Ce type de comportement équivaut, pour elle, à une position d’homme. Une femme n’aurait pas abandonné ses collègues de la même façon.

  • 58 Khadija, voir note 46.

« Tout le monde m’attendait. (…) Toute l’administration savait que j’étais censée venir. (….) Ils m’appréciaient tous beaucoup pour mon côté humain. Tout le monde me disait de venir. Mais pourquoi y serais-je allé ? Ils se disaient : "Elle va venir, elle va venir. " Mais je ne suis pas venue. A partir de ce moment-là, ils ont compris ce qui s’était passé. (….) Finalement, ils se sont tous tournés contre lui [son homologue masculin avec lequel elle était alors en conflit]58. »

72Ni Hind ni Khadija ne considèrent ces attributs masculins comme particulièrement souhaitables, mais elles soutiennent que dans le milieu associatif tel qu’il se présente à elles aujourd’hui, de tels emprunts aux hommes sont nécessaires. Le jour où les inégalités actuelles auront disparu, m’expliquent-elles, les femmes pourront à nouveau recourir à des manières « féminines », tout en s’imposant comme dirigeantes à part entière.

73La qualification des hommes en tant qu’acteurs associatifs est enfin mesurée à l’aune de leur respect (ou non-respect) du principe d’égalité des genres et de participation des femmes.

  • 59 Sanaa, voir note 2.

« (…) Je leur disais : "Si vous étiez vraiment convaincus de cette approche genre dont vous parlez tout le temps, vous laisseriez la priorité aux femmes. Elles ne devraient même pas devoir se présenter aux élections." (…) La femme ne doit pas s’attendre à ce que l’homme la fasse aller de l’avant. Quand l’homme fait quelque chose, c’est pour se valoriser lui-même. Au fond, ils ne sont pas du tout convaincus des capacités de la femme. C’est comme s’ils nous avaient mis en façade pour montrer qu’ils appliquaient bien l’approche genre59. »

  • 60 Nawal, voir note 34.

« Ils ne sont pas réellement convaincus de l’importance de faire participer les femmes. Il y a beaucoup de paroles mais derrière, c’est le vide. (…) Ils se mettent en avant comme défenseurs des droits de l’homme et de la démocratie, mais au fond, ce qu’ils veulent, c’est poursuivre des intérêts personnels60. »

  • 61 Houria, 44 ans, divorcée, conseillère d’une association locale d’artisans créée en 2001.

« Ce qu’ils veulent, c’est utiliser les femmes pour leur propre intérêt. Ils s’occupent des femmes, mais c’est pour leur propre intérêt61. »

74En mettant en avant l’ambivalence des discours et des pratiques de leurs homologues masculins, les enquêtées pointent du doigt deux principales inadéquations. Il s’agit d’abord de montrer l’écart qui sépare les propos de ces dirigeants de leurs actes, autrement dit « la façade » de « la réalité ». S’ils se déclarent publiquement en faveur d’une participation féminine, leurs comportements au quotidien prouveraient tout le contraire. Cette observation leur permet de mettre l’accent, de manière plus générale, sur l’hypocrisie et le manque d’intégrité des hommes qui « disent ce qu’ils ne pensent pas ». Par conséquent, ils sont des représentants d’association peu fiables qui cachent leurs objectifs réels derrière une façade bien polie.

75En insistant sur le non-respect par les hommes du principe d’égalité entre les sexes, les enquêtées mettent aussi en avant l’incompatibilité entre l’action de ces derniers et les grands « principes participatifs » qui prédominent aujourd’hui dans le pays. En s’opposant à l’ascension verticale des femmes au sein des associations, les hommes en question prouvent qu’ils n’appliquent pas correctement « l’approche genre » qui devrait ─ selon les directives et études officielles et internationales ─ faire partie de tous les programmes de développement. Ils mettent au jour, ensuite, leurs incompétences en termes de respect des droits de l’homme, des principes démocratiques et de transparence.

76En opposant qualités féminines et inadéquation masculine, les enquêtées se réapproprient donc les stéréotypes de genre pour les transformer en ressources leur permettant d’établir et de légitimer leur intrusion en haut de la hiérarchie associative. Si ce discours se construit en réaction aux tensions et conflits vécus par les femmes dans des organisations mixtes, il ne repose pas sur une remise en question du principe même de la distinction entre attributs féminins et masculins. Bien au contraire, il prend nettement appui sur cette distinction et contribue même à la renforcer en creusant plus profondément le fossé entre les sexes, en s’attelant à décrédibiliser l’action des hommes. Cette instrumentalisation du genre contribue ainsi à reproduire – sans la remettre en question ─ la frontière entre les sexes qui distingue, en les catégorisant, les attributs masculins et féminins.

  • 62 Si l’on privilégie une définition extensive de la politisation, « associant montée en généralité et (...)
  • 63 Si l’on comprend le féminisme comme « la volonté de transformer la situation des femmes à partir d’ (...)

77Au-delà de cette instrumentalisation, il faut noter qu’en mettant en discours ces différences, certaines enquêtées abordent aussi la question des inégalités entre les sexes. Dans ce contexte, les allusions faites à la discrimination des femmes et au partage inégal du pouvoir dépassent largement le cadre de l’expérience individuelle. Elles font référence à un problème collectif qui touche à l’ensemble des femmes. Certaines en déduisent même la nécessité d’agir collectivement pour établir des rapports de pouvoir plus égalitaires. Cette montée en généralité indique une nette politisation du discours62 et l’émergence de revendications que l’on pourrait qualifier de féministes63. Cette tendance est d’autant plus frappante que nous avons pu voir, dans les chapitres précédents, que l’action de la plupart des enquêtées ne reposait pas, initialement, sur un projet féministe qui viserait à transformer les rapports entre les sexes au sein de la société. Il semblerait que chez certaines enquêtées, ce soit par l’expérience au sein d’une association qu’un tel projet a pu émerger.

Les prémices d’un mouvement féministe parti « du bas » ?

  • 64 L’emploi de ce terme s’inspire de l’utilisation qu’en fait Howard Becker lorsqu’il analyse la tenda (...)

78L’écart qui se creuse entre hommes et femmes au fil de l’engagement ne se limite pas au discours. Dans de nombreux cas, il s’exprime aussi par « l’auto-ségrégation64 » de mes interlocutrices dans des organisations conçues par les femmes et exclusivement ouvertes à ces dernières. Ainsi, des dirigeantes d’association précédemment impliquées dans des organisations mixtes tendent à créer des associations exclusivement féminines et/ou à s’engager dans des réseaux associatifs de femmes. C’est ce que j’illustrerai ci-après à l’aide d’un projet présenté par Sanaa en janvier 2007, lors d’une rencontre rassemblant plusieurs dirigeantes femmes de son quartier.

  • 65 Les extraits ci-dessous proviennent des notes que j’ai prises durant cette rencontre. Il ne s’agit (...)

79Ce jour-là, une quinzaine de femmes assisent autour d’une table dans l’une des salles du siège de l’arrondissement. La réunion est présidée par Sanaa, qui a pris l’initiative de réunir les personnes présentes, parmi lesquelles figurent également Mouna, Farida, Siham, Hasna, Latefa et Hind. Sanaa prend la parole pour expliquer l’objet de cette rencontre65.

  • 66 Elle fait référence ici à sa propre expérience ainsi qu’à celle de Mouna et de Ilham.

« Nous avons quitté le réseau des associations du quartier en raison de la mentalité masculine très prononcée qui y régnait66. C’est pour cela que nous aimerions maintenant créer notre propre réseau pour renforcer les femmes. Il s’agit de soutenir toutes les femmes de la région, quelle que soit leur appartenance associative. L’objectif principal sera de rendre les femmes mieux à même de s’imposer dans les associations. On organisera des ateliers, des débats, des ateliers de formation. Il s’agira aussi de participer aux autres rassemblements de femmes. De s’entraider. Ça permettra de lancer un mouvement de femmes au niveau de Casablanca et puis de se joindre à d’autres réseaux régionaux. Il faudra encore choisir un nom adéquat. Pour l’instant, je propose de l’appeler la Coalition (Al-Takattul). »

80Une première participante prend la parole :

« La femme s’investit pleinement dans son association, mais sa participation reste invisible car en général il n’y a que deux femmes dans l’association et les autres membres sont des hommes. Même si les idées viennent d’elle et si c’est elle qui fait tout le travail, elle n’est pas l’acteur le plus visible. »

81Une deuxième intervient :

« Un tel réseau nous permettra de mieux faire connaître nos activités. Cela nous permettra de donner plus de dynamisme à l’action de chacune de nous. »

82Une autre participante :

« Moi je dis que la femme est capable de tout faire. Elle n’est pas plus faible que les hommes, mais elle souffre de la pression que l’homme exerce sur elle. Tant que la situation n’aura pas changé, elle ne pourra pas faire tout ce dont elle est capable et tirer profit de toutes ses capacités. »

83Sanaa reprend la parole :

« En se joignant à la Coalition, la femme pourra renforcer ses propres capacités, pour devenir ensuite plus efficace et forte dans son association. (…) La plupart des femmes ne sont rien de plus que des conseillères. Elles rencontrent de nombreux obstacles qui les empêchent d’aller plus loin. Si tu veux réellement t’investir en tant que femme, alors tu dois commencer par te libérer de tous les obstacles qui t’empêchent de le faire. C’est connu, la femme se distingue par son honnêteté et son intégrité. Quand elle donne sa parole, elle est sincère. Il faut qu’on bâtisse autour de cette idée pour pouvoir renforcer la présence des femmes. »

84La première participante reprend la parole :

« Et les hommes ? »

85Sans hésitation, Sanaa lui répond :

« Non, nous n’admettrons aucun homme dans le réseau. S’ils veulent venir nous aider, ils seront les bienvenus. Mais ils ne pourront pas intégrer le bureau. »

  • 67 Voir chapitre 4.

86Les propos de Sanaa et les réactions qu’ils suscitent sont emblématiques du processus d’auto-ségrégation féminine que j’ai pu observer chez plusieurs enquêtées. Le projet initié par Sanaa n’est pas une exception. Il recoupe les résultats obtenus grâce au dépouillement des dossiers des associations déclarées à la préfecture de Aïn Sebae - Hay Mohammadi - Roches Noires67. Les données rassemblées indiquent une nette augmentation du nombre d’associations exclusivement composées de femmes. Alors que seules deux associations de la sorte y sont répertoriées durant les années 90, elles sont dix-neuf à voir le jour entre 2001 à 2007. Cette tendance est confirmée par le parcours de la moitié des dirigeantes interrogées : sur trente enquêtées, quinze sont engagées aujourd’hui dans une association féminine. Elle est d’autant plus intéressante que, sur ces quinze femmes, neuf ont commencé leur carrière associative dans une organisation mixte. Par ailleurs, on note également le développement, certes encore timide, de réseaux associatifs réservés aux femmes. Parmi les femmes interrogées, seize font partie de tels réseaux ou prévoient d’en créer.

87Les difficultés rencontrées par Meriem dans l’amicale mixte de quartier qu’elle codirige contribuent à la rapprocher d’une association féminine basée dans son quartier et l’incitent, comme Sanaa, à participer à la création d’un réseau de femmes. Houria, conseillère au sein d’une association socioculturelle mixte, s’est récemment rapprochée de la section féminine d’une association d’artisans. Elle envisage aujourd’hui de créer, avec ce groupe d’artisanes, une association exclusivement féminine et s’engage activement dans la section féminine d’un réseau associatif de quartier. Samira a fait ses premiers pas associatifs au sein d’une organisation mixte. Confrontée à une forte opposition interne dans l’association socioculturelle mixte qu’elle codirige, elle adhère en 2005 à une association de femmes où elle dit avoir trouvé une marge de manœuvre plus satisfaisante. Après avoir multiplié les expériences au sein d’organisations mixtes, Nawal intègre, en 2005, une association féminine et s’engage activement dans un réseau associatif de femmes.

88Les enjeux de cette auto-ségrégation sont doubles. Il s’agit, d’abord, d’un ajustement qui se fait contre la domination des hommes telle qu’elle a été vécue par ces dirigeantes dans les organisations mixtes dans lesquelles elles étaient (ou sont encore) engagées. Pour illustrer ce point, il faut replacer le projet de Sanaa ci-dessus dans la continuité des conflits qui l’ont opposée aux membres du réseau associatif mixte qu’elle a présidé pendant près de trois ans (voir plus haut). Les réactions des autres femmes présentes lors de cette rencontre montrent que l’expérience qu’y a vécue Sanaa n’est pas exceptionnelle. Elles situent les avantages de ce projet de réseau par rapport aux difficultés qu’elles ont rencontrées au sein des associations mixtes : notamment l’invisibilisation de leur travail et l’impossibilité de s’y accomplir totalement. En renforçant le groupe des femmes et en en excluant les hommes, ce projet est compris comme une forme d’opposition et de résistance à la domination masculine.

  • 68 Cette coalition comprenait notamment le parti de l’Istiqlal (PI), l’Union socialiste des forces pop (...)

89D’ailleurs, l’appellation choisie par Sanaa pour nommer ce projet reflète bien cette idée. A travers le terme takattul (coalition), elle indique d’abord sa volonté de constituer un groupe unis de femmes permettant à celles-ci de s’imposer face à leurs homologues masculins. C’est ensuite une référence aux alliances des hommes auxquels elle a dû faire face durant sa présidence au sein du réseau des associations de son quartier. On peut aussi y voir une allusion au lexique utilisé par les partis politiques. En effet, le terme al-kutla renvoie à la coalition de partis politiques68 qui, pendant près de 30 ans, a fait partie de l’opposition avant d’intégrer les rangs de la coalition gouvernementale en 1998.

90La deuxième raison qui motive la création de ces organisations féminines prend appui sur l’idée selon laquelle l’ « entre-soi » féminin protègerait les femmes de l’ingérence aliénante des hommes et garantirait l’épanouissement de ces dernières. Les associations féminines permettraient aux femmes de se « mettre à niveau » à travers des formations adaptées à leurs lacunes spécifiques dans un contexte jugé moins intimidant en raison de l’homosociabilité qui y règne. L’exemple des associations féminines que j’ai pu observer montre que ces organisations permettent également de résoudre le problème de la gestion du temps. Les rencontres y sont souvent organisées à des horaires compatibles avec les responsabilités des dirigeantes mariées ou mères de famille. Les réunions se tiennent plus fréquemment dans l’après-midi (à un moment où les femmes au foyer disposent d’un moment de répit) et ne se terminent pas très tard. En évitant de s’engager dans des organisations mixtes, les femmes sont, par la même occasion, assurées de ne pas compromettre leur réputation locale.

91Si cette tendance à l’auto-ségrégation répond aux expériences difficiles vécues par les femmes au sein des associations mixtes, elle contribue, en même temps, à creuser l’écart entre les sexes en séparant, dans des organisations différentes, l’action des hommes, d’un côté, et celle des femmes, de l’autre. Autrement dit, il semblerait que le processus de promotion de la mixité au sein du milieu associatif aboutisse plutôt à fragmenter ce dernier en organisations masculines et féminines. Au-delà de ce constat de fragmentation, une autre question s’impose ici : dans quelle mesure naît, de ce fractionnement, un mouvement local de femmes mobilisées autour d’un projet commun que l’on pourrait qualifier de féministe ?

  • 69 Bereni Laure, « Du MLF au Mouvement pour la parité. La genèse d’une nouvelle cause dans l’espace de (...)

92Il est en effet intéressant de noter que des phénomènes semblables de « repli sur soi » des femmes ont été observés dans d’autres contextes sociaux. De nombreux exemples montrent que la non-mixité représente un outil militant précieux pour les mouvements de femmes qui, en s’organisant de manière séparée, tentent de rompre avec la domination masculine qui prédomine dans les organisations politiques mixtes et cherchent à faire valoir leurs revendications féministes. Ce phénomène s’est par exemple observé lors de la création des organisations féministes marocaines telle que l’ADFM. En effet, c’est en réaction aux difficultés à faire valoir leurs revendications au sein du PPS (parti de gauche) que les principales militantes de cette organisation choisir de créer une organisation de femmes. De même, dès la naissance, dans les années 70, du féminisme de la deuxième vague en France, la règle de non-mixité est appliquée par les militantes du Mouvement de libération des femmes (MLF) pour signifier « l’autonomie du mouvement des femmes, affranchi de la tutelle organisationnelle et idéologique des organisations d’extrême-gauche69 ».

93Comme l’émergence d’associations féminines et de réseaux de femmes est un phénomène encore relativement récent au niveau local, il me semble difficile d’offrir, ici, des conclusions fondées sur son évolution. Je me limiterai donc à proposer quelques hypothèses préalables sur la base des observations que j’ai pu faire durant ces quatre dernières années. Je le ferai en m’appuyant, à nouveau, sur l’exemple de la réunion organisée par Sanaa, en 2007, pour présenter son projet de réseau féminin. La description que j’en ai faite plus haut n’est que partielle. Elle ne prend pas en compte l’ensemble des positions défendues par les femmes présentes ce jour-là. Je propose donc de m’arrêter, cette fois-ci, sur les interventions d’un deuxième groupe de participantes. Durant la discussion, une des femmes présentes prend en effet la parole pour dire :

« On a entendu dire que l’objectif principal de cette organisation est de lutter contre les hommes. »

94Sanaa lui répond :

« Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Il ne s’agit de lutter contre personne, ni de faire concurrence à qui que ce soit. Nous voulons renforcer les femmes pour leur permettre de s’investir plus dans les associations. »

95La même participante reprend la parole :

« Nous ne voyons pas les choses de la même façon. As-tu des enfants ? »

96Lorsque Sanaa lui répond par la négative, c’est la voisine de table de l’intervenante précédente qui prend la parole :

  • 70 Elle oppose ici les dirigeantes mariées aux dirigeantes célibataires.

« Nous, en tant que mères, nous sommes déjà allées beaucoup plus loin que vous70. Nous gérons la famille, le mari, le travail domestique et les enfants. Nous ne considérons pas que les femmes aient besoin d’être renforcées. Cela fait bien longtemps que nous nous chargeons de tout. C’est pour cela que nous voyons les choses d’une manière différente. (…) Pour être claires, nous sommes avec vous mais à la seule condition qu’il ne s’agit pas d’être contre les hommes. »

97Ses propos sont relayés par une troisième femme.

« Nous devrions inclure les hommes. Nous devons travailler tous ensemble. Nous sommes fatiguées. Nous ne voulons pas être les seules à devoir toujours porter tout le poids. Nous sommes fatiguées de devoir tout faire. Nous devrions nous entraider. Le développement ne peut pas se faire juste avec les femmes. »

98Cet échange est très significatif, car il met en évidence les divergences qui traversent le groupe de femmes réunies ce jour-là. Il ne s’agit pas ici de dire que ce désaccord rend peu envisageable l’émergence d’un mouvement local de femmes. Il convient pourtant de garder en tête ces lignes de fracture pour nuancer le potentiel mobilisateur de l’auto-ségrégation féminine que j’ai pu observer.

99Dans le cas décrit ici, ces divergences s’articulent autour de la question du rapport que ce réseau devrait entretenir avec les dirigeants associatifs hommes, car si le groupe représenté par Sanaa souhaite les en exclure, le deuxième groupe souhaiterait les impliquer. Ces différences de point de vue rappellent que la variable de genre est indissociable de multiples autres variables telles que l’âge, la socialisation, la profession, etc. Selon les deuxièmes intervenantes à prendre la parole ce jour-là, la ligne de fracture qui divise les deux groupes sépare les mères et femmes mariées des dirigeantes célibataires. Alors que le groupe représenté par Sanaa comporte effectivement une majorité de femmes célibataires, celui défendant une position plus inclusive des hommes est surtout composé de femmes mariées et de mères. Une autre ligne de démarcation semble aussi correspondre à une différence en termes d’expérience associative. Parmi le groupe soutenant la position de Sanaa, une majorité de femmes est ou a déjà été engagée dans une association mixte, alors que le groupe de ses opposantes représente surtout des femmes qui dirigent des associations féminines et qui n’ont jamais été engagées dans un contexte mixte.

100Malgré ces différends, les positions défendues par les deux groupes dénotent, toutefois, une volonté commune de transformer la situation des femmes et d’agir contre les inégalités auxquelles elles sont confrontées. La nature de ces inégalités diffère pourtant d’un groupe à l’autre. Le groupe soutenant la position de Sanaa dénonce l’invisibilisation du travail des femmes et l’oppression de ces dernières au sein des associations mixtes. Pour le deuxième groupe, c’est l’inégale répartition des tâches entre les sexes qui pose problème : en cumulant plusieurs fonctions (domestique, maternelle, professionnelle et associative), les femmes ont une charge de travail plus lourde que celle des hommes. Par conséquent, les remèdes envisagés par les deux groupes pour remédier à ces inégalités sont également différents. Pour Sanaa et ses acolytes, la solution consiste à former et renforcer les femmes pour leur permettre de s’imposer face aux hommes. Pour le deuxième groupe de dirigeantes, il n’est pas nécessaire d’améliorer les compétences des femmes puisque ces dernières prouvent tous les jours qu’elles sont capables de « tout faire ». Par contre, il leur semble essentiel d’encourager la collaboration entre les sexes dans le but de parvenir à un meilleur partage des tâches et donc d’alléger quelque peu le fardeau des femmes.

  • 71 Je montrerai l’intérêt de cette question dans le chapitre 9 consacré à l’interrelation entre partis (...)

101Un an plus tard, je constate que le projet de réseau féminin initié par Sanaa n’a toujours pas abouti. Cette dernière assure ne pas avoir abandonné son idée et attribue ce retard à son emploi du temps chargé. Les explications qui me sont fournies par les autres dirigeantes du quartier laissent pourtant entrevoir d’autres raisons. Si la plupart des femmes présentes lors du lancement de ce projet se déclarent toujours favorables à la création d’un tel réseau, elles sont nombreuses à exprimer leur méfiance vis-à-vis du projet de Sanaa : « Quels autres objectifs Sanaa veut-elle atteindre en créant ce réseau ? », « Essaie-t-elle de nous instrumentaliser pour faire monter les enchères politiques la concernant71 ? », « Compte-t-elle nous utiliser pour gagner les faveurs du président de l’arrondissement et du gouverneur ? »

102Par ailleurs, la question de la répartition du pouvoir au sein du réseau pose problème. Dès la deuxième rencontre du groupe, Sanaa aurait brigué le mandat de présidente. Elue à cette fonction avec le soutien de ses amies et collègues (toutes représentées au sein du comité d’organisation), elle compte désormais diriger le réseau. Cette situation dérange les autres membres du regroupement qui y voient la confirmation de leur instrumentalisation par Sanaa. Plusieurs femmes décident donc de se désengager du projet. Enfin, Hind, rivale déclarée de Sanaa dans le quartier, a décidé de contrer son projet en créant son propre réseau féminin. Pour ce faire, elle a contacté les dirigeantes présentes lors de la première rencontre organisée par Sanaa. Un an plus tard, aucun des deux réseaux n’a encore vu le jour.

  • 72 Cette tendance rappelle le syndrome de « la reine des abeilles » observé auprès « des rares élues r (...)

103Une fois de plus, l’échec de ce projet est dû à la concurrence qui sévit entre les acteurs associatifs étudiés. En effet, les mobilisations féminines ne semblent nullement échapper aux rivalités et conflits qui traversent l’ensemble de ce milieu associatif. La question de la répartition du pouvoir et des ressources se pose tout autant entre femmes qu’entre hommes ou dans un contexte mixte. Il semblerait même que l’« effet de rareté » dont bénéficient les femmes dans le milieu associatif tende à exacerber ces rivalités. Je rappelle que durant leur carrière associative, la plupart des dirigeantes interrogées ont largement bénéficié de l’atout que leur conférait le faible nombre de femmes engagées dans le milieu associatif. Pour préserver ce capital, elles ont tendance à montrer des réticences à voir d’autres femmes gagner du terrain72.

  • 73 Fillieule Olivier, « Travail militant, action collective et rapports de genre », in Fillieule Olivi (...)
  • 74 De nombreux parallèles peuvent être faits entre cette forme d’organisation et celle décrite par Sua (...)
  • 75 J’ai analysé ce point plus en détails dans Berriane Yasmine, « The Complexities of Inclusive Partic (...)

104Soulignons enfin que le fonctionnement des organisations féminines observées est très semblable à celui des associations dirigées par des hommes. Contrairement à ce qui a pu être observé dans d’autres contextes, l’expérience de la domination masculine au sein des mobilisations mixtes ne conduit pas les enquêtées en question à « créer des règles de vie collectives égalitaires et anti-autoritaires73 ». Le pouvoir est organisé de manière verticale, avec, en haut de la hiérarchie, une personne ou un petit groupe de dirigeantes qui contrôlent l’organisation74. Malgré le renouvellement régulier des bureaux exécutifs, le principal noyau change peu. D’ailleurs, les politiques actuelles de développement contribuent à renforcer cette tendance. Ainsi, Sanaa qui monopolisait de manière informelle le pouvoir au sein de l’association féminine qu’elle préside depuis 2002, a décidé en 2007 de modifier le règlement intérieur de son organisation. Ce changement coïncide avec l’obtention par cette association d’une importante somme d’argent dans le cadre de l’INDH pour mener à terme quatre projets différents. Si, dans l’ancien règlement, la présidente de l’association est élue pour un mandat de trois ans, le nouveau texte étend cette durée à dix ans. Auparavant informel, le monopole de Sanaa sur l’association s’est dorénavant institutionnalisé. Selon Sanaa, une telle modification s’est avérée nécessaire pour garantir la bonne réalisation des projets et éviter de voir tous les efforts fournis réduits à néant75.

  • 76 Sous-entendant l’action collective et soutenue d’un nombre important de femmes dirigées par une per (...)
  • 77 Bayat Asef, Life as Politics. How Ordinary People Change the Middle East, Amsterdam, Amsterdam Univ (...)

105Il serait donc erroné de voir prématurément, dans l’émergence d’organisations féminines et d’un discours que l’on pourrait qualifier de féministe, les prémices d’un mouvement local de femmes. Ces rassemblements ne sont pas imperméables aux effets de la concurrence traversant l’ensemble du milieu associatif. Traversées par de multiples tensions, les tentatives de rassemblement peinent à aboutir. Toutefois, il serait tout aussi réducteur d’y voir des expériences sans aucun effet sur la place des femmes au niveau local. Même si les tendances observées aujourd’hui n’indiquent pas la formation d’un mouvement de femmes pouvant correspondre à une définition conventionnelle du terme76, on peut toutefois y lire – en empruntant l’analyse faite par Asef Bayat pour le cas iranien ─ un « féminisme de tous les jours » (feminism of everyday life)77. Ce féminisme s’exprimerait par le discours développé par chaque dirigeante d’association sur les inégalités de genre et sur les solutions pouvant y remédier, mais aussi (et surtout) par leur présence et leurs actions visibles et publiques au quotidien. La somme de l’action individuelle de chacune de mes interlocutrices peut ainsi être comprise comme une forme d’action collective qui contribue à transgresser les normes et limitations imparties au sexe féminin par le « seul » pouvoir de leur présence quotidienne et active dans des espaces dont elles étaient exclues auparavant.

Notes

1 Hamid, 54 ans, marié, actif dans le milieu associatif depuis 2002 et président et/ou membre de douze associations locales (culture, santé, développement social).

2 Sanaa, 40 ans, célibataire, présidente d’une association féminine de développement social créée en 2002.

3 Parmi ces vingt femmes, toutes n’ont pas intégré le milieu associatif après avoir été sollicitées de manière directe par des dirigeants masculins. Certaines (comme par exemple Farida) ont créé leurs propres associations mixtes sans avoir bénéficié d’une expérience préalable, d’autres étaient engagées dans des associations féminines avant d’intégrer une organisation mixte (en particulier les réseaux associatifs).

4 Fortino Sabine, « Mixité », in Hirata Helena, Laborie Françoise, Le Doare Hélène, Senotier Danièle (dir.), Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF, 2004, p. 130 et 131.

5 Sur l’importance des interactions quotidiennes entre les personnes des deux sexes, voir Goffman Erving, L’Arrangement des sexes, Paris, La Dispute, 2002.

6 L’équivalent français du terme iqsâ’ est « exclusion », mais dans ce cas précis et dans le contexte des explications qu’il fournit dans cet extrait, il me semble que le terme « discrimination » (tamyîz en arabe) soit plus approprié.

7 Hamid, voir note 1.

8 Hakim, 30 ans, célibataire, licencié, secrétaire général d’une association socioculturelle et éducative créée depuis 2004.

9 Pour obtenir un financement par exemple.

10 Hakim, voir note 8.

11 Abdallah, 37 ans, marié, président d’une association de développement local créée en 2000. Parmi les sept membres du bureau exécutif de cette organisation, deux sont des femmes.

12 El Harras Mokhtar, « Féminité et masculinité dans la société rurale marocaine : le cas d’Anjra », in Bourqia Rahma, Charrad Mounira, Gallagher Nancy (dir.), Femmes, culture et société au Maghreb, vol. 1, Casablanca, Afrique-Orient, 2000, p. 45.

13 Soufiane, 28 ans, célibataire, président d’une association de développement social pour jeunes créée en 2005.

14 Abdallah, voir note 11.

15 Majid, 40 ans, marié, président d’une association de développement social créée en 2002.

16 Hakim, voir note 8.

17 Kergoat Danièle, « Le rapport social de sexe. De la reproduction des rapports sociaux à leur subversion », Actuel Marx, n° 30, 2e semestre 2001, p. 85-100.

18 Omar, 30 ans, célibataire, vice-président (depuis 2006) d’une association socioculturelle créée en 1981. Pour mieux contextualiser les propos d’Omar, je précise que ce n’est qu’après six années d’engagement en tant que (simple) membre de l’association qu’il a pu intégrer le bureau exécutif de cette dernière.

19 Sineau Mariette, « L’électrice paradoxale », in Bréchon Pierre, Laurent Annie, Perrineau Pascal (dir.), Les Cultures politiques des Français, Paris, Presses de Sciences Po, 2000, p. 115 citant Bourdieu Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998, p. 45. En partant d’enquêtes électorales conduites en France, Mariette Sineau met l’accent, dans cet article, sur « l’intériorisation par les femmes du monopole masculin de la politique » qui s’exprime notamment par une dépréciation de leur propre parole politique.

20 Sur ce point, je renvoie à l’analyse très fine proposée par Irene Bono dans sa contribution : Bono Irene, « Le "phénomène participatif" au Maroc à travers ses styles d’action et ses normes », op. cit., en particulier p. 17-20.

21 C’est-à-dire selon les informations contenues dans leur règlement intérieur et selon les explications qu’ils fournissent à qui s’enquiert du fonctionnement interne de l’association.

22 Dans la pratique, peu d’associations disposent de telles archives consultables. Lorsqu’ils sont effectivement rédigés, les rapports sont souvent gardés par le président de l’association.

23 Il s’agit de forces militaires qui relèvent non pas de l’armée, mais du ministère de l’Intérieur et qui concourent avec les autres services de sécurité, notamment en cas de troubles internes. On distingue deux types de forces auxiliaires : administratives (assurant la sécurité dans les administrations au côté de la police ou de la gendarmerie) et mobiles (collaborant par exemple avec la protection civile ou encore avec les forces armées).

24 Divorcée et au chômage depuis de nombreuses années, elle vit surtout de petits services rendus à son entourage (couture et pâtisserie, par exemple).

25 Durant cette rencontre, plusieurs autres associations de quartier étaient présentes.

26 Cornwall Andrea, Schatten P. Coelho Vera, « Spaces for Change? The Politics of Participation in New Democratic Arenas », in Cornwall Andrea, Schatten P. Coelho Vera (dir.), Spaces for change ? The Politics of Citizen Participation in New Democratic Arenas, London / New York, Zed Books, 2006, p. 1-29.

27 On retrouve ici le rôle joué par les « réseaux informels d’affinité » dans la (re)production des plafonds de verre au sein des organisations, qu’elles soient professionnelles, associatives, syndicales ou politiques. Guionnet Christine, Neveu Erik, Féminins/Masculins. Sociologie du genre, Paris, Armand Colin, 2009, p. 300.

28 Entretien avec deux dirigeants associatifs présents le jour de l’élection de Sanaa à la présidence de ce réseau associatif.

29 Selon l’interprétation que Sanaa fait de cette dotation, le don décerné au réseau par le wali (au nom du roi) visait à féliciter cette organisation pour son choix d’une présidente femme.

30 Sanaa et ses deux amies qui ont intégré le bureau du réseau.

31 Mouna, 42 ans, célibataire, vice-présidente de l’association féminine présidée par Sanaa. Elle a fait partie du même réseau de quartier que Sanaa.

32 Meriem, 47 ans, divorcée, vice-présidente d’une amicale de quartier créée en 2003 et trésorière d’une association socioculturelle pour jeunes créée en 2004.

33 Nasma, 43 ans, célibataire, secrétaire générale d’une association représentant des jeunes diplômés à la recherche d’emploi créée en 2000.

34 Nawal, 44 ans, célibataire, conseillère de deux associations féminines de développement social créées en 2003.

35 « La sociabilité des hommes, particulièrement au café et à la mosquée, constitue indubitablement un cadre privilégié tant pour exprimer leur masculinité que pour la raffermir. » El Harras Mokhtar, « Féminité et masculinité dans la société rurale marocaine : le cas d’Anjra », op. cit., p. 40.

36 C’est ce qu’observe également Hannah Davis-Taïeb lorsqu’elle se met à la recherche des lieux fréquentés par les femmes à Casablanca. Davis-Taïeb Hannah, « "Là où vont les femmes". Notes sur les femmes, les cafés, et les fast-foods au Maroc », in Ossman Susan (dir.), Miroirs maghrébins. Itinéraires de soi et paysages de rencontre, Paris, CNRS, 1998, p. 217-226. Selon Emmanuel Buisson-Fenet, la présence de femmes dans ce genre de lieux au Maghreb serait légitimée par la possibilité d’y manger. Buisson-Fenet Emmanuel, « Ivresse et rapport à l’occidentalisation au Maghreb. Bars et débits de boisson à Tunis », Egypte monde arabe, n° 30-31, 1997, p. 303-320.

37 Davis-Taïeb Hannah, « "Là où vont les femmes". Notes sur les femmes, les cafés, et les fast-foods au Maroc », op. cit., p. 220.

38 Cette loi date de 1967 et repose sur une interdiction édictée par l’administration française à l’époque du Protectorat. Elle concerne seulement la population marocaine et non les étrangers vivant au Maroc.

39 Bonte Marie, La consommation d’alcool en milieu urbain marocain, une pratique sous contrôle ? Spatialités maîtrisées et sociabilités choisies. L’exemple de Rabat, mémoire de recherche de master 1, Lyon, ENS de Lyon / IEP de Lyon, 2010, p. 54.

40 Erving Goffman a bien montré que l’existence et le fonctionnement de coulisses reposent sur « l’assurance qu’aucun membre du public ne fera intrusion » et donc sur le contrôle des « murs » qui les protègent du public. Goffman Erving, La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi, Paris, Les éditions de minuit, 1973, p. 111-112.

41 Nawal, voir note 34.

42 La réappropriation et la reconversion en ressources des stigmates liés au genre ont été mises en évidence dans de nombreux travaux traitant du genre en politique ; et tout particulièrement dans les études portant sur l’entrée en politique des femmes. Voir par exemple Achin Catherine, Paoletti Marion, « Le "salto" du stigmate. Genre et construction des listes aux municipales de 2001 », Politix, vol. 15, n° 60, 2002, p. 33-54 ; Barreira Irlys Alencar Firmo, « Ritualisation du féminin lors d’une campagne électorale au Brésil », Anthropologie et sociétés, vol. 25, n° 3, 2001, p. 38.

43 Farida, 51 ans, mariée, présidente d’une association d’athlétisme créée en 2006.

44 Idem.

45 Le Bart Christian, Lefebvre Rémi, « Introduction. Une nouvelle grandeur politique ? », in Le Bart Christian, Lefebvre Rémi (dir.), La proximité en politique. Usages, rhétoriques, pratiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 18.

46 Khadija, 41 ans, célibataire, vice-présidente d’une association de développement social créée en 2004.

47 Traduit littéralement, ce terme signifie « par principe ».

48 Siham, 47 ans, divorcée, présidente d’une association pour femmes et enfants souffrant d’handicaps créée en 2004.

49 Bourqia Rahma, Etudes féminines. Notes méthodologiques, Série colloques et séminaires, n° 73, Rabat, publ. de la Faculté des Lettres et des sciences humaines, 1997, p. 18.

50 Voir chapitre 6.

51 Halima, 53 ans, divorcée, présidente d’une association féminine de développement social créée en 1999.

52 Sanaa, voir note 2.

53 Farida, voir note 43.

54 Avant que Maha et son amie n’intègrent l’association, le bureau exécutif était exclusivement composé d’hommes.

55 Maha, 51 ans, mariée, membre (depuis 2000) et présidente (depuis 2004) d’une association de quartier créée en 1998.

56 Mouna, voir note 31.

57 Hind, 47 ans, mariée, présidente d’une association féminine de développement social pour femmes, enfants et jeunes créée en 2004.

58 Khadija, voir note 46.

59 Sanaa, voir note 2.

60 Nawal, voir note 34.

61 Houria, 44 ans, divorcée, conseillère d’une association locale d’artisans créée en 2001.

62 Si l’on privilégie une définition extensive de la politisation, « associant montée en généralité et conflictualisation ». Hamidi Camille, « Eléments pour une approche interactionniste de la politisation. Engagement associatif et rapport au politique dans des associations locales issues de l’immigration », Revue française de science politique, vol. 56, n° 1, 2006, p. 12.

63 Si l’on comprend le féminisme comme « la volonté de transformer la situation des femmes à partir d’une appréhension multidimensionnelle de la spécificité sociale de la condition féminine », Maruani Margaret, Les syndicats à l’épreuve du féminisme, Paris, Syros, 1979, p. 29.

64 L’emploi de ce terme s’inspire de l’utilisation qu’en fait Howard Becker lorsqu’il analyse la tendance des musiciens de danse à s’isoler afin de se mettre à l’abri des ingérences du public. Cette notion ne fait pas référence à un isolement imposé ─ dans le sens habituel attribué au terme de ségrégation ─ mais à un mode d’ajustement résultant de l’interaction entre un groupe et ce que Becker appelle la « société ordinaire ». Becker Howard, Outsiders. Sociologie de la déviance, Paris, Métaillé, 1985, p. 120-124.

65 Les extraits ci-dessous proviennent des notes que j’ai prises durant cette rencontre. Il ne s’agit pas du résultat d’un enregistrement.

66 Elle fait référence ici à sa propre expérience ainsi qu’à celle de Mouna et de Ilham.

67 Voir chapitre 4.

68 Cette coalition comprenait notamment le parti de l’Istiqlal (PI), l’Union socialiste des forces populaires (USFP) et le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS).

69 Bereni Laure, « Du MLF au Mouvement pour la parité. La genèse d’une nouvelle cause dans l’espace de la cause des femmes », Politix, 2007/2, n° 78, p. 111. Voir aussi Picq Françoise, Libération des femmes : les années mouvement, Paris, Seuil, 1993.

70 Elle oppose ici les dirigeantes mariées aux dirigeantes célibataires.

71 Je montrerai l’intérêt de cette question dans le chapitre 9 consacré à l’interrelation entre partis et associations.

72 Cette tendance rappelle le syndrome de « la reine des abeilles » observé auprès « des rares élues réticentes à partager leurs privilèges ». Guionnet Christine, Neveu Erik, Féminins/Masculins : sociologie du genre, Paris, A. Colin, 2004, p. 203.

73 Fillieule Olivier, « Travail militant, action collective et rapports de genre », in Fillieule Olivier, Roux Patricia (dir.), Le sexe du militantisme, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 43.

74 De nombreux parallèles peuvent être faits entre cette forme d’organisation et celle décrite par Suad Joseph dans son travail sur les associations féminines au Liban. L’auteure montre comment ces organisations reproduisent la distribution hiérarchique et autoritaire du pouvoir qui prévaut dans les organisations dirigées par les hommes. Joseph Suad, « The Reproduction of Political Process among Women Activists in Lebanon : “Shopkeepers” and Feminists », in Chatty Dawn, Rabo Annika (dir.), Organising Women : Formal and Informal Women’s Groups in the Middle East, Oxford, Berg, 1997, p. 57-80.

75 J’ai analysé ce point plus en détails dans Berriane Yasmine, « The Complexities of Inclusive Participatory Governance: the case of Moroccan associational life in the context of the INDH », Journal of Economic and Social Research, vol. 12, n° 1, 2010, p. 89-111.

76 Sous-entendant l’action collective et soutenue d’un nombre important de femmes dirigées par une personne ou par un groupe de personnes et organisées sur la base de réseaux de solidarité forts, un système d’adhésion, un cadre référentiel et des répertoires d’action communs.

77 Bayat Asef, Life as Politics. How Ordinary People Change the Middle East, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2012, p. 96-114.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable