Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes, associations et politique à Casablanca

 | 
Yasmine Berriane

Deuxième partie. Rester dirigeante d'association : obstacles, ressources et contournements

Chapitre 6. Les normes de la « participation » comme sources de légitimation

Texte intégral

  • 1 Samir, fonctionnaire d’arrondissement, chargé du volet INDH, 24 avril 2009.

« Les associations sont devenues comme des entreprises aujourd’hui. Elles s’investissent à la place de l’Etat et à la place des arrondissements. (…) Nous sommes passés d’un Etat qui contrôle à un Etat qui accompagne. (…) Nous sommes arrivés à une étape où on peut même passer outre les élus. C’est ce qu’on appelle la représentation démocratique indirecte1. »

1Nous avons vu dans les chapitres précédents que le contexte politique actuel a contribué à faciliter, voire encourager, l’entrée des femmes dans le milieu associatif. Il convient maintenant de réfléchir aux modalités qui permettent à ces dernières d’y « rester ». Si l’inclusion des femmes dans les bureaux exécutifs des associations est encouragée à différents niveaux, cela ne garantit, en effet, ni leur implication active et à long terme ni leur accès à des fonctions situées en haut de la hiérarchie associative.

  • 2 Je m’inscris ici dans l’analyse faite par Michel Offerlé qui montre que le processus de légitimatio (...)

2Pour traiter cette question, je vais d’abord m’arrêter sur les normes qui découlent des politiques de promotion de l’action associative afin de montrer comment les dirigeantes interrogées se les réapproprient pour, d’une part, légitimer2 leur rôle en tant que représentantes d’association et, d’autre part, se positionner vis-à-vis des acteurs associatifs précédemment établis. Je rappelle en effet que les dirigeantes interrogées font partie des nouveaux arrivés dans un tissu associatif qui a connu un premier essor durant les années 90. Avec cet essor, le paysage associatif a vu l’émergence d’acteurs appartenant à une classe moyenne née dans les années 70, venus des milieux de l’entreprenariat et de l’université.

  • 3 Bono Irene, Le « phénomène participatif » au Maroc à travers ses styles d’action et ses normes, Les (...)
  • 4 Cefaï Daniel, « Les cadres de l’action collective. Définitions et problèmes », in Cefaï Daniel, Tro (...)

3Dans son analyse du « phénomène participatif » actuel au Maroc, Irene Bono identifie, dans un premier temps, un « renouvellement des arts de faire de la société civile », un élargissement de « la catégorie de ce qui, au Maroc, est défini comme ‘société civile’«  et une transformation de « la nature des acteurs qui la composent » et montre que ces transformations découlent d’un renouvellement par le haut des normes réglementant la participation des associations au développement du pays. Dans un deuxième temps, l’analyse d’Irene Bono permet de mettre en évidence les nouvelles configurations que prend la légitimité du pouvoir au Maroc en montrant, par exemple, que ces normes contribuent à renouveler les répertoires de la « servitude volontaire » dans le pays3. Pour ma part, je souhaite me concentrer plutôt sur le rôle joué par ces nouvelles normes sur les parcours des enquêtées en mettant d’abord en évidence comment elles se réapproprient ces nouvelles valeurs pour s’imposer localement. L’objectif de ce chapitre est de montrer que ces normes ont contribué à doter les acteurs associatifs locaux (hommes et femmes) de nouveaux « registres d’argumentation » leur permettant de légitimer leurs actions et leur présence sur le terrain4.

Proximité, intermédiation et expertise : des « filles du quartier » en action

  • 5 Retière Jean-Noël, « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire  (...)
  • 6 Il en va de même pour les dirigeants associatifs hommes que j’ai pu rencontrer. Il existe une expre (...)

4Pour légitimer leur rôle en tant que représentantes d’association, les enquêtées tendent à d’abord mettre en avant « leur capital d’autochtonie5 » qui repose sur leur statut de « filles du quartier » (bint al-hay) et sur leurs origines populaires et rurales6. C’est d’ailleurs aussi dans cette optique qu’on peut comprendre l’importance accordée dans leur récit de vie à l’origine rurale de leurs parents, à la tribu dont ces derniers sont issus et aux conditions difficiles de leur installation en ville. Si ces allusions reposent bien sur un vécu, il est intéressant de noter que la mise en avant de ces aspects de leurs parcours revient souvent lorsqu’elles interagissent avec les bénéficiaires de leur association, avec les autorités locales ou avec de potentiels bailleurs.

  • 7 Notamment rfîsa qui est un plat d’origine rurale et peu valorisé en ville.

5En notant ce point, il ne s’agit nullement d’insinuer que le recours aux origines rurales ne résulte que d’une stratégie de légitimation. Les pratiques et coutumes découlant de ces origines sont également une composante de leur propre identité. Que ce soit entre ami(e)s, au sein de la famille ou de l’association, les allusions à ce qui les distingue, par exemple, des habitants du centre-ville, sont multiples. Mes interlocutrices abordaient d’ailleurs souvent ce sujet en ma présence puisqu’elles m’associaient justement à cette bourgeoisie citadine qui fonctionnerait selon des valeurs et des coutumes différentes. D’ailleurs, ma prédilection pour certains plats d’origine rurale7 m’a vite valu la réputation d’être « différente » des autres habitants de la « ville ». Si leurs origines rurales et leur appartenance au quartier participent à la construction de leur identité, ces éléments représentent aussi une ressource de poids que le contexte actuel leur permet de reconvertir en capital associatif.

6Ainsi, lorsqu’elles parlent avec les bénéficiaires de leur association ou avec certains habitants du quartier, le langage utilisé tend à se transformer, à être entrecoupé de mots employés plus à la campagne qu’en ville et d’allusions à des pratiques plus rurales que citadines. Pour expliquer le rôle joué par les associations, les enquêtées ont ainsi tendance à les comparer aux jmâ‘a, faisant ainsi allusion aux pratiques de leurs pères. Lorsqu’elles font face aux autorités locales ou à de potentiels bailleurs, elles mettent en avant leur connaissance intime (de première main) des besoins de la population pour légitimer leur rôle en tant que représentantes d’association. Elles insistent sur le fait qu’elles sont non seulement nées dans le quartier mais qu’elles y ont, pour la plupart, vécu toute leur vie. Par conséquent, elles ont été directement confrontées aux problèmes qu’y vivent les habitants, ce qui les habilite non seulement à mieux identifier leurs besoins mais les munit également de la capacité de mieux communiquer avec cette population. Ce faisant, elles se prévalent d’une légitimité qui repose sur leur rôle en tant qu’expertes dont l’expertise serait basée sur la connaissance fine du terrain et des spécificités locales.

  • 8 En effet, et comme l’observe Jean-Noël Rétière « l’enracinement et l’héritage (…) n’ont de chances (...)

7Si les enquêtées peuvent reconvertir leurs origines sociales en ressources, c’est notamment parce que celles-ci sont valorisées dans le contexte actuel8. L’insistance accordée à cette expertise locale s’articule à un discours sur l’importance du travail de proximité (al-camal can qurb), réalisé au plus proche du terrain.

  • 9 Khadija, 41 ans, vice-présidente d’une association de développement social créée en 2004.

« Il est impossible qu’un programme soit réalisé dans un quartier sans la participation des habitants (du quartier). Que ce soit des enfants, des jeunes ou des vieux. Par exemple, s’ils veulent faire un terrain de sport, il faut que les enfants participent. S’ils veulent faire un petit jardin, ils doivent voir avec les retraités, ceux qui n’ont plus rien pour faire passer le temps, pour qu’ils participent à la création du petit jardin. Ce sont les habitants qui doivent agir et plus seulement le gouvernement (al-hukûma)9. »

  • 10 Sanaa, 40 ans, présidente d’une association féminine de développement social créée en 2002.

« En tant qu’association, tu n’as pas le droit d’imposer des choses aux gens sans les faire participer, sans les rassembler, sans leur demander ce qu’ils veulent. (…) Comment saurais-tu quel est leur intérêt ? Quels sont leurs besoins ? C’est eux qui savent ça10. »

8La proximité, comme « label » et « norme » des politiques publiques actuelles, passe au niveau local par certains outils, dont l’approche participative ou encore le diagnostic participatif (al-tashkhîs al-tachârukî), qui stipulent que les populations concernées doivent participer à l’identification de leurs besoins et des problèmes à régler. Ces méthodes de travail et le vocabulaire qui s’y réfère ont été transmis aux enquêtées par l’intermédiaire de formations suivies soit dans le cadre de l’INDH, soit proposées par d’autres instances et organismes (dont le RESAQ, l’Espace associatif, certaines associations féministes et des organismes internationaux).

  • 11 C’est ce qui a pu être observé dans d’autres contextes, où la proximité est érigée en nouvelle norm (...)
  • 12 Elles font ici référence à la difficulté des hommes d’entrer dans une maison lorsque seules des fem (...)

9Notons par ailleurs que, si le recours aux origines sociales est observable chez les dirigeants d’association hommes ou femmes, ces dernières tendent à valoriser leur propre rôle en insistant sur leurs apports spécifiques et essentiels au travail de proximité. En effet, les compétences qu’implique le travail de proximité font souvent référence à des caractéristiques généralement assimilées au féminin et notamment aux compétences « domestiques » des femmes : être à l’écoute de son entourage, se soucier de l’environnement de vie, etc.11. Ainsi, m’expliquait Farida, le rôle imparti aux femmes en tant que mère et maîtresse de maison les qualifierait tout particulièrement pour être à l’écoute des autres et pour se soucier d’un environnement propre et sain. Selon Leila et Gihane, l’accès plus facile qu’ont les femmes aux foyers12 les habilite à mieux communiquer avec la population. Pour Nadia, ce sont les réseaux de sociabilité féminine qui permettent de mieux faire circuler certains messages dans le voisinage, autour d’une tasse de thé ou de travaux de couture. Les dirigeantes interrogées n’hésitent pas à mettre en avant ces atouts présentés comme « naturels » et spécifiques aux femmes pour légitimer leur contribution essentielle en tant que représentantes d’association. Je reviendrai sur cet aspect dans le chapitre 8, dans la mesure où ce discours joue un rôle central dans les rapports qui opposent hommes et femmes au sein de ces associations.

  • 13 Bras Jean-Philippe, « A la recherche des élites locales », in Sedjari Ali (dir.), Etat, espace et p (...)
  • 14 Cette idée rejoint la tendance observée, d’une manière plus générale, par Sarah Ben Nefissa au suje (...)

10Au-delà de leur capital d’autochtonie, ce sont leurs compétences scolaires et le réseau de connaissances dont elles bénéficient au sein des administrations locales qui confèrent aux dirigeantes interrogées – comme à leurs homologues masculins - un rôle d’intermédiaire entre la population et les autorités publiques. Cette fonction qui se fait à double sens (de manière tant ascendante que descendante13) représente une ressource qui permet d’asseoir les fondements d’une notabilité sociale14.

  • 15 Nous verrons, plus loin, que dans les quartiers où le chômage est endémique, ces sources de revenu (...)

11Ainsi, ces dirigeants contribuent à redistribuer les ressources publiques imparties au quartier en canalisant vers le bas les subventions et aides publiques décrites dans le chapitre 4. Les habitants-bénéficiaires jouissent de ces subventions de manière indirecte à travers les formations proposées, l’exposition et la vente de leurs productions artisanales, l’organisation de fêtes, d’excursions ou de colonies de vacances, l’amélioration et l’embellissement du cadre de vie dans le quartier, la distribution d’habits ou de denrées alimentaires ou encore l’organisation de campagnes médicales au cours desquelles des soins sont proposés à un prix symbolique. Parmi les bénéficiaires du travail associatif, il faut également compter les salariés ou les personnes recevant des compensations financières, même minimes, en échange de leurs activités de monitorat ou d’enseignement15.

12Par la même occasion, les dirigeants d’association sont aussi porte-paroles des habitants du quartier (et surtout des bénéficiaires de leur association) qu’ils représentent auprès des autorités locales. Ce rôle passe, par exemple, par un soutien apporté à ces derniers pour faciliter l’accès à certains documents administratifs (comme la carte nationale ou le certificat de naissance) ou encore à des autorisations de construction. Leurs entrées au sein de l’arrondissement et leur nouveau statut d’acteurs reconnus par les autorités publiques leur permettent aussi d’attirer l’attention de ces dernières sur tel ou tel problème dont souffre le quartier ou d’organiser des rencontres entre la population locale et des responsables publics.

  • 16 Maha, 51 ans, mariée, présidente d’une association de quartier créée en 1998.

« Ces occasions permettent aux gens de vider leur cœur. Ils ont un responsable de préfecture assis en face d’eux et ils peuvent dire : "ça fait trois mois que j’attends mon passeport ! Les timbres nécessaires pour obtenir la carte nationale ou une assurance sont trop chers !" Et d’autres problèmes du même genre. (…) Au début, les femmes ne disaient rien lors de ces rencontres. Elles n’osaient pas parler. Alors nous les faisions parler. Un de nous lance : "Il n’y avait pas un problème de timbre trop cher ?" Et c’est là que les femmes commencent à parler. Quand le sujet est posé, elles se lancent. L’accès aux soins hospitaliers, les problèmes avec la poubelle. Elles ne s’arrêtent plus. (…) A la fin, c’est le responsable qui ne peut plus en placer une (rire)16. »

13D’autre part, les dirigeants d’association soutiennent les autorités locales (celles relevant de l’arrondissement comme celles relevant de la préfecture) dans leur gestion des quartiers, pour l’alphabétisation et la formation des habitants, l’encadrement des jeunes, le recensement de la population, l’organisation de campagnes de vaccination ou encore la mise en œuvre des programmes de relogement des habitants de bidonville qui ne se déroulent pas toujours sans encombres.

  • 17 Cette capacité de mobilisation attire aussi l’intérêt des partis politiques et des candidats qui y (...)

14Le nombre d’adhérents ou de bénéficiaires confère aux dirigeant(e)s d’association une capacité de mobilisation qu’ils peuvent monnayer auprès des autorités locales en échange d’un accès privilégié aux ressources publiques et d’un soutien à leur travail associatif, voire aussi à leurs projets personnels17. Les activités organisées par ces leaders hommes et femmes sont d’ailleurs autant de mises en scène de leurs capacités de mobilisation, évaluées au nombre de personnes présentes :

  • 18 Sanaa, voir note 10.

« Tu as bien vu la fête. Tu as vu le nombre de personnes présentes ? Les autres, quand ils organisent quelque chose, il n’y a jamais plus de cinquante femmes qui viennent. Chez nous, ce jour-là, il y en avait plus de mille. Je voulais que le gouverneur voie ça de ses propres yeux. Je l’ai revu quelques jours plus tard… et il m’a dit qu’il n’imaginait pas qu’il puisse y avoir des activités d’une telle qualité à S. et qu’il était impressionné18. »

  • 19 Discussion informelle réalisée en 2009 avec un acteur associatif impliqué dans l’élaboration de cet (...)
  • 20 Pour plus de détails sur cet incident voir « Sidi Moumen : le don de la colère », La Gazette du Mar (...)
  • 21 Une telle collaboration peut d’ailleurs s’avérer risquée lorsque l’action suscite la colère et le m (...)

15Par leur contact quotidien avec les habitants du quartier, les dirigeant(e)s d’association fournissent également des informations aux autorités locales. Lorsqu’en juin 2007, deux mécènes saoudiens veulent faire un don à cent quarante familles démunies vivant dans deux bidonvilles de l’arrondissement de S., les agents d’autorité associent des représentant(e)s d’association à l’élaboration de la liste de bénéficiaires19. Cette opération a finalement échoué en raison de la mobilisation violente des autres habitants de ces bidonvilles non-inscrits sur la liste20. Mais l’élaboration de cette liste montre de quelle manière les dirigeants d’association sont impliqués par les autorités locales dans la gestion de certaines questions publiques21.

  • 22 De Sardan Jean-Pierre Olivier, Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du chan (...)
  • 23 Ibid., p. 155-156.

16En somme, les dirigeantes interrogées seraient, selon le langage des politiques actuelles de développement, des « courtières locales de développement » puisqu’elles « servent d’intermédiaires pour drainer (…) des ressources extérieures relevant de ce qu’on appelle communément l’aide au développement22 ». Mais dans la mesure où elles contribuent, en tant que médiatrices, à diffuser et à décliner des savoirs technico-scientifiques (alphabétisation, formations, questions relatives à la santé, etc.) au niveau local, elles sont également « agents de développement23 ». Jean-Pierre Olivier de Sardan fait la distinction entre ces deux types d’intermédiation, mais mes interlocutrices – à l’instar de leurs homologues masculins - se situent bien à cheval sur les deux. Cette double fonction leur confère un certain prestige social et contribue assez rapidement à asseoir leur notoriété dans le quartier, parfois à l’échelle même de l’arrondissement.

17La scène suivante qui se déroule en mars 2007 au sein de l’association dirigée par Sanaa illustre bien cette idée. A cette époque, Sanaa est déjà bien implantée comme dirigeante d’association dans son quartier où elle est surtout active dans deux bidonvilles. Elle préside une association féminine, gère le centre de formation d’une fondation et bénéficie déjà d’un financement de l’INDH pour mener trois projets. Elle boit le thé dans le hall du centre qu’elle gère pour le compte de la fondation lorsque deux femmes, se rendant à leur cours de couture, se dirigent vers elle. Elles l’embrassent et la remercient pour la fête qu’elle a organisée pour elles, la veille, au siège de l’arrondissement. Elles insistent sur le fait qu’elles lui doivent beaucoup et que le président de l’arrondissement l’a complimentée. Elles ajoutent :

  • 24 Cette scène se déroule à quelques mois des élections législatives de septembre 2007.

« Tu devrais te présenter. Nous n’avons personne pour nous représenter, nous. Ceux qui se présentent24 sont des êtres humains comme nous tous. Alors pourquoi pas toi ?
- Sanaa, rit et demande : Vous voteriez pour moi ?
- Ah oui, tu as notre voix. On te veut présidente de... (elles hésitent)... l’association.
- Mais je suis présidente de l’association !
- Alors, présidente d’autre chose. Mais présidente. Juste, représente-nous (mattlîna). »

18Au-delà de l’aspect anecdotique de cet échange, la scène illustre tant le rôle de représentation et de médiation incombant aux dirigeant(e)s d’association que la notoriété et le prestige social qui en découlent. En effet, leur rôle d’intermédiaire, les liens privilégiés entretenus avec les représentants locaux du pouvoir, la capacité d’attirer et de redistribuer des ressources matérielles sous-tendent l’affirmation d’une notabilité sociale. L’INDH est venue renforcer ce rôle en permettant aux dirigeants d’association de drainer une partie de la manne de cette initiative vers les associations et leurs bénéficiaires. En créant de nouveaux espaces d’interaction entre élus locaux, pouvoirs publics et dirigeants d’association, l’INDH a également consolidé le capital relationnel de ces derniers.

19Si les chapitres précédents ont bien montré que l’ascension sociale permise par l’engagement au sein d’une association n’explique pas à elle seule le passage à l’action des actrices interviewées, elle y contribue en partie et permet notamment d’expliquer pourquoi ces dernières restent engagées et redoublent même d’efforts une fois impliquées dans ce milieu, et ce malgré les difficultés qu’elles y rencontrent.

  • 25 Bennani-Chraïbi Mounia, « Représenter et mobiliser dans l’élection législative au Maroc », in Benna (...)

20Par la même occasion, cette capacité d’intermédiation donne également lieu à l’affirmation d’un « clientélisme associatif25 ». Des relations de patronage lient ces dirigeants à leur « clientèle » de bénéficiaires : en échange des services fournis à la population locale, les dirigeant(e)s gagnent le soutien et la loyauté des bénéficiaires. Il est d’ailleurs intéressant de voir que ces rapports de clientélisme peuvent aussi nourrir les liens qu’entretiennent les dirigeants d’association avec certains agents d’autorité (fonctionnaires de l’administration, petits commis d’Etat, etc.). En échange d’un accès privilégié aux services proposés par les associations, ces derniers leur garantissent leur soutien en leur facilitant, par exemple, certaines démarches administratives ou en leur fournissant des informations internes au sujet, par exemple, de subventions ou l’octroi de locaux. Le rôle joué par ce clientélisme associatif prend toute son ampleur durant les campagnes électorales auxquelles certaines des enquêtées participent comme relais locaux ou comme candidates. Ce point sera développé dans le chapitre 9.

21En insistant sur leur expertise locale, les dirigeantes légitiment non seulement leur action vis-à-vis de la population locale, mais elles en usent également pour s’imposer dans un contexte de concurrence accrue où une multitude de représentants d’association plus ou moins bien établis tentent de se faire une place sur la scène associative locale et d’accéder aux ressources nécessaires à la pérennisation de leur organisation. Dans ce contexte, l’argument de la proximité prend toute son importance dans la lutte de pouvoir observable entre acteurs associatifs locaux et nationaux.

22C’est notamment le cas du rapport que les enquêtées entretiennent avec les associations féministes actives à l’échelle nationale. Créées depuis la seconde moitié des années 80, ces dernières sont le plus souvent dirigées par des actrices issues de groupes sociaux nettement plus privilégiés et qui bénéficient, comme nous avons pu le voir plus haut, d’un accès aux financements des bailleurs de fonds internationaux, souvent inaccessibles aux dirigeantes locales étudiées. Si les associations féministes contribuent à la redistribution de ces ressources (notamment par l’intermédiaire de formations), le caractère ponctuel de ces initiatives nourrit le ressentiment de certaines des enquêtées qui y voient l’expression d’une distanciation de ces organisations vis-à-vis d’elles.

  • 26 Sanaa, voir note 10.

« Leur travail a un caractère élitiste (bi shakl nakhbawî). Ces femmes sont proches du pouvoir. Mais elles ne font pas un travail de proximité. Elles font parfois appel aux associations locales, mais c’est très rare. Elles travaillent entre elles. C’est un groupe de personnalités importantes (shakhsiyāt). Et il faut bien reconnaître que leur travail a donné des résultats. J’ai suivi une formation avec elles. Elles ont dit qu’elles allaient nous aider ici, que si elles organisaient une formation elles nous inviteraient. Mais, depuis, nous n’avons plus rien entendu26. »

23Dans de nombreux entretiens, les enquêtées tendent à décrédibiliser le monopole et l’expérience dont se prévalent ces associations féministes, en mettant en avant leur propre connaissance « fondée » et « vécue » des problèmes des femmes. Dans certains cas, la décrédibilisation de l’action des organisations féministes touche à des questions de fond en raison de la vision parfois différente qu’ont certaines des enquêtées au sujet de questions relatives aux rapports entre hommes et femmes. Ainsi, elles sont nombreuses à désapprouver le soutien apporté par certaines de ces organisations aux femmes souhaitant divorcer.

  • 27 Meriem, 47 ans, divorcée, vice-présidente d’une amicale de quartier créée en 2003 et trésorière d’u (...)

« Je me dis que ce qu’il faut faire en premier c’est trouver un compromis. C’est essentiel. Alors qu’elles [les militantes féministes] pensent tout de suite au divorce. Lorsque des femmes viennent me parler de leurs problèmes, je les encourage toujours à aller voir leur mari, à essayer de trouver une solution. C’est très difficile de se retrouver toute seule avec des enfants. Sans mari, ni rien. La première perdante dans un divorce c’est la femme27. »

24Si la distance qui sépare les militantes féministes de la majeure partie de la population féminine permet de décrédibiliser certaines de leur action, c’est l’expertise locale des dirigeantes interrogées qui habiliterait celles-ci à identifier les réels besoins des femmes du quartier et à agir comme leurs porte-parole.

  • 28 L’un des principaux axes de travail de certaines associations féministes – souvent en partenariat a (...)
  • 29 Sanaa, voir note 10.

« Qui leur [les dirigeantes féministes] a dit de parler en notre nom ? Moi je dis que je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’elles disent. Je dis qu’elles ne savent pas ce que nous, les femmes, voulons. Tu crois que la femme qui entre ici quotidiennement pour apprendre à lire et à écrire, a comme premier souci la violence28 que lui ferait subir son mari ? C’est le dernier de ses soucis, crois-moi. Les cas de violence sont très très rares. (…) Moi, tout ce que j’applique dans le cadre de l’association, je le tiens des femmes directement. Je m’installe avec elles. Je leur demande et elles me le disent. Tu verras, un jour nous allons créer un réseau d’associations féminines de quartier. On deviendra comme les grandes associations féminines. Mais nous, on sera montées de la base29. »

  • 30 Données fournies dans le cadre du document qui scelle, en août 2007, l’accord de projet entre le go (...)
  • 31 Créé en 2004, le réseau ANARUZ regroupe plusieurs associations et centres d’écoute au Maroc pour co (...)
  • 32 ANARUZ, Les violences fondées sur le genre au Maroc, troisième rapport, 2007.

25Les propos de Sanaa interpellent d’autant plus l’observateur que les violences basées sur le genre sont loin d’être un phénomène marginal au Maroc. Le problème a longtemps été marqué par le sceaux du silence, et il n’existe pas de données nationales permettant de le quantifier, mais les quelques données disponibles font part d’un phénomène relativement répandu. Entre 2005 et 2006, le numéro vert national recense 15 015 appels30. En 2007, le Réseau national des centres d’écoute et d’assistance juridique des femmes victimes de violence (ANARUZ)31 fait part de 2 984 déclarations faites par des femmes victimes d’abus corporels et psychologiques, dont 87 % se déroulent essentiellement en contexte conjugal32. Si Sanaa minimise ici le problème de la violence basée sur le genre dans son entourage, c’est avant tout – semble-t-il – pour mettre l’accent sur sa connaissance (plus) fine du terrain et sur le décalage qui prévaudrait, selon elle, entre les programmes menés par les organisations féministes et la réalité quotidienne des femmes du quartier. Son projet de créer un réseau qui partirait de la base s’inscrit ici très nettement dans un rapport de concurrence avec les dirigeantes établies du mouvement féministe et dans un souci de s’imposer en tant que représentante plus légitime de la question des femmes dans le pays.

26Le renforcement de la position des dirigeantes d’association de quartier en tant qu’« expertes locales » vis-à-vis des élites associatives établies de plus longue date a gagné en importance avec l’avènement de l’ère de l’INDH qui favorise le travail des associations locales. En permettant à certaines des dirigeantes interrogées de drainer des financements importants vers le quartier, cette initiative renforce la position de ces dernières et les met, par la même occasion, en concurrence directe avec les élites associatives qui dominaient le milieu associatif local auparavant.

27L’exemple de Sanaa illustre une fois de plus cette tendance. Je rappelle qu’elle a fait ses premiers pas dans le milieu associatif comme salariée de la section nationale d’une fondation internationale implantée dans le quartier depuis la fin des années 90. Cette organisation humanitaire se targue d’une sélection très élitiste : elle est exclusivement dirigée par des chefs d’entreprise, des médecins et des avocats. Durant de nombreuses années, Sanaa coordonne les activités du centre social érigé par la fondation dans le quartier pour proposer des formations pour les femmes et les enfants. J’ai décrit, dans le chapitre 3, le rôle central que l’une des principales représentantes de cette fondation, que j’appellerai ici Mme K., a joué dans le parcours de Sanaa. En effet, lors de ma première rencontre avec cette dernière (en 2006), elle me décrit Mme K. comme son principal mentor.

28L’année 2009 marque un tournant décisif dans les rapports que Sanaa entretient avec les dirigeants de cette fondation, y compris avec Mme K. En effet, cette année-là, Sanaa inaugure son propre centre de formation, financé grâce à une aide obtenue dans le cadre de l’INDH et en collaboration avec le Conseil de la ville, la Préfecture et le Conseil de l’arrondissement. L’établissement est bien mieux équipé que celui de la fondation : une grande cuisine, un salon de coiffure, l’équipement nécessaire pour la formation en esthétique, plusieurs salles de classes, une vingtaine de machines à coudre. La réaction des dirigeants de la fondation ne se fait pas attendre : ils reprochent notamment à Sanaa d’avoir utilisé sa position au sein de la fondation pour monter un centre concurrent, attirer les bénéficiaires du centre dirigé par la fondation et contribuer par-là à gaspiller les ressources disponibles dans la région. Mme K. est envoyée comme messagère pour demander des explications à Sanaa et à ses collègues. Le récit que cette dernière fait de cette rencontre indique qu’au début, Sanaa essaie de se montrer conciliante, tentant de resituer les rapports de pouvoir à l’avantage de Mme K. et de recréer, du moins en apparence, le rapport de domination initial.

  • 33 Lhâjja (au masculin Lhâjj) est un terme employé pour nommer une personne qui a réalisé l’obligation (...)

« Je lui ai dit qu’elle devait être fière de la réussite de notre association puisque c’est le produit de son engagement et de son exemple à elle. Je lui ai rappelé qu’elle est même la présidente d’honneur de notre association. (…) Qu’elle devrait être fière de nous (…) Que chaque fois qu’une personne venait nous voir nous lui disions que c’est chez Mme K. que nous avions tout appris. (…) Qu’à l’avenir, nous allions continuer à le dire. (…) Nous lui avons rendue sa place et nous avons baissé la tête. (…) Ensuite, elle a commencé à dire que ce centre était beaucoup trop grand pour nous, que nous ne pourrions pas le gérer toute seules. Que nous aurions besoin d’aide. Nous avons baissé la tête en disant : "Oui Lhâjja33. Tu as raison Lhâjja". »

29Les propos de Sanaa cachent pourtant mal l’inversion en cours des rapports de domination entre les deux femmes. Lorsque Mme K. propose à Sanaa un partenariat entre l’association présidée par cette dernière et la fondation, Sanaa refuse de manière catégorique les termes du contrat qui stipulent une participation à part égale à la gestion du centre. La réponse que Sanaa envoi à Mme K. pour formuler son refus de partenariat ne laisse pas de doute quant à la nouvelle donne en vigueur. Pour justifier sa position, Sanaa prend appui sur les accords signés avec les autorités locales (le Conseil d’arrondissement et le Conseil de la ville notamment). Ces documents stipulent en effet que si le local dans lequel est hébergé le centre dirigé par Sanaa appartient à la ville, la gestion de cet établissement est confiée de manière exclusive à l’association présidée par cette dernière.

30Cet exemple permet donc de montrer que la valorisation du travail de proximité comme norme du développement a eu des effets palpables sur le renouvellement des acteurs et actrices impliqués dans le milieu associatif. Dans ce contexte, l’origine des enquêtées se mue en ressource et contribue à renforcer la position des nouveaux entrants et nouvelles entrantes vis-à-vis des acteurs établis de plus longue date et disposant de capitaux sociaux beaucoup plus conséquents.

La professionnalisation : garantir la qualité, légitimer le salariat

  • 34 Pour une analyse de l’importance accordée aujourd’hui à la professionnalisation dans le milieu asso (...)
  • 35 A titre d’exemple, le ministère du Développement social, de la Famille et de la Solidarité lance en (...)

31L’émergence sur la sphère publique des dirigeantes interrogées découle également de la valorisation actuelle – à travers les politiques de développement de la formation, de la qualification et du professionnalisme34. Désormais, l’importance accordée aux associations comme vecteurs de développement et l’ampleur des projets mis en œuvre s’accordent de plus en plus mal avec un travail bénévole réalisé par des représentant(e)s d’association non permanents et peu formés. Cette tendance à la professionnalisation et à la qualification du milieu associatif répond également au nouveau modèle de travail associatif promu par les programmes de l’Etat et des organismes internationaux : management, durabilité, continuité, rentabilité35. Autant de mots d’ordre qui s’intègrent mal dans un cadre de travail reposant essentiellement sur le bénévolat. Des compétences spécifiques sont ici nécessaires, notamment la capacité de monter, formuler et gérer un projet. Dans ce nouveau contexte, le curriculum scolaire et universitaire des dirigeantes interrogées gagne en valeur.

  • 36 Ces formations – ainsi que la mise à niveau des associations – représentent d’ailleurs un marché qu (...)
  • 37 Dans bien des cas, ces formations, qui s’adressent à tous les acteurs impliqués dans le processus d (...)
  • 38 Avant le lancement de l’INDH, la plupart avaient déjà bénéficié de formations proposées par le RESA (...)

32Leur capital scolaire leur permet notamment d’accéder plus facilement aux formations proposées par différents organismes financés par l’Etat, par des associations nationales ou des organisations internationales36. L’INDH a tout particulièrement mis l’accent sur l’importance de la formation en proposant même un cursus universitaire de plusieurs mois permettant de préparer des cadres associatifs mais aussi administratifs à la gestion du chantier INDH37. La forme la plus répandue est celle des cycles de formation qui se sont étendus sur plusieurs mois et avaient généralement lieu en fin de semaine. Ces formations s’adressaient à l’ensemble des dirigeants d’association impliqués dans le processus de l’INDH : ateliers sur le développement local et le travail participatif, techniques d’animation et de communication, modules de montage de projet, ateliers consacrés aux AGR ou encore modules traitant de techniques de comptabilité. Sur l’ensemble des femmes interrogées, dix-huit ont bénéficié de formations de ce genre. Si la plupart des femmes ont des avis relativement mitigés sur l’efficacité de ces formations38, elles mettent bien l’accent sur l’apport symbolique de ces dernières, puisque le fait d’avoir été choisies par les responsables locaux et formées par des personnalités connues de la « société civile » marocaine revient en quelque sorte à reconnaître leur importance comme acteurs de développement. Ces rencontres sont par ailleurs l’occasion d’entrer en contact avec des responsables locaux qui prennent part aux mêmes formations.

33Le deuxième type de formation est l’enseignement proposé dans un cadre universitaire en vue de former des travailleurs sociaux. Parmi les enquêtées, deux ont pu bénéficier en 2007 de ce type de formation : Khadija et Zahra. Toutes deux ont participé à un long cycle de formation en travail social et management des organisations proposé dans le cadre de l’INDH et en partenariat avec les universités d’Aïn-Chock et de Mohammedia. Durant cette formation, elles ont eu l’occasion de suivre des cours proposés par des professeurs universitaires de grande renommée, point sur lequel elles mettent toutes les deux l’accent. À l’issue de cette formation et après avoir passé un examen final, les deux femmes ont obtenu un diplôme. Si ce diplôme ne leur a pas permis de trouver, comme elles l’espéraient initialement, un emploi rémunéré, toutes deux se disent très fières de cette expérience. C’est en particulier le cas pour Khadija qui, après de nombreuses tentatives, n’a jamais réussi à décrocher le baccalauréat et en a été très affectée. En outre, toutes deux mettent l’accent sur cette formation lorsqu’elles interagissent avec d’autres acteurs associatifs, responsables locaux et habitants du quartier, insistant par là aussi bien sur les capacités qu’elles ont acquises à cette occasion que sur la reconnaissance officielle qu’indique le fait d’avoir été choisies pour y participer.

34Ce processus de qualification a eu un effet additionnel sur certains parcours. Pour assister à cette formation universitaire, les dirigeant(e)s d’association titulaires du baccalauréat ont été privilégiés par rapport aux autres (même si l’exemple de Khadija montre que les personnes ayant un « niveau bac » n’en sont pas automatiquement exclues). Cette tendance a contribué, dans certains cas, à exacerber les tensions au sein d’une même association. Si Zahra (vice-présidente d’une association) a été choisie pour participer à ce cursus au détriment de Hanane (la présidente de cette même association), c’est parce que la première a eu son baccalauréat alors que la deuxième s’est arrêtée juste avant. Non seulement les relations très tendues entre ces deux femmes ont alors gagné en ampleur, mais Hanane a pris la décision (à quarante-quatre ans) de passer ce diplôme de fin de scolarité et de s’inscrire à l’université pour suivre des études en sciences sociales. Après un premier échec à la session de 2008, elle tente à nouveau sa chance – mais sans succès en 2009. Le cas de Hanane est d’autant plus intéressant qu’il n’est pas isolé. Parmi les enquêtées, quatre femmes ayant interrompu leur scolarité durant la dernière année de lycée m’ont fait part de leur intention de passer leur baccalauréat. Il semblerait donc que l’effet produit par l’offre croissante de formations va bien au-delà de l’acquisition ponctuelle de certaines compétences. Elle a également suscité, chez certaines femmes, une reprise en main de leur propre cursus scolaire, processus d’autant plus remarquable que ces femmes ont aujourd’hui entre 40 et 50 ans.

35La formation et la qualification prennent donc une place de plus en plus grande dans les parcours rassemblés. Le statut « de femme instruite et formée » facilite leur accès à la sphère publique, les met dans une position à part et leur confère plus de respectabilité. Elles sont enseignantes, guides et expertes des rouages administratifs et des hiérarchies bureaucratiques. Elles « savent parler aux responsables » et disposent des contacts nécessaires pour aider les habitants du quartier qui, eux, ne disposent pas du même capital scolaire.

  • 39 J’ai rencontré plusieurs dirigeant(e)s d’association qui affirmaient que durant certaines périodes (...)

36Le recours au curriculum scolaire et aux formations suivies a une triple fonction. C’est d’abord une manière de se mettre en avant en tant que représentante d’association, de se faire remarquer par les autorités. C’est ensuite une façon de se distinguer des autres dirigeant(e)s d’association : la distinction entre les acteurs et actrices « instruits » (masc. qârî/ fem. qâriya) et ceux et celles qui seraient « quasi illettrés » est très commune. Elle permet notamment aux dirigeantes en question de se différencier de ceux qu’elles considèrent comme étant des amateurs – hommes ou femmes – qui ne savent pas réellement ce qu’ils font. Les formations sont mises en avant par les femmes que j’ai interrogées comme un label de qualité, la garantie d’un engagement associatif professionnel et sérieux qui repose sur des connaissances acquises durant un enseignement reconnu par l’Etat. Dans ce contexte, le curriculum vitae gagne une importance primordiale. Fignoler et nourrir ce dernier passe par une multiplication de formations, ce qui peut parfois même paraître excessif39. Par extension, la formation s’institutionnalise de plus en plus comme une condition nécessaire à tout engagement associatif.

  • 40 Ilham, 40 ans, licenciée en études islamiques, trésorière d’une association féminine de développeme (...)

« Une personne qui n’est pas formée dans le domaine ne devrait pas être considérée comme faisant partie du milieu associatif. Il est nécessaire que dans ton CV apparaissent les formations que tu as faites, les modèles dont tu as bénéficié. Et c’est sur cette base que les gens commenceront à te considérer en tant qu’acteur associatif40. »

  • 41 Sur le rôle joué par l’opposition « proximité/distance » dans l’émergence de représentants politiqu (...)

37L’importance accordée à l’éducation et à la formation passe aussi par celle accordée avec insistance par certaines dirigeantes interrogées à ce qui les différencie des autres habitants du quartier et plus particulièrement des bénéficiaires de l’association. Si leur proximité avec les habitants du quartier contribue à asseoir leur rôle d’expertes locales et de représentantes des intérêts de la population, l’importance accordée à leur statut d’instruites passe, paradoxalement, par leur distanciation vis-à-vis de cette même population qu’elles décrivent, dans ce cas, comme étant « illettrée », « non éduquée » ou encore « ignorante ». Ainsi les difficultés rencontrées dans leur travail sont souvent identifiées comme étant causées par « les mentalités des gens d’ici », par leur « conservatisme » et leur manque « d’ouverture sur les changements en cours ». Ce dernier point met en lumière le paradoxe inhérent à leur statut d’intermédiaire qui implique à la fois une proximité avec la population représentée et une prise de distance liée aux compétences dont elles se prévalent en tant que dirigeantes d’association41.

  • 42 Les droits d’inscription aux formations peuvent atteindre 100 dirhams (moins d’une dizaine d’euros) (...)

38L’importance accordée à la professionnalisation des acteurs associatifs s’accompagne, par ailleurs, d’une tendance de plus en plus nette à la salarisation du personnel des associations. Professionnalisation et salariat sont bien répandus dans les associations nationales disposant d’entrées d’argent beaucoup plus importantes et régulières, alors qu’ils sont encore limités dans les associations de quartier. Cependant, le phénomène gagne du terrain dans ces dernières et a connu une certaine expansion après le lancement de l’INDH. Les subventions accordées dans le cadre de ce programme permettent non seulement de financer des projets, mais offrent aussi des possibilités d’emplois rémunérés comme l’animation de cours d’alphabétisation, l’enseignement de la couture42 et la coordination de projets, souvent pris en charge par les dirigeant(e)s d’association.

39Initialement perçu par les enquêtées comme une alternative au vide causé par le manque d’activité, une manière d’accéder à certaines ressources et privilèges ou encore un outil permettant d’améliorer leur environnement de vie, leur investissement au sein des associations prend une forme différente au fil de leur engagement. La sphère associative prend de plus en plus la forme d’un marché du travail, d’une alternative à la précarité de leur quotidien professionnel. Si cette évolution fait écho à l’arrivée dans le milieu associatif de nouveaux financements, elle découle également du déploiement de l’action associative dans des couches sociales moins privilégiées que celles qui s’y engageaient dans le passé.

  • 43 La salarisation et la professionnalisation croissante du personnel des associations représentent un (...)

40Plus qu’une motivation, la possibilité de transformer l’action associative en rémunération sert surtout à pérenniser l’action, à la rendre possible à plus long terme43. Les coûts de tout engagement actif au sein d’une association sont tels (moyens de transport, téléphone, etc.) qu’ils ne peuvent pas être supportés, à long terme, par des dirigeant(e)s qui disposent de ressources matérielles très limitées. La capacité de générer un revenu est d’autant plus importante dans le cas des femmes étudiées que la majeure partie d’entre elles dépend du soutien financier des membres de leur famille (mari, frères et sœurs, parents). Or, on verra dans le chapitre suivant que si l’émergence des femmes dans le milieu associatif reste un phénomène marginal, c’est en grande partie en raison des restrictions imposées par l’entourage immédiat à leurs activités publiques. Dans un tel contexte, le salaire fait également office d’alibi essentiel permettant de justifier et de légitimer l’action en dehors du foyer.

  • 44 Voir aussi Bono Irene, « L’activisme associatif comme marché du travail. Normalisation sociale et p (...)

41Il existe diverses manières d’accéder à un revenu par l’intermédiaire d’une association44. La voie la plus répandue est celle de la salarisation : plusieurs enquêtées (notamment celles qui ne sont pas présidentes) ont été embauchées par l’association comme monitrices ou formatrices dans le cadre de partenariats signés avec des organismes publics (les programmes d’alphabétisation par exemple). Les salaires (payés de manière certes très irrégulière) atteignent en moyenne 2 000 dirhams par mois (à peu près 180 euros). Lorsque les formations proposées ne sont pas subventionnées par l’Etat, la rémunération de l’enseignant(e) passe par les cotisations payées chaque mois par les bénéficiaires. Celles-ci peuvent s’élever à 100 dirhams par mois et par élève. Meriem, qui tente de créer depuis plusieurs années une association pour pouvoir y proposer des cours de couture et de modélisme, le fait d’abord pour s’assurer par la même occasion un revenu plus ou moins régulier. C’est en parallèle à ces formations qu’elle compte offrir des services additionnels aux habitants du quartier : prendre soin des personnes âgées et sensibiliser les jeunes aux problèmes liés à la consommation de drogue.

42L’acquisition de revenus plus ou moins réguliers passe aussi par la coordination de projets, généralement prise en charge par les dirigeant(e)s d’association. Cette fonction a surtout gagné en importance depuis le lancement, en 2005, de l’INDH. Le montant des rémunérations n’est pas fixe, il dépend de la hauteur du budget général. Selon Sanaa, 7 % du budget alloué dans le cadre de l’INDH peuvent être affectés à la gestion du projet en question. Par ailleurs, le remboursement des frais occasionnés par les activités au sein de l’association peut aussi représenter une manière d’offrir des rétributions financières à ses membres dirigeants.

43Des méthodes plus informelles, voire à la marge de l’illégalité, permettent également de générer des revenus pour les dirigeant(e)s. L’utilisation de factures gonflées, l’achat de matériel de seconde main (alors que le budget est calculé sur la base d’un matériel neuf), la surestimation des coûts nécessaires à l’organisation d’une activité, la collecte de fonds privés au nom de l’association sont autant de méthodes qui permettent de détourner une partie des subventions et des aides au profit des dirigeant(e)s de l’organisation. Si ces procédés me sont décrits par la plupart des enquêtées, toutes en critiquent l’utilisation et insistent bien sur le fait qu’elles n’y ont personnellement pas recours.

  • 45 Barthélémy Martine, Associations : un nouvel âge de la participation ? op. cit., p. 199.

44Parler de rémunération soulève irrémédiablement la question du bénévolat. Comme le formule très précisément Martine Barthélémy, le recours au bénévolat représente une ressource symbolique puissante à laquelle ont recours la plupart des acteurs associatifs pour légitimer leur action : « L’arme symbolique du bénévolat procure dignité (par opposition à la politique) et respectabilité (défense de l’intérêt général)45. » Selon ce credo, seul le désir de servir l’intérêt général et d’aider son prochain devrait animer l’acteur associatif. Toute forme de compensation personnelle des acteurs, que ce soit d’une manière matérielle ou symbolique, est jugée contraire aux bonnes mœurs censées gouverner le milieu associatif. On le comprend bien : la préservation de l’image du travail bénévole et complètement désintéressé s’effrite rapidement dès lors que des compensations financières gagnent de l’importance au sein d’une association.

45Le paradoxe que pose le binôme bénévolat et professionnalisation oblige les enquêtées à jongler avec différents registres de légitimation. Pour parler de bénévolat, les dirigeantes interrogées ont tendance à plutôt mettre l’accent sur les sacrifices qu’elles n’hésitent pas à faire pour le bien de l’association et donc des habitants du quartier. Autrement dit, puisque la hauteur du prix payé (en sacrifices) dépasse largement celle des rémunérations, ces dernières peuvent tout au plus être considérées comme des compensations minimales et non pas la source d’un quelconque enrichissement personnel. D’ailleurs, lorsqu’elles abordent la question du salariat (et c’est très rare), elles utilisent rarement le terme de rémunération (khlâs), préférant celui de « compensations » (ta‘wîd) ou « d’aides ponctuelles » (musâ‘ada mu’aqqata) qui permettent d’euphémiser le bénéfice matériel tiré de leurs activités. Cette euphémisation s’avère d’autant plus importante que, comme nous le verrons dans le chapitre 7, certaines représentations véhiculées aujourd’hui au sujet des associations tendent à décrire ces dernières comme des lieux d’enrichissement personnel.

46Les dirigeantes les plus établies celles qui bénéficient de rémunérations régulières en échange de leur travail au sein de l’association – justifient leur accès à des revenus en mettant l’accent sur leur professionnalisme : si elles reçoivent une rémunération pour leur travail, c’est avant tout parce que les services qu’elles proposent sont d’une qualité supérieure à ceux proposés par la majeure partie des autres acteurs associatifs (hommes ou femmes) qualifiés d’amateurs. Dans ce contexte, rémunération devient synonyme de qualité.

47La valorisation de la qualification et de la professionnalisation des acteurs associatifs par les nouvelles politiques de développement a donc aussi contribué à ce que les chemins des enquêtées convergent vers les associations locales. Dans un premier temps, elle permet à nombre d’entre elles de rentabiliser leurs compétences scolaires. Par la même occasion, l’élévation de la qualification au rang de norme a incité celles d’entre elles qui ne disposent pas d’un capital scolaire à terminer – parfois à un âge relativement avancé ─ leur scolarité, voire à poursuivre des études universitaires. La salarisation qui accompagne les débuts de professionnalisation des représentants d’association permet, dans un deuxième temps, de remplir une des conditions nécessaires à la pérennisation de l’action de ces dirigeantes qui disposent rarement d’autres sources de revenus. Notons pourtant ici que la salarisation – ou rémunération – des acteurs associatifs exacerbe, par la même occasion, les rivalités qui opposent ces derniers (surtout au sein d’une même association). De réelles luttes peuvent être observées au sein d’une même organisation autour de la distribution des fonctions rémunérées. Si la salarisation encourage et pérennise l’engagement des enquêtées, les tensions qu’elle suscite poussent au désengagement de celles qui se sentent le plus lésées.

Associations vertueuses et partis corrompus : l’apolitisme comme vertu 

  • 46 Tozy Mohamed, « Religiosité au féminin », in El Ayadi Mohamed, Rachik Hassan, Tozy Mohamed, L’islam (...)

48Parmi les sources de légitimation dont disposent les enquêtées, on peut aussi compter leur distanciation vis-à-vis de « la politique » (al-siyâsa). Durant les années de plomb, la politique était associée aux risques qu’impliquait le contexte verrouillé de l’époque, alors qu’aujourd’hui elle est devenue « une expression de l’opportunisme » des élus et des cadres politiques46. C’est surtout vis-à-vis de ces derniers que les dirigeantes interrogées expriment leur extériorité.

  • 47 Des processus semblables ont été observés dans d’autres contextes sociaux. Pour la France, voir par (...)
  • 48 Catusse Myriam, « Le charme discret de la société civile. Ressorts politiques de la formation d’un (...)
  • 49 Cette idée rejoint les analyses qui montrent que « la légitimité d’une politique prétendue "différe (...)

49En se distanciant des partis et des représentant(e)s politiques, les enquêtées mettent d’abord en avant leur propre intégrité. Affaiblis par plusieurs décennies de restrictions, devenus synonymes de corruption et de clientélisme, les partis politiques ont, en effet, nettement perdu de leur légitimité. En exprimant leur distanciation envers ces derniers, les enquêtées font valoir une légitimité politique alternative47. Tout en dénigrant l’action des partis, elles mettent en avant la contribution « utile » des associations dans l’invention d’une « politique autrement48 », fondée sur l’action sociale, plus proche de la population et plus consciente de ses besoins. Elles mettent de ce fait l’accent sur leur fonction alternative en tant qu’intermédiaires effectifs et efficaces de la population locale, fonction que les élus locaux auraient, selon elles, cessé d’exercer49.

  • 50 Cf. Discours de S.M le Roi Mohammed VI à l’occasion du premier anniversaire de son intronisation, R (...)

50Le discours public leur fournit des références pour accentuer la distinction qu’elles font entre associations et partis. Pour donner du poids à leurs propos, les enquêtées font notamment allusion à la manière dont le roi valorise et soutient les associations, alors qu’il tend à dévaloriser le rôle joué par les partis politiques. En effet, lorsque ce dernier complimente, un an après son intronisation, la « société civile » pour son « dynamisme », son « efficacité » et pour le travail fourni « dans les domaines du développement local, de la lutte contre la pauvreté, la pollution et l’analphabétisme », il critique par la même occasion la « société politique » qui échoue non seulement à poursuivre les mêmes objectifs que la « société civile », mais se voit incitée « à mettre à niveau ses mécanismes, à rénover ses structures, à changer ses méthodes de travail (…) au lieu de courir derrière les intérêts égoïstes et personnels50 ».

  • 51 Cf. chapitre 3.
  • 52 Ce n’est qu’en période électorale que le capital partisan prend de l’importance : en insistant sur (...)

51Une première expression de cette mise à distance tient à la manière dont certaines enquêtées construisent le récit qu’elles me font de leur parcours. Les expériences politiques des unes et des autres prennent une place très marginale, voire même parfois inexistante dans les récits. L’expérience vécue par Nawal dès son enfance au sein du parti de l’Istiqlal51 est complètement absente du premier récit qu’elle me fait, en 2006, de son parcours. Ce n’est qu’en 2007, à l’occasion des élections législatives, qu’elle aborde cet aspect de sa trajectoire52. Leila me fait part dès le premier entretien de son expérience au sein de la Jeunesse istiqlalienne, mais elle évite d’en parler lors de notre deuxième rencontre qui se passe, cette fois, en présence d’un de ses collègues associatifs. Lorsque j’aborde directement le sujet, elle reste très vague, ne voulant visiblement pas s’attarder sur la question en présence de ce dernier.

52L’omission la plus intéressante reste certainement celle de Siham. Avant de créer son association pour personnes handicapées en 2004, elle soutient pendant quelques mois le travail d’une association de quartier proche d’un parti politique, puis participe – au nom de ce même parti ─ comme candidate locale aux élections législatives de 2002. Cette candidature ne découle pas d’une expérience de longue date au sein du parti qu’elle représente, mais répond aux sollicitations du candidat local, impressionné par la capacité qu’a Siham de mobiliser les habitants d’un bidonville voisin du quartier dans lequel elle vit et travaille comme couturière. Durant cette campagne, sa principale fonction est de mobiliser – en tant que candidate – les électeurs en faveur du parti ; inscrite en bas de la liste électorale, ses chances de briguer un mandat sont nulles. Cette expérience électorale se solde par un échec de son parti. Déçue, Siham crée, quatre ans plus tard, sa propre association locale pour personnes handicapées, qu’elle préside aujourd’hui.

53L’expérience électorale vécue par Siham est totalement absente du récit qu’elle me fait de sa vie ls chances de quL’expériencepart ue en 2007. Elle ne fournit aucune précision sur la période 2001-2004, mentionnant vaguement « une série de malheurs » et le décès de son père. Durant la même rencontre, elle insiste même tout particulièrement sur le fait qu’elle n’avait aucune expérience, pas plus associative que politique, avant de créer sa propre association en 2004, mettant bien l’accent sur la différencncepart « travail associatif » et « travail politique ».

« Je ne pense pas à me lancer dans la politique (al-siyâsa) parce que… non… le travail politique c’est un problème. Les gens ont perdu toute confiance dans la politique. Jusqu’à maintenant, je ne fais confiance qu’au travail associatif (al-camal al-jamcawî) et au travail humain (al-camal al-insânî). (…) Le travail politique (al-camal al-siyâsî) ne permet pas de répondre aux besoins des gens. »

  • 53 Siham ne se présentera à aucun des rendez-vous prévus après cette rencontre.

54Ce n’est que bien plus tard, en 2009, que j’entends parler – par une tierce personne – de l’expérience électorale de Siham. Sous la pression de mes questions, cette dernière reviendra brièvement sur son expérience électorale lors de notre deuxième (et dernière53) rencontre.

  • 54 Fillieule Olivier, Bennani-Chraïbi Mounia, « Exit, voice, loyalty et bien d’autres choses encore… » (...)

55Le rapport au passé politique est différent dans le cas des femmes qui, comme Halima, Maha et Meriem, ont participé de près ou de loin à des mobilisations protestataires durant les années 70 et/ou 80. Au lieu d’occulter cette expérience, elles la mettent clairement en avant et en usent pour légitimer leur engagement actuel. Contrairement aux expériences vécues au sein de partis politiques, la fréquentation des mouvements de gauche et d’extrême-gauche durant les années 70 et 80 est perçue par ces dirigeantes comme valorisante, car elle permet non seulement d’inscrire leurs actions dans la durée d’un engagement qui a une certaine histoire, mais aussi de les situer dans la continuité de mobilisations qui ont aujourd’hui gagné en valeur. Le groupe de référencncest ici celui des ancien(ne)s opposant(e)s politiques qui, après avoir été victimes de la répression durant les années 70 et 80, ont intégré le milieu associatif durant les années 90 et y ont gagné une certaine importance, voire même un certain prestige54. Ces dernier(e)s sont clairement reconnus par les enquêtées comme étant « les vrais militants » (al-munâdilîn dyâl al-sah) ou encore les « grands militants » (al-munâdilîn lakbâr).

56Autrement dit, n’est pas militant qui veut : il en existe des « vrais » et des « faux », des « grands » et des « petits ». L’exemple des anciens opposants politiques est érigé en modèle, et l’appellation « militant » est connotée positivement dans le milieu associatif que j’ai étudié. Par ailleurs, la distinction est clairement faite – qu’il s’agisse d’hommes ou de femmes ─ epart l’acteur associatif (al-fâcil al-jamcâwi) et le militant associatif (al-munâdil al-jamcâwi), la deuxième appellation ayant une valeur symbolique supérieure à la première. En mettant en avant leur participation à des mobilisations du mouvement de gauche ou d’extrême-gauche, les dirigeantes en question se revendiquent de ces deux appellations. Cela leur permet de se distinguer de la grande majorité des représentant(e)s d’association qui ne peuvent se prévaloir que de la première appellation, celle d’acteur associatif. Mais tout en se revendiquant de leur passé aux côtés des mobilisations protestataires d’autrefois, ces dirigeantes distinguent clairement leur action associative de celle des partis politiques.

57La distance affichée par les enquêtées vis-à-vis des formations politiques s’accompagne d’une mise en opposition quasi systématique entre les associations « vertueuses », « actives », « transparentes », « soucieuses des besoins réels des gens », d’un côté, et les partis politiques « corrompus », « déconnectés de la réalité de la population », « motivés par leur propres intérêts », de l’autre. Pour bien marquer leur distance vis-à-vis des partis mais aussi pour mettre en avant leur propre intégrité, elles s’appliquent également à dénigrer les associations proches de formations politiques.

  • 55 Meriem, voir note 27.

« Il y a les associations "propres" (nqiya) et celles qui sont entre les mains des partis (shâddînha al-ahzâb) (…). D’un côté, il y a les partis, qui sont "sales" (al-ahzâb al-mûskha), et aussi la majorité des associations, qui sont motivées par l’intérêt personnel (al-maslaha al-khâssa), et puis de l’autre côté, il ne reste qu’un petit nombre d’associations vraiment soucieuses de l’intérêt général (al-maslaha al-câmma)55. »

58Tout rapprochement entre associations et partis politiques est décrié parce que c’est à la fois le signe que l’association en question est manipulée par un parti politique et que ses dirigeant(e)s ne sont pas exclusivement motivés par le seul intérêt des habitants du quartier, mais sont surtout soucieux de leurs propres intérêts politiques.

  • 56 Hind, 47 ans, présidente d’une association féminine de développement social pour femmes, enfants et (...)

« Il y a des gens qui créent des associations pour d’autres raisons. Par exemple pour entrer dans la politique, pour se présenter aux élections, mais moi, ça ne m’intéresse pas, tout ça. Je n’y ai jamais pensé et je ne vais jamais y penser. Lorsque tu es lié à un parti, c’est toujours le parti qui est le plus fort. J’ai plusieurs réserves vis-à-vis des partis56. »

  • 57 Selon le cas, ce sont soit les partis islamistes, soit les partis d’extrême-gauche qui sont craints

59Le lien entre partis et associations nourrit également la crainte de voir les associations fonctionner commncespaces d’embrigadement de la population (notamment des adolescents) par des organisations politiques aux motivations parfois jugées suspectes57. D’ailleurs, nombre de représentant(e)s d’association rencontrés déclarent pour cette raison préférer ne pas voir leurs enfants fréquenter de trop près le milieu associatif.

60Cette vision contrastée se nourrit aussi d’une mise en opposition entre associations « actives », qui proposent un travail concret et efficace, et partis politiques, qui ne remplissent plus leur fonction de représentation, ne s’intéressent pas à ce qui se passe localement et se soucient uniquement de leur propre intérêt.

  • 58 Khadija, voir note 9.

« Les partis ne jouent plus leur rôle de parti. Ils se sont éloignés de la population. Ils s’en rapprochent au moment des élections mais, du point de vue des services, il n’y a rien (…), les gens se tournent vers les associations ou les réseaux associatifs. Ils se mettent d’accord sur un projet, forment une force, vont voir le wali, se mettent tous d’accord, et on leur accorde ce qu’ils demandent. L’association joue donc un rôle ici. Les associations ont un rôle. Les partis politiques ont perdu la confiance des gens58. »

61Aux luttes de pouvoir entre partis politiques, les enquêtées opposent « le social », compris comme un large domaine déconnecté des enjeux et calculs partisans. Ainsi, il semblerait qu’en se distanciant de la sorte des formations politiques, les dirigeantes interrogées participent de manière active à véhiculer les représentations négatives qui collent aux partis politiques. Par la même occasion, on pourrait avancer comme hypothèse que la montée en puissance des associations pourrait s’accompagner d’une décrédibilisation plus généralisée des partis politiques.

62La distanciation entre parti et association passe également par la mise en avant de la liberté qu’assure le milieu associatif, contrairement à l’enfermement idéologique qu’impose l’adhésion à un parti politique. La dimension conflictuelle du politique et l’obligation de se « positionner » sont considérées comme autant de signes d’un enfermement idéologique et d’une perte de liberté.

  • 59 Hanane, 44 ans, présidente d’une association féminine pour femmes et adolescents créée en 2004.

« En politique, tu es toujours limité dans tes actions par un parti. Les partis sont sources de problèmes. Tu es obligé de travailler avec certaines personnes, mais moi, je veux rester libre59. »

  • 60 Jamila, 26 ans, trésorière d’une association féminine de développement social pour femmes, enfants (...)

« Lorsqu’une association s’inscrit dans un courant politique, elle ne travaille pas d’une manière indépendante. Il faut essayer de s’en éloigner. Si je veux m’orienter vers un courant politique, je n’ai qu’à entrer dans un parti. Pourquoi j’irais voir l’association dans ce cas ? Si tu choisis l’association, c’est parce que tu veux être libre60. »

63Halima aime bien parler des années passées dans le giron des mouvements de gauche, mais elle insiste, en même temps, sur le fait qu’elle n’a jamais adhéré à un parti politique durant cette époque. Elle ajoute que, depuis qu’elle a découvert le milieu associatif comme milieu d’action, elle a tiré un trait définitif sur une éventuelle affiliation politique. L’avantage premier qu’elle voit dans le milieu associatif est la liberté idéologique qu’il garantit.

  • 61 Halima, 53 ans, divorcée, doctorat, présidente d’une association féminine de développement social c (...)

« J’ai toujours milité pour le changement, j’ai toujours milité pour les nouvelles idées, mais j’ai toujours eu peur de perdre ma liberté. La liberté de réfléchir, la liberté d’agir, la liberté d’être avec plusieurs mouvances. (…) En entrant dans une seule mouvance, tu intègres un seul programme. (…) Je n’ai jamais voulu faire partie d’une seule mouvance politique. (…) D’ailleurs, aucune mouvance politique, aucun parti politique n’ont su imposer un programme précis. C’est la société civile qui porte le changement. C’est elle qui a porté le changement depuis les années 9061. »

64La liberté que confexp’association a souvent été identifiée comme l’un des référents essentiels du discours des acteurs associatifs, mais il semble que l’importance accordée à cette dimension par les enquêtées ne soit pas que rhétorique. Elle reflète également la difficulté que rencontrent la plupart de ces femmes à se situer sur l’échiquier politique. L’exemple de Jamila permet de bien illustrer ce point.

65A 26 ans, Jamila est diplômée de droit et d’informatique. Elle cherche du travail depuis plus d’un an. Célibataire, elle vit avec son père (ouvrier à la retraite), sa mère (femme au foyer) et deux de ses frères. Elle a grandi dans l’un des bidonvilles de S., dans une famille très peu politisée. C’est à l’université qu’elle découvre les différents courants politiques qui s’affrontent dans le pays. Son initiation à la politique s’est faite lors de nombreux débats auxquels elle a assisté comme spectatrice, durant les pauses, entre différents courants politiques actifs au sein de l’encninte universitaire : entre mouvances islamistes (PJD versus Al Adl Wal Ihsane) et entre ces derniers et les adhérents d’organisations de gauche. La confrontation entre ces différents courants a permis à Jamila de découvrir la complexité de la sphère politique marocaine mais nxp’a pas encouragée à s’investir dans un parti politique. Intéressée par les différentes prises de position, elle préfère ne pas avoir à choisir son camp.

« A l’université, la plupart des gens qui assistaient à ces débats se disaient qu’il fallait trouver un juste milieu. Entre ceux-ci et ceux-là. Comme eux, je ne faisais partie d’aucun des deux camps. J’étais nxutre (muhâyida). (…) Je penchais vers ce qui me semblait le plus logique (mantiqî) au moment où je l’entendais. Tout dépendait du sujet. J’étais d’accord sur certains points avec les islamistes, et sur d’autres avec les socialistes. »

66Même si elle dit se sentir beaucoup plus proche des idées que défendent les partis d’obédiencncsocialiste et les organisations proches des mouvements altermondialistes, elle a du mal à accepter leur position généralement critique à l’égard du port du voile. Or Jamila, qui porte le hijab depuis le lycée, est d’avis qu’il s’agit là d’une obligation religieuse. Elle vit particulièrement mal le regard que portent sur elle les autres jeunes qu’elle rencontre au sein de la maison de jeunes et qui sont engagés aux côtés de partis de gauche.

« Il y avait des choses qui ne me plaisaient pas dans les partis de gauche. (…) Le parti te demande de renoncer à des choses auxquelles tu crois profondément. L’association t’offre la liberté. (…) Beaucoup de membres du parti s’opposent par exemple au hijab. Moi, je suis convaincue que le hijab est une obligation religieuse (fardu al-lâh), et je ne peux donc pas aller m’engager aux côtés d’une personne qui s’oppose à cette idée. Je peux par exemple m’entretenir normalement avec elle, la fréquenter de loin, mais pas m’engager à ses côtés. (…) J’ai des principes auxquels je tiens. »

67Ainsi, pour Jamila, l’association est aussi une manière de dépasser ces différences d’ordre idéologique. En 2002, elle cofonde un club de cinéma au sein de l’université, participe en 2005 à la création d’une association de jeunes au sein de la maison de jeunes du quartier et exerce depuis 2007 la fonction de vice-présidente. Pour elle, l’action associative fait office de « juste milieu » qui lui permet de faire du travail de terrain et de combattre l’exclusion sociale et la pauvreté tout en restant fidèle aux préceptes auxquels elle croit.

Le roi comme référentiel de l’action associative 

68Alors que la plupart des enquêtées se distancient des formations politiques, nombre d’entre elles prennent comme principal référentiel le roi, auquel elles attribuent les caractéristiques de l’acteur associatif accompli.

69Lors du premier entretien réalisé avec Siham, cette dernière omet de préciser qu’elle avait pris part, en 2002, à la campagne des législatives en tant que candidate. Par contre, elle choisit de construire son récit autour d’un tout autre moment fort : sa rencontre avec le roi Mohammed VI à l’époque où il était encore prince héritier.

  • 62 Siham, 47 ans, présidente d’une association pour femmes et enfants souffrant d’handicaps créée en 2 (...)

« Pendant que nous parlions, il m’a dit : "Siham, as-tu une association ?" Je lui ai dit : "Non, Votre Majesté (mulây), je n’en ai pas." "Et tu n’as pas pensé à en créer une ?". Je lui ai dit : "Non, Votre Majesté, je n’y ai jamais pensé." (…) Il m’a dit : "Pense à créer une association et appelle-la Association de la solidarité." Le nom vient donc de lui, pas de moi. (…) Il m’a dit : "Crée cette association et tu auras mon soutien." (…) Je lui ai dit : "Mais comment vais-je vous voir, Votre Majesté ? » Il m’a dit : "De la même manière que cette fois-ci. Tu es bien arrivée jusqu’à moi, tu feras de même la prochaine fois." (…) Et donc, depuis ce temps, je veux créer une association. (…) La prochaine fois, j’irai voir Sîdna au nom de l’Association de la solidarité62 ! »

  • 63 Les agréments de transport sont nécessaires à l’exploitation de taxis. Le système d’attribution de (...)
  • 64 Avant de succéder à son père, Mohammed VI s’était déjà fait un nom en tant que « prince des pauvres (...)

70Née au début des années 60 à Casablanca avec une malformation de la jambe, Siham se déplace à l’aide de béquilles et préside, aujourd’hui, une association de soutien aux personnes handicapées. Après avoir interrompu très tôt sa scolarité, elle suit une formation de couturière avant d’ouvrir son propre atelier au rez-de-chaussée de la maison parentale. Durant les années 90, elle décide de suivre l’exemple d’une amie qui a réussi, quelques mois plus tôt, à décrocher une audience auprès du prince héritier de l’époque, qui lui a attribué un agrément pour pouvoir subvenir à ses besoins63. Siham passe alors plusieurs mois à Rabat avant d’être reçue à son tour. Le prince lui accorde un agrément et une somme d’argent qui lui permet d’acheter un appartement64 avant de lui suggérer de créer une association.

  • 65 Je précise que ce discours n’est pas présent chez toutes les dirigeantes interrogées. Si elles sont (...)

71Comme en dénote l’extrait ci-dessus, Siham situe, en effet, les prémisses de la création de son association durant cette epart ue. A travers ce récit, elle confexpà l’organisation qu’elle préside une généalogie royale : le prince héritier est non seulement à l’origine de l’idée de cette organisation mais également de son appellation. La manière de présenter son association comme étant la matérialisation directe d’une volonté royale s’inscrit dans un cadre de référencnclargement établi aujourd’hui parmi la majeure partie des dirigeantes interrogées65 : le roi comme instigateur direct de la dynamique qui traverse le milieu associatif. Le « social », comme projet national initié et porté par le roi se substitue au « politique » dans sa dimension partisane et compétitive. Ces représentations reposent sur un discours officiel qui érige – notamment depuis l’avènement de l’INDH le développement en « cause nationale ». Irene Bono montre que cette cause se distingue non seulement par son « caractère consensuel » qui suscite la « démobilisation des forces qui pourraient lui nuire » mais également « au plan symbolique, par l’insertion de l’Initiative dans l’imaginaire patriotique du pays ».

  • 66 Bono Irene, Le "phénomène participatif" au Maroc à travers ses styles d’action et ses normes, op. c (...)

« Mohamed VI a défini à plusieurs reprises l’INDH comme sa propre "Révolution du roi et du peuple", appelant à une actualisation de la "symbiose" entre le trône et la population qui, selon la doxa nationaliste, aurait amené les forces qui demandaient l’indépendance à s’unir autour de la figure du roi après l’annonce de son exil66 ».

  • 67 Cette tendance s’observe chez une grande partie des enquêtées, mais elle n’est pas représentative d (...)

72Tout en semblant surjouer cette convention, les propos de Siham ont l’avantage d’illustrer de manière très nette à quel point le roi et son « chantier de règne » se situent au centre même des points de référencncde la majeure partie des dirigeant(e)s interrogé(e)s67. Dans de nombreux entretiens, la description faite du roi contraste de manière très nette avec celle faite des acteurs politiques (mwalîn siyâsa). Ces derniers sont décrits comme étant corrompus, inefficaces et déconnectés des besoins réels de la population, alors que la plupart des enquêtées attribuent au monarque des qualités telles que sa connaissance intime des besoins de la population (notamment des plus pauvres), son dynamisme et sa rigueur. On ne peut s’empêcher de noter les nombreux parallélismes faits entre la figure de l’acteur associatif et celle du monarque qui en représenterait, en quelque sorte, l’exemple le plus accompli, champion et supporter sans égal de la question sociale.

  • 68 En tant que représentante des associations locales, Sanaa fait partie du comité qui a accueilli le (...)

73Sur le terrain, cette perception se traduit par la conviction de nombreux acteurs que l’association représente une voie sûre pour se rapprocher du monarque. Cette conception se nourrit évidemment des nombreux exemples de représentants d’association qui ont eu l’occasion, par l’intermédiaire de leurs activités associatives, de rencontrer ─ le temps d’un baisemain et de quelques paroles échangées ─ le roi lors de l’inauguration d’un centre social ou lors d’une cérémonie officielle organisée au sein du Palais. Parmi les trente femmes dont j’ai étudié le parcours, trois ont rencontré au moins à une reprise le monarque lors de visites ou de cérémonies officielles68. Le fait de pouvoir se rapprocher du roi est généralement conçu comme une occasion de solliciter l’aide de ce dernier, mais ce genre de rencontre contribue également à la valorisation de l’acteur qui y gagne en prestige social.

  • 69 On retrouve ici ce que Irene Bono a appelé la « citoyenneté par performance » pour nommer la norme (...)

74L’importance accordée par certaines des enquêtées à l’engagement nationaliste de leurs pères et l’accent qu’elles mettent sur les sacrifices que ces derniers étaient prêts à faire pour participer à l’indépendance du pays prennent ici tout leur sens. En soulignant le passé de résistant de leurs pères, les enquêtées inscrivent leur parcours dans la lignée de cet attachement à la cause nationale. Alors que cet engagement s’exprimait jadis par une adhésion au mouvement national, l’investissement des enquêtées prend aujourd’hui la forme d’une contribution au développement du pays qui a valeur de devoir de citoyen(ne)69.

75Il semblerait que l’avènement de l’INDH ait nettement contribué à asseoir le monarque comme référence pour une grande partie des représentant(e)s d’association interrogés. Ce programme est généralement perçu comme émanant directement du roi, initiateur, architecte et garant d’un projet de grande envergure. Pour la plupart des dirigeants interrogés, c’est surtout le discours royal du 18 mai 2005 qui a contribué à élever les associations au rang d’institutions connues et reconnues par l’Etat. Désormais, certaines enquêtées sont d’avis qu’elles disposent non seulement d’un statut particulier mais qu’elles bénéficient également ─ par l’intermédiaire du gouverneur, représentant local du roi ─ d’une connexion directe avec le Palais.

  • 70 Siham, voir note 62.

« J’ai envoyé une carte de vœux à Sîdna et je l’ai donnée au gouverneur à l’occasion de la fête que nous avions organisée. De cette manière, la carte est arrivée directement chez le roi. Elle arrive chez lui par l’intermédiaire de la préfecture. J’aurais aussi pu l’envoyer par la poste. Je l’aurais adressée au Palais. Mais en passant par la préfecture, elle arrive directement chez Sîdna. Il suffit de préciser le nom de ton association, et la lettre arrive directement chez le roi. Les choses ont changé aujourd’hui. Avant, quand un parlementaire ou un président d’arrondissement écrivaient au Roi, la lettre lui arrivait directement. Aujourd’hui, l’association est dans la même situation. L’association joue le même rôle que jouait le travail politique avant. La lettre de l’association arrive maintenant directement au Roi comme pour les autres. Il y a l’en-tête de l’association et le cachet. Ce n’est plus une lettre ordinaire70. »

76Si les propos de Siham permettent d’illustrer de quelle manière certains dirigeants d’association se perçoivent aujourd’hui comme des interlocuteurs privilégiés du Palais, ils indiquent également qu’ils se conçoivent comme étant sur le même pied d’égalité que les élus locaux. Ces derniers représentaient autrefois, avec les notables locaux, l’un des rares liens pouvant rapprocher la population du centre du pouvoir. Aujourd’hui, les représentant(e)s d’association bénéficient, par l’intermédiaire de la préfecture, d’un rapport perçu comme plus direct avec le centre du pouvoir. Par conséquent, m’explique Siham par la suite, le rôle des élus serait devenu quasi obsolète.

77Une telle perception ne repose pas seulement sur la valorisation récente que connaissent les associations locales aux yeux des autorités publiques, elle découle aussi des expériences vécues par les enquêtées dans leur quotidien en tant que dirigeantes d’association, et ce notamment depuis le lancement de l’INDH en 2005.

78Le processus par lequel Sanaa a réussi à obtenir, fin 2007, un local suffisamment grand pour héberger son centre de formation co-financé par l’INDH illustre cette affirmation. Je rappelle ici que Sanaa est venue au secteur associatif en 1999, lorsqu’elle a été embauchée par l’antenne marocaine d’une fondation internationale. En 2002, tout en continuant à gérer le centre de formation de l’ONG, elle crée la première association féminine de son quartier et y propose des activités diversifiées (alphabétisation, aérobic, confrences, etc.). En 2004, Sanaa est élue présidente d’un réseau associatif, et bien qu’elle ait démissionné de cette fonction, elle est aujourd’hui encore (re)connue à ce titre dans le quartier. Initialement financée par les cotisations des membres et par des soutiens publics ponctuels, son association s’est vue allouer, à partir de 2005, plusieurs financements dans le cadre de l’INDH (pour un total de plus de 500 000 dirhams de subventions à ce jour). Elle est par ailleurs fortement soutenue par le président de l’arrondissement et siège dans le comité préfectoral de l’INDH censé statuer sur le choix de projets faits au niveau du comité local. Dans ce contexte, elle a notamment fait la connaissance de plusieurs personnalités importantes, dont le gouverneur de la préfecture.

  • 71 Pour cette raison, Sanaa se voit refuser, en 2005, la participation duForude pas seuleme-entrepris (...)

79Lorsque je fais la connaissance de Sanaa, fin 2006, elle ne dispose d’aucun local propre à l’association. Sanaa et ses collègues dépendent alors des salles mises à leur disposition au sein du siège de l’arrondissement, de la maison de jeunes du quartier et de la fondation pour laquelle elles travaillent. Cette situation s’avère d’autant plus difficile que les bailleurs nationaux comme internationaux préfexnt financer des organisations qui disposent de leur propre local71. Dès 2003, Sanaa se tourne vers le président de l’arrondissement fraichement élu. Si ce dernier promet à maintes reprises de lui trouver un local adapté, Sanaa est toujours sans local en 2007. Lorsque je la rencontre en mars 2007, elle montre de nets signes de frustration et d’exaspération.

« L’aide qu’il nous faut absolument aujourd’hui, nous ne la recevons pas. Nous ne l’avons pas encore trouvée. Nous donner une salle par exemple, ce n’est pas une réelle aide. Nous aider serait nous donner un local. Nous avons besoin d’un local. (…) Le jour où F. [le président de l’arrondissement] nous trouvera un local, alors nous dirons qu’il a réellement commencé à nous aider et à nous soutenir dans notre travail. Mais s’il ne le fait pas, alors il ne nous aide pas. Ca va faire des années que nous attendons ce local ! »

80Quelques mois plus tard, Sanaa change de stratégie. En juin, elle organise une grande fête à l’occasion de la fin de l’année scolaire qui marque aussi la fin des cours d’alphabétisation, d’aérobic, de couture et de restauration proposés par l’association qu’elle préside. La rencontre se tient dans une grande salle de sport nouvellement construite dans l’arrondissement. Plus de mille personnes sont présentes ce jour-là. Les habitantes des environs qui représentent la grande majorité des convives sont assises sur une vingtaine de rangées installées sur la piste de sport en face d’une estrade aménagée pour l’occasion. Les hommes (largement minoritaires) et les convives les plus jeunes sont soit installés sur les bancs de spectateurs placés en surplomb de la piste, soit debout. La salle est comble. A droite de l’estrade trône un énorme portrait du roi Mohammed VI, et à ses côtés est placée une grande pancarte indiquant en français et en arabe : « Initiative nationale de développement humain ». De part et d’autre de l’estrade, faisant face au public, une dizaine de femmes installée devant des tables équipées de réchauds à gaz s’évertuent à recréer une recette de paella sous l’œil vigilant de leur enseignant de cuisine chargé de décerner un prix à la meilleure cuisinière. Un spectacle de musique est suivi d’une représentation réalisée par les formatrices de l’atelier d’aérobic, puis d’un défilé de mode présentant les créations des élèves du cours de couture et de modélisme. L’animation est prise en charge par un jeune acteur associatif fru de théâtre qui fait également office, dans le quartier, d’expert quand il est question d’équipement audiovisuel.

81En plein milieu des festivités, une agitation traverse la salle. Un groupe d’hommes qui vient de rentrer se dirige, guidé par Sanaa, vers la première rangée de chaises restée vide. Au milieu de ce groupe, il est possible de distinguer le gouverneur et le président de l’arrondissement. Tous les deux ont été conviés à la fête organisée par Sanaa, tous les deux se sont déplacés pour y prendre part. Moins d’une heure plus tard, le groupe d’hommes se lève, flicite chacune des cuisinières toujours aussi afférées autour de leurs réchauds, salue quelques femmes assises parmi les spectatrices et ressort de la salle, toujours guidé par Sanaa.

82Lorsque je revois Sanaa deux mois plus tard, elle est d’humeur très joviale : le président de l’arrondissement vient de lui attribuer un local qu’un promoteur immobilier a cédé à l’arrondissement en échange de facilités d’accès à un terrain de construction. Surprise par ce tournant survenu tellement vite, je lui demande des explications. Sanaa m’explique :

« C’est grâce à la fête que j’ai organisée en juin. C’est pour cela que je l’ai organisée. Je voulais que le gouverneur vienne voir ce que nous sommes capables de faire sur le terrain. Je voulais qu’il puisse voir la qualité de notre travail. Qu’il voit combien de personnes nous sommes capables de rassembler. (…) Il m’a dit qu’il était très impressionné. (…) Tu as vu combien de personnes étaient présentes ce jour-là ? Personne d’autre dans le quartier n’est capable de mobiliser autant de personnes. (…) Avant qu’il ne parte, j’en ai profité pour lui parler de notre problème de local. Il m’a alors assuré qu’il allait faire en sorte qu’on nous aide. Le président était debout à côté de lui. Il a tout entendu. »

83Ainsi la nouvelle stratégie employée par Sanaa consistait à changer d’interlocuteur : de passer de l’élu au gouverneur jugé plus à même de l’aider à trouver un local adapté. Le processus lancé par l’INDH a clairement facilité ce passage, en permettant à Sanaa de faire la connaissance du gouverneur, en lui confrant les moyens matériels d’organiser une fête de cette ampleur et en mettant à sa disposition un ensemble de références clefs lui permettant de mettre en scène son adhésion complète au projet de développement humain lancé dans le cadre de l’INDH. Autour du portrait du roi et de l’enseigne de l’INDH, les activités organisées lors de la fête mettent en scène l’importance accordée aux femmes (majoritaires, elles sont placées au centre de l’évènement), la capacité de l’association de mobiliser des populations « pauvres », « vulnérables » et « marginalisées » ou encore la promotion d’activités potentiellement génératrices de revenus (le concours de cuisine, le défilé de couture). De cette manière, Sanaa a réussi à attirer sur elle l’attention du gouverneur qui, d’après l’analyse qu’elle fait des évènements qui suivirent la fête de fin d’année, aurait vivement soutenu l’octroi d’un local à l’association présidée par Sanaa, incitant le président à finalement tenir sa promesse.

84Si le changement de stratégie privilégié par Sanaa illustre une certaine disqualification des élus au profit d’un regain d’importance des représentants locaux du Palais, il me semble que la réaction des autres dirigeants d’association du quartier est tout aussi intéressante à analyser. J’ai en effet eu l’occasion d’en rencontrer quelques-uns peu de mois après que Sanaa ait inauguré son centre de formation dans le local octroyé par l’arrondissement. Ce groupe entourait ce jour-là Leila qui, la mine déconfite, se plaignait de ne toujours pas avoir reçu de local lui permettant de réaliser son projet d’enseignement préscolaire financé dans le cadre de l’INDH. Leila avait besoin d’urgence d’une salle de classe proche du bidonville S. Or l’afflux des associations y avait été tel que les écoles situées aux alentours de ce bidonville n’avaient plus de salles à concéder. Leila était désemparée : si elle ne trouvait pas de salle de classe, elle perdait le projet. Elle s’était donc tournée vers F, le président de l’arrondissement ─ qu’elle avait activement soutenu lors de la campagne de 2007 – sollicitant son aide. Ce dernier tardait à lui trouver une alternative, elle attendait depuis plusieurs mois déjà. Le jeune acteur associatif qui avait animé la fête d’été organisée par Sanaa analyse alors le problème de Leila de la manière suivante :

« Tu ne comprends pas comment fonctionnent les choses. Regarde Sanaa. Pourquoi crois-tu qu’elle a eu le centre ? C’est parce qu’elle est passée directement par le gouverneur. C’est pour cela. Pendant ce temps, toi, tu restes accrochée à F en espérant qu’il va t’aider un jour. (…) Tu dois comprendre qu’avec le président, tout ce qui compte c’est la politique et les calculs politiques. Tu dois te libérer de lui. »

  • 72 Elle remplace celle de 1976.
  • 73 Selon ce nouveau texte, les villes qui, comme Casablanca, comptent plus de 500 000 habitants sont d (...)
  • 74 Voir par exemple Catusse Myriam, Cattedra Raffaele, Idrissi Janati M’hammed, « Decentralization nd (...)

85Afin de bien saisir la portée et les implications de ces propos, il faut les situer dans le cadre du partage de pouvoir, observable à toutes les échelles (régionale, provinciale/préfectorale, municipale et locale), entre les élus, d’une part, et les représentants du pouvoir central, d’autre part. Les agents d’autorité (gouverneur, caïd, pacha, etc.) qui sont nommés par le ministère de l’Intérieur (qui dépend du roi) détiennent traditionnellement un pouvoir de décision plus important que celui des élus dont la légitimité émane du vote de la population. La distribution des compétences au sein de ce système n’est pas toujours clairement définie, créant une nette confusion quant au partage de certaines prérogatives. La nouvelle charte communale adoptée en 200272 se donne comme objectif de renforcer et d’élargir le processus de décentralisation en donnant, notamment, plus de pouvoirs aux Conseils des villes formés par les élus. Mais cette réforme s’accompagne aussi par une nette réduction des prérogatives des Conseils d’arrondissement73. Elle maintient surtout une forte tutelle du ministère de l’Intérieur sur les élus locaux, notamment en matière de gestion des budgets locaux. Par la même occasion, on observe aussi un élargissement certain du rôle attribué aux représentants du pouvoir central qui, tels le wali ou encore le gouverneur, concurrencent le pouvoir attribué au président du Conseil de la ville74.

  • 75 Hibou Béatrice, « Retrait ou redéploiement de l’Etat ? », Critique internationale, 1, 1998, p. 151- (...)

86En resituant la stratégie employée par Sanaa pour obtenir un local dans ce contexte plus large des rapports de pouvoir entre représentants du Palais et instances électives, on comprend mieux l’impact que peut avoir l’essor associatif observé. Les programmes de développement qui contribuent – comme l’INDH ─ à promouvoir la participation des associations tendent, par la même occasion, à délégitimer les élus locaux tout en mettant l’accent sur les agents d’autorités qui sont plus à même (en raison des moyens symboliques ou matériels dont ils disposent) de répondre aux attentes des acteurs et actrices qui ont investi la sphère associative. Par la même occasion, en adaptant leurs stratégies à cette répartition des ressources et du pouvoir, les dirigeant(e)s d’association contribuent, indirectement, au redéploiement et à la réaffirmation de la puissance de l’Etat et à l’affaiblissement du rôle joué par les élus locaux. Ainsi, loin d’initier un désengagement et une perte de légitimité de l’Etat, la privatisation de certains de ses secteurs à travers l’implication des acteurs associatifs s’apparente bien plus à ce que Béatrice Hibou – en s’inspirant des travaux de Max Weber appelle un processus de « décharge » qui permet à l’Etat de déléguer à des acteurs privés certains de ses secteurs d’activité tout en garantissant son propre redéploiement et la réaffirmation de sa puissance75.

87En dernière analyse, il s’avère que les politiques pro-participatives mises en œuvre par l’Etat ces dix dernières années ont contribué au renouvellement des élites associatives locales. L’ouverture de nouveaux cadres de légitimation y a joué un rôle décisif. Elle a d’abord permis aux nouvelles entrantes étudiées de reconvertir en ressources leurs origines sociales et leurs compétences scolaires. Mais si les politiques pro-participatives initiées par l’Etat s’accompagnent d’un essor associatif, elles entrainent aussi un certain recul des instances électives. Il convient toutefois d’en nuancer l’ampleur dans la mesure où à défaut d’être bien implantées dans le milieu associatif local comme Sanaa les dirigeantes interrogées restent largement dépendantes des élus locaux, leurs principaux interlocuteurs au quotidien. Par conséquent, tout en revendiquant leur extériorité vis-à-vis de la sphère politique instituée, les enquêtées sont irrémédiablement amenées à se positionner par rapport aux formations politiques pour bénéficier de leur soutien. C’est ce que je mettrai en évidence dans le chapitre 9.

Notes

1 Samir, fonctionnaire d’arrondissement, chargé du volet INDH, 24 avril 2009.

2 Je m’inscris ici dans l’analyse faite par Michel Offerlé qui montre que le processus de légitimation s’avère essentiel à l’existence de tout groupe d’intérêt (telles les associations) et permet de justifier et d’entretenir « la double croyance en l’existence (et en l’importance) de l’intérêt et du groupe représenté et de la bonne représentation qu’elle en fournit ». Offerlé Michel, Sociologie des groupes d’intérêt, Paris, Montchrestien, 1998, p. 68.

3 Bono Irene, Le « phénomène participatif » au Maroc à travers ses styles d’action et ses normes, Les Etudes du CERI, n° 166, juin 2010.

4 Cefaï Daniel, « Les cadres de l’action collective. Définitions et problèmes », in Cefaï Daniel, Trom Danny (dir.), Les formes de l’action collective. Mobilisations dans les arènes publiques, Paris, EHESS, 2001, p. 50-97.

5 Retière Jean-Noël, « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, vol. 16, n° 63, 3e trimestre 2003, p. 121-143.

6 Il en va de même pour les dirigeants associatifs hommes que j’ai pu rencontrer. Il existe une expression équivalente qui est celle de « fils du quartier ».

7 Notamment rfîsa qui est un plat d’origine rurale et peu valorisé en ville.

8 En effet, et comme l’observe Jean-Noël Rétière « l’enracinement et l’héritage (…) n’ont de chances de devenir capital d’autochtonie confrant une puissance (d’accès à des positions, à des titres de reconnaissance, etc.) à son détenteur que si les autorités locales en reconnaissent − ou se trouvent contraintes d’en reconnaître − la valeur. Sans ce travail de reconnaissance, un attribut ou une qualité localement repérables peuvent demeurer à l’état de marqueur socio-local (un savoir-faire, une connaissance, une appartenance, l’estime, etc.) et ne pas se muer en ressource à haut rendement sur la scène locale ». Retière Jean-Noël, « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », op. cit., p. 139.

9 Khadija, 41 ans, vice-présidente d’une association de développement social créée en 2004.

10 Sanaa, 40 ans, présidente d’une association féminine de développement social créée en 2002.

11 C’est ce qui a pu être observé dans d’autres contextes, où la proximité est érigée en nouvelle norme. Voir par exemple Le Bart Christian, Lefebvre Rémi, « Introduction. Une nouvelle grandeur politique ? », in Le Bart Christian, Lefebvre Rémi (dir.), La proximité en politique. Usages, rhétoriques, pratiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 18.

12 Elles font ici référence à la difficulté des hommes d’entrer dans une maison lorsque seules des femmes y sont présentes.

13 Bras Jean-Philippe, « A la recherche des élites locales », in Sedjari Ali (dir.), Etat, espace et pouvoir local : réflexions sur le Maroc et les pays en développement, Rabat, Guessous, 1991, p. 137-147.

14 Cette idée rejoint la tendance observée, d’une manière plus générale, par Sarah Ben Nefissa au sujet des associations et ONG du monde arabe devenues « par leurs liens étroits avec les pouvoirs publics sur le plan national et local (…) des espaces de construction de notabilités sociales et politiques et d’accès à l’espace public administratif et politique ». Ben Nefissa Sarah, « Associations et ONG dans le monde arabe : vers la mise en place d’une problématique », in Ben Nefissa Sarah (dir.), Pouvoirs et associations dans le monde arabe, Paris, CNRS, 2002, p. 19.

15 Nous verrons, plus loin, que dans les quartiers où le chômage est endémique, ces sources de revenu ont une valeur qui ne doit pas être sous-estimée. Sans vouloir réduire le travail associatif à une activité génératrice de revenus, il est important de noter que la limite epart bénévolat (qui constitue une posture largement revendiquée par les acteurs associatifs) et salariat (ou rémunérations ponctuelles) y est relativement floue.

16 Maha, 51 ans, mariée, présidente d’une association de quartier créée en 1998.

17 Cette capacité de mobilisation attire aussi l’intérêt des partis politiques et des candidats qui y voient un moyen efficace d’accéder aux électeurs. Les dirigeant(e)s d’association soutiennent les candidats en échange d’un appui matériel ou symbolique. Je traiterai cette question dans le chapitre 9.

18 Sanaa, voir note 10.

19 Discussion informelle réalisée en 2009 avec un acteur associatif impliqué dans l’élaboration de cette liste.

20 Pour plus de détails sur cet incident voir « Sidi Moumen : le don de la colère », La Gazette du Maroc, 16 juin 2007, n° 529.

21 Une telle collaboration peut d’ailleurs s’avérer risquée lorsque l’action suscite la colère et le mécontentement de la population. Ainsi, le jeune acteur associatif impliqué dans l’élaboration de cette liste a-t-il préféré quitter le quartier pendant quelque temps en attendant que la colère des habitants se soit apaisée.

22 De Sardan Jean-Pierre Olivier, Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social, Paris, Karthala, 1995, p. 160.

23 Ibid., p. 155-156.

24 Cette scène se déroule à quelques mois des élections législatives de septembre 2007.

25 Bennani-Chraïbi Mounia, « Représenter et mobiliser dans l’élection législative au Maroc », in Bennani-Chraïbi Mounia, Catusse Myriam, Santucci Jean-Claude (dir.), Scènes et coulisses de l’élection au Maroc. Les législatives 2002, Paris, Karthala, 2004, p. 42-43.

26 Sanaa, voir note 10.

27 Meriem, 47 ans, divorcée, vice-présidente d’une amicale de quartier créée en 2003 et trésorière d’une association socioculturelle pour jeunes créée en 2004.

28 L’un des principaux axes de travail de certaines associations féministes – souvent en partenariat avec des organismes internationaux tels que le FNUAP ou l’UNIFEM est de lutter contre les violences faites aux femmes. Des centres d’écoute ont notamment été érigés pour accueillir des femmes victimes de violences et leur offrir un accompagnement psychologique, médical et légal.

29 Sanaa, voir note 10.

30 Données fournies dans le cadre du document qui scelle, en août 2007, l’accord de projet entre le gouvernement du Royaume du Maroc et le Fonds des Nations Unies pour la Population autour de la Promotion de l’égalité de genre et de lutte contre la violence à l’égard des femmes, cycle 2007-2011. URL : http://www.morocco-unfpa.org/spip.php?article32

31 Créé en 2004, le réseau ANARUZ regroupe plusieurs associations et centres d’écoute au Maroc pour contribuer au renforcement des capacités des associations à travers le Maroc dans les domaines de la défense des droits des femmes et la lutte contre les violences à leur égard. Pour plus de détails voir le site officiel de cette organisation : www.anaruz.org

32 ANARUZ, Les violences fondées sur le genre au Maroc, troisième rapport, 2007.

33 Lhâjja (au masculin Lhâjj) est un terme employé pour nommer une personne qui a réalisé l’obligation religieuse du pèlerinage à la Mecque. Par extension, cette appellation exprime aussi une forme de respect et de déférence.

34 Pour une analyse de l’importance accordée aujourd’hui à la professionnalisation dans le milieu associatif marocain, voir Cheynis Eric, L’espace des transformations de l’action associative au Maroc. Réforme de l’action publique, investissements militants et légitimation internationale, thèse de doctorat de Sciences sociales, Paris, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2008, p. 288-306.

35 A titre d’exemple, le ministère du Développement social, de la Famille et de la Solidarité lance en 2007 un programme de qualification des associations qui vise à distribuer un label de qualité aux associations qui auront non seulement signé une « charte éthique des associations » mais seront également soumises à une mise à niveau administrée par le ministère et mise en œuvre par un bureau d’études.

36 Ces formations – ainsi que la mise à niveau des associations – représentent d’ailleurs un marché qui a été investi par des bureaux d’études, des universitaires et des acteurs associatifs confirmés œuvrant en tant qu’experts en développement local.

37 Dans bien des cas, ces formations, qui s’adressent à tous les acteurs impliqués dans le processus d’application de l’INDH, ont effectivement contribué à réunir – dans la même salle de classe – des acteurs associatifs et des fonctionnaires de l’arrondissement et de la préfecture, ce qui a parfois favorisé l’établissement de liens privilégiés entre acteurs associatifs et responsables administratifs.

38 Avant le lancement de l’INDH, la plupart avaient déjà bénéficié de formations proposées par le RESAQ ou d’autres agences et associations de développement.

39 J’ai rencontré plusieurs dirigeant(e)s d’association qui affirmaient que durant certaines périodes ils participaient à plusieurs formations par mois.

40 Ilham, 40 ans, licenciée en études islamiques, trésorière d’une association féminine de développement social pour femmes, enfants et jeunes créée en 2002.

41 Sur le rôle joué par l’opposition « proximité/distance » dans l’émergence de représentants politiques, voir par exemple Leroux Pierre, « Réenchanter les campagnes. Paradoxes et ambiguïtés de l’usage de la proximité », in Le Bart Christian, Lefebvre Rémi (dir.), La proximité en politique. Usages, rhétoriques, pratiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 91-102.

42 Les droits d’inscription aux formations peuvent atteindre 100 dirhams (moins d’une dizaine d’euros) par personne et par mois.

43 La salarisation et la professionnalisation croissante du personnel des associations représentent un phénomène global, de plus en plus répandu, qui touche tant les organisations œuvrant à l’échelle internationale, nationale que locale. Voir par exemple Barthélémy Martine, Associations : un nouvel âge de la participation ? Paris, Presses de Sciences Po, 2000 ; Marteu Elisabeth, Les associations de femmes arabes en Israël. Actrices et enjeux de nouvelles formes de mobilisation palestinienne en Israël, thèse de doctorat : science politique : Paris, Institut d’études politiques Paris/Université Ben Gourion, 2009 ; Elyachar Julia, Markets of dispossession. NGOs, Economic Development, and the State in Cairo, Durham and London, Duke University Press, 2005.

44 Voir aussi Bono Irene, « L’activisme associatif comme marché du travail. Normalisation sociale et politique par les "activités génératrices de revenus " à El Hajeb », Politique Africaine, n° 120, décembre 2010, p. 25-44.

45 Barthélémy Martine, Associations : un nouvel âge de la participation ? op. cit., p. 199.

46 Tozy Mohamed, « Religiosité au féminin », in El Ayadi Mohamed, Rachik Hassan, Tozy Mohamed, L’islam au quotidien. Enquête sur les valeurs et les pratiques religieuses au Maroc, Casablanca, Prologues, 2007, p. 199.

47 Des processus semblables ont été observés dans d’autres contextes sociaux. Pour la France, voir par exemple Guionnet Christine, « ‘La politique autrement’ à Rennes entre récurrences et réinventions », in Lagroye Jacques, Lehingue Patrick, Sawicki Frédéric (dir.), Mobilisations électorales. Le cas des élections municipales de 2001, Paris, PUF, 2005, p. 117-143.

48 Catusse Myriam, « Le charme discret de la société civile. Ressorts politiques de la formation d’un groupe dans le Maroc ‘ajusté’ », Revue internationale de politique comparée, n° 2, 2002, p. 308.

49 Cette idée rejoint les analyses qui montrent que « la légitimité d’une politique prétendue "différente" ou "nouvelle" est essentiellement fondée sur la recherche d’alternatives aux affiliations partisanes classiques ». Arnaud Lionel, Guionnet Christine, « Introduction. Les frontières du politique. Enquêtes sur les processus de politisation et dépolitisation », in Arnaud Lionel, Guionnet Christine (dir.), Les frontières du politique. Enquête sur les processus de politisation et de dépolitisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 24.

50 Cf. Discours de S.M le Roi Mohammed VI à l’occasion du premier anniversaire de son intronisation, Rabat, le 30 juillet 2000. Cette position rappelle les analyses qui ont montré l’absence de « contenu sociopolitique » dans les nouveaux paradigmes de développement comme celui de la gouvernance et de la participation. Pour le cas du Maroc voir par exemple Allal Amin, « "Développement international" et "promotion de la démocratie" : à propos de la "gouvernance locale" au Maroc », L’Année du Maghreb, Paris, CNRS, 2007, p. 275-296. Sur le caractère dépolitisé des politiques de développement, voir aussi Elyachar Julia, Markets of dispossession. NGOs, Economic Development, and the State in Cairo, op. cit.

51 Cf. chapitre 3.

52 Ce n’est qu’en période électorale que le capital partisan prend de l’importance : en insistant sur leur passé au sein d’une organisation politique, elles peuvent non seulement mettre en avant leur savoir-faire politique mais aussi montrer que leur implication électorale résulte d’un engagement politique passé et non de calculs opportunistes.

53 Siham ne se présentera à aucun des rendez-vous prévus après cette rencontre.

54 Fillieule Olivier, Bennani-Chraïbi Mounia, « Exit, voice, loyalty et bien d’autres choses encore… », in Bennani-Chraïbi Mounia, Fillieule Olivier (dir.), Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 82.

55 Meriem, voir note 27.

56 Hind, 47 ans, présidente d’une association féminine de développement social pour femmes, enfants et jeunes créée en 2004.

57 Selon le cas, ce sont soit les partis islamistes, soit les partis d’extrême-gauche qui sont craints.

58 Khadija, voir note 9.

59 Hanane, 44 ans, présidente d’une association féminine pour femmes et adolescents créée en 2004.

60 Jamila, 26 ans, trésorière d’une association féminine de développement social pour femmes, enfants et jeunes créée en 2002.

61 Halima, 53 ans, divorcée, doctorat, présidente d’une association féminine de développement social créée en 1999.

62 Siham, 47 ans, présidente d’une association pour femmes et enfants souffrant d’handicaps créée en 2004.

63 Les agréments de transport sont nécessaires à l’exploitation de taxis. Le système d’attribution de ces agréments a été initialement établi comme « filet social » censé récompenser d’anciens résistants et aider des personnes dans le besoin (orphelins et veuves de militaires, personnes souffrant d’un handicap, etc.). Loué à des intermédiaires, un agrément peut rapporter jusqu’à 2500 dirhams de rente par mois à son propriétaire.

64 Avant de succéder à son père, Mohammed VI s’était déjà fait un nom en tant que « prince des pauvres ». Il doit ce sobriquet à son habitude de recevoir les doléances de personnes jugées dans le besoin (notamment les personnes souffrant d’un handicap) et de leur attribuer une aide matérielle. Ainsi, une foule de mendiants et de personnes handicapées venait régulièrement s’installer aux abords de son palais situé à la sortie de Salé, dans l’espoir de se voir distribuer de l’aide lors d’un de ses passages. Siham rapporte qu’elle s’y est rendue presque quotidiennement pendant près de six mois avant d’avoir l’occasion de décrocher une entrevue avec le prince.

65 Je précise que ce discours n’est pas présent chez toutes les dirigeantes interrogées. Si elles sont unanimes quant à leur distanciation vis-à-vis des partis politiques, l’idéalisation du roi comme champion du travail social est absent des propos de certaines d’entre elles dont, par exemple, Maha.

66 Bono Irene, Le "phénomène participatif" au Maroc à travers ses styles d’action et ses normes, op. cit., p. 21-22.

67 Cette tendance s’observe chez une grande partie des enquêtées, mais elle n’est pas représentative de tout l’échantillon. Les propos de Maha, par exemple, ne laissent pas transparaître une telle position. Si cette dernière se montre très critique vis-à-vis des partis politiques, elle prend également ses distances du reste de l’establishment, boycottant notamment l’INDH.

68 En tant que représentante des associations locales, Sanaa fait partie du comité qui a accueilli le roi lorsque ce dernier visita son quartier en 2003. Elle fait également partie de la délégation d’acteurs associatifs présents lors de la cérémonie de présentation du programme 2006-2010 de l’INDH présidée par le roi et organisée au sein du palais royal à Casablanca. Samira fait aussi partie de la délégation de représentant(e)s d’association conviés lors de cette cérémonie. Quant à Nasma, elle a fait partie de la délégation qui accueillit le monarque lors de l’inauguration d’un centre social construit dans son quartier à l’aide d’un financement accordé par la Fondation Mohammed V.

69 On retrouve ici ce que Irene Bono a appelé la « citoyenneté par performance » pour nommer la norme qui veut que la citoyenneté des individus « se traduit par leur capacité à s’insérer dans l’économie productive ». Bono Irene, Le "phénomène participatif" au Maroc à travers ses styles d’action et ses normes, op. cit., p. 8.

70 Siham, voir note 62.

71 Pour cette raison, Sanaa se voit refuser, en 2005, la participation au Forum associations-entreprises co-organisé par le RESAQ.

72 Elle remplace celle de 1976.

73 Selon ce nouveau texte, les villes qui, comme Casablanca, comptent plus de 500 000 habitants sont dorénavant rassemblées en municipalités uniques découpées en arrondissement et représentées par un Conseil de la ville formé d’élus locaux. Cette réorganisation du pouvoir élargit les prérogatives du président de ce Conseil (dorénavant appelé par la presse « maire ») au détriment des conseils d’arrondissement.

74 Voir par exemple Catusse Myriam, Cattedra Raffaele, Idrissi Janati M’hammed, « Decentralization nd its paradoxes in Morocco », in Driesken Barbara, Mermier Franck, Wimmen Heiko (dir.), Cities of the South. Citizenship nd exclusion in the 21st Century, London : Saqi Books, 2007, p. 113-135.

75 Hibou Béatrice, « Retrait ou redéploiement de l’Etat ? », Critique internationale, 1, 1998, p. 151-167 ; Hibou Béatrice, « De la privatisation des économies à la privatisation des Etats. Une analyse de la formation de l’Etat », in Hibou Béatrice (dir.), La privatisation des Etats, Paris, Karthala, 1999, p. 11-67.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable