Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes, associations et politique à Casablanca

 | 
Yasmine Berriane

Première partie. Devenir dirigeante d'association : dispositions individuelles et nouvelles opportunités

Chapitre 5. L’inclusion des femmes : les contours d’une nouvelle norme

Texte intégral

  • 1 Samir, fonctionnaire d’arrondissement, chargé du volet INDH, entretien du 24 avril 2009.

 « Dès que je reçois un projet, je demande : "Où est l’approche genre ? Où est la femme ?" (…) S’il n y a pas de femmes, c’est comme si rien n’avait été fait1. »

1La promotion officielle de la participation associative a eu un net impact sur le déploiement de nouvelles associations dans le pays, sur leur valorisation sociale et politique et, par extension, sur l’ouverture d’une brèche qui a facilité l’insertion d’acteurs non encore établis. Pour comprendre l’émergence de femmes parmi ces derniers, il faut ajouter une deuxième dimension qui est tout aussi centrale : le rôle joué, depuis le début des années 2000, par les interventions visant à promouvoir le statut des femmes et à favoriser d’une façon générale l’égalité des sexes dans le pays. L’analyse des carrières des enquêtées montre, en effet, l’importance de ces nouvelles politiques publiques.

  • 2 Muller Pierre, « Les politiques publiques peuvent-elles contraindre les hommes à faire le ménage ?  (...)

2La question du respect de « l’approche genre » (muqârabat al-nawc) et de « l’inclusion des femmes » (idmâj al-nisâ’) font partie des thématiques les plus en vogue aujourd’hui dans les associations de quartier que j’ai eu l’occasion d’observer. La majeure partie des personnes interrogées (hommes et femmes) s’accordent pour attribuer une même origine à ce phénomène : le roi. Ce dernier n’a effectivement eu de cesse – depuis son arrivée au pouvoir – de promouvoir et de valoriser la participation des femmes au développement du pays, tout en initiant des actions visant cet objectif. Ces interventions posent de manière intéressante la question de la production et de la diffusion de politiques publiques menées pour améliorer le statut des femmes et viser l’égalité entre les sexes. Par extension, elles posent également la question des représentations véhiculées à travers ces politiques et de l’incidence de celles-ci sur les rapports de genre au sein de la société2.

  • 3 Compris ici comme l’ « ensemble des politiques publiques visant explicitement et en premier lieu à (...)

3Je m’attacherai dans ce qui suit à esquisser les contours de ce « féminisme d’Etat3 » promu tant par les autorités publiques que par les acteurs associatifs, en décrivant, d’abord, les interventions initiées dans ce sens par le monarque et les représentations qui sous-tendent ces dernières. Je montrerai, ensuite, comment ces normes sont diffusées à travers les médias et les politiques locales de développement pour décrire, enfin, de quelle manière les dirigeants associatifs (hommes) s’adaptent à ces nouvelles directives en recrutant de manière ciblée des femmes. Articulée autour de ces trois points, l’analyse cherche à montrer que les politiques publiques en faveur d’une plus large participation des femmes ont l’avantage de poser la question de la discrimination sociale de ces dernières, d’appréhender le problème de leur infériorité juridique et de promouvoir leur inclusion dans la sphère publique. Par la même occasion, nous verrons que ces politiques passent également par une (re)production des représentations qui entretiennent les stéréotypes de genre sur lesquels reposent la division sexuelle du travail et les rapports de pouvoir dans la sphère associative locale.

La promotion de la participation féminine par le « roi des femmes »

  • 4 Parmi les parties impliquées dans ce processus, on peut évidemment citer les associations féministe (...)
  • 5 Lieber Marylène, Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question, Pari (...)
  • 6 Camau Michel, Massardier Gilles, « Revisiter les régimes politiques », in Camau Michel, Massardier (...)

4D’une manière générale, mes interlocutrices et interlocuteurs perçoivent le roi comme l’un des plus importants acteurs de l’émancipation féminine dans le pays. Cette perception fait l’impasse sur le long processus qui a conduit à l’émergence du « féminisme d’Etat » dont se prévaut aujourd’hui le Maroc4 et efface le rôle joué par une multitude d’acteurs impliqués, à différentes échelles, dans le processus d’élaboration et d’application des politiques publiques, « fruit toujours mouvant d’un ensemble hétéroclite de mesures, d’action et de décisions auxquelles participent de nombreux acteurs appartenant à des organisations de tout genre et intervenant à des niveaux divers5 ». Bien qu’elle ne reflète pas cette « fragmentation des pouvoirs6 », la perception de mes enquêtées (centrée sur le rôle joué par le roi) reste toutefois centrale, car elle exprime la position qu’occupe le monarque, aujourd’hui, dans certaines représentations qu’ont les acteurs sur le terrain de « l’origine » des politiques de promotion de la participation des femmes. Cette perception rappelle, par ailleurs, la place que le roi accorde, depuis son intronisation, à la question des femmes dans ses discours et actions.

5Si Mohammed VI était déjà connu avant son intronisation – et en raison de son engagement largement médiatisé en faveur des plus démunis – comme le « prince des pauvres », il suscite, peu d’années après son arrivée au pouvoir, l’apparition d’un nouveau sobriquet, celui de « roi des femmes ». Cette dernière appellation a pris naissance et s’est surtout diffusée à l’occasion de l’annonce faite par le roi, en octobre 2003, de la réforme du Code du statut personnel (la Moudawana), mais elle repose également sur tout un ensemble d’interventions officielles, de réformes et d’actions symboliques qui ont contribué à asseoir son image de roi mobilisé en faveur d’une plus large promotion de « la question des femmes » dans le pays.

  • 7 Les citations analysées ci-dessous sont extraites d’un ensemble de 46 discours et interviews publié (...)
  • 8 Il décrit ces actions comme faisant partie de ces « premières initiatives » dans une interview acco (...)
  • 9 Interview accordée à la revue La Médina, le 11/07/02.
  • 10 Ces exemples sont extraits des interventions officielles suivantes de Mohammed VI, dans l’ordre : s (...)
  • 11 Respectivement dans une interview accordée au quotidien arabe Asharq Al-Awsat le 23/07/2001, une au (...)

6Depuis son ascension au trône en 1999, la question des femmes est effectivement une thématique qui apparaît de manière récurrente dans les discours et les interviews de Mohammed VI, et ce tant au niveau national qu’international7. Il exprime ainsi, à maintes occasions, son intention d’intervenir afin d’atteindre une meilleure inclusion sociale, économique et politique des femmes au Maroc et de remédier aux discriminations dont font l’objet ces dernières. Il insiste, par ailleurs, sur le caractère prioritaire de ces actions8 auxquelles il accorde une attention toute particulière parce qu’elles le touchent « personnellement9 ». Les allusions à l’importance d’une intervention directe de l’Etat sont nombreuses. Ainsi, il s’agit tour à tour de promouvoir la condition des femmes, de leur « venir en aide », de les « associer » aux activités de développement, d’encourager leur accès à tous les domaines du savoir, de leur « rendre justice » et de les affranchir de toutes les formes d’injustice10. Plus précisément, il s’agit de porter aux femmes « une attention particulière » et de « les rendre à même de se prendre en charge », « d’optimiser leurs atouts » et de « leur laisser la faculté de s’insérer dans tous les rouages de la vie de la nation11 ».

7Plus concrètement, le diagnostic que fait le monarque dans ses discours, dès le début de son règne, identifie quatre grands chantiers à ouvrir pour faire face aux problèmes que rencontrent les femmes dans le pays. Le premier concerne les droits économiques : il s’agit de lutter contre la pauvreté et la marginalisation économique des femmes. Le deuxième est législatif : il concerne la question des droits des femmes et la nécessité de les protéger de la violence. Le troisième porte sur l’alphabétisation, l’éducation et la formation de la population féminine du pays. Enfin, le monarque juge nécessaire de féminiser le champ religieux et politique dans le pays.

  • 12 Cité dans Dayan-Herzbrun Sonia, « La mixité dans le politique », in Ballmer-Cao Thanh-Huyen, Mottie (...)
  • 13 Selon la tradition du makhzen, le titre de princesse ne peut être transmis que par la naissance.
  • 14 Les épouses de Hassan II, père de Mohammed VI, n’apparaissaient jamais en public.

8Ces quatre volets ont effectivement donné lieu à de nombreuses actions de l’Etat durant les dix dernières années. Dans un premier temps, la mise en application s’est faite par la promotion de femmes dans les plus hautes sphères de l’Etat. Le mariage du souverain en juillet 2002 en est un exemple particulièrement emblématique. Alors que son père, Hassan II, déclarait « au Maroc, il n’y a pas de reine12 », le mariage de Mohammed VI se distingue non seulement par l’attribution du titre de princesse à l’épouse du roi13 mais également par la présentation de cette dernière au grand public14 et par la médiatisation – minutieusement orchestrée et contrôlée par le Palais – de son parcours professionnel de jeune ingénieure issue de la classe moyenne et décrite comme « brillante étudiante », « indépendante » et « intelligente ». Une mise en scène qui incite même la presse nationale et internationale à y voir les prémisses d’un changement de la condition des femmes dans le pays.

  • 15 Berrissoule Badra, « Mariage royal. Une fête avant tout », L’Economiste, n° 1312 du 15/07/2002.

« S.M. le Roi a rompu avec une tradition de secret entourant le mariage des sultans en révélant l’identité de son épouse et en la présentant publiquement. (…) Ce geste a été interprété par plusieurs observateurs comme un signe de modernité. D’autres vont plus loin pour y voir un changement de la condition de la femme, prédisant un impact considérable sur le fonctionnement de la société15 ».

  • 16  « Suqût at-tabuhât bi-t-tadrîj » [La chute progressive des tabous], Al-Mashcal, n° 51 du 13 au 19 (...)

9Le dévoilement des arcanes du Palais au public s’accompagne aussi d’une médiatisation plus marquée des sœurs du roi. Si les informations diffusées à leur sujet continuent à être contrôlées par le Palais, elles ont gagné en visibilité ces dernières années, faisant régulièrement la couverture de certains journaux et tabloïdes. Ainsi, l’hebdomadaire Al-Mash‘al se réjouissait en 2005 dans un numéro consacré aux « princesses du Maroc », de la tombée des tabous qui contribuaient auparavant à isoler les princesses de la scène publique du pays. Leur nouvelle visibilité est interprétée comme un signe de « changement » et « d’ouverture du pays » vers une nouvelle ère16.

10De même et dès ses premières années de règne, le souverain nomme des femmes à de hautes fonctions au sein de l’Etat : gouverneures, secrétaires d’Etat, conseillères, ministres, responsables de la Fondation Mohammed V, de l’Office national du tourisme ou encore de l’Office national de la recherche et de l’exploitation pétrolière. Ces nominations sont largement médiatisées. Une autre action symbolique est la proclamation, en 2008, du 10 octobre comme Journée nationale de la femme marocaine, en commémoration du discours royal annonçant, en 2003, la réforme du Code de la famille. Cette journée de célébration vient s’ajouter à la Journée mondiale de la femme, célébrée le 8 mars de chaque année.

  • 17 Contrairement aux listes locales, les listes nationales ne dépendent pas d’une circonscription part (...)

11Au-delà des discours et des actions symboliques, plusieurs réformes ont été engagées afin d’améliorer le statut des femmes et de promouvoir l’égalité des sexes. Ces réformes touchent aussi à la participation des femmes dans la sphère politique et religieuse. Ainsi la loi électorale révisée à la veille des élections législatives de 2002 introduit un quota de 10 % de femmes au parlement par le biais de « listes nationales » composées de femmes17. Au lendemain de ces échéances électorales, le nombre d’élues parlementaires passe effectivement de 2 à 35 (dont 30 élues sur liste nationale). Durant les élections communales de 2009, c’est un quota de 12 % qui est appliqué par le biais de listes additionnelles exclusivement composées de femmes, venant s’ajouter aux listes locales habituelles. A l’occasion de ce scrutin, un fonds de soutien à la participation électorale des femmes a également vu le jour. Au lendemain de ces échéances électorales, la représentation féminine au sein des conseils communaux passe de 0,54 % à 12,25 %.

  • 18 Il s’agit là de conférences religieuses qui ont lieu en présence du roi durant le mois du ramadan.

12En 2003, une femme est invitée pour la première fois à prononcer une conférence dans le cadre des « causeries du Ramadan18 » données en présence du souverain et de nombreux théologiens, diplomates et personnalités de haut rang. L’événement marque le début d’un processus de féminisation de la sphère religieuse, qui prend forme avec le lancement de cycles de formations pour préparer des femmes prédicatrices (murshidât) à l’encadrement religieux des jeunes et des femmes dans les mosquées et former des théologiennes (câlimât) recrutées par le ministère des Affaires islamiques.

13Les réformes législatives ont également été nombreuses. En 2003, la révision du Code pénal introduit des mesures pour protéger les femmes de la violence (en particulier conjugale). La même année, la promulgation d’une réforme du Code du travail consacre pour la première fois le principe de non-discrimination entre les hommes et les femmes en matière d’emploi et de salaires et fait du harcèlement sexuel sur le lieu de travail un délit grave. Quant à la réforme du Code de la nationalité, annoncée par le roi en juillet 2005 et adoptée par le parlement en 2007, elle permet dorénavant aux femmes marocaines de transmettre leur nationalité à leurs enfants nés de père étranger.

  • 19 Elaboré en 1957-1958, ce code régit le statut personnel des Marocains et des Marocaines selon une i (...)
  • 20 Les réformes introduites par ce texte sont considérables, mais certains points sont restés en suspe (...)

14Parmi ces réformes, c’est certainement la révision du Code du statut personnel19 (Moudawana) – basé sur une législation religieuse (charia) – qui s’est imposée, au niveau tant national qu’international, comme l’un des changements les plus spectaculaires de l’ère Mohammed VI. Alors que l’ancien texte consacrait la mise sous tutelle des femmes, le nouveau code (dorénavant appelé Code de la famille) repose sur le principe de l’égalité et de la responsabilité mutuelle des deux époux dans la gestion de la famille. Les femmes n’ont désormais plus besoin de tuteur pour se marier. La polygamie est assortie de conditions qui la rendent quasiment impossible. La répudiation est soumise à l’autorisation préalable d’un juge. Les femmes peuvent, enfin, demander le divorce et bénéficient d’un droit de garde prioritaire20.

  • 21 Comme le mouvement Justice et Bienfaisance (Al Adl Wal Ihsane) et le Parti Justice et Développement (...)

15Les modifications apportées à ce texte ont marqué les esprits, car elles sont l’aboutissement d’un très long processus qui a débuté plusieurs décennies plus tôt. Le débat autour de la réforme de ce texte de loi jugée nécessaire par les associations féministes s’impose à partir des années 80 et gagne de l’importance durant la deuxième moitié des années 90. La thématique fait son entrée définitive sur la scène publique du pays lorsqu’en 1998 le nouveau gouvernement dirigé par les partis de gauche propose son projet d’intégration des femmes au développement auquel s’opposent des acteurs et mouvements qui se revendiquent d’un référentiel islamique21. La confrontation culmine en mars 2000 avec une double manifestation qui a marqué les esprits : alors que manifestaient, à Rabat, les défenseurs du plan d’intégration, les opposants au plan défilaient dans les rues de Casablanca. En tranchant en faveur d’une réforme du code en 2003, le roi mettait donc fin à un long cycle de mobilisations. Le changement apporté par le nouveau texte est d’autant plus spectaculaire qu’il a permis de rompre avec la sacralité du code qui en faisait un texte intouchable. L’importance de cette réforme se mesure, enfin, à l’ampleur de la médiatisation dont elle a fait l’objet.

Les représentations véhiculées par les politiques de promotion de la participation des femmes

  • 22 Muller Pierre, Surel Yves, L’analyse des politiques publiques, Paris, Montchrestien, 1998, p. 48.
  • 23 Danduran Renée B., Jenson Jane, Junter Annie, « Les politiques publiques ont-elles un genre ? », Li (...)

16Si ces discours et actions se donnent comme objectif de construire de nouvelles représentations et normes et d’inciter à un renouvellement des pratiques, ils reposent également – comme toute autre politique publique – sur des « principes abstraits, définissant le champ des possibles et "dicibles" dans une société donnée, identifiant et justifiant l’existence de différences entre individus et/ou groupes, hiérarchisant un certain nombre de dynamiques sociales22 ». Quelle vision des rapports sociaux de sexe reflètent donc ces politiques publiques en faveur de l’égalité des sexes ? Cette question est d’autant plus importante qu’à la lumière des recherches féministes, il a été démontré que les politiques publiques – même lorsqu’elles se voulaient « neutres » – contribuaient à entretenir les inégalités de sexe en reproduisant notamment la division sexuelle des rapports sociaux qui légitiment les traitements discriminatoires23. Une déconstruction des discours qui sous-tendent ces actions publiques s’avère donc nécessaire.

  • 24 Respectivement dans son discours du 20/08/1999 pour le 46e anniversaire de la Révolution du Roi et (...)

17Dans la majeure partie des interventions du chef de l’Etat, le respect de l’égalité des sexes et la promotion de la participation des femmes sont mis en lien avec les efforts déployés pour développer le pays. L’inclusion des femmes et la promotion de leurs droits permettent non seulement d’« atteindre progrès et prospérité », de contribuer à « fonder la modernité et le renouveau sur des bases solides » et à « mettre en place un cadre moderne », mais participent aussi au « développement global d’une société démocratique et moderniste »24. Le fait d’associer les femmes au développement du pays permet, selon le monarque, de répondre à plusieurs impératifs du développement. C’est tout d’abord une manière de construire l’avenir du pays sur des bases solides car égalitaires. C’est ensuite une façon de garantir la participation de « toutes les forces » de la nation aux grands chantiers de développement entrepris. C’est enfin une solution pour remédier à la marginalisation économique et politique des femmes et donc pour les sortir de la pauvreté dans laquelle le souverain voit l’un des principaux freins au développement du pays.

  • 25 Message adressé le 27/02/2004 à Marrakech au Comité de suivi de la conférence des organisations fra (...)
  • 26 Allocution au dîner officiel offert le 09/10/2003 en l’honneur du Président Jacques Chirac à Fès ; (...)
  • 27 Respectivement lors du discours adressé le 22/05/04 au Sommet arabe de Tunis et lors de la présenta (...)
  • 28 Discours du 30/07/2004 à l’occasion de la Fête du Trône à Rabat.
  • 29 Discours du 17/03/2002 lors de l’ouverture des travaux de la 107e conférence de l’Union interparlem (...)

18La question du développement est présentée comme étant intimement liée à celle de la démocratie : « Nous sommes partis du principe que démocratie et développement sont indissociables25 ». Dans ce contexte, le souverain rappelle que l’émancipation des femmes fait partie des chantiers « d’une société démocratique26 ». Promouvoir l’amélioration de la condition des femmes et favoriser son intégration dans les différents domaines d’activité concourent à « conforter les acquis démocratiques » et à édifier « un Maroc démocratique et moderne sur des bases solides27 ». La « démocratie » dont parle Mohammed VI est présentée comme étant non encore établie au Maroc. En « chantier permanent28 », elle restera fragile et menacée tant que « ne seront pas éliminées toutes les formes de marginalisation et de mauvais traitement qui pèsent sur les catégories défavorisées, notamment les femmes29 ». Autrement dit, la promotion des droits des femmes est l’une des conditions préalables à l’établissement d’une démocratie viable au Maroc.

  • 30 Respectivement dans la présentation du 03/02/2004 du Code de la famille devant le parlement ; dans (...)
  • 31 Respectivement dans ses interviews accordées aux revues libanaises Al Hawadith, La Revue du Liban, (...)
  • 32 Respectivement dans son message à l’occasion du 51e anniversaire de la Déclaration universelle des (...)

19Dans ce double processus de développement et de démocratisation, les femmes ont deux rôles majeurs à jouer qui reposent sur une vision essentialiste et stéréotypée du féminin. Elles apparaissent d’abord comme des « victimes ». S’il faut « rendre justice » aux femmes, c’est parce qu’elles subissent, explique le chef de l’Etat, de grandes injustices : victimes de violences, de discriminations et d’injustices, elles sont particulièrement vulnérables à la pauvreté30. Pour cela, elles nécessitent une attention toute particulière, au même titre que les « enfants des rues », les « handicapés » ou encore les « personnes âgées31 ». Le plus souvent, ce diagnostic est appliqué à une catégorie uniforme qui est celle de « la femme marocaine », et, plus rarement, ce sont des groupes particuliers qui sont cités : « la femme rurale », les « femmes chefs de famille démunies », les « femmes démunies »32.

  • 33 Discours du 11/10/2002 d’ouverture de la première année de la 7e législature et son discours du 10/ (...)
  • 34 Respectivement dans son allocution lors de l’ouverture des travaux du Conseil supérieur de la Promo (...)
  • 35 Respectivement dans son discours d’ouverture de la première année de la 7e législature (Rabat le 11 (...)
  • 36 Respectivement dans son discours d’ouverture de la nouvelle année législative (Rabat le 10/10/2008) (...)

20Si les femmes se distinguent des hommes par leur plus grande vulnérabilité, elles s’en différencient également par un ensemble d’attributs qui font d’elles des héroïnes, vecteurs essentiels de tout développement et de toute démocratisation. Le roi précise ainsi que la promotion d’une plus large participation des femmes marocaines permettrait de valoriser et de rentabiliser les nombreuses qualités qui font leur « réputation33 ». Dans ce sens, il loue la détermination et le pragmatisme qui distinguent toutes les élues femmes, en insistant tant sur leur « ferme volonté » que sur leur « sérieux » et leur « réalisme »34. La « femme marocaine » se distinguerait, de manière plus générale, par son « intégrité » et sa « droiture »35. Sa « fibre sociale » et son « dévouement au service de l’intérêt général » l’habiliteraient enfin à s’impliquer pleinement et efficacement dans le développement du pays36.

  • 37 Parmi les conventions signées par le Maroc on compte : le Pacte relatif aux droits civils et politi (...)
  • 38 Respectivement dans son discours à l’occasion de la célébration du 60e anniversaire de la Déclarati (...)

21Le lien fait ici entre, d’une part, l’amélioration du statut des femmes et les promesses de développement et de démocratisation et, d’autre part, les assignations de rôle qui en découlent s’inspirent très nettement des discours et actions promues par plusieurs organisations internationales depuis les années 70. D’ailleurs, Mohammed VI rappelle bien le lien qui existe entre la promotion des droits des femmes au Maroc et les conventions internationales signées par le pays37. Il précise dans certaines de ses interventions qu’en harmonisant les « législations nationales avec les conventions internationales », il sera possible de redresser « l’image du Maroc à l’étranger » mais aussi « de se positionner en partenaire actif sur l’échiquier international »38.

  • 39 Cornwall Andrea, Harrisson Elizabeth, Whitehead Ann (dir.), Gender Myths and Feminist Fables. The s (...)
  • 40 Ibid., p. 13
  • 41 Sur l’adoption par l’Etat marocain des « injonctions développementalistes », voir Allal Amin, « "Dé (...)

22Il faut rappeler ici que ce sont les organisations internationales telles que la Banque mondiale ou encore l’ONU qui ont largement contribué à la mise en place de dispositifs de lutte contre les discriminations dans le monde. Mais il a été démontré que la promotion de ces politiques est passée par la diffusion de stéréotypes – certains parlent de « mythes39 » – faisant office de slogans mobilisateurs. D’une part, les femmes y apparaissent comme des victimes. D’autre part, elles auraient « par nature » plus rarement recours à la corruption, seraient plus enclines à vouloir la paix, gèreraient les ressources de la famille de manière plus raisonnable et se soucieraient davantage que les hommes de la protection de l’environnement. Elles apporteraient donc par là une contribution spécifique au développement de chaque pays et se révèleraient bénéfiques pour les systèmes politiques40. La reprise de cette double image des femmes dans les propos de Mohammed VI illustre non seulement l’appropriation par le monarque des discours et projets du développement international41 mais également le phénomène de diffusion, au gré des politiques de développement, des stéréotypes de genre élaborés par les organisations internationales.

  • 42 Commaille Jacques, « Les injonctions contradictoires des politiques publiques à l’égard des femmes  (...)

23Ce discours sur le développement et la démocratie s’accompagne d’un deuxième type de rhétorique axée, cette fois-ci, sur l’importance de la famille, de la cohésion sociale et de la préservation de l’identité marocaine. Dans ces discours, le monarque s’appuie à la fois sur un « référentiel féministe » qui repose sur la notion d’égalité des droits et sur l’importance de renforcer les capacités des femmes en tant qu’individus et sur un « référentiel maternaliste » qui appréhende la question féminine à travers le rôle joué par les femmes au sein de la famille42.

  • 43 Discours à l’occasion du premier anniversaire de son intronisation à Rabat le 30/07/2000.
  • 44 Lettre adressée au Premier ministre définissant le cadre et les orientations du Plan quinquennal (R (...)

24Parmi les premiers objectifs qu’évoque Mohammed VI dès le début de son règne figure, en effet, celui de garantir une société « de haute moralité, saine, consciencieuse et solidaire43 ». Par conséquent, dès les premières années de son règne, l’engagement du monarque en faveur de la promotion des droits des femmes est également présenté comme une manière de stabiliser des structures sociales qui seraient menacées par les profondes mutations qui traversent l’institution familiale44. Comme cette dernière ne remplit plus de façon suffisante sa fonction de filet social, les membres les plus vulnérables de la société (dont font partie les femmes mais aussi les enfants et les personnes âgées, par exemple) s’en trouvent fragilisés. En améliorant le statut et les conditions de vie des femmes, il s’agit donc de protéger ces dernières des effets de ces mutations et, par extension, de garantir les bases d’une société « unie » et « saine ». Dans ce processus, ce ne sont pas les hommes et les femmes, en tant qu’individus, qui jouent un rôle central, mais l’institution familiale. Cette tendance s’est renforcée après la réforme de la Moudawana annoncée par le roi en 2003.

  • 45 Discours lors de l’ouverture de la 2e année législative de la 7e législature (Rabat, le 10/10/2003)

« Le Code de la famille ne devrait pas être considéré comme une loi édictée à l’intention exclusive de la femme, mais plutôt comme un dispositif destiné à toute la famille45 ».

  • 46 Respectivement dans sa présentation du nouveau Code de la famille devant le parlement (Rabat le 3/0 (...)

25Le nouveau code est censé consolider la famille, « raffermir les liens familiaux », « protéger (son) unité » et en faire une institution « plus soudée »46. Par extension, en préservant la cohésion et l’équilibre au sein de l’institution familiale, il s’agit de garantir la stabilité de la grande famille que représente l’ensemble de la communauté des musulmans (al-umma) à la tête de laquelle se trouve le roi, commandeur des croyants.

  • 47 Dans son discours d’ouverture de la 2e année législative de la 7e législature (Rabat le 10/10/2003) (...)
  • 48 Dans son message adressé aux participants de la Conférence internationale La femme musulmane et les (...)

26Au sein de la famille, hommes et femmes se complètent et contribuent, chacun à leur manière, à en garantir la cohésion. Une nette distinction est d’ailleurs effectuée entre les devoirs et les droits des femmes et ceux des hommes. Ainsi, dans certaines interventions du roi, l’action publique se décline différemment selon qu’il s’agit des femmes, des enfants ou des hommes. Alors qu’il s’agit, d’une part, de « protéger » les droits des enfants et de « promouvoir » la justice pour les femmes, il s’agit, d’autre part, de « préserver la dignité » des hommes47. Par ailleurs, au sein de l’institution familiale, « la femme » a non seulement « ses devoirs » à assumer, elle y occupe également « la place qui lui convient et dont elle est digne » tout en y accomplissant « sa mission »48. Parmi ces missions, c’est le rôle des femmes comme « mères » qui prend une place prédominante :

  • 49 Message adressé au Forum régional arabe des organisations de la société civile sur l’enfance (Tange (...)

« Les droits de la femme et de l’enfant, qui sont organiquement liés du fait que la protection continue de l’enfant pour assurer sa pleine maturation et sa qualification pour exercer ce qu’on attend de lui comme créativité dépendent de la promotion des droits de la femme et de son intégration au développement49. »

27Même si la nouvelle Moudawana spécifie que les hommes et les femmes se partagent dorénavant la responsabilité de la famille, la règle selon laquelle les hommes sont les principaux contributeurs au budget familial n’a pas été totalement abolie. Il reste en effet précisé, dans le nouveau texte de loi, que les femmes peuvent demander le divorce en cas de défaut d’entretien.

  • 50 Alami M’Chichi Houria, Genre et politique au Maroc. Les enjeux de l’égalité hommes-femmes entre isl (...)
  • 51 Souvent, c’est la notion d’équité qui est privilégiée. Eddouada Souad, Pepicelli Renata, « Maroc : (...)

28Houria Alami M’Chichi rappelle qu’ « en Islam, l’égalité est celle qui fait du musulman et de la musulmane des êtres égaux devant Dieu. Cette égalité oblige les uns et les autres à remplir les fonctions sociales précises, édictées clairement par les préceptes religieux. L’idée de base est que Dieu a créé la femme et l’homme comme des êtres fondamentalement différents, complémentaires l’un de l’autre50 ». En cela la notion d’égalité (musâwât) ne prend pas le même sens que celui utilisé, par exemple, par les organisations féministes dans le pays51.

  • 52 Dans son discours d’ouverture de la 2e année législative de la 7e législature (Rabat, le 10/10/2003 (...)
  • 53 Allocution faite lors d’un dîner officiel offert en l’honneur de Jacques Chirac (Fès, le 09/10/2003 (...)
  • 54 Dans son message adressé aux participants de la Conférence internationale sur le thème La femme mus (...)
  • 55 Dans son message adressé aux participants à la conférence internationale sur le thème La femme musu (...)
  • 56 Certains auteurs utilisent cette appellation au sens très large pour nommer l’action des auteurs et (...)

29Les allusions à l’islam sont d’ailleurs récurrentes dans les interventions du monarque. Il y appelle à un effort de relecture et de réinterprétation (ijtihâd) des textes sacrés pour les adapter aux nouvelles réalités de la société moderne52, tout en préservant l’identité particulière de la société marocaine qui repose sur l’islam et ses valeurs ancestrales53. Ce faisant, il met bien l’accent sur le fait que ce n’est pas l’islam qui est à l’origine des inégalités que rencontrent les femmes54. Si aujourd’hui les choses ne sont plus conformes à ces préceptes premiers, la raison est à chercher dans la pratique erronée qui en a été faite au fil des siècles qui suivirent55. Ces arguments ressemblent à ceux invoqués par les défenseurs de différents courants (communément regroupés sous l’appellation de « féminisme islamique56 ») qui revendiquent, aujourd’hui, une relecture des textes religieux afin de revenir à une interprétation plus égalitaire des textes sacrés.

  • 57 En mars 2000, lors de la marche qui rassembla à Casablanca les opposants au Plan d’action pour l’in (...)

30L’accent mis par le monarque sur l’institution familiale et sur l’importance d’un retour aux textes religieux et de leur réinterprétation rejoint aussi les discours défendus par plusieurs mouvements islamistes. Ces derniers se sont longtemps opposés aux projets de réforme de la Moudawana, leur reprochant notamment de fragiliser la famille57. L’importance accordée depuis fin 2003 à l’institution familiale peut ainsi être interprétée comme une manière de contrer ces critiques et de faciliter par-là l’acceptation et la mise en pratique du nouveau code. Cette hypothèse rejoint les analyses qui ont mis en évidence l’ajustement que l’Etat marocain a dû accomplir pour satisfaire les requêtes des organisations féministes, tout en répondant aux revendications des mouvements islamistes.

  • 58 Eddouada Souad, Pepicelli Renata, « Maroc : vers un "féminisme islamique d’Etat" », op. cit., p. 88

« Confronté à la demande d’égalité des féministes et à la demande d’islamisation des islamistes, le pouvoir a en effet lancé plusieurs projets visant à concilier les deux mouvements et à les satisfaire autant que possible, en faisant de l’association islam-féminisme l’un des piliers de sa politique de construction d’un islam marocain modéré58. »

31Ainsi, les interventions de l’Etat en faveur d’une amélioration du statut des femmes et de l’égalité des sexes se retrouvent diluées dans des problématiques beaucoup plus vastes, à caractère éminemment politique et qui articulent deux types de référent différents. D’une part, le duo développement-démocratisation, qui se nourrit du discours promu par nombre d’organismes internationaux et, d’autre part, la question du respect des normes religieuses et de la cohésion familiale qui prend appui sur un discours identitaire se nourrissant notamment de références à l’islam.

  • 59 Commaille Jacques, « Les injonctions contradictoires des politiques publiques à l’égard des femmes  (...)
  • 60 Mervat F. Hatem, « Modernisation, the State and the Family in Middle East Women’s Studies », in Mer (...)
  • 61 Latte Abdallah Stéphanie, « Genre et politique », in Picard Elisabeth (dir.), La politique dans le (...)

32Je rappelle que ce type « d’injonctions contradictoires59 » n’est ni nouveau ni spécifique au cas marocain. Les politiques visant une promotion spécifique des femmes au Maroc comme dans le reste du monde arabe et musulman ont aussi été mises en évidence dans de nombreux travaux traitant des politiques de modernisation économiques, sociales et politiques des Etats post-coloniaux dans la région60. Ces politiques passaient par exemple par l’attribution du droit de vote aux femmes (en 1962 au Maroc), par la généralisation de l’instruction de ces dernières et par la promotion de leur entrée sur le marché du travail. Durant les années 60 et 70, ces interventions devaient surtout servir à augmenter la productivité des femmes mais aussi à mettre en évidence le caractère moderne (dans certains cas séculaire) de ces Etats émergents et renforcer leur légitimité. Paradoxalement, la question des femmes a été utilisée, en même temps, pour affirmer l’identité nationale de ces Etats en permettant de mettre en avant l’idée d’authenticité et d’insister sur le rôle central de la famille. Par conséquent, « la famille et les rôles des femmes en son sein ont fait l’objet d’une intense politisation et de débats idéologiques enflammés61 ».

33En assignant aux femmes des rôles spécifiques dont celui d’éternelles victimes et de mères, ce discours officiel reproduit, par la même occasion, la division sexuelle des rôles et par là la hiérarchisation des sexes. De quelle manière la vision promue par le monarque est-elle diffusée au sein de la société ?

Les canaux de diffusion de la norme : médias, autorités locales et bailleurs de fonds

  • 62 Sur l’importance du rôle joué par les médias dans la production des politiques publiques à travers (...)
  • 63 Pages de garde de numéros parus respectivement dans Challenge Hebdo (n° 78, 17-30 décembre 2005), L (...)

34Parmi les canaux de transmission, on peut compter la presse marocaine, qui s’emploie à diffuser les normes d’égalité des sexes promues par les pouvoirs publics62. Ainsi, les débuts de féminisation des structures du pouvoir aussi bien politique qu’économique sont relayés et abondamment évoqués par les médias tant nationaux qu’internationaux. Depuis le début des années 2000, on a vu se multiplier les numéros spéciaux consacrés aux « 100 femmes qui font bouger le Maroc », aux « femmes d’influence » ou encore aux « 50 femmes qui font le Maroc d’aujourd’hui »63.

  • 64 Lahlou Adil, « Edito », Challenge Hebdo, n° 78, 17-30 décembre 2005, p. 3.

« 100 femmes chefs d’entreprise, leaders d’association, opératrices dans des professions libérales ou responsables dans l’administration, pour rappeler combien cette moitié de notre société bouge, évolue, progresse, produit, gagne et construit, aux côtés de l’homme, ce Maroc de demain auquel nous aspirons tous64. » 

  • 65 Lagarde Dominique, « Maroc : "Les femmes d’influences" », L’Express, n° 2863, 18-24 mai 2006, p. 45 (...)

« Qu’elles militent pour le changement social, qu’elles écrivent des films, gèrent une entreprise ou un ministère, les femmes sont de plus en plus nombreuses à occuper des postes à responsabilité dans le royaume65. » 

  • 66 « Femmes d’influence : Les 50 qui font le Maroc d’aujourd’hui », Tel Quel, n° 314, 8-14 mars 2008, (...)

« Il est intéressant (…) de zoomer sur un échantillon réduit de femmes influentes, "impactantes", dont l’exemple déteint sur tant d’autres66. »

35Les trois supports cités ci-dessus se rejoignent dans l’intérêt qu’ils portent aux femmes qui ont réussi à s’imposer dans différentes sphères (économique, politique, culturelle, sportive et associative). Les portraits décrits traduisent très nettement l’idée du changement et de la rupture avec le passé que reflètent ces différentes personnalités féminines.

36Il est bien évident que ces organes de presse (surtout lorsqu’ils sont diffusés en langue française) ne bénéficient pas d’une très large diffusion au sein de la population du pays. Les émissions de télévision ont un impact plus important. L’exemple le plus intéressant est certainement celui de l’événement télévisé Khmissa67 qui se donne comme objectif de « mettre à l’honneur les femmes marocaines qui se sont illustrées dans l’actualité par leurs parcours ou leurs actions exemplaires » et qui est « né de la volonté de promouvoir et de développer leur participation dans tous les secteurs d’activité de la société68 ». A chaque édition, cinq femmes par catégorie sont nominées par un jury pour un ensemble de cinq catégories (travail humanitaire et social, entreprises, art et culture, sport, sciences et recherches). La première sélection de vingt-cinq femmes est ensuite soumise au vote du public, qui choisit une gagnante par catégorie.

  • 69 Importante entreprise agro-alimentaire dans le pays.
  • 70 Auparavant (en 1997 et 1998), ce vote était limité aux lecteurs du magazine.
  • 71 Ce complexe accueille par exemple le Festival international du cinéma de Marrakech.
  • 72 Khmissa-Lessieur, Dossier de presse éd. 2009, op. cit.

37Cet « oscar » des femmes marocaines a vu le jour en 1997, organisé par le magazine féminin Citadine et la maison d’éditions Lilas. Les deux premières éditions (en 1997 et 1998) ont des dimensions encore très limitées. L’événement réapparaît en 2003, après une pause de quatre ans liée à des raisons économiques et logistiques. A partir de cette date, la cérémonie d’octroi des prix est diffusée sur la chaîne publique marocaine 2M. En 2004, un deuxième tournant contribue à faire de cette rencontre une véritable institution au Maroc : aux termes d’un partenariat signé avec l’entreprise Lesieur Cristal69, Khmissa se dote de moyens financiers et logistiques importants. Dès lors, le format de cet événement annuel change de manière radicale. A quelques semaines du jour de la remise des prix, des spots télévisuels se multiplient pour présenter les portraits des femmes nominées à l’ensemble des spectateurs, contribuant à une large diffusion du profil de ces femmes. Quant aux téléspectateurs, ils peuvent dorénavant voter par téléphone ou par SMS pour choisir une gagnante par catégorie70. La cérémonie finale se déroule dans un cadre imposant (le Palais des congrès de Marrakech71) et en présence d’une sélection d’artistes de renommée internationale. Selon des données diffusées par les organisateurs de cet événement, Khmissa bénéficie, en 2007, de 30 % de part d’audience dans la population globale72. D’ailleurs, l’événement apparaît souvent dans les discussions que j’ai pu avoir avec les enquêtées. Au-delà du côté divertissant de cette rencontre, certaines des dirigeantes interrogées n’hésitent pas à me confier qu’elles aimeraient un jour voir leur nom paraître parmi les nominées pour ce prix.

  • 73 Par l’intermédiaire du holding royal Siger.

38La diffusion et le changement de format de cette émission sont d’autant plus intéressants que l’entreprise Lesieur, l’un des principaux financeurs et organisateurs de cet événement dès 2004, est une filiale du groupe ONA (Omnium Nord-Africain), que la famille royale contrôle en tant qu’actionnaire majoritaire73. Avec l’entrée en scène de Lesieur comme organisateur de Khmissa, le contenu de la rencontre reflète de plus en plus les politiques menées en amont par les pouvoirs publics en faveur de l’égalité des sexes, et plus particulièrement de la promotion d’une plus grande participation des femmes dans les principaux secteurs du pays. Ainsi, la catégorie « humanitaire » fait place, en 2004, à une catégorie appelée « action sociale et développement humain » et qui rappelle beaucoup l’importance accordée à partir de cette période par les pouvoirs publics à ces questions. Durant la cérémonie de 2007, et comme pour encourager la participation politique des femmes lors des échéances électorales prévues quelques mois plus tard, un hommage spécial est rendu à dix femmes engagées dans la sphère politique. La même année, dans le prolongement de politiques de féminisation de la fonction publique, la catégorie « administration et service public » remplace la catégorie « médias ». A partir de 2009, la cérémonie d’octroi des prix n’a plus lieu le 8 mars (journée mondiale de la femme) mais le 10 octobre (journée nationale de la femme marocaine).

39Parmi les femmes nominées, on voit apparaître de nouveaux profils, qui étaient quasiment absents des deux premières éditions. L’accent est mis sur des femmes peu connues (qui « agissent dans l’ombre ») mais qui ont un effet sur leur communauté locale : sage-femme analphabète devenue actrice associative, autodidacte devenue écrivaine, jeune licenciée devenue entrepreneure, tapisseuse devenue présidente de coopérative. Autant de success stories de petites gens auxquelles Khmissa contribue à donner une large publicité depuis 2005. Enfin, lorsque la candidate nominée est mère de famille, les portraits qui en sont faits mettent bien l’accent sur ce point en précisant le nombre d’enfants, parfois même le nom et l’âge de ces derniers. Il en ressort que l’exemplarité de ces femmes se situe non seulement au niveau de leur engagement professionnel, sportif, artistique et/ou associatif mais également dans leur capacité à gérer, en même temps, une vie de famille. Cette émission reproduit et diffuse donc de manière très nette les deux principaux thèmes que l’on retrouve dans les discours du monarque, articulant à la fois émancipation féminine et importance accordée à la famille.

  • 74 Contrairement à d’autres contextes régionaux où l’impact de ces organismes internationaux sur le mi (...)

40Au-delà des médias, il existe de multiples autres canaux de transmission, au niveau local, des notions d’égalité de genre et de participation féminine. Les associations nationales et régionales en font partie. Je rappelle que les organisations sur lesquelles a porté cette recherche ont peu de contact direct avec des organismes internationaux tels que les ONG internationales basées au Maroc par exemple. Ces dernières privilégient encore largement comme partenaires de travail les associations nationales ou régionales qui bénéficient en particulier d’une infrastructure et d’un savoir-faire confirmés. Des organismes comme le PNUD, l’UNIFEM ou encore la Banque mondiale ont rarement un contact direct avec les associations de quartier et ne participent donc pas directement au processus de diffusion des normes d’égalité de sexes74. Si leur impact n’est pas direct, il peut toutefois prendre des voies alternatives en passant par des associations nationales ou régionales qui font office d’intermédiaires entre le local et l’international. Ainsi, les formations proposées par exemple par l’ADFM avec le soutien d’organismes tels que l’Union européenne, l’UNIFEM ou encore le PNUD fonctionnent comme autant de canaux de transmission et de diffusion vers le bas de notions telles que « l’approche genre », les « droits des femmes » ou encore « l’empowerment féminin ». Les formatrices sont souvent des militantes actives dans des associations féministes, des universitaires ou encore des experts (hommes et femmes) employés par des bureaux d’études.

41Dans le cadre précis étudié ici, il faut citer le cas du Réseau des associations de quartier du Grand Casablanca (RESAQ) qui s’emploie à diffuser, au niveau local, des notions d’égalité de genre et de participation féminine. Parmi les mesures concrètes introduites par ce réseau dans ce sens, on peut compter l’imposition de la notion de « parité » : pour pouvoir prendre part à une formation organisée par le Réseau, chaque association doit inscrire autant de femmes que d’hommes. En 2006, le RESAQ a par ailleurs lancé une initiative féminine appelée « Action Femmes », qui se donne comme principale mission de renforcer les capacités des femmes cadres associatifs et d’accroître les interventions des associations en faveur d’un public féminin. Je précise que si les dirigeants du RESAQ voient dans ces mesures de promotion féminine le prolongement des actions menées par le réseau en faveur d’une participation égalitaire et ouverte à tous, d’autres explications qui m’ont été données mettent l’accent sur les pressions exercées par l’organisation partenaire belge (et principal bailleur) soucieuse de voir augmenter la participation des femmes au sein du réseau. L’effet de ces actions reste encore très ambigu, bien que de nombreux représentants (hommes) d’association et membres du RESAQ affirment que ces mesures les ont incités à inclure plus de femmes au sein de leur association.

42Les autorités locales chargées de mettre en application les politiques de promotion de l’égalité des sexes et de l’inclusion des femmes font également partie des canaux de transmission des normes égalitaires décrites plus haut. Samir, un fonctionnaire de 40 ans travaillant depuis près de douze ans dans l’arrondissement de S. où il est né et a grandi, en fait partie.

« Dès que je reçois un projet, je demande : "Où est l’approche genre ? Où est la femme ? Elle n’est pas présente ? Vous êtes cinq, alors mettez-moi au moins une femme. Vous êtes huit, alors mettez-moi trois femmes." (…) Quand ils viennent avec la liste du bureau (exécutif), j’insiste : "Il faut que les femmes y soient représentées ! " S’il n’y a pas de femmes, c’est comme s’il n’y avait rien de fait. Lorsqu’ils viennent avec un projet, je demande : "Où vous occupez-vous de la femme, dans tout ça ? " La femme est très importante parce que nous avons la conviction que, puisqu’on s’occupe de développement, elle doit être là. S’il n’y a pas de femmes, le travail reste infructueux. Quand il y a une réunion et que je vois que des femmes sont présentes, je suis content. (…) Quand une association organise une activité, je regarde toujours le nombre de femmes présentes. Quand j’écris un rapport sur un projet, je précise toujours le nombre de femmes dans l’association. Quand je présente un exposé au conseil préfectoral, devant le gouverneur, et que je parle des projets, je précise toujours le pourcentage de femmes qui y sont représentées. Quand je parle du budget total utilisé, je précise quelle part a servi à promouvoir la femme. (…) Les associations d’hommes sont peut-être plus nombreuses que les associations féminines, mais la subvention octroyée aux femmes peut être supérieure. J’aborde toujours cette question, je la mets dans les graphiques que je présente. »

43Samir est chargé des affaires sociales de l’arrondissement depuis neuf ans, dont trois ans comme responsable du volet de l’INDH au sein de l’arrondissement. Il y est notamment chargé de superviser le travail des équipes d’animation de quartier et d’aider les associations à monter des projets qui seront présentés par la suite au comité local présidé par le président d’arrondissement. Il est également chargé de superviser la mise en œuvre opérationnelle de ces projets. Premier interlocuteur pour tout ce qui a trait au quotidien des associations et de leurs relations avec les instances de l’INDH, Samir joue donc un rôle central dans le parcours de chaque association du quartier.

44Ce qui frappe tout d’abord dans cet extrait, c’est l’expression de l’adhésion « inconditionnelle » de Samir à l’idée d’intégrer les femmes tant comme actrices que comme bénéficiaires au sein des associations de quartier. Il se déclare non seulement profondément respectueux et convaincu de l’importance d’y inclure des femmes, mais également soucieux d’y contribuer lui-même de manière active.

45Il faut évidemment replacer les propos de Samir dans leur contexte initial. Même si j’essayais, durant mes entretiens, de rester impartiale, ma seule présence en tant que femme effectuant des recherches sur l’accès de femmes au milieu associatif était souvent interprétée par mes interlocuteurs et interlocutrices comme une prise de position implicite en faveur d’une participation féminine accrue. Mon regard, qui se voulait « observateur », était alors souvent perçu comme « inquisiteur ». Chez les hommes interrogés, cette perception suscitait souvent une posture défensive : avant même que je ne leur pose de question à ce sujet, ils me faisaient part de leur « profonde conviction » de « l’utilité » et de « l’importance » d’incorporer des femmes dans les associations. Si ce facteur n’est certainement pas étranger à la manière dont Samir formule son engagement en faveur d’une plus grande représentation des femmes dans le milieu associatif, il me semble que la portée de ses propos dépasse la simple adaptation de l’enquêté à la perception qu’il peut avoir des attentes de l’enquêteur. Mon regard n’aurait en effet pas été considéré comme « inquisiteur » s’il ne se posait pas sur un sujet régi par un certain nombre de prescriptions, voire de normes marquées, qui plus est, par le sceau royal. Samir fait d’ailleurs plusieurs fois référence à des directives qu’il aurait reçues de la part du ministère de l’Intérieur et de la préfecture rappelant aux responsables chargés du volet de l’INDH de respecter les règles de parité.

  • 75 Les politiques d’intégration des femmes au développement laissent la place, à partir des années 90, (...)

46Ces normes renvoient à ce que Samir appelle « l’approche genre ». Cette notion fait référence à une perspective de travail privilégiée par de nombreuses organisations internationales et qui suppose la prise en compte, lors de l’élaboration et de la réalisation de projets de développement, des différentes opportunités offertes aux hommes et aux femmes, des rôles qui leur sont assignés socialement et des relations qui existent entre eux75. Pour Samir, cependant, tenir compte de « l’approche genre » c’est d’abord (et surtout) « inclure des femmes », tant comme dirigeantes d’association que comme bénéficiaires de ces mêmes organisations. Sous l’œil vigilant de Samir, la participation des femmes se mue en condition sine qua non de tout projet de développement.

  • 76 J’empreinte cette formulation de Bono Irene, Le « phénomène participatif » au Maroc à travers ses s (...)
  • 77 Ibid., p. 18. Selon cette auteure, la mise en chiffres fait également office de dispositif plus lar (...)

47La « mise en chiffres76 » – on le voit bien dans les propos de Samir – joue ici un rôle tout à fait central. Elle sert, d’une part, à exprimer les ratios hommes/femmes jugés nécessaires : compter idéalement, pour cinq membres une femme et pour huit membres trois. Comme la mise en chiffres et en images permet de « faciliter une réception immédiate et univoque » du message transmis77, l’application des politiques de promotion locale des femmes s’en trouve simplifiée. La « mise en chiffres » sert d’autre part à Samir à rendre compte de la qualité de son travail à ses supérieurs : les nombres de femmes impliquées dans les programmes de développement et au sein d’associations, devenus pourcentages et graphiques, ont valeur de résultats positifs sur lequel Samir insiste dans chaque présentation faite face à ses supérieurs qui, on le devine, doivent se montrer particulièrement sensibles à ce genre d’information.

  • 78 INDH, Programme de lutte contre l’exclusion sociale en milieu urbain. Manuel de procédures, p. 15, (...)
  • 79 Ibid., p. 12.
  • 80 Ibid., p. 14.
  • 81 Ibid., p. 33.

48L’inclusion des femmes (tant comme représentantes d’association que comme bénéficiaires) prend en effet une place de choix dans la majeure partie des programmes de développement lancés sous Mohammed VI. Les programmes d’alphabétisation qui se sont intensifiés depuis 2002, visent aujourd’hui surtout les femmes comme principales bénéficiaires. Des organismes tels que la Fondation Mohammed V et l’Entraide nationale consacrent la plus grande partie de leurs fonds aux femmes, notamment dans les domaines de la scolarisation des filles (construction d’internats pour jeunes filles vivant en milieu rural), de l’alphabétisation des femmes et de la construction de centres pour femmes. Les manuels de procédures élaborés dans le cadre de l’INDH soulignent aussi qu’il est important d’inclure des femmes dans toutes ses instances exécutives et délibératives. Il est bien spécifié qu’il « est important de veiller à la mixité (entre hommes et femmes)78 » au sein des équipes d’animation de quartier qui doivent être « composées pour moitié de femmes79 ». La même prescription est applicable à la constitution des comités locaux qui doivent « assurer une représentation équilibrée des différents acteurs sociaux et, notamment, des femmes et des jeunes80 ». Quant aux réunions de ces comités, il est préférable qu’elles « soient facilement accessibles aux femmes et aux groupes vulnérables81 ». Quant aux projets privilégiés dans le cadre de cette initiative, ils concernent, comme nous l’avons vu, surtout les projets proposant des activités pour les femmes tout en incluant une participation de ces dernières.

49Si Samir se présente comme un gardien vigilant du respect de ces règles, il se targue d’avoir largement contribué, dans son arrondissement, à augmenter le nombre de femmes engagées dans des associations. Ses propos rendent bien compte des pressions qu’il exerce sur les représentants (hommes) d’associations désireux de solliciter une subvention dans le cadre de l’INDH. Ils indiquent ensuite que Samir et ses supérieurs soutiennent de manière très ciblée les femmes lorsque ces dernières font leurs premiers pas au sein du milieu associatif. D’ailleurs, l’idée selon laquelle les autorités publiques et les bailleurs de fonds sont particulièrement sensibles à la présence de femmes dans les associations est très répandue tant chez les femmes que chez les hommes interrogés.

  • 82 Meriem, 47 ans, vice-présidente d’une amicale de quartier créée en 2003 et trésorière d’une associa (...)

« L’Etat aime que les femmes soient représentées dans les associations... Quand une association est à 100 % masculine, ils n’aiment pas ça. Il faut qu’il y ait au moins deux ou trois femmes82. »

  • 83 Soufiane, 28 ans, président d’une association de développement social pour jeunes créée en 2005.

 « Aujourd’hui, si tu veux avoir des subventions, tu dois avoir des femmes dans ton bureau. (…) L’État y est très sensible83. »

  • 84 Ali, 46 ans, président d’une association de développement local créée en 2004. Impliqué dans divers (...)

« Les autorités ont apprécié qu’on choisisse une femme comme présidente du réseau. Ils nous ont dit que c’était la première fois qu’une association faisait cela. (…) On s’est dit, si l’Etat (al-dawla) a pensé à faire entrer la femme dans les ministères, pourquoi, nous, en tant qu’association, on n’en ferait pas autant84 ? »

50Pour la plupart des personnes interrogées, il s’agit d’un facteur décisif qui permet d’expliquer l’augmentation du nombre de femmes au sein des bureaux exécutifs des associations de quartier. Inclure des femmes dans l’association devient une stratégie mise en œuvre par les dirigeants de ces organisations pour s’adapter aux attentes des pouvoirs publics. Effectivement, dans la plupart des cas rencontrés, l’entrée initiale des enquêtées dans une association s’est faite par l’intermédiaire d’un dirigeant associatif (plus rarement d’une dirigeante) déjà en place. Pour une grande majorité des femmes rencontrées, il s’agit là très souvent de la première porte d’entrée dans le milieu associatif.

Des modalités d’adaptation à la norme par le bas 

  • 85 Il s’agit dans la plupart des cas de présidents ou vice-présidents d’association actifs soit dans l (...)

51Après avoir esquissé les grandes lignes des politiques pro-féminines au Maroc, leurs modalités de diffusion et les représentations qu’elles véhiculent, je vais à présent examiner les modalités d’adaptation à ces normes par les dirigeants d’association. En raison de la surreprésentation masculine dans ce milieu, la grande majorité des dirigeants déjà établis sont des hommes. Je m’appuierai donc ci-après sur leur seul point de vue, en laissant de côté la position de la minorité de femmes déjà en place. Je me baserai sur une dizaine d’entretiens réalisés avec des dirigeants d’association de quartier, rencontrés pour la plupart durant l’été 2008, soit au hasard des rencontres faites durant mon travail de terrain, soit parce qu’ils m’ont été conseillés par les enquêtées85. Tous se targuent d’avoir soit intégré des femmes dans les instances décisionnelles de leurs associations, soit envisagé de le faire très prochainement.

  • 86 J’avais eu l’occasion de rencontrer à plusieurs reprises certains de ces dirigeants avant de m’entr (...)
  • 87 Ce dernier point sera exploité plus en détails dans le chapitre 8.

52Les observations préliminaires formulées plus haut concernant le déroulement de l’entretien avec Samir (le fonctionnaire d’arrondissement) peuvent être appliquées aux entretiens réalisés avec ces dirigeants d’association. Tous ont eu une attitude relativement défensive dès les premières minutes de l’entretien, essayant soit de justifier l’absence de femmes dans leur association, soit de faire valoir les efforts déployés pour les intégrer. Cette position est d’autant plus compréhensible que la plupart d’entre eux savaient déjà que j’avais passé beaucoup de temps à m’entretenir avec leurs homologues féminines. Pourtant, au fil des rencontres et des entretiens – qui ont parfois duré plusieurs heures d’affilée86 – cette crispation initiale s’estompait petit à petit pour laisser place à des prises de position plus nuancées allant parfois jusqu’à l’expression des profondes frustrations ressenties par ces dirigeants face aux politiques de promotion féminine, vécues pour certains comme une forme de discrimination envers l’action des hommes87.

53D’une manière générale, on peut dire que la position défendue par ces dirigeants se distingue par sa profonde ambivalence. Les enquêtés mettent certes l’accent sur la nécessité et l’importance d’inclure des femmes dans les associations, rejoignant par là le discours et les directives formulés en amont. En même temps, ils mettent aussi l’accent sur la notion de complémentarité entre les sexes. Celle-ci prend tout son sens dans le contexte étudié puisqu’elle permet à la fois de mettre en avant les « qualités associatives » particulières des femmes tout en justifiant la division sexuelle du travail au sein de l’association, légitimant par-là certaines hiérarchies de genre qui perdurent.

54Selon les dirigeants hommes interviewés, les femmes ont un certain nombre de qualités spécifiques qui les habilitent tout particulièrement à s’engager comme actrices associatives. Le premier ensemble de qualités mis en avant tourne autour de la capacité des femmes à accepter le sacrifice (tadhiya), qualité jugée essentielle pour qui se réclame d’un travail associatif axé sur l’idée du « bénévolat » et du « don de soi » dans un contexte où les conditions de travail sont souvent difficiles. Ces conditions de travail sont décrites ainsi : moyens limités, coûts en temps et en argent, manque de reconnaissance des gens.

55Le sacrifice ne fait pas peur aux femmes, m’expliquent les dix enquêtés, parce qu’elles savent faire preuve d’endurance et de résistance (sbar). Cet attribut, Majid l’illustre en citant l’exemple de son épouse, qui a su supporter toutes les difficultés, notamment économiques, qu’a vécues le couple lorsque Majid l’a mise devant le fait accompli, quelques années plus tôt, en démissionnant de son emploi de policier. Il se montre tout aussi admiratif devant la persévérance dont faisait preuve l’ancienne trésorière de l’association qu’il préside : issue d’un milieu très pauvre, elle a cumulé pendant de nombreuses années un emploi de comptable et des cours du soir pour pouvoir améliorer les conditions de vie de sa famille. En outre, elle consacrait la moitié de son congé à la réalisation du bilan financier de l’association.

  • 88 Bourqia Rahma, Etudes féminines. Notes méthodologiques, Série colloques et séminaires, n° 73, Rabat (...)

56L’importance que les dirigeants interrogés accordent à l’endurance des femmes rappelle que dans le contexte marocain, cette caractéristique est perçue comme un attribut féminin par excellence. Une conception qui renforce, comme l’explique Rahma Bourqia, les rapports de domination basés sur l’infériorité des femmes par rapport aux hommes : « La notion de patience et d’endurance (…) est du ressort des épouses lorsqu’elles sont confrontées parfois à une autorité accablante, voire à la violence des maris. La patience et l’endurance qui accompagnent la soumission à cette autorité deviennent des attributs de femme et par conséquent ôtent aux épouses la possibilité de se positionner dans une relation de réciprocité vis-à-vis de leur époux88. »

57A cet attribut s’ajoute ce que les hommes décrivent comme la capacité des femmes à s’investir à fond dans chaque activité qu’elles prennent en charge : les femmes sont toujours disposées à s’engager pour mener un travail à son terme. Cette caractéristique fait d’elles des partenaires associatifs sur lesquels « il est possible de compter ». Lorsque « la femme travaille », c’est en se donnant entièrement, « à 100 % » même, soutient Abdallah. C’est d’ailleurs parce qu’elles s’investissent avec autant d’engagement dans leur travail, explique Majid, que les femmes ont beaucoup moins tendance à protester contre des conditions de travail difficiles. Ceci expliquerait, selon lui, le nombre très limité de femmes au sein des mouvements syndicaux dans le pays.

  • 89 Majid fait ici référence ici à un incendie qui a lieu en avril 2008 dans une usine de matelas à Cas (...)
  • 90 Majid, 40 ans, président d’une association de développement social créée en 2002.

« Est-ce que tu as déjà vu un syndicat de femmes ouvrières ? Ça n’existe pas ! (…) Si tu leur dis : "Rassemblez-vous ! ", elles vont dire : "Non, non j’ai des enfants, moi." Ce n’est pas comme les hommes. Avant, les syndicats étaient presque à 100 % formés d’hommes, ce n’est qu’après que les femmes s’y sont jointes. Mais qui continue à diriger les syndicats ? Ce sont les hommes ! Les femmes ont de très bons rendements, elles s’adaptent très rapidement, elles ne font pas de réclamations. Tu vois l’usine qui vient de brûler89 ? Toutes ces personnes qui gagnaient 400 dirhams le mois et qui sont mortes dans l’incendie sont des femmes. Mais elles [les femmes en général] acceptent cette situation. (…) Elles doivent se battre pour faire vivre leurs enfants. Pour les hommes, ce n’est pas la même chose90. »

58Si les femmes ont tendance à moins protester que les hommes, c’est également, comme le souligne Majid, parce que leur premier souci est de protéger et de nourrir leurs enfants. Ce penchant maternel dote les femmes d’une aptitude « toute naturelle » à manier le côté « affectif » ; une qualité qui s’avère importante lorsque le travail se fait avec des enfants. D’après Hakim, les monitrices jouent un rôle important durant les colonies de vacances parce qu’elles nouent avec les enfants des liens beaucoup plus forts que ne le font les moniteurs hommes. Hakim explique cette différence par les qualités naturelles dont font preuve les femmes car programmées, dès l’enfance, à devenir mère :

  • 91 Hakim, 30 ans, secrétaire général d’une association socioculturelle et éducative créée en 2004.

« Quand elles étaient petites, elles jouaient à la poupée. Maintenant, cette poupée parle. Durant les colonies, elles ont l’occasion pour la première fois de vivre pleinement ce sentiment maternel [en s’occupant d’enfants]91. »

59Le travail associatif est donc présenté comme une manière pour les femmes de s’accomplir en tant que mère, notamment lorsqu’elles sont célibataires et sans enfants.

60Au-delà des qualités naturelles des femmes, c’est la relation perçue entre « présence féminine » et « modernité » qui est mise en avant par les dix interviewés.

  • 92 Adnane, 49 ans, vice-président d’une association de développement local créée en 2004.

« Tu sais, il y a bien longtemps, on ne savait rien des femmes. On voulait que les femmes soient toujours à la maison. Mais aujourd’hui, Dieu merci, la femme est devenue ministre. Elle conduit des taxis. Elle a son permis. Donc la société a changé. Pourquoi ne pas changer l’association ? (…) Pourquoi elles ne se joindraient pas aux hommes ? (…) D’ailleurs les femmes, tbarkallah, sont allées vers l’avant (tqadmu). Que ce soit dans le domaine du sport, de la politique… il y a même des femmes championnes. Des filles qui conduisent le bus, l’avion. Alors pourquoi pas dans l’association ? (…) On ne va tout de même pas vouloir retourner en arrière ! Avant, dans les mariages, les hommes étaient assis à part et les femmes à part92. »

61C’est ainsi qu’Adnane, marié, petit commerçant de 49 ans et vice-président d’une association de quartier dirigée par sept hommes, m’expliquait son projet de « faire entrer » dans le bureau exécutif de l’association deux femmes, l’une comptable et l’autre enseignante de couture. Cette association a été créée en 2004 sur la base d’un regroupement informel de personnes habitant un même bloc résidentiel composé de logements économiques et sociaux, situé dans l’arrondissement de Sidi Moumen. L’association « pour le développement et l’enfance », comme le précise l’appellation choisie par ses fondateurs, cible aujourd’hui, aux dires d’Ali, son président, « les jeunes, les femmes, les personnes handicapées et les enfants aussi ». Pourtant, la majeure partie des activités proposées s’adresse surtout aux femmes et aux jeunes filles. L’association leur propose des cours d’alphabétisation, des formations en informatique et des ateliers de couture. Depuis sa création, le bureau exécutif de cette organisation est exclusivement composé d’hommes.

62Pour m’expliquer leur projet d’inclure des femmes dans le futur bureau exécutif, Adnane commence par lier ce changement aux transformations plus générales qui traversent la société marocaine. Il distingue une période passée, où la séparation entre hommes et femmes était telle que les « hommes ne savaient rien des femmes », de la période contemporaine où les femmes sont de plus en plus visibles sur la scène publique et ont investi des fonctions importantes jusqu’alors monopolisées par les hommes. Dans ce contexte, l’inclusion des femmes au sein d’une association devient une forme de ralliement à la voie de la modernité dans laquelle s’est engagé le pays. C’est l’expression palpable d’une rupture avec les pratiques passées et une nette adaptation à une « ère nouvelle ». L’équation « inclusion des femmes = modernité » prend une place prépondérante dans tous les propos recueillis.

  • 93 Ali, voir note 84.

« En choisissant une femme présidente, nous voulions nous distinguer des associations traditionnelles. Avoir une association nouvelle. S’éloigner des modes de fonctionnement d’avant lorsque le président était toujours un homme, que l’homme dirigeait toujours les choses. Nous avons donc choisi une femme93. »

  • 94 Aziz, 49 ans, secrétaire général d’une association de développement local créée en 1999. Première i (...)

« Choisir une femme présidente c’était une manière de faire changer les mentalités et de pousser vers le changement94. »

  • 95 Soufiane, voir note 83.

« Si de potentiels bailleurs ne voient que des hommes dans un bureau, alors ils se disent que c’est une association arriérée (mutakhallifa). Si tu veux être pris pour une association moderne, il faut qu’il y ait des femmes95. »

63La présence de femmes dans une association signifie donc implicitement, pour les dirigeants interrogés, le renouvellement de l’image extérieure de l’organisation, la mise en scène d’une volonté de rupture avec des pratiques et normes passées et symbolise leur adhésion à un projet de société orienté vers ce qui est conçu comme étant le « progrès ». La participation des femmes prend donc tout son sens ici comme symbole de « modernité » et, par extension, comme l’expression d’une volonté d’adaptation aux attentes des autorités locales et des potentiels bailleurs tant nationaux qu’internationaux.

64Cette volonté de s’adapter à de nouveaux référentiels ne découle pas d’une décision imposée par la force. C’est avant tout une manière de se positionner dans un milieu associatif de plus en plus monopolisé par des représentations et des pratiques qui posent la distinction entre organisations « progressistes » (parce qu’elles incluent des femmes par exemple) et des associations « arriérées » qui plomberaient le développement du pays (notamment en refusant d’inclure des femmes). La distinction prend tout son sens et gagne en ampleur dans un milieu associatif qui accueille de plus en plus de subventions et d’aides et où les ayants droit sont définis par leur volonté de s’ouvrir aux nouveaux référentiels diffusés et promus tant par l’Etat que par les organismes internationaux de développement.

65Dans la pratique quotidienne de ces associations, l’adaptation à ces standards se justifie d’autant plus qu’elle permet de répondre à un besoin croissant en intermédiaires femmes face à l’augmentation notable des bénéficiaires femmes.

  • 96 Adnane, voir note 92.

« Une autre raison, c’est que nous avons des femmes qui viennent suivre leur formation ici, chez nous. Il vaut mieux qu’il y ait une femme dans le bureau qui puisse interagir avec elles. Parfois, on a des rencontres avec les femmes. Surtout autour de la formation. Toi, en tant qu’homme, tu ne peux pas parler avec elles. La majorité de nos bénéficiaires sont des femmes. (…) La majorité des personnes qui viennent suivre nos formations sont des filles. En informatique, en couture. Surtout des filles96. »

  • 97 Sur 500 bénéficiaires, l’association compte une majorité de femmes.

66Inclure des femmes dans le bureau exécutif de l’association s’impose en effet (aussi) à cause du nombre important de femmes97 qui bénéficient de ses activités. C’est notamment le cas des formations de couture que propose l’organisation dirigée par Adnane et son voisin Ali. Tous les deux se montrent très fiers d’en parler. En 2007, ils ont en effet signé un partenariat avec une entreprise de textile qui s’est chargée, par la suite, d’équiper l’association en machines à couture. En échange, cette dernière garantit la formation de 90 couturières par an qui seront embauchées par l’entreprise partenaire. En contrepartie d’une formation et d’une garantie d’embauche, les élèves paient une cotisation mensuelle de 100 dirhams qui sert à rémunérer les monitrices et à financer les activités de l’association. Or, l’interaction avec ces élèves s’avère difficile sans intermédiation féminine. Certaines bénéficiaires auraient fait part du malaise qu’elles ressentaient à devoir interagir avec les hommes qui dirigent l’association. D’autres auraient même refusé d’assister aux activités de l’association, notamment aux formations, en présence d’hommes. L’intégration de femmes membres au sein de l’association devient tout à fait cruciale : elles font l’interface entre le bureau de l’association (dirigé par des hommes) et la grande majorité des bénéficiaires (qui sont des femmes). Leur présence prend donc de l’importance au fur et à mesure que le nombre de femmes bénéficiaires augmente, phénomène qui s’intensifie nettement depuis une dizaine d’années. Dans ce contexte, le genre se mue donc en ressource de poids qui permet tant aux dirigeants d’association de valoriser l’action de leur organisation en intégrant des femmes en leur sein qu’aux femmes d’en intégrer rapidement les bureaux exécutifs.

67Si l’inclusion des femmes au sein des associations est présentée par les interviewés comme nécessaire, cette position ne s’appuie pas sur un discours égalitaire mais sur l’idée d’une « nécessaire » complémentarité des sexes. La distinction opérée entre des rôles typiquement féminins et des rôles exclusivement masculins apparaît dans l’ensemble de ces entretiens comme étant à la base même de la répartition complémentaire des fonctions au sein des associations. Cette nécessité répond aux réalités du terrain et du quotidien de chaque activité associative. Dans le passage ci-dessous, Hakim voit dans la distinction qu’il opère entre hommes et femmes la conséquence toute naturelle des attributs qui caractérisent et différencient les deux sexes en les prédisposant à des rôles spécifiques.

  • 98 Hakim, voir note 91.

« L’acteur féminin est essentiel (darûrî). Prenons l’exemple d’une femme qui a perdu son mari. Elle ne pourra jamais remplacer le père pour ses enfants. De la même manière, le veuf ne pourra jamais prendre la place de sa femme décédée. Il peut faire ce qu’il veut. Il peut même mettre le foulard et porter une djellaba, il ne pourra jamais remplacer leur mère. De la même manière, il faut que les femmes soient présentes. C’est logique. Il y a X et il y a Y98. »

68Lorsqu’il est question de la complémentarité entre hommes et femmes, la présence de femmes comme membres actifs au sein de l’association n’est plus seulement présentée comme avantageuse et souhaitable, mais comme absolument nécessaire (darûrî). Pour illustrer cette complémentarité des sexes, les acteurs interrogés ont souvent recours à l’exemple de la visite chez le médecin, qui devient une métaphore justifiant une répartition des rôles au sein de l’association selon le sexe de la personne.

  • 99 Hamid, 54 ans, président et/ou membre de douze associations locales (culture, santé, développement (...)

« Dans une association, il faut qu’il y ait des femmes. C’est une nécessité. Pourquoi ? Parce que… prenons ma femme par exemple. Si elle était malade, je n’aimerais pas l’envoyer chez un médecin homme. Je préfère l’envoyer chez une femme. Je préfère qu’elle se sente à l’aise avec une femme médecin. C’est pour cela que, dans tous les domaines, il faut qu’il y ait des femmes. (…) Il y a quelques semaines, j’ai accompagné chez le médecin une femme du quartier qui est diabétique. C’est le docteur qui travaille avec l’association. Pendant qu’il l’auscultait, elle n’arrêtait pas de sursauter. Elle avait peur. Elle ne se sentait pas à l’aise. C’est pour cela qu’il est absolument nécessaire qu’il y ait des hommes et des femmes dans l’association99. » 

69La situation vécue lors d’une visite médicale trouve ses équivalents dans le travail quotidien des dirigeants et moniteurs d’association. Les enquêtés décrivent de nombreuses situations qui illustrent non seulement l’idée de complémentarité entre les sexes mais justifient également une division des tâches au sein de l’association, entre tâches pour les hommes et tâches pour les femmes.

  • 100 Je représente ici la gent féminine.
  • 101 Hakim, voir note 91.

« Prenons l’exemple des colonies de vacances. Très souvent, c’est le moment où les filles ont leurs premières règles. Ce n’est pas à moi qu’elles pourraient en parler. Qui va leur expliquer ce qui leur arrive ? Si un garçon plait à une fille, à qui tu penses qu’elle ira en parler ? A moi ? Elle viendra te le raconter à toi100, et toi tu lui expliqueras, tu lui diras qu’elle est encore trop jeune pour ce genre de choses. Tu le feras d’une manière que moi je ne suis pas capable de faire. Nous sommes une équipe. Nous travaillons ensemble. Nous nous complétons. Il y a des choses auxquelles les femmes pourront contribuer, mais pas les hommes. Et il y a des choses que les hommes sauront faire, mais pas les femmes. Si on organise une sortie, je ne vais pas demander aux filles de porter des bidons d’eau, mais je vais leur dire : "Ouvrez la marche, nous on va vous suivre en portant les choses lourdes." Je sais que tu vas dire maintenant que ce sont des paroles de machos, qu’il y a des filles qui sont plus costaudes que les garçons, mais malgré tout, ça ne se fait pas101. »

70Les propos de Hakim montrent bien que si la notion de complémentarité légitime la participation active des femmes au sein de l’association, elle ne se base pas sur la notion d’égalité mais plutôt sur une hiérarchisation des attributs et, par conséquent, des fonctions :

« Il faut qu’il y ait une équité. Pas à 100 %. Je reste toujours un peu macho. A 100 % ce n’est pas possible. Mais si elle est capable de porter le drapeau avec moi et d’avancer vers l’avant alors oui, pourquoi je ne la laisserais pas ? Ça, c’est ce que moi je considère comme l’approche du genre. »

71Lorsque les associations où elles sont engagées sont mixtes, les fonctions investies par les enquêtées s’organisent effectivement selon une division sexuelle des tâches. Sanaa intègre pour la première fois une association, parce que le président d’une association socioculturelle basée dans le quartier lui propose de se charger de la section féminine de l’organisation. Lorsque Maha fait ses premiers pas dans l’association de quartier présidée par son mari, c’est d’abord pour servir d’interface entre les femmes du quartier et l’association. Lorsque Samira est sollicitée par un ancien collègue du syndicat pour se joindre à une association qui en est proche, c’est pour prendre en charge le volet éducatif et féminin. Dans l’amicale à laquelle elle se joint en 2003 comme vice-présidente, Meriem se charge aussi bien de représenter les intérêts des femmes vivant dans le même immeuble que de présider la commission de communication chargée d’interagir avec les habitants du quartier dont la population féminine est très importante. Quant à Houria, elle est conseillère des affaires féminines dans l’association de quartier à laquelle elle s’est jointe initialement en raison des nombreuses sollicitations provenant des cadres de cette organisation. Elle a fait connaissance de ces derniers au sein de la maison de jeunes de quartier où elle donnait des cours de rattrapage pour arrondir ses fins de mois.

72Le plus souvent, il semblerait donc que les femmes aient été expressément choisies pour prendre en charge soit le volet féminin, soit des activités considérées comme étant du ressort des femmes. La fonction principale des femmes au sein de l’association est de s’occuper des bénéficiaires femmes et des filles de tous âges : comme interlocutrices, intermédiaires, confidentes, conseillères, monitrices et enseignantes. Lorsque l’association est composées de commissions, ces activités s’organisent au sein d’une commission féminine (lajna nisâ’iya) qui est présidée et exclusivement composée de femmes. Les femmes sont également surreprésentées dans le volet de l’enseignement et de la formation, généralement en tant que monitrices et formatrices pour les femmes et les enfants. Elles sont également surreprésentées comme conseillères. Cette fonction aux contours indéfinis sert avant tout à inclure des personnes au sein du bureau exécutif sans pour autant leur attribuer des prérogatives précises. Présentes lors des réunions, actives lors des manifestations, les conseillères ne disposent généralement pas du pouvoir nécessaire pour s’imposer comme dirigeantes à part entière (il en va d’ailleurs de même pour les conseillers hommes).

  • 102 L’importance accordée à la complémentarité des rôles a été mise en évidence dans de nombreux travau (...)
  • 103 Je reprends ici le concept très utile de division sexuelle du travail compris comme « la forme de d (...)

73Si l’on observe donc une augmentation importante du nombre de femmes au sein des associations de quartier, leur insertion au sein des équipes dirigeantes passe d’abord par une distribution des tâches selon les « spécialités » de chaque sexe : les femmes se retrouvent le plus souvent cantonnées à une action dans des « sous-espaces » (action féminine, éducation, communication) alors que les hommes sont surreprésentés dans les fonctions les plus prestigieuses (président, secrétaire général, trésorier, etc.) dont l’action touche, de manière transversale, à l’ensemble des sections de l’organisation102. Ce processus de séparation et de hiérarchisation du travail associatif organise la division sexuelle du travail militant103 qui prédomine dans la majeure partie des associations observées et contribue à (re)produire les inégalités de genre en leur sein. La surreprésentation féminine dans les sous-espaces spécialisés se justifie, selon les enquêtés, par les attributs spécifiques des femmes, alors que la surreprésentation des hommes au plus haut des fonctions dirigeantes se légitimerait notamment par la complémentarité naturelle entre les sexes.

74Si les politiques actuelles de promotion de la participation des femmes ont ouvert aux femmes de nouvelles opportunités d’action, il faut donc souligner qu’elles ne remettent aucunement en question les rôles traditionnels impartis aux femmes. Au contraire, elles contribuent à (re)produire des représentations et des pratiques qui entretiennent les stéréotypes de genre sur lesquels reposent la division sexuelle du travail et les rapports de pouvoir entre hommes et femmes.

Notes

1 Samir, fonctionnaire d’arrondissement, chargé du volet INDH, entretien du 24 avril 2009.

2 Muller Pierre, « Les politiques publiques peuvent-elles contraindre les hommes à faire le ménage ? », in Muller Pierre, Senac-Slawinski Réjane et al. (dir), Genre et action publique : la frontière public-privé en questions, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 17-26.

3 Compris ici comme l’ « ensemble des politiques publiques visant explicitement et en premier lieu à améliorer le statut des femmes et l’égalité entre les sexes ». Bereni Laure, Chauvin Sébastien, Jaunait Alexandre et al. (dir.), Introduction aux Gender Studies, Bruxelles, De Boeck, 2008, p. 185. Voir aussi Revillard Anne, Féminisme d’Etat : constructions de l’objet, URL : http://www.melissa.ens-cachan.fr, 2006, p. 4-7.

4 Parmi les parties impliquées dans ce processus, on peut évidemment citer les associations féministes qui s’activent depuis la seconde moitié des années 80 mais également les organisations (notamment islamistes) qui se sont positionnées contre ces revendications. Pour un historique détaillé, voir par exemple Daoud Zakya, Féminisme et politique au Maghreb. Sept décennies de lutte, Casablanca, EDDIF, 1996. Sur la réappropriation par l’Etat de l’action des mobilisations féministes, voir Alami M’Chichi Houria, Le féminisme d’Etat au Maroc. Jeux et enjeux politiques, Paris, L’Harmattan, 2010.

5 Lieber Marylène, Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question, Paris, Presses de Sciences Po, 2008, p. 70.

6 Camau Michel, Massardier Gilles, « Revisiter les régimes politiques », in Camau Michel, Massardier Gilles (dir.), Démocraties et autoritarismes – Fragmentation et hybridation des régimes, Paris, Karthala, 2009, p. 9.

7 Les citations analysées ci-dessous sont extraites d’un ensemble de 46 discours et interviews publiés dans le portail national du Maroc www.maroc.ma.

8 Il décrit ces actions comme faisant partie de ces « premières initiatives » dans une interview accordée aux revues libanaises Al Hawadith, la Revue du Liban, Monday Morning et Al Bairak à la veille de la réunion du Sommet arabe de Beyrouth, le 22/03/02. Il en fait l’un de ses « premiers objectifs » dans sa présentation du nouveau Code de la famille devant le Parlement, Rabat le 3/02/04.

9 Interview accordée à la revue La Médina, le 11/07/02.

10 Ces exemples sont extraits des interventions officielles suivantes de Mohammed VI, dans l’ordre : son discours au Sommet arabe de Tunis du 22/05/2004, son discours adressé à la Nation le 18/05/2005 à Rabat ; la Lettre adressée le 16/12/1999 au Premier ministre définissant les orientations du Plan quinquennal ; son message adressé le 22/03/2000 aux participants à la conférence internationale, La femme musulmane et les sciences, à Fès ; sa présentation du nouveau Code de la famille devant le parlement le 03/02/2004 ; son discours du 20/08/2003 à l’occasion de la célébration du 50e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple.

11 Respectivement dans une interview accordée au quotidien arabe Asharq Al-Awsat le 23/07/2001, une autre accordée au quotidien français Le Figaro le 04/09/2001 et dans son discours d’ouverture de la 2e année législative de la 7e législature le 10/10/2003.

12 Cité dans Dayan-Herzbrun Sonia, « La mixité dans le politique », in Ballmer-Cao Thanh-Huyen, Mottier Véronique, Sgier Léa (dir.), Genre et politique. Débats et perspectives, Paris, Gallimard, 2000, p. 285.

13 Selon la tradition du makhzen, le titre de princesse ne peut être transmis que par la naissance.

14 Les épouses de Hassan II, père de Mohammed VI, n’apparaissaient jamais en public.

15 Berrissoule Badra, « Mariage royal. Une fête avant tout », L’Economiste, n° 1312 du 15/07/2002.

16  « Suqût at-tabuhât bi-t-tadrîj » [La chute progressive des tabous], Al-Mashcal, n° 51 du 13 au 19 décembre 2005, p. 6.

17 Contrairement aux listes locales, les listes nationales ne dépendent pas d’une circonscription particulière : « Chaque parti s’engage à ne présenter que des femmes sur cette liste non référée à une circonscription particulière, et pour laquelle les électeurs sont appelés à se prononcer en sus de leur vote pour les listes dites « locales » (al-lâ’ihât al-mahalliya), c’est-à-dire correspondant à l’une des 91 circonscriptions qui divisent le territoire marocain. » Vairel Frédéric, « La "liste nationale" : un quota électoral pour quoi faire ? » in Zaki Lamia (dir.), Terrains de campagne au Maroc. Les élections législatives de 2007, Paris, Karthala, 2009, p. 136.

18 Il s’agit là de conférences religieuses qui ont lieu en présence du roi durant le mois du ramadan.

19 Elaboré en 1957-1958, ce code régit le statut personnel des Marocains et des Marocaines selon une interprétation malékite des préceptes religieux, contribuant notamment à consolider les inégalités de genre dans le pays en codifiant le droit de tutelle des hommes sur les femmes. Ce code a fait l’objet de plusieurs campagnes revendiquant sa modification. Les enjeux de cette réforme et le processus qui a finalement mené à l’adoption d’un nouveau code en 2004 ont été étudiés dans une multitude d’ouvrages et d’articles dont Alami M’Chichi Houria, Genre et politique au Maroc. Les enjeux de l’égalité hommes-femmes entre islamisme et modernisme, Paris, L’Harmattan, 2002 ; Buskens Léon, « Recent Debates on Family Law Reform in Morocco : Islamic Law as Politics in an Emerging Public Sphere », Islamic Law and Society, vol. 10, n° 1, 2003, p. 70-131 ; Roussillon Alain, « Réformer la Moudawana : statut et conditions des Marocaines », Maghreb-Machrek, 2004, p. 79-99.

20 Les réformes introduites par ce texte sont considérables, mais certains points sont restés en suspend. C’est notamment le cas de la répartition de l’héritage qui repose toujours sur une distribution inéquitable des parts entre hommes et femmes.

21 Comme le mouvement Justice et Bienfaisance (Al Adl Wal Ihsane) et le Parti Justice et Développement (al-‘Adâla wa al-Tanmiyya). Si ces organisations se rejoignent dans leur opposition aux projets de réforme défendus par les organisations féministes et les partis de gauche, leurs prises de position ne sont nullement homogènes et varient d’une organisation à l’autre. Sur la pluralité des prises de positions « islamistes » autour de la question des femmes, voir Yafout Merieme, « Femmes au sein des mouvements islamistes : facteur de modernisation ? », communication présentée durant l’école doctorale Les femmes face aux transformations socio-économique. Conflits, négociations et émergence de nouveaux rapports sociaux, Rabat, avril 2008.

22 Muller Pierre, Surel Yves, L’analyse des politiques publiques, Paris, Montchrestien, 1998, p. 48.

23 Danduran Renée B., Jenson Jane, Junter Annie, « Les politiques publiques ont-elles un genre ? », Lien social et politiques, n° 47, printemps 2002, p. 6-8.

24 Respectivement dans son discours du 20/08/1999 pour le 46e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple à Rabat ; le message adressé le 22/03/2000 aux participants à la conférence internationale La femme musulmane et les sciences, à Fès ; le discours adressé le 20/08/2007 à la Nation à l’occasion du 54e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple ; le message adressé le 15/02/2001 au Forum régional arabe des Organisations de la société civile sur l’enfance.

25 Message adressé le 27/02/2004 à Marrakech au Comité de suivi de la conférence des organisations francophones chargées des droits de l’homme.

26 Allocution au dîner officiel offert le 09/10/2003 en l’honneur du Président Jacques Chirac à Fès ; message adressé le 28/06/2001 aux participants à la 30e Conférence des associations du Croissant rouge et de la Croix rouge arabes à Rabat.

27 Respectivement lors du discours adressé le 22/05/04 au Sommet arabe de Tunis et lors de la présentation le 3/02/2004 du nouveau Code de la famille devant le parlement.

28 Discours du 30/07/2004 à l’occasion de la Fête du Trône à Rabat.

29 Discours du 17/03/2002 lors de l’ouverture des travaux de la 107e conférence de l’Union interparlementaire à Marrakech et discours du 20/08/2003 à l’occasion de la célébration du 50e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple.

30 Respectivement dans la présentation du 03/02/2004 du Code de la famille devant le parlement ; dans l’interview accordée le 22/03/2002 aux revues libanaises Al Hawadith, La Revue du Liban, Monday Morning et Al Bairak ; le discours adressé le 20/08/2003 à l’occasion de la célébration du 50e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple et son discours du 22/06/2000 à l’Université George Washington.

31 Respectivement dans ses interviews accordées aux revues libanaises Al Hawadith, La Revue du Liban, Monday Morning et Al Bairak le 22/03/2002 ; son message adressé le 10/12/1999 à l’occasion du 51e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme ; son discours du 8/11/2001 à l’occasion du lancement de la 4e Semaine nationale de solidarité à Marrakech.

32 Respectivement dans son message à l’occasion du 51e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme (10/12/1999) ; son interview accordée à la revue La Médina (11/07/2002) ; son discours du 18/05/2005 à la nation marocaine qui marque le lancement de l’INDH.

33 Discours du 11/10/2002 d’ouverture de la première année de la 7e législature et son discours du 10/10/2008 d’ouverture de la nouvelle année législative.

34 Respectivement dans son allocution lors de l’ouverture des travaux du Conseil supérieur de la Promotion nationale et du Plan à Tanger le 04/05/2000 et dans son discours d’ouverture de la première année de la 7e législature (Rabat le 11/10/2002).

35 Respectivement dans son discours d’ouverture de la première année de la 7e législature (Rabat le 11/10/2002) et son discours d’ouverture de la 2e année législative de la 7e législature (Rabat le 10/10/2003).

36 Respectivement dans son discours d’ouverture de la nouvelle année législative (Rabat le 10/10/2008) et son discours d’ouverture de la 2e année législative de la 7e législature (Rabat le 10/10/2003).

37 Parmi les conventions signées par le Maroc on compte : le Pacte relatif aux droits civils et politiques ratifié par le Maroc en 1979, la Convention internationale sur les droits politiques des femmes ratifié en 1977 ; la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) ratifié en 1993 avec des réserves concernant notamment l’article 16 qui pose le principe de l’égalité des droits et obligations entre époux.

38 Respectivement dans son discours à l’occasion de la célébration du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme durant la Réunion spéciale du Conseil consultatif des droits de l’homme (Rabat le 10/12/2008) ; son discours à l’occasion de la célébration du 50e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple (le 20/08/2003) ; son discours à l’occasion de la Fête du Trône du 30/07/2007.

39 Cornwall Andrea, Harrisson Elizabeth, Whitehead Ann (dir.), Gender Myths and Feminist Fables. The struggle for interpretative power in gender and development, Oxford, Blackwel, 2008, p. 6.

40 Ibid., p. 13

41 Sur l’adoption par l’Etat marocain des « injonctions développementalistes », voir Allal Amin, « "Développement international" et "promotion de la démocratie" : à propos de la "gouvernance locale" au Maroc », L’Année du Maghreb, Paris, CNRS, 2007, p. 275-296.

42 Commaille Jacques, « Les injonctions contradictoires des politiques publiques à l’égard des femmes », in Laufer Jacqueline, Marry Catherine, Maruani Margaret (dir.), Masculin-Féminin : questions pour les sciences de l’homme, Paris, PUF, 2001, p. 129-148.

43 Discours à l’occasion du premier anniversaire de son intronisation à Rabat le 30/07/2000.

44 Lettre adressée au Premier ministre définissant le cadre et les orientations du Plan quinquennal (Rabat, le 16/12/1999) ; discours lors de la cérémonie de lancement de la 3e campagne de solidarité nationale (Casablanca le 01/11/2000).

45 Discours lors de l’ouverture de la 2e année législative de la 7e législature (Rabat, le 10/10/2003).

46 Respectivement dans sa présentation du nouveau Code de la famille devant le parlement (Rabat le 3/02/2004) ; son discours à l’occasion de la Fête du Trône (Tanger le 30/07/2005) ; discours aux participants de la Réunion de l’Assemblée générale de l’ONU (le 14/09/2005) ; message adressé au Comité de suivi de la Conférence des Organisations francophones chargées des droits de l’homme (Marrakech le 27/02/2004).

47 Dans son discours d’ouverture de la 2e année législative de la 7e législature (Rabat le 10/10/2003) et dans son message adressé aux participants à la 10e édition du Congrès national des droits de l’enfant (Rabat le 25/05/2004). Je précise ici que la question de la « dignité » est déclinée de deux manières différentes. Dans de nombreux cas, il est question de la « dignité de l’Homme » (insân), donc tant des femmes que des hommes. Dans les deux cas cités ici pourtant il est bien précisé que s’il s’agit d’œuvrer pour plus de justice envers les femmes, il s’agit également de préserver la dignité de l’homme (rajul).

48 Dans son message adressé aux participants de la Conférence internationale La femme musulmane et les sciences, (Fès, le 22/03/2000).

49 Message adressé au Forum régional arabe des organisations de la société civile sur l’enfance (Tanger le 15/02/2001).

50 Alami M’Chichi Houria, Genre et politique au Maroc. Les enjeux de l’égalité hommes-femmes entre islamisme et modernisme, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 63.

51 Souvent, c’est la notion d’équité qui est privilégiée. Eddouada Souad, Pepicelli Renata, « Maroc : vers un "féminisme islamique d’Etat" », Critique internationale, n 46, janvier-mars 2010, p. 95.

52 Dans son discours d’ouverture de la 2e année législative de la 7e législature (Rabat, le 10/10/2003).

53 Allocution faite lors d’un dîner officiel offert en l’honneur de Jacques Chirac (Fès, le 09/10/2003).

54 Dans son message adressé aux participants de la Conférence internationale sur le thème La femme musulmane et les sciences (Fès, le 22/03/2000) et dans son discours d’ouverture de la 2e année législative de la 7e législature (Rabat, le 10/10/2003).

55 Dans son message adressé aux participants à la conférence internationale sur le thème La femme musulmane et les sciences (Fès le 22/03/2000) et dans l’interview accordée aux revues libanaises Al Hawadith, La Revue du Liban, Monday Morning et Al Bairak à la veille de la réunion du Sommet Arabe de Beyrouth (le 22/03/2002).

56 Certains auteurs utilisent cette appellation au sens très large pour nommer l’action des auteurs et mobilisations (qu’ils soient qualifiés d’ « islamiques », « séculiers » ou « islamistes ») qui entreprennent de réinterpréter les textes sacrés (Coran et hadith) pour revendiquer une amélioration du statut et des droits des femmes. Voir par exemple Rhouni Raja, Secular and Islamic Feminist Critiques in the Work of Fatima Mernissi, Leiden/Boston, Brill, 2010.

57 En mars 2000, lors de la marche qui rassembla à Casablanca les opposants au Plan d’action pour l’intégration des femmes au développement, les manifestants mettent surtout l’accent sur l’importance de la famille et les risques de déstabilisation qu’encoure cette institution avec l’application du Plan. Alami M’Chichi Houria, Genre et politique au Maroc. Les enjeux de l’égalité hommes-femmes entre islamisme et modernisme, op. cit., p. 62-66.

58 Eddouada Souad, Pepicelli Renata, « Maroc : vers un "féminisme islamique d’Etat" », op. cit., p. 88.

59 Commaille Jacques, « Les injonctions contradictoires des politiques publiques à l’égard des femmes », op. cit. 

60 Mervat F. Hatem, « Modernisation, the State and the Family in Middle East Women’s Studies », in Meriwether Margaret L., Tucker Judith (dir.), A social History of Women and Gender in the Modern Middle East, Oxford, Westview Press, 1999, p. 63-87 ; Kandiyoti Deniz, « Identity and its discontents : Women and the Nation », Journal of International Studies, vol. 20, n° 3, 1991, p. 429-443 ; Kadioglu Ayse, « Women’s Subordination in Turkey : Is Islam really the villain ? » Middle East Journal, vol. 48, n° 4, 1994, p. 645-660 ; Charrad Mounira, « The State and Gender in the Maghrib », Middle East Report, mars–avril 1990, p. 19-24.

61 Latte Abdallah Stéphanie, « Genre et politique », in Picard Elisabeth (dir.), La politique dans le monde arabe, Paris, Armand Colin, 2006, p. 130.

62 Sur l’importance du rôle joué par les médias dans la production des politiques publiques à travers l’amplification et la diffusion de problématisations particulières, voir Muller Pierre, Surel Yves, L’analyse des politiques publiques, Paris, Montchrestien, 1998, p. 88.

63 Pages de garde de numéros parus respectivement dans Challenge Hebdo (n° 78, 17-30 décembre 2005), L’Express (n° 2863, 18-24 mai 2006) et Tel Quel (n° 314, 8-14 mars 2008).

64 Lahlou Adil, « Edito », Challenge Hebdo, n° 78, 17-30 décembre 2005, p. 3.

65 Lagarde Dominique, « Maroc : "Les femmes d’influences" », L’Express, n° 2863, 18-24 mai 2006, p. 45. Selon un journaliste interviewé à ce sujet, il s’agirait d’un numéro spécial commandité par l’Etat marocain auprès de l’Express afin de plus largement diffuser l’idée d’un changement profond des mœurs au Maroc.

66 « Femmes d’influence : Les 50 qui font le Maroc d’aujourd’hui », Tel Quel, n° 314, 8-14 mars 2008, p. 45.

67 La Khmissa est symbolisée par une main qui fait partie des plus vieilles représentations mythologiques dans le monde islamique. C’est à la fois un symbole de puissance, de providence et de don, et une protection contre le mauvais œil. Elle symbolise enfin les cinq dogmes fondamentaux de l’islam, représentés par les cinq doigts de la main.

68 Khmissa-Lessieur, Dossier de presse éd. 2009, http://www.khmissalesieur.com/index2.php.

69 Importante entreprise agro-alimentaire dans le pays.

70 Auparavant (en 1997 et 1998), ce vote était limité aux lecteurs du magazine.

71 Ce complexe accueille par exemple le Festival international du cinéma de Marrakech.

72 Khmissa-Lessieur, Dossier de presse éd. 2009, op. cit.

73 Par l’intermédiaire du holding royal Siger.

74 Contrairement à d’autres contextes régionaux où l’impact de ces organismes internationaux sur le milieu associatif semble être beaucoup plus direct, généralisé et prégnant. Elisabeth Marteu montre par exemple l’importance que les bailleurs de fonds européens et américains jouent actuellement dans l’évolution du champ associatif investi par les femmes arabes en Israël. Voir Marteu Elisabeth, Les associations de femmes arabes en Israël. Actrices et enjeux de nouvelles formes de mobilisation palestinienne en Israël, thèse de doctorat, science politique, Paris, Institut d’études politiques//Université Ben Gourion, 2009.

75 Les politiques d’intégration des femmes au développement laissent la place, à partir des années 90, à l’approche « genre et développement ». Devenue populaire au sein des agences de développement internationales, cette approche conçoit les hommes et les femmes « comme des partenaires égaux dans la promotion d’un développement durable égalitaire » et vise à « réorganiser les structures de pouvoir de manière à introduire un plus grand équilibre du pouvoir entre les hommes et les femmes ». Allély Didier, Drevet-Dabbous Olivia et al. (dir.), Eau, genre et développement durable. Expériences de la coopération française en Afrique subsaharienne, Nogent-sur-Marne, Gret, 2002, p. 19 et 21.

76 J’empreinte cette formulation de Bono Irene, Le « phénomène participatif » au Maroc à travers ses styles d’action et ses normes, Les Etudes du CERI, n° 166, juin 2010, p. 17-20.

77 Ibid., p. 18. Selon cette auteure, la mise en chiffres fait également office de dispositif plus large servant à insuffler « l’esprit de transparence » à l’application des politiques de promotion de la participation.

78 INDH, Programme de lutte contre l’exclusion sociale en milieu urbain. Manuel de procédures, p. 15, URL : http://www.indh.gov.ma/fr/imgs/INDH_Urbain_fr.pdf, [Consulté le 15 novembre 2010].

79 Ibid., p. 12.

80 Ibid., p. 14.

81 Ibid., p. 33.

82 Meriem, 47 ans, vice-présidente d’une amicale de quartier créée en 2003 et trésorière d’une association socioculturelle pour jeunes créée en 2004.

83 Soufiane, 28 ans, président d’une association de développement social pour jeunes créée en 2005.

84 Ali, 46 ans, président d’une association de développement local créée en 2004. Impliqué dans diverses associations depuis 1979.

85 Il s’agit dans la plupart des cas de présidents ou vice-présidents d’association actifs soit dans les arrondissements de Hay Mohammadi et des Roches Noires soit dans celui de Sidi Moumen.

86 J’avais eu l’occasion de rencontrer à plusieurs reprises certains de ces dirigeants avant de m’entretenir avec eux durant l’été de 2008, un facteur qui a largement contribué à leur mise en confiance. Certains des entretiens ont duré plusieurs heures, entrecoupés de pauses café ou d’un déjeuner pendant lesquels la discussion était poursuivie dans un cadre informel. Les extraits analysés ici s’appuient tant sur les résultats des discussions enregistrées que sur ceux des observations formulées en off.

87 Ce dernier point sera exploité plus en détails dans le chapitre 8.

88 Bourqia Rahma, Etudes féminines. Notes méthodologiques, Série colloques et séminaires, n° 73, Rabat, publ. de la Faculté des Lettres et des Sciences humaines, 1997, p. 18.

89 Majid fait ici référence ici à un incendie qui a lieu en avril 2008 dans une usine de matelas à Casablanca et qui a coûté la vie à plus de 50 personnes (dont une majorité de femmes) qui y travaillaient.

90 Majid, 40 ans, président d’une association de développement social créée en 2002.

91 Hakim, 30 ans, secrétaire général d’une association socioculturelle et éducative créée en 2004.

92 Adnane, 49 ans, vice-président d’une association de développement local créée en 2004.

93 Ali, voir note 84.

94 Aziz, 49 ans, secrétaire général d’une association de développement local créée en 1999. Première implication dans une association locale en 1983. Ancien militant syndical.

95 Soufiane, voir note 83.

96 Adnane, voir note 92.

97 Sur 500 bénéficiaires, l’association compte une majorité de femmes.

98 Hakim, voir note 91.

99 Hamid, 54 ans, président et/ou membre de douze associations locales (culture, santé, développement social). Impliqué dans le milieu associatif depuis 2002.

100 Je représente ici la gent féminine.

101 Hakim, voir note 91.

102 L’importance accordée à la complémentarité des rôles a été mise en évidence dans de nombreux travaux sur l’engagement des femmes au sein de différents types de mobilisation. Ainsi, Dominique Loiseau montre qu’au sein du militantisme ouvrier en France, les femmes étaient cantonnées à deux rôles principaux : soit elles soutenaient la mobilisation de leurs maris en prenant en charge les tâches militantes quotidiennes, soit elles s’engageaient dans des organisations mobilisées autour de questions relevant de rôles perçus comme féminins (s’occuper des femmes, de la santé, etc.). Loiseau Dominique, « Associations féminines et syndicalisme en Loire-Atlantique des années 30 aux années 80 », Clio, Histoire, femmes et sociétés, n° 3, 1996, URL : http://clio.revues.org/index466.html [consulté le 5 juillet 2009]. Voir aussi la division des tâches mise en évidence par Jules Falquet dans son analyse du mouvement zapatiste au Mexique. Falquet Jules, De gré ou de force. Les femmes dans la mondialisation, Paris, La Dispute, 2008, chapitre 5 ; voir aussi Rétif Sophie, « L’engagement des femmes catholiques dans des associations familiales en France et au Portugal », Amnis, n° 8, 2008, URL : http://amnis.revues.org/555 [consulté le 5 juillet 2009].

103 Je reprends ici le concept très utile de division sexuelle du travail compris comme « la forme de division du travail social découlant des rapports sociaux de sexe ; cette forme est modulée historiquement et sociétalement. Elle a pour caractéristiques l’assignation prioritaire des hommes à la sphère productive et des femmes à la sphère reproductive ainsi que, simultanément, la captation par les hommes des fonctions à forte valeur sociale ajoutée (politiques, religieuses, militaires, etc.) ». Kergoat Danièle, « Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe », in Hirata Helena, Laborie Françoise, Le Doare Hélène et al. (dir.), Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF, 2004, p. 36.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable