Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes, associations et politique à Casablanca

 | 
Yasmine Berriane

Première partie. Devenir dirigeante d'association : dispositions individuelles et nouvelles opportunités

Chapitre 4. Essor et valorisation des associations locales 

Texte intégral

  • 1 Khadija, 41 ans, vice-présidente d’une association de développement social créée en 2004.

« Sa Majesté le Roi s’est adressé à la population et aux associations pour encourager les associations. (…) Il a encouragé les associations pour qu’il y ait une société moderne et démocratique. (…) Les associations de quartier ont changé. (…) Elles sont dirigées par des habitants du quartier qui ont suivi des formations de montage de projets, de plaidoyer, de communication. C’est l’Etat qui a mis à leur disposition les formations nécessaires pour qu’ils puissent participer au renforcement des associations et aussi encourager les habitants [du quartier] à participer aux affaires locales. Pour que l’administration et le gouvernement ne soient pas obligés de tout faire, de tout gérer, il faut que les associations et les habitants participent à la gestion des affaires locales. C’est une nécessité1. »

  • 2 Fillieule Olivier, « Devenirs militants », Sciences humaines, n° 144, décembre 2003, p. 19-40.

1S’imposer en tant qu’acteurs associatifs (qu’il s’agisse d’hommes ou de femmes) présuppose à la fois une reconnaissance sociale de l’action de ces derniers et l’existence d’opportunités qui permettent d’engager l’action2. Les exemples étudiés le confirment. Comme dans la plupart des entretiens que j’ai réalisés, Khadija met en avant deux points principaux pour expliquer son engagement actuel dans une association de quartier. Elle mentionne d’abord la nouvelle approche promue et défendue par le roi depuis le début des années 2000 : la valorisation ciblée des associations comme vecteurs de développement du pays et comme symboles de modernité et de démocratie. Elle évoque, ensuite, la transformation des associations locales et la reconnaissance sociale et politique dont ces dernières commencent aujourd’hui à bénéficier.

2Depuis le début des années 2000, le contexte politique du Maroc connaît en effet un renouvellement et une diversification des normes permettant d’asseoir la légitimité de nouveaux acteurs, non encore établis. Cette valorisation s’accompagne de l’augmentation substantielle du nombre d’associations destinées à promouvoir le développement local et le regain d’importance que ces dernières revêtent auprès des autorités locales. Ces transformations feront l’objet de ce chapitre. Après avoir présenté l’évolution récente du milieu associatif au Maroc, je traiterai des changements structurels qui ont favorisé ces transformations en décrivant les nouvelles sources de financement disponibles, les programmes qui ciblent les associations comme partenaires privilégiés et les nombreuses facettes de la loi réglementant le droit d’association réformé en 2002. A travers ces trois points, il s’agira non seulement d’insister sur les changements structurels qui ont influencé l’émergence des dirigeantes interrogées mais également d’interroger la nature même de ces transformations. Nous verrons, en effet, que si ces transformations contribuent à encourager l’émergence de nouveaux acteurs associatifs (hommes ou femmes), elles tendent aussi – à travers un processus indirect de sélection – à en marginaliser d’autres.

Le développement du tissu associatif marocain depuis les années 70

  • 3 Les données disponibles concernent souvent un type particulier d’association. L’Annuaire des associ (...)
  • 4 Otayek René et al., Les sociétés civiles du Sud. Un état des lieux dans trois pays de la ZSP. Camer (...)

3Toutes les enquêtées attribuent au début des années 2000 un impact décisif sur leur parcours associatif. Le changement qu’elles perçoivent est d’abord quantitatif : toutes mentionnent l’augmentation fulgurante de nombre d’associations dans leurs quartiers respectifs. Une certaine opacité entoure les données quantitatives concernant le secteur associatif. Celles dont disposent les chercheurs proviennent de différentes sources et sont loin de proposer des informations homogènes et complètes3. Par ailleurs, les quelques chiffres disponibles renvoient souvent à des réalités dépassées : les associations répertoriées par l’administration ne sont pas (ou plus) des associations toujours actives, et les associations actives ne sont pas toujours répertoriées de manière officielle. Lorsque, à la fin des années 90, certaines estimations faisaient état d’un total de 30 000 organisations, selon l’Espace associatif (réseau associatif créé en 1996), ce nombre ne pouvait pas être supérieur à 20 000 associations4. Bien qu’approximatifs, les quelques chiffres dont nous disposons peuvent néanmoins servir de repères et nous permettre d’identifier les principales tendances qui traversent ce tissu associatif.

  • 5 Fountir Abdelilah, « Associations au Maroc et statut juridique des associations reconnues d’utilité (...)

4Ainsi, lorsque l’on examine l’évolution du nombre d’associations depuis les années 50, on se rend vite compte d’une accélération sensible du nombre de créations durant les deux dernières décennies. Selon le Secrétariat général du gouvernement5, le Maroc compterait aujourd’hui un total de 38 500 associations. La plupart d’entre elles auraient vu le jour depuis les années 90.

Tableau 6 - L’évolution de l’effectif des associations créées

Période

Effectifs des associations créées

1958-1968

2 223

1969-1979

3 058

1980-1990

5 452

1991-2003

19 150

2004-2007

8 617

Source : Secrétariat général du gouvernement, 2007

5Ce tableau met en évidence l’accélération, en l’espace de quelques années, du rythme de création de nouvelles associations. Alors qu’entre 1958 et 1990, un total de 10 733 nouvelles associations est recensé, elles sont 27 767 (soit plus du double) à voir le jour entre 1991 et 2007, dont près d’un tiers entre 2004 et 2007. Le bond quantitatif est assez remarquable.

  • 6 Contrairement à d’autres villes du pays où les dossiers des associations sont rassemblés au niveau (...)

6Ne disposant d’aucun chiffre permettant d’illustrer une telle progression dans les quartiers casablancais au sein desquels vivent et s’activent les dirigeantes que j’ai interrogées, j’ai rassemblé des données de première main en dépouillant systématiquement les dossiers d’associations répertoriées au sein de la préfecture casablancaise de Aïn Sebae - Hay Mohammadi - Roches Noires6. Lors de mon séjour dans cette préfecture en mai 2008, le registre tenu par la Direction des affaires générales (DAG) comptait 1889 associations déclarées, un chiffre inspirant une certaine fierté au gouverneur (avec qui je me suis brièvement entretenue) et aux fonctionnaires de la DAG. Une fois de plus, j’insiste sur la prudence avec laquelle ce chiffre doit être interprété. Il ne reflète que le nombre d’associations déclarées (certaines depuis les années 50) sans pour autant distinguer les organisations encore actives de celles qui ne le sont plus. En effet, tant qu’une association n’a pas été officiellement dissoute par ses membres, elle reste comptabilisée comme étant encore active. Or, il est très fréquent de trouver des associations qui ont cessé toute activité (en raison d’un manque de moyens ou d’un différend interne, par exemple) sans pour autant l’avoir signalé. Par ailleurs, ces chiffres n’incluent pas les organisations non déclarées car opérant dans un cadre informel.

  • 7 Je n’ai pas pu accéder aux autres dossiers, soit parce qu’ils avaient malencontreusement été déplac (...)

7Parmi ces 1 889 associations, j’ai pu dépouiller un ensemble de 1107 dossiers, soit près de 60 % du total7. Chaque dossier contient les documents nécessaires à la déclaration d’une association, notamment ses statuts, sa date de création, ses objectifs, le quartier où se trouve son siège, la liste de tous les membres du bureau exécutif et une photocopie de la carte nationale de chacun de ses membres. Afin de préserver l’anonymat des organisations et des personnes impliquées, je me suis limitée à reprendre le numéro du dossier de chaque association pour ensuite saisir les données suivantes : la date de création et de renouvellement du dernier bureau exécutif, le quartier de rattachement, le type d’activité et, pour finir, le nombre d’hommes et de femmes membres du bureau exécutif de l’organisation.

8Il s’agit d’un ensemble très hétérogène d’organisations dont un tiers a été catégorisé par l’administration comme « associations sociales », près d’un quart comme « associations sportives » et près d’un sixième comme « associations culturelles et artistiques ». Viennent ensuite les associations professionnelles et les associations de parents d’élèves. Les associations à caractère religieux (proposant un enseignement religieux, se chargeant de la gestion d’une mosquée ou représentant une confrérie soufie) ou politique (regroupant notamment les sections locales des partis politiques) ne forment qu’une toute petite part des effectifs répertoriés.

9Le graphique de la figure 1 illustre bien la dynamique de création des associations dans cette préfecture. On peut y déceler trois grandes phases : la première allant de la seconde moitié des années 70 à la fin des années 80 ; la deuxième s’étendant tout au long des années 90 et la troisième débutant à la fin des années 90. Cette périodisation se retrouve aussi au niveau national. Elle correspond à la succession de contextes différents les uns des autres sur les plans politique, économique et social.

Figure 1 Evolution du nombre d’associations selon l’année de création (Préfecture de Aïn Sebae - Hay Mohammadi - Roches Noires)

Figure 1 – Evolution du nombre d’associations selon l’année de création (Préfecture de Aïn Sebae - Hay Mohammadi - Roches Noires)

Source : dépouillement personnel, mai 2008.
Echantillon de 1 107 associations sur un total de 1 890 associations déclarées

10Entre la seconde moitié des années 70 et la fin des années 80, on peut voir que dans ce qui représente aujourd’hui la préfecture de Aïn Sebae - Hay Mohammadi - Roches Noires, le mouvement de création d’associations s’accélère, tout en restant encore relativement timide. Je rappelle que durant les années 70, les associations se développent dans un contexte verrouillé et sous l’effet des partis politiques et des mouvements mobilisés dans l’opposition (voir chapitre 3). Au début des années 80, de violentes émeutes populaires éclatent dans les grandes villes du royaume pour protester contre la dégradation des conditions de vie. L’adoption du Plan d’ajustement structurel en 1983 sous l’égide de la Banque mondiale et du FMI s’accompagne d’une réduction des dépenses publiques. Le secteur social s’en trouve particulièrement touché, et l’on envisage de le privatiser. Les classes moyennes qui ont émergé durant les années 70 investissent le domaine en créant des associations qui leur permettent de faire face à la crise urbaine due à la fois à la désagrégation du secteur social et aux effets de l’exode rural qui s’intensifie durant les années 80. Par ailleurs, à partir de la seconde moitié des années 80, les organisations internationales subordonnent l’octroi de financements aux pays du Sud à la participation des associations aux programmes de développement.

  • 8 Elles servent notamment à intégrer et coopter dans les circuits du pouvoir les nouvelles élites urb (...)
  • 9 Ghazali Ahmed, « Contribution à l’analyse du phénomène associatif au Maroc », in Camau Michel (dir. (...)

11Ce nouveau contexte international, couplé aux mobilisations à l’intérieur du pays et à l’incapacité de l’Etat de gérer à lui tout seul les effets de la crise économique, incite Hassan II à encourager, dès la seconde moitié des années 80, le développement d’organisations pouvant prendre en charge une partie des prérogatives de l’Etat. C’est notamment le cas des associations régionales créées par des personnalités proches du Palais. Ces organisations non seulement se donnent comme objectif le développement économique, social et culturel, mais soutiennent également le pouvoir en place tout en disposant de moyens financiers importants8. L’effervescence toute relative que connaît alors le tissu associatif au Maroc incite Ahmed Ghazali, très sceptique sur cette question, à se demander en 1989 dans quelle mesure ces changements annoncent l’émergence d’un mouvement associatif9.

  • 10 Pour de plus amples détails sur ce processus et ses effets, voir notamment Catusse Myriam, Le temps (...)
  • 11 Salamé Ghassan, « Où sont donc les démocrates ? », in Salamé Ghassan (dir.), Démocraties sans démoc (...)

12Les années 90 marquent un deuxième tournant : le processus de création d’associations s’accélère. Au sein de l’actuelle préfecture de Aïn Sebae - Hay Mohammadi - Roches Noires, 304 nouvelles associations voient le jour entre 1989 et 1999. Elles représentent 27,5% du total des associations dépouillées. Le processus d’ouverture amorcé à la fin des années 80 prend en effet de l’importance durant les années 90, combinant libéralisation économique et libéralisation politique. Les effets de la crise économique restant très sensibles, l’État est incapable de prendre en charge l’ensemble du secteur social, et le chômage est en hausse. Avec l’entrée du pays dans le GATT en 1987 et la signature d’accords de libre-échange avec l’Union européenne en 1996, l’intégration du pays dans le système économique international s’intensifie. Par conséquent, la libéralisation de l’économie et le processus de « mise à niveau » qui touche plusieurs secteurs (l’économie, la justice, l’éducation, le tissu associatif) prennent de l’ampleur10. Les réajustements s’inscrivent dans un contexte mondial post-guerre froide où la démocratie représentative se mue en « bien commun de l’humanité11 ». Ce modèle global s’impose comme une condition préalable à l’octroi d’aides au développement par les pays occidentaux, ce qui incite plusieurs régimes du monde arabe (dont le Maroc) à engager des réformes promettant une libéralisation politique.

  • 12 Sur les mobilisations protestataires des années 90, voir Bennani-Chraïbi Mounia, Soumis et rebelles (...)
  • 13 Ibrahim Saad Eddin, « Liberalization and Democratization in the Arab World : an Overview », in Bryn (...)
  • 14 Bennani-Chraïbi Mounia, « Parcours, cercles et médiations à Casablanca. Tous les chemins mènent à l (...)

13Le début des années 90 est aussi marqué par un cycle de protestations qui gagne en acuité avec les troubles internes qu’occasionne la guerre du Golfe au Maroc, tout comme dans d’autres pays arabes12. Des émeutes et manifestations contre le soutien accordé par ces derniers aux États-Unis durant le conflit secouent les régimes en place, renforçant les revendications internes en faveur d’une démocratisation13. Cette période se traduit, dans la figure 1, par une nette augmentation du nombre de créations d’association entre 1991 et 1993. A ces changements qui touchent le « temps mondial » et le « temps régional », il faut ajouter le « temps biologique » du corps malade et vieillissant du roi Hassan II (il décèdera en 1999), annonciateur d’une succession prochaine14.

14Le Maroc fait partie des pays qui connaissent alors un certain nombre de réformes laissant entrevoir les contours d’une libéralisation politique. Les signes d’une ouverture politique décidée d’en haut se font de plus en plus visibles : réforme de la constitution, amnistie de prisonniers politiques, création du Conseil consultatif des droits de l’homme en 1990, essor d’une presse qui se veut « indépendante », le tout couronné en 1998 par l’alternance politique instituée par Hassan II après les élections de 1997 qui semble renforcer ce processus d’ouverture. Selon de nombreux auteurs, la brèche ouverte par ces changements a largement contribué à dynamiser le milieu associatif.

15Cette augmentation numérique s’accompagne tout au long de la décennie 1990 d’une diversification du tissu associatif. On voit notamment émerger des associations qui se donnent comme objectif la promotion de la démocratie dans le pays (comme Alternatives ou le Collectif démocratie et modernité) et des plateformes associatives (ou réseaux) voulant contribuer – par des formations et l’apport de financements – au renforcement du milieu associatif (comme l’Espace associatif). Ces réseaux bénéficient du soutien tant matériel que symbolique de bailleurs de fonds étrangers. C’est également le cas des associations de défense des droits de l’homme et, plus précisément, de celles qui défendent les droits des femmes et revendiquent une réforme du Code du statut personnel. Tout au long des années 90, ces organisations gagnent en visibilité au niveau national et international.

  • 15 Catusse Myriam, « Le charme discret de la société civile. Ressorts politiques de la formation d’un (...)
  • 16 Saâf Abdallah, « L’hypothèse de la société civile au Maroc », in El Aoufi Nouredine (dir.), La soci (...)
  • 17 Sur la constitution et la promotion – au niveau international – de la « société civile » comme caté (...)
  • 18 Catusse Myriam, « Le charme discret de la société civile. Ressorts politiques de la formation d’un (...)

16C’est dans ce contexte que les associations marocaines entrent dans la ligne de mire des chercheurs qui se mettent à envisager une éventuelle démocratisation du pays. La notion de « société civile » émerge dans le débat public15 pour nommer, catégoriser et analyser l’essor du tissu associatif16. L’émergence de cette notion est largement renforcée par l’intervention d’organismes étrangers (Banque mondiale, Commission européenne, USAID, etc.) qui contribuent à légitimer le label « société civile » en apportant à certaines de ces associations un appui tant matériel que symbolique17. Elle s’affirme enfin par la constitution d’un « savoir-faire », de « signes de reconnaissance » et de « représentants » qui contribuent peu à peu à lui donner corps18.

  • 19 Ibid., p. 303.
  • 20 Catusse Myriam, Le temps des entrepreneurs ? Politique et transformations du capitalisme au Maroc, (...)

17Les représentants de la « société civile » qui se développe durant les années 90 ont été décrits par Myriam Catusse de la manière suivante : « Urbains, diplômés, souvent universitaires et proches des médias, vivant à Rabat ou Casablanca (…), ont parfois suivi des études à l'étranger et se sont d'abord rangés plus facilement parmi les élites francophones qu'arabophones, pour peu que cette distinction ait un sens. Ils ont entre 30 et 50 ans et pourraient représenter cette classe moyenne qui s'est développée dans les années 70, à l'ombre d'un État tutélaire, que ce soit dans les universités ou dans le secteur économique, entreprises publiques ou privées19». S’ils ont tendance à nier toute appartenance partisane, il s’agit le plus souvent d’anciens opposants politiques reconvertis dans l’action associative. La figure de l’entrepreneur, « libéral, éclairé, parfois avant-gardiste » fait également son entrée sur la scène politique du pays, s’imposant notamment par la voie associative20.

18La troisième phase commence dès la fin des années 90. Elle se caractérise par le gonflement quasi continu du nombre de créations d’association, avec deux pics assez remarquables en 2000 et 2006. Entre 2000 et 2007, un ensemble de 595 nouvelles associations ont été créées dans la préfecture de Aïn Sebae - Hay Mohammadi - Roches Noires. Elles représentent près de 54% du total de l’échantillon dépouillé. Parmi les associations qui ont connu un essor particulièrement spectaculaire durant ces dernières années, les personnes interrogées citent notamment les associations de proximité.

  • 21 Meriem, 47 ans, vice-présidente d’une amicale de quartier créée en 2003 et trésorière d’une associa (...)

« Les associations se développent aujourd’hui comme les vendeurs ambulants (farrâsha) que l’on trouve dans la rue. Elles sont partout ! Chaque jour tu en trouves de nouvelles qui s’installent dans le quartier21. »

  • 22 Jamila, 26 ans, trésorière d’une association féminine de développement social pour femmes, enfants (...)

« Les associations se sont multipliées d’une manière incroyable dans le quartier. Chaque jour tu entends parler d’une nouvelle association qui vient de se créer22. »

19L’augmentation du nombre d’organisations de ce type s’observe autant en milieu urbain qu’en milieu rural. Dans les quartiers étudiés, il s’agit d’organisations polyvalentes aux profils très différents, mais qui se donnent toutes comme objectif de contribuer, à l’échelle locale, au développement social du pays. C’est dans le cadre de ces structures qu’ont émergé les dirigeantes dont je retrace le parcours ici. Ces associations se distinguent par leur caractère fortement territorialisé et par la multiplicité de leurs domaines d’action.

Les associations de développement local : des organisations de proximité en plein essor

  • 23 Ameur Mohamed, « Les associations de quartier, nouveaux acteurs en milieu urbain marocain », in Sig (...)

20Lorsqu’elles décrivent les associations qu’elles dirigent, les enquêtées utilisent toutes l’appellation « association locale » (jamciya mahalliya) en référence, le plus souvent, au quartier dans lequel l’organisation est domiciliée et dans lequel elle est active. Par conséquent, elles sont aussi communément appelées « associations de quartier ». Mohamed Ameur observe dès le début des années 90 une « véritable renaissance du mouvement associatif qui a pour cadre le quartier », d’abord dans les quartiers clandestins, puis dans les quartiers réglementaires. Leur naissance répond non seulement au contexte national et international plus favorable au déploiement du phénomène associatif mais également aux défaillances publiques en termes de gestion urbaine. Confrontés à une croissance urbaine rapide qui se renforce durant les années 80, les pouvoirs publics ont en effet du mal à gérer l’ampleur des besoins de la population (ramassage des ordures, aménagement infrastructurel, régulation sociale). Par conséquent, ils encouragent les initiatives lancées par les habitants. Les associations de quartier qui naissent de ce besoin mutuel (des autorités publiques et des habitants) se chargent de la gestion des mosquées, de l’amélioration de l’environnement urbain, de l’achèvement des équipements collectifs ou encore de la sécurité23.

  • 24 Comme j’ai déjà pu le montrer dans le chapitre 1, les limites socio-spatiales du quartier restent r (...)
  • 25 L’idée de l’importance du « quartier » comme entité d’action, de mobilisation et de légitimation es (...)

21La référence au quartier est unanime dans tous les entretiens. Bien que les frontières délimitant ce qui est appelé « quartier » (hay) soient variables24, l’action des associations locales est clairement orientée par rapport à cette entité territoriale. Elle semble même en dépendre. Les appellations choisies par les fondateurs d’associations locales pour nommer leur organisation font souvent référence au quartier dans lequel est située cette dernière. Par ailleurs, la plupart des membres de ces organisations sont soit issus du quartier où ils sont actifs soit y vivent depuis un certain temps. L’existence des associations locales dépend enfin de la capacité de leurs dirigeants à s’attirer la confiance des habitants et donc de se garantir un nombre suffisamment important d’adhérents et/ou de bénéficiaires locaux. Ce sont les adhérents et les bénéficiaires qui permettent à chaque association de légitimer son existence (en montrant qu’elle répond à un réel besoin local), de prouver sa capacité de mobilisation et de valoriser son action vis-à-vis des autorités locales et des bailleurs de fonds potentiels25.

22Dans la description qu’en fait Mohamed Ameur, les associations de quartier œuvrent exclusivement par rapport à l’entité territoriale dont elles sont issues et dans laquelle vivent leurs membres. La situation est loin d’être la même pour toutes les associations de quartier dont j’ai rencontré les membres dirigeants. Ainsi, l’association présidée par Maha oriente bien son action par rapport au quartier dans lequel elle est basée, mais celle présidée par Sanaa étend ses activités à l’ensemble de l’arrondissement dans lequel elle est située, ciblant les quartiers et secteurs les plus sensibles et jugés vulnérables par les autorités publiques. L’association co-dirigée par Meriem représente exclusivement les intérêts des habitants d’un seul bloc résidentiel, alors que celle fondée par Khadija intervient dans deux quartiers différents. Le premier correspond au quartier d’origine de l’association, le deuxième est un bidonville situé dans le même arrondissement. Elles sont nombreuses à englober, dans leur rayon d’action, des secteurs et des espaces qui s’éloignent nettement de ceux dans lesquels elles sont basées. Dans de nombreux cas, les contours de ce rayon d’action épousent (ou du moins s’inscrivent dans) ceux de l’arrondissement, contribuant par-là à consolider les frontières qui délimitent ces entités administratives encore relativement jeunes.

  • 26 En 1997, la Lyonnaise des eaux de Casablanca (LYDEC) s’est vu confier par le Conseil de la Communau (...)

23De même, des organisations créées pour répondre – parfois de manière très ponctuelle – aux besoins des habitants d’un secteur particulier peuvent voir leur rayon d’action s’élargir au fil du temps. C’est le cas, par exemple, de l’association co-dirigée par Hamid. En 2002, après avoir participé à une mobilisation informelle et localisée en faveur de l’électrification du bidonville dans lequel il vit, Hamid se joint à la création d’une association des habitants de cette unité territoriale (jamciya sakaniya) pouvant gérer la collecte des redevances dues à la LYDEC suite à l’installation de l’électricité dans les habitations26. Mais trois ans plus tard, cette structure change de nom pour devenir une « association de développement social », sans plus préciser un quelconque rattachement territorial. Hamid explique le passage d’une appellation à l’autre de la manière suivante :

  • 27 Hamid, 54 ans, président et/ou membre de douze associations locales (culture, santé, développement (...)

« Les habitants ont commencé à venir nous demander : "Qu’avez-vous fait pour nous ? Nous avons adhéré à cette association, qu’avez-vous fait pour nous ?" (…) J’ai appelé les autres et je leur ai dit : "Si vous voulez que je reste trésorier de cette association, alors enlevez le mot ‘habitants’ du nom et mettez ‘développement social’ (tanmiya al-ijtimâciya) à la place". (…) Nous avons organisé une nouvelle AG et nous avons changé le nom. (…) Ça nous a permis de travailler en paix. (…) Quand tu mets "développement social", alors tu peux travailler de manière libre. Quand tu mets "des habitants’", ils pensent que tu es leur syndic. (…) Si les conditions de travail dans le quartier ne nous plaisent pas, on peut très bien aller travailler dans un autre coin. Le développement social concerne le Maroc tout entier ! Il n’a pas de limites27. » 

24Les propos de Hamid permettent de bien mettre en évidence deux points essentiels. Il y soulève la différence entre deux niveaux d’engagement : l’un, à l’échelle du lieu de résidence et au plus proche des besoins de ses habitants (proche de la description faite par M. Ameur en 1999) et l’autre à l’échelle plus large du développement social qui « n’a pas de limites ». Si les activités proposées aujourd’hui par l’association co-fondée par Hamid dépassent effectivement les limites du bidonville où elle est née, elles continuent pourtant à s’inscrire au sein de l’arrondissement dans lequel elle est basée. D’ailleurs, Hamid qualifie toujours cette organisation d’association locale, voire d’association de quartier.

25Les propos de Hamid éclairent aussi les raisons qui peuvent expliquer la distension du rayon d’action de certaines associations de quartier. Dans ce cas précis, il s’agirait avant tout d’une manière de gagner en autonomie par rapport aux habitants du bidonville dans lequel est née l’association. En optant pour un nouveau nom, les membres de cette association se libèrent de facto de l’obligation de rendre des comptes directs aux habitants du bidonville. Par ailleurs, ils gagnent en liberté de mouvement et peuvent orienter leurs actions en fonction d’autres critères comme les opportunités de financement et les nouvelles orientations privilégiées par les pouvoirs publics ou d’autres types de bailleurs. D’autres explications fournies par les acteurs interrogés font état de la forte demande émanant des quartiers environnants et donc de la difficulté à limiter les actions de l’association aux seuls habitants de l’entité territoriale d’origine. Je montrerai plus loin, à l’aide de l’exemple de l’INDH, que cet élargissement du rayon d’action résulte aussi de l’adaptation des associations aux contraintes imposées par de nouvelles politiques publiques qui identifient et hiérarchisent les zones selon les besoins en aide.

  • 28 Je m’arrêterai plus en détails sur la formation de la catégorie « femmes » dans le chapitre suivant

26Les publics ciblés par ces associations sont généralement des personnes identifiées comme souffrant d’un « manque » (matériel, scolaire, relationnel, infrastructurel, etc.). Au sein de cette large catégorie d’ayants droit se dégagent des sous-catégories récurrentes : celles des « enfants », des « jeunes », des « femmes » et des « personnes handicapées ». La frontière qui distingue la catégorie des « jeunes » des autres n’est pas clairement définie. Il semblerait qu’elle englobe grosso modo les personnes âgées entre 15 et 30 ans (parfois même au-delà de cet âge). Quant à la catégorie des « jeunes filles », elle recouvre en partie les « jeunes » et les « femmes28 », faisant tantôt partie des unes et tantôt des autres. D’ailleurs, rares sont les associations qui déclarent s’engager pour une seule de ces sous-catégories, touchant le plus souvent à plusieurs d’entre elles, voire à toutes.

  • 29 Les activités génératrices de revenus (AGR) visent à produire des biens ou des services permettant (...)
  • 30 Khrouz Driss, « A Dynamic Civil Society », Journal of Democracy, vol. 19, n° 1, 2008, p. 48.
  • 31 Comme l’Association pour l’éducation, la culture et le développement social (Sidi Moumen) ou encore (...)
  • 32 Au grand désarroi d’ailleurs des fonctionnaires de la DAS, censés classer ces associations dans une (...)

27Multifonctionnelles, ces associations proposent une très large palette d’activités et de services dont divers types de formation (des cours d’alphabétisation, des formations de couture, en arts plastiques, en informatique, en restauration), des ateliers de sport (aérobic, football etc.) ou encore des centres d’écoute. Elles organisent des expositions de produits fabriqués par les membres de l’association, des ateliers de théâtre ou encore des campagnes de nettoyage à l’échelle du quartier et/ou initient, gèrent et soutiennent des activités génératrices de revenus29. Comme le souligne Driss Khrouz, « les demandes d’aide sont si nombreuses et variées qu’apprendre à faire "un peu de tout" constitue un impératif de l’engagement associatif dans les quartiers défavorisés30 ». Le choix du nom de l’association reflète parfois cette tendance à la multifonctionnalité en explicitant tous les domaines ciblés31. Dans d’autres cas, ce sont les statuts qui détaillent les différents domaines d’intervention de l’association sous la forme de longues listes d’objectifs32. Dans d’autres, enfin, la multifonctionnalité n’apparaît qu’à travers les activités mises en œuvre, sur le terrain, par l’association. Au sein d’une même association, ces activités peuvent à la fois s’inscrire dans le domaine social, sportif, culturel, religieux et caritatif. Les quatre exemples suivants illustrent cette diversité des objectifs.

28L’association féminine dirigée de manière conjointe par Sanaa, Mouna et Ilham propose un enseignement non formel et des formations en informatique pour enfants et adolescents, ainsi que des cours d’alphabétisation, des séances d’aérobic et des formations de couture, de cuisine et de gestion de micro-entreprises pour les femmes. La même association organise régulièrement des tables rondes auxquelles sont conviées les bénéficiaires en vue de les sensibiliser à la réforme de la Moudawana, discuter de leurs besoins et attentes, les informer sur des problèmes de santé ou encore débattre de questions comme le terrorisme, par exemple. L’association coordonne également des actions caritatives : collecte d’habits pour un orphelinat, organisation de campagnes médicales. Celle dirigée par Hanane propose aux femmes du quartier des cours d’alphabétisation, des formations de couture et des séances d’apprentissage du Coran (tahfîd al-qur’ân). En outre, des ateliers de théâtre sont proposés aux plus jeunes (filles et garçons). Enfin, l’organisation propose des actions de bienfaisance en apportant occasionnellement son aide pour l’achat de médicaments et en distribuant l’aide alimentaire à l’occasion des grandes fêtes religieuses, ainsi que des cartables lors des rentrées scolaires. L’association dirigée par Maha est mixte et se donne comme objectif « la promotion des valeurs de la citoyenneté et la mobilisation citoyenne ». Pour atteindre ce but, l’organisation propose une multitude d’actions qui vont de l’animation de rencontres entre les habitants et les autorités publiques à l’orchestration de manifestations protestataires, en passant par des projets de rénovation du quartier, la mise en place d’un cinéma en plein air et d’un journal pour les jeunes ou encore l’organisation de rencontres pour sensibiliser les femmes du quartier à leurs droits. Enfin, si l’association mixte co-dirigée par Houria s’engage pour la promotion de la langue et de la culture amazighes et propose des cours de langue berbère, elle organise aussi des tables rondes portant sur les droits de l’homme, des activités culturelles pour les enfants et contribue à l’élaboration d’un projet de marché-pilote destiné aux marchands ambulants du quartier.

  • 33 Khrouz Driss, « A dynamic civil society », op. cit., p. 48.

29Driss Khrouz, qui insiste aussi sur cette diversification des domaines d’intervention, explique le phénomène par l’ampleur des besoins que connaît la majeure partie de la population dans les quartiers en question33. Mais il semble que cette tendance réponde aussi au souci des dirigeants d’association de multiplier leurs chances de pouvoir bénéficier le plus largement possible des programmes de soutien et de subvention de plus en plus nombreux proposés par l’Etat et les organismes internationaux.

30Si ces associations se distinguent par leur tendance à faire un peu de tout, elles s’accordent toutes à situer leurs objectifs et actions au sein d’une approche plus large qui est celle du « développement social » (al-tanmiya al-ijtimâciya). La terminologie choisie par les dirigeants pour nommer ces associations accorde une grande importance à ce paradigme. L’utilisation des termes « développement social» ou « développement humain » (al-tanmiya al-bashariya) est récurrente, tout particulièrement dans le cas des associations créées au début des années 2000. L’importance accordée à ce paradigme traduit une tendance qui prédomine aujourd’hui dans les politiques de développement privilégiées aussi bien au niveau national qu’international.

  • 34 Qui visait notamment à dépasser les approches privilégiées par les plans d’ajustement structurel, p (...)
  • 35 Palier Jane, Prevost Benoît, « Le développement social : nouveau discours et idéologie de la Banque (...)
  • 36 Ibid., p. 29-37.
  • 37 Calvès Anne-Emmanuèle, « "Empowerment" : généalogie d'un concept-clé du discours contemporain sur l (...)
  • 38 Notamment par la création d’institutions et d’agences spécialisées dans la question comme l’Agence (...)

31Le développement social est aujourd’hui – notamment depuis le sommet de Copenhague34 de 1995 l’un des thèmes de prédilection des bailleurs et organismes internationaux, comme la Banque mondiale, les organisations onusiennes ou encore l’Union européenne, tous soucieux de lutter contre la pauvreté en privilégiant l’articulation des dimensions économique, politique et sociale du développement dans le cadre d’un « développement intégré ». Pour la Banque mondiale – principal promoteur, au niveau international, de ce nouveau paradigme le développement social s’articule autour de « l’inclusion et la cohésion sociale ainsi que la responsabilisation des institutions35 ». L’inclusion et la cohésion sociale reposent sur des stratégies d’autonomisation des populations les plus démunies qui passent par leur « inclusion dans de nouveaux circuits d’assurance, de financement et d’activité économique » tels que la microfinance36. Selon cette approche, la responsabilisation des institutions passe par l’application des principes de bonne gouvernance (décentralisation, transparence, accountability, etc.) et de l’empowerment (insertion, autonomisation, renforcement des capacités, etc.), notion clef « de la rhétorique sur la "participation des pauvres" au développement37 ». Ces principes transparaissent nettement dans les politiques publiques privilégiées aujourd’hui au Maroc38.

32Comme l’indiquait Hamid plus haut : le développement social présente l’avantage de « ne pas avoir de limites » ; et ce, tant d’un point de vue territorial que par rapport à la nature des domaines d’intervention qu’il englobe. En pratique, le développement social réunit une très large palette de champs d’action allant de l’éducation à la santé en passant par les droits de l’homme, la microfinance, les droits sociaux ou encore le soutien à l’intégration économique des femmes. Autrement dit, ce paradigme permet non seulement d’expliquer et de justifier la multitude des activités proposées par les associations décrites plus haut, mais il contribue aussi à donner l’impression d’une unité d’objectif et d’action entre associations qui proposent des activités très différentes.

33L’ouverture amorcée dans les années 90 se voit prolongée à partir de juillet 1999 par le nouveau roi qui, dès son discours d’intronisation, met l’accent sur ses projets de libéralisation et de démocratisation du pays. Le changement de règne s’accompagne de plusieurs réformes et de programmes de grande envergure visant à promouvoir une plus large participation dans le pays par la voie associative. La valorisation des associations comme vecteurs de développement et l’incitation des autorités publiques à collaborer avec ces organisations font partie des thématiques qui prennent une place de choix dans les propos du monarque, dès le début de son règne.

De nouvelles sources de financement et de partenariat

  • 39 Pour les associations examinées, les cotisations annuelles des adhérents varient entre 10 et 50 dir (...)

34Il est possible de distinguer, grosso modo, les associations qui disposent d’un accès privilégié à des financements nationaux et internationaux de celles dont les moyens financiers et infrastructurels restent très limités39. La première catégorie englobe surtout les associations nationales et régionales et représente une minorité d’associations au Maroc. La seconde, composée surtout de petites organisations actives au niveau local, représente la majorité des associations qui ne disposent pas des ressources (humaines et infrastructurelles) nécessaires pour attirer des fonds importants.

35Il y a quelques années, cette situation prévalait encore largement dans les quartiers situés à la périphérie de Casablanca. À la fin des années 90 et au début des années 2000, les associations locales dépendaient exclusivement des cotisations versées par les membres et les bénéficiaires de l’organisation. Le montant de ces contributions était compris, selon le cas, entre 10 et 50 dirhams par an. Ces sommes restent non seulement modiques, mais les bénéficiaires – qui ne disposent pas toujours des moyens nécessaires – ne s’en acquittent pas régulièrement. Le plus souvent, ce sont les fondateurs et dirigeants de l’association qui prennent en charge le financement des quelques activités de l’organisation avec, parfois, un soutien limité de l’arrondissement. Aujourd’hui, cette situation est en train de changer. Certaines des associations dirigées par les femmes interrogées disposent de budgets importants qui permettent non seulement de financer le fonctionnement au quotidien de leur organisation mais également d’entreprendre des projets de grande envergure (notamment des cycles de formation) qui contribuent à alimenter leur budget. Depuis que les associations locales ont accès à de tels financements, leur nombre a augmenté sensiblement.

  • 40 Dahir n° 1-02-206 du 23 juillet 2002 portant promulgation de la loi n° 75-00 modifiant et complétan (...)
  • 41 La majeure partie des avantages fiscaux – sous forme de déduction et d’exonération d’impôts mais ég (...)

36Ce changement découle tout d’abord des modifications introduites en 2002 dans la loi qui régulait le droit des associations depuis 1973. La nouvelle législation offre de nettes ouvertures par rapport au cadre très restrictif qui prévalait avant, facilitant et encourageant le développement du milieu associatif40. Elle prévoit, par exemple, des sources de financement plus importantes. Depuis 1958, toute association pouvait sans autorisation spéciale « ester en justice, acquérir à titre onéreux, posséder et administrer » : les cotisations de ses membres, les locaux et matériel destinés à l’administration de l’organisation et les immeubles nécessaires à l’accomplissement de ses activités (article 6). Avec les modifications apportées en 2002, les associations peuvent dorénavant recevoir des subventions de la part d’organismes publics ou semi-publics, d’instances régionales, provinciales, locales ou même communales. Elles peuvent aussi bénéficier de l’aide du secteur privé sous forme de dons et de subventions en argent ou en nature. À ces sources de financement s’ajoutent quelques avantages fiscaux, mais qui restent très limités : toutes les associations à but non lucratif sont exonérées de l’impôt sur les sociétés pour les opérations qui découlent des objectifs spécifiés dans le statut de l’organisation41. Par conséquent, les associations locales ont théoriquement accès, aujourd’hui, à des sources de financement plus diversifiées.

  • 42 Grotti Laetitia, Khrouz Myriem, « Le meccano désarticulé du social », Economia, n° 4, octobre 2008- (...)
  • 43 Pour une description plus détaillée de la politique de partenariat entre Etat et associations au Ma (...)

37Parmi ces sources on peut tout d’abord compter les subventions publiques. Une grande partie du budget de l’Etat est en effet consacrée à l’action sociale : soit, en 2007, 55% du budget général (hors dette)42. Cette somme est répartie entre une multitude de ministères et d’établissements publics. Plusieurs établissements publics associent aujourd’hui les associations – par l’intermédiaire de partenariats signés entre les deux parties – à la mise en application de projets de développement. Les exemples sont nombreux, mais je me bornerai à présenter très brièvement quelques-uns des principaux partenaires publics évoquées dans les déclarations des enquêtées43.

38Elles sont nombreuses à me faire part de partenariats signés avec le secrétariat d’Etat chargé de l’Alphabétisation et de l’Education non formelle. La question de l’alphabétisation s’est posée, au Maroc, dès le lendemain de l’Indépendance, et des campagnes annuelles d’alphabétisation sont organisées depuis cette époque. Toutefois, l’institutionnalisation de ce qui est communément appelé « la lutte contre l’analphabétisme » ne gagne une réelle importance qu’à partir de 1997 avec la création, au sein du ministère de l’Emploi et des Affaires sociales, de la Direction de la lutte contre l’analphabétisme, chargée de coordonner de vastes programmes d’alphabétisation auxquels participent notamment les associations en tant que partenaires privilégiés. Depuis 2002, le secrétariat d’État chargé de l’Alphabétisation et de l’Education non formelle auprès du ministère de l’Education nationale a pris la relève pour coordonner cet énorme chantier. Aujourd’hui, le taux d’analphabétisme est certes en baisse, mais il reste néanmoins très élevé, en particulier chez les femmes.

Tableau 7- Taux d’analphabétisme de la population âgée de 10 ans et plus selon le sexe

1982

1994

2004

Hommes

51

41

30,8

Femmes

78

67

54,7

Ensemble

65

55

43

Source : Recensements du Haut Commissariat au Plan

  • 44 La Direction de lutte contre l’analphabétisme, Alphabétisation des adultes au Maroc : bilan de la p (...)

39C’est la raison pour laquelle la priorité est surtout donnée à l’alphabétisation des femmes, notamment celles qui vivent en milieu rural et périurbain. Par conséquent, les femmes inscrites à des programmes d’alphabétisation représentent actuellement plus de 80 % de l’ensemble des bénéficiaires44. On comprend alors non seulement l’avantage dont disposent les associations dirigées par des femmes pour des femmes, mais aussi la tendance très prononcée des associations locales à proposer des programmes d’alphabétisation de ce genre, ciblant tout particulièrement la population féminine.

  • 45 A titre indicatif : une ouvrière travaillant à la chaîne perçoit en moyenne 10 dirhams de l'heure, (...)
  • 46 Je précise ici que, en règle générale, les paiements sont très irréguliers. J’ai rencontré plusieur (...)

40Auparavant, ces partenariats étaient limités à des organisations de plus grande taille et bénéficiant d’une certaine expérience. Aujourd’hui, l’administration a également recours à des associations de plus petite taille qui opèrent au niveau local et peuvent garantir un nombre suffisant d’élèves. L’association dirigée par Sanaa, par exemple, tout comme celles qu’animent Hanane et Lhajja Zoubida disposent d’un tel partenariat. Quant à Latefa et Leila, elles travaillent toutes les deux pour le compte d’une association qui propose un programme de ce genre. Les accords de partenariat signés avec le ministère permettent en effet de payer les enseignantes (qui sont très souvent aussi membres de l’association) à hauteur de 2 000 dirhams par mois45. Bien que les paiements soient irréguliers46, ces programmes contribuent à attirer beaucoup de chômeurs (hommes et femmes) titulaires d’un diplôme universitaire. C’est le cas de la plupart des dirigeantes que j’ai interrogées.

41Un autre partenaire est l’Entraide nationale. Fondée en 1957 par le roi Mohammed V sous forme d’un établissement privé, elle est devenue une institution publique en 1972. Elle est, aujourd’hui, sous la tutelle du ministère du Développement social, de la Famille et de la Solidarité créé en 2004. Les ressources financières dont elle dispose proviennent surtout de subventions octroyées par l’État et par les collectivités locales, de taxes parafiscales, ou encore de dons et de legs. L’Entraide a également établi des partenariats avec des organismes bilatéraux de pays donateurs. Sa mission consiste notamment à apporter une assistance multiforme aux populations nécessitant un soutien. Ainsi, cet organisme se charge aussi bien de la formation d’agents de développement que de la construction et de la gestion d’établissements de formation et de travail social.

42L’organisme est représenté au niveau régional par des délégations préfectorales ou provinciales. A l’échelon local, l’Entraide nationale est présente à travers des centres sociaux et des foyers féminins, auxquels sont venus s’ajouter depuis quelques années les maisons du citoyen. Les centres sociaux de l’Entraide nationale servent, par exemple, à réaliser des programmes d’alphabétisation et d’éducation non formelle ciblant les populations locales (surtout les femmes et les jeunes filles) et à réinsérer les enfants déscolarisés dans le système scolaire formel. C’est dans ce cadre que des partenariats sont établis avec des associations qui se chargent d’animer les centres en échange de locaux mis à leur disposition par l’Entraide. L’association présidée par Roukia a pu ainsi quitter le local exigu dans lequel elle était basée auparavant et pour lequel elle devait payer un loyer mensuel, pour aller s’installer gratuitement dans un centre de l’Entraide nationale. Roukia et ses collègues y disposent d’un étage entier où elles proposent aux femmes du quartier des cours de couture et un programme d’alphabétisation.

43Vient ensuite l’Agence de développement social (ADS) qui a été créée en 1999 et est entrée en activité en 2001. Consacré à « la réduction de la pauvreté et à la promotion du développement social au Maroc », cet organisme public relève, comme l’Entraide nationale, du ministère du Développement social, de la Famille et de la Solidarité et a pour objet la mise en œuvre de la politique gouvernementale et l’intermédiation entre les différents bailleurs et les associations locales. Cette agence était initialement conçue dans un souci de coordination entre les différents ministères et établissements publics qui contribuent au secteur social. Opérant dans un premier temps au moyen d’équipes itinérantes qui sillonnaient le pays, l’Agence se dote ensuite de centres de coordination régionaux, celui de Casablanca ayant été créé en 2004. Les principaux axes d’intervention de cet organisme public concernent le soutien aux activités génératrices de revenus et créatrices d’emplois, la formation et le renforcement des capacités des acteurs du développement et le développement social en milieu urbain. Lors de ma dernière rencontre avec elle, Hanane était en train de monter un projet en partenariat avec cette agence pour proposer des formations qualifiantes aux jeunes aides de maison.

  • 47 Grotti Laetitia, Khrouz Myriem, « Le meccano désarticulé du social » op. cit., p. 53.

44Cette agence fonctionne sur la base d’une approche participative visant à accompagner la réalisation de projets de développement gérés localement. Elle encourage pour cela les associations à proposer des projets qu’elle aide à monter et à financer, et elle contribue à la formation et à l’encadrement des acteurs associatifs. Elle dispose de financements provenant de différentes sources : subventions publiques (dotations annuelles et subventions de l’Etat, contribution des collectivités locales et d’établissements publics, etc.) et dons de bailleurs nationaux et internationaux, dont la Banque mondiale, l’Union européenne, l’Agence française de développement ou encore le PNUD. En 2008, son budget s’élevait à 223,24 millions de dirhams dont 42,61 % couverts par des subventions de l’Etat et 50,48 % fournis par des bailleurs de fonds nationaux47.

  • 48 Pour ne citer que les fondations créées sous l’ère Mohammed VI : la Fondation Mohammed VI pour l’éd (...)
  • 49 Ghannam Fadoua, « Enquête : Charity business », Tel Quel, n° 373, 18-22 mai 2009.

45Parmi les partenaires potentiels des associations il faut également compter les nombreuses fondations royales qui se multiplient dans le pays48. Un journaliste observait en effet que le « règne de Mohammed VI est parsemé de fondations49 » dont l’action est peu à peu devenue omniprésente. Il ne s’agit évidemment pas, stricto sensu, d’établissements publics, mais, à y regarder de plus près, tant par leur lien direct avec le souverain et leurs sources de financements que par leurs actions sur le terrain, ces organismes se rapprochent bien plus d’établissements publics et de relais politiques que d’organismes privés.

  • 50 Ghannam Fadoua, « Enquête : Charity business », op. cit.
  • 51 Grotti Laetitia, Khrouz Myriem, « Le meccano désarticulé du social », op. cit., p. 55.

46C’est la Fondation Mohammed V pour la Solidarité qui est la plus présente dans le quotidien des dirigeantes interrogées. Créée dès 1997 par Hassan II et présidée, depuis, par Mohammed VI (à l’époque encore prince héritier), elle a largement contribué à construire l’image de marque de ce dernier, celle de « roi des pauvres ». Elle dispose de budgets très importants qui relèvent de fonds privés collectés annuellement lors de campagnes nationales de solidarité. En 2005 et 2007, ces campagnes auraient permis de recueillir respectivement 215 et 239 millions de dirhams50, chiffres d’autant plus importants qu’en 2007, le budget du ministère de Développement social ne dépassait pas 396 millions de dirhams. Si la Fondation n’utilise pas de budget de l’Etat, il est frappant de constater que les dons proviennent principalement (à hauteur de près de 50 %) d’entreprises publiques comme l’OCP, la RAM ou encore la CDG51.

  • 52 Extrait d’une interview accordée aux revues libanaises Al Hawadith, La Revue du Liban, Monday Morni (...)
  • 53 A l’exception de l’association dirigée par Majid à Hay Mohammadi. En collaboration avec la Fondatio (...)

47Dans une interview accordée à des revues libanaises en mars 2002, le roi comparait cette Fondation à une « locomotive pour l'action de la société civile dans les domaines social et humanitaire au profit des démunis et des catégories sociales les plus vulnérables et en particulier les enfants de la rue et les femmes, ainsi qu'en matière de lutte contre l'analphabétisme et la pauvreté et d'aide à l'intégration sociale et au développement52». Son action sur le terrain passe notamment par la construction d’hôpitaux et de dispensaires et par la création de centres sociaux pour la formation et l’encadrement de groupes sociaux jugés vulnérables comme les personnes handicapées, les femmes et les jeunes. La Fondation apporte également un soutien logistique et financier aux associations pour encourager leurs actions de proximité. Mais ce soutien va surtout à des associations ayant déjà une longue expérience (comme l’Heure joyeuse ou encore Solidarité féminine). Il est rare que les associations de proximité dirigées par les dirigeantes que j’ai interrogées puissent obtenir directement ces subventions53. Elles peuvent toutefois en bénéficier, de manière indirecte, par l’intermédiaire des centres de formation construits par la Fondation. Ces espaces peuvent servir de points de relais et de rencontre pour les représentant(e)s d’association. En outre, l’importance accordée par le roi au travail de cette fondation contribue à asseoir la légitimité politique des associations et de leur contribution au développement du pays.

  • 54 Grotti Laetitia, Khrouz Myriem, « Le meccano désarticulé du social », op. cit., p. 59.

48Les principaux bailleurs internationaux au Maroc sont la Banque mondiale, l’Union européenne et les organismes relevant des Nations Unies54. Certaines coopérations bilatérales comme avec la France, l’Espagne, le Canada, le Japon et les Etats-Unis sont également présentes. Si les associations sont considérées comme des partenaires privilégiés dans la distribution de cette aide et dans l’exécution des programmes de développement, les subventions passent généralement par des agences de développement (comme l’ADS) ou des offices publics (comme l’Entraide nationale) qui contribuent ensuite à canaliser ces financements vers la base. Les associations qui bénéficient d’un accès direct à des financements étrangers sont généralement des organisations de grande taille œuvrant au niveau national ou régional, ayant une longue expérience en la matière, et disposant d’importantes ressources humaines et infrastructurelles. A titre d’exemple, on pourrait citer des organisations telles que l’Association démocratique des femmes du Maroc (ADFM), la Fondation Zakoura ou encore l’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH), qui bénéficient d’un accès privilégié à ce genre de financement.

49Les associations locales actives dans les quartiers périphériques de la ville de Casablanca bénéficient rarement de partenariats avec des organismes étrangers. Lorsqu’en 2006, j’ai commencé mon travail d’investigation dans cette partie de la ville, les bailleurs internationaux étaient quasiment absents. Cette observation m’a alors d’autant plus surprise qu’à la même époque, j’avais entrepris un premier travail de terrain dans la région rurale du Souss, dans le sud du Maroc. A cette occasion, j’avais traversé plusieurs petits villages difficilement accessibles des montagnes de l’Atlas. Non seulement ces villages disposaient souvent d’une association, mais ils bénéficiaient également (ou du moins avaient bénéficié dans le passé) d’un partenariat avec un ou plusieurs bailleurs étrangers (Oxfam, GTZ, Coopération japonaise, etc.). Ces mêmes organismes étaient totalement absents des quartiers casablancais que je fréquentais à la même époque.

50Deux facteurs pourraient expliquer cette situation. D’une part, on remarque le rôle joué par les jeunes émigrés soucieux de contribuer au développement de leur région d’origine, à travers la création d’associations de village et la mise en place de partenariats avec des organisations étrangères. Une tendance semblable ne semble pas s’être développée dans la périphérie de Casablanca. D’autre part, ces quartiers restaient difficiles d’accès pour les organismes étrangers. Or, les associations rencontrées ne disposent ni de l’infrastructure ni des compétences (notamment linguistiques) nécessaires pour attirer ces bailleurs. Les enquêtées maîtrisent rarement une autre langue que l’arabe, utilisent très peu l’outil informatique et ne disposent qu’exceptionnellement de locaux qui leur soient propres. La plupart des bailleurs préfèrent miser sur des organisations mieux établies, disposant d’un savoir-faire avéré en matière de réalisation de projets.

  • 55 Après avoir concentré ses énergies sur le travail de plaidoyer, l’ADFM oriente son travail à partir (...)

51Si elles ne jouissent pas de partenariats directs avec des bailleurs étrangers, les associations en question peuvent bénéficier indirectement de leurs subventions et programmes de développement par l’intermédiaire des associations nationales et régionales qui ont un accès à ces financements. L’ADFM, par exemple, contribue à redistribuer une partie de cette manne financière par le biais, surtout, de formations qu’elle organise en faveur de femmes actives dans le milieu associatif. Presque toutes les dirigeantes d’association que j’ai rencontrées ont bénéficié d’une ou même de plusieurs formations de ce genre. Les ateliers de sensibilisation aux droits des femmes et de formation aux techniques de leadership, de plaidoyer et de communication ciblent souvent des dirigeantes d’association actives au niveau local55.

52Si les enquêtées mettent l’accent sur l’importance des formations dont elles ont bénéficié auprès de ces associations et se montrent généralement admiratives de la réussite des associations féministes nationales, elles expriment aussi très souvent une vive frustration lorsque les premiers contacts pris avec ces mêmes associations n’aboutissent pas à une collaboration plus durable. Elles ressentent l’interruption des relations entre elles et ces associations féministes comme une sorte de « lâchage » qu’elles ont tendance à attribuer à une différence de classe sociale. En effet, les liens entretenus entre associations féministes nationales et associations féminines locales s’étendent rarement au-delà d’un cycle de formation ou d’une campagne de sensibilisation. Dans le cas des femmes que j’ai pu rencontrer durant mon travail, rares sont celles qui ont pu bénéficier d’une collaboration de plus longue durée.

53Les entreprises privées représentent une autre source de financement pour les associations depuis la réforme de la loi réglementant le droit d’association en 2002. Cette aide reste pourtant très ponctuelle. À l’occasion de fêtes ou de tournois sportifs, les associations peuvent déposer des demandes de soutien auprès des entreprises qui leur fournissent une aide sous forme de boissons, de sucreries, de t-shirt ou encore de casquettes. Les enquêtées font rarement référence à des subventions financières, insistant plutôt sur la méfiance que suscite généralement leur passage devant les responsables de ces entreprises.

54Cette situation a quelque peu changé, à partir de 2004, avec l’organisation annuelle, à Casablanca, des Forums associations-entreprises auxquels plusieurs des dirigeantes interrogées ont participé. Ces forums sont nés d’un partenariat entre le Réseau des associations de quartier du Grand Casablanca (RESAQ) et la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM).

  • 56 Catusse Myriam, Le temps des entrepreneurs ? Politique et transformations du capitalisme au Maroc, (...)

55Créée en 1947, la CGEM représente le patronat marocain. Depuis la fin des années 90, elle s’est dotée d’un discours sur la citoyenneté et l’action sociale qui accompagne l’entrée des entrepreneurs en politique56. Le Résaq voit le jour en 2003 et rassemble une cinquantaine d’associations actives dans des quartiers de la ville. Il a pour principal objectif de renforcer les capacités des associations de quartier en remédiant au manque de moyens tant matériels qu’humains dont elles souffrent. Il propose des formations adaptées au secteur associatif (comme la gestion d’organisations, la communication, le montage de projets, l’informatique et l’analyse du travail de proximité) et s’investit comme intermédiaire entre les associations et d’éventuels partenaires aussi bien internationaux que nationaux. Un bureau de permanents (salariés) coordonne ce travail, fait la jonction entre bailleurs et associations et aide ces dernières à formuler et monter des projets. De cette manière, en 2007 puis en 2009, deux associations de mon échantillon ont été approchées par le Secours catholique en vue d’un éventuel partenariat. Par ailleurs, le Réseau a également lancé un projet à grande échelle pour financer les activités des associations partenaires à l’aide d’un financement octroyé par une organisation belge (Solidarité socialiste).

  • 57 Il en est aujourd’hui le coordinateur principal.
  • 58 Si aujourd’hui cette action est qualifiée de « travail de proximité », les dirigeants de cette orga (...)
  • 59 Aussi l’hebdomadaire Tel Quel, qui consacre un numéro spécial à l’organisation de ce Forum, choisit (...)

56Le partenariat entre le RESAQ et la CGEM résulte de la rencontre – plutôt atypique – de deux représentants de la « société civile » marocaine. Il s’agit, d’une part, de Abdallah Zaazaa, figure de proue du RESAQ et ancien secrétaire général de ce réseau57. Actif au côté de Ilal Amam (organisation d’extrême-gauche) dans les années 70, il passe de nombreuses années en prison avant de se reconvertir dans l’action associative dans les années 90. En 1998, il fonde une association de quartier qui s’appuie sur une démarche pragmatique et expérimentale axée sur le travail avec les habitants du quartier et leur participation à sa gestion58. Le deuxième personnage-clef est Karim Tazi, membre du haut patronat marocain et président de la commission sociale de la CGEM. Il soutient activement la création du RESAQ et siège à la commission des sages de cette organisation, qui réunit plusieurs personnalités reconnues de la « société civile ». De la collaboration de ces deux acteurs naît l’idée des Forums associations-entreprises. Sa réalisation a été facilitée par l’effet des attentats du 16 mai 2003 et de la campagne médiatique qui en a découlé, sensibilisant le public à la nécessité d’agir dans les quartiers périphériques de la ville59.

  • 60 Les projets sont très diversifiés (ateliers de production de chaussures, entretien des fontaines d’ (...)
  • 61 Pour plus de détails sur le Forum associations-entreprises, voir Mougenot Jean, « Faire » la proxim (...)
  • 62 De nombreux cas d’annulation de partenariat ont été constatés.

57Durant ces rencontres, des entreprises (privées et publiques) viennent rencontrer les associations de quartier afin de se proposer comme partenaires pour les projets présentés en les finançant et en en suivant autant que possible la réalisation60. Durant les deux premières éditions (en 2004 et 2005), près de 4 milliards de dirhams auraient ainsi été alloués à près de 200 associations de quartier pour la réalisation de projets locaux en tout genre61. Sur mon échantillon, douze femmes ont bénéficié de près ou de loin d’un partenariat de ce genre. Si les conventions signées lors des deux premières éditions de ce forum se sont parfois avérées fragiles62, ces deux rencontres ont bénéficié d’une large couverture médiatique qui a contribué à faire connaître les associations de quartier et à faire l’éloge des « entreprises citoyennes », encourageant par là une plus large participation du patronat aux forums suivants.

  • 63 Certains journalistes estiment que la Fondation Mohammed V n’aurait pas apprécié le succès rencontr (...)
  • 64 Notamment en raison de la participation, à partir de 2006, de la Banque mondiale à l’organisation d (...)
  • 65 En 2006, la Banque mondiale y contribue à hauteur de 200 000 dirhams, le ministère du Développement (...)

58L’Etat prend directement part, dès la première édition, à ces rencontres : en 2004 avec la présence du Premier ministre venu inaugurer le Forum et en 2005 avec l’implication directe de la Fondation Mohammed V, devenue partenaire de cet évènement. L’engagement de l’Etat lors de ces forums reste pourtant très ambivalent et dénoterait plus d'un rapport de force63 qu’une volonté de soutenir l’action du RESAQ et de la CGEM. Lorsqu’en 2006, le RESAQ se retire de leur organisation, les forums se poursuivent sous un nouveau nom : Forum innovation et proximité sociale64. Ils sont dorénavant organisés par la CGEM, la Banque mondiale et le ministère du Développement social, de la Famille et de la Solidarité. Ce nouveau partenariat apporte une nouvelle dimension à ces rencontres. Les organisateurs tentent d’étendre le Forum à d’autres régions du Maroc et d’attirer le soutien des PME. Ils organisent des formations en amont (notamment avec l’appui de la Banque mondiale et de l’AMSED) pour préparer les porteurs de projets et privilégient surtout les projets proposant des AGR. Le Forum se dote, par ailleurs, d’un important fonds de co-financement65.

59Aucune des dirigeantes rencontrées n’a participé aux forums depuis 2006, autrement dit, depuis la rupture entre le RESAQ et la CGEM. Cette posture pourrait être interprétée comme une prise de position en faveur du RESAQ, mais il me semble qu’elle dénote bien plus de l’ouverture – à partir de 2005 – de nouvelles opportunités pour ces mêmes associations. En effet, ces dernières années ont été surtout marquées par l’entrée en scène de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH).

  • 66 Lamia Zaki observe très justement que cette date a été fixée deux jours après l’anniversaire des at (...)
  • 67 Voir notamment les travaux de Irene Bono qui en offre une approche particulièrement détaillée et fi (...)

60Parmi tous les programmes et possibilités de partenariat qui ont émergé depuis la fin des années 90, c’est l’INDH qui, en effet, a eu l’impact le plus sensible sur le parcours des dirigeantes interrogées. Le coup d’envoi de cette initiative a eu lieu le 18 mai 200566. Ce jour-là, Mohammed VI annonçait le lancement d’un programme de large envergure devant s’étendre sur cinq ans (de 2005 à 2010) et visant à promouvoir le développement du pays en privilégiant une approche participative et la collaboration étroite, au niveau local, entre l’Etat, les élus et les associations. L’appel était lancé à toutes les institutions et à tous les acteurs nationaux pour participer à ce que le jeune monarque présentait comme un « chantier de règne ». Malgré son caractère récent, cette initiative a déjà donné lieu à de nombreux travaux qui présentent de manière détaillée et critique ce très large programme67. Je me bornerai donc à en présenter ci-après les grandes lignes.

61Pour commencer, notons que cette initiative privilégie un travail de proximité, axé sur le niveau local. Une attention toute particulière est portée à des sites prioritaires identifiés par des comités provinciaux et préfectoraux. En milieu urbain, sur un total de trente villes, 264 quartiers ont ainsi été identifiés. Dans l’agglomération casablancaise, 54 « quartiers-cibles » se trouvent au centre des programmes de subvention et de développement mis en place68. Ces quartiers ont été identifiés par les pouvoirs publics comme souffrant de précarité, de pauvreté et d’exclusion sociale. Par conséquent, avec le lancement de l’INDH, la catégorie des « pauvres » et des « exclus » s’impose comme cible des programmes d’aide au développement.

  • 69 Amine Allal montre très justement comment les politiques de développement promues par Mohammed VI s (...)

62Des microprojets de développement sont élaborés, financés et mis en œuvre par les pouvoirs publics en étroite collaboration avec les élus et les acteurs associatifs locaux. L’INDH contribue ainsi à territorialiser les mobilisations et valorise tout particulièrement le travail des associations de quartier. En représentant les intérêts des habitants de chaque quartier, ces dernières font office du maillon le plus élémentaire qui permette une participation par le bas incluant les populations les plus vulnérables. Ces deux grands axes (proximité et participation) reflètent les tendances globales qui traversent, aujourd’hui, les politiques néolibérales de développement promues à l’échelle mondiale et privilégiant des mécanismes participatifs et délibératifs basés sur la proximité comme élément central de tout travail de développement69.

  • 70 Je précise ici que certaines associations – comme celle dirigée par Maha – expriment leur oppositio (...)
  • 71 Une situation paradoxale qui met notamment l’accent sur le peu de coordination et de convergence en (...)

63La focalisation sur ces « quartiers-cibles » a également contribué à renforcer le phénomène de délocalisation de l’action des associations au sein de leur arrondissement de rattachement. En effet, les acteurs associatifs qui veulent prendre part au programme de l’INDH ont intérêt à délocaliser leur projet vers des « quartiers-cibles » situés dans le même arrondissement que l’association qu’ils dirigent. Par conséquent, l’action de certaines de ces organisations70 a tendance à s’éloigner du quartier dans lequel elles sont implantées. Dans certains cas, le besoin de s’adapter à ces nouvelles contraintes territoriales handicape l’action. Ainsi, après avoir reçu le financement pour un projet de formation et d’alphabétisation de femmes ciblant les habitantes d’un bidonville (qui fait partie des quartiers-cibles de l’INDH), Sanaa a été sommée de restituer cette subvention lorsque ce même bidonville perdit en taille et en importance en raison du programme de recasement le touchant71. Quant à Leila, elle a dû repousser de plusieurs mois la réalisation d’un projet d’enseignement pré-scolaire financé dans le cadre de l’INDH parce que le seul local disponible ne se trouvait pas à proximité du quartier ciblé par les autorités publiques.

64Dans le cadre de cette initiative, des projets aux dimensions variables peuvent être proposés par des associations, et, s’ils sont retenus, leurs dirigeants reçoivent une subvention qui leur permet de les mener à bien. Dans le processus de sélection, un intérêt particulier est accordé aux associations spécialisées dans les questions de société et de développement local et proposant des projets qui ciblent les populations les plus défavorisées de ces quartiers (femmes, enfants, jeunes et handicapés). L’accent est surtout mis sur les projets qui promeuvent la diffusion d’activités génératrices de revenus (AGR) et le développement de micro-entreprises. Ainsi, le volet des formations (couture, menuiserie, restauration, coiffure et gestion d’entreprise) est tout particulièrement valorisé. De l’avis de plusieurs personnes directement impliquées dans le processus de sélection de ces projets, la composante genre y joue un rôle décisif, en ce sens que les projets proposés par des associations de femmes ou ciblant les femmes seraient nettement privilégiés.

  • 72 D’ailleurs, les allusions à ce programme sont aussi présentes dans les appellations des association (...)

65La multiplicité des types de projet financés dans le cadre de ce programme a contribué à élargir encore plus le champ d’action des associations de proximité. C’est ce que confirment deux fonctionnaires qui côtoient depuis près de vingt ans les associations de la ville, l’un comme responsable des affaires sociales au sein de l’arrondissement de Sidi Moumen et l’autre comme interlocuteur des associations au sein de la préfecture de Aïn Sebae. Tous les deux sont d’avis que le phénomène de multiplication des objectifs s’est renforcé depuis le lancement, en 2005, de l’INDH. En multipliant leurs champs d’action, les dirigeants d’association peuvent soumettre plusieurs projets et augmenter par là leur chance d’accéder à des financements72.

66Parmi les conditions préalables à l’octroi de ces financements figure, par ailleurs, le renouvellement du bureau exécutif de l’association. Ceci est non seulement une manière de prouver qu’il ne s’agit pas d’une coquille vide utilisée par quelques personnes dans le but de réaliser des projets individuels, mais c’est également une façon de mettre à jour les données concernant les membres dirigeants. C’est très certainement cette exigence qui a contribué à l’augmentation, depuis 2005, des renouvellements de bureau exécutif des associations qui existaient avant la mise en application de l’INDH.

67Un budget de 10 milliards de dirhams a été alloué au financement de l’INDH pour une première période de cinq ans (2006-2010). Cette somme est partiellement couverte par le budget général de l’Etat et par des financements provenant de bailleurs extérieurs (dont la Banque mondiale et l’Union européenne) et de donneurs privés (le roi d’Arabie Saoudite). Autrement dit, l’INDH contribue à canaliser les différentes sources de financement pour l’aide au développement vers un programme commun.

  • 73 Jafry Ali, « Casablanca : le détail des projets INDH », L'Economiste, édition 2109, 15 septembre 20 (...)

68Cette enveloppe budgétaire n’est censée couvrir qu’une partie des coûts, des partenariats établis avec les collectivités locales, des établissements publics, des agences de développement et des bailleurs de fonds étrangers étant censés prendre en charge le reste du financement. Lors du lancement de l’Initiative, une enveloppe budgétaire de 102 millions de dirhams était prévue pour la région du Grand Casablanca. La contribution de l’INDH s’élevait à 37,5 millions de dirhams, la différence étant couverte, entre autres, par des établissements publics et des collectivités locales73. Dans la préfecture d’Aïn Sebae - Hay Mohammadi - Roches Noires, entité administrative qui abrite une partie de mes terrains d’étude, plus de 46 millions de dirhams (dont 37 millions provenant de l’INDH) ont été alloués entre 2005 et 2007. Cette somme touche un ensemble de 152 projets qui se répartissent sur cinq quartiers cibles.

69Si l’ouverture de nouvelles opportunités d’action peut expliquer l’engagement d’un nombre croissant d’individus dans le milieu des associations, la réforme, en 2002, de la loi régulant le droit d’association a contribué à alléger les restrictions auxquelles étaient soumises ces organisations depuis 1973. Dans quelle mesure cet assouplissement du cadre légal s’accompagne-t-il d’un élargissement effectif de la marge de manœuvre des associations ?

La réforme du Code des associations : à cadre légal allégé, contrôle renforcé ?

  • 74 Par contre, toute personne reconstituant une association dissoute par la justice s’expose à une pei (...)
  • 75 Selon le texte de 1973, en cas d’infraction à la législation réglementant le droit d’association et (...)

70Les modifications introduites en 2002 allègent le régime des sanctions appliqué aux associations. Elles abrogent notamment les peines de prison auxquelles étaient soumis les dirigeants d’association contrevenant aux dispositions prévues par ce texte de loi (article 8). Le non-respect des règlements relatifs au droit d’association est passible d’une amende allant de 1 200 à 5 000 dirhams, alors que l’ancien code prévoyait de trois mois à deux ans de prison, en plus d’une amende74. Par ailleurs, l’administration ne peut plus décider unilatéralement de la dissolution d’une association75, c’est dorénavant une prérogative du tribunal de première instance (article 7).

  • 76 Ghazali Ahmed, « Contribution à l’analyse du phénomène associatif au Maroc », in Camau Michel (dir. (...)

71Le processus de création d'association a également fait l’objet de modifications notables. Même si l’article 9 de la Constitution proclame « la liberté d'association et la liberté d'adhérer à toute organisation syndicale et politique », la loi règlementant le droit d’association stipule (depuis les modifications apportées en 1973) que toute association doit être déclarée auprès des autorités administratives locales (article 5). Ahmad Ghazali rapporte qu’en pratique cette nouvelle réglementation permettait à l’administration d’écarter des associations en refusant de leur délivrer le récépissé prouvant qu’une déclaration a bien été faite76.

  • 77 Dans le cas des associations casablancaises, c’est une section de la Direction des affaires général (...)

72Le texte de 2002 n’abroge pas ce régime déclaratif. Il codifie toutefois la procédure à suivre en précisant dans l’article 5 que l’autorité administrative locale77 doit délivrer, « sur le champ », « un récépissé provisoire pour tout dépôt de déclaration d’association ». Si l’association remplit les conditions fixées par la loi, elle se voit délivrer un récépissé définitif dans les soixante jours suivant la déclaration. À défaut de recevoir ce récépissé dans ce laps de temps, « l’association peut exercer son activité conformément à l’objet prévu dans ses statuts ». Autrement dit, ce délai dépassé, le récépissé provisoire suffit à prouver que l’association a bien été déclarée. Si l’administration estime que l’association ne remplit pas les conditions fixées par la loi, elle doit motiver son refus d’accepter la déclaration.

73La référence au « cadre légal » prend une place importante dans les récits recueillis. C’est ainsi que nombre de femmes interviewées expliquent leur passage d’une mobilisation informelle à la création d’une association déclarée auprès des autorités locales et disposant d’un statut. Elles présentent ce passage comme une manière de « faire les choses conformément à la loi », selon un modèle cautionné et réglementé par le pouvoir central. Cette décision est d’ailleurs souvent influencée par l’intervention de représentants des pouvoirs publics qui ont incité certaines des enquêtées à inscrire leurs activités informelles dans le cadre d’une association. Lorsque Farida fait part au conseiller technique de l’arrondissement de son projet d’entraîner les jeunes du quartier, celui-ci lui conseille de le faire dans un cadre associatif pour lui éviter toutes formes de débordement.

  • 78 Farida, 51 ans, présidente d’une association d’athlétisme créée en 2006.

« J’ai parlé au directeur technique de mon projet. Je lui ai dit que je voulais entraîner les jeunes du quartier. Il m’a dit que je risquais de rencontrer des difficultés, que ce serait le chaos. (…) Il m’a conseillé de tout monter dans un cadre légal (bi-shakl qânûnî) et non pas de façon chaotique (cashwâ’î). (…) Toutes mes démarches suivent maintenant la procédure légale établie par l’État (qânûniyan min al-dawla) 78. »

74Le discours véhiculé par les pouvoirs publics oppose deux images : d’un côté, le cadre associatif, réglementé par un texte de loi garantissant la sécurité et l’ordre et, de l’autre côté, les formes d’action informelles, synonymes de « chaos » et de débordements. Selon le conseiller technique consulté par Farida, le statut d’association permettrait à ses bénéficiaires de souscrire une assurance couvrant les frais médicaux en cas de blessures survenues pendant l’entraînement. C’est également une manière, lui explique-t-il, de se prémunir d’éventuelles attaques de la part des habitants du quartier. Selon lui, Farida et ses élèves pourraient se voir « attaqués à coup de pierres par d’autres jeunes du quartier ». Seul le statut d’association permettrait à Farida d’avoir recours à l’aide et à la protection des agents d’autorité. L’Etat comme garant de la sécurité des associations est un argument qui revient d’ailleurs dans de nombreux récits et prend surtout de l’importance à l’occasion de certaines festivités et activités de plus large envergure et où des agents d’autorité contribuent à protéger les participants contre d’éventuels débordements.

  • 79 Au début des années 2000, la CIFM qui gère l’immeuble dans lequel vit Meriem est modernisée et chan (...)

75Par ailleurs, les associations déclarées représentent non seulement une manière « plus sûre » de s’engager publiquement, mais aussi parfois « la seule » manière reconnue d’action collective. Les premiers pas de Meriem au sein d’une association formelle permettent d’illustrer ce point. Je rappelle ici que Meriem participe depuis son adolescence à des mobilisations informelles au niveau du quartier. En 2003, les choses prennent une nouvelle tournure. Dyar Al Madina, la société à laquelle appartient l’immeuble dans lequel vit Meriem, décide d’augmenter les loyers en échange de travaux effectués sur les habitations79. La réaction des habitants est rapide, et une mobilisation s’organise spontanément.

  • 80 Meriem, voir note 21.

« Nous avons laissé tomber tout ce que nous étions en train de faire. (...) Chacune a frappé à la porte de sa voisine et puis nous sommes sorties dans la rue. Chacune avait son propre slogan. Et nous nous sommes rendues au siège de l’arrondissement, puis au siège de la préfecture80. »

  • 81 Face au refus des habitants, Dyar Al Madina a sollicité l’aide de l’Etat qui joue, depuis, le rôle (...)
  • 82 Selon Eric Cheynis, l’appellation « amicale » (widâdiya) était utilisée pour nommer les association (...)

76Comme l’immeuble où vit Meriem abrite une majorité de femmes (beaucoup sont veuves d’anciens membres des forces armées ou divorcées) et que la plupart des hommes sont absents parce qu’ils travaillent, c’est un rassemblement de femmes qui s’attroupe alors face au siège de la préfecture. Des agents de l’autorité interviennent pour expliquer aux manifestantes qu’elles n’ont pas le droit de se rassembler de cette manière : « Seule une association peut organiser une telle manifestation. Ce n’est que dans ce cadre que nous pourrons discuter avec vous81 » leur expliquent-ils avant d’ajouter qu’une amicale de quartier82 existe déjà et que les manifestantes peuvent faire part de leurs revendications par son intermédiaire. Meriem et ses voisines sont surprises puis furieuses d’apprendre l’existence de cette organisation qui, créée dans les années 80, était restée complètement inactive depuis lors. Lorsque la colère des manifestantes se retourne contre l’amicale, « qui ne faisait rien pour les habitants du quartier », les membres de cette organisation et les agents d’autorité proposent à Meriem de représenter les habitants de l’immeuble au sein de l’amicale. Lorsque le bureau exécutif de cette structure dormante est renouvelé quelques mois plus tard, Meriem en est élue vice-présidente avec le soutien des habitantes (majoritaires) des appartements touchés par la hausse de loyer. C’est ainsi que commence l’aventure associative de Meriem qui co-dirigera, par la suite, cette amicale ainsi qu’une association culturelle locale, tout en s’engageant activement au sein d’un réseau associatif de quartier.

77L’expérience de Meriem met en évidence de quelle manière, ces dernières années, les mobilisations informelles ont été peu à peu canalisées vers des structures de type associatif. Il est en effet intéressant de noter que l’intervention des agents d’autorité dont nous fait part Meriem ne remet pas en question le droit des habitants du quartier à se mobiliser. C’est la forme que prend cette mobilisation qui dérange les autorités publiques. Leur objectif est de canaliser cette mobilisation qui prend des formes spontanées et non régulées vers une organisation structurée, disposant d’un règlement intérieur, de représentants reconnaissables et déclarés auprès de la préfecture. Ainsi la multiplication d’associations, interprétée comme une forme de dynamisation de la « société civile » marocaine, peut également être comprise, dans ce contexte, comme une institutionnalisation de mobilisations préexistantes qui contribue non seulement à rendre ces dernières plus visibles et plus quantifiables, mais également plus contrôlables.

78La tendance à la reconversion des actions collectives en associations est encore plus frappante lorsqu’il s’agit de mouvements qui n’ont eu, pendant longtemps et en raison de leurs rapports tendus avec l’Etat, d’autre choix que d’investir la sphère publique de manière informelle. C’est le cas, par exemple, de Jamâcat Al Adl Wal Ihsane. Cette mouvance a été fondée en 1987 par Abdessalam Yassine, un ancien inspecteur de l’enseignement secondaire qui s’est notamment fait connaître en 1974 en envoyant à Hassan II une épître dans laquelle il sermonne ce dernier. Cet écrit lui avait alors valu d’être interné dans un asile psychiatrique. Libéré en 1978, il est mis en résidence surveillée à partir de 1989 et ne sera libéré qu’en 1999 par Mohammed VI, qui vient de succéder à son père.

  • 83 Belal Youssef, Le réenchantement du monde. Autorité et rationalisation en Islam marocain. Thèse de (...)

79Depuis sa création, les autorités publiques ont toléré l’existence de la Jamâca sans pour autant lui accorder un statut légal. Les activités publiques de ces dernières sont étroitement encadrées. Or, l’action de cette mouvance s’organise autour de deux volets principaux : l’un consacré à la recherche de la spiritualité suivant une éthique soufie et l’autre, au travail social et politique. Ainsi, cette organisation a toujours été très active au niveau local, proposant toutes sortes de services (khadamât) d’ordre à la fois caritatif et éducatif (alphabétisation, enseignement religieux). Ces activités de proximité se déroulaient de manière très informelle, chez les membres de la Jamâca, dans les mosquées du quartier, dans des classes d’écoles privées ou dans d’autres locaux loués à cette fin. Sans statut légal, ces activités devaient se tenir dans l’ombre pour ne pas attirer l’attention des autorités publiques. Cette situation ne semblait pas poser de problèmes majeurs durant les années 90. L’organisation avait su tisser un large réseau de groupuscules œuvrant, tel un filet social, à l’échelon local83.

  • 84 Le 23 mai 2003, lors d’une allocution publique, le roi déclarait « la fin de l'ère du laxisme » et (...)
  • 85 Il s’agit de l’aile politique du mouvement qui se charge de tout ce qui a trait à l’espace public.

80Durant les années 90, des premières tentatives avaient été lancées par les hommes du mouvement pour créer des associations locales reconnues par l’Etat. La situation change pourtant de façon notable après les attentats du 16 mai 2003. À la suite de ces attaques, l’Etat a en effet renforcé son contrôle sur toutes les formes d’action collective84, limitant par-là l’action des mobilisations informelles, non déclarées. Les réunions et rencontres organisées par la mouvance de manière informelle dans les domiciles privés font régulièrement l’objet de descentes de police. Dans ce contexte, le besoin de créer des associations dans un cadre reconnu par les autorités publiques se fait plus nettement sentir. C’est ce que les exemples d’Ibtissam, Touria et Loubna me permettront d’illustrer dans ce qui suit. Ibtissam (33 ans) est née à Casablanca. Elle est mariée et possède un petit atelier de couture. Membre actif de la mouvance depuis la fin des années 90, elle lance en 2007 les démarches pour créer une association pour femmes au niveau de son quartier. Cette organisation voit le jour en 2008. Touria (41 ans) vit à Casablanca depuis plus de quinze ans et y travaille comme ouvrière. Membre de la mouvance depuis la fin des années 80, elle prend la direction d’une association de quartier lors du renouvellement de son bureau en 2005. En 2008, elle participe à la création d’une deuxième association dans son quartier. Loubna (35 ans) est née dans la périphérie rurale de Casablanca. Elle grandit dans une famille proche de la mouvance et en est un membre actif aujourd’hui. Ayant quitté l’école à l’âge de 15 ans, elle est aujourd’hui diplômée en couture. Elle dirige depuis 2006 un club féminin à la maison de jeunes de son quartier. Toutes les trois sont membres du Cercle politique85 de la mouvance. Chacune dirige, depuis peu, une association ou un club dans un des quartiers périphériques de la ville de Casablanca.

81Les efforts entrepris aujourd’hui par la mouvance pour créer des associations reconnues par l’Etat répondent surtout à la nécessité de rester actif sur la scène publique locale malgré un contexte politique devenu beaucoup plus restrictif envers les organisations islamistes. C’est ce que Touria explique de la manière suivante :

« En dehors d’une association, pas question d’organiser des rencontres. On ne te donne pas l’autorisation de le faire. Si tu organises une activité sans autorisation, tu prends toujours le risque qu’une personne aille en informer les autorités. Tu ne peux pas travailler si tu ne le fais pas dans le cadre légal. Avec l’association, on peut travailler avec plus de tranquillité. »

82Agir dans le cadre d’une association déclarée permet donc d’obtenir les autorisations nécessaires à la réalisation d’activités sur la scène publique et d’avoir accès à certains locaux publics comme les maisons de jeunes qui mettent à la disposition des associations des salles pour mener leurs activités. Les tensions consécutives aux attentats du 16 mai 2003 auraient par ailleurs nourri la méfiance des habitants du quartier. Ces derniers sont nombreux à éviter les regroupements agissant de manière informelle et en dehors d’un cadre légal, de peur de se retrouver indirectement associés à des réseaux islamistes non reconnus par l’Etat.

Loubna : « La peur que les gens ont de la Jamâca n’a commencé qu’après les attentats du 16 mai. Avant, lorsqu’on frappait à la porte d’une maison, les femmes acceptaient de participer aux cours sans aucun problème. Aujourd’hui, on en a perdu à peu près 15 %. Elles ne viennent plus. »

Touria : « Il fallait rassurer les gens. Si tu leur dis [aux femmes du quartier] de venir assister à des cours à la maison, elles ont peur, elles se montrent méfiantes. Elles ont peur dès qu’il s’agit de rencontres organisées dans une maison, mais si tu leur dis que ça va se dérouler dans le cadre d’une association, alors là, elles se sentent plus à l’aise. »

Ibtissam : « En tant qu’association, nous avons un meilleur accès aux gens. À beaucoup plus de personnes. Les gens sont moins méfiants. Ils ont moins peur. C’est "l’association". C’est quelque chose de connu. »

83Ne pas avoir une association signifie aussi ne pas pouvoir solliciter les financements et subventions dont bénéficient les autres associations du quartier. Autrement dit, le renforcement (du moins en nombre et en ressources) des associations de proximité contribue largement à marginaliser et à vulnérabiliser les organisations qui, du fait de leur statut non déclaré, ne peuvent pas déposer de telles demandes et ne disposent donc ni du soutien des autorités locales ni des mêmes ressources matérielles.

Ibtissam : « Nous aimerions travailler dans le cadre de partenariats. Le ministère de la Santé, le ministère de l’Education nationale, l’Entraide nationale. Maintenant il y a aussi l’INDH. J’aimerais pouvoir déposer un projet. Ça nous aiderait dans notre travail. »

  • 86 Belal Youssef, Le réenchantement du monde. Autorité et rationalisation en islam marocain, op. cit., (...)

84Par ailleurs, après les attentats du 16 mai 2003, le besoin de transparence financière s’est fait sentir. Par l’intermédiaire d’une association qui lui est affiliée, la mouvance peut délivrer une attestation de don86.

85D’ailleurs, les cadres dirigeants de Al Adl Wal Ihsane encouragent activement la création d’associations légales et proches de ce mouvement. La décision de se lancer dans ce processus aurait en effet émergé du Cercle politique dont font partie les quatre femmes interrogées. Des formations sont proposées pour préparer les membres envisageant de créer une association : conseils juridiques, échange d’expériences avec des membres de la mouvance qui ont réussi à créer une association, enseignements portant sur le fonctionnement et l’organisation des associations, ateliers autour de questions relatives au développement local.

86Si les changements introduits en 2002 aident sensiblement à promouvoir la création de nouvelles associations, il semblerait qu’ils instituent aussi des mécanismes qui permettent au pouvoir central d’écarter les individus et les organisations qui ne correspondent pas au profil souhaité et de continuer à exercer un contrôle strict sur les mobilisations émergentes.

  • 87 La transgression de ces limites peut donner lieu à de sévères sanctions. Un exemple notable est cel (...)

87Alors que les modifications introduites en 2002 soumettent la dissolution des associations au contrôle de la justice, les raisons qui justifient une telle suspension n’ont pas été allégées. La dissolution peut toucher « toute association fondée sur une cause ou en vue d’un objet illicite contraire aux lois, aux bonnes mœurs ou qui a pour but de porter atteinte à la religion islamique, à l’intégrité du territoire national, au régime monarchique ou de faire appel à la discrimination » (article 3). Ces limites sont non seulement très vagues et susceptibles d’interprétations diverses, elles reproduisent aussi les trois sujets tabous qui limitent la liberté d’expression dans le pays depuis le règne de Hassan II : la religion, la monarchie et l’intégrité territoriale87.

  • 88 Une fonctionnaire m’expliquait que, dans certains cas, elle refusait même de prendre un dossier lor (...)

88Par ailleurs, lors du dépôt du dossier déclarant la création d’une association auprès de la préfecture, le récépissé provisoire est rarement remis « sur le champ » par l’administration, comme le prévoit la loi. Il n’est délivré qu’après une étude du dossier de l’association et qu’après enquête sur chacun des membres dirigeants de la future association88. Un retour sur le cas des dirigeantes d’association membres de Al Adl Wal Ihsane permet d’illustrer de quelle manière la déclaration d’une association peut se transformer en parcours du combattant, laissant soupçonner une stratégie d’intimidation. Ibtissam décrit ainsi son expérience :

« Lorsque nous avons commencé les démarches pour créer l’association, ils nous en ont fait voir de toutes les couleurs. Il nous est arrivé des choses très bizarres. (…) A chaque étape, de nouveaux obstacles apparaissaient. (…) Il a fallu faire des allers et retours pendant un mois et demi avant de recevoir l’autorisation d’organiser notre première assemblée générale. (…) Au début, ils nous ont dit qu’ils ne pouvaient pas nous donner ce papier. Un des fonctionnaires nous l’a dit franchement. Il nous a dit qu’il y avait un grand point d’interrogation nous concernant parce que nous portions toutes le hijab. (…) On nous a dit qu’ils ne signeraient ce papier que lorsqu’ils auraient reçu les conclusions de l’enquête de police faite sur les trois personnes du comité de préparation. (…) On les a laissé faire leur enquête. (…) Ils ont même envoyé une estafette de police pour chercher A. chez elle. (…) Elle a eu très peur. Sa famille a eu peur aussi. (…) Quand l’enquête a été terminée, il fallait aller régulièrement à la préfecture pour savoir s’ils avaient finalement signé l’autorisation. (….) Après l’AG, nous avons finalement commencé les autres démarches. (…) Lorsqu’on a enfin déposé le dossier à la préfecture, ils ont fait une autre enquête, cette fois sur tous les membres du bureau de l’association. (….) Ensuite, il fallait aller régulièrement à la préfecture pour savoir où en était notre dossier. (…) Ils ont commencé à repousser l’échéance. (…) A chaque fois qu’on appelait, ils nous disaient quelque chose de nouveau : "Rappelle dans deux jours", "Je suis occupé, je te rappelle". (…) On était à bout de forces. Nos papiers étaient en règle. L’enquête s’était passée normalement. Tout était normal. (…) Nous avions peur que le dossier ne se perde. Nous n’avions aucun papier pour prouver que nous l’avions bien déposé. »

  • 89 Parmi les dirigeantes qui ont rencontré le moins de difficultés figurent Sanaa, Khadija et Kenza, q (...)

89L’expérience décrite ci-dessus par Ibtissam n’apparaît pas dans les récits rassemblés auprès de mon principal échantillon de dirigeantes d’association qui ne font pas partie d‘Al Adl Wal Ihsane. La majeure partie d’entre elles ne fait pas état d’un processus particulièrement laborieux, assurant n’avoir rencontré aucun obstacle majeur lors de la création de leur association et ajoutant même avoir bénéficié du soutien d’une administration bienveillante et coopérative89. Presque toutes mentionnent pourtant l’enquête effectuée sur chacun des membres dirigeants de l’association comme une formalité qui fait partie intégrante du processus de déclaration.

  • 90 Dahir n° 1-09-39 du 18 février 2009 (loi 07-09) modifiant l’article 5 du dahir n° 1-58-376 du 15 no (...)
  • 91 Selon deux rapports parus récemment, les associations de populations sahraouies et amazighes, les o (...)

90Cette procédure n’était pas prévue dans le texte de loi de 2002, mais en 2009, une nouvelle modification de l’article 5 incorpore cette pratique dans le texte de loi qui contient dorénavant la clause suivante : « Les autorités publiques qui reçoivent la déclaration de fondation d’une association peuvent effectuer des enquêtes et obtenir la fiche nr.2 du casier judiciaire des intéressés90 ». Ainsi, la possibilité d’octroyer (ou non) le récépissé provisoire dote l’administration d’un instrument qui lui permet de contrôler la création de nouvelles associations et d’écarter – voir de marginaliser et vulnérabiliser – les acteurs et organisations jugées non souhaitables91.

91Lorsque le dossier d’une association est jugé suspect ou irrecevable, ce document n’est tout simplement pas délivré, et les membres de l’organisation ne peuvent pas prouver l’avoir déposé. Or, l’obtention de ce récépissé n’est pas une simple formalité. Si la loi n’exclut pas la possibilité de faire partie d’une association non déclarée, elle stipule qu’il est illégal de mener des activités au nom d’une association non déclarée. Autrement dit, c’est l’obtention du récépissé qui permet aux membres de l’association d’exercer des activités. Sans ce document, l’organisation de manifestations publiques, l’obtention de subventions ou encore la location de salles publiques n’est pas possible. La même restriction concerne l’ouverture d’un compte bancaire.

  • 92 Sans pouvoir – faute de données – fournir des détails sur ce point, une hypothèse s’impose ici : il (...)

92Pour contourner et déjouer le contrôle de l’administration, les membres de la Jamâca ont élaboré un certain nombre de stratégies dont la valorisation des associations féminines au détriment de celles dirigées par des hommes, qui attirent beaucoup plus la méfiance des autorités publiques92.

Loubna : « Les associations de femmes de la Jamâca ont moins de problèmes que les associations d’hommes. C’est quand ils voient une association d’hommes qu’ils sont plus méfiants. »

93Si ces stratégies peuvent contribuer à déjouer le contrôle des autorités publiques, certaines ont tendance à restreindre considérablement – par la même occasion – les activités de ces associations et leur présence sur la scène publique. L’une des stratégies consiste en effet à éviter d’exposer, à la tête de l’association à créer, des personnes connues des autorités locales comme membres de la Jamâc: les bureaux exécutifs formés de personnes n’ayant aucun lien apparent avec la mouvance sont privilégiés. Quant aux membres de la mouvance qui ont initié la création de cette organisation, ils restent dans l’ombre, dirigeant de manière indirecte l’association. Une autre stratégie est de prendre bien soin de garder un profil bas, de ne pas trop se faire remarquer, en évitant par exemple d’organiser des rencontres qui attireraient un nombre trop important de personnes. La discrétion est de mise.

Touria : « L’important c’est de faire des activités qui se voient peu. Il ne faut pas rassembler trop de monde. Tu fais de préférence des choses qui restent dans l’ombre. (…) On doit faire les choses dans certaines limites. »

Loubna : « Nous n’organisons jamais de grands rassemblements, rien de très visible. On y va petit à petit. »

94Alors que les trente dirigeantes dont j’étudie le parcours tentent par tous les moyens de mobiliser le plus grand nombre possible de personnes à l’occasion des rencontres qu’elles organisent, les dirigeantes proches d’Al-Adl Wal-Ihsan gardent un profil bas, optant pour des activités plus discrètes pour ne pas se faire trop remarquer. Dans un milieu associatif en pleine expansion, cette forme d’autolimitation risque fort de marginaliser les associations proches de la Jamâca.

  • 93 D’ailleurs, une base de données servant à regrouper et centraliser toutes les informations concerna (...)

95L’exemple de ces associations permet de montrer comment, malgré l’augmentation sensible du nombre d’associations et leur participation à la gestion locale, l’intervention des associations reste subordonnée au contrôle du pouvoir central qui a conçu ce dispositif participatif, qu’il chapeaute et dont il trace les grandes lignes et définit les acteurs admis à y participer93. En outre, ce dispositif contribue à causer au sein du milieu associatif des tensions et inégalités qui résultent de politiques favorisant nettement un type d’association et en marginalisant d’autres. Si la plupart des organisations présentées dans ce travail appartiennent à la première catégorie, leur renforcement se fait nettement aux dépens d’autres formations qui s’en trouvent affaiblies.

Notes

1 Khadija, 41 ans, vice-présidente d’une association de développement social créée en 2004.

2 Fillieule Olivier, « Devenirs militants », Sciences humaines, n° 144, décembre 2003, p. 19-40.

3 Les données disponibles concernent souvent un type particulier d’association. L’Annuaire des associations marocaines de développement 2000, publié par l’AMAPPE, répertorie les associations dites « de développement » ; la base de données du portail de développement www.tanmia.ma rassemble des informations sur plus de 6 000 associations qui ont décidé de s’inscrire dans la base de données.

4 Otayek René et al., Les sociétés civiles du Sud. Un état des lieux dans trois pays de la ZSP. Cameroun, Ghana, Maroc, Paris, Ministère des Affaires étrangères, 2004, p. 56.

5 Fountir Abdelilah, « Associations au Maroc et statut juridique des associations reconnues d’utilité publique », communication non publiée, Marrakech, juin 2007. Abdelilah Fountir est directeur des Affaires générales chargé de la Direction des associations et des professions réglementées au Secrétariat général du gouvernement.

6 Contrairement à d’autres villes du pays où les dossiers des associations sont rassemblés au niveau de l’arrondissement, à Rabat et à Casablanca, ce sont les préfectures qui se chargent de ce travail. Cette exception s’explique par l’importance que revêtent ces deux villes, respectivement capitale politique et capitale économique du pays.

7 Je n’ai pas pu accéder aux autres dossiers, soit parce qu’ils avaient malencontreusement été déplacés ou perdus, soit parce qu’ils étaient en cours de traitement (notamment pour les associations récemment créées en 2008).

8 Elles servent notamment à intégrer et coopter dans les circuits du pouvoir les nouvelles élites urbaines. Denoeux Guilain, Gateau Laurent, « L’essor des associations au Maroc : à la recherche de la citoyenneté ? », Maghreb-Machrek, n° 150, octobre-décembre 1995, p. 21-22.

9 Ghazali Ahmed, « Contribution à l’analyse du phénomène associatif au Maroc », in Camau Michel (dir.), Changements politiques au Maghreb, Paris, CNRS, 1991, p. 243-260.

10 Pour de plus amples détails sur ce processus et ses effets, voir notamment Catusse Myriam, Le temps des entrepreneurs ? Politique et transformations du capitalisme au Maroc, Paris, Maisonneuve & Larose, 2008.

11 Salamé Ghassan, « Où sont donc les démocrates ? », in Salamé Ghassan (dir.), Démocraties sans démocrates. Politiques d’ouverture dans le monde arabe et islamique, Paris, Fayard, 1994. Pour une autre analyse des modalités de diffusion du précepte de « la démocratie libérale » dans les pays du Monde arabe durant cette décennie, voir aussi Niblock Tim, « Democratization : a theoretical and practical debate », British Journal of Middle Eastern Studies, vol. 25, n° 2, novembre 1998, p. 221-233.

12 Sur les mobilisations protestataires des années 90, voir Bennani-Chraïbi Mounia, Soumis et rebelles : les jeunes au Maroc, Paris, CNRS, 1994, p. 175-281.

13 Ibrahim Saad Eddin, « Liberalization and Democratization in the Arab World : an Overview », in Brynen Rex, Korany Bahgat, Noble Paul (dir.), Political Liberalization and Democratization in the Arab World, vol. 1, Boulder, Lynne Rienner Publishers, 1995, p. 29-57.

14 Bennani-Chraïbi Mounia, « Parcours, cercles et médiations à Casablanca. Tous les chemins mènent à l’action associative de quartier » in Bennani-Chraïbi Mounia, Fillieule Olivier (dir.), Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 294.

15 Catusse Myriam, « Le charme discret de la société civile. Ressorts politiques de la formation d’un groupe dans le Maroc "ajusté" », Revue internationale de politique comparée, n° 2, 2002, p. 297-318.

16 Saâf Abdallah, « L’hypothèse de la société civile au Maroc », in El Aoufi Nouredine (dir.), La société civile au Maroc, Rabat, Signes du Présent, 1992, p. 85-98 ; Denoeux Guilain, Gateau Laurent, « L’essor des associations au Maroc : à la recherche de la citoyenneté ? », Maghreb-Machrek, n° 150, octobre-décembre 1995, p. 19-39 ; Hegasy Sonja, Staat, Öffentlichkeit und Zivilgesellschaft in Marokko, Hamburg, Deutsches Orient-Institut, 1997.

17 Sur la constitution et la promotion – au niveau international – de la « société civile » comme catégorie de développement, voir Cheynis Eric, L’espace des transformations de l’action associative au Maroc. Réforme de l’action publique, investissements militants et légitimation internationale, thèse de doctorat de sciences sociales, Paris, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2008, p. 55-102.

18 Catusse Myriam, « Le charme discret de la société civile. Ressorts politiques de la formation d’un groupe dans le Maroc "ajusté" », op. cit., p. 302.

19 Ibid., p. 303.

20 Catusse Myriam, Le temps des entrepreneurs ? Politique et transformations du capitalisme au Maroc, op. cit., p. 16.

21 Meriem, 47 ans, vice-présidente d’une amicale de quartier créée en 2003 et trésorière d’une association socioculturelle pour jeunes créée en 2004.

22 Jamila, 26 ans, trésorière d’une association féminine de développement social pour femmes, enfants et jeunes créée en 2005.

23 Ameur Mohamed, « Les associations de quartier, nouveaux acteurs en milieu urbain marocain », in Signoles Pierre, El Kadi Galila, Sidi Boumedine Rachid, L’Urbain dans le monde arabe : politique, instruments et acteurs, Paris, CNRS, 1999, p. 339-354.

24 Comme j’ai déjà pu le montrer dans le chapitre 1, les limites socio-spatiales du quartier restent relativement abstraites.

25 L’idée de l’importance du « quartier » comme entité d’action, de mobilisation et de légitimation est particulièrement bien développée dans Mougenot Jean, « Faire » la proximité par la participation ? Le cas du Réseau des associations de quartier de Casablanca (le Résaq), mémoire de recherche, science politique, Toulouse, Institut d’études politiques, 2007.

26 En 1997, la Lyonnaise des eaux de Casablanca (LYDEC) s’est vu confier par le Conseil de la Communauté urbaine de Casablanca la gestion déléguée de la distribution d’électricité, d’eau potable et du service d’assainissement liquide de la ville. Elle se charge notamment de l’électrification des bidonvilles qui a longtemps été revendiquée par les habitants de nombreux bidonvilles casablancais. Pour plus de détails sur ce processus de mobilisation cf. Zaki Lamia, Pratiques politiques au bidonville, Casablanca (2000-2005), thèse de doctorat, science politique, Paris, Institut d’études politiques, 2005, p. 482-528.

27 Hamid, 54 ans, président et/ou membre de douze associations locales (culture, santé, développement social).

28 Je m’arrêterai plus en détails sur la formation de la catégorie « femmes » dans le chapitre suivant.

29 Les activités génératrices de revenus (AGR) visent à produire des biens ou des services permettant de générer un revenu : couture, cuniculture, culture de l’arganier, etc. Ce type d’activités est tout particulièrement encouragé dans le cadre de l’INDH comme solution au chômage et à la pauvreté.

30 Khrouz Driss, « A Dynamic Civil Society », Journal of Democracy, vol. 19, n° 1, 2008, p. 48.

31 Comme l’Association pour l’éducation, la culture et le développement social (Sidi Moumen) ou encore l’Association des générations de l’avenir pour le travail sportif, éducatif, culturel, social, environnemental et artistique (Ben Msik).

32 Au grand désarroi d’ailleurs des fonctionnaires de la DAS, censés classer ces associations dans une seule des catégories prédéfinies : sociale, sportive, culturelle, etc.

33 Khrouz Driss, « A dynamic civil society », op. cit., p. 48.

34 Qui visait notamment à dépasser les approches privilégiées par les plans d’ajustement structurel, promues durant les années 80.

35 Palier Jane, Prevost Benoît, « Le développement social : nouveau discours et idéologie de la Banque mondiale », Economie appliquée, n° 4, 2007, p. 28.

36 Ibid., p. 29-37.

37 Calvès Anne-Emmanuèle, « "Empowerment" : généalogie d'un concept-clé du discours contemporain sur le développement », Revue Tiers Monde, 2009/4 n° 200, p. 736.

38 Notamment par la création d’institutions et d’agences spécialisées dans la question comme l’Agence de développement social (créée en 2001) ou encore le ministère du Développement social, de la Famille et de la Solidarité (créé en 2004). L’INDH vient renforcer ce processus en mettant le développement social au centre de ses préoccupations. Voir Catusse Myriam, « L’action publique face aux ‘débordements’ du social au Maroc. Décharge et métamorphoses d’un "Etat social" ? », communication au colloque international : Etat et régulation sociale, Paris, septembre 2006.

39 Pour les associations examinées, les cotisations annuelles des adhérents varient entre 10 et 50 dirhams, et les subventions publiques globales, entre 500 et 3 000 dirhams (soit entre 44 et 260 euros à peu près).

40 Dahir n° 1-02-206 du 23 juillet 2002 portant promulgation de la loi n° 75-00 modifiant et complétant le dahir n° 1-58-376 du 15 novembre 1958 réglementant le droit d’association. Paru au Bulletin officiel n° 5048 du 17 octobre 2002, p. 1062-1064.

41 La majeure partie des avantages fiscaux – sous forme de déduction et d’exonération d’impôts mais également d’exonération de la TVA – est réservée aux associations reconnues d’utilité publique. Les conditions d’octroi de ce statut restent relativement peu transparentes. Selon les textes, il s’agit avant tout d’une « faveur » que le gouvernement accorde aux associations dont l’objet répond à un besoin d’intérêt général.

42 Grotti Laetitia, Khrouz Myriem, « Le meccano désarticulé du social », Economia, n° 4, octobre 2008-janvier 2009, p. 51.

43 Pour une description plus détaillée de la politique de partenariat entre Etat et associations au Maroc, voir Cheynis Eric, L’espace des transformations de l’action associative au Maroc. Réforme de l’action publique, investissements militants et légitimation internationale, op. cit., p. 149-172.

44 La Direction de lutte contre l’analphabétisme, Alphabétisation des adultes au Maroc : bilan de la période 1997-2003, Rapport national, septembre 2003.

45 A titre indicatif : une ouvrière travaillant à la chaîne perçoit en moyenne 10 dirhams de l'heure, ce qui équivaut à un salaire mensuel compris entre 1 200 et 1 600 dirhams.

46 Je précise ici que, en règle générale, les paiements sont très irréguliers. J’ai rencontré plusieurs monitrices qui, après plusieurs mois (voire années) de travail, n’ont jamais été payées.

47 Grotti Laetitia, Khrouz Myriem, « Le meccano désarticulé du social » op. cit., p. 53.

48 Pour ne citer que les fondations créées sous l’ère Mohammed VI : la Fondation Mohammed VI pour l’éducation, la Fondation Mohammed VI pour l’environnement, la Fondation alaouite de développement durable, la Fondation Mohammed VI pour les détenus.

49 Ghannam Fadoua, « Enquête : Charity business », Tel Quel, n° 373, 18-22 mai 2009.

50 Ghannam Fadoua, « Enquête : Charity business », op. cit.

51 Grotti Laetitia, Khrouz Myriem, « Le meccano désarticulé du social », op. cit., p. 55.

52 Extrait d’une interview accordée aux revues libanaises Al Hawadith, La Revue du Liban, Monday Morning et Al Bairak à la veille de la réunion du Sommet arabe de Beyrouth (22 mars 2002).

53 A l’exception de l’association dirigée par Majid à Hay Mohammadi. En collaboration avec la Fondation, cette association a pu aménager un terrain de football et un centre de formation dans le quartier.

54 Grotti Laetitia, Khrouz Myriem, « Le meccano désarticulé du social », op. cit., p. 59.

55 Après avoir concentré ses énergies sur le travail de plaidoyer, l’ADFM oriente son travail à partir de la seconde moitié des années 90 sur les associations régionales et locales qu’elle soutient notamment par un appui technique et des formations. Ce « retour » au local de l’ADFM répond à divers enjeux, dont la volonté de diffuser le plus largement possible les idées défendues par l’association et la nécessité de se construire une base de soutien à l’échelle locale, pour pouvoir mieux légitimer son rôle autoproclamé de porte-parole des femmes du Maroc.

56 Catusse Myriam, Le temps des entrepreneurs ? Politique et transformations du capitalisme au Maroc, op. cit.

57 Il en est aujourd’hui le coordinateur principal.

58 Si aujourd’hui cette action est qualifiée de « travail de proximité », les dirigeants de cette organisation n’utilisaient pas, initialement, cette appellation. Tout en faisant de la proximité, ils ne la théorisaient pas durant les premières années de leur travail de terrain. Mougenot Jean, « Faire » la proximité par la participation ? – le cas du Réseau des associations de quartier de Casablanca (le RESAQ), op.cit., p. 34-37.

59 Aussi l’hebdomadaire Tel Quel, qui consacre un numéro spécial à l’organisation de ce Forum, choisit-il d’imprimer en page de garde, sur fond de drapeau du Maroc, le texte suivant : « Le 16 mai 2003, ils étaient une poignée et leur but était de détruire. Un an plus tard, ils sont des milliers et leur rêve est de construire un Maroc meilleur. Pour exorciser ce sombre anniversaire (…) 50 projets de quartier, imaginés par des jeunes et remuants Casablancais », Tel Quel, n° 127, avril 2004.

60 Les projets sont très diversifiés (ateliers de production de chaussures, entretien des fontaines d’un bidonville, club d’informatique ou encore formation en prêt à porter).

61 Pour plus de détails sur le Forum associations-entreprises, voir Mougenot Jean, « Faire » la proximité par la participation ? – le cas du Réseau des associations de quartier de Casablanca (le RESAQ), op.cit., en particulier p. 72-74.

62 De nombreux cas d’annulation de partenariat ont été constatés.

63 Certains journalistes estiment que la Fondation Mohammed V n’aurait pas apprécié le succès rencontré par le premier forum en 2004. Son implication dans le deuxième forum résulterait donc de la volonté de cet organisme royal de se repositionner comme moteur de l’action sociale au Maroc.

64 Notamment en raison de la participation, à partir de 2006, de la Banque mondiale à l’organisation du Forum, partenariat voulu par la CGEM. Les responsables du RESAQ refusent d’accepter cette décision prise de manière unilatérale par la CGEM.

65 En 2006, la Banque mondiale y contribue à hauteur de 200 000 dirhams, le ministère du Développement social, de la Famille et de la Solidarité, un million de dirhams, la CDG, 350 000 dirhams, l’OCP 500 000 dirhams et la Banque populaire 200 000 dirhams. El Hassani Khadija, « Le Forum innovation et proximité courtise les PME », L’Economiste, édition 2397, 9 novembre 2006.

66 Lamia Zaki observe très justement que cette date a été fixée deux jours après l’anniversaire des attentats du 16 mai 2003 qui ont frappé la ville de Casablanca, ce qui est venu renforcer l’idée véhiculée par la presse au lendemain de ces événements que pauvreté, islamisme et terrorisme étaient intimement liés. Zaki Lamia, « L’action publique au bidonville : l’État entre gestion par le manque, « éradication » des kariens et accompagnement social des habitants », L’Année du Maghreb, édition 2005-2006, Paris, CNRS, 2007, p. 304.

67 Voir notamment les travaux de Irene Bono qui en offre une approche particulièrement détaillée et fine. Bono Irene, Cantiere del regno : associazioni, sviluppo e stili di governo in Marocco, thèse de doctorat, science politique, Turin, Université de Turin, 2009 ; Bono Irene, Le « phénomène participatif » au Maroc à travers ses styles d’action et ses normes, Les Etudes du CERI, n° 166, 2010.

68 Pour de plus amples détails, voir http://www.indh.gov.ma/fr/communes.asp

69 Amine Allal montre très justement comment les politiques de développement promues par Mohammed VI s’inspirent d’une terminologie et d’objectifs développementalistes empruntés à des organisations internationales comme la Banque mondiale et les Nations Unies. Allal Amine, « "Développement international" et "Promotion de la démocratie" : à propos de la "gouvernance locale" au Maroc », L’Année du Maghreb, Paris, CNRS, 2007, p. 285 – 286.

70 Je précise ici que certaines associations – comme celle dirigée par Maha – expriment leur opposition à une telle adaptation au contexte façonné par l’action publique à travers leur attachement clairement revendiqué au quartier de base et leur refus, par exemple, de s’insérer dans le cadre de l’INDH.

71 Une situation paradoxale qui met notamment l’accent sur le peu de coordination et de convergence entre les différentes instances et ministères.

72 D’ailleurs, les allusions à ce programme sont aussi présentes dans les appellations des associations les plus récentes : les termes « initiative » (mubâdara) et « développement humain » (al-tanmiya al-bachariya) ont aujourd’hui une place de choix parmi les noms.

73 Jafry Ali, « Casablanca : le détail des projets INDH », L'Economiste, édition 2109, 15 septembre 2005.

74 Par contre, toute personne reconstituant une association dissoute par la justice s’expose à une peine de prison allant jusqu’à 6 mois.

75 Selon le texte de 1973, en cas d’infraction à la législation réglementant le droit d’association et « s’il apparaît que l’activité de l’association est de nature à troubler l’ordre public, sa dissolution est prononcée par le tribunal régional soit à la requête de tout intéressé, soit à la diligence du ministère public » (article 7).

76 Ghazali Ahmed, « Contribution à l’analyse du phénomène associatif au Maroc », in Camau Michel (dir.), Changements politiques au Maghreb, Paris, CNRS, 1991, p. 248.

77 Dans le cas des associations casablancaises, c’est une section de la Direction des affaires générales (DAG) de chaque préfecture qui se charge de la réception des déclarations et de la remise des récépissés.

78 Farida, 51 ans, présidente d’une association d’athlétisme créée en 2006.

79 Au début des années 2000, la CIFM qui gère l’immeuble dans lequel vit Meriem est modernisée et change de nom. Elle s’appelle dorénavant Dyar Al Madina, devient une filiale de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) et se met à recenser ce vieux fonds immobilier et à en vérifier l’état. Vu la vétusté des logements, la compagnie propose aux habitants de les rénover en échange d’une augmentation substantielle des loyers, ou de permettre aux locataires de les acheter en faisant valoir leur droit d’ancienneté. Cette nouvelle politique heurte les locataires, qui refusent de se plier aux nouvelles réglementations parce qu’ils n’ont pas les moyens de racheter les appartements et de payer les nouveaux loyers. Cette situation est d’autant plus complexe que la législation marocaine protège les locataires de toute forme d’expulsion (Abdelkader Kaioua, entretien du 14/02/2010).

80 Meriem, voir note 21.

81 Face au refus des habitants, Dyar Al Madina a sollicité l’aide de l’Etat qui joue, depuis, le rôle d’intermédiaire entre les différentes parties pour éviter que le conflit ne dégénère. Pour faciliter les négociations, Dyar Al Madina et les autorités locales ont notamment encouragé la création d’associations pouvant représenter les habitants concernés (Abdelkader Kaioua, entretien du 14/02/2010).

82 Selon Eric Cheynis, l’appellation « amicale » (widâdiya) était utilisée pour nommer les associations de quartier dans le contexte répressif des années 70 et 80, car elle permettait d’afficher « un caractère sectoriel et « dépolitisé ». Cheynis Eric, L’espace des transformations de l’action associative au Maroc. Réforme de l’action publique, investissements militants et légitimation internationale, op.cit., p. 133.

83 Belal Youssef, Le réenchantement du monde. Autorité et rationalisation en Islam marocain. Thèse de doctorat, science politique, Paris, Institut d’études politiques, 2005, p. 196.

84 Le 23 mai 2003, lors d’une allocution publique, le roi déclarait « la fin de l'ère du laxisme » et annonçait un contrôle renforcé de la part des autorités publiques et judiciaires afin de garantir la sécurité dans le pays. Quelques jours plus tard, le pays se dote d’une loi antiterroriste conférant des pouvoirs accrus aux autorités policières et judiciaires.

85 Il s’agit de l’aile politique du mouvement qui se charge de tout ce qui a trait à l’espace public.

86 Belal Youssef, Le réenchantement du monde. Autorité et rationalisation en islam marocain, op. cit., p. 195.

87 La transgression de ces limites peut donner lieu à de sévères sanctions. Un exemple notable est celui de l’article 41 du Code de la presse, qui prévoit 3 à 5 ans de prison pour « la publication d’un journal ou écrit (qui) porte atteinte à la religion islamique, au régime monarchique ou à l’intégrité territoriale ».

88 Une fonctionnaire m’expliquait que, dans certains cas, elle refusait même de prendre un dossier lorsque la personne venant le déposer s’avérait être, par exemple, « un homme avec une barbe » (signe distinctif des islamistes).

89 Parmi les dirigeantes qui ont rencontré le moins de difficultés figurent Sanaa, Khadija et Kenza, qui font partie de la catégorie des dirigeantes socialisées au travail associatif par l’intermédiaire d’institutions publiques ou d’organismes dirigés par des élites proches du pouvoir. Au moment de créer leur propre association, ces dernières étaient non seulement connues des autorités publiques locales, mais également au courant des démarches administratives nécessaires.

90 Dahir n° 1-09-39 du 18 février 2009 (loi 07-09) modifiant l’article 5 du dahir n° 1-58-376 du 15 novembre 1958 réglementant le droit d’association. Paru au Bulletin officiel n° 5714 du 5 mars 2009, p. 374.

91 Selon deux rapports parus récemment, les associations de populations sahraouies et amazighes, les organisations qui militent pour les droits des diplômés-chômeurs et celles qui s’engagent en faveur des droits des migrants subsahariens font également l’objet de telles restrictions. Human Rights Watch, Freedom to create Associations. A declarative Regime in Name only, 2009 ; Euro-Mediterranean Human Rights Network, Freedom of Association in the Euro-Mediterranean region in 2008, Monitoring report, 2008.

92 Sans pouvoir – faute de données – fournir des détails sur ce point, une hypothèse s’impose ici : il semblerait en effet que cette tendance ait contribué – au sein de la jamâca – à renforcer la position des femmes.

93 D’ailleurs, une base de données servant à regrouper et centraliser toutes les informations concernant les associations du pays est en préparation. Elle contient les informations rassemblées dans les dossiers et servira à mieux centraliser l’information ; autrement dit, à renforcer le contrôle de l’Etat sur ces organisations.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Evolution du nombre d’associations selon l’année de création (Préfecture de Aïn Sebae - Hay Mohammadi - Roches Noires)
Légende Source : dépouillement personnel, mai 2008. Echantillon de 1 107 associations sur un total de 1 890 associations déclarées
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/363/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable