Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes, associations et politique à Casablanca

 | 
Yasmine Berriane

Première partie. Devenir dirigeante d'association : dispositions individuelles et nouvelles opportunités

Chapitre 2. Vide professionnel, vide affectif : l’association comme alternative ?

Texte intégral

  • 1 Ilham, 40 ans, célibataire, licence d’études islamiques, monitrice et trésorière d’une association (...)

« Quand une personne ne travaille pas et n’a rien à faire, cela ressemble à la mort. (…) Le travail associatif t’évite de passer ton temps à réfléchir à ta vie.1 »

1Pour décrire la phase qui a précédé leur engagement associatif, les dirigeantes interrogées font quasi systématiquement référence au « vide » (al-farâgh) qui prédominait dans leur vie. Elles renvoient également à ce sentiment pour expliquer pourquoi elles se sont initialement engagées au sein d’une association.

  • 2 Mouna, 42 ans, célibataire, licence de droit, monitrice et vice-présidente d’une association fémini (...)

« Pour parler en toute franchise, je dirais qu’au début le travail associatif est surtout venu remplir le vide dans ma vie. (…) Le vide sentimental et le vide par rapport au travail. (…) Sanaa m’a dit : "Tu ne vas pas rester comme ça. Tu dois sortir pour te changer un peu les idées. (…) Rejoins-nous [dans l’association] et change un peu d’air"2. »

  • 3 Leila, 41 ans, divorcée, licence en littérature arabe, institutrice et présidente d’une association (...)

« Moi, j’essaie de remplir un vide. Parce que mon mari vit à l’étranger. J’essaie de remplir le vide d’une manière positive3. »

2Si cette explication nous éclaire sur la question des rétributions escomptées par les dirigeantes associatives au début de leur parcours, elle n’informe pas sur les causes de ce sentiment. A quoi font-elles référence lorsqu’elles parlent de « vide » ? Comment est né ce sentiment de mal-être dont elles font part ? L’étude des itinéraires scolaire, professionnel et affectif des enquêtées permet de répondre à ces questions en soulignant les frustrations nées du contraste vécu par les enquêtées entre, d’une part, un niveau d’instruction plus élevé que celui de leur entourage et, d’autre part, une situation professionnelle précaire. Ce retour sur les parcours des enquêtées permet, en même temps, d’identifier les compétences scolaires et professionnelles dont disposaient ces dernières au moment de s’engager dans une association et de mettre en évidence les difficultés rencontrées par la majeure partie d’entre elles en raison de leur statut de « femmes seules » (célibataires, veuves, divorcées) ou de femmes mariées.

L’instruction des enfants ou l’espoir d’une vie meilleure

  • 4 Mouna, voir note 2.

« Ma mère, même si elle est analphabète, essayait de nous pousser à aller à l’école. Elle nous disait "Etudiez ! ". Elle ne nous laissait faire aucune tâche ménagère. [Elle disait :] "Pour moi, la seule chose qui importe c’est qu’à la fin de l’année tu me rapportes une bonne note. Safi"4. »

  • 5 Nasma, 43 ans, célibataire, licence de droit, secrétaire générale d’une association représentant de (...)

« Il y avait très peu d’interdits chez nous. Mon père était très ouvert d’esprit. Sauf quand il s’agissait de l’école. Il n’y avait pas de discussion possible à ce sujet. Il restait intransigeant. Pour lui, l’éducation passait avant tout5. »

3A quelques exceptions près, les familles de toutes les dirigeantes interrogées accordaient une importance particulière à l’instruction des enfants. Elles ont d’ailleurs toutes été scolarisées et ont quasiment toutes mené à terme leur scolarité.

Tableau 1 - Niveau d’instruction de l’échantillon principal

Scolarité

Nombre de femmes

Baccalauréat

19

Niveau Bac

7

Arrêt après le brevet / au collège

2

Arrêt au niveau primaire

2

Source : enquête personnelle

  • 6 Haut Commissariat au Plan, Recensement général de la population et de l’habitat, 2004. URL : www.hc (...)

4Le nombre de femmes ayant poursuivi leur scolarité jusqu’au lycée (vingt-six femmes sur trente), voire jusqu’à l’obtention du baccalauréat (dix-neuf femmes sur trente) est remarquable parce qu’il contraste avec le faible nombre de femmes en possession d’un tel diplôme dans les arrondissements en question. Lors du recensement général de la population et de l’habitat de 2004, le pourcentage de femmes de 25 ans et plus à avoir un baccalauréat s’élevait à 5 % à Sidi Moumen, 7,4 % à Sidi Bernoussi et 5,9 % dans l’arrondissement de Hay Mohammadi6.

5A défaut de pouvoir directement suivre le parcours scolaire de leur progéniture, la plupart des parents ne se sont pas opposés à la scolarisation de leurs enfants, pas même de leurs filles. Le passage par l’école est décrit par la majorité d’entre elles comme un passage « naturel » qui n’a été soumis à aucune limitation particulière de la part des parents ou de l’entourage. Farida raconte que sa mère insistait non seulement sur l’importance d’une bonne scolarité, mais qu’elle aurait même planifié minutieusement toutes les études de ses enfants. Dans certaines familles plus aisées comme celle de Halima, les enfants bénéficiaient même d’un soutien scolaire. Alors que la mère supervisait – même si elle ne savait ni lire ni écrire – les devoirs des plus petits, les grands étaient encadrés par un instituteur venant à domicile :

  • 7 Halima, 53 ans, divorcée, doctorat, enseignante universitaire et présidente d’une association fémin (...)

« Quand tout le monde rentrait à la maison, vers 4h ou 5h, il fallait faire les devoirs. Pour les grands, ma mère faisait venir un instituteur. Comme elle ne savait ni lire ni écrire, elle ne pouvait pas les aider. Nous, les petits, elle nous rassemblait devant elle comme à l’école coranique. [Elle disait :] "Sortez vos cahiers. On révise." Puis : "Fais-moi voir ce que tu as révisé." Elle prenait le cahier dans le bon sens. Ensuite elle te disait : "Non ça ne va pas, recommence"7. » 

6Chez Sanaa, la déférence de son père à l’égard des enseignants était telle qu’il n’était pas question que ses enfants – tous scolarisés – puissent se plaindre d’eux.

  • 8 Sanaa, 40 ans, célibataire, licence en droit, présidente d’une association féminine de développemen (...)

« Quand l’instituteur te frappe, tu ne rentres pas à la maison pour te plaindre. Il [ton père] va te dire : "Pourquoi il t’a frappée ? Il y a une raison ! (rire) Il ne te frapperait pas si tu étais une bonne élève ! Il te respecterait ! " Il fallait toujours trouver un moyen de se faire respecter par l’instituteur pour qu’il ne te frappe pas. Impossible d’aller se plaindre à la maison8. »

7Cette tendance reflète les changements majeurs qui traversent la société marocaine à cette époque, notamment l’augmentation substantielle du nombre d’enfants scolarisés au lendemain de l’Indépendance. L’Etat marocain a en effet adopté une politique volontariste visant à renforcer et à généraliser le système d’enseignement. En 1963, un décret officiel institue l’enseignement obligatoire pour les enfants des deux sexes âgés de 7 à 13 ans. Cette politique donne lieu à une augmentation notable du taux de scolarisation entre 1956 et 1998, illustrée par le tableau suivant.

  • 9 Mellakh Kamal, « L’expansion scolaire et universitaire au Maroc. Aspects et enjeux », in Geisser Vi (...)

Tableau 2 - Évolution des effectifs scolaires au Maroc (1956-1998)9

Année scolaire

Primaire

Secondaire

Supérieur

1956

318 995

10 496

3 792

1966

1 088 394

222 625

7 198

1970

1 175 277

298 880

16 097

1975

1 547 647

478 000

40 000

1980

2 104 050

797 110

93 851

1990

2 500 000

1 400 000

190 000

1998

3 254 351

1 364 829

266 507

  • 10 En 1934, un Comité d’action marocain propose un plan de réforme aux différentes autorités en place (...)
  • 11 Roussillon Alain, Zryouil Fatima-Zahra, Être femme en Egypte, au Maroc et en Jordanie. Paris/Le Cai (...)
  • 12 Précisons que le Code du statut personnel est édicté quelques années plus tôt, en 1958. Ce dernier (...)

8Cette politique favorable à la scolarisation répond à des objectifs précis de modernisation et de développement du pays après le départ des autorités françaises. Dans ce contexte, l’idée de promouvoir l’éducation des filles a été adoptée très tôt (dès les années 30) par le mouvement nationaliste marocain10. Ce dernier s’inspirait largement du nationalisme arabe de la fin du 19e siècle et du début du 20e, qui mettait l’accent sur la nécessité de former les femmes pour garantir leur rôle d’éducatrices des générations futures et leur permettre de contribuer de manière productive à faire évoluer le monde arabe au niveau de l’Occident11. Au lendemain de l’Indépendance, cette position défendue par le mouvement nationaliste prend une forme concrète avec l’inscription du principe de l’égalité des sexes dans la Constitution de 1962 et la mise en œuvre de politiques visant la promotion de l’éducation des filles12.

  • 13 Daoud Zakya, Féminisme et politique au Maghreb. Sept décennies de lutte, op. cit., p. 269.
  • 14 Tous ces chiffres sont repris de Zakya Daoud dans Féminisme et politique au Maghreb. Sept décennies (...)
  • 15 Roussillon Alain, Zryouil Fatima-Zahra, Être femme en Egypte, au Maroc et en Jordanie, op. cit., p. (...)

9Entre 1955 et 1962, le nombre total de filles scolarisées a quintuplé, passant de 51 286 à 296 228 (pour l’enseignement primaire et secondaire)13. En 1971, le nombre de filles inscrites dans les écoles primaires et secondaires a doublé, pour atteindre 524 488 élèves14. Durant les années 70 et 80, conformément aux conceptions développementalistes alors en vogue, cette tendance se renforce avec l’idée de l’intégration des femmes au développement15. Selon cette approche, l’une des manières de lutter contre la pauvreté des femmes est d’augmenter la productivité de leur travail en les instruisant. Depuis, le taux d’analphabétisme – même s’il reste très élevé – est en baisse constante.

  • 16 Zirari Hayat, « Évolution des conditions de vie des femmes au Maroc », Cinquante ans de développeme (...)

Tableau 3 - Évolution du taux d’analphabétisme par sexe au Maroc16

Sexe

1960

1971

1982

1994

2004

Masculin

78

63

51

41

31

Féminin

96

87

78

67

55

Ensemble

87

75

65

55

43

  • 17 Mellakh Kamal, « L’expansion scolaire et universitaire au Maroc. Aspects et enjeux », op. cit. p. 9 (...)
  • 18 Ibid.

10Mais l’augmentation réelle des effectifs scolaires qu’indique le tableau 2 dissimule un certain nombre de déséquilibres, dont les disparités notables selon le sexe et le milieu d’origine (urbain ou rural). Les filles sont proportionnellement moins nombreuses à être scolarisées : en 1994, sept femmes sur dix et quatre hommes sur dix sont analphabètes17. De même, les écarts observables entre la ville et la campagne restent tout aussi flagrants : « le développement de la scolarisation moderne est avant tout un phénomène urbain » qui peine à s’institutionnaliser dans les campagnes18.

11C’est ce qu’illustre le cas de Roukia. Benjamine d’une famille composée uniquement de filles, elle a grandi entre les années 60 et 70 dans les environs de la ville de Béni Mellal. Elle est la seule dans la famille à avoir bénéficié d’une scolarisation primaire qui lui a permis, par la suite, d’intégrer le lycée et finalement de déménager à Casablanca pour faire deux ans d’études de droit à l’université tout en vivant chez son oncle. Aucune de ses sœurs, toutes plus âgées qu’elle, n’a bénéficié d’un tel parcours scolaire. La situation a d’ailleurs peu changé depuis l’enfance de Roukia. En milieu rural, le taux d’analphabétisme des femmes reste élevé. Ces dernières, lorsqu’elles ont migré en ville durant les exodes des années 80 et 90 sont venues grossir la proportion de femmes analphabètes vivant dans les quartiers périphériques de la ville de Casablanca.

  • 19 Cette formulation semble avoir acquis un statut propre, comme une sorte de diplôme. Cette tendance (...)

12L’accès à l’école de femmes qui ont grandi en ville n’allait pas non plus toujours de soi. Les nombreux cas d’interruption scolaire relevés dans mon échantillon ne font qu’illustrer cette situation. Deux des enquêtées (Lhajja Zoubida et Siham) ont quitté l’école au niveau du primaire et deux autres (Maha et Farida) au niveau du collège. Les interruptions sont bien plus nombreuses et frappantes juste avant le baccalauréat. En tout, sept femmes déclarent avoir le « niveau bac19 », ce qui signifie qu’elles ont suivi tout leur parcours scolaire et se sont arrêtées juste avant l’examen final ; souvent parce qu’elles ont laissé tomber après avoir échoué à deux ou trois reprises. Si cette tendance traverse toutes les générations de femmes représentées dans l’échantillon, elle touche surtout celles nées entre les années 50 et 60 et beaucoup moins celles, plus jeunes et souvent plus instruites, nées dans les années 80.

13L’interruption de la scolarité coïncide souvent avec l’entrée sur le marché du travail (comme couturières ou ouvrières). Les coûts d’un investissement scolaire à long terme sont en effet difficiles à supporter pour des familles aux moyens limités. L’activité professionnelle des enfants s’avère parfois nécessaire et mène à leur sortie prématurée de l’école. Dans d’autres cas, la scolarité s’arrête lorsque la fille se marie. La continuation de la scolarité, surtout à la suite d’un premier échec au baccalauréat, est alors jugée obsolète. Dans quelques rares cas, les enquêtées me font également part des difficultés dues aux réticences de leurs parents à les laisser poursuivre une scolarité longue. C’est notamment le cas de Samira qui rapporte les obstacles qu’elle a rencontrés pour convaincre sa famille de la laisser continuer sa scolarité jusqu’au baccalauréat. Née en 1954, d’un père ouvrier et d’une mère femme au foyer, elle est la troisième fille d’une famille de neuf enfants. Bien qu’elle ait pu poursuivre ses études jusqu’au niveau du baccalauréat, elle a dû faire face à une forte réticence de ses parents.

  • 20 Samira, 55 ans, divorcée, « niveau bac », secrétaire générale d’une association socioculturelle pou (...)

« Je suis la première des filles à avoir poursuivi ma scolarité. Ma première sœur s’est mariée, l’autre n’a fait que le primaire. Ensuite elle a appris la couture, comme faisaient la plupart des filles à l’époque. J’étais la première à ouvrir la voie aux autres. (…) Je suis restée à l’école jusqu’au "niveau bac". (…) Eux [mes parents] pensaient qu’une fille doit juste savoir lire et écrire pour pouvoir se débrouiller pour de petites choses et non pas pour avoir un avenir. Pour eux, l’avenir de la femme est au foyer, avec ses enfants et son mari. Elle doit apprendre un métier artisanal (san‘a) pour pouvoir le pratiquer chez elle20. »

14Ce n’est qu’au prix de beaucoup d’efforts de persuasion, comme on le comprend bien à travers ses propos, que Samira a pu poursuivre sa scolarité.

« J’ai réussi à les convaincre de diverses manières. Parfois je me fâchais, parfois j’essayais de discuter. Puis, lorsque mes parents ont vu les difficultés que mes frères et sœurs ont rencontrées quand ils ont commencé à travailler, quand ils se sont mariés et qu’ils ont quitté la maison, ils ont compris. Par la suite, mes sœurs cadettes ont toutes fait des études secondaires, voire même supérieures. »

  • 21 Bougroum Mohammed, Trachen Ahmed, « Typologie des jeunes chômeurs diplômés à Marrakech. Une étude s (...)
  • 22 Mellakh Kamal, « L’expansion scolaire et universitaire au Maroc. Aspects et enjeux », op. cit., p.  (...)
  • 23 Ibaaquil Larbi, « Les diplômés marocains de l’enseignement supérieur : une mobilité sociale en pann (...)

15L’argument ayant définitivement convaincu ses parents n’était autre que l’exemple vécu par ses frères et sœurs aînés qui, après avoir interrompu leurs études très tôt, ont eu les plus grandes difficultés à trouver un emploi stable. L’éducation scolaire et universitaire est en effet perçue comme une manière de garantir un accès plus facile au marché du travail et, par extension, d’améliorer les chances d’une mobilité sociale intergénérationnelle. Cette perception est nourrie des besoins nés de la création, au lendemain de l’Indépendance, de milliers d’emplois dans l’Administration afin de répondre aux exigences de l’appareil bureaucratique hérité du Protectorat. Cette évolution requérait des qualifications diversifiées et des employés ayant un certain niveau d’instruction. L’obtention d’un diplôme devenait la seule compétence requise pour être recruté dans le secteur public21. C’est ainsi que « l’université s’est progressivement instituée, dans l’imaginaire social des jeunes en situation scolaire, comme une agence de fabrication de certificats et de diplômes assurant un accès automatique au fonctionnariat et favorisant une promotion sociale rapide22 ». D’ailleurs, dans une étude réalisée en 1980 auprès de couches populaires et moyennes, la grande majorité des répondants espéraient voir leurs enfants poursuivre des études supérieures23. C’est ce qui ressort aussi clairement du parcours des enquêtées : la scolarisation des enfants, l’obtention du baccalauréat, voire le passage par l’université, semblent avoir été une promesse d’ascension sociale, qui devait notamment se réaliser par l’obtention d’un emploi dans la fonction publique.

  • 24 Zirari Hayat, « Évolution des conditions de vie des femmes au Maroc », in 50 ans de développement h (...)
  • 25 Ibid., p. 176.
  • 26 Mernissi Fatima, Beyond the Veil. Male-Female Dynamics in a Modern Muslim Society, New York, Halste (...)

16Par ailleurs, entre les années 60 et 80, on observe une accélération notable de l’entrée des femmes sur le marché du travail salarié. Cette évolution, qui a touché très tôt les femmes issues de milieux pauvres et en situation de précarité (notamment les femmes divorcées ou veuves), s’est étendue par la suite à d’autres couches sociales. Petit à petit, l’instruction des filles gagne en importance dans la mesure où elle leur permet d’investir le marché du travail et de subvenir aux besoins de la famille. Ainsi, de 1960 à 1987, le taux d’activité des femmes passe de 6,9 % à 23 %, ce qui représente une augmentation significative24. Même si, dans son ensemble, l’emploi des femmes se caractérise alors surtout par le sous-emploi et la sous-qualification25, Fatema Mernissi observe, en 1975, qu’un nombre substantiel de femmes avaient réussi à intégrer la fonction publique (notamment en tant que secrétaires)26.

17C’est ainsi, qu’à la suite de l’obtention du baccalauréat, quinze femmes sur trente de l’échantillon s’inscrivent à l’université. Une y a obtenu un doctorat, huit ont obtenu une licence et six se sont arrêtées après deux années d’études en moyenne.

Tableau 4 - Niveau d’instruction des femmes de l’échantillon

  • 27 Les enquêtées cumulent souvent plusieurs formations.

Formation

Formation

Nbre de femmes27

Total

Enseignement supérieur

Doctorat

1

15

Université avec licence

8

Université sans diplôme

6

Formations

Formation professionnelle (secrétariat, administration, informatique…)

9

23

Formation artisanale, sport

9

Animation de colonies de vacances

5

Sans formation

1

1

Source : enquête personnelle

  • 28 Ibaaquil Larbi, « Les diplômés marocains de l’enseignement supérieur : une mobilité sociale en pann (...)
  • 29 Vermeren Pierre, La formation des élites marocaines et tunisiennes, Paris, La Découverte, 2001, p.  (...)
  • 30 Ibaaquil Larbi, « Les diplômés marocains de l’enseignement supérieur : une mobilité sociale en pann (...)

18Les études de droit viennent en première position : Sanaa, Mouna, Roukia, Nasma, Hind, Hasna et Jamila suivent une formation en droit privé. Selon Larbi Ibaaqil, c’est également le cas de 31,6 % des personnes ayant obtenu une licence entre 1994 et 199528. Avec le début des années 70 commence en effet un processus de massification de cette filière qui faisait partie, auparavant, de celles investies par les élites du pays. Durant les années 1980, c’est surtout la classe moyenne et pauvre qui y est représentée29. Même si, dès cette époque, la licence de droit ne garantit plus un emploi, la forte popularité qu’elle connaît encore tient probablement au fait qu’elle permet théoriquement d’accéder à toutes sortes d’emplois dans la fonction publique : magistrature, barreau, officier de police, etc. Les deux autres types de filières privilégiées sont les études de lettres (Zahra, Leila, Nawal, Houria et Latefa) et de sciences sociales (Halima, Ilham et Sophia), ce qui est également le cas de 35,7 % des personnes ayant obtenu leur licence entre 1994 et 199530.

  • 31 C’est ce qui explique d’ailleurs pourquoi, au tableau 4, le nombre total de cas répertoriés dépasse (...)
  • 32 Métier lié à la confection et consistant par exemple à créer un patron à partir du croquis d’un sty (...)

19D’autres ont suivi des formations professionnelles (secrétariat, comptabilité ou informatique) dans des écoles privées. L’orientation vers des formations professionnelles, qui n’a commencé qu’à partir des années 90, s’explique surtout par la montée du chômage des jeunes diplômés depuis les années 80 et donc par l’image de plus en plus négative de l’université (surtout de ses filières arabisées de lettres, droit et sciences humaines). D’ailleurs, des formations dans des établissements d’enseignement privés sont souvent envisagées à la suite d’un cursus universitaire comme un moyen d’accéder au marché du travail31. Une autre catégorie privilégiée est celle des formations débouchant sur les métiers de l’artisanat, notamment la couture, la broderie traditionnelle, la restauration ou encore le modélisme32. Les enquêtées ont soit suivi ce type de formation en tant qu’apprenties selon la méthode traditionnelle (comme pour Siham), soit dans des écoles privées (comme pour Maha, Meriem et Nadia). Pour celles qui ont suivi ces voies dans les années 2000, c’est très souvent par l’intermédiaire d’associations faisant office de centres de formations en tout genre (Roukia par exemple).

20Le choix d’un apprentissage de la couture est présenté comme le prolongement naturel de celui commencé dès l’enfance, à travers des pratiques quotidiennes observées chez les mères :

  • 33 Féminin de mcallam qui signifie maître artisan.
  • 34 Maha, 51 ans, mariée sans enfants, brevet du collège, couturière, présidente d’une association de q (...)

« C’était quelque chose que je connaissais de la maison. Ma mère en faisait un peu. Elle bricolait surtout. Ce n’était pas une m‘allma33, mais elle savait utiliser la machine. Pour les fêtes, elle nous faisait des robes. Donc, lorsque j’ai quitté l’école sans avoir réussi dans les études, je me suis dit que la seule chose que je pouvais vraiment réussir, ce serait la couture34. »

21Une formation en couture peut également être perçue comme une alternative aux études universitaires lorsque ces dernières n’ont pas débouché sur un diplôme ou un emploi. C’est une manière de s’adapter à la demande du marché et de contourner le problème du chômage. En effet, parmi les secteurs qui, pendant très longtemps, embauchaient surtout des femmes figuraient ceux du textile et de la confection industrielle. Par ailleurs, même en tant qu’activité rémunératrice, la couture présente l’avantage de pouvoir être pratiquée à domicile (pour les femmes du voisinage par exemple). Une formation de couture peut donc représenter un investissement à long terme, car c’est une activité parfaitement adaptée à la gestion en parallèle d’un foyer et d’une famille.

22L’accès des femmes à l’école, au lycée et à l’université a favorisé le développement de nouvelles pratiques de l’espace par les femmes. Se rendre dans ces lieux d’enseignement signifie également quitter quotidiennement le domicile parental et investir – du moins le temps d’un trajet – l’espace de la rue, traditionnellement monopolisé par la gent masculine. Ces déplacements ne vont pas toujours de soi, comme le décrit Nawal :

  • 35 Nawal, 44 ans, célibataire, licence de littérature arabe, à la recherche d’un emploi, conseillère d (...)

« Nous avions un système très strict à la maison. De la maison à l’école et de l’école à la maison. Il ne fallait surtout pas dépasser le temps nécessaire à ce trajet. Chaque minute nous était comptée. (…) Il était interdit (hrâm) de parler aux garçons. Si tu vois un homme marcher dans un sens, tu dois marcher dans l’autre35. »

  • 36 Mernissi Fatima, Beyond the Veil. Male-Female Dynamics in a Modern Muslim Society, op. cit., p. 85.

23L’accès quotidien des filles à la rue pour se rendre à l’école pouvait prendre des formes très réglementées et contrôlées, censées réduire au maximum les risques que comportait cette mixité nouvellement acquise et qui venait déstabiliser la pratique habituelle des frontières spatiales entre hommes et femmes36. L’accès des filles à l’école impliquait une transgression des normes non seulement au niveau de la rue, mais aussi à l’école, puisque petit à petit la mixité y a été instituée, non sans susciter au début une certaine résistance.

  • 37 Halima, voir note 7.

« Lorsque nous sommes passées du collège au lycée, on nous a mises dans l’ancien collège de garçons qui venait d’être transformé en lycée. Au lieu de nous envoyer dans un lycée de filles qui était éloigné, ils ont décidé que les filles intégreraient le lycée de garçons. On s’est donc retrouvé dans un lycée mixte. Pour moi, ce fut le déclic. C’était le premier changement dans ma personnalité (rire). Rapidement la question des relations filles-garçons s’est posée. Cette même année, en 1975, non, en 1972, un groupe de filles a refusé d’étudier avec les garçons. (…) Je me suis retrouvée avec le groupe des filles qui disaient : "Non, on veut étudier dans la même classe que les garçons." (…) Il y a eu des débats et je me souviens que les autres ont gagné, celles qui ne voulaient pas [être avec les garçons]. C’est parce qu’elles ont ramené leurs pères. Nous, nous ne pouvions aller demander la même chose à notre père ! (rire) (…) Mais à partir de la deuxième année, toutes les classes étaient mixtes37. »

24L’accès à l’école participe largement à l’affaiblissement des limites spatiales censées séparer les femmes de la sphère publique des hommes. Au fil du parcours scolaire puis universitaire, ces limites sont petit à petit repoussées. Chez Nawal, qui a grandi dans une famille particulièrement stricte, c’est la nécessité de se rendre à la bibliothèque municipale pour préparer son baccalauréat qui lui a permis de sortir de son quartier pour découvrir le centre-ville à l’âge de 21 ans. Pour Samira, c’est l’école et pour Nawal c’est l’université qui ont servi d’alibi pour participer à leurs premières conférences et rencontres culturelles à la maison de jeunes du quartier.

  • 38 Samira, voir note 20.

« Je ne disais pas toujours à ma famille où j’allais. Parfois je leur disais juste qu’on avait une compétition à l’école et je partais. Je leur disais que c’était l’école qui nous envoyait. Je mentais. D’ailleurs, comme des activités étaient très souvent organisées dans le cadre de l’école, parfois par l’association de parents d’élèves, et que les parents étaient invités à participer, ils connaissaient bien ce type d’activités. Alors, je leur disais parfois que j’allais au même endroit pour assister aux conférences qui se tenaient à la maison de jeunes38. »

  • 39 Club culturel installé dans la maison de jeunes du quartier.
  • 40 Nawal, voir note 35.

« A la maison, elles ne savaient pas que j’étais au club39. J’y allais en cachette. Elles pensaient que j’étais à la faculté, que j’avais cours40. »

25L’école, le lycée et l’université devenaient autant « d’espaces-alibis » pouvant servir non seulement à quitter l’espace domestique, expliquer les déplacements en dehors de la maison et justifier certaines absences, mais aussi à dissimuler la destination effective de leurs sorties. Nous verrons en effet dans le prochain chapitre que les associations et maisons de jeunes suscitaient la méfiance des parents et de l’entourage des enquêtées.

26Au fur et à mesure que les filles avancent dans leurs études, leur statut au sein de la famille change et leur position se renforce. Plus éduquées que leur entourage, elles ont acquis le statut de « l’instruite » (qârya ou encore ustâda), ce qui leur a ouvert une nouvelle marge de liberté leur permettant de prendre des décisions de façon plus indépendante.

  • 41 Idem.

« Au lycée, je portais le foulard. C’était ma famille qui me l’imposait. (…) J’étais la fille studieuse et sérieuse et plus j’avançais dans mes études, plus ils me faisaient confiance à la maison. J’ai passé mon bac fin 1986. (…) Par la suite, je me suis inscrite à la faculté. J’ai enlevé le foulard la dernière année du lycée. Petit à petit. (…) Plus j’avançais dans mes études, plus j’osais discuter de choses à la maison, émettre un avis, négocier certaines choses. (…) Lorsque j’ai eu mon baccalauréat, ils se sont dit : Nawal est sur la bonne voie maintenant. Ils me faisaient confiance41. »

27Ainsi, le parcours éducatif des dirigeantes associatives enquêtées se démarque clairement de celui de leurs parents. Elles représentent la deuxième génération qui est née et a grandi en ville, bénéficiant par là d’un accès à l’instruction. Le statut « d’instruites » ainsi acquis leur procure une marge de manœuvre et un pouvoir de décision beaucoup plus larges. Ce capital scolaire place également mes interlocutrices dans une position de « savoir » particulière au sein du quartier. Elles disposent de compétences qui les distinguent des autres femmes. Cet atout majeur représentera une ressource de poids durant leur carrière associative. Enfin, l’accès à l’enseignement s’est également accompagné d’un élargissement notable de l’espace auquel elles avaient accès. Au fur et à mesure de leur parcours éducatif, les frontières qui séparaient les femmes de la sphère publique sont en effet repoussées.

Une mobilité sociale escomptée mais inaboutie

28Malgré l’espoir qu’avaient les familles des enquêtées de voir leurs progénitures intégrer le marché du travail après avoir obtenu leur(s) diplôme(s), la recherche d’un emploi se solde pour la plupart d’entre elles par une série d’échecs. Ces derniers prennent soit la forme de longues périodes de chômage, soit l’aspect d’un bricolage professionnel marqué par une multitude de « petits emplois » et par une grande précarité.

  • 42 Parmi les neuf femmes qui n’ont pas connu de problème de chômage ou de précarité professionnelle av (...)
  • 43 Après l’obtention d’une licence de droit, il est possible de passer des concours pour intégrer la m (...)

29Parmi les trente personnes interrogées, vingt-et-une ont connu une phase plus ou moins longue de chômage avant de s’engager dans une association42. Paradoxalement, c’est surtout le cas de celles qui ont fait des études supérieures (en obtenant ou non une licence) et qui n’ont pas trouvé d’emploi à leur sortie de l’université durant les années 90. C’est par exemple les cas de Sanaa, Ilham, Mouna, Nawal et Sophia. Après avoir obtenu leurs licences, elles tentent par différents moyens d’intégrer la fonction publique (en passant divers concours43) mais échouent à chacune de leurs tentatives. Plusieurs années de chômage s’ensuivent, durant lesquelles les unes restent chez elles en attendant des jours meilleurs, alors que les autres multiplient les activités précaires pour pouvoir participer aux dépenses de la famille.

  • 44 Les programmes d’ajustement structurel sont des programmes de réforme économique mis en place par l (...)
  • 45 Destremau Blandine, Signoles Pierre, « Le difficile ajustement d’économies différenciées en rapide (...)

30Même si elles peuvent paraître paradoxales, les difficultés que rencontrent ces femmes passées par l’enseignement supérieur pour trouver un emploi n’ont rien d’exceptionnel. Endetté, le Maroc lance en 1983, suivant les exigences du FMI et de la Banque mondiale, un programme d’ajustement structurel44 articulé autour de deux axes : un programme d’assainissement financier et des mesures d’ajustement structurel et sectoriel. Il s’agissait notamment de réduire les dépenses publiques (y compris les dépenses sociales et le recrutement dans la fonction publique) afin de dégager les ressources nécessaires pour dynamiser le secteur privé. Parmi les nombreux problèmes sociaux résultant de ce processus de réformes figure le chômage structurel qui s’est alors installé au Maroc, pour s’aggraver considérablement dans les années 9045.

Tableau 5. Taux de chômage en milieu urbain, selon le diplôme

1985

1991

1996

1997

2002

2004

2006

Sans diplôme

12

11

10,5

9,6

5,6

5,4

4,5

Niveau moyen

19,1

27,1

26,2

26,7

22,4

22,2

24,8

Niveau supérieur

4,8

10,9

25,8

23,8

26,5

26,6

30,1

  • 46 Tableau repris de Emperador Badimon, Montserrat, « Diplômés chômeurs au Maroc : dynamiques de péren (...)

Source : Direction de la statistique, activité, emploi et chômage, pour plusieurs années46

  • 47 Escallier Robert, « Marges et marginalités socio-spatiales dans la ville marocaine. Changements et (...)

31Comme l’illustre bien le tableau ci-dessus, le chômage s’est nettement aggravé chez les diplômés de l’enseignement supérieur, alors qu’il touche beaucoup moins la main-d’œuvre non qualifiée ou les détenteurs de diplômes techniques. Par ailleurs, il s’agit dans la grande majorité des cas d’un chômage de longue durée (d’un à plus de cinq ans). Ce type de chômage est d’autant plus « discriminatoire » qu’il frappe tout particulièrement les jeunes et les femmes, qui sont proportionnellement plus touchées que les hommes, notamment par le chômage de longue durée47.

  • 48 Vermeren Pierre, La formation des élites marocaines et tunisiennes, op. cit., p. 291.
  • 49 Ibid., p. 405.

32Cette tendance forte s’explique par la mutation du marché du travail marocain : sous l’effet du désengagement de l’Etat en tant que principal employeur, on assiste à une réduction drastique des recrutements dans la fonction publique. Elle tient également à la dégradation de l’enseignement dans le pays, causée par les coupes sombres effectuées dans les budgets de l’éducation (dans le cadre des politiques d’ajustement) et, à partir des années 70, par une politique d’arabisation sectorielle de l’enseignement mal conduite48. Ainsi, le développement du secteur privé prôné par la doctrine néolibérale en tant que vecteur de croissance économique durable se heurte à l’inadéquation entre les compétences des diplômés issus de l’enseignement supérieur et les demandes du marché. La fermeture du marché touche surtout les diplômés qui, telles les femmes interrogées, sont sortis des filières arabisantes de l’université, ce qui entraîne un renforcement croissant de la « dualité des systèmes d’enseignement » : d’un côté les filières universitaires arabisées telles que le droit et les sciences humaines et sociales perçues comme des « voies de relégation (...) qui débouchent sur l’impasse du chômage de masse », et de l’autre côté, certaines filières scientifiques, les études de médecine et les écoles de commerce privées qui « débouchent sur des diplômes qualifiants et des carrières rémunératrices49 ».

  • 50 Cohen Shana, Jaïdi Larabi, Morocco. Globalization and its Consequences, New York, Routledge, 2006. (...)

33Les détentrices de diplômes plus techniques ou d’un savoir-faire artisanal ont moins de difficultés à trouver un emploi. Pourtant, là aussi l’emploi n’est pas nécessairement une source de stabilité économique, et les salaires restent souvent assez bas50. Kenza, qui a réussi à décrocher un emploi de secrétaire dans la fonction publique, raconte que ses frères et sœurs vivant à l’étranger lui envoient de l’argent de temps à autre. Maha, qui possédait un petit atelier de couture, voit ses affaires se dégrader à partir du début des années 90. Au début des années 2000, elle doit fermer boutique. Meriem, enseignante en modélisme, perd son emploi après un arrêt de travail. Il en va de même pour Nadia qui perd son emploi de couturière lorsque l’usine de textile dans laquelle elle travaillait ferme ses portes. Hind voit sa petite entreprise de bâtiment faire faillite au bout de quelques années seulement.

  • 51 Une manière de réduire les dépenses de l’entreprise consiste à ne pas donner de carte de travail au (...)

34Si Sanaa, Mouna ou encore Ilham peuvent se permettre de rester chez elles en attendant de trouver un emploi, toutes les autres n’ont pas cette possibilité. Elles sont ainsi nombreuses à passer – comme Nawal, Sophia ou encore Samira – des bancs du lycée ou de l’université au travail à la chaîne à l’usine (textile, électronique, pharmaceutique). Il existe différents types de contrat pour la main-d’œuvre ouvrière, mais il s’agit souvent de contrats de courte durée, renouvelables en cas de besoin. De cette manière, les entreprises peuvent économiser sur les charges sociales51. Quant aux ouvrières soumises à des contrats de ce genre, elles se retrouvent dans une situation particulièrement précaire et incertaine, comme le montre le cas de Samira (divorcée avec un enfant à charge), qui durant de nombreuses années a enchaîné les contrats de courte durée comme ouvrière. Une autre option qui s’offre à elles est le secteur informel, dans lequel elles enchaînent les emplois : commerce informel de vêtements (Samira), femme de ménage et vendeuse de galettes (Sophia), préparation de gâteaux pour les jours de fête (Meriem), cours particuliers (Farida avec l’aide de sa fille).

  • 52 Vermeren Pierre, La formation des élites marocaines et tunisiennes, op. cit., p. 291.
  • 53 Cohen Shana, Jaïdi Larabi, Morocco. Globalization and its consequences, op. cit., p. 145.

35Bien qu’elle nécessite certains moyens, une autre option possible face à la difficulté de trouver un emploi est de suivre une ou plusieurs formations professionnelles additionnelles soit dans l’artisanat, soit dans d’autres domaines tels que le secrétariat, la comptabilité et l’informatique. Les écoles privées, comme alternative à l’enseignement universitaire public, ont commencé à prendre de l’importance à partir des années 80, lorsque l’élite du pays se rabat sur les grandes écoles de commerce devenues synonymes de réussite professionnelle à haut niveau52, mais inaccessibles à la grande majorité de la population qui ne possède ni les ressources économiques, ni les compétences linguistiques et éducatives nécessaires. On assiste depuis lors au développement d’un secteur privé de formations supérieures peu régulé et au niveau parfois contestable, mais permettant d’obtenir rapidement un diplôme censé garantir un accès plus facile à l’emploi53.

36Avoir suivi un enseignement « avec de l’argent » (bî l-flûs) est non seulement considéré comme une source de prestige mais également comme la garantie d’un enseignement « qui ne peut être que meilleur puisqu’il est payant » et comme une assurance contre le chômage des diplômés ; assurance qui, dans le cas des enquêtées, n’a que très rarement abouti de manière directe à un emploi. Ainsi Latefa enchaîne une formation de gestion bancaire après avoir fait deux années d’études à l’université. Elle travaille aujourd’hui comme éducatrice pour enfants dans une association. Hasna obtient une licence en droit privé, y ajoute une formation en droit des affaires, puis s’inscrit dans une école privée de langue pour apprendre la langue allemande. Elle travaille aujourd’hui à l’accueil d’un centre de sport. Jamila a suivi en 2003 une formation en informatique après avoir terminé ses études de droit. Elle cherche toujours du travail. Kenza, insatisfaite de son poste de secrétaire dans la fonction publique, a suivi une formation en restauration dans une école privée.

  • 54 Mernissi Fatema, Les Aït débrouille du Haut Atlas, Casablanca, Le Fennec, 1997.

37Lorsque l’on observe le parcours professionnel de la plupart de ces dirigeantes d’association, on est vite frappé par la succession de « petits métiers » et l’enchaînement d’activités et de formations parfois très différentes les unes des autres. D’une occupation à l’autre, elles s’inventent et s’improvisent vendeuses, enseignantes, cuisinières, journalistes, entrepreneurs, ouvrières ou secrétaires. Au-delà de la précarité qui transparaît de ces parcours, ce bricolage professionnel dénote leur aptitude à la « débrouille54 » et une stratégie d’adaptation continuelle à la demande du marché, ou plutôt à leur perception de cette demande. Les exemples sont nombreux.

38Le cas de Samira illustre bien ce type de « bricolage ». Elle poursuit sa scolarité jusqu’au « niveau bac » avant de l’interrompre puis commence à travailler, au début des années 70, comme ouvrière spécialisée dans une société pharmaceutique. Elle quitte son emploi pendant trois ans après s’être mariée en 1973 puis reprend un emploi d’ouvrière, cette fois-ci dans une entreprise d’électronique. Quatre ans plus tard, elle doit s’arrêter à cause « d’un problème familial », et peu de temps après, elle divorce. Suite à cette séparation, elle alterne plusieurs contrats en tant qu’ouvrière, puis travaille pendant quelques mois dans une imprimerie avant de trouver un emploi de vendeuse dans un magasin de prêt-à-porter. Lorsque la propriétaire du magasin ferme boutique, Samira essaie, mais sans succès, de se mettre à son propre compte avec un commerce informel de vêtements. Après un second mariage en 1990, elle arrête de travailler pendant six ans, avant de divorcer en 1996. Contactée par un ancien collègue, elle suit alors une formation de quinze jours pour devenir journaliste et travaille ensuite comme assistante journaliste. En 2001, elle s’associe avec un collègue pour créer une revue mensuelle locale. Cette expérience s’avère peu fructueuse pour Samira : l’entreprise coûte très cher, elle est peu rentable, et Samira se brouille avec son associé. Après quelques numéros seulement, elle doit abandonner.

  • 55 C’est ce qu’observent également Shana Cohen et Larabi Jaïdi en donnant l’exemple de jeunes chômeurs (...)

39La limitation des opportunités d’emploi sur le marché du travail formel (notamment dans le secteur public), la non-valorisation des diplômes obtenus par les enquêtées et leur manque de moyens les poussent à se réinventer à plusieurs reprises en se reconvertissant, pour certaines, dans l’entreprenariat privé ou dans le secteur informel55. Mais, par la même occasion, ces parcours « bricolés » leur ont également permis – au fil des formations et des emplois consécutifs – d’acquérir un certain nombre de compétences reconvertibles en capital associatif. C’est notamment le cas des formations de couture, d’informatique, de comptabilité et de secrétariat.

40Il semblerait, enfin, que leur engagement au sein d’une association intervienne dans le prolongement même de ce bricolage professionnel : soit qu’il aboutisse à un travail rémunéré au sein d’une association, soit qu’il permette de continuer à vivoter grâce aux nombreuses ressources que le secteur associatif met à la disposition de ses acteurs et actrices. Mais si l’engagement associatif de la plupart des enquêtées est aujourd’hui couplé d’une rémunération (soit régulière soit ponctuelle), les incitations d’ordre matériel ne permettent pas d’expliquer l’engagement initial de ces dernières au sein d’une association. En début de parcours, l’engagement associatif nécessite en effet un investissement important en termes d’argent et de travail. En outre, tout au début des années 2000, les sources de financement disponibles pour ces associations étaient encore rares. Ce n’est qu’au cours de leurs premières années d’investissement au sein d’une association que de telles incitations ont réellement pris forme avec l’augmentation, à partir de 2005, des subventions accordées par l’Etat et des projets financés par des bailleurs nationaux et internationaux.

41Si la recherche d’un emploi rémunéré ne se trouvait pas au cœur de leurs motivations initiales, la frustration née du décalage vécu entre leur niveau scolaire, d’un côté, et la précarité professionnelle, de l’autre, a très certainement joué un rôle décisif.

  • 56 Mouna, voir note 2.

« Une personne qui ne travaille pas, qui ne reste qu’à la maison, s’ennuie profondément (kât qnatt). Tu te réveilles le matin, tu fais le ménage. A onze heures, tu as tout fait. Il te reste tout l’après-midi devant toi. Tu vas faire quoi ? Ou bien dormir ou alors regarder la télévision. Il n y a rien qui te… [qui t’occupe], tu comprends ? Avec ça, il y a les voisines qui viennent pour te dire : "La pauvre, elle a fait des études et maintenant elle reste à la maison !56 " »

42Ces propos de Mouna résument à eux seuls le profond malaise qui se dégage de la plupart des récits recueillis. Le sentiment qu’elle décrit porte deux visages. D’un côté, il s’agit du décalage ressenti entre les attentes de promotion sociale liées à son niveau d’instruction, de l’autre il est question des effets du désœuvrement vécu au quotidien. Nous avons vu que, contrairement à la majorité des femmes vivant dans leur entourage, elles ont toutes bénéficié d’une éducation scolaire secondaire, voire d’une formation technique ou universitaire. Ce qui les affecte donc tout particulièrement en se retrouvant au chômage, c’est le décalage qu’elles perçoivent entre, d’une part, l’espoir de trouver un emploi stable et leurs aspirations à une certaine ascension sociale et, d’autre part, la précarité qu’elles sont amenées à vivre au quotidien.

  • 57 Neveu Erik, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2005, p. 40.
  • 58 Cette école s’est notamment penchée sur les phénomènes de mobilisation à travers une approche psych (...)
  • 59 « La situation du déclassement correspond à la trajectoire d’un individu dont le statut social est (...)

43L’école dite du « comportement collectif » utilise la notion – désormais classique – de « frustration relative » pour nommer le « décalage entre des attentes socialement construites et la perception du présent57 ». Cette école voit dans ce sentiment un facteur essentiel pouvant expliquer la naissance de mobilisations58. Si la perception qu’ont les acteurs de leur vécu est qualifiée de « relative », c’est parce qu’elle ne concerne pas des individus sans ressources mais insiste plutôt sur le sentiment de déclassement59 qui peut naître, par exemple, d’une ascension sociale espérée mais non aboutie. Une telle perception ressort de nombreux récits rassemblés.

44Le passage des bancs du lycée ou de l’université au chômage ou au travail à la chaîne dans une usine est effectivement ressenti comme un coup très dur, dans la mesure où il est vécu comme une forme de déclassement social.

  • 60 Nawal, voir note 35.

« Je suis passée de l’université à un travail d’ouvrière (…). Je travaillais à la chaîne (…). J’ai ressenti ça comme un choc (sadma). J’avais du mal à accepter les conditions de travail (…). Une fille du quartier m’avait dit : "Même si tu as fait des études, essaie de baisser la tête et va travailler en usine. Tu ne peux pas rester assise comme ça à attendre." Je suis donc allée travailler à l’usine. C’était un autre monde. Aucun lien avec ce que je connaissais avant. Je pleurais sans arrêt. Je me disais : "Je me suis crevée aux études pour finir par travailler dans une usine de couture pour l’export ! " (…). Tu dois savoir que j’ai beaucoup d’ambition, moi60. »

45Si Nawal décrit le milieu ouvrier comme un « nouveau monde », rappelons ici qu’elle a elle-même grandi dans un foyer très modeste (sa mère comme porteuse de caisses et sa tante comme femme de ménage). Et pourtant, travailler à l’usine suppose pour elle de « baisser la tête » et de serrer les dents. Le profond sentiment de frustration dont elle fait part ici prend son origine dans le décalage qu’elle ressent, premièrement, entre sa vie d’étudiante et son nouveau quotidien à l’usine et, deuxièmement, entre les espoirs et ambitions qu’elle nourrissait et la difficulté de trouver un emploi valorisant. Même si Nawal est originaire d’un milieu très modeste, elle vit le travail à la chaîne comme une forme de déclassement social.

46Ce sentiment de décalage entre attentes et réalité est d’autant plus difficile à vivre que toutes ces jeunes femmes doivent faire face aux regards que portent sur elles les personnes de leur entourage, notamment celles qui n’ont pas bénéficié, comme elles, d’un parcours scolaire et/ou universitaire.

  • 61 Idem.

« J’avais aussi des problèmes avec les autres ouvrières. Les filles m’insultaient en disant : "Regardez, certaines personnes se sont tuées aux études pour finir couturières !61" ».

  • 62 Neveu Erik, Féminins/Masculins. Sociologie du genre, op. cit., p. 39.

47Nawal perçoit les réactions de ses collègues comme des « insultes » derrière lesquelles on pourrait présumer une forme de joie mauvaise devant l’échec de celle qui a eu le privilège de poursuivre un parcours universitaire, une sorte de confirmation rassurante que l’instruction n’est qu’un effort qui ne sert pas à grand-chose. Les enquêtées font souvent référence à ce regard des autres, perçu la plupart du temps comme le reflet de ce qu’elles éprouvent elles-mêmes comme un échec de parcours. Le sentiment de déclassement repose donc surtout sur des « systèmes d’attentes liés à ce que semble, dans une société donnée, la distribution légitime des ressources sociales à divers groupes de référence62 ».

48Lorsque Mouna me fait part du regard porté sur elle par ses voisines qui n’ont pas fait d’études, elle insiste sur ce qu’elle perçoit comme la satisfaction de ces dernières face à l’échec de celle qui, dans le derb, est l’une des rares filles à avoir obtenu une licence en droit.

  • 63 Mouna, voir note 2.

« Avec ça, il y a les voisines qui viennent te dire : "La pauvre, elle a fait des études (…)". Pour elles, le fait de faire des études c’est quelque chose de spécial. Les études, c’est une chose normale, mais pour elles, c’est spécial. [Elles te disent :] "Elle a fait des études et elle reste à la maison ! " Ça t’affecte, ça. [Elles te disent :] "Elle a fait des études, elle n’a pas travaillé, elle n’a rien fait63". » 

49Derrière la frustration qu’elles ressentent vient également poindre le sentiment qu’elles seraient victimes d’une injustice. Cette perception repose sur l’expérience vécue par d’autres personnes de leur entourage qui, parfois moins qualifiées qu’elles, ont réussi à obtenir un emploi au sein de la fonction publique. Elles expliquent cet état de fait, cette « injustice », comme le résultat de tractations troubles et clientélistes et en déduisent que finalement, l’attribution des postes n’est fonction ni des mérites, ni des compétences du candidat, mais du réseau de connaissances de la personne et de sa capacité de s’attirer le soutien des puissants. Selon le modèle des « frustrations relatives », un tel état d’insatisfaction est potentiellement générateur de mobilisations, notamment violentes. Il semble alors légitime de se demander pourquoi aucune des enquêtées n’est aujourd’hui mobilisée au sein d’un mouvement revendicatif. Pourquoi ne se mobilisent-elles pas, par exemple, dans le mouvement des diplômés-chômeurs qui s’engage depuis vingt ans pour une insertion, au sein de la fonction publique, de titulaires de diplômes de l’enseignement supérieur ?

  • 64 Ce passage repose sur Emperador Badimon Montserrat, « Les diplômés chômeurs de troisième cycle au M (...)

50Il semblerait qu’un ensemble de facteurs – identifiés par Montserrat Emperador-Badimon dans son travail sur le mouvement des diplômés chômeurs au Maroc – puissent éclaircir cette question64. L’auteure y montre en effet que « ressentir l’injustice n’implique en rien le passage à l’acte ». Les coûts d’un engagement aux côtés de ce mouvement sont d’abord très élevés : les mobilisations de diplômés-chômeurs sont contrôlées de près par les pouvoirs publics et font souvent l’objet de répressions policières. Par ailleurs, son étude de trois vagues de mobilisations de diplômés-chômeurs, montre que « certaines dispositions deviennent mobilisatrices » lorsque deux variables se croisent : « l’insertion dans des anciens réseaux (quelle qu’en soit la nature politique) et la détention d’un certain type de compétences, requises dans l’action collective ». Or, nous montrerons dans le chapitre 3 que le degré de politisation de la majeure partie des femmes interrogées est très faible. L’échantillon des enquêtées compte d’ailleurs très peu de femmes qui étaient préalablement mobilisées au sein d’organisations politiques. Pour nombre d’entre elles, l’entrée dans une association locale de développement représentait leur toute première expérience collective. Le chapitre 4 permettra, enfin, de montrer que les politiques actuelles de promotion du secteur associatif local ont été perçues par nombre d’entre elles comme une opportunité à saisir. Il semblerait donc que ces politiques aient contribué, dans une certaine mesure, à canaliser vers des organisations non-protestataires une partie des populations diplômées restées au chômage, évitant par là une éventuelle politisation de leur frustration.

  • 65 Kessel Martina, Langeweile. Zum Umgang mit Zeit und Gefühlen in Deutschland vom späten 18. bis zum (...)

51Par ailleurs, en parlant du temps qui a précédé leur entrée dans une association, les dirigeantes qui n’ont pas été dans l’obligation de multiplier les petits emplois précaires (soit qu’elles étaient mariées, soit qu’elles recevaient une aide financière de leurs proches) font souvent référence aux difficultés qu’elles ont eues à supporter l’ennui et le manque d’activités. Cet ennui est à la fois compris dans son sens temporel (le sentiment d’un temps trop long, d’un temps vide d’activité) et au sens d’un malaise existentiel dont les symptômes seraient, entre autres, l’insatisfaction et la nostalgie de leur vie active de lycéennes ou d’étudiantes65. L’association est alors présentée comme une manière de fuir une situation de désœuvrement qui pouvait, dans certains cas, aboutir à des problèmes d’ordre psychologique.

52Lorsqu’elles ne travaillent pas, leurs journées sont entrecoupées de temps morts pendant lesquels, à part dormir ou regarder la télévision, elles disent ne pas avoir grand-chose à faire. Les activités ménagères se concentrent sur deux moments de la journée : en début de matinée (ranger la maison, préparer le déjeuner, etc.) et 17 heures (préparer le dîner et tenir compagnie aux autres membres de la famille). Entre ces deux moments, c’est, comme elles disent, le « vide » (al-farâgh). Les quartiers dans lesquels elles vivent offrent peu d’activités envisageables pendant ce temps. Certaines regrettent de ne pas avoir à leur disposition une salle de sport ou encore une bibliothèque pour pouvoir s’occuper. Cette oisiveté forcée est d’autant plus difficile qu’elle contraste avec le temps vécu pendant la scolarité, les études ou l’activité professionnelle.

53Le fait de ne pas avoir d’occupation professionnelle est associé à une forme d’immobilisme qui contraste avec le degré d’activité qu’elles ont connu, auparavant, durant leur scolarité et leurs études. Le désœuvrement qu’elles vivent au foyer leur paraît d’autant plus difficile à supporter que leur vie antérieure leur garantissait non seulement une certaine liberté de mouvement en dehors de l’espace domestique, mais aussi un emploi du temps relativement chargé. À la liberté vécue auparavant répond l’isolement qu’elles vivent par la suite au sein du foyer familial. L’espace semble se rétracter autour d’elles, la marge de manœuvre acquise pendant leur parcours scolaire et universitaire faisant place à un quotidien qui se déroule avant tout dans l’espace limité du domicile.

54Un danger inhérent à cette oisiveté forcée est qu’elle laisse trop de temps à la réflexion sur le sentiment de « médiocrité » que leur inspire leur quotidien. Ilham ressent le vide qu’elle a vécu pendant quatre ans – entre l’obtention de sa licence en études islamiques et son engagement dans une association – comme une forme de « mort » ; elle associe le temps en « trop » qu’elle a alors passé à réfléchir sur sa vie et sur le fait « qu’elle n’a rien fait », à un long processus autodestructeur.

  • 66 Ilham, voir note 1.

« Quand une personne ne travaille pas et n’a rien à faire, cela ressemble à la mort. (…) Le travail associatif t’évite de passer ton temps à réfléchir à ta vie. De ruminer des pensées qui peuvent te détruire (attafkîr al-haddâm). Lorsque tu te dis : "J’ai vieilli, je n’ai rien fait de ma vie".66 »

55Cette attente, comparée à la mort par Ilham, fait naître la déprime chez Sanaa :

« C’est une des raisons qui m’ont poussée à m’engager dans le travail associatif. Pour ne pas déprimer. Si je reste à la maison, je déprime, je deviens léthargique. Je ne vais pas bien du tout. C’est la pire chose que j’aie eu à vivre. Je suis incapable de ne rien faire. De rester simplement à la maison. »

56Un an après cet entretien réalisé avec Sanaa, j’apprends d’ailleurs qu’avant de trouver un travail dans le secteur associatif, le sentiment de déprime dont elle m’avait fait part avait fini par prendre chez elle des formes cliniques l’obligeant à avoir recours à des antidépresseurs. Elle n’est d’ailleurs pas la seule à avoir été confrontée à une telle aggravation clinique : tant Mouna, Maria que Samira me font part d’une telle détérioration de leur état de santé mentale.

  • 67 Mouna, voir note 2.

« Je suis tombée malade. (…) C’était grave. Psychique. Mes nerfs. Je passais mes journées à dormir. Je ne sortais plus. Les filles passaient pour me voir. Alors, un jour, Sanaa m’a dit : "Tu ne vas pas rester comme ça. Tu dois sortir pour te changer un peu les idées".67 »

  • 68 Samira, voir note 20.

« Je prenais des pilules contre le stress. (…) Après 5 mois, le médecin de la famille m’a dit (…) : "Tu dois te trouver une occupation. (…) Un travail où tu t’occuperais des jeunes".68 »

  • 69 Maria, 45 ans, divorcée, « niveau bac », présidente d’une association féminine de développement soc (...)

« Je suis tombée malade dans la tête, je faisais des chutes sans raison, je m’évanouissais. (…) Il a fallu que je prenne des médicaments.69 »

  • 70 Contrairement aux femmes qui se livraient souvent à des confidences d’ordre intime, les hommes opta (...)

57Il est intéressant de revenir, ici, aux entretiens réalisés avec l’échantillon témoin de dix dirigeants hommes. Si un certain nombre d’entre eux (notamment Ali, Omar et Abdallah) ont connu de longues phases de chômage et de précarité durant leur parcours, ils font surtout référence aux difficultés économiques qui s’ensuivirent et à la frustration due au décalage vécu entre espoir d’ascension et précarité. Par contre, ils n’abordent à aucun moment la question des difficultés psychologiques qu’ils auraient eu à surmonter en raison du désœuvrement lié à ce manque d’occupation. Il faut évidemment resituer cette différence par rapport au contexte de réalisation des entretiens : interrogés par une femme, il est fort probable que les hommes aient eu moins de facilités que les femmes à se livrer à des confidences sur les phases de leurs vies qu’ils assimilent à des échecs70. Il semblerait pourtant que cette différence entre hommes et femmes découle aussi de leur accès inégal à des espaces alternatifs pouvant leur permettre de « passer le temps », voire de se divertir. Les femmes ne disposent pas, en effet, de la même liberté de mouvement que les hommes et n’ont pas la même facilité d’accès à certains espaces fréquentés par les hommes tels que les cafés. Les effets psychologiques du chômage et du désœuvrement qui peut en résulter semblent tendanciellement plus importants chez les femmes que chez les hommes. L’importance accordée par les enquêtées à l’association en tant que manière de fuir l’ennui, voire la déprime, serait donc surtout un phénomène qui touche les femmes ; indiquant par là le caractère genré de certaines incitations à l’engagement.

Le vide affectif : des situations familiales parfois lourdes à porter 

  • 71 Farah, 20 ans, mariée, baccalauréat, sans emploi, secrétaire générale d’une association de développ (...)

« Tu dois absolument faire un entretien avec moi parce que je suis actrice associative alors que je suis mariée ! Tu n’en trouveras que très peu des comme moi71 ! »

  • 72 Quelques mois après ma rencontre avec Farah, cette dernière a d’ailleurs réduit ses activités assoc (...)
  • 73 Jansen Willy, Women without Men. Gender and Marginality in an Algerian Town, Leiden, E.J.Brill, 198 (...)

58D’apparence chétive, les cheveux recouverts d’un foulard rose, Farah me regarde du haut de ses 20 ans, un sourire triomphant aux lèvres. J’apprends par la suite qu’elle est mariée depuis peu et vice-présidente d’une association de jeunes de quartier. Le président de l’association n’est autre que son mari. Nous sommes en novembre 2007, et je viens d’assister à une formation destinée à des dirigeantes d’association autour du thème de la proximité. C’est mon tout premier contact avec des représentantes d’association de quartier, et j’en profite pour me présenter aux femmes assistant à la formation et solliciter leur aide. Dès cette première rencontre, Farah m’aura donc prévenue : je trouverai peu de femmes mariées durant mes investigations. Une constatation qui s’est en effet vérifiée très rapidement sur mon terrain : sur trente femmes, seules sept sont mariées72. Par contre, onze sont célibataires, neuf divorcées et trois sont veuves. Comment expliquer cette surreprésentation de ce que certains auteurs appellent des « femmes sans homme73 » ?

59Début février 2007, nous sommes au siège de l’un des arrondissements étudiés. Dans une salle de réunion et autour d’une grande table sont assises une vingtaine de femmes. En retrait, quelques hommes se sont joints à la rencontre, sans y avoir été conviés. Toutes les femmes présentes sont membres du bureau exécutif d’associations locales actives dans l’arrondissement. Toutes se sont réunies ce jour-là pour réfléchir à la création éventuelle d’un réseau de dirigeantes d’association dans le quartier. Elles en sont déjà à leur deuxième réunion autour de la question. Lors de la première rencontre tenue une semaine plus tôt, Sanaa, l’instigatrice de ce projet, avait présenté son idée aux autres femmes en insistant sur les deux objectifs majeurs d’un tel regroupement : à travers leur union, les femmes de la région gagneraient en force sur la scène associative locale ; ensemble, elles pourraient organiser des formations qui permettraient de renforcer leurs propres compétences en termes de gestion et de communication. Afin de lancer le débat, elle propose, en début de cette deuxième rencontre, de faire un tour de table pour permettre aux femmes présentes de donner leur avis sur ce projet et d’émettre des propositions. Très rapidement, dans un coin de la table, des rires nerveux et des chuchotements se font entendre. Sanaa interpelle les deux femmes à l’origine de cette joyeuse perturbation et les incite à exprimer tout haut leur avis. Il s’agit de Mouna (42 ans) et d’Ilham (40 ans), respectivement vice-présidente et trésorière de l’association que préside Sanaa. Mouna se lève, un grand sourire aux lèvres :

« On se disait avec Ilham qu’un des premiers projets sur lesquels on pourrait plancher c’est que toutes les femmes mariées qui feront partie du réseau partagent leurs maris avec les non-mariées. On pourrait organiser un grand mariage commun qui servirait à trouver un mari à toutes celles qui n’en ont toujours pas ! »

  • 74 D’ailleurs, elles sont nombreuses à affirmer que le jour où elles se marieront, elles arrêteront to (...)

60Des rires fusent dans toute la salle, ôtant à la rencontre, pour quelques minutes, le sérieux que son instigatrice essayait tant bien que mal de lui donner. Pourtant, au-delà du côté anecdotique de cette scène, la proposition de Mouna est lourde de sens. Elle rappelle que malgré l’assurance que nombre d’entre elles affichent face à leur célibat, ce statut reste difficile à vivre et rarement voulu. Comme le montre l’intervention de Mouna, le mariage est une thématique omniprésente de leur quotidien. Les participantes abordent la question en toute occasion, tantôt sur un ton rieur, tantôt d’une manière sérieuse, jugeant du bon parti de tel ou tel habitant du quartier ou discutant des caractéristiques et des atouts de l’époux idéal74.

61En attendant, l’engagement au sein d’une association vient remplir ce qu’elles décrivent comme un « vide affectif » causé par le célibat : « Quand tu n’as pas de mari, pas d’enfant, il y a ce vide. Alors ce que tu fais, c’est que tu le remplis. » (Sanaa) Si le recours à l’engagement associatif vient remplir un vide ressenti personnellement, c’est aussi une manière de fuir le regard porté sur elles par leur entourage, d’y apporter une alternative.

  • 75 Maha, voir note 34.

« Tu sais, quand la femme approche des quarante ans et qu’elle ne s’est pas encore mariée, qu’elle est encore avec ses parents, elle commence à… elle n’accepte pas la situation… (…), elle ne veut pas qu’on se mêle de sa vie, du choix du mari, du fait qu’elle ne pourra pas avoir d’enfants. Alors c’est pour ça que certaines préfèrent aller se changer les idées dans l’association75. »

  • 76 El Harras Mokhtar, « Les mutations de la famille au Maroc. » in 50 ans de développement humain et p (...)
  • 77 Kadiri Mouna, « Un vrai phénomène social : l’explosion du célibat au Maroc », L’Economiste, édition (...)
  • 78 Achehbar Samir, Lamili Nadia, « Célibataires ou bikheer », Tel Quel, n° 241, 30 septembre-6 octobre (...)
  • 79 Kadiri Mouna, « Un vrai phénomène social : l’explosion du célibat au Maroc. », op.cit.
  • 80 El Harras Mokhtar, « Les mutations de la famille au Maroc », op. cit., p. 117 ; Bouzenirh Fatima, « (...)

62Notons ici que la proportion de célibataires dans le pays est passée, entre 1968 et 1998, de 35,8 % à 55,6 % pour les hommes et de 17 % à 44,8 % pour les femmes76. Selon de récentes estimations, la ville de Casablanca se situerait d’ailleurs en tête de liste avec un taux atteignant 63,1 % (49 % chez les femmes)77. Une tendance que la presse du pays présente depuis peu comme « un nouveau fait de société78 » ou encore « un vrai phénomène social79 ». Plusieurs raisons expliqueraient l’évolution de ces chiffres. À leur tête se situent les conditions socio-économiques qui, de plus en plus contraignantes, rendent l’union difficile : le chômage des jeunes, la prolongation de la scolarité, la difficulté de trouver et de payer un logement sont autant de facteurs qui nourrissent ce phénomène80.

  • 81 Haut Commissariat au Plan, Recensement général de la population et de l’habitat 2004. Caractéristiq (...)
  • 82 El Harras Mokhtar, « Les mutations de la famille au Maroc », op. cit., p. 118.
  • 83 « Célibataires ou bikheer », op. cit.

63Mais cette augmentation du nombre de célibataires concerne surtout les personnes âgées entre 20 et 34 ans. En 2004, l’âge moyen au premier mariage chez les femmes en milieu urbain était de vingt-sept ans81. Dans la tranche des 35-55 ans, la plus représentée au sein de l’échantillon étudié, le célibat reste un phénomène rare. Selon Mokhtar El Harras, ne pas se marier reste un acte involontaire au Maroc : « Le célibat est toujours socialement dévalorisé, et la plupart des femmes célibataires cherchent à s’en débarrasser82 ». Si l’hebdomadaire Tel Quel titrait en 2006 l’un de ses articles « Célibataires ou bikheer » (Célibataires et bien dans sa peau), les auteurs de l’article concluent toutefois que ces derniers doivent faire face « à la pression inouïe qu’exerce la société » et affronter le « regard peu amène qu’elle pose » sur eux. Une pression qui s’exerce d’ailleurs davantage sur les femmes que sur les hommes83.

  • 84 Zirari Hayat, « Évolution des conditions de vie des femmes au Maroc », op. cit., p. 183.
  • 85 Ibid., p. 180.

64La situation est également difficile pour les femmes chefs de ménage. En milieu urbain, leur proportion est passée de 11 % en 1960 à 19,3 % en 1991 pour atteindre 20,2 % en 1998. La grande majorité de ces chefs de famille femmes sont soit divorcées soit veuves84. C’est également le cas de onze femmes de mon échantillon, qui comprend huit femmes divorcées et trois veuves. Le statut de « femme seule » est particulièrement lourd à porter dans ces cas-là, car non seulement il attire le « regard dépréciateur et suspicieux de la société85 » mais il signifie en outre, dans la grande majorité des cas, une baisse sensible du niveau de vie des femmes concernées.

  • 86 El Harras Mokhtar, « Les mutations de la famille au Maroc », op. cit., p. 118.

65D’une manière générale, le divorce affecte négativement le statut socio-économique des femmes86, surtout lorsqu’elles n’appartiennent pas, comme c’est le cas ici, à des catégories socioprofessionnelles élevées leur garantissant une certaine indépendance économique. D’ailleurs, pour se protéger des rumeurs entourant les femmes divorcées vivant seules, pour économiser sur les frais de loyer et trouver une aide pour la garde des enfants, elles n’ont souvent d’autre choix que de retourner vivre dans le foyer parental.

  • 87 Samira, voir note 20.

« Je suis retournée dans ma famille. Je n’avais pas les moyens de vivre à Casablanca parce qu’à l’époque, c’était très cher. (…) Pour une chambre de cette taille, tu devais payer 800 dirhams et donner une avance de 10 000 dirhams. (…) De cette façon je pouvais aussi laisser ma fille chez ma mère lorsque j’allais au travail87. »

  • 88 Debarre Fanny, « Famille et contrôle social : la normativité à l’épreuve des ruptures familiales », (...)

66Le retour au domicile parental peut représenter une grande source de conflits. C’est l’une des principales observations qui ressort du travail effectué par Fanny Debarre sur ce qu’elle appelle les « femmes seules » (divorcées, veuves, célibataires). Elle met notamment en évidence que lorsqu’elles repartent vivre au sein de leur famille, les femmes divorcées font face à la réprobation familiale et à la dévalorisation de leur rôle aux yeux de la famille. Cela peut notamment prendre la forme de rapports conflictuels autour du partage des tâches ménagères ou de la participation au budget familial. Par ailleurs, ce statut vécu au sein de la famille « découle directement de la stigmatisation à l’échelle plus globale de la société marocaine (…) du statut de ces femmes sorties de leur rôle de mère-et-épouse-avant-tout88 ».

  • 89 Bouzenirh Fatima, “Le no woman’s land : l’espace individuel de la femme », op. cit., p. 218.

67Socialement, l’entourage a tendance en effet à mettre l’accent sur leur « échec » à fonder un foyer. Elles sont, par ailleurs, créditées de mœurs légères et représenteraient un danger majeur en tant que « voleuses de maris »89.

  • 90 Ibid.

« Lorsque je suis restée seule, une femme seule avec sa fille. (…) Où que tu ailles, quand tu es encore jeune et belle, tu peux être sûre que les femmes ne vont pas t’apprécier. Et moi, je me faisais belle en toute occasion. Parce que je suis comme ça. Je le fais pour moi-même, pas pour les autres. (…) Les femmes de la famille, les amies, toutes se sont éloignées de moi. Surtout celles qui sont mariées90. »

  • 91 Meriem, 47 ans, divorcée, « niveau bac » et formation de couture, à la recherche d’un emploi, vice- (...)

« Ça a été très difficile après le divorce. J’étais… Tu connais la société marocaine… Comment elle réagit… je n’ai… j’ai eu du mal à accepter91. »

  • 92 Si la nouvelle Moudawana, réformée en 2004, intègre l’idée de partage des biens et facilite l’obten (...)

68A cela, s’ajoute le sentiment de profonde vulnérabilité vécue durant le processus de rupture qui précède le divorce effectif. Pour certaines, obtenir le divorce n’était pas toujours facile et a parfois nécessité plusieurs mois, voire plusieurs années de démarches face à la justice. Je rappelle ici que selon l’ancien Code du statut personnel, l’obtention du divorce par une femme passait par une procédure très complexe qui pouvait durer de nombreuses années, les femmes devant notamment prouver qu’elles avaient été maltraitées par leur mari. En outre, l’ancien Code ne garantissait pas le partage des biens acquis tout au long du mariage, laissant souvent les femmes sans ressources après un divorce92.

  • 93 Bouzenirh Fatima. « Le no woman’s land : l’espace individuel de la femme », op. cit, p. 222.
  • 94 D’après Hayat Zirari, « en milieu urbain, le taux de pauvreté des femmes veuves est deux fois plus (...)

69Les femmes veuves ne vivent pas une stigmatisation semblable à celle des femmes divorcées et bénéficient d’une plus grande indulgence de la part de la société93. Par contre, les problèmes économiques qu’elles rencontrent sont tout aussi importants94. Comme les femmes divorcées, elles sont particulièrement vulnérables à la pauvreté.

  • 95 Latefa, 45 ans, veuve, études universitaires interrompues, à la recherche d’un emploi, secrétaire g (...)

« Je travaillais en usine au début. Mais pas de manière régulière. Parfois je travaillais pendant quatre ou cinq mois, et puis je m’arrêtais. J’ai une pension de mille cinq cent dirhams mais ce n’est pas suffisant. Je touchais aussi le loyer de cet appartement mais il me fallait plus d’argent. Je laissais les enfants chez ma mère quand ils étaient encore petits95. »

70Latefa s’est retrouvée veuve à l’âge de 36 ans avec deux enfants en bas âge à sa charge. Hanane avait 40 ans à la mort de son mari, et ses enfants étaient un peu plus âgés que ceux de Latefa, mais ils allaient encore à l’école et avaient besoin de l’aide de leur mère, qui ne travaillait pas à la mort de son mari (ouvrier de profession).

71Comme les enquêtées célibataires, les femmes divorcées et veuves représentées dans l’échantillon font aussi référence au « vide affectif » causé par la séparation de leur mari ou par le décès de ce dernier pour expliquer les raisons qui les ont initialement amenées à s’engager au sein d’une association. Mais leurs propos laissent aussi transparaître une autre raison liée au changement dans leur situation de famille : l’investissement au sein d’une association peut également répondre au désir de s’insérer dans des réseaux sociaux pouvant éventuellement les soutenir pour venir à bout des difficultés que leur impose leur vie de mères vivant seules. C’est ce qu’atteste, par exemple, le cas de Latefa :

  • 96 Idem.

« Après la mort de mon mari, en 2000, je suis retournée à Casablanca. Et c’est en 2002 que j’ai intégré l’association de parents d’élèves. (…) Je me suis lancée dans l’associatif pour aider mes enfants et pour remplir un peu le vide. (…) Avec la mort de mon mari, j’ai eu des problèmes. Beaucoup de difficultés. C’est normal. Je voulais oublier96. »

  • 97 Belarbi Aicha, « Salariat féminin et division sexuelle du travail dans la famille. Cas de la femme (...)

72Dans ce contexte, la situation des femmes mariées est un peu particulière. Si elles ne travaillent pas en dehors du foyer, c’est avant tout pour des raisons familiales. Le plus souvent, la nécessité de travailler ne se fait pas directement sentir puisque, fidèles à l’équation « maison égale présence féminine97 », elles prennent en charge la gestion du foyer pendant que les maris travaillent. Cette division des tâches n’est pourtant pas toujours voulue et leur est parfois imposée lorsque, par exemple, leur mari ou leur belle-famille s’opposent farouchement à ce qu’elles travaillent. Si, dans ce cas, le fait de ne pas avoir d’occupation professionnelle procède plus d’un « choix » (même si ce n’est pas toujours le leur) que de difficultés à trouver un emploi, le manque d’occupation professionnelle qu’elles vivent contraste souvent – comme chez nombre des autres cas étudiés – avec leur parcours scolaire ou universitaire.

  • 98 Farah, voir note 71.

« Elles [les femmes mariées] sont nombreuses à se dire : quand j’étais jeune et étudiante ma vie était pleine, et lorsque je me suis mariée, je suis restée à la maison et ma vie est devenue vide. Elle a perdu de son sens98. »

73C’est notamment le cas de Roukia, qui parle en détail des difficultés qu’elle a rencontrées une fois mariée. Née au début des années 60 dans la banlieue rurale de Béni Mellal, elle est la seule fille de sa famille à avoir poursuivi une scolarité complète. Après avoir décroché son baccalauréat, elle s’installe chez son oncle à Casablanca pour y poursuivre des études de droit. Elle interrompt ses études au moment de se marier. Le jeune couple s’installe chez la famille du mari où elle voit sa vie prendre une toute nouvelle tournure : habituée, en tant qu’étudiante, à une certaine marge de manœuvre, ses sorties sont dorénavant restreintes, sa belle-famille ne l’autorisant pas à travailler.

  • 99 Roukia, 42 ans, mariée, études universitaires interrompues, femme au foyer, présidente d’une associ (...)

« On a emménagé avec mon mari chez sa famille. Cette famille était très conservatrice. Une nouvelle vie. Je n’avais pas le droit de sortir. (…) Je m’abêtissais. Je voulais changer ma situation. Je voulais me rendre utile, ne pas rester toute la journée à la maison à ne rien faire. (…) Mes copines étaient dans la même situation, voire pire. On discutait sur notre rôle et notre but dans la société99. »

  • 100 Buscatto Marie, « Syndicaliste en entreprise. Une activité si "masculine" », in Fillieule Olivier, (...)

74C’est ainsi que Roukia et ses voisines décident de créer une association pour enseigner la couture à d’autres femmes du quartier. S’engager dans une association en tant que femmes mariées présente pourtant des obstacles que les « femmes seules » ne rencontrent pas. La plupart des personnes interrogées affirment que le principal obstacle rencontré par les femmes mariées relève de ce que Marie Buscatto identifie comme « la difficile articulation des temps sociaux par les femmes100 ». Les absences répétées qui gagnent en fréquence au fur et à mesure que s’intensifie l’engagement associatif sont difficilement compatibles avec les tâches domestiques imparties aux femmes au sein du foyer. Au-delà des réunions et des après-midi passés au sein de l’association, il faut compter des journées entières en cas de formation, plusieurs journées de suite en cas de déplacement en dehors de Casablanca. Ces activités signifient d’abord du « temps en trop » passé dans l’association et par extension du « temps en moins » disponible pour s’occuper de la famille, du foyer, du mari et des enfants. Les absences répétées sont la source de conflits récurrents au sein de la famille.

  • 101 Hind, 47 ans, mariée, baccalauréat, présidente d’une association féminine de développement social p (...)

« Je passe la moitié de mon temps dehors et un tiers reste pour la maison. Ça pose un problème. (…) Ce n’est pas évident de pouvoir voyager, d’être toujours en train de rentrer et de sortir [de la maison]. Ce n’est pas possible101. »

  • 102 Roukia, voir note 99.

« Avec ma famille, ce n’est pas facile. Mon fils est en pleine puberté. Ils me reprochent que l’association a pris leur place. [Ils me disent :] "On ne te voit plus ! " Mon mari est compréhensif mais, de temps en temps, il n’en peut plus102. »

Ainsi, comme le décrivent Majid et Latefa ci-dessous, le mariage signifie souvent l’arrêt définitif de l’engagement associatif :

  • 103 Majid, 40 ans, marié, brevet de collège et formation professionnelle, président d’une association d (...)

« La trésorière de notre association (…), c’est quelqu’un que j’apprécie beaucoup. Elle n’est plus dans notre association, la pauvre. Elle s’est mariée. Son mari ne sait rien du travail associatif. Il l’a obligée à rester chez elle. C’est dommage103. »

  • 104 Latefa, voir note 95.

« Le problème chez les autres femmes, c’est que la plupart sont mariées. C’est ça le problème. Passer de huit heures du matin à midi dehors comme moi aujourd’hui, ce ne serait pas possible pour elles. Et en plus sortir pour faire ce genre de choses. Les maris n’acceptent pas. C’est le problème. Elles aimeraient bien remplir le temps, mais elles ne peuvent pas s’engager lorsqu’elles sont mariées. (…) Quand elles sont mariées [tout en étant dans une association], c’est que déjà à la base il y a quelque chose qui ne va pas entre elles et leurs maris. Que l’un ne s’intéresse pas à l’autre104. »

  • 105 Chekroun Mohamed, Famille, Etat et transformations socio-culturelles au Maroc, Casablanca/Rabat, Ok (...)

75Alors que Majid et Latefa déplorent la non-participation des femmes mariées, ils ne remettent pas en question cette situation. Latefa, qui est veuve, va même jusqu’à suggérer que l’engagement associatif d’une femme mariée est le signe d’un dysfonctionnement au sein du couple. D’ailleurs, si les femmes mariées que j’ai interrogées me font part des critiques exprimées par leur entourage à l’égard de leur engagement associatif, elles ne semblent pas penser que celles-ci sont injustifiées. Lorsqu’elles combinent vie familiale et vie associative, alors les femmes en question présentent souvent leur engagement associatif comme une forme de « désertion ». Ceci rappelle l’observation faite par Mohamed Chekroun, qui montre que les femmes perçoivent souvent leur activité professionnelle comme une menace pour la cohésion de la famille. Dans le prolongement de cette observation, il identifie le salaire comme un alibi pouvant servir aux femmes à se racheter vis-à-vis de leur entourage105. Or, dans un premier temps, l’engagement associatif reste une occupation bénévole qui ne génère pas (ou peu) de rémunérations pouvant légitimer, matériellement, les absences répétées des dirigeantes associatives. Qui plus est, l’engagement au sein d’une association a un prix : le transport (le plus souvent en bus ou en taxi), les cotisations et les factures de téléphone occasionnent des frais qui sont couverts par le budget familial. Cette situation accentue notablement les tensions générées au sein du couple et justifie de manière notable, aux yeux des femmes en question, la tendance à la salarisation de ces activités que je décrirai dans le chapitre 6.

  • 106 D’ailleurs, plus l’engagement prend de l’ampleur, plus le besoin de prouver qu’il n’a aucune réperc (...)

76La gêne occasionnée par ces absences s’exprime également à travers leur manière d’insister continuellement sur le fait que, malgré leur engagement associatif, elles ne font jamais défaut à leurs fonctions de femmes au foyer, à leurs rôles de mère et d’épouse106. Toutes insistent sur leurs capacités à s’occuper du foyer tout en s’engageant, parfois à plein temps, au sein de l’association. Être acteur associatif implique en effet de rester une parfaite ménagère et de s’occuper de tous les besoins de la famille, comme si l’engagement au sein de l’association n’avait pas lieu.

  • 107 Farida, 51 ans, mariée, brevet de collège, femme au foyer et présidente d’une association d’athléti (...)

« Si je dois tarder, je prépare le dîner à l’avance. Je mets la sauce à cuire et je prépare les pâtes. Il n’y a vraiment aucun problème. Pendant la journée, mon mari ne rentre pas déjeuner. Il sort le matin à huit heures. Je range la maison et je prépare toujours tout avant de sortir107. »

  • 108 Hanane, 44 ans, veuve, « niveau bac », formations de comptabilité et de couture, présidente d’une a (...)

« Au début, j’avais des problèmes avec mon mari qui pensait que mon travail dans l’association et le travail à la maison n’étaient pas compatibles. Que je n’allais pas avoir suffisamment de temps pour ma famille. Mais c’est tout à fait possible. Tout est une affaire d’organisation. Même si c’est très difficile. Je me réveille à l’aube pour préparer le déjeuner. A sept heures du matin, je prépare les enfants pour l’école. A neuf heures commence ma journée de travail dans l’association108. »

  • 109 Le phénomène du cumul des tâches par les femmes a surtout été observé dans les travaux dédiés au tr (...)

77Au lieu d’assister à une redistribution des tâches au sein du foyer, on observe plutôt un cumul des tâches associatives et ménagères (auxquelles s’ajoute parfois un emploi salarié) qui est souvent difficile à gérer109.

78Ce retour sur les situations familiales des enquêtées permet de mettre en évidence trois principaux points. Dans un premier temps, il éclaire certaines des motivations qui ont conduit les femmes vivant seules à s’engager. L’investissement associatif permet tant de remplir un vide affectif que de s’insérer dans des réseaux de sociabilité pouvant les aider à venir à bout de leurs nouvelles responsabilités. Si le désir de donner plus de consistance à leur quotidien incite également les femmes mariées à s’engager, l’étude de leur situation familiale montre que l’articulation difficile des temps sociaux tend à limiter leur nombre au sein de ces associations. Comme cela a pu être montré dans de nombreux autres contextes sociaux, l’engagement associatif des femmes ne s’accompagne pas d’une redistribution des tâches au sein de la famille, mais plutôt d’un cumul souvent difficile à gérer des fonctions imparties aux femmes. A travers ce détour, il nous est enfin possible d’identifier le vide affectif auquel font référence les « femmes seules », non seulement comme un motif d’engagement, mais également comme un atout (ou une ressource) qui leur est spécifique et qui peut expliquer leur nette surreprésentation au sein des associations étudiées. N’étant pas soumises aux mêmes contraintes de rôle auxquelles se plient les femmes mariées, elles disposent d’une plus grande marge de manœuvre qu’elles peuvent reconvertir en capital associatif.

  • 110 Selon ce modèle, les individus mécontents ou déçus, par exemple, d’un service public, d’une cause o (...)
  • 111 Hafaiedh Abdelwahab, « Trajectoires de chômeurs diplômés en Tunisie. L’attente, l’ailleurs et la co (...)

79L’association a été décrite dans la présente partie comme une voie alternative aux déceptions privées vécues par les enquêtées. Le modèle d’analyse proposé par Albert Hirschman nous incite à envisager l’existence d’une option alternative : celle de l’exit par la voie de l’émigration110. Le désir de quitter le pays, de tenter sa chance au dehors est effectivement une thématique qui revient dans certains récits (notamment chez Khadija, Nawal, Kenza et Jamila). Le départ et l’installation en Europe sont conçus comme une possibilité de trouver un travail gratifiant et valorisant, de rencontrer un mari qui s’avèrerait plus conciliant et tolérant que leurs compatriotes et de s’éloigner des règles que leur impose leur entourage. Mais dans la plupart des cas, ce départ reste avant tout « rêvé », le voyage reste « intérieur »111. De nombreux facteurs rendent, en effet, le départ difficile : l’insuffisance de leurs propres ressources matérielles, les restrictions de plus en plus sévères qui limitent l’entrée sur le territoire européen, la peur de l’inconnu et – pour certaines – l’hésitation à abandonner leurs parents (surtout lorsque ces derniers vivent seuls et dépendent de la présence de leur fille auprès d’eux). Seules Kenza et Nawal ont envisagé de manière concrète un tel départ : Nawal par la voie du mariage avec un Européen, Kenza par la voie d’une association internationale de chantiers de jeunes. Si la première a finalement réussi à s’installer en Europe après de nombreuses tentatives infructueuses, la deuxième a décidé d’abandonner la partie après s’être vue refuser le visa à plusieurs reprises. C’est en réaction à cette série de refus que Kenza décide, en 2006, de créer – à 47 ans – une association de développement social dans son quartier de Tit Mellil : « Je me suis rendue compte que partir c’était fuir la réalité, et puis maintenant je suis trop vieille pour bouger de toute façon.

Notes

1 Ilham, 40 ans, célibataire, licence d’études islamiques, monitrice et trésorière d’une association féminine de développement social créée en 2002.

2 Mouna, 42 ans, célibataire, licence de droit, monitrice et vice-présidente d’une association féminine de développement social créée en 2002.

3 Leila, 41 ans, divorcée, licence en littérature arabe, institutrice et présidente d’une association féminine de développement social créée en 2006.

4 Mouna, voir note 2.

5 Nasma, 43 ans, célibataire, licence de droit, secrétaire générale d’une association représentant de jeunes diplômés à la recherche d’emploi créée en 2000.

6 Haut Commissariat au Plan, Recensement général de la population et de l’habitat, 2004. URL : www.hcp.ma. A titre comparatif, le pourcentage de femmes possédant un tel diplôme dans les arrondissements plus aisés de Anfa et de Maârif était, en 2004, respectivement de 12,8 % et 16,1 %.

7 Halima, 53 ans, divorcée, doctorat, enseignante universitaire et présidente d’une association féminine de développement social créée en 1999.

8 Sanaa, 40 ans, célibataire, licence en droit, présidente d’une association féminine de développement social créée en 2002.

9 Mellakh Kamal, « L’expansion scolaire et universitaire au Maroc. Aspects et enjeux », in Geisser Vincent (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, CNRS, Paris, 2000, p. 93.

10 En 1934, un Comité d’action marocain propose un plan de réforme aux différentes autorités en place (le sultan, le gouverneur français et la Résidence générale) demandant notamment l’enseignement obligatoire pour les enfants de 6 à 12 ans, y compris pour les filles. Daoud Zakya, Féminisme et politique au Maghreb. Sept décennies de lutte, Casablanca, EDDIF, 1996, p. 246.

11 Roussillon Alain, Zryouil Fatima-Zahra, Être femme en Egypte, au Maroc et en Jordanie. Paris/Le Caire/Rabat, Aux lieux d’être, 2006. p. 7 ; Mernissi Fatema, Beyond the Veil. Male Female Dynamics in a Modern Muslim Society, New York, Halsted Press, 1975, p.xi.

12 Précisons que le Code du statut personnel est édicté quelques années plus tôt, en 1958. Ce dernier codifie l’inégalité de fait entre hommes et femmes, en plaçant celles-ci sous la tutelle de ces derniers.

13 Daoud Zakya, Féminisme et politique au Maghreb. Sept décennies de lutte, op. cit., p. 269.

14 Tous ces chiffres sont repris de Zakya Daoud dans Féminisme et politique au Maghreb. Sept décennies de lutte, op. cit., p. 279.

15 Roussillon Alain, Zryouil Fatima-Zahra, Être femme en Egypte, au Maroc et en Jordanie, op. cit., p. 12.

16 Zirari Hayat, « Évolution des conditions de vie des femmes au Maroc », Cinquante ans de développement humain au Maroc, Casablanca, 2005, p. 169

17 Mellakh Kamal, « L’expansion scolaire et universitaire au Maroc. Aspects et enjeux », op. cit. p. 94.

18 Ibid.

19 Cette formulation semble avoir acquis un statut propre, comme une sorte de diplôme. Cette tendance s’explique très probablement par l’inscription du « niveau bac » comme condition d’accès à certains concours de la fonction publique et à des formations dans le cadre d’associations et d’organisations internationales.

20 Samira, 55 ans, divorcée, « niveau bac », secrétaire générale d’une association socioculturelle pour jeunes créée en 2004 et vice-présidente d’une association féminine de développement social créée en 1999.

21 Bougroum Mohammed, Trachen Ahmed, « Typologie des jeunes chômeurs diplômés à Marrakech. Une étude sur données longitudinales », in Bougroum Mohamed, Werquin Patrick (dir.), Education et emploi dans les pays du Maghreb. Ajustement structurel, secteur informel et croissance, Actes de colloque, Céreq, Documents n° 125, Série Séminaires, juillet 1997, p. 68.

22 Mellakh Kamal, « L’expansion scolaire et universitaire au Maroc. Aspects et enjeux », op. cit., p. 97.

23 Ibaaquil Larbi, « Les diplômés marocains de l’enseignement supérieur : une mobilité sociale en panne ? », in Geisser Vincent, Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS, 2000, p. 140.

24 Zirari Hayat, « Évolution des conditions de vie des femmes au Maroc », in 50 ans de développement humain et perspectives 2025, p. 177, URL : http://www.rdh50.ma/fr/gt02.asp, [consulté le 10 juillet 2008].

25 Ibid., p. 176.

26 Mernissi Fatima, Beyond the Veil. Male-Female Dynamics in a Modern Muslim Society, New York, Halsted Press, 1975, p. 86.

27 Les enquêtées cumulent souvent plusieurs formations.

28 Ibaaquil Larbi, « Les diplômés marocains de l’enseignement supérieur : une mobilité sociale en panne ? », op. cit., p. 137.

29 Vermeren Pierre, La formation des élites marocaines et tunisiennes, Paris, La Découverte, 2001, p. 329.

30 Ibaaquil Larbi, « Les diplômés marocains de l’enseignement supérieur : une mobilité sociale en panne ? », op. cit., p. 137.

31 C’est ce qui explique d’ailleurs pourquoi, au tableau 4, le nombre total de cas répertoriés dépasse le nombre de trente femmes constituant mon échantillon. Les études universitaires sont très souvent complétées par une formation pratique privée ou par une formation artisanale.

32 Métier lié à la confection et consistant par exemple à créer un patron à partir du croquis d’un styliste.

33 Féminin de mcallam qui signifie maître artisan.

34 Maha, 51 ans, mariée sans enfants, brevet du collège, couturière, présidente d’une association de quartier créée en 1998.

35 Nawal, 44 ans, célibataire, licence de littérature arabe, à la recherche d’un emploi, conseillère de deux associations féminines de développement social créées en 2003.

36 Mernissi Fatima, Beyond the Veil. Male-Female Dynamics in a Modern Muslim Society, op. cit., p. 85.

37 Halima, voir note 7.

38 Samira, voir note 20.

39 Club culturel installé dans la maison de jeunes du quartier.

40 Nawal, voir note 35.

41 Idem.

42 Parmi les neuf femmes qui n’ont pas connu de problème de chômage ou de précarité professionnelle avant de s’engager dans une association, deux (Gihane, Bouchra) sont encore étudiantes, deux autres ont réussi à décrocher un emploi comme secrétaire dans la petite fonction publique (Kenza et Maria) et deux travaillent comme enseignantes dans une école privée (Leila et Houria). Siham possédait un petit atelier de couture. Halima est titulaire d’un doctorat et enseigne à l’université. Lhajja Zoubida avait repris en main les affaires de son père après le décès de ce dernier et celui de son mari.

43 Après l’obtention d’une licence de droit, il est possible de passer des concours pour intégrer la magistrature, le barreau, l’école des cadres ou encore pour devenir officier de police.

44 Les programmes d’ajustement structurel sont des programmes de réforme économique mis en place par le Fonds monétaire international et la Banque mondiale. Ces réformes sont subordonnées aux aides financières accordées par ces organismes et au rééchelonnement de la dette des pays en voie de développement. Elles se traduisent, entre autres, par des mesures de déréglementation, de privatisation et de réduction des dépenses publiques.

45 Destremau Blandine, Signoles Pierre, « Le difficile ajustement d’économies différenciées en rapide mutation », in Gamblin André, Maghreb Moyen-Orient Mutations, Dossiers et images économiques du Monde, Paris, SEDES, Dossier 17, 1995, p. 58-61.

46 Tableau repris de Emperador Badimon, Montserrat, « Diplômés chômeurs au Maroc : dynamiques de pérennisation d’une action collective plurielle », L’Année du Maghreb, 2007, p. 299.

47 Escallier Robert, « Marges et marginalités socio-spatiales dans la ville marocaine. Changements et permanences », Cahiers de la Méditerranée [en Ligne], 2004, vol. 69, p. 4, URL : http://cdlm.revues.org/index778html [consulté le 18 novembre 2009] ; Ibaaquil Larbi, « Les diplômés marocains … op.cit., p. 143-144.

48 Vermeren Pierre, La formation des élites marocaines et tunisiennes, op. cit., p. 291.

49 Ibid., p. 405.

50 Cohen Shana, Jaïdi Larabi, Morocco. Globalization and its Consequences, New York, Routledge, 2006. p. 140. Les deux auteurs y précisent que la plupart des fonctionnaires et des salariés de niveau intermédiaire et employés dans le secteur privé ne pourraient pas s’établir en tant qu’adultes indépendants sans l’aide de leur famille.

51 Une manière de réduire les dépenses de l’entreprise consiste à ne pas donner de carte de travail aux ouvriers et ouvrières. De cette manière, l’entreprise peut refuser de payer un salaire minimum, de s’acquitter des charges sociales ou encore des primes d’ancienneté. Pour de plus amples détails, voir Mernissi Fatema, « Comment priver une ouvrière de son salaire minimum », in Mernissi Fatema (dir.), Femmes partagées. Famille – Travail, Casablanca, Le Fennec, 1988, p. 59-78.

52 Vermeren Pierre, La formation des élites marocaines et tunisiennes, op. cit., p. 291.

53 Cohen Shana, Jaïdi Larabi, Morocco. Globalization and its consequences, op. cit., p. 145.

54 Mernissi Fatema, Les Aït débrouille du Haut Atlas, Casablanca, Le Fennec, 1997.

55 C’est ce qu’observent également Shana Cohen et Larabi Jaïdi en donnant l’exemple de jeunes chômeurs reconvertis dans le piratage de chaînes satellites et de logiciels informatiques à Derb Ghellaf. Cohen Shana, Jaïdi Larabi, Morocco. Globalization and its consequences, op. cit., p. 138. Il en va de même dans d’autres pays. Julia Elyachar montre par exemple, à travers l’exemple de l’Egypte, comment la « génération de l’ajustement structurel » arrive à contourner le chômage en se rabattant sur le secteur informel à travers des micro-entreprises créées avec l’aide d’ONG et de bailleurs internationaux. Voir Elyachar Julia, Markets of dispossession. NGOs, Economic Development, and the State in Cairo, Durham and London, Duke University Press, 2005.

56 Mouna, voir note 2.

57 Neveu Erik, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2005, p. 40.

58 Cette école s’est notamment penchée sur les phénomènes de mobilisation à travers une approche psychosociologique. Parmi les auteurs qui ont marqué la notion de « frustration relative », on compte Gurr Ted, Why Men Rebel ?, Princeton, Princeton University Press, 1970. La notion de « frustration relative » a fait l’objet de nombreuses critiques, montrant les limites de son utilisation en tant que facteur explicatif de mobilisations collectives. Mais son utilisation pour analyser des mobilisations individuelles s’est avérée pertinente dans de nombreux travaux. Voir par exemple Siméant Johanna, La cause des sans-papiers, Paris, Presses de Sciences Po, 1998 ; Hamidi Camille, La société civile dans les cités : engagement associatif et politisation dans des associations de quartier, Paris, Economica, 2010.

59 « La situation du déclassement correspond à la trajectoire d’un individu dont le statut social est inférieur à celui qu’auraient laissé espérer ses origines sociales ou ses titres scolaires, ou dont les titres scolaires seraient dévalués, alors même qu’ils marqueraient une trajectoire en ascension formelle. » Siméant Johanna, La cause des sans-papiers, op. cit., p. 62.

60 Nawal, voir note 35.

61 Idem.

62 Neveu Erik, Féminins/Masculins. Sociologie du genre, op. cit., p. 39.

63 Mouna, voir note 2.

64 Ce passage repose sur Emperador Badimon Montserrat, « Les diplômés chômeurs de troisième cycle au Maroc : des expériences d’engagement revendicatif », Alfa, n° 4, 2007, p. 181-196.

65 Kessel Martina, Langeweile. Zum Umgang mit Zeit und Gefühlen in Deutschland vom späten 18. bis zum frühen 20. Jahrhundert, Bonn, Wallstein Verlag, 1999.

66 Ilham, voir note 1.

67 Mouna, voir note 2.

68 Samira, voir note 20.

69 Maria, 45 ans, divorcée, « niveau bac », présidente d’une association féminine de développement social créée en 2003.

70 Contrairement aux femmes qui se livraient souvent à des confidences d’ordre intime, les hommes optaient plutôt pour une attitude neutre et professionnelle, me fournissant des explications très précises sur leur parcours et ne déviant que très rarement vers l’expression de sentiments liés à leur itinéraire.

71 Farah, 20 ans, mariée, baccalauréat, sans emploi, secrétaire générale d’une association de développement social pour femmes et jeunes créée en 2004.

72 Quelques mois après ma rencontre avec Farah, cette dernière a d’ailleurs réduit ses activités associatives, avant de se retirer définitivement de l’association dans laquelle elle était engagée.

73 Jansen Willy, Women without Men. Gender and Marginality in an Algerian Town, Leiden, E.J.Brill, 1987.

74 D’ailleurs, elles sont nombreuses à affirmer que le jour où elles se marieront, elles arrêteront toute activité associative.

75 Maha, voir note 34.

76 El Harras Mokhtar, « Les mutations de la famille au Maroc. » in 50 ans de développement humain et perspectives 2025, p. 117, URL : http://www.rdh50.ma/fr/gt02.asp [consulté le 10 juillet 2008].

77 Kadiri Mouna, « Un vrai phénomène social : l’explosion du célibat au Maroc », L’Economiste, édition en ligne n° 2241 du 24/03/2006.

78 Achehbar Samir, Lamili Nadia, « Célibataires ou bikheer », Tel Quel, n° 241, 30 septembre-6 octobre 2006.

79 Kadiri Mouna, « Un vrai phénomène social : l’explosion du célibat au Maroc. », op.cit.

80 El Harras Mokhtar, « Les mutations de la famille au Maroc », op. cit., p. 117 ; Bouzenirh Fatima, « Le no woman’s land : l’espace individuel de la femme », in Rhissassi Fouzia, Sebti Najat, Lahmil Noufissa (dir.), Women’s Spaces, Rabat, Publ. de la Faculté des lettres et des sciences humaines, 2001, p. 214.

81 Haut Commissariat au Plan, Recensement général de la population et de l’habitat 2004. Caractéristiques démographiques et socio économiques de la population, 2004, p. 19.

82 El Harras Mokhtar, « Les mutations de la famille au Maroc », op. cit., p. 118.

83 « Célibataires ou bikheer », op. cit.

84 Zirari Hayat, « Évolution des conditions de vie des femmes au Maroc », op. cit., p. 183.

85 Ibid., p. 180.

86 El Harras Mokhtar, « Les mutations de la famille au Maroc », op. cit., p. 118.

87 Samira, voir note 20.

88 Debarre Fanny, « Famille et contrôle social : la normativité à l’épreuve des ruptures familiales », communication présentée lors de l’école doctorale : Genre en Méditerranée. Les femmes face aux transformations socio-économiques. Conflits, négociations et émergence de nouveaux rapports sociaux, 21-24 avril 2008, Rabat, p. 2.

89 Bouzenirh Fatima, “Le no woman’s land : l’espace individuel de la femme », op. cit., p. 218.

90 Ibid.

91 Meriem, 47 ans, divorcée, « niveau bac » et formation de couture, à la recherche d’un emploi, vice-présidente d’une amicale de quartier créée en 2003 et trésorière d’une association socioculturelle pour jeunes créée en 2004.

92 Si la nouvelle Moudawana, réformée en 2004, intègre l’idée de partage des biens et facilite l’obtention du divorce par les femmes, la mise en application de ces deux changements bute tant face aux résistances d’une partie de la population que face aux défaillances du système judiciaire censé les appliquer. Sur la question des perceptions et des mises en applications du nouveau code, voir par exemple Benradi Malika, Alami M’Chichi Houria, Ounnir Abdellah et al., Le code de la famille. Perceptions et pratique judiciaire, Rabat, publication de la Fondation Friedrich Ebert, 2007 ; Mellakh Kamal, « De la Moudawana au nouveau Code de la famille au Maroc : une réforme à l’épreuve des connaissances et perceptions ‘ordinaires’« , L’Année du Maghreb, II, 2005-2006, URL : http://anneemaghreb.revues.org/78. [consulté le 3 décembre 2010].

93 Bouzenirh Fatima. « Le no woman’s land : l’espace individuel de la femme », op. cit, p. 222.

94 D’après Hayat Zirari, « en milieu urbain, le taux de pauvreté des femmes veuves est deux fois plus important que celui des hommes ». Zirari Hayat, « Evolution des conditions de vie des femmes au Maroc », op. cit., p. 180.

95 Latefa, 45 ans, veuve, études universitaires interrompues, à la recherche d’un emploi, secrétaire générale d’une association créée en 2005.

96 Idem.

97 Belarbi Aicha, « Salariat féminin et division sexuelle du travail dans la famille. Cas de la femme fonctionnaire », in Mernissi Fatema (dir.), Femmes partagées : famille – travail, Casablanca, Le Fennec, 1988, p. 88.

98 Farah, voir note 71.

99 Roukia, 42 ans, mariée, études universitaires interrompues, femme au foyer, présidente d’une association féminine de développement social créée en 2003.

100 Buscatto Marie, « Syndicaliste en entreprise. Une activité si "masculine" », in Fillieule Olivier, Roux Patricia (dir.), Le sexe du militantisme, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2009, p. 75.

101 Hind, 47 ans, mariée, baccalauréat, présidente d’une association féminine de développement social pour femmes, enfants et jeunes créée en 2004.

102 Roukia, voir note 99.

103 Majid, 40 ans, marié, brevet de collège et formation professionnelle, président d’une association de développement social créée en 2002.

104 Latefa, voir note 95.

105 Chekroun Mohamed, Famille, Etat et transformations socio-culturelles au Maroc, Casablanca/Rabat, Okad, 1996, p. 91.

106 D’ailleurs, plus l’engagement prend de l’ampleur, plus le besoin de prouver qu’il n’a aucune répercussion sur la vie familiale semble augmenter. Les entretiens effectués avec deux élues locales engagées comme dirigeantes associatives étaient rythmés par de continuelles incursions consacrées à la vie de famille, à l’harmonie qu’elles vivaient au sein de leur couple et aux rapports privilégiés qu’elles entretenaient avec leurs enfants.

107 Farida, 51 ans, mariée, brevet de collège, femme au foyer et présidente d’une association d’athlétisme créée en 2006.

108 Hanane, 44 ans, veuve, « niveau bac », formations de comptabilité et de couture, présidente d’une association féminine pour femmes et adolescents créée en 2004.

109 Le phénomène du cumul des tâches par les femmes a surtout été observé dans les travaux dédiés au travail salarial féminin. Pour le cas du Maroc, voir Belarbi Aïcha, « Réflexions préliminaires sur une approche féministe de la dichotomie espace public/espace privé », in Bourqia Rahma (dir.), Etudes féminines, Rabat, Faculté des lettres de Rabat, 1997, p. 73-82. Le même phénomène a été observé dans d’autres sociétés. Voir par exemple Maruani Margaret, Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte/Repères, 2006, p. 15 ; Silvera Rachel, Articuler vie familiale et vie professionnelle en Europe : un enjeu pour l’égalité, Paris, La Documentation française, 2002.

110 Selon ce modèle, les individus mécontents ou déçus, par exemple, d’un service public, d’une cause ou encore d’un système politique, peuvent réagir de trois manières différentes : la défection (exit), la prise de parole (voice) ou la loyauté (loyalty). Parmi les nombreuses formes que peut prendre la défection on compte l’émigration. Hirschman Albert, Exit, Voice, and Loyalty : Responses to Decline in Firms, Organizations, and State, Harvard, Harvard University Press, 1970.

111 Hafaiedh Abdelwahab, « Trajectoires de chômeurs diplômés en Tunisie. L’attente, l’ailleurs et la conversion », in Geisser Vincent (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS, 2000, p. 129.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable