Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes, associations et politique à Casablanca

 | 
Yasmine Berriane

Introduction

Texte intégral

  • 3 Il en va de même dans d’autres pays du monde arabe. Signoles Aude, « Réformes de l’Etat et transfor (...)
  • 4 Voir par exemple Ameur Mohamed, « Les associations de quartier, nouveaux acteurs en milieu urbain m (...)

1La scène décrite ci-dessus illustre assez bien le contexte dans lequel s’inscrit d’emblée mon travail de recherche. Parmi les changements les plus médiatisés aujourd’hui au Maroc, le « renouveau des associations3 » représente en effet un volet central que le discours officiel et les médias mettent en avant et dans lequel de nombreux chercheurs voient une tendance significative4. Le nombre d’associations a effectivement augmenté ces dernières années au Maroc. Estimées à près de 30 000 à la fin des années 90, celles-ci approcheraient aujourd’hui l’effectif de 40 000. Qui plus est, cette augmentation semble s’accompagner d’un renouvellement des rapports qui lient ces associations aux autorités publiques. La sollicitude avec laquelle sont accueillis désormais les acteurs associatifs par les autorités locales contraste largement avec les rapports tendus que l’Etat entretenait jusqu’aux années 90 avec les associations. La méfiance des autorités semble avoir fait place à une volonté de collaboration avec elles et d’assurer leur promotion.

  • 5 Bennani-Chraïbi Mounia, « Parcours, cercles et médiations à Casablanca : tous les chemins mènent à (...)
  • 6 Kratochwil Gabi, Lakhsassi Abderrahman, « Associations culturelles amazighes », in Roque Maria-Ange (...)

2La hausse du nombre d’associations actives à l’échelle locale, au plus proche de la population, s’accompagne aussi d’un élargissement de leur champ d’action et de leur présence sur le terrain où une multitude d’acteurs, aux parcours différents, tendent à converger5. Si, à la fin des années 90, on pouvait souligner que « tous les cadres des associations, qu’elles soient locales ou nationales, se recrutent dans la classe moyenne, principalement parmi les membres de l’université, les avocats et les intellectuels6 », aujourd’hui, Farida, Hanane, Adnane et tant d’autres représentants d’association présents à la Préfecture de Ben Msik révèlent un tout autre profil et indiquent que la base sociale de ces organisations est en train de s’élargir de manière considérable. Parmi ces nouveaux acteurs, on observe désormais la présence très remarquée des femmes.

  • 7 Sadiqi Fatima, Ennaji Moha, « The Feminization of Public Space: Women’s Activism, the Family Law an (...)

3Le rôle social et politique joué par les femmes au travers d’associations de défense des droits des femmes ou d’associations féministes qui œuvrent pour l’amélioration de la condition des femmes au Maroc a été mis en évidence dans de nombreux travaux7. Il en va pourtant autrement pour d’autres types d’associations, notamment celles dites « de quartier ». Ces dernières sont avant tout perçues comme une affaire d’hommes, et les femmes y sont nettement sous-représentées. Le même constat s’applique d’ailleurs aussi à la sphère politique instituée et dont les femmes ont longtemps été absentes. Jusqu’en 1997, aucune femme n’était représentée au sein du parlement, et au terme des élections municipales de 2003 la représentation féminine ne dépassait pas 0,54 %.

  • 8 Introduite en 2001 par le roi, cette liste électorale (appelée « liste nationale ») réserve de fact (...)
  • 9 Notons que cette situation change de manière perceptible après les élections législatives de 2011, (...)

4On comprend alors que la scène décrite plus haut marque un net tournant dans le paysage à la fois associatif et politique marocain. Les interventions de Nezha Skalli et de sa conseillère illustrent l’émergence récente de femmes sur la scène politique du pays. Grâce à l’introduction, en 2001, d’une liste électorale nationale réservée de facto aux femmes8, 35 femmes (pour 325 sièges à pourvoir) intègrent le Parlement en 2002 et 34 en 2007. La nomination de Nezha Skalli, militante féministe de longue date, illustre par ailleurs l’investissement récent, par les femmes, de positions stratégiques au sein des ministères du pays9 et l’importance aujourd’hui accordée par l’Etat à la question des droits des femmes.

5Enfin, même si le nombre des femmes visibles ce jour-là à la Préfecture de Ben Msik reste bien inférieur à celui des hommes, leur présence en tant que dirigeantes venues représenter leur association (soit mixte, soit féminine) ne passe pas inaperçue. La diversité de leur profil ─ élues locales, chômeuses, mères au foyer ou institutrices ─ fait aussi partie de la nouvelle donne. La même observation vaut pour l’apparence extérieure de ces dirigeantes. Les cheveux soit découverts soit recouverts d’un voile, en pantalon ou en tenue plus traditionnelle (comme la djellaba), tous les modes vestimentaires sont représentés et se côtoient publiquement sans restrictions apparentes. Cette image vient contredire nombre de stéréotypes accolés aux femmes dans le monde arabe et musulman et qui tendent, notamment, à opposer le port du voile à l’engagement public des femmes. Il semble donc aujourd’hui plus que légitime de s’interroger sur le sens de ces changements.

Etudier le Maroc à l’ère du « changement » : pour une inversion de la perspective habituelle

  • 10 Comité directeur « 50 ans de développement humain et perspectives 2025 », Le Maroc possible. Une of (...)

6Si ces transformations attirent tout particulièrement l’attention aujourd’hui, c’est qu’elles se déroulent dans un contexte national où la question du changement est à l’ordre du jour. A l’ère de « toutes les transitions », conclut un rapport officiel publié en 2006, le Maroc ferait preuve d’une « démocratisation accélérée depuis la fin des années 90 », de « réformes décisives, transitions démographique, urbaine et sociétale, ouverture et dynamisation de l’économie, lancement de grands chantiers du développement humain10 ».

  • 11 Waterbury John, Le commandeur des croyants. La monarchie marocaine et son élite, Paris, PUF, 1975.
  • 12 Malgré les changements introduits dans la constitution en 2011, le monarque n’a pas perdu de son em (...)
  • 13 Tozy Mohamed, Monarchie et islam politique au Maroc, Paris, Presses de Sciences Po, 1999, p. 42.
  • 14 Ibid., p. 43.

7Rappelons ici qu’après l’Indépendance du pays (1956), la lutte pour le pouvoir qui oppose le Palais aux partis politiques nés du Mouvement national se solde par la fragmentation de la vie politique et par le renforcement de la monarchie qui sort victorieuse de ce bras de fer11. Si la Constitution proclamée en 1962 affirme dans son premier article que le « Maroc est une monarchie constitutionnelle, démocratique et sociale », le roi ─ qui règne et gouverne ─ concentre la majeure partie des pouvoirs entre ses mains12. Il est guide des croyants, chef des forces armées et chef de l’exécutif. A ce titre, il nomme (et peut destituer) les ministres et le Premier ministre. Il peut proclamer l’état d’exception, signer et ratifier les traités, promulguer les lois votées par le parlement et dissoudre la Chambre des représentants. Ce système repose sur une conception particulière du pouvoir (« le pouvoir makhzenien ») qui voit dans le roi (auparavant le sultan) « l’unique pourvoyeur du système en symboles d’autorité et le principal artisan de la culture politique dominante13 ». Le makhzen est « l’ordre jugé nécessaire et consolidé par un recours illimité à la violence. Il exprime la nudité de l’exercice de l’autorité et de la raison politique, dénué de toute morale ou sentiment14 ».

8Durant le règne de Hassan II, qui débute en 1961, le Maroc traverse plusieurs décennies (jusqu’à la fin des années 80) d’agitation politique durant lesquelles la monarchie est tour à tour confrontée à l’opposition menée par des mouvements d’extrême-gauche, à des émeutes populaires et à des tentatives de coups d’Etat conduites par des membres de l’armée. Ces conflits se déploient dans un contexte politique verrouillé et marqué par la répression violente qui s’abat sur l’opposition. Les disparitions forcées, l’emprisonnement d’opposants politiques, les exactions sécuritaires ainsi que le contrôle serré de toutes les formations politiques et organisations associatives confèrent à cette période l’appellation des « années de plomb ».

  • 15 Hibou Béatrice, Les enjeux de l’ouverture au Maroc. Dissidence économique et contrôle politique, Le (...)
  • 16 Bennani-Chraïbi Mounia, « Parcours, cercles et médiations à Casablanca. Tous les chemins mènent à l (...)

9La décrispation du régime s’observe à partir de la deuxième moitié des années 80 et s’intensifie durant les années 90. La crise économique, les tensions internes et les pressions extérieures imposent une réadaptation du régime politique. Le Maroc amorce une ouverture tant sur le plan économique que politique. L’adhésion à l’OMC et la signature des accords de libre-échange avec l’Union européenne en 1995 « semblent indiquer une volonté inflexible d’adhérer à la nouvelle philosophie économique internationale, caractérisée à la fois par un libéralisme toujours plus poussé et par la nécessité d’appartenir à un bloc régional15 ». D’un point de vue politique, la libération de prisonniers politiques ou encore l’instauration en 1998 d’un gouvernement d’alternance politique ─ supposé partager le pouvoir entre le roi et les partis politiques de l’opposition ─ ouvrent une « brèche » qui favorise « l’affirmation de nouveaux acteurs, la reconversion d’anciens et l’avènement d’un nouveau modèle relationnel inédit » et encourage « l’émergence de toute une génération d’associations de droits humains, culturels, de droits des femmes16 ».

10En succédant à son père en 1999, Mohammed VI poursuit cette politique en y apportant des éléments nouveaux pour pousser encore plus loin la démocratisation du pays. Ses premiers discours font programme. Sur le plan politique, il insiste sur l’importance d’appliquer un nouveau « concept d’autorité » basé sur l’instauration d’un Etat de droit, la décentralisation du pouvoir, la gouvernance locale et la promotion de la participation de l’ensemble de la population au développement du pays. Sur le plan social, il insiste sur l’importance de la lutte contre la pauvreté et l’analphabétisme et accorde une attention toute particulière à l’application de l’égalité entre les sexes. Ces discours s’accompagnent de programmes et d’actions qui tranchent nettement avec le passé.

  • 17 Bourqia Rahma, « Les femmes : un objet de recherche », in Bourqia Rahma (dir.), Etudes féminines. N (...)

11En 2002, les premières élections sous le nouveau règne sont placées sous le sceau de la transparence. En 2004 est créée l’Instance Équité et Réconciliation (IER), commission nationale dont l’objectif est de faire la lumière sur les atteintes aux droits de l’Homme, des années 50 à la fin des années 90. Toujours en 2004, le roi promulgue la réforme du Code du statut personnel (Moudawana), quasiment inchangé depuis près de cinquante ans. Initialement qualifiée de « frein aux changements17 », cette loi contribuait, sous sa forme antérieure, à souligner la différenciation hiérarchisée entre les hommes et les femmes et reléguait les femmes au statut de mineures. Le nouveau texte (désormais appelé Code de la famille) apporte des modifications importantes, notamment en termes de partage des responsabilités entre hommes et femmes au sein de la famille, et abroge la mise sous tutelle des femmes. En 2005, enfin, le roi lance l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), pour lutter contre les différentes formes de pauvreté et d’exclusion sociale dans le pays. Des projets sont financés dans les zones les plus défavorisées du Maroc pour encourager leur développement grâce à l’implication des élus, des autorités publiques et des populations locales (représentées, le plus souvent, par des associations).

  • 18 Cohen Shana, Jaidi Larabi, Morocco. Globalization and its consequences, New York, Routledge, 2006, (...)

12Ces évolutions s’inscrivent dans un contexte international marqué par la diffusion – surtout par l’intermédiaire d’organisations internationales telles que la Banque mondiale et le FMI ─ d’un ordre mondial marqué par les préceptes du développement néolibéral qui touchent les secteurs aussi bien économique et politique que social. Malgré des taux de pauvreté, de chômage et d’analphabétisme encore élevés, les changements mis en œuvre par le Maroc placent aujourd’hui le pays parmi les « bons élèves » de ces politiques de développement18.

  • 19 C’est notamment ce qui découle de conventions internationales tels que les huit Objectifs du Millén (...)
  • 20 Traduit de l’anglais de Cornwall Andrea, Schattan Coelho Vera, « Spaces for change ? The Politics o (...)
  • 21 Abdelrahman Maha, Civil Society Exposed. The Politics of NGOs in Egypt, London/New York, Tauris Aca (...)

13Au niveau économique, les politiques promues par les organisations internationales de développement se traduisent notamment par une dérégulation des marchés et une libéralisation des échanges. Sur le plan social, l’accent est mis, entre autres, sur le développement humain, la lutte contre la pauvreté, l’exclusion et la discrimination19. Du point de vue politique, on met en avant la démocratie comme modèle politique universel et comme condition sine qua non de tout développement réussi. On encourage ainsi, depuis les années 90, la décentralisation du processus de prise de décision et l’implication de la population (notamment ses franges les plus vulnérables) dans le processus de gouvernance. Cette politique repose aussi sur un intérêt accru pour les institutions et pratiques délibératives censées « renouveler les pratiques démocratiques dans les pays du Nord » et « démocratiser la relation entre Etat et société dans les pays du Sud20 ». Elle postule aussi la nécessité de politiques publiques plus efficaces qui permettent le développement en garantissant un meilleur accès des populations les plus vulnérables à des services sociaux et donc l’amélioration de leur inclusion économique et politique. Dans ce contexte, un intérêt particulier est accordé aux associations devenues les porte-drapeaux de ces politiques et les principaux destinataires des aides accordées par les organisations bilatérales et multilatérales21.

  • 22 Bourqia Rahma, Charrad Mounira, Gallagher Nancy, « Introduction. Femmes au Maghreb : perspectives e (...)
  • 23 Ottaway Marina, « Evaluating Middle East Reform: significant or cosmetic? », in Ottaway Marina, Cho (...)
  • 24 Falquet Jules, De gré ou de force. Les femmes dans la mondialisation, Paris, La Dispute, 2008 ; Ott (...)

14Cet impératif participatif repose aussi sur l’importance accordée à la participation des femmes à la gestion et au développement des pays. Ainsi, les Objectifs du Millénaire pour le Développement stipulent que la promotion de l’égalité des sexes et le renforcement des femmes représentent non seulement une manière efficace de lutter contre la pauvreté, la faim et les maladies, mais contribue aussi à stimuler un développement durable. L’aide apportée par les organisations internationales de développement pose comme condition l’implication des femmes dans les projets de développement22. Dans les pays du monde arabo-musulman, cette tendance est renforcée par les politiques promues, notamment par les Etats-Unis, pour contrer les facteurs internes qui contribuent à entretenir le terrorisme, en soutenant l’instauration de démocraties et de réformes économiques23. Dans ce contexte, l’idée selon laquelle le développement et la démocratisation des États du monde arabe passent notamment par la promotion du droit des femmes est largement répandue24.

  • 25 Je rappelle que cet ouvrage repose sur un travail finalisé en 2010. Je me limiterai donc, dans ce q (...)
  • 26 Brynen Rex, Korany Bahgat, Noble Paul, « Introduction. Theoretical perspectives on Arab Liberalizat (...)
  • 27 Ibrahim Saad Eddin, « Liberalization and Democratization in the Arab World: an overview », in Bryne (...)

15La recherche portant sur les transformations politiques des pays du monde arabe est passée par plusieurs étapes25. Pendant les années 80, la transitologie classique montrait peu d’intérêt pour cette région, analysant avant tout les transformations en cours dans les régimes d’Europe de l’Est et d’Amérique du Sud26. Au début des années 90, l’intérêt pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord s’institua à la suite de l’ouverture politique et économique d’un certain nombre de régimes (en Egypte, en Algérie ou encore au Maroc). Il s’agissait d’étudier et de mettre en avant les facteurs agissant en faveur ou au détriment d’une transition démocratique dans ces régions27.

  • 28 Leca Jean, « Democratization in the Arab World: uncertainty, vulnerability and legitimacy. A tentat (...)
  • 29 Brumberg Daniel, « Authoritarian Legacies and Reform Strategies in the Arab World », in Brynen Rex, (...)

16Deux approches principales s’opposent alors. Cette libéralisation économique et politique ne s’accompagnant pas d’un déclin de l’autoritarisme ni d’un changement des régimes, nombre d’analystes qualifient les remaniements en cours de « façades ». Ces auteurs mettent en avant le fait qu’une libéralisation économique ne nécessite ni n’implique la démocratisation et qu’au contraire elle peut même déboucher sur une « délibéralisation » politique. Ils ajoutent que les élites traditionnelles ont su s’adapter aux nouveaux contextes et qu’elles continuent à contrôler le système comme avant28. D’autres auteurs estiment en revanche que les processus de libéralisation et de démocratisation, même s’ils ne se réduisent qu’à des stratégies de survie des régimes, ne peuvent se prévaloir d’une certaine crédibilité sans un minimum de concessions de la part des régimes en place. Ces concessions ont alors des répercussions sur différents secteurs de la population. L’opposition peut, par exemple, investir le champ libéré par le régime dans le but de l’affronter29.

  • 30 Ferrié Jean-Noël, Santucci Jean-Claude, « Dispositifs de démocratisation et dispositifs autoritaire (...)
  • 31 Diamond Larry, « Thinking about Hybrid Regimes », Journal of Democracy, vol. 13, n° 2, avril 2002, (...)

17Plus récemment, la première approche semble gagner du terrain. De nombreux travaux traitant des efforts de libéralisation autoritaire observés tant au Maroc que dans d’autres pays du monde arabe soulignent les limites d’une telle ouverture, en insistant sur le fait qu’elle tend à consolider le régime et assure une continuité avec le passé. Mais au lieu d’analyser la question du changement politique à travers le prisme de la démocratisation, ces travaux s’intéressent plutôt aux conditions par lesquelles les régimes autoritaires se maintiennent à travers les changements mêmes qu’ils mettent en œuvre30. Dans ce contexte, la notion de régimes politiques « hybrides » gagne du terrain pour décrire des systèmes communément appelés « autoritaires » qui se situent aujourd’hui dans la « zone grise » comprise entre l’application de pratiques de type démocratique (notamment à travers des élections) et le renforcement du pouvoir central en place31.

  • 32 Fontaine Joseph, Hassenteufel Patrick, « Quelle sociologie du changement dans l’action publique ? R (...)
  • 33 Voir par exemple Zaki Lamia, « Le clientélisme, vecteur de politisation en régime autoritaire ? », (...)
  • 34 Voir Le Renard Amélie, Femmes et espaces publics en Arabie Saoudite, Paris, Dalloz, 2011.
  • 35 Voir El Maoula El Iraki Aziz, Des notables du Makhzen à l’épreuve de la « gouvernance ». Elites loc (...)

18Si ces perspectives ont permis de montrer l’ambivalence des réformes politiques dans le monde arabe et de nuancer les catégorisations usuelles employées pour nommer les régimes politiques (autoritaires, démocratiques, totalitaires, etc.), elles tendent à ne s’intéresser qu’aux réajustements observables à une échelle macrosociale, mettant par là l’accent sur l’inertie qui se dégage de la résilience des régimes en place. En cela, ces approches nous informent finalement peu sur la mise en œuvre pratique de ces réformes et sur les processus de réception, de réappropriation et d’ajustement qu’elles induisent au niveau local. Autrement dit, elles ne nous disent rien des effets de ces politiques sur les éventuels changements qu’elles pourraient induire, cette fois-ci, à une échelle microsociale. Or, « les travaux centrés sur la mise en œuvre des politiques publiques ont depuis longtemps montré non seulement les distorsions multiples existant entre décision et mise en œuvre, mais aussi la forte autonomie des acteurs chargés de celle-ci32 ». Par ailleurs, de plus en plus de travaux donnent à voir de quelle façon la réappropriation par les acteurs sociaux des réformes initiées en amont par l’Etat peut contribuer à l’apparition de nouvelles formes de mobilisation33, à la négociation et à la redéfinition des normes sociales34 ou encore à l’émergence de nouvelles élites35.

  • 36 Zaki Lamia, « Le clientélisme, vecteur de politisation en régime autoritaire ? », op. cit., p. 159.

19Ainsi, en se situant par rapport aux études qui ont essayé, au cours de ces dernières années, de comprendre les transformations sociopolitiques au Maroc et dans d’autres pays du monde arabe, le présent travail est une tentative de compréhension de ces changements à travers un autre prisme d’observation. Au lieu de m’inscrire dans une réflexion sur l’éventualité d’une démocratisation ou d’une transition politique du pays, je me propose d’inverser la perspective et d’analyser, à partir du « bas », les multiples recompositions et réajustements aux réformes observables à l’échelle locale. Il s’agit de passer, pour reprendre la formulation de Lamia Zaki, « d’un examen opéré au niveau global à une étude plus circonstanciée et localisée » qui devrait permettre de montrer que cette « démocratisation cosmétique », ou encore top-down, a aussi produit « des effets de réalité non négligeables36 ». 

  • 37 Briquet Jean-Louis, Sawicki Frédéric, « L’analyse localisée du politique », Politix, vol. 2, n° 7, (...)
  • 38 Ibid., p. 14.

20Tout en m’inscrivant dans la définition proposée par Jean-Louis Briquet et Frédéric Sawicki pour une « analyse localisée du politique », il ne s’agit pour moi ni de concevoir le local comme « un lieu clos à l’intérieur duquel se limitent les relations de pouvoir37 », ni comme « le produit d’un rapport de dépendance à un « centre » qui lui imposerait ses normes » mais plutôt comme « un lieu d’actualisation et de réalisation de logiques qui peuvent relever de principes multiples (…), un lieu de naissance de productions sociales qui portent toujours en elles, et dès le départ, la combinaison des deux principes, local et national38 ».

  • 39 Fontaine Joseph, Hassenteufel Patrick, « Quelle sociologie du changement dans l’action publique ? R (...)
  • 40 Rancière Jacques, « L’histoire "des" femmes entre subjectivation et représentation », Annales ESC, (...)

21L’approche par « le bas » proposée me permettra d’éviter deux écueils. C’est d’abord une manière de s’éloigner des discours publics produits par l’Etat et qui tendent à insister sur les effets de changement sans pour autant que ces derniers soient toujours fondés. C’est ensuite une façon d’aller au-delà du constat d’inertie pour mettre en évidence les multiples recompositions, reconfigurations mais aussi reproductions de pouvoir à l’œuvre au niveau local. Pour appréhender ces micro-recompositions, je prendrai en considération « la complexité des contraintes individuelles, organisationnelles et institutionnelles qui donnent lieu à une perpétuelle (re)négociation des normes et des pratiques, voire à une potentielle hybridation d’éléments anciens et nouveaux39 ». Pour ce faire, j’opterai pour une définition du changement qui permet de penser l’ambivalence des phénomènes observés. Ainsi, au lieu de distinguer « un monde où ça change » et « un monde immobile », j’aborderai ci-après le changement, comme le « rapport entre cette infinité de petits déplacements et les formes publiques où s’affirme la rupture des rapports de domination40 ».

22Pour ce faire, le champ de l’analyse a été volontairement réduit à une étude de cas portant sur des femmes qui ont réussi, ces dix dernières années, à s’imposer comme dirigeantes d’association dans des quartiers périphériques de la ville de Casablanca. En reconstituant leurs carrières, je poursuis un double objectif. Il s’agit d’abord de mettre en évidence comment ces femmes ont réussi à s’imposer comme leaders dans un milieu associatif qui, il y a peu de temps encore, était exclusivement dirigé par des hommes. A travers cette analyse diachronique des modalités d’accès de femmes à la sphère publique, il s’agit ensuite d’étudier dans quelle mesure la féminisation des associations locales s’accompagne de mutations plus profondes qui touchent tant le milieu associatif local que la sphère politique et sociale. J’ai identifié pour cela trois grandes séries de questions auxquelles il s’agira de répondre.

Questionnements et outils d’analyse privilégiés

  • 41 Je reprends ici la synthèse proposée par cet auteur dans Tozy Mohamed, « Préface », in El Maoula El (...)
  • 42 Dans son ouvrage sur le système politique marocain et les élites locales au lendemain de l’Indépend (...)
  • 43 Voir par exemple Catusse Myriam, Le temps des entrepreneurs ? Politique et transformations du capit (...)
  • 44 El Maoula El Iraki Aziz, Des notables du Makhzen à l’épreuve de la « gouvernance ». Elites locales, (...)

23A travers l’exemple de ces dirigeantes d’un « genre nouveau », l’objectif est, dans un premier temps, de voir dans quelle mesure on assiste à un renouvellement des élites associatives locales qui se traduirait par l’émergence de nouvelles catégories d’acteurs sociaux et politiques. Je rappelle ici que les élites locales ont connu de profondes mutations depuis l’accession du pays à l’Indépendance. Mohamed Tozy propose de résumer ces changements en trois temps41 : le « temps des notables ruraux42 », alliés de la monarchie, est suivi à partir de la deuxième moitié des années 70 du « temps des fonctionnaires », qui investissent les conseils communaux, avant de faire place à partir des années 90 au « temps d’une relative fragmentation de l’élite », qui compte désormais aussi bien des technocrates et des entrepreneurs43 que des militants associatifs. Durant cette période, « les couches moyennes qui voient une dégradation de leurs conditions de vie se mobilisent de plus en plus à partir de leur quartier44 ». C’est à travers leur engagement au sein d’associations de quartier que ces mêmes acteurs investissent, par la suite, les élections locales.

24Or, les politiques pro-participatives actuelles encouragent de manière ciblée le développement d’un vaste tissu associatif dans le pays ainsi que la mobilisation d’acteurs (hommes et femmes) longtemps restés exclus de la sphère associative et politique. Dans quelle mesure peut-on alors parler de l’avènement d’un « temps » nouveau des élites locales ? D’un temps marqué par l’émergence d’acteurs associatifs auparavant exclus de la sphère politique, comme l’entrée en scène des milieux dits « populaires » et des catégories dites de « jeunes » et de « femmes » ? Répondre à cette question nécessite de clarifier la notion même « d’élite locale » dans le contexte particulier des quartiers étudiés. Il convient aussi de préciser les rôles que jouent les dirigeantes interrogées au niveau de leur quartier et ce, aussi bien à travers les associations dans lesquelles elles sont engagées qu’au-delà de ces dernières.

  • 45 Cornwall Andrea, Schattan P.Coelho Vera, « Spaces for Change? The Politics of Participation in New (...)

25Il s’agira ensuite de découvrir qui sont ces femmes qui ont réussi à s’imposer comme dirigeantes d’association. A quel groupe social appartiennent-elles ? Présentent-elles des prédispositions particulières ? Avec quel capital socio-économique et socio-culturel sont-elles entrées dans le milieu associatif ? Dans quels réseaux ont-elles été socialisées avant de s’engager au sein d’une association ? Qu’est-ce qui motive leur engagement ? Ces interrogations sous-tendent une autre question qui s’avère tout aussi importante : qui ne sont pas ces dirigeantes ? En effet, de nombreux travaux sur la question du développement actuel de pratiques pro-participatives ont montré que l’inclusion politique de groupes sociaux précédemment exclus de la sphère publique restait soumise à d’importantes conditions préalables, qu’il s’agit d’identifier pour mieux comprendre la portée des changements qui s’y déroulent45. Ainsi, on s’intéressera tant aux coûts et aux contraintes de l’engagement des dirigeantes interrogées qu’aux raisons qui ont motivé le désengagement de nombre d’entre elles.

26La question des contraintes, des coûts et des rétributions de l’engagement pose irrémédiablement celle des stratégies mises en œuvre pour surmonter ces obstacles. Ceci nous amène à la deuxième série de questions sur laquelle repose cet ouvrage. On s’arrêtera, ainsi, sur les perceptions que les actrices interrogées ont des nouvelles politiques promues par l’Etat. Dans quelle mesure voient-elles dans ces politiques des opportunités à saisir ? Ces interprétations se répercutent-elles sur les stratégies mises en œuvre par les enquêtées pour légitimer leur rôle de leader et pour s’imposer dans un milieu associatif dominé par les hommes ?

  • 46 Briquet Jean-Louis, Sawicki Frédéric, « L’analyse localisée du politique », op. cit., p. 13.

27Cette question implique, ensuite, une réflexion sur les ressources mobilisées par les dirigeantes interrogées pour dépasser les obstacles rencontrés sur leur passage. La question est d’autant plus importante dans le cadre du présent travail que, selon l’approche proposée par Jean-Louis Briquet et Frédéric Sawicki, c’est l’étude des ressources mobilisées qui permet de penser l’articulation entre le local et le national. Ainsi, le local est appréhendé comme « un lieu d’interactions et de transactions entre des acteurs disposant de ressources différentes (et inégales), aussi bien locales (héritage familial, prestige social, responsabilités dans des organisations locales, etc.) que nationales (appartenance à la direction d’un parti, positions de pouvoir dans l’appareil d’Etat, capital social ou culturel garanti par une institution, etc.). En fonction des contextes, les valeurs relatives de ces ressources ont toute chance de se modifier et les acteurs politiques tout intérêt à les utiliser différentiellement pour adopter des stratégies gagnantes46 ».

  • 47 Fillieule Olivier, « Carrière militante », in Fillieule Olivier, Mathieu Lilian, Péchu Cécile (dir. (...)

28Dans ce contexte, on s’intéressera donc non seulement aux ressources individuelles dont disposent les enquêtées (statut de la famille, niveau d’instruction, réseaux de connaissances, expérience politique, etc.) mais également à celles qui découlent des nouvelles politiques pro-participatives promues par l’Etat. Ces ressources peuvent être d’ordre matériel : nouvelles sources de financement, construction de centres sociaux, etc. Mais elles peuvent également être d’ordre symbolique et passer par la « valorisation sociale, à tel moment du temps et dans tel secteur de l’activité militante, de tel ou tel modèle du « bon militant »47 ». On verra enfin dans quelle mesure les ressources peuvent aussi découler de l’expérience vécue par les enquêtées au sein des associations de quartier dans lesquelles elles sont engagées. Dans un contexte national et international de plus en plus orienté vers la qualification et la professionnalisation des acteurs associatifs, on s’intéressera donc aux compétences acquises par ces dirigeantes au sein des associations et à leur possible reconversion en capital associatif.

  • 48 Pour ce faire, j’opterai pour une définition foucaldienne du pouvoir qui ne se limite pas à « analy (...)
  • 49 Cardon Philippe, Pfefferkorn Roland, avec la participation de Kergoat Danièle, « L’individuel, le c (...)

29Il s’agira enfin – dans un troisième ensemble de questions – de voir dans quelle mesure l’émergence de ces dirigeantes s’accompagne d’une reconfiguration, à plusieurs échelles, des rapports de pouvoir48. L’analyse des itinéraires des dirigeantes interrogées a permis d’identifier trois sphères principales dans lesquelles une négociation/reconfiguration des rapports de pouvoir est à l’œuvre. Il s’agit d’abord de la famille et de l’entourage immédiat (le voisinage, le quartier) des enquêtées qui peuvent fonctionner aussi bien comme des ressources que comme des obstacles à l’engagement. A ce propos, deux interrogations s’imposent. Dans quelle mesure les négociations qui accompagnent l’engagement associatif des femmes interrogées et leur accès à une fonction de dirigeante d’association contribuent-elles à reconfigurer les rapports de pouvoir et à redéfinir les normes au sein de la famille et de l’entourage ? Peut-on y identifier un processus d’émancipation de ces femmes, l’émancipation étant comprise ici « comme ce qui remet en cause les logiques de domination dans les différents rapports sociaux et transforme ces derniers pour asseoir de nouvelles pratiques sociales49 » ?

30La deuxième sphère est celle de l’association. Comment y est gérée la mixité née de l’inclusion récente des femmes au sein de ces organisations ? Dans quelle mesure l’émergence de femmes dirigeantes s’accompagne-t-elle d’une transformation des représentations et d’une redistribution des tâches entre hommes et femmes au sein de ces collectifs ? Par conséquent, y assiste-t-on à une reconfiguration des rapports de pouvoir entre les sexes ?

31Enfin, c’est au sein de la sphère politique locale que les enquêtées doivent négocier leur présence en tant que dirigeantes. Les tensions qui s’y exercent touchent surtout aux rapports qui les lient aux autres acteurs associatifs (notamment aux acteurs établis dans le quartier depuis les années 90), aux représentants de partis politiques et élus locaux et aux autorités locales. Quels sont les effets découlant de la collaboration souhaitée par l’Etat ─ dans la lignée des politiques de promotion d’une « bonne gouvernance » ─ entre ces différents types d’acteurs ? Dans quelle mesure l’essor du milieu associatif indiquerait-il l’émergence d’un mouvement associatif qui passerait par une mise en commun de l’action de ces associations ? Peut-on y voir les prémices d’un « contre-pouvoir » en formation qui viendrait contrebalancer celui des élus locaux et des représentants du pouvoir central ? Dans quelle mesure, enfin, l’engagement au sein d’une association peut-il servir de tremplin pour l’entrée dans la sphère politique instituée, et ce à travers la participation des dirigeantes d’association aux élections locales ?

  • 50 Lahire Bernard, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Armand Colin, 2001.

32Pour répondre à ces trois séries de questions, j’ai choisi d’articuler deux champs théoriques : la sociologie de l’action collective et les apports de l’approche genre. Afin de rendre compte, au mieux, de la « diversité du réel50 » des itinéraires observés, j’ai choisi de ne pas m’inscrire dans une seule école de pensée mais de combiner, au fur et à mesure de l’analyse, les apports de ces deux champs théoriques pour mieux saisir mon objet.

  • 51 Ces différentes notions seront définies dans le courant de ce travail.

33Je me suis ainsi inspirée des notions produites par la sociologie de l’action collective qui explique les phénomènes de mobilisation et d’engagement des individus à travers des approches tant structurelles et organisationnelles que sociologiques. C’est en combinant les diverses notions de dispositions, de stratégies, de ressources, de contraintes, d’opportunités ou encore de rétributions symboliques et matérielles51 qu’il m’a été possible d’appréhender au mieux les modalités d’un passage à l’action et de l’engagement des dirigeantes interrogées.

  • 52 Fillieule Olivier, « Carrière militante », op. cit., p. 85.
  • 53 Hughes Everett C., Men and their Work, New York, The Free Press of Glencoe, 1958, p. 56-67, 102-115 (...)
  • 54 Becker Howard, Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris, Métaillé, 1985, p. 47.

34Dans la lignée des derniers apports théoriques venus renouveler cette sociologie, je me réfère dans mon travail à la notion de « carrière » qui permet d’analyser l’expérience vécue par les individus comme une « activité sociale inscrite dans le temps52 ». L’utilisation de cette notion s’inspire de la sociologie interactionniste issue de l’école de Chicago. Employée initialement par Everett C. Hughes dans ses recherches sur les itinéraires professionnels53, elle a été reprise par d’autres auteurs tels que Howard Becker, par exemple, dans son ouvrage sur la déviance. Selon ce dernier, le concept de carrière « … renvoie à la suite des passages d’une position à une autre accomplis par un travailleur dans un système professionnel. Il englobe également l’idée d’événements et de circonstances affectant la carrière. Cette notion désigne les facteurs dont dépend la mobilité d’une position à une autre, c’est-à-dire aussi bien les faits objectifs relevant de la structure sociale que les changements dans les perspectives, les motivations et les désirs de l’individu54. »

  • 55 Fillieule Olivier, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », Revue (...)
  • 56 Ibid., p. 201.

35Appliquée à l’engagement associatif, cette notion permet de faire une « analyse processuelle de l’engagement individuel55 » qui étudie comment « à chaque étape de la biographie, les attitudes et comportements sont déterminés par les attitudes et comportements passés et conditionnent à leur tour le champ des possibles à venir, resituant ainsi les périodes d’engagement dans l’ensemble du cycle de vie. La notion de carrière permet donc de travailler ensemble les questions des prédispositions au militantisme, du passage à l’acte, des formes différenciées et variables dans le temps prises par l’engagement, de la multiplicité des engagements le long du cycle de vie (défections et déplacements d’un collectif à l’autre, d’un type de militantisme à l’autre) et de la rétraction ou extension des engagements56 ».

  • 57 Fontaine Joseph, Hassenteufel Patrick, « Quelle sociologie du changement dans l’action publique ? R (...)
  • 58 Comme décrit dans Darmon Muriel, Devenir anorexique. Une approche sociologique, Paris, La Découvert (...)

36Du point de vue du présent travail, cette approche présente trois avantages majeurs. Elle permet tout d’abord d’inscrire l’étude dans la durée et donc d’analyser le phénomène observé comme un processus. Or, c’est en inscrivant l’analyse dans le temps long qu’il est non seulement possible de « repérer des lignes de continuité par-delà les changements apparents, mais aussi de mieux identifier les éléments de transformation57 » ; ce qui, je le rappelle, constitue le principal objectif de ce travail. Afin d’étudier les carrières dans la durée, il s’agit donc d’effectuer un « séquençage des carrières » qui revient à identifier et à analyser les séquences de chaque carrière, puis de comparer celles-ci entre elles afin d’en tirer les principales récurrences et variations58.

  • 59 Fillieule Olivier, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », op. c (...)

37Au sein de chaque séquence, il s’agit ensuite d’articuler l’analyse de différents niveaux d’expérience vécus dans plusieurs sous-mondes sociaux : l’école, la famille, le quartier, l’université, le monde professionnel, le parti politique, l’association, etc. L’approche par les carrières part de l’idée que chaque individu dispose d’identités plurielles. Celles-ci découlent de l’inscription des acteurs sociaux dans « de multiples mondes et sous-mondes sociaux qui peuvent, à l’occasion, entrer en conflit59 ». Cette dimension de l’analyse s’est avérée essentielle pour les cas que j’ai étudiés. En effet, les normes et règles auxquelles les femmes interrogées devaient s’adapter durant leur carrière pouvaient varier considérablement en fonction du monde social dans lequel elles se trouvaient.

38Si les règles qui régissent le rôle des femmes au sein des familles et du voisinage tendent à restreindre leur engagement public, nous verrons que les normes qui prévalent au sein du milieu associatif promu par le haut appellent à une transgression desdites normes. Il s’avère donc nécessaire de réfléchir à la manière dont ces dirigeantes réussissent à concilier leurs inscriptions dans ces différents mondes.

  • 60 Agrikoliansky Eric, « Carrières militantes et vocation à la morale : les militants de la Ligue des (...)
  • 61 Fillieule Olivier, « Du récit biographique aux parcours de vie. Proposition pour une articulation d (...)
  • 62 Revel Jacques (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard / Le Seuil (...)

39Enfin, cette approche permet d’échapper à « l’alternative classique entre structures et stratégie » qui caractérise les théories de l’action collective60. En analysant « ce que les acteurs font en étant faits », il est possible d’appréhender « les trois niveaux de la biographie individuelle, de la biographie collective (celle des groupements dans lesquels évoluent les individus) et des contextes61 ». C’est effectivement en articulant ces trois niveaux à travers des variations d’échelles d’observation62 que l’étude des carrières m’a permis de répondre à mes questions initiales. Ici, l’articulation a consisté en une analyse des dispositions des enquêtées à l’engagement associatif, des processus de sélection et de socialisation au sein de ces associations et des normes, anciennes comme nouvelles, qui « cadrent » l’action des actrices et acteurs interrogés.

  • 63 Lieber Marylène, Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question, Pari (...)
  • 64 En France, certains auteurs préfèrent d’ailleurs utiliser l’expression « rapports sociaux de sexe » (...)
  • 65 Kergoat Danièle, « Le rapport social de sexe. De la reproduction des rapports sociaux à leur subver (...)

40Je me suis ensuite inspirée des apports de travaux qui intègrent la perspective genre dans l’analyse. Je rappelle ici qu’en optant pour une perspective genre, il s’agit d’appréhender les différences entre le masculin et le féminin comme une construction sociale. En déconstruisant l’ordre social des sexes, on analyse « la façon dont les catégories sexuées « homme » et « femme » sont le produit d’un processus social et historique de « bicatégorisation » qui crée et hiérarchise deux groupes sociaux en leur assignant des qualités propres63 ». Selon cette perspective, la construction sociale des catégories « homme » et « femme » est interprétée comme le résultat de rapports de pouvoirs nés de la relation entre les sexes64. Selon la définition proposée par Danièle Kergoat, « le rapport social peut être assimilé à une tension qui traverse la société ; cette tension se cristallise peu à peu en enjeux autour desquels, pour produire de la société, pour la reproduire ou « pour inventer de nouvelles façons de penser et d’agir », les êtres humains sont en confrontation permanente65 ».

  • 66 En France, les études sur le genre et la politique ont gagné en importance ces dernières années, ma (...)
  • 67 Ces travaux ont surtout porté sur l’Amérique latine et l’Europe de l’Est. Voir par exemple Waylen G (...)
  • 68 Pour une analyse de ces discours, voir Cornwall Andrea, Harrisson Elizabeth, Whitehead Ann (dir.), (...)
  • 69 Voir par exemple Lindio-McGovern Ligaya, Wallimann Isidor (dir.), Globalization and Third World Wom (...)

41L’intégration de l’approche genre dans les sciences politiques a en effet permis de porter un regard nouveau sur la matière et de se questionner sur les théories et concepts qui composent cette discipline66. Ainsi, les travaux qui ont porté – notamment depuis les années 90 – sur l’impact des processus de démocratisation sur les rapports de pouvoir entre les sexes ont mis en évidence que l’acquisition par les femmes de droits civiques et politiques ne s’accompagne pas toujours de changements dans leur situation économique, sociale et politique67. Il en va de même pour certaines analyses critiques de la mondialisation, qui ont montré que l’intégration du genre dans les politiques de développement promues par des institutions internationales comme la Banque mondiale et les organisations des Nations Unies contribuaient à essentialiser la catégorie « femmes » en lui attribuant des qualités, des intérêts et des besoins communs et en diffusant ces représentations à l’échelle mondiale68. Ces ouvrages ont également montré que la mondialisation néolibérale tendait à renforcer la vulnérabilité des femmes sur le marché du travail et à reproduire, en les renforçant, les inégalités sociales et politiques entre les sexes69.

  • 70 Kergoat Danièle, Imbert Françoise, Le Doaré Hélène et al. (dir.), Les infirmières et leur coordinat (...)
  • 71 En France, avec les travaux de Margaret Maruani par exemple. Voir Maruani Margaret, Les syndicats à (...)
  • 72 Bargel Lucie, Dunezat Xavier, « Genre et militantisme », in Fillieule Olivier, Mathieu Lilian, Péch (...)

42La sociologie des mobilisations, restée longtemps aveugle aux apports de cette perspective, s’en est également enrichie ces deux dernières décennies70. L’analyse des mobilisations sociales en tant que mouvements sociaux sexués (gendered social movements dans la littérature anglophone), qui est apparue dès la fin des années 7071, ne s’est réellement développée qu’à partir des années 90. En étudiant les mobilisations de l’intérieur, il s’agit, dans le cadre de cette approche, de « penser le militantisme à la fois comme un produit et comme un mode de (re)production des rapports de genre72 ». Cette approche et les travaux auxquels elle a donné lieu se sont avérés d’une grande utilité pour ma compréhension de l’évolution des femmes dirigeantes au sein des associations de quartier.

  • 73 Sur la non-neutralité des organisations voir Acker Joan, « Hierarchies, Jobs, Bodies : A Theory of (...)
  • 74 Roux Patricia, Perrin Céline, Pannatier Gaël et al., « Le militantisme n’échappe pas au patriarcat  (...)
  • 75 Je rappelle ici que l’approche genre a notamment contribué à remettre en question la dichotomie ent (...)

43A la lumière des travaux qui ont intégré cette perspective dans l’analyse des mouvements sociaux, j’ai appréhendé les associations dans lesquelles ces dirigeantes sont engagées comme des organisations non pas « neutres73 » mais sexuées, au sein desquelles un système de genre « différencie et hiérarchise les positions des militantes et des militants74 ». Ces travaux m’ont permis, par ailleurs, de mieux appréhender les contraintes rapportées par les enquêtées, aussi bien à l’intérieur des associations qu’à l’extérieur, et d’envisager la possibilité d’une reconversion des stéréotypes de genre en ressources de l’engagement. Ils m’ont également permis de dépasser la dichotomie habituelle entre sphère privée et sphère publique75 pour intégrer dans l’analyse de ces carrières associatives une réflexion sur le rôle joué par la famille et l’entourage des enquêtées.

Quartiers, femmes et associations : les trois composantes de l’étude

44L’étude de cas proposée comprend trois composantes principales. La première est d’ordre socio-spatial : l’action a lieu dans des quartiers périphériques de la ville de Casablanca. La deuxième concerne les actrices qui se trouvent au centre de l’analyse : des femmes qui dirigent et animent des associations dans ces mêmes quartiers. La troisième, enfin, renvoie aux organisations au sein desquelles s’investissent ces dirigeantes : des micro-associations de quartier qui orientent leurs activités – pour la majeure partie d’entre elles – vers le développement local.

45Les actions observées se déroulent dans des quartiers périphériques situés dans la partie nord et la partie est de la ville de Casablanca. C’est ce que permet d’illustrer la carte 1 qui indique où sont actives les dirigeantes que j’ai interrogées. Même si l’un des critères qui a présidé à la sélection des enquêtées reposait sur le type de quartier dans lequel celles-ci vivaient et s’engageaient, je n’ai pas ciblé un quartier en particulier. La forte densité observable à Sidi Moumen et Hay Mohammadi découle avant tout de la méthode « boule de neige » privilégiée lors de la constitution de mon échantillon de travail.

  • 76 Kaioua Abdelkader, Casablanca. L’industrie et la ville, Tours, Urbama, 1996.
  • 77 Catin Maurice, Cuenca Christine, Kamal Abdelhak, « L’évolution de la structure et de la primatie ur (...)

46Quatre arguments se trouvent à la base du choix de la capitale économique du pays comme terrain d’étude. De toutes les agglomérations urbaines du Maroc, Casablanca est d’abord celle qui a connu les plus importantes mutations depuis l’Indépendance du pays, et ce tant en termes d’urbanisation, d’industrialisation que de transformations démographiques. Ces mutations sont surtout liées au déplacement, durant la période du Protectorat (1912-1956) du pôle économique du centre vers la côte. Dotée d’un port important, la ville de Casablanca se transforme peu à peu en capitale industrielle et économique attirant des populations venues des campagnes76. Ces dernières affluent par vagues à partir des années 30, peuplant les alentours de la ville. Dans cette ville de 3,5 millions d’habitants, vivent aujourd’hui 12 % de la population du pays et un quart de sa population urbaine. Si le poids de Casablanca est certes dominant, l’accroissement de sa population est un phénomène que l’on retrouve aujourd’hui – bien qu’à moindre échelle – dans d’autres villes du royaume. En effet, avec un taux d’urbanisation de plus de 55 %, le Maroc se situe désormais au-dessus de la moyenne mondiale. Par ailleurs, « l’armature urbaine du Maroc a largement évolué (…), aussi bien du point de vue de sa densité, de sa répartition selon les classes de population que du nombre de villes qui la composent77 ». Ainsi, Casablanca représente, en quelque sorte, un laboratoire vivant permettant d’appréhender les effets des mutations démographiques et sociales induites par le phénomène d’urbanisation qui touche l’ensemble du pays.

Carte 1. Casablanca : entités socio-spatiales et localisation des dirigeantes associatives interviewées

Carte 1. Casablanca : entités socio-spatiales et localisation des dirigeantes associatives interviewées
  • 78 Si le terme « périphérique » correspond, dans la plupart des cas étudiés, à un critère spatial (ces (...)
  • 79 C’est d’ailleurs ce que je tenterai de faire dans le chapitre 1. Voir aussi Navez-Bouchanine Franço (...)

47L’accroissement de la population de la ville de Casablanca s’est accompagné d’un processus de ségrégation socio-spatiale qui a débuté durant le Protectorat avec la séparation entre les quartiers de colons et ceux de population « autochtone », et a pris de l’importance avec la naissance de quartiers destinés aux populations ouvrières (notamment durant les années 50) et le développement de nombreux bidonvilles. Même si on observe une certaine résorption de cette tendance aujourd’hui, la ville continue à être marquée par une forte concentration, à sa périphérie, des quartiers ouvriers et des quartiers de couches populaires78. Ces quartiers sont communément qualifiés – tant par leurs habitants que par ceux qui n’y vivent pas – de « populaires » (shac). L’appellation gagnerait ici à être déconstruite puisqu’elle gomme la forte hétérogénéité qui caractérise ces unités socio-spatiales79. Les quartiers en question tendent toutefois à se distinguer de ceux du centre par la vétusté de leur habitat, par un taux de pauvreté plus élevé et par leur sous-équipement infrastructurel. Cette tendance est illustrée par la carte 1 qui synthétise les différentes entités socio-spatiales de la ville à travers le paramètre du type d’habitat qui y prédomine.

48Par conséquent, en choisissant de focaliser l’analyse sur ces quartiers, la recherche ajoute une autre variable à la compréhension des reconfigurations sociopolitiques en cours au Maroc. Elle permet, en effet, d’étudier un profil de représentantes d’association qui, de par leur origine sociale, se distingue de celui des élites intellectuelles et économiques prédominantes sur la scène associative durant les années 90. Cette distinction nous ramène à notre première série de questions puisqu’elle suscite une réflexion autour d’une éventuelle restructuration de l’élite locale et d’un potentiel renouvellement du profil de l’acteur associatif type.

49Si le cas de Casablanca s’avère particulièrement intéressant aujourd’hui, c’est aussi parce que cette ville – et notamment certains de ses quartiers périphériques – ont pris de l’importance aux yeux des décideurs politiques depuis les attentats qui l’ont secouée le 16 mai 2003, lorsque cinq attentats-suicides sont perpétrés par un groupe de jeunes hommes proches d’une organisation islamiste radicale. Les jeunes kamikazes étant originaires d’un des bidonvilles du quartier de Sidi Moumen, les autorités publiques portent, désormais, une attention particulière aux quartiers les plus touchés par la pauvreté, le chômage et l’exclusion sociale, après avoir identifiés ces facteurs comme étant les principales clés du terrorisme. A cela s’ajoutent, depuis 2005, les programmes réalisés dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) pour subventionner et mettre en œuvre des projets locaux de développement. A Casablanca, 54 quartiers (soit plus de 20 % de l’ensemble des quartiers ciblés au niveau national), dont plusieurs sont situés dans la périphérie étudiée, y sont identifiés comme « cibles prioritaires » par les autorités publiques. Ainsi, en raison de l’ampleur des programmes de restructuration et de développement mis en œuvre par l’Etat dans les quartiers retenus ici pour l’analyse, ces derniers présentent l’avantage d’être caractérisés par une importante densité en termes d’interactions entre représentants d’association, élus locaux et agents d’autorité.

  • 80 Si j’ai opté pour les quartiers périphériques de la ville de Casablanca afin d’analyser ce phénomèn (...)

50Casablanca se distingue enfin par un tissu associatif à la fois dense et ancien. La densité est confirmée par les données fournies par le Secrétariat général du gouvernement : la région du Grand Casablanca rassemblerait aujourd’hui 5741 associations, soit près de 15 % des associations répertoriées au niveau national. Nous verrons plus loin que l’essor de ces dernières coïncide avec la mise en œuvre, par les autorités publiques, de politiques de promotion de la participation associative. Le tissu associatif à Casablanca a ensuite l’avantage d’avoir une histoire. Les premières associations actives de la ville datent en effet des années 40, période au cours de laquelle une nouvelle loi autorisait les ressortissants étrangers à créer une association tout en interdisant à la population marocaine d’en faire autant. Cette caractéristique me permettra d’analyser, dans la durée, les transformations qui se dégagent des carrières étudiées en situant ces dernières par rapport à l’histoire, plus longue, de ce milieu associatif qu’il s’agira de retracer80.

  • 81 Un index situé à la fin de cet ouvrage contient la liste détaillée des enquêté(e)s composant ces éc (...)

51L’étude de cas se compose, ensuite, d’un échantillon de trente dirigeantes d’association construit au fur et à mesure de la progression de la recherche, de la connaissance et de la maîtrise du terrain et surtout des recommandations et orientations formulées par les personnes rencontrées à Casablanca. Pour les besoins de l’étude, cet échantillon principal a ensuite été complété par deux échantillons-témoins : l’un composé d’hommes dirigeants d’association et l’autre d’un groupe de femmes qui dirigent des associations de quartier tout en étant membres du mouvement d’Al Adl Wal Ihsane81.

  • 82 Les formes synthétisées telles que dirigeant(e)s ou représentant(e)s seront utilisées, dans cet ouv (...)

52Bien que la méthode dite « boule de neige » ait été privilégiée pour l’identification de l’échantillon principal de dirigeantes d’association, j’ai pris en compte quatre principaux critères pour circonscrire mes choix. Le premier critère était – nous l’avons vu – d’ordre socio-spatial. Les enquêtées devaient d’abord animer des associations situées dans des quartiers périphériques de la ville de Casablanca. Puisque je m’intéressais aussi aux reconfigurations locales des rapports entre les représentant(e)s82 d’association et les représentant(e)s de parti politique, le deuxième critère était la non-affiliation officielle des associations – auxquelles appartenait la population de mon échantillon – à un parti ou à un mouvement politique. Le troisième critère pris en compte fut celui de la « réputation locale » des femmes à interroger, ce critère servant d’indicateur sur leur degré de visibilité publique et de notoriété. Ainsi, j’ai opté pour les personnes qu’on me décrivait, par exemple, comme « leader (zacîma) de quartier » ou comme « très visible sur la scène publique » (bâyna cala al-sâha). Le quatrième critère reposait sur la fonction investie par la personne au sein de l’association qu’elle animait : elle devait y occuper une fonction de dirigeante.

  • 83 Si le total équivaut à 32, c’est parce que deux de ces dirigeantes (Meriem et Samira) sont engagées (...)

53Par « dirigeantes d’association » je comprends des femmes qui sont membres du bureau exécutif d’associations de quartier, en tant que présidentes, vice-présidentes, secrétaires générales et trésorières, ou encore comme conseillères. Elles font donc partie du groupe de personnes qui gèrent et assurent la représentation de ces organisations. Dans le cadre de l’échantillon étudié, la fonction de présidente (douze cas) est nettement surreprésentée. Viennent ensuite celles de vice-présidente, de secrétaire générale et de conseillère (respectivement six cas) et enfin de trésorière (deux cas)83. Ces fonctions sont attribuées, à intervalle régulier (tous les trois à cinq ans en général), durant les assemblées générales auxquelles participent tous les membres de l’association.

54Le statut de dirigeant d’association se distingue de celui de « membre actif », souvent appelé « acteur normal » (cil câdî), qui paie une cotisation et participe à l’organisation et aux activités de l’association sans pour autant y avoir un pouvoir de décision. Viennent ensuite les « bénéficiaires » (al-mustafîdîn), qui paient une cotisation annuelle (assortie parfois d’une contribution mensuelle) pour pouvoir participer aux activités proposées par l’association mais qui ne détiennent pratiquement aucun pouvoir de décision au sein de cette organisation. Le statut de dirigeant se distingue aussi de celui des salariés qui sont embauchés par l’association pour faire un travail particulier. Il s’agit alors le plus souvent d’encadrants qui animent les formations ou encore les ateliers d’alphabétisation (mou’attirîn / mou’attirât).

55Même si ce point reviendra tout au long du travail, il convient de préciser d’emblée que la frontière entre ces différents statuts est poreuse. Les membres dirigeants (ou leur entourage) peuvent aussi bénéficier des services et des activités de l’association qu’ils représentent. Par ailleurs, certain(e)s dirigeant(e)s interrogé(e)s reçoivent soit des rémunérations, soit des compensations ponctuelles pour leurs activités au sein de l’association (pour l’animation d’ateliers d’alphabétisation ou encore pour la coordination de projets, par exemple).

  • 84 Par organisation formelle, j’entends ici les associations et amicales déclarées auprès des autorité (...)

56Le choix d’aborder la question des mutations qui traversent le milieu associatif au Maroc à travers l’étude de carrières de femmes dirigeantes d’association trouve sa justification dans le fait que leur présence à la tête d’associations locales représente, en soi, un changement de taille. On verra plus loin que cette situation contraste avec celle qui prévalait encore à la fin des années 90. A cette époque, les femmes jouaient certes un rôle considérable dans la préservation et le renforcement des réseaux de solidarité au sein de leur quartier, mais leur participation aux organisations – tant formelles qu’informelles – qui représentaient les intérêts des habitants, restait cantonnée aux coulisses et était donc invisible84. En émergeant comme dirigeantes, elles accèdent non seulement à des postes de responsabilité au sein de ces organisations mais gagnent aussi en visibilité sur la scène publique locale. Il est d’ailleurs intéressant de noter que plusieurs personnes interrogées emploient l’expression « elles sont devenues visibles » (bânû) pour nommer l’accession des femmes au sein des bureaux exécutifs de ces associations.

  • 85 Celles-ci seront décrites plus en détail dans le chapitre 5.
  • 86 Bourqia Rahma, Charrad Mounira, Gallagher Nancy, « Introduction. Femmes au Maghreb : perspectives e (...)

57La nouvelle visibilité des femmes au sein du milieu associatif renvoie ensuite à l’un des piliers des politiques initiées par les autorités publiques depuis une dizaine d’années : les nombreuses réformes engagées, sous Mohammed VI, pour promouvoir les droits des femmes et leur participation à la vie politique du pays85. Comme nous l’avons vu, ces réformes prennent une place de choix dans les discours officiels sur le développement, la participation et la démocratie. L’accès de chacune des femmes interrogées à des fonctions de dirigeantes symbolise ainsi, en quelque sorte, la réussite de ces réformes. Par ailleurs, il faut préciser ici qu’en dehors de ces programmes, la question des femmes joue un rôle politique important dans le pays. Ainsi, comme l’observe Rahma Bourqia, « le discours politique, quelle que soit sa couleur – étatique, pro-étatique, de gauche ou encore islamiste – soulève stratégiquement la question du rôle que joue la femme dans la société. Ce rôle est évoqué à propos de toutes les questions se rapportant à l’éducation, à la religion, à la modernité, au développement, à la démocratisation et au pouvoir86 ».

  • 87 Alami Mchichi Houria, Genre et politique au Maroc : les enjeux de l’égalité hommes-femmes entre isl (...)
  • 88 Roussillon Alain, « Introduction », Maghreb-Machrek, n179, printemps 2004, p. 8.

58Le choix porté sur des dirigeantes associatives locales se justifie enfin dans la mesure où il vient remplir un vide dans la recherche relative à l’engagement associatif des femmes au Maroc. De nombreux auteurs sont en effet d’accord pour estimer que la littérature sur la participation associative et politique des femmes au Maroc en est encore à un état « embryonnaire »87. Ils déplorent notamment la multiplication de travaux descriptifs ou de travaux qui traitent des discours sur les femmes au lieu d’analyser plus en profondeur, à l’aide d’approches plus empiriques, leur participation effective à la vie publique. Ces observations se recoupent avec celles faites par Alain Roussillon au sujet des ouvrages consacrés à la question féminine au Maghreb. Cet auteur y déplore l’absence de « saisie fine de la diversité anthropologique des « possibles » qui continuent à régir la condition féminine : tant dans les logiques traditionnelles que les registres « modernisés » où se jouent de nouveaux modes de présence des femmes à la société88 ».

  • 89 Alami Mchichi Houria, « La féminisation du politique », revue Prologues, n9, mai 1997, p. 9.
  • 90 Parmi les premières associations féministes nées durant les années 80, on compte l’Association démo (...)

59Houria Alami M’chichi distingue plusieurs étapes dans la recherche autour des femmes au Maroc89. Jusqu’en 1980, les travaux ont porté sur des questions relatives à la condition féminine, s’attachant à traiter surtout des problèmes socioculturels les concernant, comme l’éducation ou l’accès au travail. Dans un deuxième temps et avec l’apparition d’un climat général plus propice à la liberté d’expression à partir du début des années 80, la recherche s’est ouverte à la question des discriminations juridiques et professionnelles que subissaient les femmes au Maroc. Ce n’est qu’à partir du début des années 90, observe cette auteure, que la thématique « femmes et politique » est abordée à travers différents travaux portant sur les mobilisations associatives de femmes. La production scientifique de cette phase coïncide avec l’entrée en scène, à partir du milieu des années 80, des associations féministes, dites « libérales » ou « laïques », qui se mobilisent à l’échelle nationale pour une réforme du Code du statut personnel90.

  • 91 Dunezat Xavier, « Le traitement du genre dans l’analyse des mouvements sociaux : France/Etats-Unis  (...)
  • 92 Voir par exemple Daoud Zakia, Féminisme et politique au Maghreb : sept décennies de lutte, Casablan (...)
  • 93 Voir par exemple Belarbi Aïcha, Benabdenbi Djerrari Fattouma, Bennani Farida (dir.), Droits de cito (...)
  • 94 Voir par exemple Sadiqi Fatima, Ennaji Moha, « The Feminization of Public Space: Women’s Activism, (...)
  • 95 Buskens Léon, « Recent Debates on Family Law Reform in Morocco: Islamic law as Politics in an Emerg (...)

60Ainsi, tout au long des années 90 et bien au-delà, la production scientifique va s’attacher à étudier le mouvement associatif féministe ainsi que la question du statut et de la condition des femmes. En s’intéressant surtout aux « luttes des femmes », les recherches menées s’inscrivent dans la lignée d’un large ensemble de travaux qui a dominé, à partir des années 70, la littérature aussi bien francophone qu’anglophone sur les mobilisations de femmes91. Au Maroc, les auteurs décrivent d’abord la genèse de ces mobilisations féminines92 et reconstituent ensuite le processus de lobbying et de négociation mené en faveur d’une réforme du Code du statut personnel et d’une plus grande participation politique des femmes93. Le rôle politique joué par ces organisations en vue d’une féminisation de la sphère publique et de la constitution d’une « société civile »94 est bien mis en avant. Enfin, d’autres contributions se sont plus particulièrement intéressées au débat politique qui a accompagné le processus de réforme de la Moudawana et à la réappropriation par l’Etat de cette question95. On assiste donc aujourd’hui à une nette surreprésentation des travaux consacrés tant aux associations féministes et aux actrices qui s’y mobilisent qu’au débat autour de la réforme de la Moudawana.

  • 96 Zakia Salime explique que les femmes se sont ralliées aux organisations islamistes dès la deuxième (...)
  • 97 Voir par exemple Salime Zakia, Between Islam and Feminism, op.cit. ; Yafout Merieme, « Femmes au se (...)
  • 98 Voir Belarbi Aïcha, « Femmes et démocratie, la grande question », in Femmes et démocratie, Casablan (...)

61La surreprésentation des thématiques précédentes s’explique aisément par le rôle politique important joué par les grandes organisations féministes durant les années 90. Il faut néanmoins relever une nette sous-représentation de travaux traitant de l’engagement de femmes dans d’autres formes de mobilisation. C’est le cas, par exemple, de la participation de femmes au sein de mouvements islamistes. Malgré l’implication de femmes, dès les années 80, dans ce type d’organisations, leur engagement est longtemps resté invisible sur la sphère publique96. Les travaux qui leur sont consacrés sont encore rares, mais la situation est aujourd’hui en train de changer ; et ce notamment avec l’apparition de la notion de « féminisme islamique » qui a donné lieu à de premières tentatives d’analyse au Maroc97. Depuis l’entrée des premières femmes au parlement en 1997 et en 2002, l’attention des chercheurs s’est aussi peu à peu tournée vers la participation féminine au sein des organisations partisanes et lors des échéances électorales. Ces travaux s’intéressent surtout à la place des femmes dans les partis politiques et dans les institutions politiques (notamment le parlement)98 : ils mettent en avant le gender gap qui y prévaut et identifient les obstacles qu’y rencontrent les femmes. A ce jour, ces travaux restent pourtant peu nombreux.

  • 99 En montrant, par exemple, que les interactions observées au sein d’associations féminines et/ou fém (...)
  • 100 Dans sa thèse, Aurélie Damamme analyse le triptyque genre-développement-environnement en croisant l (...)

62Enfin, peu de recherches se sont intéressées au fonctionnement interne des associations féministes et à la question du partage de pouvoir en leur sein, comme cela a pu être le cas, par exemple, dans d’autres pays du monde arabe99. De même, la participation de femmes au sein d’associations non directement axées sur la question du droit des femmes, voire d’associations mixtes où hommes et femmes s’engagent côte à côte a rarement été traitée100. Le présent travail vise donc aussi à combler ce vide scientifique en proposant d’étudier, à partir d’une approche empirique, la participation des femmes dans des associations qui ne se revendiquent ni d’un agenda féministe, ni d’un projet politique. Finalement, l’apport de ce travail vise à combler les vides laissés par les recherches antérieures en se focalisant sur des représentantes d’associations n’ayant pas suscité l’intérêt des chercheurs alors qu’elles jouent un rôle essentiel au niveau des dynamiques locales : femmes non affiliées à des organisations partisanes, femmes n’ayant pas d’audience nationale car s’activant dans les périphéries et femmes ayant investi dans des conditions difficiles le monde associatif mixte.

  • 101 Article 1, Dahir n° 1-58-376, du 15 novembre 1958.

63Ceci nous amène à la troisième composante de l’étude de cas : les associations actives à l’échelle du quartier dans lesquelles les dirigeantes que j’ai interrogées sont engagées. Par « association » (jamciyya), j’entends ici toutes les organisations formelles et déclarées auprès des autorités publiques en vertu de la loi de 1958 régissant le droit d’association. Selon ce texte, une association est « la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes physiques mettent en commun d’une façon permanente leurs connaissances ou leur activité dans un but autre que de partager des bénéfices101 ». Pour pouvoir bénéficier d’un statut légal, les membres dirigeants d’une telle organisation doivent déclarer son existence auprès de l’administration compétente la plus proche.

64Comme nous l’avons dit précédemment, la notion d’association au sens moderne du terme a fait son apparition au Maroc en 1941 (durant le Protectorat français) par l’intermédiaire d’un décret royal autorisant les ressortissants français – mais non les Marocains – à créer des associations. Ce n’est qu’au lendemain de l’Indépendance que la loi de 1958 sur les libertés publiques a instauré le droit d’association pour les Marocains. Depuis lors, le tissu associatif du pays s’est peu à peu développé avant de connaître son essor actuel.

  • 102 Voir par exemple la description qu’offre Ahmed Ghazali au début des années 90 de la pluralité de ce (...)
  • 103 Roque Maria-Angels, « Clés politiques et sociologiques de la société civile au Maroc », in Roque Ma (...)

65Plusieurs auteurs ont proposé des typologies pour décrire ce tissu associatif102. Plus récemment, un collectif d’auteurs offrait un tableau très diversifié de la « société civile » au Maroc à travers trois catégories d’associations. La catégorie des « associations de promotion et de défense des droits fondamentaux » regroupe les associations de défense des droits de l’Homme, celles qui militent pour les droits des femmes et celles qui représentent le mouvement revendicatif berbère. Celle des « associations de bienfaisance » comprend les organisations à vocation religieuse, mais aussi les associations laïques œuvrant au profit des plus démunis. Quant à la catégorie des « associations de modernisation économique et de développement local », elle comprend les associations d’entrepreneurs et celles de développement économique et social103. C’est dans le cadre de cette dernière catégorie que l’on pourrait situer les associations dont il est question ici, même si, comme nous le verrons, elles s’en distinguent à plusieurs égards.

  • 104 Fillieule Olivier, Mayer Nonna, « Devenirs militants. Introduction », Revue française de science po (...)

66Dans la présente étude, les associations sont avant tout appréhendées comme « lieu d’observation104 » des carrières des enquêtées. L’échantillon d’associations représentées découle ainsi des critères retenus pour sélectionner ces dernières. Je rappelle que parmi ces critères figurait l’appartenance des dirigeantes à une association active à l’échelon local et non (officiellement) affiliée à un mouvement ou à un parti politique. C’est ainsi qu’au fil de mes investigations un type particulier d’associations – nettement surreprésenté au sein de mon échantillon – s’est peu à peu détaché du lot. Je les qualifierai d’associations de développement local.

67Ces organisations se distinguent par un rayonnement territorial limité. Leurs activités se déploient à l’échelon local et plus précisément au niveau des quartiers périphériques de la ville de Casablanca. Ce sont des microstructures composées de trois à sept membres qui offrent leurs services à une centaine de bénéficiaires par an, en moyenne. Leur essor, qui date surtout de la fin des années 90, est relativement récent. Elles se distinguent donc bien des associations régionales et nationales qui ont pris de l’importance dès la fin des années 80, qui œuvrent à une échelle beaucoup plus large, qui ont un nombre d’adhérents plus élevé et qui disposent – tant par leur accès privilégié aux bailleurs internationaux que par leur proximité du centre du pouvoir – de budgets beaucoup plus importants.

  • 105 Camau Michel, « Sociétés civiles "réelles" et téléologie de la démocratisation », Revue Internation (...)

68Les activités proposées par ces associations locales sont très variées. En reprenant les termes utilisés par Michel Camau pour décrire ce qu’il appelle les « associations d’économie solidaire », on peut dire qu’elles contribuent à organiser et à assister « des populations ciblées, relaient les interventions de l’Etat ou en pallient les carences, dans une perspective de « gouvernance participative »105 ». Elles proposent dans ce but différents types de formations (des cours d’alphabétisation, des formations en couture, en arts plastiques, en informatique, en restauration), des ateliers de sport (aérobic, football, etc.) ou encore des centres d’écoute. Elles organisent des expositions de produits fabriqués par les membres de l’association, des ateliers de théâtre ou encore des campagnes de nettoyage à l’échelle du quartier.

69Le degré de féminisation de ces associations est très variable. Sur un ensemble de vingt-trois associations représentées par les trente dirigeantes interrogées, on distinguera neuf « associations féminines » exclusivement composées de femmes et quatorze « associations mixtes » composées d’hommes et de femmes (souvent minoritaires). Cette distinction ne renseigne pas toujours sur le sexe des bénéficiaires de ces organisations. Certaines associations féminines proposent des services aussi bien aux femmes qu’aux jeunes et aux enfants des deux sexes. La majeure partie des programmes et activités de plusieurs associations – qu’elles soient dirigées par des hommes et/ou par des femmes – est axée sur la population féminine du quartier.

  • 106 Geisser Vincent, Karam Karam, Vairel Frédéric, « Espaces du politique. Mobilisations et protestatio (...)
  • 107 Camau Michel, « Sociétés civiles "réelles" et téléologie de la démocratisation », op. cit., p. 227.

70Ces organisations se distinguent des « associations de plaidoyer106 » dans la mesure où elles ne se donnent pas pour objectif de défendre des causes qui « ont trait au fonctionnement et aux orientations de l’ordre politique107 ». Bien que certaines d’entre elles œuvrent, dans la pratique, en faveur de l’alphabétisation, de la formation et de l’intégration des femmes dans le marché du travail, elles se distinguent des associations féministes en ce qu’elles ne poursuivent ni actions revendicatives ni politique de lobbying visant explicitement à améliorer la condition féminine au Maroc. Ainsi, il ne s’agit ni de mobilisations contestataires, ni de mouvements protestataires, mais d’organisations inscrivant leurs actions – en tant qu’intermédiaires – dans la lignée des politiques publiques actuelles orientées vers le développement local.

  • 108 Ghazali Ahmed, « Contribution à l’analyse du phénomène associatif au Maroc », op. cit., p. 243-260.
  • 109 Saâf Abdallah, « L’hypothèse de la société civile au Maroc », in El Aoufi Nouredine (dir.), La soci (...)
  • 110 Denoeux Guilain, Gateau Laurent, « L’essor des associations au Maroc : à la recherche de la citoyen (...)

71Depuis les années 90, la recherche sur les associations au Maroc s’articule surtout autour de la notion de « société civile » et, par conséquent, de la question d’une éventuelle démocratisation du pays. Ainsi, dans un article paru en 1989, Ahmed Ghazali est l’un des premiers à poser la question de l’éventuelle émergence d’un mouvement associatif au Maroc. En raison du manque de cohésion et d’autonomie de ces organisations, cet auteur se dit sceptique quant à l’éventuel développement d’une société civile dans le pays108. Dans un article paru en 1992, Abdallah Saâf partage le diagnostic de Ghazali. Pour cet auteur, c’est la fragmentation de la société marocaine qui s’y opposerait109. Le diagnostic proposé en 1995 par Guilain Denoeux et Laurent Gateau est beaucoup plus ambivalent. Ces auteurs commencent par noter l’essor des associations au Maroc depuis la fin des années 80, en précisant que le « mouvement associatif, c’est ce qui bouge avant tout aujourd’hui » au Maroc. Les deux auteurs lient cet essor à des transformations d’ordre économique, social et culturel qui traversent et bouleversent la société marocaine. En mettant en évidence les limites de ces associations, les deux auteurs concluent pourtant qu’« au Maroc, on peut parler de vie associative mais pas vraiment de société civile110 ».

  • 111 Hegasy Sonja, Staat Öffentlichkeit und Zivilgesellschaft in Marokko, op. cit.
  • 112 Khrouz Driss, « A Dynamic Civil Society », op. cit., p. 42-49.
  • 113 Sater James, Civil Society and Political Change in Morocco, London/New York, Routledge, 2007. Dans (...)

72Dans son ouvrage paru en 1997 et intitulé Etat, espace public et société civile (titre traduit de l’allemand), Sonja Hegasy défend l’idée inverse. A travers l’exemple d’intellectuels libéraux et de quelques associations, elle démontre qu’une nouvelle élite porteuse d’un projet démocratique est en train de se former. Cette élite représenterait, selon elle, un mouvement (qu’elle appelle « opposition socioculturelle ») qui témoignerait de l’émergence d’une nouvelle culture politique111. Plus récemment, Maria-Angels Roque observait, dans un ouvrage collectif décrivant et analysant différents types d’association, l’essor et « l’affirmation progressive de la société civile » au Maroc. Cette conclusion se voit confirmée par une récente contribution de Driss Khrouz dans laquelle il décrit le dynamisme actuel de la « société civile112 ». Quant à James N. Sater, il montre que l’interaction entre la « société civile » et l’Etat au Maroc contribue de manière importante au changement politique dans le pays113.

  • 114 Camau Michel, « Sociétés civiles "réelles" et téléologie de la démocratisation », op. cit., p. 215.
  • 115 Ibid., p. 219.
  • 116 Je précise toutefois que de plus en plus de travaux proposent d’utiliser cette notion tout en s’app (...)

73L’intérêt porté aux associations par l’intermédiaire de la notion de « société civile » ne se limite pas au cas du Maroc. Si cette notion repose sur une longue tradition inscrite dans la philosophie politique occidentale, son essor actuel débute avec son utilisation pour expliquer les transitions politiques observées en Europe de l’Est et en Amérique latine. Le développement d’ « organisations de la société civile » se mue alors en facteur essentiel de tout processus de démocratisation : « si la société civile se développe, alors se trouvent réunies les meilleures chances d’une démocratisation114 ». Cette vision est reprise et largement véhiculée par les organisations internationales de développement et par tout un ensemble d’ouvrages (littérature grise et universitaire) dédiés à la question. Son utilisation comme « catégorie pratique et analytique » dans le monde arabe date des années 80 et s’accompagne d’un intérêt grandissant pour l’essor associatif115. Ces travaux se multiplient depuis une quinzaine d’années et se déclinent le plus souvent selon deux approches antagoniques, l’une idéalisant le champ associatif comme outil de développement social et de participation par le bas, l’autre l’interprétant comme un instrument de cooptation et de dépolitisation par le haut des sociétés civiles116.

  • 117 Colas Dominique, Le Glaive et le fléau. Généalogie du fanatisme et de la société civile, Paris, Gra (...)
  • 118 Camau Michel, « Sociétés civiles "réelles" et téléologie de la démocratisation », op. cit., p. 214.
  • 119 Abdelrahman Maha, Civil Society Exposed. The Politics of NGOs in Egypt, op. cit.

74Cette notion a pourtant aussi fait l’objet de nombreuses critiques. Sa « prolifération étourdissante117 » en a fait un mot-valise et un « terreau d’idées communes118 ». Polysémique, elle peut être associée à des significations bien diverses, et il n’est pas toujours facile d’en fixer les limites. Son utilisation par les analyses traitant des phénomènes de démocratisation en a fait une catégorie normative difficile à manier comme instrument d’analyse. Enfin, cette notion, qui englobe un ensemble très hétérogène d’organisations, tend à gommer les différences entre ces organisations, à ignorer les rapports de pouvoir qui les opposent et à sous-estimer le rôle joué par ces dernières dans la reproduction de certaines inégalités sociales119.

  • 120 Joana Jean, « La sociologie historique face au local. Enjeux problématiques d’une analyse de l’acti (...)
  • 121 Pirotte Gautier, La notion de société civile, Paris, La Découverte, 2007, p. 89.

75Puisque cette étude se propose non seulement d’aborder la question du changement en optant pour une approche alternative qui n’étudie pas les reconfigurations en cours dans le cadre d’une réflexion sur l’éventualité d’une démocratisation et qu’elle privilégie, par ailleurs, une approche localisée et ouverte à l’hétérogénéité qui traverse les associations, je n’utiliserai pas dans le présent travail la notion – trop englobante et normative ─ de « société civile ». Pour nommer l’ensemble de ces organisations, j’emploierai de préférence le terme « tissu associatif ». À propos de l’espace social dans lequel se meuvent ces associations, je parlerai de « milieu associatif ». Cette expression permet de faire référence à un espace social hétérogène comprenant une grande variété d’organisations et d’acteurs qui y sont « impliqués, à des degrés divers et selon des motivations distinctes », tout en permettant de penser l’existence de normes, pratiques et représentations dominantes qui lui sont associées120. Cela dit, je précise, toutefois, que la notion de « société civile » (al-mujtamac al-madanî) ne sera pas totalement absente de ce travail. Elle fait en effet partie du cadre référentiel de toutes les personnes interrogées. Si son utilisation en tant qu’outil d’analyse est problématique, dans la pratique quotidienne des enquêtés, elle est « porteuse de sens, créatrice de liens sociaux et intégrée dans les répertoires d’actions et les stratégies de milliers d’acteurs sociaux121 ». Je montrerai d’ailleurs qu’elle contribue à déterminer leurs pratiques et joue un rôle important dans la manière qu’ont les enquêtés de se mettre en scène et de légitimer leur fonction.

Méthodes d’enquête et organisation de l’ouvrage

  • 122 Sur les modalités d’utilisation de cette méthode voir Bertaux Daniel, L’enquête et ses méthodes. Le (...)
  • 123 Fillieule Olivier, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », op. c (...)

76Mon travail de terrain s’est déroulé à Casablanca entre le mois de juin 2006 et le mois de juillet 2009, sur une durée de treize mois entrecoupés par des retours en France. Dans un premier temps, j’ai privilégié, comme méthode, la collecte de récits de vie qui s’est faite à travers des entretiens approfondis qui pouvaient durer plusieurs heures122. Ces entretiens étaient menés en arabe, avant d’être traduits en français au moment de leur retranscription. Cette méthode présente l’avantage d’apporter la dimension diachronique nécessaire à l’analyse des carrières des dirigeantes. Elle se distingue aussi par la richesse des informations qu’elle peut produire. Au fil de la narration, les enquêtées avaient en effet tendance à oublier la situation d’entretien qui se transformait souvent en récit introspectif particulièrement riche en informations. Dans mon analyse de ces narrations, je rejoins les auteurs qui ne considèrent pas les récits de vie comme étant le produit de « l’illusion biographique » mais plutôt comme étant des « reconstructions subjectives redevables de contraintes objectives123 ». Par conséquent, ils permettent de nous informer sur les contextes qui façonnent ces contraintes tout en nous renseignant sur l’interprétation qu’en font les acteurs, interprétation qui influe sur la suite de leurs parcours.

  • 124 Bertaux Daniel, L’enquête et ses méthodes. Le récit de vie, op. cit., p. 34.

77Dans la mesure du possible, j’ai essayé de réaliser au moins deux entretiens par personne. Pour des raisons d’ordre avant tout pratique et de disponibilité des actrices interrogées, cela n’a pourtant pas toujours été possible. Par contre, le suivi du parcours de dix dirigeantes entre 2007 et 2009 m’a permis de mettre en évidence les évolutions de leurs carrières durant cette époque. C’est ainsi que j’ai multiplié les entretiens avec certaines d’entre elles sur une durée s’étalant sur près de trois ans. Après avoir retranscrit et traduit (de l’arabe au français) chaque récit, j’ai reconstitué la structure diachronique de chaque entretien afin de retracer la succession temporelle des différents évènements, situations et actions qui m’ont été narrés. Cette mise à plat m’a permis d’identifier des séquences communes à tous les récits. La multiplication des cas, la comparaison des séquences communes et la recherche de récurrence dans les différents parcours permettaient de dépasser la singularité des cas étudiés124. Il s’agissait ensuite de situer les motifs, évènements et actions qui composent ces séquences par rapport au contexte dans lequel ils s’inscrivent et d’analyser les représentations qui les sous-tendent.

78Mon but initial était de construire l’analyse exclusivement sur ces récits. Cependant, au fur et à mesure que mes investigations de terrain avançaient, j’ai éprouvé le besoin d’ajouter l’observation en situation de type ethnographique comme deuxième méthode de travail. Celle-ci s’est imposée dans la mesure où les entretiens se déroulaient souvent dans des contextes propices à l’observation : association, maison de jeunes, famille, en marge de réunions et d’assemblées, etc. Les nombreuses heures passées au sein des associations que ces femmes co-dirigent ou des maisons de jeunes qu’elles fréquentent se sont avérées être des moments riches en enseignements.

  • 125 Ainsi, Kirin Narayan rappelle que le statut de chercheurs « autochtones » (native) ne signifie pas (...)
  • 126 Durant les premiers mois de terrain, j’ai d’ailleurs essayé de faire acte de présence le plus souve (...)

79Bien que je sois marocaine, le milieu que je voulais étudier était complètement étranger au mien. Originaire de la ville de Rabat, je connaissais très peu Casablanca et encore moins ses quartiers périphériques. Etudiante en France et appartenant à un milieu socio-économique différent de celui des personnes que j’allais interroger, j’appréhendais la manière dont ces dernières allait me percevoir125. Or, il s’est avéré que mon statut de personne « extérieure » au milieu étudié présentait un atout majeur. Mes déplacements quotidiens de Rabat jusqu’à chez elles pour m’investir quelque peu dans les activités qu’elles organisaient étaient perçus comme une valorisation de leur action126. Par ailleurs, mon statut de « femme » me donnait accès à l’univers des femmes, alors que celui de « femme extérieure au quartier » m’ouvrait celui des hommes.

80Au fil de mon acclimatation au terrain, j’ai multiplié les occasions d’observer in situ durant des réunions, des fêtes ou tout simplement en passant de nombreuses heures au sein des associations ou des maisons de jeunes, le quotidien des enquêtées. Cette méthode m’a notamment permis de mettre en perspective les informations rassemblées durant les entretiens et d’observer la manière dont les enquêtées interagissaient avec leur entourage (d’autres acteurs associatifs, famille, bénéficiaires, autorités locales, etc.).

  • 127 Les résultats de ce dépouillement sont exploités dans le chapitre 4.

81A ces deux principales méthodes, on peut ajouter deux tentatives d’apporter une dimension quantitative à mon matériel. La première tentative s’est avérée peu fructueuse. Il s’agissait de conduire, avec l’aide de dirigeantes d’association, une enquête (par questionnaire) auprès de la centaine d’associations qui formaient le Réseau des associations de quartier du Grand Casablanca (RESAQ) sur la participation des femmes à la vie de ces associations. Seule une vingtaine d’associations ont accepté de jouer le jeu en remplissant le questionnaire, et de ce fait j’ai jugé peu exploitable le peu de données collectées. Mais cette expérience m’a permis de rentrer en contact avec de nombreuses dirigeantes d’association qui avaient alors accepté de m’aider pour la suite de mon travail. Cette occasion m’a également aidé à me familiariser avec le milieu associatif que je comptais étudier et de sentir, pour la première fois, l’ampleur des tensions qui le traversaient. Ma deuxième tentative de produire des données quantitatives s’est avérée plus fructueuse dans la mesure où j’ai eu l’occasion de dépouiller la majeure partie des 1890 dossiers d’association répertoriés dans la préfecture de Aïn Sebae - Hay Mohammadi - Roches Noires127.

  • 128 Weber Florence, « Publier des cas ethnographiques : analyse sociologique, réputation et image de so (...)

82Pour finir, je tiens à préciser que dès ma première rencontre avec les personnes interviewées, j’ai assuré à mes interlocutrices qu’elles ne seront pas nommément désignées durant ce travail. Si certaines parmi elles ont précisé qu’elles ne considéraient pas ça comme une condition nécessaire à leur collaboration, d’autres s’en montraient satisfaites. J’ai donc décidé d’appliquer la règle de l’anonymat pour toutes ces femmes (et hommes), en utilisant des pseudonymes pour les nommer et ne désignant pas, par leur nom, les associations qu’elles ont investies, me limitant à décrire les activités proposées par ces organisations. Dans la mesure où certaines de ces dirigeantes ont gagné en visibilité sur la sphère publique de leur quartier et que des recoupements les rendraient facilement identifiables, je me suis trouvée dans l’obligation de ne pas toujours préciser le quartier dans lequel elles vivent et animent leurs associations. J’ai bien conscience de l’imperfection de cette solution, dans la mesure où elle pose surtout le problème de la contextualisation de certains cas128. J’ai tenté de remédier à cette question en décrivant de manière détaillée, dans le chapitre 1, l’ensemble des quartiers dans lesquels se situent les actions décrites dans ce travail et en situant les dirigeantes interrogées sur une carte de la ville (carte 1).

83L’analyse des carrières des trente dirigeantes d’association avec lesquelles les entretiens ont été conduits a débouché sur l’identification de plusieurs séquences qu’il est possible de rassembler en deux temps : devenir dirigeante d’association et le rester. Ainsi, la première partie consacrée à l’entrée dans le milieu associatif se penche d’abord sur la phase qui a précédé l’engagement associatif des enquêtées en analysant tant les prédispositions que les motivations de ces dernières à s’investir dans une association. Le chapitre 1 traite de l’histoire familiale de ces dirigeantes, ce qui permet à la fois de présenter le cadre socio-spatial dans lequel elles ont grandi et dans lequel elles s’engagent aujourd’hui et d’analyser leur capital socio-économique et socio-culturel. Le chapitre 2 s’attache aux itinéraires scolaires (souvent aussi universitaires), professionnels et affectifs qui nous informent tant sur les rétributions escomptées par les enquêtées au moment de leur investissement au sein d’une association que sur les ressources matérielles et symboliques dont elles disposent au moment de leur engagement. Le chapitre 3 est consacré à la question de leur socialisation politique et de leur inscription dans des réseaux potentiellement favorables à une mise en contact avec le milieu associatif. Cette première partie s’arrête, ensuite, sur le contexte dans lequel s’effectue le passage à l’action des enquêtées et essaie de voir dans quelle mesure l’ouverture de nouvelles opportunités a favorisé leur émergence en tant que dirigeantes. Ces nouvelles opportunités relèvent tout d’abord des politiques mises en œuvre par l’Etat pour encourager le développement de nouvelles associations locales dont traite le chapitre 4. Le chapitre 5, enfin, analyse les politiques actuelles de promotion de la participation des femmes au Maroc en mettant en évidence les représentations qui sous-tendent ces politiques et leur mise en œuvre pratique par les responsables locaux et les acteurs associatifs déjà établis localement.

84La deuxième partie analyse la manière avec laquelle les enquêtées ont réussi à se maintenir en tant que dirigeantes d’association dans un milieu très contraignant, voire parfois hostile. Le chapitre 6 montre de quelle manière les enquêtées se réapproprient les cadres de légitimation qui découlent des politiques de développement promues actuellement. Si l’ouverture de nouvelles opportunités a favorisé l’émergence de ces femmes à la tête d’associations locales, le maintien de leur engagement n’est nullement garanti, et les cas de désengagement sont nombreux. Elles sont en effet confrontées à un ensemble de contraintes, liées principalement à leur statut de femme et aux représentations qui sous-tendent ce statut. Il s’agira donc de mettre en évidence certaines de ces contraintes avant de montrer de quelle manière les enquêtées interrogées ont tenté de les dépasser. A travers l’analyse de ces stratégies, il conviendra d’étudier dans quelle mesure celles-ci contribuent à redéfinir et reconfigurer les rapports de pouvoir prédominants. Ainsi, le chapitre 7 s’arrête sur le premier obstacle mentionné par les dirigeantes : celui de leur entourage immédiat (la famille et le voisinage). Le chapitre 8 décrit les rapports de pouvoir qui prévalent au sein des associations mixtes dans lesquelles certaines de ces dirigeantes sont (ou ont été) engagées et analyse les stratégies mises en œuvre par celles qui tentent de briguer des fonctions situées en haut de la hiérarchie associative. Le chapitre 9, enfin, étudie les rapports très ambivalents qui lient les enquêtées aux partis politiques avant d’interroger les modalités de leur passage de la sphère associative à la sphère de la politique instituée.

Notes

3 Il en va de même dans d’autres pays du monde arabe. Signoles Aude, « Réformes de l’Etat et transformation de l’action publique. Analyses par les politiques publiques », in Picard Elisabeth, La politique dans le monde arabe, Paris, Armand Colin, 2006, p. 247.

4 Voir par exemple Ameur Mohamed, « Les associations de quartier, nouveaux acteurs en milieu urbain marocain », in Signoles Pierre, El Kadi Galila, Sidi Boumedine Rachid, L’urbain dans le monde arabe : politique, instruments et acteurs, Paris, CNRS, 1999, p. 339-354 ; Abouhani Abdelghani, « Les nouvelles élites urbaines : le rôle des notables et des cadres associatifs dans le système politico-administratif local », in Abouhani Abdelghani (dir.), Pouvoirs locaux et systèmes municipaux dans le monde arabe, Rabat, INAU et Centre Robert Schuman pour les études avancées, 2006, p. 55-74 ; Khrouz Driss, « A Dynamic Civil Society », Journal of Democracy, vol. 19, n° 1, janvier 2008, p. 42-49.

5 Bennani-Chraïbi Mounia, « Parcours, cercles et médiations à Casablanca : tous les chemins mènent à l’action associative de quartier », in Bennani-Chraïbi Mounia, Fillieule Olivier (dir.), Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 293-352.

6 Kratochwil Gabi, Lakhsassi Abderrahman, « Associations culturelles amazighes », in Roque Maria-Angels (dir.), La société civile au Maroc : l’émergence de nouveaux acteurs de développement, Paris, IEMed - Publisud - Sochepress, 2004, p. 141.

7 Sadiqi Fatima, Ennaji Moha, « The Feminization of Public Space: Women’s Activism, the Family Law and Social Change in Morocco », Journal of Middle East Women’s Studies, vol. 2, n° 2, 2006, p. 86-114; Brand Laurie, Women, the State, and Political Liberalization: Middle Eastern and North African experiences, New York, Columbia University Press, 1997, p. 50-53.

8 Introduite en 2001 par le roi, cette liste électorale (appelée « liste nationale ») réserve de facto 10 % des sièges parlementaires aux femmes. En plus de présenter aux électeurs une liste de candidats pour chaque circonscription, chaque parti politique met également en lice une « liste nationale » réservée aux candidatures féminines.

9 Notons que cette situation change de manière perceptible après les élections législatives de 2011, le gouvernement ne comptant plus qu’une seule femme ministre.

10 Comité directeur « 50 ans de développement humain et perspectives 2025 », Le Maroc possible. Une offre de débat pour une ambition collective, Casablanca, Editions maghrébines, 2006, p. 219. Ce livret paru à l’occasion de l’anniversaire des cinquante ans d’Indépendance du Maroc a été largement diffusé dans le pays. Il s’agit de la synthèse du très volumineux Rapport du cinquantenaire dans lequel de nombreux chercheurs et universitaires marocains faisaient le bilan des avancées du pays.

11 Waterbury John, Le commandeur des croyants. La monarchie marocaine et son élite, Paris, PUF, 1975.

12 Malgré les changements introduits dans la constitution en 2011, le monarque n’a pas perdu de son emprise sur la vie politique du pays. Pour une analyse de la nouvelle répartition des pouvoirs au lendemain de cette réforme, voir Maghraoui Driss, « Constitutional Reforms in Morocco : between Consensus and Subaltern Politics », The Journal of North African Studies, vol. 16, n° 4, décembre 2011, p. 679-699.

13 Tozy Mohamed, Monarchie et islam politique au Maroc, Paris, Presses de Sciences Po, 1999, p. 42.

14 Ibid., p. 43.

15 Hibou Béatrice, Les enjeux de l’ouverture au Maroc. Dissidence économique et contrôle politique, Les Etudes du CERI, n° 15, avril 1996, p. 3.

16 Bennani-Chraïbi Mounia, « Parcours, cercles et médiations à Casablanca. Tous les chemins mènent à l’action associative de quartier », op. cit., p. 294.

17 Bourqia Rahma, « Les femmes : un objet de recherche », in Bourqia Rahma (dir.), Etudes féminines. Notes méthodologiques, Rabat, Publication de la Faculté des lettres et des sciences humaines, 1997, Série colloques et séminaires, n 73, p. 16.

18 Cohen Shana, Jaidi Larabi, Morocco. Globalization and its consequences, New York, Routledge, 2006, p. xvi. Pour l’utilisation de ce qualificatif voir aussi, pour le cas tunisien, Hibou Béatrice, Les marges de manœuvre d’un "bon élève économique" : la Tunisie de Ben Ali, Les Etudes du CERI, n° 60, décembre 1999.

19 C’est notamment ce qui découle de conventions internationales tels que les huit Objectifs du Millénaire pour le Développement adoptés en 2000 par 189 Etats (dont le Maroc).

20 Traduit de l’anglais de Cornwall Andrea, Schattan Coelho Vera, « Spaces for change ? The Politics of Participation in New Democratic Arenas », in Cornwall Andrea, Schattan Coelho Vera (dir.), Spaces for Change ? The Politics of Citizen Participation in New Democratic Arenas, London and New York, Zed Books, 2006, p. 4.

21 Abdelrahman Maha, Civil Society Exposed. The Politics of NGOs in Egypt, London/New York, Tauris Academic Studies, 2004, p. 2.

22 Bourqia Rahma, Charrad Mounira, Gallagher Nancy, « Introduction. Femmes au Maghreb : perspectives et questions », in Bourqia Rahma, Charrad Mounira, Gallagher Nancy (dir.), Femmes, culture et société au Maghreb, vol. 1, Casablanca, Afrique Orient, 2000, p. 9.

23 Ottaway Marina, « Evaluating Middle East Reform: significant or cosmetic? », in Ottaway Marina, Choucair-Vizoso Julia (dir.), Beyond the Façade: Political Reform in the Arab World, Washington D.C., Carnegie Endowment for International Peace, 2008, p. 1-2.

24 Falquet Jules, De gré ou de force. Les femmes dans la mondialisation, Paris, La Dispute, 2008 ; Ottaway Marina, « Women’s Rights and Democracy in the Arab World », Carnegie Papers, n° 42, février 2004.

25 Je rappelle que cet ouvrage repose sur un travail finalisé en 2010. Je me limiterai donc, dans ce qui suit, à décrire les approches qui prédominaient avant les changements survenus avec le « Printemps arabe ».

26 Brynen Rex, Korany Bahgat, Noble Paul, « Introduction. Theoretical perspectives on Arab Liberalization and Democratization », in Brynen Rex, Korany Bahgat, Noble Paul (dir.), Political Liberalization and Democratization in the Arab World, vol. 1, Boulder, Lynne Rienner Publishers, 1995, p. 5 ; Diamond Larry, Linz Juan, Lipset Seymour Martin (dir.), Democracy in Developing Countries, vol. 2 : Africa, London, Lynne Rienner Publishers, 1988, p.xix.

27 Ibrahim Saad Eddin, « Liberalization and Democratization in the Arab World: an overview », in Brynen Rex, Korany Bahgat, Noble Paul (dir.), Political Liberalization and Democratization in the Arab World, vol. 1, London, Lynne Rienner Publishers, 1995, p. 29-57.

28 Leca Jean, « Democratization in the Arab World: uncertainty, vulnerability and legitimacy. A tentative conceptualization and some hypotheses », in Salamé Ghassan (dir.), Democracy without Democrats. Democracy and Democratization in the Arab World, London, Tauris, 1994, p. 54 ; Kienle Eberhard, A Grand Dilusion. Democracy and Economic Reform in Egypt, London, Tauris, 2000 ; Ehteshami Anoushiravan, « Is the Middle East democratizing ? », British Journal of Middle Eastern Studies, vol. 26, n° 2, novembre 1999, p. 217.

29 Brumberg Daniel, « Authoritarian Legacies and Reform Strategies in the Arab World », in Brynen Rex, Korany Bahgat, Noble Paul, Political Liberalization and Democratization in the Arab World, vol. 1, London, Lynne Rienner Publishers, 1995, p. 236; Hegasy Sonja, Staat, Öffentlichkeit und Zivilgesellschaft in Marokko, Hamburg, Deutsches Orient-Institut, 1997.

30 Ferrié Jean-Noël, Santucci Jean-Claude, « Dispositifs de démocratisation et dispositifs autoritaires en Afrique du Nord : une mise en perspective », in Ferrié Jean-Noël, Santucci Jean-Claude (dir.), Dispositifs de démocratisation et dispositifs autoritaires en Afrique du Nord, Paris, CNRS, 2006, p. 11.

31 Diamond Larry, « Thinking about Hybrid Regimes », Journal of Democracy, vol. 13, n° 2, avril 2002, p. 21-35 ; Heydemann Steven, Upgrading Authoritarianism in the Arab World, Saban Center Analysis Paper, n° 13, octobre 2007 ; Camau Michel, Massardier Gilles (dir.), Démocraties et autoritarismes : fragmentation et hybridation des régimes, Paris, Karthala, 2009.

32 Fontaine Joseph, Hassenteufel Patrick, « Quelle sociologie du changement dans l’action publique ? Retour au terrain et "refroidissement" théorique », in Fontaine Joseph, Hassenteufel Patrick (dir.), To change or not to change ? Les changements de l’action publique à l’épreuve du terrain, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002, p. 14.

33 Voir par exemple Zaki Lamia, « Le clientélisme, vecteur de politisation en régime autoritaire ? », in Dabène Olivier, Geisser Vincent, Massardier Gilles (dir.), Autoritarismes démocratiques et démocraties autoritaires au XXIe siècle. Convergences Nord-Sud, Paris, La Découverte, 2008, p. 157-180.

34 Voir Le Renard Amélie, Femmes et espaces publics en Arabie Saoudite, Paris, Dalloz, 2011.

35 Voir El Maoula El Iraki Aziz, Des notables du Makhzen à l’épreuve de la « gouvernance ». Elites locales, gestion urbaine et développement au Maroc, Paris, L’Harmattan, 2003.

36 Zaki Lamia, « Le clientélisme, vecteur de politisation en régime autoritaire ? », op. cit., p. 159.

37 Briquet Jean-Louis, Sawicki Frédéric, « L’analyse localisée du politique », Politix, vol. 2, n° 7, 1989, p. 13.

38 Ibid., p. 14.

39 Fontaine Joseph, Hassenteufel Patrick, « Quelle sociologie du changement dans l’action publique ? Retour au terrain et "refroidissement" théorique », op. cit., p. 26.

40 Rancière Jacques, « L’histoire "des" femmes entre subjectivation et représentation », Annales ESC, n° 4, juillet-août 1993, p. 1013.

41 Je reprends ici la synthèse proposée par cet auteur dans Tozy Mohamed, « Préface », in El Maoula El Iraki Aziz, Des notables du Makhzen à l’épreuve de la « gouvernance », op. cit., p. 7-9.

42 Dans son ouvrage sur le système politique marocain et les élites locales au lendemain de l’Indépendance, Rémy Leveau analyse l’alliance qui lie la monarchie aux élites rurales traditionnelles. En apportant au monarque le soutien du monde rural, ces dernières neutralisent le nationalisme qui se développe en milieu urbain, consolidant ainsi le pouvoir détenu par la monarchie. Leveau Rémy, Le fellah marocain défenseur du trône, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1985.

43 Voir par exemple Catusse Myriam, Le temps des entrepreneurs ? Politique et transformations du capitalisme au Maroc, Paris, Maisonneuve & Larose, 2008.

44 El Maoula El Iraki Aziz, Des notables du Makhzen à l’épreuve de la « gouvernance ». Elites locales, gestion urbaine et développement au Maroc , op. cit., p. 15.

45 Cornwall Andrea, Schattan P.Coelho Vera, « Spaces for Change? The Politics of Participation in New Democratic Arenas », op. cit., p. 5.

46 Briquet Jean-Louis, Sawicki Frédéric, « L’analyse localisée du politique », op. cit., p. 13.

47 Fillieule Olivier, « Carrière militante », in Fillieule Olivier, Mathieu Lilian, Péchu Cécile (dir.), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 88.

48 Pour ce faire, j’opterai pour une définition foucaldienne du pouvoir qui ne se limite pas à « analyser son exercice du point de vue du Prince, ou de celui de l’Etat » mais « d’en comprendre le système à travers les relations entre partenaires individuels et collectifs ». Riot-Sarcey Michèle, « Pouvoir(s) », in Hirata Helena, Laborie Françoise, Le Doaré Hélène et. al. (dir.), Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF, 2000, p. 165-166. Voir aussi Foucault Michel, « Deux essais sur le sujet et le pouvoir », in Dreyfus Hubert, Rabinow Paul, Michel Foucault, un parcours philosophique, Paris, Gallimard, 1984, p. 302 et 312-313.

49 Cardon Philippe, Pfefferkorn Roland, avec la participation de Kergoat Danièle, « L’individuel, le collectif et les rapports sociaux de sexe », in Cardon Philippe, Kergoat Danièle, Pfefferkorn Roland (dir.), Chemins de l’émancipation et rapports sociaux de sexe, Paris, La Dispute, 2009, p. 11.

50 Lahire Bernard, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Armand Colin, 2001.

51 Ces différentes notions seront définies dans le courant de ce travail.

52 Fillieule Olivier, « Carrière militante », op. cit., p. 85.

53 Hughes Everett C., Men and their Work, New York, The Free Press of Glencoe, 1958, p. 56-67, 102-115 et 157-168. Concernant l’utilisation de la notion de carrière dans les travaux sur les professions voir aussi Hall Oswald, « The Stages of the Medical Career », American Journal of Sociology, LIII, March 1948, p. 243-253.

54 Becker Howard, Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris, Métaillé, 1985, p. 47.

55 Fillieule Olivier, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », Revue française de science politique, vol. 51, n° 1-2, février-avril 2001, p. 199-217.

56 Ibid., p. 201.

57 Fontaine Joseph, Hassenteufel Patrick, « Quelle sociologie du changement dans l’action publique ? Retour au terrain et "refroidissement" théorique », op. cit., p. 13.

58 Comme décrit dans Darmon Muriel, Devenir anorexique. Une approche sociologique, Paris, La Découverte, 2008, p. 85.

59 Fillieule Olivier, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », op. cit., p. 207.

60 Agrikoliansky Eric, « Carrières militantes et vocation à la morale : les militants de la Ligue des droits de l’homme dans les années 80 », Revue française de science politique, vol. 51, n° 1-2, 2001, p. 27.

61 Fillieule Olivier, « Du récit biographique aux parcours de vie. Proposition pour une articulation du singulier à la biographie collective », Communication, Congrès AFSP Toulouse, 2007.

62 Revel Jacques (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard / Le Seuil, 1996.

63 Lieber Marylène, Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question, Paris, Presses de Sciences Po, 2008, p. 15.

64 En France, certains auteurs préfèrent d’ailleurs utiliser l’expression « rapports sociaux de sexe » au lieu de « genre ». Pour ma part, j’utiliserai « genre » et « rapports sociaux de sexes » comme des synonymes dans la mesure où je leur attribue une signification commune : celle de mettre en évidence les processus de bicatégorisation (et donc de hiérarchisation) des sexes en « homme » et « femme ».

65 Kergoat Danièle, « Le rapport social de sexe. De la reproduction des rapports sociaux à leur subversion », Actuel Marx, n° 30, 2e semestre 2001, p. 87.

66 En France, les études sur le genre et la politique ont gagné en importance ces dernières années, mais la production scientifique sur la question s’est développée depuis les années 50 déjà. Voir par exemple Duverger Maurice, La participation des femmes à la vie politique, Paris, Unesco, 1955 ou encore Sineau Mariette, Des femmes en politique, Paris, Economica, 1988. Les différentes manières d’utiliser le genre en science politique ont été décrites et analysées dans Jenson Jane, Lépinard Éléonore, « Penser le genre en science politique. Vers une typologie des usages du concept », Revue française de science politique, vol. 59, n° 2, 2009, p. 183-201.

67 Ces travaux ont surtout porté sur l’Amérique latine et l’Europe de l’Est. Voir par exemple Waylen Georgina, Engendering Transitions. Women’s Mobilization, Institutions and Gender Outcomes, Oxford / New York, Oxford University Press, 2007.

68 Pour une analyse de ces discours, voir Cornwall Andrea, Harrisson Elizabeth, Whitehead Ann (dir.), Gender Myths and Feminist Fables. The Struggle for Interpretative Power in Gender and Development, Oxford, Blackwell, 2008.

69 Voir par exemple Lindio-McGovern Ligaya, Wallimann Isidor (dir.), Globalization and Third World Women. Exploitation, Coping and Resistance, Farnham/Burlington, Ashgate, 2009 ; Falquet Jules, De gré ou de force. Les femmes dans la mondialisation, op. cit.

70 Kergoat Danièle, Imbert Françoise, Le Doaré Hélène et al. (dir.), Les infirmières et leur coordination : 1988-1989, Paris, Lamarre, 1992 ; Loiseau Dominique, Femmes et militantismes, Paris, L’Harmattan, 1996 ; Fillieule Olivier, Roux Patricia (dir.), Le sexe du militantisme, Paris, Presses de Sciences Po, 2009 ; Sala Pala Valérie, Arnaud Lionel, Ollitrault Sylvie et al. (dir.), L’action collective face à l’imbrication des rapports sociaux. Classe, ethnicité, genre, Paris, L’Harmattan, 2009. Pour une analyse comparée des travaux produits en France et aux Etats-Unis, voir Dunezat Xavier, « Le traitement du genre dans l’analyse des mouvements sociaux : France/Etats-Unis », Cahiers du Genre, hors-série, 2006, p. 117-141.

71 En France, avec les travaux de Margaret Maruani par exemple. Voir Maruani Margaret, Les syndicats à l’épreuve du féminisme, Paris, Syros, 1979.

72 Bargel Lucie, Dunezat Xavier, « Genre et militantisme », in Fillieule Olivier, Mathieu Lilian, Péchu Cécile, Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 252.

73 Sur la non-neutralité des organisations voir Acker Joan, « Hierarchies, Jobs, Bodies : A Theory of Gendered Organizations », Gender and Society, vol. 4, n2, juin 1990, p. 139-158.

74 Roux Patricia, Perrin Céline, Pannatier Gaël et al., « Le militantisme n’échappe pas au patriarcat », Nouvelles questions féministes, vol. 24, n° 3, 2005, p. 5.

75 Je rappelle ici que l’approche genre a notamment contribué à remettre en question la dichotomie entre sphère privée et sphère publique en montrant non seulement la porosité de cette frontière mais en démontrant également que le « privé est politique ». Voir Bereni Laure, Revillard Anne, « La dichotomie public-privé à l’épreuve des critiques féministes : de la théorie à l’action publique », in Muller Pierre, Sénac-Slawinski Réjane et al., Genre et action publique : la frontière public-privé en questions, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 27-55. Je m’arrêterai plus en détails sur ce point dans le chapitre 7.

76 Kaioua Abdelkader, Casablanca. L’industrie et la ville, Tours, Urbama, 1996.

77 Catin Maurice, Cuenca Christine, Kamal Abdelhak, « L’évolution de la structure et de la primatie urbaines au Maroc », Région et Développement, n° 27, 2008, p. 216.

78 Si le terme « périphérique » correspond, dans la plupart des cas étudiés, à un critère spatial (ces quartiers étant effectivement situés à la périphérie de la ville, comme le montre la carte 1), ce n’est pas toujours le cas. Ainsi, une dirigeante interrogée vit dans un quartier « populaire » de la nouvelle médina, située au centre de la ville. L’appellation « périphérique » ne renvoie pas ici à un critère spatial, mais plutôt à une caractéristique sociale.

79 C’est d’ailleurs ce que je tenterai de faire dans le chapitre 1. Voir aussi Navez-Bouchanine Françoise, Habiter la ville marocaine, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 50.

80 Si j’ai opté pour les quartiers périphériques de la ville de Casablanca afin d’analyser ce phénomène, il faut préciser que cette tendance à la multiplication et à la féminisation des associations de proximité s’observe aussi dans d’autres parties du pays. J’ai ainsi pu observer des tendances semblables au cours de terrains réalisés durant la même période à Chefchaouen dans le Nord ainsi que dans les environs d’Agadir et de Taroudant dans le Sud.

81 Un index situé à la fin de cet ouvrage contient la liste détaillée des enquêté(e)s composant ces échantillons (principal et témoins).

82 Les formes synthétisées telles que dirigeant(e)s ou représentant(e)s seront utilisées, dans cet ouvrage, lorsque je voudrai mettre l’accent sur le fait qu’il s’agit à la fois d’hommes et de femmes. Cette forme sera surtout utilisée dans le chapitre 6 qui contient beaucoup d’observations qui s’appliquent à la fois aux dirigeantes et aux dirigeants d’association.

83 Si le total équivaut à 32, c’est parce que deux de ces dirigeantes (Meriem et Samira) sont engagées dans deux associations à la fois. Elles cumulent ainsi deux fonctions.

84 Par organisation formelle, j’entends ici les associations et amicales déclarées auprès des autorités publiques, et par organisations informelles, par exemple les comités de quartier, qui contribuaient à la gestion et à la représentation des intérêts des habitants du quartier. Je m’arrêterai plus longuement sur ces différents types d’organisations et sur le rôle joué par les femmes en leur sein dans le chapitre 3.

85 Celles-ci seront décrites plus en détail dans le chapitre 5.

86 Bourqia Rahma, Charrad Mounira, Gallagher Nancy, « Introduction. Femmes au Maghreb : perspectives et questions », op. cit., p. 9.

87 Alami Mchichi Houria, Genre et politique au Maroc : les enjeux de l’égalité hommes-femmes entre islamisme et modernisme, Paris, L’Harmattan, 2002 ; Benmansour Amina, « Au Maroc », Clio, n9, Femmes du Maghreb, 1999 ; Bekkar Rabia, « Femmes du Maghreb dans la recherche en sciences sociales », Maghreb-Machrek, n179, printemps 2004, p. 13-28.

88 Roussillon Alain, « Introduction », Maghreb-Machrek, n179, printemps 2004, p. 8.

89 Alami Mchichi Houria, « La féminisation du politique », revue Prologues, n9, mai 1997, p. 9.

90 Parmi les premières associations féministes nées durant les années 80, on compte l’Association démocratique des femmes du Maroc (ADFM) créée en 1985 et l’Union de l’action féminine (UAF) fondée en 1987. Ces associations sont aussi appelées « associations de la seconde génération » en référence aux associations féminines nées durant les années 60, comme par exemple l’Union nationale des femmes marocaines (UNFM) qui a été créée par le Palais en 1969.

91 Dunezat Xavier, « Le traitement du genre dans l’analyse des mouvements sociaux : France/Etats-Unis », op. cit.

92 Voir par exemple Daoud Zakia, Féminisme et politique au Maghreb : sept décennies de lutte, Casablanca, EDDIF, 1996. L’auteure y retrace l’historique des mobilisations féminines au Maroc, en Algérie et en Tunisie ; Naciri Rabéa, « The Women’s Movement in the Maghreb : with Emphasis on Tunisia, Morocco and Algeria », Al Raida, vol. 20, n° 100, 2003, p. 20-28.

93 Voir par exemple Belarbi Aïcha, Benabdenbi Djerrari Fattouma, Bennani Farida (dir.), Droits de citoyenneté des femmes au Maroc. La condition socio-économique et juridique des femmes. Le mouvement des femmes, Casablanca, Le Fennec, 1997 ; Belarbi Aicha, « Le mouvement associatif féminin », Prologues, n9, 1997, p. 28-33 ; El Bouih Fatna, « Les associations de femmes comme lieu d’émergence d’une force de proposition au Maroc » in Azzoug Mireille, Rollinde Marguerite, Veauvy Christiane (dir.), Les femmes entre violences et stratégies de liberté, Saint-Denis, Bouchène, 2004, p. 163-166.

94 Voir par exemple Sadiqi Fatima, Ennaji Moha, « The Feminization of Public Space: Women’s Activism, the Family Law, and Social Change in Morocco », op.cit.

95 Buskens Léon, « Recent Debates on Family Law Reform in Morocco: Islamic law as Politics in an Emerging Public Sphere », Islamic Law and Society, vol. 10, n° 1, 2003, p. 70-131; Pruzan-Jørgensen Julie, « Analyzing Authoritarian Regime Legitimation: Findings from Morocco », Middle East Critique, vol. 19, n° 3, 2012, p. 269 - 286.

96 Zakia Salime explique que les femmes se sont ralliées aux organisations islamistes dès la deuxième moitié des années 80, mais que leur rôle y est longtemps resté invisible. Ce n’est qu’en 1994 que la première association féminine islamiste voit le jour. Salime Zakia, Between Islam and Feminism. New Political Transformations and Movements in Morocco, Thèse non publiée : sociologie : Urbana-Champaign : Université de l’Illinois, 2005, p. 13-14.

97 Voir par exemple Salime Zakia, Between Islam and Feminism, op.cit. ; Yafout Merieme, « Femmes au sein des mouvements islamistes : facteur de modernisation ? », Contribution à l’école doctorale Genre en Méditerranée, Rabat 2008 ; Eddouada Souad, Pepicelli Renata, « Maroc : vers un "féminisme islamique d’État", Critique internationale, n° 46, janvier-mars 2010, p. 87-100.

98 Voir Belarbi Aïcha, « Femmes et démocratie, la grande question », in Femmes et démocratie, Casablanca, Le Fennec, 2001, coll. Approches, p. 81-90 ; Lopez Plaza Maria Angeles, « Les femmes sur la scène politique », Confluences méditerranéennes, n° 31, automne 1999, p. 107-118 ; El Mossadek Rkia, Consensus ou jeu de consensus ? Pour le réajustement de la pratique politique au Maroc, Casablanca, imprimerie Najah El Jadida, 1995, p. 119-139 ; Dadi Skalli Zahia, « Al-mar’a wa-marâkiz sun‘ al-qarâr » [La femme et les centres de prise de décision], in Huqûq al-mar’a wa wâjibâtuhâ fi-l-islâm [Les droits de la femme et ses devoirs en Islam], Rabat, publication du ministère des Affaires religieuses, 1999, p. 393-399 ; Benadada Asmaa. « Al-mar’a wa al-siyâsa. Dirâsat sûsyulûjiya li-l-qitâ‘ât al-nisâ’iya al-hizbiyya » [La femme et la politique. Etude sociologique des sections féminines dans les partis], Rabat, Institut universitaire de la recherche scientifique, 2007.

99 En montrant, par exemple, que les interactions observées au sein d’associations féminines et/ou féministes contribuaient à la reproduction des structures et normes patriarcales qui sous-tendent la domination des hommes sur les femmes. Voir par exemple Joseph Suad, « The Reproduction of Political Process among Women Activists in Lebanon : "Shopkeepers" and Feminists », in Chatty Dawn, Rabo Annika (dir.), Organising Women : formal and informal women’s groups in the Middle East, Oxford, Berg, 1997, p. 57-80.

100 Dans sa thèse, Aurélie Damamme analyse le triptyque genre-développement-environnement en croisant les notions de genre et d’action collective. Damamme Aurélie, Le genre à l’épreuve du développement au Maroc. Discours et pratiques concernant la place des femmes dans les projets, thèse de doctorat, Géographie-aménagement-environnement, Orléans, Université d’Orléans, 2005.

101 Article 1, Dahir n° 1-58-376, du 15 novembre 1958.

102 Voir par exemple la description qu’offre Ahmed Ghazali au début des années 90 de la pluralité de ce tissu associatif. Ghazali Ahmed, « Contribution à l’analyse du phénomène associatif au Maroc », in Camau Michel (dir.), Changements politiques au Maghreb, Paris, CNRS, 1991, p. 243-260. Ainsi que la typologie proposée dans Denoeux Guilain, Gateau Laurent, « L’essor des associations au Maroc : à la recherche de la citoyenneté ? », Maghreb-Machrek, n° 150, octobre-décembre, 1995, p. 19-39.

103 Roque Maria-Angels, « Clés politiques et sociologiques de la société civile au Maroc », in Roque Maria-Angels (dir.), La Société civile au Maroc : l’émergence de nouveaux acteurs de développement, Paris, IEMed - Publisud - Sochepress, 2004, p. 19-79.

104 Fillieule Olivier, Mayer Nonna, « Devenirs militants. Introduction », Revue française de science politique, vol. 51, n° 1-2, février-avril 2001, p. 21.

105 Camau Michel, « Sociétés civiles "réelles" et téléologie de la démocratisation », Revue Internationale de Politique Comparée, vol. 9, n° 2, 2002, p. 226.

106 Geisser Vincent, Karam Karam, Vairel Frédéric, « Espaces du politique. Mobilisations et protestations », in Picard Elisabeth (dir.), La politique dans le monde arabe, Paris, Armand Colin, 2006, p. 209.

107 Camau Michel, « Sociétés civiles "réelles" et téléologie de la démocratisation », op. cit., p. 227.

108 Ghazali Ahmed, « Contribution à l’analyse du phénomène associatif au Maroc », op. cit., p. 243-260.

109 Saâf Abdallah, « L’hypothèse de la société civile au Maroc », in El Aoufi Nouredine (dir.), La société civile au Maroc, Rabat, Signes du Présent, 1992, p. 85-98.

110 Denoeux Guilain, Gateau Laurent, « L’essor des associations au Maroc : à la recherche de la citoyenneté ? », op. cit., p. 19-39.

111 Hegasy Sonja, Staat Öffentlichkeit und Zivilgesellschaft in Marokko, op. cit.

112 Khrouz Driss, « A Dynamic Civil Society », op. cit., p. 42-49.

113 Sater James, Civil Society and Political Change in Morocco, London/New York, Routledge, 2007. Dans le chapitre 2 de cet ouvrage l’auteur propose d’ailleurs un descriptif détaillé des différents travaux ayant traité de la société civile au Maroc.

114 Camau Michel, « Sociétés civiles "réelles" et téléologie de la démocratisation », op. cit., p. 215.

115 Ibid., p. 219.

116 Je précise toutefois que de plus en plus de travaux proposent d’utiliser cette notion tout en s’appliquant à montrer l’ambivalence des phénomènes observés. Voir par exemple Abdelrahman Maha, Civil Society Exposed. The Politics of NGOs in Egypt, op. cit. ; Karam Karam, Le mouvement civil au Liban, Revendications, protestations et mobilisations associatives dans l’après-guerre, Paris/Aix-en-Provence, Karthala/IREMAM, 2006 ; Carapico Sheila, Civil Society in Yemen : The Political Economy of Activism in Modern Arabia, Cambridge, Cambridge University Press, 1998. Pour le Maroc, voir le travail d’Eric Cheynis qui propose une analyse fine de la notion de « société civile » comprise comme catégorie d’action publique et montre comment elle a acquis, « dans la pratique », la légitimité d’un label politique. Cheynis Eric, L’espace des transformations de l’action associative au Maroc. Réforme de l’action publique, investissements militants et légitimation internationale, thèse de doctorat en sciences sociales, Paris, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2008.

117 Colas Dominique, Le Glaive et le fléau. Généalogie du fanatisme et de la société civile, Paris, Grasset et Fasquelle, 1992, p. 45.

118 Camau Michel, « Sociétés civiles "réelles" et téléologie de la démocratisation », op. cit., p. 214.

119 Abdelrahman Maha, Civil Society Exposed. The Politics of NGOs in Egypt, op. cit.

120 Joana Jean, « La sociologie historique face au local. Enjeux problématiques d’une analyse de l’action publique municipale sous la Troisième République », in CURAPP, Les méthodes au concret. Démarches, formes de l’expérience et terrains d’investigation en science politique, Paris, PUF, 2000, p. 299- 319.

121 Pirotte Gautier, La notion de société civile, Paris, La Découverte, 2007, p. 89.

122 Sur les modalités d’utilisation de cette méthode voir Bertaux Daniel, L’enquête et ses méthodes. Le récit de vie, 2e édition, Paris, Armand Colin, 2005. Voir aussi Peneff Jean, « Les grandes tendances de l’usage des biographies dans la sociologie française », Politix, vol. 7, n° 27, 1994, p. 25-31.

123 Fillieule Olivier, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », op. cit., p. 205 ; Dubar Claude, « Trajectoires sociales et formes identitaires. Clarifications conceptuelles et méthodologiques », Sociétés contemporaines, n° 29, 1998, p. 73-85.

124 Bertaux Daniel, L’enquête et ses méthodes. Le récit de vie, op. cit., p. 34.

125 Ainsi, Kirin Narayan rappelle que le statut de chercheurs « autochtones » (native) ne signifie pas toujours que ces derniers disposent d’un meilleur accès au terrain que les chercheurs étrangers. L’éducation, le genre, la classe, ou encore la race sont autant de facteurs qui peuvent supplanter le rôle joué par l’identité culturelle. Narayan Kirin, « How Native is a "Native" Anthropologist ? », American Anthropologist, vol. 95, n° 3, septembre 1993, p. 671-686.

126 Durant les premiers mois de terrain, j’ai d’ailleurs essayé de faire acte de présence le plus souvent possible et de contribuer aux activités des associations par de petits services (animation d’un cours de danse, traduction de documents en français, interprétariat lors de réunions avec des bailleurs de fonds, etc.) afin de créer des liens avec les enquêtées.

127 Les résultats de ce dépouillement sont exploités dans le chapitre 4.

128 Weber Florence, « Publier des cas ethnographiques : analyse sociologique, réputation et image de soi des enquêtés », Genèses, vol. 1, n° 70, 2008, p. 140-150.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Casablanca : entités socio-spatiales et localisation des dirigeantes associatives interviewées
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/357/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable