Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes, associations et politique à Casablanca

 | 
Yasmine Berriane

Prologue

Texte intégral

  • 1 Ben Msik est une des huit préfectures d’arrondissement de Casablanca. Elle est située à l’est de la (...)

1Le 19 juillet 2008, nous sommes au siège de la Préfecture de Ben Msik1, qui connaît une animation inhabituelle. A l’entrée de l’imposante bâtisse, des hommes et des femmes affluent. Certains donnent l’impression d’être très à l’aise, d’autres ont l’air plutôt perdus et intimidés par cet environnement qui ne leur est pas vraiment familier. Les hommes sont beaucoup plus nombreux que les femmes, qui ne passent pourtant pas inaperçues. Elles représentent au moins un tiers des personnes présentes, parmi lesquelles je reconnais plusieurs dirigeantes d’association que j’ai déjà eu l’occasion de rencontrer.

  • 2 Fondée en 1957 par le roi Mohammed V sous forme d’établissement privé, l’Entraide nationale est dev (...)

2Nawal est la première à me faire signe de loin. Je l’ai rencontrée pour la première fois en 2006, à l’occasion d’une formation organisée par un réseau d’associations de quartier. A 40 ans, cette licenciée en littérature arabe et dirigeante d’association se présente comme « agent de développement social ». Les cheveux châtain foncés et courts, elle est très légèrement maquillée et porte une chemise de couleurs vives et un pantalon blanc. A ses côtés se tient Fatema. Cette élue locale de gauche portant, pour l’occasion, un costume noir à rayures grises est présidente de l’association que dirige Nawal depuis quelques mois. Non loin de là se tient Hanane. Vêtue d’une très large djellaba d’un bleu ciel très vif et le visage recouvert d’un voile qui ne laisse apparaître que ses yeux, cette présidente d’une association féminine de quartier, veuve depuis plus d’un an, discute avec un groupe d’hommes qu’elle tient à me présenter dès qu’elle m’aperçoit. Parmi eux se trouvent un représentant de l’Entraide nationale2 et deux présidents d’association qui s’empressent de me donner leurs cartes de visite pour que je vienne rencontrer les femmes de leurs associations : « Nous en avons plusieurs ! » me disent-ils fièrement.

3En me dirigeant vers le hall d’entrée de la préfecture, je croise Roukia et Samira. La première, vêtue d’une djellaba beige et les cheveux recouverts d’un foulard blanc, est présidente d’une association féminine de quartier spécialisée dans la couture. La seconde, les cheveux courts cuivrés, porte une chemise à rayures et un pantalon noir. Elle est secrétaire générale d’une association socioculturelle mixte qui oriente ses activités vers les jeunes du quartier. Elle est également vice-présidente d’une association féminine de quartier.

4Arrivée à l’accueil, une hôtesse me tend une pochette plastifiée contenant des informations relatives à cette rencontre. On y apprend que le ministère du Développement social, de la Famille et de la Solidarité compte présenter aux associations locales casablancaises son projet de « qualification » des associations. Il s’agit d’un programme en plusieurs étapes, élaboré pour apporter un appui organisationnel aux associations qui le désirent. Au terme de ce processus, ces dernières se verront attribuer par le ministère un « label de qualité ». La pochette contient également une Charte éthique que les associations intéressées sont tenues de signer, déclarant ainsi adhérer au « projet de société démocratique, moderne et solidaire » du pays.

5La salle de réception où va se dérouler cet événement est imposante. Des moulures de plâtre et des lustres en métal doré décorent le plafond. De lourds rideaux verts encadrent les fenêtres. Un portrait du roi a été placé près d’un pupitre en bois. La salle est comble, plus ou moins 300 personnes ayant pris place sur les chaises qui font face au pupitre. Je m’assieds non loin de Farida. Mère de famille de 51 ans et ancienne athlète, elle vient de créer (après vingt ans d’inactivité sportive) une association d’athlétisme dans son quartier. Ses cheveux sont ramassés en queue de cheval. En chemise fleurie et jean noir, elle est assise à côté d’Ali et Adnane, qui dirigent une association spécialisée dans la formation des femmes de leur quartier. Le premier est au chômage depuis de nombreuses années, le second possède un petit commerce.

6Une certaine agitation traverse la pièce lorsque Nezha Skalli, Madame la Ministre en personne, arrive pour inaugurer la rencontre. Nommée ministre un an plus tôt (au lendemain des élections législatives de 2007), cette dirigeante politique de gauche s’est surtout fait un nom comme militante féministe qui défend depuis les années 80 une plus large participation politique des femmes. Elle fait d’ailleurs partie des membres-fondateurs de l’Association démocratique des femmes du Maroc (ADFM), association féministe créée en 1985 et qui s’est notamment distinguée par ses actions en faveur d’une réforme de la Moudawana (le Code du statut personnel) qui contribuait à asseoir la mise sous tutelle des femmes dans le pays.

7Le discours inaugural dure une vingtaine de minutes, durant lesquelles la ministre insiste tout particulièrement sur l’apport significatif des associations au développement du pays :

« Nous considérons le tissu associatif comme un trésor dont dispose le Maroc. Un trésor dont nous pouvons être fiers. Il est plus important que le pétrole parce que le pétrole s’épuise alors que les forces associatives n’ont pas de limites. (…) La société civile est devenue un partenaire de poids dans le développement local, et pour cela il faut maintenant penser à garantir la qualité de son travail. »

8Elle est relayée par Rachida Tahri, ancienne présidente de l’ADFM devenue conseillère de la ministre après la nomination de cette dernière. Prenant la parole, elle annonce triomphalement que le roi vient de proclamer le 10 octobre Journée nationale de la femme marocaine. Le choix de cette date n’est pas fortuit car il coïncide avec le discours prononcé par le monarque cinq ans plus tôt pour annoncer la réforme de la Moudawana. Cette annonce suscite pourtant bien peu de réactions dans la salle. Un jeune homme assis près de moi murmure, sur un ton mi-moqueur mi-exaspéré : « Les femmes, encore ! »

Notes

1 Ben Msik est une des huit préfectures d’arrondissement de Casablanca. Elle est située à l’est de la ville. Chaque préfecture est dirigée par un gouverneur qui est un agent d’autorité nommé par le roi.

2 Fondée en 1957 par le roi Mohammed V sous forme d’établissement privé, l’Entraide nationale est devenue une institution publique en 1972, actuellement sous la tutelle du ministère du Développement social, de la Famille et de la Solidarité. Sa mission consiste notamment à apporter une assistance multiforme aux populations nécessitant un soutien.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable